Version classiqueVersion mobile

Accueillir des publics migrants et immigrés. Interculturalité en bibliothèque

 | 
Lucie Daudin

Partie 1. Comprendre le contexte

France, société multiculturelle

Patrick Simon

Texte intégral

1Il est banal d’affirmer en 2017 que la France est une société multiculturelle, c’est-à-dire que l’ampleur de la diversité ethnique, raciale et sociale de sa population transforme le cadre de la société aux niveaux interpersonnels, locaux, institutionnels et nationaux. La plupart des débats politiques et de société de ces trente dernières années sont marqués par cette dimension. Non seulement la « question de l’immigration » s’est imposée au cœur de l’agenda politique, mais la diversité croissante de la population française suscite des tensions autour de l’adaptation de la société française. L’actualisation du modèle politique et des représentations collectives, ce que l’on appelle l’identité nationale, est en jeu. Une société multiculturelle donc, mais qui en partie s’ignore, ou pour le dire plus concrètement, qui se refuse parfois à aménager les routines institutionnelles pour tenir compte du pluralisme des références et pratiques culturelles.

Un modèle d’intégration en crise permanente

2Il peut sembler paradoxal que la question multiculturelle puisse susciter tant de débats et de conflits dans un pays où l’immigration est une donnée démographique et politique depuis la fondation de la IIIe République, en 1871. À l’aulne de ce siècle et demi d’expérimentation de la diversité, la crise permanente que traverse le modèle d’intégration* depuis 30 ans est difficile à décrypter.

3Pour les uns, le modèle d’intégration paie l’abandon de l’approche assimilationniste ‒ l’imposition de pratiques, normes et valeurs aux immigrés ‒ au profit du multiculturalisme*. Ce changement d’approche est associé à l’inassimilabilité des immigrés venus de l’ancien empire colonial, majoritairement musulmans, dont la culture, les valeurs et les modes de vie seraient par trop éloignés des standards de la population majoritaire (sous des formes différentes, cette thèse est défendue, entre autres, par Alain Finkelkraut, Éric Zemmour, Laurent Bouvet ou Michèle Tribalat).

4Pour d’autres, les ratés de l’intégration résident dans les difficultés de socialisation liées à la ségrégation, aux spécificités des modèles éducatifs familiaux et au déficit de reconnaissance culturelle. Ces difficultés conduisent à l’échec scolaire et à une petite délinquance qui obèrent les chances de mobilité sociale, tandis qu’apparaît une culture de la pauvreté dans les quartiers populaires des grandes métropoles.

5Un troisième courant d’explication trouve dans les positions sociales des populations immigrées et les inégalités auxquelles elles sont confrontées la principale explication à leurs difficultés d’intégration, celles-ci étant relativement similaires à celles rencontrées par les milieux modestes autochtones. L’origine, la religion ou la culture ne détermineraient pas les trajectoires des immigrés, même si ces dimensions jouent un rôle dans les ressources dont ils disposent et dans les stigmatisations qu’ils subissent. Du reste, l’intégration fonctionne peut-être à « bas bruit » et les descendants d’immigrés connaissent finalement une certaine mobilité sociale qui pourrait, à terme, confirmer la vigueur du modèle français.

6Sans nier ces signes de mobilité, un autre courant, auquel je me rattache, voit dans les discriminations subies par les immigrés venant principalement, mais pas seulement, de l’ancien empire colonial et leur infériorisation sur des bases culturelles, raciales ou religieuses, le facteur principal qui rendrait compte de leurs difficultés à participer à part entière à la société. La comparaison entre les trajectoires suivies par les immigrés d’Europe du Sud et celles des immigrés d’Afrique qui occupent des positions similaires à leur arrivée dans la hiérarchie sociale montre que les premiers accèdent à de meilleures situations et sont mieux acceptés par la population majoritaire – on peut dire sont mieux intégrés dans et par la société ‒ que les seconds qui continuent à cumuler les difficultés à la génération suivante. Alors où en est vraiment la France multiculturelle en 2017 ?

L’immigration post-coloniale

Rappels historiques

7Si la France est un vieux pays d’immigration, c’est-à-dire un pays d’immigration depuis la moitié du xixe siècle, de profondes transformations dans le profil des immigrés se sont produites dans l’après seconde guerre mondiale. La période est marquée par une relance de la politique d’immigration, par la fin des migrations italienne et espagnole et par la montée en puissance des migrations post-coloniales, c’est-à-dire qui s’inscrivent dans le temps des colonies puis celui des décolonisations. Les « Français musulmans » d'Algérie, dont des contingents importants avaient été « importés » en métropole lors de la première guerre mondiale et, pour une partie d'entre eux, étaient restés, accèdent à la libre circulation avec la métropole en 1947. Plus de 200 000 de ces « Français musulmans » viennent y travailler au début des années 1950 et le mouvement s'amplifiera après l'indépendance de l'Algérie en 1962. Devenus Algériens, ils représenteront la principale communauté immigrée en France avec plus de 800 000 personnes en 1982.

