Version classiqueVersion mobile

Accueillir des publics migrants et immigrés. Interculturalité en bibliothèque

 | 
Lucie Daudin

Partie 1. Comprendre le contexte

Langues et politiques publiques : le paysage français

Alexandra Filhon

Texte intégral

  • 1 Voir les contributions de Mustapha Harzoune : « Mots et chiffres pour dire les migrations », p. 16 (...)

1Cette contribution a pour objectif de mieux saisir les besoins éventuels des publics étrangers et/ou immigrés en matière linguistique, et ainsi de mieux anticiper leur accompagnement par les professionnels des bibliothèques. Un prérequis consiste à prendre connaissance de la diversité de ces populations tant du point de vue de leurs trajectoires sociales (niveau de diplôme, motivations à la mobilité, rapport aux livres, etc.) que de leurs origines géographiques1. Cette diversité des profils migratoires donne lieu à un paysage linguistique très riche en France métropolitaine composé de centaines de langues qui n’ont pas toutes la même visibilité sur le territoire et dans les institutions, dont les bibliothèques.

2Comprendre les attentes de ces publics nécessite ainsi de connaître leurs bagages linguistiques à leur arrivée mais aussi de ne pas perdre de vue les injonctions d’intégration par la langue qui leur sont faites au niveau européen et au niveau national. Nous pourrons nous demander en cela comment les récentes politiques linguistiques européennes favorisent ou non le plurilinguisme. Complètent-elles ou bien se confrontent-elles à la politique nationale longtemps en faveur d’un monolinguisme français, symbole fort de l’identité de la nation ?

3Au-delà de cet affichage plurilingue, nous proposerons de décrypter le lien de plus en plus fort établi entre les politiques migratoires et les politiques linguistiques, comme en témoigne le contrat d’accueil et d’intégration (CAI) devenu en 2016 le contrat d’intégration républicaine (CIR)*, qui est imposé à une certaine catégorie de migrants seulement. Ce texte sera donc l’occasion de nous interroger sur l’état actuel d’une reconnaissance de la diversité linguistique en France.

Les langues d’immigration en France

Des parlers qui reflètent les vagues migratoires

  • 2 Les données statistiques mobilisées ici datent de l’enquête Famille de 1999 effectuée par l’Insee. (...)

4En 1999, l’enquête Famille2 révèle qu’environ 6 millions d’adultes disent avoir reçu de leurs parents une langue issue de l’immigration. Autant se souviennent avoir reçu dans leur enfance une langue régionale. Cela signifie que 25 % des personnes de plus de 18 ans auraient été familiarisées en famille à une autre langue que le français.

5Logiquement, ce sont principalement les personnes nées hors de France qui ont été socialisées dans un parler dit « minoritaire », soit plus des trois quarts d’entre eux. Un sur deux considère ne pas avoir entendu ses parents parler français à la maison ; mais inversement, un migrant sur quatre déclare avoir entendu uniquement le français lors des échanges familiaux avant même de venir en métropole.

  • 3 François Héran, Alexandra Filhon, Christine Deprez, « La dynamique des langues en France au fil du (...)

6Les langues d’immigration les plus citées rendent compte du renouvellement des migrations et de leur plus ou moins grande importance sur le territoire. Ainsi, les principales langues mentionnées dans l’enquête Famille de 1999 sont : l’arabe, le portugais, l’espagnol, l’italien, l’allemand, le polonais, le berbère, le turc, l’anglais, le vietnamien3. Les langues d’Afrique subsaharienne sont moins nommées, tout comme les langues asiatiques. Ces vagues migratoires restent de plus faible envergure que celles venues d’Italie ou d’Afrique du Nord. Les langues africaines sont donc encore aujourd’hui nettement moins identifiées et davantage minorées que les langues européennes. Souvent francophones, les locuteurs de ces langues comme le peul, le manjak ou le bambara sont fréquemment plurilingues, une pratique répandue dans de nombreux pays d’Afrique. Il en va de même pour les langues asiatiques qui, excepté le chinois, sont largement méconnues. Le tamoul, le lao, le télugu ou le vietnamien sont pourtant bien implantés en métropole et ces langues d’immigration récente se transmettent relativement bien en famille.

