Version classiqueVersion mobile

Accueillir des publics migrants et immigrés. Interculturalité en bibliothèque

 | 
Lucie Daudin

Partie 1. Comprendre le contexte

Mots et chiffres pour dire les migrations dans la France d’aujourd’hui

Mustapha Harzoune

Texte intégral

  • 1 Le terme Harraga, vient de l’arabe maghrébin « brûleurs » – « qui brûlent » (les papiers). Les harr (...)

1Étranger* – Immigré – Émigré – Expatrié – Apatride – Sans Papiers – Clandestin – Réfugié* – Demandeur d’asile* – Débouté – Exilé – Harraga1 – Déplacé – Issu de l’immigration – D’origine immigrée – Beur – Infiltré… Ces mots disent et désignent l’autre, celui qui arrive, comme celui qui vit ici. Comme la « tutelle » du chiffre, la tutelle des mots sélectionne, trie entre désirable et indésirable. Les mots disent le monde, traduisent les perceptions, fondent les hospitalités ou les suspicions.

Les dérives du mot « migrant »

  • 2 Jacques Toubon, Les droits fondamentaux des étrangers en France : rapport thématique, mai 2016.

2Depuis peu, un mot fait florès : « migrant ». Son usage s’est généralisé : « crise des migrants », « enfant migrant », « camp de migrants », « mort d’un migrant », « migrant afghan »… Ainsi, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants, se sont réveillés « migrants ». Exit l’humanité. Exit la chair et le sang. Exit les larmes et les rires. La vie, comme la mort – sauf le temps d’une photo – sont ravalées au rang d’une abstraction langagière. Un tour de passe-passe. « Migrants » ! Le doigt vient d’actionner l’engrenage : étiqueter pour mieux s’abstraire des règles et valeurs qui commandent à un humain d’aider un autre humain. Si ce sont des « migrants », c’est qu’ils ne sont pas totalement, pas complètement, insuffisamment, des hommes et des femmes comme vous et moi. Et d’ailleurs, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, vient de donner l’alarme : « le fait que le droit et les pratiques perçoivent les individus comme “étrangers” avant de les considérer pour ce qu’ils sont, enfants, malades, travailleurs ou usagers du service public, conduit à affaiblir sensiblement leur accès aux droits fondamentaux »2.

3« Migrant » est devenu un mot fourre-tout. Dans un souci louable de neutralité, il désigne toute personne en situation de déplacement, de mobilité. Mais, ce faisant, il trouble et égare, car il finit par emballer dans le même sac, le réfugié et le touriste, le migrant économique et le demandeur d’asile, le curieux et le nécessiteux. L’obligatoire et le volontaire. Avec le vocable « migrant », on fait les soldes, on emballe tout ce beau monde pour ne pas avoir à distinguer et, par glissements imperceptibles, détourner le regard et s’en laver les mains.

  • 3 Jean Paul Mari, Les bateaux ivres : l’odyssée des migrants en Méditerranée, Paris, J. C. Lattès, 20 (...)

4« Migrant » déresponsabilise quand « réfugié » interpelle. Comme l’écrit Jean Paul Mari, « non, les migrants ne sont pas des clandestins. La plupart sont des réfugiés. Et ils ont le droit – le droit, pas la charité – de trouver asile dans le pays d’Europe où ils s’exilent »3.

  • 4 François Gemenne, cité par Blandine Le Cain, « Migrants » ou « réfugiés » : quels mots pour rendre (...)

5Car les perceptions changent, et le terme « migrant » voit sa neutralité conceptuelle s’étioler : à coup de « crise » économique, d’obsession sécuritaire et de stress obsidional, le « migrant » devient un suspect. Dans la dialectique du mot et de l’image, « migrant » finit par renvoyer à la fuite, à l’invasion. Le chercheur François Gemenne résume : « Désormais, il est associé à l'idée que les migrants sont des hors-la-loi, une association renforcée par des expressions telles que migrant illégal »4.

