Version classiqueVersion mobile

Accueillir des publics migrants et immigrés. Interculturalité en bibliothèque

 | 
Lucie Daudin

Partie 2. Les bibliothèques des tiers lieux pour l'apprentissage du français et de la vie en France

Ateliers en bibliothèque : quelle valeur ajoutée pour des adultes en apprentissage linguistique ? L’exemple de Vénissieux

Julie Peugeot

Texte intégral

1Commune de 62 228 habitants, Vénissieux a connu une explosion démographique de 1950 à 1975, principalement due à une arrivée importante de travailleurs étrangers, d’abord en provenance des pays de l’Europe du Sud puis du Maghreb : de cette période date la construction des grands ensembles regroupés notamment sur le plateau des Minguettes. La population de Vénissieux présente aujourd’hui un visage plutôt jeune, avec une population active majoritairement composée d’ouvriers et d’employés. Le taux de chômage est élevé (22,8 % des 15-64 ans), touchant particulièrement les jeunes et les femmes. La part de l’immigration reste importante (16 % de la population est de nationalité étrangère), avec une population originaire de pays très variés au premier rang desquels l’Algérie, la Tunisie et le Maroc.

2Le réseau de lecture publique de Vénissieux est composé de quatre structures1. La médiathèque Lucie-Aubrac2, établissement central, a pour ambition de relier les quartiers du centre à celui des Minguettes. Dès l’ouverture en 2001, le projet d’établissement insiste sur l’importance du partenariat avec les structures présentes sur le territoire, notamment dans le domaine de l’éducation et de la formation.

De la formation linguistique à l’offre d’ateliers culturels

2003-2009 : un cycle combinant formation linguistique et ateliers en médiathèque

3Les ateliers trouvent leur origine dans la participation de la médiathèque, dès son ouverture, à un comité de pilotage linguistique dans le cadre de la politique de la ville, réunissant les partenaires du territoire travaillant sur les difficultés d’accès à l’emploi. En 2003, sur un projet lancé et financé par le Plan local pour l’insertion et l’emploi (PLIE), la médiathèque commence à accueillir des ateliers multimédias d’apprentissage du français, visant l’accès à l’emploi, animés par le Centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF). Parallèlement, des visites de la médiathèque et des animations autour du livre en direction des publics en situation d’apprentissage du français sont proposées en lien avec un organisme de formation implanté localement, Safore3.

4En 2009, un parcours de formation linguistique de douze séances est mis en place, faisant alterner six ateliers culturels, animés à la médiathèque par deux bibliothécaires et une formatrice en FLE de Safore, et six ateliers purement linguistiques menés par la formatrice dans les locaux de Safore. Une subvention dans le cadre du Contrat urbain de cohésion sociale (CUCS) permet à la ville de rémunérer l’intervenante.

5Ce dispositif n’est pas reconduit l’année suivante, en raison de sa complexité d’organisation. Cependant, sensibilisés par cette expérience à la question de l’apprentissage du français et aux besoins manifestés par le public des apprenants, les bibliothécaires souhaitent poursuivre leur action. Le projet évolue donc vers l’organisation d’ateliers culturels d’accompagnement à l’apprentissage du français, plus conformes au savoir-faire des bibliothécaires.

2010-2016 : construction et développement d’ateliers thématiques

  • 4 Voir la contribution de Noémie Szejnman : « Avant de développer un fonds d’apprentissage du françai (...)

6Les ateliers sont ouverts à des groupes déjà constitués de personnes en situation d’apprentissage du français accompagnées par un organisme de formation ou d’aide sociale. Des rencontres en amont avec ces partenaires permettent aux bibliothécaires de connaître le groupe de manière détaillée : nombre de participants, âge, niveau de français selon le CECRL4, sexe, pays d’origine, date d’arrivée en France, niveau de scolarisation et d’alphabétisation. Ce travail préparatoire permet d’adapter le niveau et les thématiques des ateliers proposés.

7Chaque séance dure entre 1 h 30 et 2 heures. Le groupe est le plus souvent accompagné par un animateur de la structure partenaire. Le parcours débute toujours par une visite de la médiathèque et une présentation de ses ressources. Les ateliers mettent ensuite les participants en situation de manipuler les collections, de dialoguer entre eux et avec les bibliothécaires, d’approcher différentes pratiques culturelles, grâce à l’utilisation de techniques et de supports d’animation (lectures offertes, écoute, quiz, mots fléchés, etc.). Une partie de la séance est toujours consacrée à l’acquisition de vocabulaire spécifique en lien avec la thématique. Enfin, une séance du parcours a souvent lieu dans l’organisme accompagnant.