Le devenir de ces langues d’immigration en France selon les profils sociaux

  • 4 Op. cit.
  • 5 Gérard Galtier, « Les nouveaux sites internet de la communauté soninké et la standardisation de la (...)

7Près de neuf personnes sur dix vivant actuellement dans l’hexagone disent maintenir la pratique de leur langue natale après la migration4. Elles poursuivent cet usage suite à leur mobilité internationale à l’intérieur de leur foyer, mais aussi au contact de personnes de la même origine géographique vivant dans le même quartier ou encore par des échanges réguliers via le téléphone, skype ou les réseaux sociaux qui facilitent le maintien de liens avec celles et ceux qui sont restés dans leur pays d’origine5. Elles vont également, pour certaines, tenter de transmettre cet héritage à la génération suivante : près des deux tiers des parents dont la socialisation linguistique s’est déroulée en partie à l’étranger déclarent avoir cherché à transmettre leur parler à leur descendance.

8Le maintien de ces langues dans la sphère familiale varie selon la durée d’installation en France et en fonction des connaissances préalables en français. Parmi les adultes migrants à qui l’on n’a pas parlé français lorsqu’ils étaient enfants, les trois quarts disent transmettre leur langue première à leurs enfants, mais seul un cinquième indique transmettre uniquement cette langue. Ainsi, les migrants conservent leur capital linguistique en famille mais ils introduisent aussi rapidement la langue française dans leurs échanges. Dans tous les cas, la langue officielle s’immisce progressivement dans la sphère familiale, en particulier par la présence d’enfants scolarisés, ce qui conduit souvent à des pratiques familiales plurilingues. Il arrive fréquemment que les nouveaux migrants utilisent leur parler natal pour converser avec leurs enfants, alors que ces derniers répondent davantage en français. Dans ces échanges familiaux plurilingues, chacun comprend l’autre mais préfère utiliser la langue dans laquelle il se sent le plus à l’aise, sa langue première. En cela, les enfants socialisés en France ont pour langue première le français, même si leurs père et mère conversent dans une autre langue.

9Le turc figure par exemple parmi les langues qui se transmettent le mieux d’une génération à la suivante aux dires des répondants de l’enquête Famille, ce qui s’explique en partie par le fait que cette migration est relativement récente et parce que le français est peu présent en Turquie. Pour d’autres langues natales, la concurrence avec le français est plus forte et celui-ci prendra plus rapidement l’ascendant. En effet, le maintien de ces langues est en partie lié au rapport à la langue officielle avant la migration. Pour certaines vagues migratoires comme celles venues d’Afrique du Nord qui ont été colonisées, nombre de migrants ont un lien particulier à la langue française, ce qui favorise parfois son usage au détriment de l’arabe ou du berbère.

  • 6 Alexandra Filhon et France Guérin-Pace, « Pratiques linguistiques et parcours migratoires, une arti (...)

10Outre ces deux dimensions, la transmission linguistique des parents aux enfants évolue selon la catégorie socioprofessionnelle, l’âge, le lieu de naissance ou encore le type de trajectoire géographique. C’est ainsi en milieu urbain que les langues d’immigration sont les plus pratiquées6 et ce sont plus souvent les milieux sociaux populaires qui les transmettent car ayant été moins scolarisés, ils ont également moins eu l’opportunité d’apprendre le français.

11Les pratiques linguistiques familiales sont aussi liées à la place attribuée aux différentes langues dans la société ; ce rapport inégalitaire aux différentes langues de France se construit à travers les interactions ayant lieu entre les individus, à partir de leur visibilité dans les institutions et au regard des politiques publiques élaborées qui contribuent à asseoir l’idéologie dominante.

