Version classiqueVersion mobile

Accueillir des publics migrants et immigrés. Interculturalité en bibliothèque

 | 
Lucie Daudin

Partie 2. Les bibliothèques des tiers lieux pour l'apprentissage du français et de la vie en France

La démarche partenariale : pierre angulaire de l’offre à destination de publics migrants et/ou allophones

Fabrice Chambon et Clémentine Perol

Texte intégral

S’entourer avant d’agir : un préalable indispensable

Comprendre à plusieurs un territoire

1En préalable de toute prise d’initiative visant à proposer une offre aux publics allophones*, il convient naturellement de procéder à une analyse des besoins du territoire, et des acteurs en présence. La prise de contact avec les acteurs investis dans le champ de l’accueil des migrants permet de préciser l’histoire et l’actualité des migrations ayant composé le territoire, les inégalités qui le traversent, les caractéristiques sociodémographiques des différents quartiers, la nature des dispositifs d’accueil, et l’utilité d’une intervention des bibliothèques en articulation avec les initiatives existantes.

2À titre d’exemple, la sociologie de la population montreuilloise (Seine-Saint-Denis) est caractérisée notamment par de fortes inégalités, avec des ruptures territoriales marquées et une très grande diversité culturelle : plus de cent langues sont parlées à Montreuil, qui est une ville d’immigration depuis longtemps, et le demeure encore aujourd’hui.

3L’analyse de ce contexte a contribué à faire de la lutte contre les inégalités d’accès au savoir et à la culture, l’axe central de l’orientation des bibliothèques. La démarche globale qui a présidé à la mise en œuvre de cette orientation a reposé sur deux actions : définir des publics-cibles, dont il a été observé qu’ils étaient sous-représentés parmi les usagers de la bibliothèque au regard de leur présence sur le territoire, et construire des partenariats avec des acteurs locaux et/ou nationaux investis dans différents champs éducatifs, culturels et sociaux.

S’inscrire dans le long terme et chercher des soutiens

4La très grande majorité des projets et services mis en place dans nos établissements doit l’être en lien avec d’autres, dans un partage d’expertise et de pratiques qui permet de mieux prendre en compte les besoins et les aspirations des personnes et, partant, de proposer des collections et des services plus utiles.

5Ainsi, les projets en direction des publics migrants gagnent à s’inscrire pleinement dans cette dynamique partenariale, absolument nécessaire à leur développement. Le caractère pluriannuel de cette orientation est bien sûr un gage de réussite supplémentaire, tant la connaissance mutuelle des partenaires, la visibilité croissante de l’offre de lecture publique auprès des publics concernés sont le fruit d’un travail de long terme, par ailleurs régulièrement rediscuté dans le cadre de bilans intermédiaires.

6Il est à noter que les projets en direction des publics migrants peuvent être soutenus financièrement. Les politiques de la ville (contrat de ville aujourd’hui, contrats urbain de cohésion sociale hier) peuvent soutenir ces projets, le Centre national du livre (CNL) a élargi les critères de ses aides aux bibliothèques afin de prendre en compte les initiatives prises en direction de publics qui connaissent des difficultés. Le ministère de la Culture et de la Communication a lancé en 2015 un appel à projet ‒ « l’action culturelle au service de la maîtrise du français » ‒, et certaines collectivités locales, comme par exemple le département de la Seine-Saint-Denis, ont également soutenu financièrement une partie de ces actions.

7Au-delà des partenaires financiers, toute élaboration de projets en direction des publics migrants commence par la réalisation d’un état des lieux des publics présents sur le territoire et des acteurs locaux et nationaux mobilisés pour les accompagner et faciliter leur intégration et leur épanouissement.

Des partenaires et partenariats multiples

8Après avoir établi la typologie et la topologie des acteurs linguistiques et sociaux sur le territoire, il s'agit de définir avec eux les modalités d’un partenariat fructueux avec la bibliothèque, qui mobilise leurs compétences professionnelles respectives.

9Ces partenariats sont protéiformes et constituent une condition sine qua non de la réussite de projets de services en direction des publics allophones. Si le travail partenarial permet bien sûr à ces publics de franchir le seuil de la bibliothèque, ces acteurs apportent également une expertise concrète et des compétences nécessaires aux bibliothécaires. S’entourer des structures (associations, centres sociaux, etc.) dispensant des cours de FLE, d'alphabétisation ou encore des ateliers sociolinguistiques* (ASL) permet en effet de mieux connaître ces publics, de bénéficier de conseils sur une offre documentaire adaptée et aussi sur la façon de les accueillir.