8Au départ très orientées autour de la vie quotidienne (l’alimentation, la famille, etc.), les thématiques des ateliers se sont peu à peu diversifiées autour de sujets moins attendus. D’abord réticents, les partenaires ont suivi les bibliothécaires dans cette démarche, finalement bien reçue par les participants, qui y ont vu l’occasion de sortir de leur quotidien et de dialoguer sur des thèmes qu’ils n’avaient que peu souvent l’occasion d’aborder par ailleurs.

9Aujourd’hui, la médiathèque propose des ateliers autour de six grandes thématiques : alimentation, santé, métiers, photo, cinéma, fêtes et traditions. Pour chacune de ces thématiques, les bibliothécaires ont constitué des « valisettes » de documents et de supports d’animation. Le parcours est ensuite construit conjointement par les bibliothécaires et la structure accompagnante : choix d’une ou plusieurs thématiques en fonction du nombre de séances souhaitées et du type d’animations proposées sur chaque thème, mise en place du calendrier des séances.

10À l’issue de chaque séance, un rapide bilan est mené avec les participants et l’accompagnant afin de réajuster la séance suivante au plus près des besoins du groupe. En fin de parcours, un bilan plus complet est réalisé pour préparer les actions futures.

Encadré. Fiche-action : ateliers culturels d’accompagnement à l’apprentissage du français

Exemple d’un cycle sur le thème de l’alimentation

• Séance 1 : plusieurs livres sur la thématique de l’alimentation sont sélectionnés. Les couvertures sont scannées et le titre est flouté ;les participants sont invités à imaginer un titre puis à expliquer ce choix au groupe ;les bibliothécaires proposent ensuite les bons titres que les participants doivent associer aux couvertures.
• Séance 2 : À partir de livres et de revues de cuisine, il est proposé aux participants de : retrouver une recette qui leur est demandée ; dresser la liste des courses nécessaires à cette préparation ;présenter l’ensemble au reste du groupe.
• Séance 3 : Un film documentaire court sur Giuseppe Arcimboldo est projeté et arrêté avant la description de L’homme potager : la consigne est alors d’énoncer les noms des légumes composant le tableau ;un échange s’instaure ensuite sur les légumes et les recettes des pays d’origine des participants ;parmi un choix de livres sur la nature morte, les participants choisissent un tableau intégrant des aliments puis le présentent au groupe.
• Séance 4 : un roman abordant le thème de la cuisine est présenté, avec la lecture d’un court extrait ;les participants repèrent et notent les mots appartenant au champ lexical de la cuisine ;pour terminer le cycle, les participants sont invités à remplir une grille de mots fléchés sur le thème de l’alimentation.

NB : Les séances peuvent s’agencer différemment selon les besoins des groupes.

Enjeux pour les publics et pour la médiathèque

Du côté des publics : découvrir un lieu de ressources et d’échanges

11Le public des groupes reçus est majoritairement constitué de femmes. Celles-ci sont principalement issues de pays du Maghreb, d’Afrique subsaharienne, de Turquie et d’Asie ; la plupart sont installées en France depuis longtemps, et ont souvent acquis la nationalité française. Le nombre de personnes touchées varie d’une année sur l’autre : en 2014, année de forte affluence, 130 personnes ont profité de cette action sur 15 ateliers.

12Le public des ateliers se montre globalement satisfait de l’expérience. Les participants sont heureux de découvrir un lieu que fréquentent parfois déjà leurs enfants. C’est souvent à l’occasion des ateliers qu’ils découvrent que la médiathèque propose également des collections et des services destinés aux adultes, et qu’elle est bien autre chose qu’un lieu réservé au travail scolaire : un lieu de loisirs, d’échange, de services. Le travail en groupe est très apprécié : les apprenants se montrent satisfaits des dialogues qui se nouent et des échanges entre les différentes cultures. Les séances où sont abordées les envies et les émotions, durant lesquelles la parole se libère souvent, sont particulièrement demandées. Une grande tolérance règne généralement au sein du groupe. Enfin, tout en étant suivis très sérieusement pour leur apport linguistique et culturel, ces ateliers sont perçus comme des moments de loisirs et appréciés comme tels.