  • 5 Sources : Institut national d’études démographiques (Ined) et pour 1990 Organisation de coopération (...)
  • 6 Marie Verdier, avec Denis Sergent, « Migrer, c’est toute l’histoire de l’humanité », La Croix, 6 no (...)

6On en oublie que l’espèce humaine préfère les pantoufles (ou les babouches) aux semelles de vent : en 2013, les migrants ne représentent que 3 % de la population mondiale (232 millions sur 7 milliards). Si, compte tenu de l’augmentation de la population, le volume grossit, la hausse du pourcentage est inférieure à 1 % sur les cinquante dernières années (2,3 % en 1965, 2,9 % en 1990)5. Ce qui ne minore en rien les fonctions des migrations ou des mobilités, non seulement dans l’histoire de l’humanité mais comme processus générique inhérent, voire au fondement de toute vie. « Les migrations ont été la normalité pendant toute l’histoire de l’humanité » avec à la clef « des métissages multiples » résume Eva Maria Geigl, spécialiste de paléogéomique6.

  • 7 Ibid., Christian Grataloup, géographe à l’université Paris-Diderot, auteur d’une Géohistoire de la (...)
  • 8 Sur ce sujet, lire James C. Scott, Zomia ou l’art de ne pas être gouverné, Paris, Seuil, 2013.

7Comme la migration n’est ni une maladie ni un crime, il serait utile d’interroger l’histoire de nos représentations et la place que tiennent, dans ces perceptions (et idéologies), la constitution des États-nations et l’ancestrale séparation entre nomades/éleveurs et sédentaires/cultivateurs : « Parler de migrants, c’est déjà se placer du point de vue du sédentaire. Et, pour celui-ci, le nomade, terme très dépréciateur, c’est l’autre absolu, tout comme le migrant d’aujourd’hui évoque plus ou moins un envahisseur qui va tout dévaster et qu’il faut empêcher d’entrer »7. Le migrant cacherait donc un envahisseur. Insaisissable, évanescent, possiblement destructeur. Exit, sauf peut-être dans l’Allemagne d’Angela Merkel, les perspectives d’intégration. Le migrant est renvoyé à l’errance, à l’opposition « sédentaire versus nomade »8. Pour mieux le repousser. Pour inverser la charge des responsabilités dans les déconvenues de l’intégration. Pour nier et refuser les influences réciproques et les métissages. L’errance ou l’autre façon d’exclure du commun de l’humanité.

  • 9 François Gemenne, cité par Blandine Le Cain, « Migrants » ou « réfugiés », op. cit.

8Les chiffres et les situations montrent que l’invasion est un mythe (voir les chiffres ci-après). Pourtant la peur demeure. Et il n’est pas certain que « bien nommer les choses » enlèverait du malheur au monde. Pour François Gemenne, « la question du vocabulaire est importante mais ne doit pas masquer une réalité : la population, aujourd'hui, est majoritairement anti-migrants. » Reste alors à « être extrêmement clair dans les appellations en faisant un effort de pédagogie, et rehausser le niveau du débat public, situé aujourd'hui dans le caniveau »9.

Objectiver par les chiffres

9Il faut donc faire « effort de pédagogie ». Dissocier les populations et les individus, tenir compte de la diversité des motifs, des conditions d’arrivée, d’installation, des projets, distinguer entre ceux qui arrivent et ceux déjà présents : objectiver grâce aux données disponibles, qui peuvent déterminer des projets et besoins d’intégration différents et influer sur les politiques d’accompagnement.

L’immigration en France : 8,9 % de la population

10Selon l’Insee, en 2013, la France comptait :

  • 4 083 857 d’étrangers soit 6,2 % de la population totale ;
  • 5 835 344 d’immigrés soit 8,9 % de la population totale.

1136,5 % des immigrés sont originaires d’Europe, 43,5 % d’Afrique, 14,5 % d’Asie.