Politiques publiques en matière linguistique

Des politiques européennes en faveur du plurilinguisme

  • 7 Bruno Maurer, Enseignement des langues et construction européenne : le plurilinguisme, nouvelle idé (...)
  • 8 Adrian Favell, “Creative East-West cosmopolitanism? The changing role of international mobility for (...)
  • 9 Bruno Maurer, 2011, op. cit.

12Les politiques linguistiques mises en place en Europe depuis quelques décennies visent à favoriser le développement économique et un rayonnement culturel dépassant le cadre national. La volonté de promouvoir le plurilinguisme tend à dépasser la citoyenneté nationale des individus dans l’objectif de leur inculquer une appartenance européenne7. En effet, les enjeux ont été bouleversés depuis la suppression des frontières intérieures à l’espace Schengen. Est ainsi apparue une nouvelle catégorie de citoyens, les free movers qui représentent des migrants invisibles pouvant facilement travailler et s’installer sur n’importe quel territoire d’Europe8. Ces migrants peuvent ainsi faire facilement des allers-retours entre différents pays sans avoir besoin d’un titre de séjour. C’est le cas par exemple des Italiens ou des Espagnols qui viennent en métropole. Cette ouverture des frontières s’accompagne de la part du Conseil de l’Europe d’une valorisation du plurilinguisme en tant que principe fédérateur limitant les tensions entre les États et vantant par la même occasion une idéologie libérale selon laquelle ces travailleurs européens seraient facilement interchangeables9.

  • 10 Joanne Walker, Interroger les modèles d’intégration au prisme des politiques de formation linguisti (...)
  • 11 Christine Candide, « Apprentissage de la langue. Vers une lente émergence d’un droit », VEI Enjeux, (...)

13Cette catégorie de migrants européens se distingue des populations venues d’autres pays, qui doivent obtenir un titre de séjour pour s’installer sur le territoire. Ainsi, les migrants venus d’Afrique ou d’Asie n’ont pas la même liberté de circulation. Pour cette seconde catégorie d’étrangers, le Conseil de l’Europe invite les différents États à partir de 2004 à construire un cadre commun d’intégration en proposant des cours de langue nationale. Il mentionne ainsi que cet apprentissage linguistique favorise la « contribution économique » de ces migrants des pays tiers et leur offre potentiellement de meilleures conditions de vie. La Commission européenne invite également les pays membres à tenir compte de la diversité des profils de migrants en proposant plusieurs niveaux de cours10. Toutefois, ce droit à la formation linguistique n’est pas appliqué en ces termes dans de nombreux pays qui ont déjà mis en place des cours de langues avant cette proposition européenne11.

  • 12 Adrian Favell, “Creative East-West cosmopolitanism? The changing role of international mobility for (...)

14La transformation des frontières internes de l’Europe contribue ainsi à construire plusieurs catégories de migrants aux droits et devoirs variables, ce qui tend également à produire de nouveaux discours sur l’identité nationale qui s’accompagnent d’un durcissement des politiques migratoires, avec des exigences de plus en plus fortes en termes de compétences linguistiques12.

  • 13 Marie Mc Andrew et Coryse Ciceri, « L’enseignement des langues d’origine au Canada : réalités et dé (...)

15Certes le plurilinguisme est de plus en plus valorisé au sein de l’Europe depuis la fin du xxe siècle, mais les langues d’immigration restent malgré tout faiblement reconnues et de nombreuses représentations négatives persistent. « Le défi de reconnaître le plurilinguisme issu de l’immigration comme une richesse en soi, et non comme un obstacle ou au mieux comme un moyen temporaire d’intégration, reste cependant entier au sein des sociétés où les locuteurs de langues d’origine sont des citoyens de seconde classe — quand ils ont la chance de l’être — et des exclus plus ou moins permanents des lieux de pouvoir. »13. En effet, ces politiques européennes ne trouvent pas nécessairement écho au niveau national d’une part et d’autre part, elles peuvent être directement appliquées à l’échelon régional ce qui conduit à promouvoir en premier lieu des langues régionales comme le basque, le breton, l’occitan, etc.