Du côté des bibliothécaires : démocratiser l’accès à la médiathèque et enrichir les pratiques professionnelles

13Pour la médiathèque, l’objectif à court terme est de créer un espace de découverte autour de la pratique du français, en faisant connaître le lieu et ses ressources et en offrant un accès à des contenus culturels. Les retours positifs des participants, qui pour la plupart n’avaient jamais franchi les portes de la médiathèque, ainsi que l’importance de la demande pour ces ateliers laissent penser que cet objectif est atteint. À plus long terme, l’action cherche à démocratiser l’accès au lieu et à en favoriser la fréquentation régulière, et plus globalement à faciliter l’insertion* de ces publics dans la vie de la cité. À ce sujet, il est important de noter que lorsque les apprenants reviennent à la médiathèque en tant qu’usagers, ils demandent souvent à parler aux bibliothécaires qui ont animé les ateliers : il est alors essentiel que les collègues concernés puissent se rendre disponibles pour les accompagner dans cette première visite « en autonomie ».

14Pour les bibliothécaires, l’expérience est très enrichissante au niveau professionnel mais également humain. Les agents en charge des ateliers ont acquis une parfaite connaissance des fonds en lien avec l’apprentissage du français ou assimilés (lecture facile…). Ils ont conforté leurs compétences dans le domaine de l’accueil, de la construction d’animations, de la sélection et de la valorisation de ressources. De plus, la pratique des ateliers a donné des pistes pour proposer d’autres services à certains publics spécifiques (publics en difficulté d’insertion, publics souffrant de handicaps psychiques…) : ressources ou supports à utiliser, gestion des différences de niveau… Cette expérience est valorisante, puisque les bibliothécaires voient un groupe progresser et terminer le parcours en ayant acquis de nouvelles compétences en français et en ayant découvert de manière privilégiée un domaine culturel.

Points de vigilance : partenariat, bienveillance, formation continue

S’appuyer sur le partenariat

15La médiathèque de Vénissieux a eu la chance de bénéficier, au départ, de partenariats avec des organismes spécialisés dans l’accueil de publics non francophones et dans l’enseignement du FLE. Les agents ont aussi pu rencontrer des collègues d’autres bibliothèques proposant des actions du même type : ces échanges ont facilité l’élaboration des ateliers. Il est également à noter que les bibliothécaires qui ont proposé d’accompagner ces ateliers, puis de les monter seuls, étaient sensibilisés à la question du FLE et avaient des connaissances de base dans ce domaine : il semble moins aisé de se lancer dans ce type de démarche sans un minimum de compétences spécialisées préalables.

16La recherche de nouveaux partenaires a par la suite été plus difficile. Tous les organismes du territoire spécialisés dans le FLE ou susceptibles d’accueillir des publics étrangers ont d’abord été contactés. Devant le peu de réponses reçues, des relances ont été faites via les différents partenariats déjà établis de la médiathèque (centres sociaux, maisons de quartier, etc.). Il a fallu plusieurs années pour que la médiathèque soit identifiée comme un partenaire sociolinguistique sur le territoire ; aujourd’hui, la demande pour ce type d’ateliers est en augmentation.

17Le relais des partenaires est essentiel afin de maintenir une participation régulière du groupe. Leur rôle est déterminant pour donner rendez-vous aux participants devant la structure relais, connue et souvent plus proche du lieu d’habitation, puis pour venir ensemble à la médiathèque, ou encore rappeler la date de la prochaine séance, la communication orale s’avérant beaucoup plus efficace que le planning écrit.

Instaurer un climat de confiance

18La variété du public des ateliers en constitue la richesse première et oblige les bibliothécaires à adapter en permanence leurs interventions. Les différences de niveau de langue sont ainsi très marquées. Elles sont généralement liées au niveau de scolarisation : à ce titre, ce sont souvent les publics arrivés en France le plus récemment qui ont le niveau de langue le plus avancé, le français ayant même parfois été étudié pendant leur scolarité. Afin d’équilibrer les niveaux de langue et de rassurer les participants, les bibliothécaires mettent les apprenants en binôme pendant les ateliers. Les séances sont essentiellement tournées vers l’acquisition de compétences à l’oral, afin de ne pas pénaliser les participants rencontrant des difficultés avec l’écrit. Il est également essentiel que le format des ateliers soit court (2 heures maximum) pour ne pas épuiser et décourager les participants. La régularité et la fréquence des ateliers ont aussi leur importance, afin de favoriser l’apprentissage. De manière générale, les participants ont tendance à se dévaloriser, voire à éprouver de la honte face à leur niveau de français ou d’alphabétisation : il est primordial de passer du temps à rassurer et mettre en confiance. Le jeu est une des techniques d’animation privilégiées afin de lever les réticences. Le fait que les mêmes bibliothécaires suivent le groupe sur la totalité de son parcours, et que ce groupe soit fixe, contribue également à instaurer un climat de confiance.