Graphique. Répartition des immigrés par pays de naissance en 2013

Graphique. Répartition des immigrés par pays de naissance en 2013

Source : Insee.

12De 2004 à 2012, 200 000 immigrés sont entrés chaque année, en moyenne, sur le territoire français. Compte tenu des décès et des départs, la population immigrée a crû en moyenne de 90 000 personnes par an, soit… 0,1 % de la population totale !

13De 2004 à 2009, les entrées en France sont restées stables, puis ont augmenté, de 2009 à 2012, en raison essentiellement de l’afflux d’Européens. En 2012, 46 % des immigrés entrés en France sont nés dans le continent contre un tiers dix ans auparavant. Entre 2009 et 2012, l’entrée des Européens a progressé de 12 % par an en moyenne. Cette augmentation – pour plus de la moitié en provenance du Portugal, de l’Espagne et de l’Italie – explique pour l’essentiel la hausse du nombre total des entrées.

Une immigration féminine et familiale

14Avec 54 % des entrants en 2012, les femmes sont plus nombreuses. Cette moyenne cache de fortes disparités. Ainsi, la part des femmes s’élève à 67 % pour la Chine, 56 % pour le Maroc ou l’Algérie, 54 % pour la Turquie et l’Afrique et 45 % pour le Portugal.

15Toutes origines confondues, plus de la moitié des immigrés entrés en France en 2012 et âgés de plus de 20 ans vivent en couple l’année de leur arrivée et notamment les femmes immigrées (57 % contre 46 %). Le conjoint est le plus souvent aussi immigré, ceci est particulièrement le cas des immigrés originaires d’Asie. Dans sept cas sur dix, l’homme en couple est arrivé accompagné de sa conjointe, alors que ce n’est le cas que d’une femme sur deux. Un quart des immigrés arrivés en France en 2012 déclarent vivre en couple avec enfant début 2013 et 2 % sont le parent d’une famille monoparentale.

Des niveaux d’étude très variables

1627 % des immigrés entrés en France en 2012 n’avaient aucun diplôme. Cette part de non diplômés est de 24 % pour les Européens mais s’élève à 56 % pour les immigrés portugais. Elle est de 35 % pour les originaires d’Afrique, de 23 % pour les Asiatiques et de 11 % pour l’immigration chinoise.

17Si 39 % de l’ensemble des immigrés sont diplômés du supérieur, ils sont 40 % pour les Européens (14 % pour les Portugais), 29 % pour les originaires d’Afrique (avec 33 % et 36 % pour les Algériens et les Tunisiens) et 48 % pour les originaires d’Asie (61 % pour l’immigration chinoise). Avec 57 % de non diplômés et 14 % de diplômés du supérieur, l’immigration turque est comparable (statistiquement) à l’immigration portugaise.

L’immigration à la carte (de séjour)

  • 10 Ces chiffres n’incluent donc pas les ressortissants des pays communautaires et de certains pays eur (...)

18D’après les données fournies par le ministère de l’Intérieur sur les premiers titres de séjour délivrés aux étrangers majeurs10, le nombre des admissions estimées pour l’année 2015 est de 212 365, contre 205 393 en 2013 et 210 940 en 2014.

19La part estimée de l’immigration familiale en 2015 représentait 42 % (contre 45 % en 2013), celle des étudiants reste stable avec 31 % en 2015, le reste se répartissant entre motifs économique (autour de 20 000 entre 2013 et 2015, en hausse de 9,4 % sur la période) et humanitaire (+3,5 %).

Le cas des demandeurs d’asile et réfugiés

  • 11 Source : Eurostat, Office statistique de l’Union européenne.