  • 1 Voir la contribution de Stéphanie Alexandre : « Changer les regards : les apports du Musée national (...)

10Les acteurs locaux ne sont pas les seuls avec lesquels les bibliothèques peuvent travailler pour améliorer leur expertise : le partage de savoirs entre professionnels, l'intervention de libraires spécialisés, de traducteurs, d’institutions de dimensions nationale telle que la Bpi, le Musée national de l’immigration ou encore les associations nationales de défense des migrants1, etc. sont autant de relais permettant d’appréhender plus finement la diversité des cultures, des langues différentes et des situations rencontrées par les migrants.

11La démarche partenariale ainsi posée peut alors se développer dans deux directions majeures : la mise en place de collections adaptées et le développement de services.

Autour des collections

Travailler avec les formateurs

12Mettre en place des actions en direction des publics migrants et allophones débute souvent par une réflexion autour des collections à proposer et notamment des fonds spécialisés dans l'apprentissage de la langue française. Une des urgences de ces publics étant d'apprendre, pour des raisons administratives, professionnelles, etc. la langue du pays d'accueil, la bibliothèque a un rôle à jouer. Il en a été ainsi dans le réseau des bibliothèques de Montreuil, une des premières initiatives ayant été, entre autres, de proposer au public mais également aux formateurs un panel de méthodes d'apprentissage du français et d'alphabétisation.

  • 2 Voir la contribution de Noémie Szejnman : « Avant de développer un fonds d’apprentissage du françai (...)

13Nous avons travaillé sur la constitution du fonds avec les acteurs linguistiques sur le territoire. À l'occasion de plusieurs rencontres, ils nous ont expliqué comment fonctionnent les niveaux de langues fixés par le CECRL2, la typologie des groupes à qui ils dispensaient les cours, mais également les différentes méthodes avec lesquelles ils travaillent régulièrement. Les formateurs ont généralement des outils de veille pour suivre la publication des méthodes qu'ils sont heureux de communiquer aux bibliothécaires afin de se procurer des méthodes récentes. Le coût des méthodes étant généralement élevé, la bibliothèque devient vite un lieu de ressources pour les formateurs et, par la suite, pour les apprenants.

14Nous avons pu constater, à l'usage, que la plupart des demandes se cristallisent autour des méthodes d'apprentissage de la langue d'origine au français. Ces méthodes sont assez difficiles à se procurer via les fournisseurs généralistes mais peuvent être achetées dans les librairies étrangères (le plus souvent dans le cadre de procédures hors marché car les montants d’achat restent faibles en général), qui constituent des partenaires privilégiés dans la veille sur ce type de fonds. Leur expertise est également importante en matière de constitution de fonds en langues étrangères.

Croiser les informations, s’appuyer sur les libraires spécialisés

  • 3 Ce qui implique la constitution de fonds qui comportent des documents, notamment bilingues, pour la (...)
  • 4 Des services similaires existent souvent dans les grandes villes. La liste des associations culture (...)

15Si la diversité culturelle d’un territoire est une richesse qu’il convient de valoriser, la présence de fonds de livres en langues étrangères dites langues d'origine ou d'immigration (et pas uniquement dans les langues dites d’étude, comme l’anglais, l’allemand ou l’espagnol) est importante afin de faire vivre cette diversité (tout comme peuvent l’être d’une autre manière des initiatives culturelles régulières), et de permettre la transmission3 ou la découverte des cultures d’origine d’une partie de la population. Un tel fonds a été constitué et se renouvelle chaque année à Montreuil en prenant appui sur les langues parlées par les différentes nationalités présentes dans la ville. Les statistiques ethniques étant interdites, c'est à l'aide des observations des bibliothécaires, des formateurs repérant les langues parlées dans leurs cours, ainsi que d’un éventuel service démographique municipal4, qu’il est possible d’élaborer et d’entretenir ce type de fonds. Ainsi, nous avons été amenés à penser des fonds en arabe, en russe, en roumain et encore d'autres langues dont l'édition est peu commercialisée en France. Une fois que l'on a identifié un fournisseur, ce qui peut se révéler difficile, quels livres choisir quand on ne connaît pas la langue, sa graphie, ni, parfois, la littérature du pays ?

  • 5 Voir la contribution de Marion Giuliani : « La diversité culturelle dans les médiathèques de Plaine (...)
  • 6http://www.bulac.fr/  >.