8L'immigration portugaise est plus tardive et plus concentrée dans le temps : commencée en 1963, elle s'arrête en 1973. En 10 ans, plus de 700 000 Portugais, d'abord des hommes venus travailler et très rapidement des familles, viendront vivre en France. Dans les mêmes années, les immigrations marocaine et tunisienne se développent, suivant les relations privilégiées entretenues avec l'ancienne puissance tutélaire.

9L'immigration turque qui s'est déjà établie en Allemagne, en Belgique et dans les Pays-Bas arrive également en France au début des années 1970 et sera relancée par la crise kurde dans les années 1980.

10À la fin des années 1970 sont accueillis les boat people venant de l’Asie du Sud-Est (Vietnam, Laos, Cambodge), suivis dans les années 1990 et surtout 2000 par les migrations de Chine continentale. Ces dernières seront très présentes dans les mobilisations des sans-papiers, avec la dernière source principale de migrations pour compléter la diversité française : les migrations d’Afrique subsaharienne. Bien que présents depuis très longtemps mais en nombre restreint (tout comme les migrants asiatiques), les migrants d’Afrique subsaharienne connaissent la plus forte progression depuis le début des années 1990 et regroupent près de 800 000 personnes en 2012, venant essentiellement des pays francophones d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale. Les flux les plus récents concernent les Chinois de Chine populaire (près de 2 % des immigrés en 2012), les originaires du sous-continent indien (Pakistan, Inde, Sri-Lanka, Bangladesh) et des pays d’Europe de l’Est, mais leur nombre reste encore limité par rapport aux groupes plus anciens.

11Les flux d’immigration en France s’étaient stabilisés depuis le milieu des années 1970 et la proportion d’immigrés vivant en France variait peu depuis le début des années 1980 : les flux ont repris dans les années 1990 et 2000, tout en restant relativement mesurés. On recensait un peu plus de 4 millions d’immigrés en 1982, 4 310 000 en 1999 et 5 835 000 en 2013, soit 8,9 % de la population.

39 % des immigrés sont français

12En 2013, 39 % des immigrés sont de nationalité française, au lieu de 31,4 % en 1990. Les naturalisations ont connu un fort ralentissement à la fin de la présidence de Nicolas Sarkozy et ont repris leur rythme depuis. Ce sont ainsi 150 000 étrangers qui sont devenus Français en 2000 et 112 000 en 2015, toutes procédures confondues (naturalisation, mariage, naissance sur le territoire, etc.).

13Les caractéristiques des différentes communautés immigrées apparaissent très contrastées, aussi bien du point de vue démographique qu’économique, résidentiel ou culturel. L’ancienneté de l’immigration détermine en partie ces différences, mais d’autres paramètres entrent en jeu. Ils sont liés aux capitaux sociaux et culturels, d’une part, et à la réception des groupes par la population majoritaire, d’autre part. Les proportions de citoyens français varient ainsi entre 70 % pour les originaires d’Asie du Sud-Est et les Polonais, 57 % chez les Italiens à 14 % pour les Algériens et 17 % pour les Portugais.

14Le vieillissement des courants les plus anciens est maintenant très avancé. Les deux tiers des Italiens et 54 % des Espagnols ont dépassé 60 ans. Le mouvement s’étend maintenant aux Portugais (29 % de plus de 60 ans) et aux Algériens (27 %). Féminisation, naturalisation et vieillissement ne sont qu’une facette du paysage de l’immigration en France, car l’autre phénomène décisif a été l’apparition d’une « seconde génération » constituée par les enfants des immigrés venus enfants ou nés en France.

Pourquoi une controverse sur l’intégration ?

15Représentant 6,8 millions de personnes en 2012, soit 11 % de la population, les descendants d’immigrés cristallisent par leur position singulière – Français, mais perçus comme immigrés dans bien des cas - les questions soulevées par le modèle d’intégration. La déconnexion est croissante entre l’ensemble constitué par la culture, les valeurs et les normes de la société – ce que l’on qualifie de société nationale – et la manière dont celles-ci sont définies, vécues et interprétées localement – pas seulement à l’échelle des « quartiers ». Le caractère multiculturel de nombreuses grandes villes françaises et de leurs banlieues n’est pas reflété dans les représentations collectives nationales.

16Même si la loi du nombre n’est pas, loin s’en faut, un critère décisif dans l’organisation de la cité, la représentation quantitative de certaines réalités sociales permet d’éclairer l’ampleur de cette déconnexion.