20En 2015, 1 255 600 primo-demandeurs d’asile ont introduit une demande de protection internationale dans les États membres de l’Union européenne (UE), soit plus du double que l'année précédente11. Quand on rapporte par pays leur nombre pour un million d’habitants, le lustre d’une France patrie des droits de l’homme pâlit…

Tableau. Primo-demandeurs d’asile dans les États membres de l’UE

Nombre de primo-demandeurs d'asile Part du total de l'Union européenne (%) Nombre de primo-demandeurspar million d’habitants
2014 2015 2015 2015
Union européenne 562 680 1 255 640 100 % 2 470
France 58 845 70 570 6 % 1 063
Allemagne 172 945 441 800 35 % 5 441
Suède 74 980 156 110 12 % 16 016

http://ec.europa.eu/​eurostat/​documents/​2995521/​7203842/​3-04032016-AP-FR.pdf/​078f4e14-8bb7-45d2-bdbf-8bb3881270b2

21Et on ne saurait oublier que ces hommes et ces femmes qui débarquent sur les côtes européennes ne représentent qu’une infime minorité des flux. Sur les 65,3 millions de réfugiés et déplacés dans le monde (soit un être humain sur 113 précise le Haut-Commissariat aux réfugiés [HCR]) ce sont d’abord et avant tout les pays frontaliers qui accordent le premier asile. Ainsi, plus de 86 % des 4,8 millions de réfugiés syriens sont accueillis par trois pays voisins : la Turquie (2,5 millions de réfugiés syriens), le Liban (1,06 million) et la Jordanie (628 000).

Encadré. Sources statistiques et difficultés des comparaisons

Principales sources au niveau français

• Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) < http://www.insee.fr/fr/ > À noter : le site de l’Insee permet d’obtenir des données sur le nombre d’étrangers ou d’immigrés à des échelles locales (département, commune, arrondissement…), très utiles pour démarrer un état des lieux territorial.>
• Institut national des études démographiques (Ined) < http://www.ined.fr/ >
• Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) < https://www.ofpra.gouv.fr/ >
• Direction générale des étrangers en France (DGEF) au sein du ministère de l'Intérieur < http://www.immigration.interieur.gouv.fr/​ >

Principales sources au niveau international

On peut ajouter à ces organismes des centres de recherche universitaire spécialisés dans le domaine des migrations (Urmis, Migrinter…), ainsi que des organisations non gouvernementales (ONG) ou associations.

Difficultés

Les différentes méthodes de recension statistiques, au niveau international mais aussi national expliquent des données différentes et la difficulté des comparaisons. Ainsi, les données fournies par l’Insee reposent sur les recensements alors que les statistiques du ministère de l’Intérieur reposent sur les délivrances des titres de séjour, qui ne concernent pas les Européens membres de l’UE.

Sur le plan international, les recensions statistiques varient en fonction de la durée du séjour (recommandation de l’ONU, reprise partiellement par Eurostat) soit à partir des motifs de ce séjour (France).

Parmi les autres difficultés relatives aux statistiques en matière d’immigration, figurent :

* Voir la contribution de Stéphanie Alexandre et Lucie Daudin : « Identifier des associations ressources », p. 117.

Pour comprendre les immigrés, lisez leurs littératures

22D’autres éléments participent des spécificités, collectives et individuelles, des migrants. Il est difficile ici d’approfondir des sujets souvent polémiques. Il convient, à tout le moins, de pointer des thèmes et interrogations susceptibles d’aider à mieux appréhender les attentes et les besoins des publics d’une part, à nourrir les questionnements, à enrichir les approches de ces mêmes publics par les professionnels d’autre part. En ces matières, culturelles et humaines, il faut se méfier des réductions et simplifications.