16C'est ici qu'interviennent plusieurs partenaires précieux : les libraires spécialisés dans les langues étrangères, les bibliothécaires et les associations/institutions qui promeuvent une culture et la représentent sur un territoire (les instituts et alliances culturelles par exemple). Avant de se lancer dans la recherche d'un fournisseur, il est parfois plus efficace de faire appel à des bibliothèques ou au tissu associatif d'une communauté qui ont déjà constitué un fonds et ont donc potentiellement déjà travaillé avec un libraire. Cela a été notre cas à Montreuil quand nous avons décidé de créer un fonds en langue tamoule et avons fait appel au réseau des médiathèques de Plaine Commune qui avait travaillé sur un fonds tamoul quelques années auparavant5. Nous avons pu prendre rendez-vous avec le libraire qui nous avait été recommandé, munis de quelques suggestions de la responsable du pôle civilisation tamoule de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC)6 que nous avions contactée en amont. Les achats se font donc directement dans la librairie, le libraire pouvant faire au préalable une sélection de livres.

17Une fois les livres achetés, la question du catalogage peut s'avérer également épineuse pour des raisons techniques et linguistiques. Le partage des notices entre bibliothèques n'étant pas une pratique encore très répandue, il s'agit généralement de « fabriquer » des notices maison en demandant au libraire de fournir un fichier comportant les informations nécessaires (titre, nom de l'auteur, éditeur, etc.) transcrites en alphabet latin. Il nous est également arrivé de faire appel à des traducteurs ou à des connaissances locutrices de la langue pour nous aider au catalogage.

En matière d’actions et de services

Des partenaires pour accompagner les publics, d’autres pour réaliser les actions

18Une des propositions importantes à faire aux partenaires dispensant des cours de FLE ou ASL est d'accueillir leurs groupes à la bibliothèque afin, dans un premier temps, de leur faire découvrir le lieu et d'inscrire les stagiaires. Prendre contact à chaque rentrée et établir un planning d'accueils sur l'année scolaire permet à l’ensemble des formateurs de déterminer avec les bibliothécaires le nombre et le contenu de ces rendez-vous.

  • 7 Depuis 2013, les unités pédagogiques pour élèves allophones arrivants (UPE2A) ont remplacé les clas (...)

19Pour certains groupes, il s'agira d'une simple visite avec inscription et pour d'autres, d'une série de rencontres régulières autour de thèmes, décidés en amont avec le formateur ou l’enseignant. En effet, des projets peuvent être conduits avec des classes d’accueil des enfants primo-arrivants7, pour lesquels la communauté éducative dans son ensemble est un partenaire privilégié. Des projets autour du théâtre (qui permet de débuter par du mime lorsque la langue n’est pas encore suffisamment maîtrisée) ou de la bande dessinée (qui permet là aussi de faire appel au dessin) ont en particulier connu un succès manifeste.

20Dans ce cadre, il est régulièrement fait appel à des prestataires extérieurs, écrivains, musiciens, artistes, qui se révèlent être des partenaires importants par leur implication aux côtés des stagiaires.

21En parallèle de ces accueils, de plus en plus de bibliothèques organisent des « ateliers de conversation », ainsi que la mise à disposition d'espaces informatiques en dehors des horaires d'ouverture, pour les groupes.

22Un service d'écrivain public numérique ou de permanence juridique au sein d’une bibliothèque est également de nature à répondre à certains besoins des publics migrants (et au-delà). Ce type de permanence doit là encore s’envisager en partenariat avec des associations d’aide aux migrants, centres sociaux ou points d’accès au droit du territoire, qui s’organisent eux-mêmes parfois avec le tissu associatif local et un certain nombre d’écrivains publics bénévoles ou rémunérés.

D’un usage à l’autre

23S’il est important d’apporter une réponse spécifique aux besoins des personnes migrantes, en particulier en termes d’apprentissage de la langue, il convient bien sûr d’avoir en tête que leurs aspirations ne se résument pas à l’apprentissage de la langue française, et que l’objectif de permettre une forme de rencontre entre les publics à la bibliothèque est une priorité.

24Il semble ainsi important de veiller à faire des liens entre les projets conduits dans les ateliers et les actions culturelles régulières de la bibliothèque : conférences, concerts, expositions, etc. afin de favoriser leur appropriation.

25Prendre la parole dans une rencontre-débat ouverte à tous, après avoir travaillé la thématique en atelier dans le cadre de son parcours de formation, au même titre que d’autres publics maîtrisant mieux la langue, participe en effet dans des proportions qu’on n’imagine pas toujours, au sentiment d’intégration dans une société dont on peut constater que l’accueil qu’elle propose aux personnes migrantes n’est pas à la hauteur de ses moyens, voire est parfois carrément hostile.