Focus

Pour illustration, trois chiffres dont la portée apparaît des plus fortes. La population immigrée ou descendante d’immigrés – toutes origines confondues ‒ représente 24 % de l’ensemble de la population en France métropolitaine. En Île-de-France, elle est de 48 %. En Seine-Saint-Denis, de 75 %.

17À la lumière de ces seuls chiffres, il devient difficile de défendre les valeurs et les normes collectives telles qu’elles ont été construites et sédimentées à une époque où ces 75 % d’habitants de la Seine-Saint-Denis n’y vivaient pas. Exiger des trois quarts d’une population donnée qu’ils s’assimilent sans broncher à un modèle dans lequel ils ne se reconnaissent pas devient irrecevable, en termes démocratiques et sociologiques. De fait, cela ne s’est jamais produit. Il y a toujours eu des adaptations réciproques, souvent sous la forme de conflits, et l’activité de ceux qui vivaient là où ils vivaient, immigrés et non immigrés, a contribué à façonner le cadre social dans lequel nous évoluons. Or ces ajustements qui sont en train de se produire devant nous sont combattus au nom de la lutte contre le communautarisme. Cette tension entre la société d’en bas qui émerge et celle des institutions et des représentations qui la gouverne, forme la controverse de l’intégration.

Une ségrégation spatiale qui ne se desserre pas

La place des immigrés dans la hiérarchie urbaine…

18Depuis les premiers conflits urbains observés à la fin des années 1970 et au début des années 1980, les quartiers en difficultés ont fait l’objet de politiques publiques destinées à lutter contre la ségrégation et à « casser les ghettos ». La formation d’enclaves ou de quartiers à forte concentration d’immigrés et de descendants d’immigrés, désignés sous l’appellation de ghettos ethniques, est présentée non seulement comme la traduction d’un système de ségrégation qui relègue les populations immigrées dans les quartiers les plus déshérités des métropoles, mais également comme le ferment d’une autonomisation culturelle qui empêche la réalisation de l’intégration. Cette ségrégation est visible par la composition de la population, les commerces spécialisés dans la consommation d’une ou plusieurs communautés, le tissu associatif, notamment à dimension religieuse. Les données du recensement confirment qu’il existe une ségrégation importante, non seulement sociale mais également ethnique et qu’elle est restée stable depuis 30 ans. Cela signifie que les politiques de mixité sociale dans l’habitat ne se sont pas traduites par une réduction des niveaux de concentration. Le découpage des zones urbaines sensibles (ZUS) reflète bien la position particulière des immigrés dans la hiérarchie urbaine : alors qu’ils représentent 8,9 % de la population en France, ils forment un peu plus du quart des habitants des quartiers en ZUS en 2006.

  • 1 L’enquête Trajectoires et origines a été réalisée en 2008-2009 par l’Ined et l’Insee auprès de 22 0 (...)

19L’enquête Trajectoires et origines1 permet de prendre la mesure de la ségrégation en caractérisant les quartiers selon la proportion d’immigrés qui y résident. Près de la moitié des immigrés et le tiers des descendants d’immigrés vivent dans les quartiers à fortes concentrations d’immigrés, à comparer aux 12 % de la population majoritaire habitant dans ces quartiers. De même, ils vivent dans des proportions similaires dans les quartiers où s’observent les plus forts taux de chômage. Ces niveaux de concentration fluctuent beaucoup en fonction des origines et les immigrés du Maghreb, d’Afrique subsaharienne et de Turquie connaissent les plus forts taux de ségrégation (entre 54 % et 62 %). A contrario, les immigrés d’Europe du Sud (Italie, Espagne et Portugal) résident peu dans ces quartiers qui cumulent les désavantages. Une structure particulière de ségrégation se dégage, frappant moins les immigrés en tant que tels que ceux formant les « minorités visibles ». Les Français originaires des départements d’outre-mer (DOM) se retrouvent ainsi à vivre également dans des quartiers similaires. S’il existe des conditions objectives expliquant la situation résidentielle des immigrés ‒ faibles revenus, déficit d’information sur le marché immobilier, grandes familles ‒ , qu’en est-il de leurs enfants ?

… et celle de leurs descendants

20Les descendants d’immigrés rencontrent une situation plus mitigée. Leur ségrégation est certes moins élevée que pour les immigrés de même origine. Ils sont de l’ordre de 10 % de moins à vivre dans des quartiers à forte concentration d’immigrés ou à fort taux de chômage. On observe donc une réduction de la ségrégation d’une génération à l’autre, signalant une mobilité résidentielle vers des quartiers moins désavantagés.