23De quoi s’agit-il ? De distinguer, par exemple, entre ceux pour qui le retour est impossible et ceux qui, entre illusions et réalité, projettent de repartir. De mesurer en quoi le rapport à la France (histoire, langue, culture) peut influer sur les conditions de l’accueil. De questionner les trajectoires et les conditions d’arrivée. De saisir en quoi le projet migratoire détermine les priorités de chacun et, en retour, les moyens mis en œuvre pour satisfaire ledit projet. De comprendre comment l’exil est vécu : arrachement, culpabilité, mission ou projet individuel, nostalgie ou projection dans une réalité nouvelle. D’interroger, quand il existe, les ressources offertes par l’existence d’un réseau associatif communautaire. De prendre en compte, de manière dynamique, le « bagage » culturel (structure familiale, valorisation ou non du savoir et de la réussite scolaire, distinction entre fille et garçon, patriarcat, religion, réseau communautaire, etc.) et d’en observer les interactions avec le parcours migratoire (transformation, métissage, crispation).

24À toutes ces questions, des études sociologiques apportent des réponses ou des pistes de travail12. Mais cette approche qualitative peut être satisfaite par… d’autres mots. « Pour comprendre les Roms, découvrez leur littérature » conseille Cécile Kovacshazy13. Oui ! Pour comprendre les immigrés lisez leurs littératures. « La voix littéraire permet d’affirmer son humanité. C’est la force de la littérature contre la fiction des préjugés » ajoute-t-elle, rappelant la pensée d’Amin Maalouf pour qui « l’intimité d’un peuple c’est sa littérature »14. Les littératures de l’exil offrent des éclairages, la possibilité de saisir l’arc-en-ciel des attentes, des comportements, des constructions et déconstructions, des dynamiques et des résistances… Illustrations par quelques exemples par quelques auteur·e·s et romans.

Rester ou repartir ?

  • 15 Gaspard Koenig, Kidnapping, Paris, Grasset, 2015.
  • 16 Sema Kiliçkaya, Le royaume sans racines, La Celle-Saint-Cloud, In Octavo, 2013.
  • 17 Kéthévane Davrichewy, La Mer noire, Paris, Sabine Wespieser, 2010.

25L’immigré arrive rarement pour s’installer. Il compte bien repartir. Il construit ses rêves (et sa maison) là où il est parti. Avec le temps, le retour devient, comme pour Roxy, roumaine exilée à Londres « de plus en plus lointain et incertain »15. La perspective de rentrer prend, insidieusement, eau de toute part. Du côté turc, Sema Kiliçaya montre que le mythe du retour est « un rêve qui appartenait à Souane, à Hassane, à Ali, à Mesrour et à bien d’autres »16 mais pas à Zora, la fille de Souane. Kéthévane Davrichewy17 évoque, elle, les Géorgiens devenus Français. Pourtant, quand les exilés débarquèrent au lendemain de la révolution bolchévique, il n’était pas question d’intégration, ils étaient certains de rentrer au pays, et fissa. Rien à voir avec les Juifs de Russie pour qui « le retour est inenvisageable, ils ont l’intention de construire une nouvelle vie ici. […/…] Nos exils et nos communautés ne se ressemblent pas. Tandis que nous attendons le retour, ils s’installent » dit la jeune Tamouna.

École et savoir

  • 18 Mouloud Feraoun, Le fils du pauvre : Menrad, instituteur kabyle, Le Puy, Les Cahiers du nouvel huma (...)
  • 19 Doan Bui, Le silence de mon père, Paris, L’iconoclaste, 2016.
  • 20 Mabrouck Rachedi, Habiba Mahany, La petite Malika, Paris, Jean-Claude Lattès, 2010.
  • 21 Sema Kiliçkaya, op. cit.

26Depuis Mouloud Feraoun et Le fils du pauvre jusqu’au tout dernier Magyd Cherfi18 l’ombre des écoles républicaines glisse dans les romans et les témoignages. La découverte de mondes insoupçonnés, l’altérité en bleu blanc rouge confrontent l’enfant aux premières expériences de la dissonance culturelle et existentielle. Le gamin, « indigène » ou « immigré », y fait l’apprentissage de l’autre et bifurque, sans le savoir parfois, sur les sentes escarpées de l’émancipation et de la réinvention identitaire. Doan Bui19 en témoigne pour l’immigration vietnamienne. La petite Malika20 en donne un aperçu en milieu maghrébin. Selma Kiliçaya brosse une trajectoire turque : « Zora avait décidé qu’elle échapperait à son destin de fille de culture musulmane grâce à l’école. Sa seule porte de sortie, pensait-elle, était les études »21.