  • 14 Cécile Canut et Alexandra Duchêne, « Appropriation politique et économique des langues », Langage e (...)

16Pour finir, cette valorisation du plurilinguisme ne marque pas un réel changement dans la mesure où le statut octroyé à chaque langue n’est pas bouleversé et qu’ainsi chaque parler assujettit encore les citoyens à une place dans la société14. Le poids symbolique et économique des langues et des locuteurs ne semble pas avoir connu de bouleversement majeur et les inégalités sociales vécues par ces derniers perdurent.

Des cartes de séjour ou de résident sous condition de compétences linguistiques

  • 15 Myriam Hachimi Alaoui, « Intégration et lien de citoyenneté. Le cas du contrat d’accueil et d’intég (...)
  • 16 Christel Cournil et Yves Depigny, « Contractualisation et externalisation de la politique migratoir (...)

17Alors que certaines frontières territoriales se sont ouvertes et que les politiques européennes prônent une citoyenneté post-nationale, un double mouvement s’est opéré de transformation des catégories de migrants à l’échelle de l’Europe mais aussi de durcissement des politiques nationales migratoires et d’injonction à l’intégration. En France, la politique intégrationniste s’est durcie en particulier avec la création en 2003 du CAI. La mise en place de ce dispositif contribue au souci de consolidation des identités nationales qui s’exprime plus largement en Europe15. Ce contrat comprend dans différents pays européens une formation linguistique qui nécessite, avant la migration, une évaluation des compétences dans la langue nationale puis, selon les résultats, une formation imposée à l’arrivée en France. Ces nouvelles procédures sont révélatrices de la conception actuelle de l’intégration qui n’est pas considérée comme un processus, mais qui responsabilise les migrants sommés de s’intégrer avant même de migrer. À l’arrivée en France, ce contrat est signé à l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) et engage le migrant et l’État français, représenté par le préfet, pour une durée d’un an. Il est devenu une condition supplémentaire pour obtenir un titre de séjour. Le paradoxe de ce contrat relevé à plusieurs reprises16 réside dans le fait que l’État met en avant la nécessité de voir le principal intéressé motivé par cette démarche d’intégration et volontaire alors que le contrat est imposé, non négociable et donc peut donc difficilement être vécu positivement par les migrants.

  • 17 Adrian Favell, “European citizenship in three Eurocities: a sociological approach to the European U (...)
  • 18 Voir la contribution de Noémie Szejnman : « Avant de développer un fonds d’apprentissage du françai (...)

18À l'origine, le CAI était facultatif et prévoyait une formation linguistique aux primo-arrivants qui le souhaitaient, mais la loi Immigration Intégration de juillet 2006 rend sa signature obligatoire à certains nouveaux entrants. Reprécisons en effet que cette obligation d'apprendre la langue française concerne exclusivement les populations qui ne sont pas ressortissantes de l'Espace économique européen (EEE), les autres n’ayant plus besoin de titre de séjour pour résider et travailler en France. En cela, la politique migratoire renforce le clivage entre migrants, selon qu’ils sont libres de circuler en Europe de l’Ouest, considérés comme cosmopolites et post-nationaux, ou qu’ils sont des migrants venus des pays de l’Est suite aux nouveaux élargissements de l’Europe, dont la présence est jugée plus ambiguë et souhaitée temporaire. Enfin, un troisième groupe est composé de migrants « racialisés », car non européens et devant suivre ce parcours de citoyenneté17. Une formation linguistique leur est imposée lorsque les agents les évaluant estiment qu’ils ne possèdent pas le niveau minimal (A1) en langue française, d’après la grille du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL)18.