19Plusieurs années d’expérience ont également permis aux bibliothécaires de mieux adapter leur discours : niveaux de langue utilisés, débit, mais également sujets abordés. En effet, certains thèmes ont pu choquer les participants, au point de ne pas revenir à la séance suivante (thématique sur l’art présentant des images de nus par exemple). De même, il a parfois fallu expliquer aux participants et à leur famille que loisirs et apprentissage n’étaient pas incompatibles.

Prendre en compte le back-office et développer les compétences

20Pour assurer les conditions de réussite des ateliers, un temps de préparation est nécessaire (rencontres en amont avec les partenaires, sélection des ressources, réalisation des supports d’animation, etc.) Il faut également donner aux agents l’occasion de se former dans le domaine de l’apprentissage du français et de l’accueil des publics étrangers, en prévoyant ce volet dans le plan de formation. Les bibliothécaires de Vénissieux ont par exemple assisté aux ateliers réalisés dans d’autres bibliothèques municipales, et récemment participé à une table ronde sur le thème de l’accueil des migrants organisée par la Bpi à Calais.

  • 5 Voir aussi la contribution de Noémie Szejnman : « Avant de développer un fonds d’apprentissage du f (...)

21Afin d’accompagner au mieux les ateliers, il est indispensable de développer un fonds de base dans le domaine du FLE et de la lecture facile, voire du son (textes lus, musique) et de l’image (vidéo, livres très illustrés)5, et de bien identifier ces collections dans la médiathèque. En effet, c’est vers ces fonds désormais connus grâce aux ateliers que ces publics, s’ils reviennent ensuite en autonomie à la bibliothèque, se dirigeront en priorité.

22Enfin, la communication en direction de la hiérarchie et des élus permet de valoriser cette action et d’en garantir la pérennité. Le projet d’établissement du réseau de lecture publique de Vénissieux inclut ainsi ces ateliers dans ses objectifs prioritaires. À travers ce projet d’établissement, la Ville fait le choix de consacrer du temps de travail et donc de la masse salariale à l’accompagnement spécifique de ces publics par son service public de la lecture.

Se renouveler

23À l’issue de sept années de fonctionnement, le bilan est positif : inscrits dans le projet d’établissement 2016-2020, les ateliers seront normalement reconduits jusqu’à cette date. Cependant, certaines pistes d’évolution se dessinent.

24Ainsi, de nouvelles thématiques sont en construction, car les bibliothécaires en charge de ces ateliers sentent le besoin de renouveler leur approche. Dans la mise en place de ces nouvelles thématiques, le lien avec les animations tout public de la médiathèque est particulièrement recherché. En effet, les quelques expériences déjà menées dans ce sens ont été très positives. Ainsi, en 2014, le parcours de l’un des groupes a été couplé aux animations menées dans le cadre des Dix mots de la langue française : grâce à des financements spécifiques, le groupe a alors pu travailler avec un photographe professionnel. La même année, un groupe a travaillé autour du thème de l’objet et de la migration, en lien avec un cycle d’animations qui avait été présenté à la médiathèque, permettant d’entraîner les participants vers d’autres activités culturelles. De plus, d’autres bibliothécaires souhaitent aujourd’hui se lancer dans ces ateliers : le groupe des animateurs va donc peu à peu s’agrandir, élargissant le champ des compétences et des idées.

25Un des objectifs à venir, partagé par la médiathèque et les structures partenaires, est également de travailler sur l’autonomie des apprenants, et notamment de faire en sorte qu’ils assistent aux ateliers sans le relais de la structure accompagnante.

26Enfin, les récentes arrivées de nouveaux migrants sur le territoire de la commune ont beaucoup relancé la demande pour la formation linguistique FLE « pure ». Ainsi, à partir de la rentrée scolaire 2016, la médiathèque, tout en continuant à proposer ses ateliers culturels d’accompagnement à l’apprentissage du français, a mis ses espaces et ses postes informatiques à disposition d’organismes de formation spécialisés, pour des formations FLE numériques.

Notes

1 Médiathèque Lucie-Aubrac, bibliothèques Anatole-France, La Pyramide et Robert-Desnos.

2http://www.bm-venissieux.fr/ >.

3http://www.safore.fr/ >.

4 Voir la contribution de Noémie Szejnman : « Avant de développer un fonds d’apprentissage du français : questions à se poser », p. 69.

5 Voir aussi la contribution de Noémie Szejnman : « Avant de développer un fonds d’apprentissage du français : questions à se poser », p. 69.

Auteur

Directrice du réseau de lecture publique de Vénissieux

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search