21Mais cette mobilité reste somme toute limitée et un peu plus de 40 % des descendants d’immigrés du Maghreb et près de 55 % de ceux d’Afrique sub-saharienne vivent encore dans des quartiers ségrégés, alors que les descendants des immigrés d’Europe du Sud ne sont que 20 % dans ce cas. Ni les revenus, ni la situation familiale, ni les niveaux d’éducation ne suffisent à expliquer ces écarts : à conditions sociales égales, les minorités visibles se retrouvent plus souvent dans les quartiers non seulement populaires, mais également frappés par le chômage et concentrant les immigrés. Il existe donc une structure ségrégative lourde qui limite l’accès aux quartiers les mieux dotés socialement et qui confine non seulement les immigrés d’origine africaine ou turque, mais aussi leurs descendants, dans les quartiers les moins attractifs des grandes métropoles.

Mélanges sociaux et structure inégalitaire

Un repli communautaire fantasmé, mais un réel « plafond de verre »

22L’un des paradoxes du contexte français est qu’en dépit des discours sur le « communautarisme », on observe en fait très peu de « repli communautaire » dans les rapports sociaux. La plupart des immigrés et de leurs descendants ont des réseaux amicaux plutôt mélangés, et les unions mixtes deviennent relativement fréquentes à la génération des descendants.

23Si l’on peut mettre en évidence des dynamiques de mélanges dans l’espace social, on ne peut pas dire pour autant que la société française est complètement ouverte. Les principaux vecteurs d’intégration dans la société restent l’école, par la socialisation, la transmission de normes et la dotation en qualification qu’elle assure, et le milieu du travail. Or les parcours scolaires des enfants d’immigrés sont relativement hétérogènes, comprenant des sorties précoces du système scolaire sans diplôme pour certains groupes, mais également une poursuite d’études supérieures qui tranche avec le profil de faible éducation des parents.

24Ces parcours n’ouvrent cependant pas à des emplois stables en adéquation avec les qualifications acquises. On sait que les jeunes générations peinent à entrer sur le marché du travail où la précarisation est devenue la norme. Le taux de chômage des jeunes d’origine maghrébine, subsaharienne ou turque est plus du double de celui des jeunes de la population majoritaire. Ce sur-chômage se maintient même lorsque l’on tient compte du niveau d’étude, de l’expérience acquise, des conditions familiales ou du quartier de résidence. Il s’agit bien d’obstacles structurels sur le marché du travail fondés sur l’origine. Et il ne s’agit pas de l’origine immigrée en général, puisque les descendants d’immigrés européens connaissent eux moins de chômage que la population majoritaire. Les minorités visibles sont là encore plus exposées à ce qui relève bien d’une discrimination dont les effets s’étendent bien au-delà de la recherche d’un emploi. Quand ils trouvent du travail, les descendants d’immigrés expérimentent plus que la moyenne, à qualification égale, les petits boulots, les stages ou les emplois où ils sont surdiplômés pour les tâches qu’ils accomplissent.

Passer du « eux » au « nous »

25Ces discriminations se retrouvent, sous des formes différentes, sur le marché du logement, dans l’accès à la santé et aux services publics. Elles contredisent la promesse d’égalité contenue dans le modèle d’intégration et sapent la perspective d’une participation pleine et entière à la société.

26Ce processus par lequel Belges, Italiens, Polonais, Espagnols et plus récemment Portugais se sont fondus dans la communauté des citoyens ‒ non sans heurts et pas nécessairement en perdant leur identité ethno-culturelle ni sans fonctionnement communautaire ‒, n’opère pas de la même façon pour les originaires de l’ancien empire colonial. Il y a de nombreuses explications à cette bifurcation du modèle d’intégration qui nécessiteraient de plus amples développements. Retenons que les conséquences du traitement spécifique que reçoivent les minorités maghrébines, subsahariennes et asiatiques minent la cohésion sociale et construisent les frontières communautaires dénoncées par ailleurs.

Focus

En 2017, les Français d’origine maghrébine, subsaharienne et asiatique ne sont pas encore des Français à part entière, et ils ne le seront pas tant que la France n’acceptera pas son destin de société multiculturelle.

27La crise du modèle d’intégration se lit dans cette incorporation inachevée qui dépend moins de la volonté des immigrés et de leurs descendants, que de la capacité des structures de la société française et des représentations collectives à embrasser la dimension multiculturelle. L’enjeu central désormais est bien de passer du « eux » au « nous ».

Notes

1 L’enquête Trajectoires et origines a été réalisée en 2008-2009 par l’Ined et l’Insee auprès de 22 000 personnes résidant en France métropolitaine, âgées de 18 à 60 ans. Pour une vue d’ensemble des résultats, voir Cris Beauchemin, Christelle Hamel et Patrick Simon (dir.), Trajectoires et origines, enquête sur la diversité des populations en France, Paris, Ined Éditions, 2016 (coll. Grandes enquêtes).

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search