19Le 7 mars 2016, la loi n° 2016-274 a transformé le CAI en CIR. L’un des objectifs de ce nouveau contrat consiste à renforcer l’apprentissage de la langue française en rehaussant à partir de 2018 le niveau exigé pour obtenir une carte de résident (A2 contre A1.1 en 2016). Cela implique une hausse du public accédant à ces formations linguistiques : on prévoit un doublement des personnes concernées, de 25 000 à 50 000 environ, ce qui suppose également de prévoir suffisamment de structures aptes à former ces « étrangers primo-arrivants ». Des associations vont donc être poussées à se professionnaliser et les bibliothèques interpellées dans ce cadre.

Quels rôles à jouer pour les bibliothèques ?

Des langues à rendre visibles dans l’espace public

20La valorisation croissante du plurilinguisme, à l’école mais aussi dans le monde professionnel, incite les publics à une meilleure connaissance des langues. Toutes les langues ne jouissent pas du même prestige et certaines comme l’anglais ou l’espagnol sont bien plus visibles que d’autres, telles le wolof ou le turc. Certes, les bibliothèques ne peuvent contrecarrer ce rapport inégalitaire entre les langues pour la simple et bonne raison que l’accès aux publications en langue étrangère est tout autant inégal. Toutefois, on peut veiller à rendre accessible des ouvrages y compris dans d’autres langues que les principales langues européennes. Et il serait aussi intéressant de réfléchir à l’affichage donné à ces ouvrages en langue étrangère. Cherche-t-on à les rendre visibles à tous, par la signalétique ou une valorisation spécifique par exemple dans le catalogue ? Prévoit-on également des documents de communication dans ces langues ? Cette question peut sembler anecdotique mais en réalité elle renvoie de nouveau au statut que l’on souhaite accorder à ces différents parlers.

21On peut également valoriser la diversité linguistique par l’intermédiaire de contes oraux, de chants, etc. Ces deux formats, écrit et oral, sont importants car, parmi les étrangers, on trouve des profils socio-démographiques variés, avec majoritairement aujourd’hui des personnes lettrées et souvent diplômées qui avaient l’habitude de lire avant leur migration. Mais certaines langues natales, comme par exemple l’arabe dialectal, le berbère, le kurde ou encore le mahorais, sont de tradition orale et peuvent malgré tout avoir une place dans les bibliothèques.

  • 19 Voir la partie IV « L’interculturalité en pratique ».

22S’il est un rôle essentiel à jouer pour les bibliothèques, c’est donc celui de donner accès au public étranger à des livres écrits ou traduits dans leur langue première, mais aussi plus largement de rendre ces langues visibles à tous, migrants ou non19.

S’interroger sur l’approche de la langue française

  • 20 Voir la partie II « Les bibliothèques, des tiers lieux pour l’apprentissage du français et de la vi (...)

23Le second rôle attendu est celui de l’accès à la langue française. On peut supposer qu’au cours des prochaines années une demande de plus en plus forte va émerger de la part de certains étrangers pour se former en français, sachant que le niveau requis dans le CIR a été revu à la hausse. Si cet apprentissage a toute sa place en bibliothèque et sous différentes formes (de l’accompagnement à l’utilisation de méthodes de langues numériques, au cours de Français langue étrangère [FLE]* dispensé par des enseignants au sein de la bibliothèque, en passant par l’atelier de conversation proposé directement par les bibliothécaires)20, il convient de s’interroger sur la relation à établir entre les professionnels et les publics afin que les adultes apprenants ne se positionnent pas dans une relation maître/élèves telle qu’ils peuvent déjà la connaître dans le cadre de leur CIR. Ainsi, face à l’injonction à l’intégration faite par l’État qui somme les étrangers d’apprendre le français pour pouvoir rester sur le territoire, les bibliothèques peuvent adopter un autre positionnement, qui viserait davantage à proposer aux publics un aperçu de la richesse de la langue française, des proximités et divergences d’avec leur propre langue, et par là même l’envie de la découvrir.

Notes

1 Voir les contributions de Mustapha Harzoune : « Mots et chiffres pour dire les migrations », p. 16 et de Patrick Simon : « France, société multiculturelle », p. 29.