26Créer un sentiment de légitimité à fréquenter la bibliothèque, permettre à tous de s’y sentir bien, de se considérer un usager comme un autre et parmi d’autres, voilà les finalités poursuivies par les bibliothèques qui proposent une offre spécifique pour les publics migrants.

27L’édition d’un livret destiné aux formateurs comportant des propositions d'accueil, et la saison culturelle de la bibliothèque, auxquels ils peuvent participer et s'inscrire, est un bon outil de communication pour les formateurs avec qui nous souhaitons travailler. Ce livret leur permet à la fois de connaître notre offre à leur intention et de devenir, à leur tour, des relais de l’ensemble des collections et des services de la bibliothèque. Plus largement, les enjeux de communications sont importants pour faire connaître les services proposés aux populations migrantes. L’ensemble des partenaires évoqués sont bien sûr des relais majeurs de l’information. Les efforts réalisés pour traduire des brochures de communication (en rémunérant des traducteurs ou via des partenariats avec des associations) sont des atouts supplémentaires pour permettre une connaissance plus rapide et plus facile de la bibliothèque.

Au cœur du réseau de partenaires : l’ensemble des bibliothécaires

28Au-delà des partenaires extérieurs à la bibliothèque, il semble important d’insister, en conclusion, sur l’importance de mobiliser l’ensemble des équipes autour d’un projet d’offre en direction des publics migrants. Si un groupe de travail transversal, impliquant des bibliothécaires travaillant en direction de publics adulte et jeunesse est absolument nécessaire pour construire les projets et la relation dans la durée avec les partenaires, il est tout aussi primordial de sensibiliser l’ensemble des équipes au projet.

29En effet, l’ensemble des agents doit être en capacité d’orienter efficacement les publics migrants qui se présentent et doit donc avoir bénéficié d’un temps de sensibilisation aux différentes problématiques de vie que ces publics sont susceptibles de rencontrer. Au-delà d’une sensibilisation, la présence de fiches pratiques recensant des numéros de téléphone utiles (d’associations d’aide au migrant, des différentes structures de formation, etc.) permet à toute une équipe de se sentir à même de répondre aux aspirations non strictement bibliothéconomiques de ce public.

30Insister sur le sens d’une telle démarche en direction des publics migrants et au-delà l’inscrire dans des perspectives d’accès de tous à la bibliothèque et de réduction des inégalités d’accès au savoir et à la création, constitue finalement un outil important pour donner du sens au travail quotidien et fédérer une équipe.

31Enfin, la popularisation de ce type d’initiative au sein des structures de formation des professionnels des bibliothèques paraît constituer un enjeu important du développement de ces projets. L’invitation de partenaires des bibliothèques dans ces projets à l’occasion de sessions de cours dans les IUT métiers du livre, et dans d’autres lieux de formation initiale ou continue, représente ainsi un levier majeur du développement futur d’une démarche partenariale, inscrite dans la durée, des bibliothèques en direction des migrants.

Notes

1 Voir la contribution de Stéphanie Alexandre : « Changer les regards : les apports du Musée national de l’histoire de l’immigration et de la médiathèque Abdelmalek Sayad », p. 109 et de Stéphanie Alexandre et Lucie Daudin : « Identifier des associations ressources », p. 117.

2 Voir la contribution de Noémie Szejnman : « Avant de développer un fonds d’apprentissage du français : questions à se poser », p. 69.

3 Ce qui implique la constitution de fonds qui comportent des documents, notamment bilingues, pour la jeunesse.

4 Des services similaires existent souvent dans les grandes villes. La liste des associations culturelles, et les informations recueillies, sur leur taille et leur dynamisme, auprès du service « vie des associations », peuvent également être mobilisées dans la réflexion préalable au lancement de ces collections.

5 Voir la contribution de Marion Giuliani : « La diversité culturelle dans les médiathèques de Plaine Commune, une approche par les langues », p. 141.

6http://www.bulac.fr/  >.

7 Depuis 2013, les unités pédagogiques pour élèves allophones arrivants (UPE2A) ont remplacé les classes d’initiation (CLIN) à l’école, ou classe d’accueil (CLA) au collège. « L'inclusion dans les classes ordinaires constitue la modalité principale de scolarisation. Elle est le but à atteindre, même lorsqu'elle nécessite temporairement des aménagements et des dispositifs particuliers. Les UPE2A doivent disposer de toute la souplesse nécessaire à l'accueil des élèves et à la personnalisation des parcours, organiser les liens avec la classe ordinaire et donc prévoir des temps de présence en classe ordinaire. » (Extrait de la circulaire n° 2012-141 du 2-10-2012).

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search