  • 22 Magyd Cherfi, op. cit.
  • 23 Mabrouck Rachedi, Habiba Mahany, op. cit.
  • 24 Djilali Bencheikh, Tes yeux bleus occupent mon esprit, Tunis, Elyzad, 2007.
  • 25 Azouz Begag, Le gone du Chaâba, Paris, Seuil, 1986.
  • 26 Magyd Cherfi, op. cit.

27Mais il faut compter avec les résistances, et parfois, se rebiffer contre les siens. Étancher sa soif de connaissances au sein de l’école ‒ française, républicaine et laïque ‒, revendiquer sa « part de gaulois »22, peut valoir le titre de « gogole » et l’excommunication à coup de « honte sur ta famille sur sept générations »23. Dans un contexte colonial, Djilali Bencheikh résume : « travailler bien en classe, c’est trahir les Arabes et leur sainte religion », « c’est faire preuve d’allégeance aux roumis »24. Il suffit de remplacer la cause nationale par tout autre vertige identitaire pour se retrouver, ni une ni deux, dans l’immigration avec Azouz Begag25 ou Magyd Cherfi : « t’es un traître, un traître à la cause, tu renies ta race et le Prophète »26.

  • 27 Magyd Cherfi, La trempe, Paris, Actes Sud, 2007 (coll. Domaine français).

28Pour autant, pour nombre de parents ‒ illettrés ou instruits ‒ la justification de l’exil ne se trouve pas dans la maison construite au bled, mais bien dans la réussite, au moins scolaire, des enfants. La mère de Magyd Cherfi visait pour ses enfants « la cime des hommes ». « Je me suis senti devenir méchant » écrit le fiston, qui sait, lui, les obstacles que dresse une société par trop inégalitaire : « pourquoi faut-il naître quand on a la certitude de lécher le caniveau ? »27

  • 28 Magyd Cherfi, Ma part de Gaulois, op. cit.
  • 29 Driss Chraïbi La civilisation, ma mère !, Paris, Gallimard, 1988 (coll. Folio n° 1902).

29Autres éléments à ajouter à un tableau déjà complexe, la part de culpabilité, à tout le moins le tourment des bifurcations, qui peut ébranler la progéniture. « Si je continue d’apprendre, maman, je ne serai plus toi, tu vas me faire ton pire ennemi ! » écrit Magyd Cherfi28 comme en écho à Driss Chraïbi29. Devenir un bon élève peut se payer cher. Doan Bui, en dévoilant l’angle mort de l’intégration à la française, montre que « l’exil brise les pères », à coups de culpabilité pour ceux restés au pays mais aussi par un sentiment de « trahison » à voir ses enfants « déjà passés de l’autre côté ».

La part individuelle

  • 30 Paola Pigani, Venus d’ailleurs, Paris, Éditions Liana Levi, 2015.

30Mais on peut débarquer du même pays, appartenir à la même famille et pourtant adopter des attitudes opposées : se projeter vers le futur ou traîner les fantômes du passé. Dans Venus d’ailleurs, Paola Pigani raconte comment deux réfugiés albanais vivent leur exil : « mon frère a du mal ici. La maladie d’être triste. Une valise ici, une valise là-bas. Il lui manque toujours quelque chose. Moi je veux quitter ma jeunesse en France, connaître les gens, parler et chanter comme eux et rire aussi. Je dis qu’on n’a pas le choix. Mirko, lui, est plus impossible que moi à changer ! » dit Simona30.