2 Les données statistiques mobilisées ici datent de l’enquête Famille de 1999 effectuée par l’Insee. Elle constitue la seule enquête nationale portant sur 360 000 individus qui permet de recueillir des informations linguistiques représentatives et d’avoir ainsi un panorama des principales langues de France.

3 François Héran, Alexandra Filhon, Christine Deprez, « La dynamique des langues en France au fil du XXe siècle », Population et sociétés, 2002, n° 376. [En ligne] < https://www.ined.fr/fichier/s_rubrique/18724/pop_et_soc_francais_376.fr.pdf >.

4 Op. cit.

5 Gérard Galtier, « Les nouveaux sites internet de la communauté soninké et la standardisation de la langue », Mandenkan, 2013, n° 50, pp. 39-60. [En ligne] < http://llacan.vjf.cnrs.fr/PDF/Mandenkan50/50galtier.pdf >.

6 Alexandra Filhon et France Guérin-Pace, « Pratiques linguistiques et parcours migratoires, une articulation complexe », Espaces et sociétés, 2009, vol. 1-2, n° 136, pp. 189-206. [En ligne] < https://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2009-1-page-189.htm >.

7 Bruno Maurer, Enseignement des langues et construction européenne : le plurilinguisme, nouvelle idéologie dominante, Paris, Éditions des archives contemporaines, Paris, 2011.

8 Adrian Favell, “Creative East-West cosmopolitanism? The changing role of international mobility for young Japanese contemporary artists”, in Yasemin Soysal and Suk-Ying Wong (ed.), Transnational Trajectories: Nation, Citizenship and Region in East Asia, Stanford, Stanford University Press, 2015, pp. 83-105. [En ligne] < https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-01044443/document >.

9 Bruno Maurer, 2011, op. cit.

10 Joanne Walker, Interroger les modèles d’intégration au prisme des politiques de formation linguistique. Une comparaison entre Nantes et Bristol, Doctorat de sociologie sous la direction de Martine Mespoulet : Nantes, Université Bretagne Loire, 2016.

11 Christine Candide, « Apprentissage de la langue. Vers une lente émergence d’un droit », VEI Enjeux, 2001, n° 125, pp. 108-117. [En ligne] < http://www.revues-plurielles.org/_uploads/pdf/82/125/vei125.pdf >.

12 Adrian Favell, “Creative East-West cosmopolitanism? The changing role of international mobility for young Japanese contemporary artists”, op. cit.

13 Marie Mc Andrew et Coryse Ciceri, « L’enseignement des langues d’origine au Canada : réalités et débats », Revue européennes des migrations internationales, 2003, vol. 19, pp. 173-194. [En ligne] < https://remi.revues.org/398 >.

14 Cécile Canut et Alexandra Duchêne, « Appropriation politique et économique des langues », Langage et société, 2011, n° 136, pp. 5-12.

15 Myriam Hachimi Alaoui, « Intégration et lien de citoyenneté. Le cas du contrat d’accueil et d’intégration », in Serge Paugam (dir.), L’intégration inégale. Force, fragilité et rupture des liens sociaux, Paris, PUF, 2014, pp. 429-444.

16 Christel Cournil et Yves Depigny, « Contractualisation et externalisation de la politique migratoire : analyse et critique de la loi Hortefeux », Revue du droit public et de la science politique, 2008. [En ligne] < https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01094257 >. Hachimi Alaoui, op. cit.

17 Adrian Favell, “European citizenship in three Eurocities: a sociological approach to the European Union”, Politique européenne, 2010, n° 30, pp. 187-224. [En ligne] < https://www.cairn.info/revue-politique-europeenne-2010-1-page-187.htm >.

18 Voir la contribution de Noémie Szejnman : « Avant de développer un fonds d’apprentissage du français : questions à se poser », p. 69.

19 Voir la partie IV « L’interculturalité en pratique ».

20 Voir la partie II « Les bibliothèques, des tiers lieux pour l’apprentissage du français et de la vie en France ».

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search