  • 31 Mohamed Dib, in Salim Jay, Littératures méditerranéennes et horizons migratoires. Une anthologie. C (...)
  • 32 Luc Bassong, Comment immigrer en France en 20 leçons, Paris, Max Milo, 2006 (coll. Condition humain (...)
  • 33 Ha Jin, La liberté de vivre, traduit de l’anglais (États-Unis) par Isabelle Perrin, Paris, Seuil, 2 (...)

31Ainsi, selon la formule de l’Algérien Mohamed Dib, il faut savoir se découvrir autre face à une réalité autre, ne plus rester un immigré pour ne pas être un migrant raté31. Luc Bassong invite à titiller les fausses fidélités, à s’alléger du passé pour répondre aux exigences du présent et à l’appel du futur : « tout ce que nous demandons, c’est de pouvoir manger à notre faim, être reconnus et participer au monde. L’histoire ne nourrit personne, à part les historiens »32. « Plus on bouge plus on devient fort. Ce n’est pas comme un arbre qui risque la mort si on le déracine » écrit Ha Jin33 ; quand d’autres se meurent d’avoir bougé.

Vers une pédagogie du métissage

  • 34 Abdelkader Railane, En pleine face, Plombières les Bains, Éditions Ex æquo, 2011 (coll. Aventure).

32Ces tensions et particularités peuvent induire des effets schizophréniques à l’image d’Abdelréda34 qui doit composer avec des injonctions identitaires qui l’emberlificotent dans un embrouillamini bien trop serré pour un adolescent de 14 ans. Il y a d’un côté les règles au sein de la famille ; le désir du père algérien de « rentrer » au pays ; la doxa des cités, mélange de racisme, de sexisme, de machisme et de bêtise ; les tartufferies d’un imam djellabalisé, barbu et musqué ; les insupportables discriminations* et humiliations subies. De l’autre, il y a le collège ; son entraîneur ; les copains de la salle de boxe ; le constat que « les vacances à Ouled Djemaa, c’est déprimant » ; son désir de France et son amour pour Marie. « Ce n’est pas simple de vivre dans une cité. Je dois dissimuler une partie de ma personnalité et ne montrer que celle qui convient à mon environnement. Tel un caméléon, je dois jongler avec mes différentes personnalités […] ». « Mais le vrai moi, où se situe-t-il ? ». « En fait, je ne sais pas, je suis dans la merde quoi ! » lâche Abdelréda, incarnation adolescente et fragmentée d’une modernité métisse.

  • 35 Daryush Shayegan, La conscience métisse, Paris, Albin Michel, 2011 (coll. Bibliothèque Albin Michel (...)
  • 36 Monica Ali, Sept mers et treize rivières, Paris, Belfond 2004.

33Ici, l’accueil des immigrés, bien au-delà de la valorisation interculturelle des supposées différences, doit s’efforcer de créer les conditions et les éléments d’une pédagogie du divers. Une pédagogie qui viserait moins à opposer ou à valoriser les différences qu’à permettre aux uns et aux autres – migrants ET société d’accueil – d’articuler ces différences pour reprendre Hugues Lagrange, fournir les outils pour mieux vivre cette « conscience métisse »35. Il s’agit de trouver les mots ‒ d’autres mots ‒ pour aider Chanu à trouver sa place dans sa famille et dans un monde en mouvement, comme il s’agit de fournir les mots à sa femme et à sa fille, traversées désormais par des eaux mêlées, pour se dire et pour être36.

Notes

1 Le terme Harraga, vient de l’arabe maghrébin « brûleurs » – « qui brûlent » (les papiers). Les harragas désignent les « brûleurs de route », ces « candidats au suicide » comme l’écrit l’Algérien Boualem Sansal, celles et ceux qui, depuis les côtes libyennes ou tunisiennes, mais aussi aux confins du Sahara tentent de rejoindre l’Europe.

2 Jacques Toubon, Les droits fondamentaux des étrangers en France : rapport thématique, mai 2016.

3 Jean Paul Mari, Les bateaux ivres : l’odyssée des migrants en Méditerranée, Paris, J. C. Lattès, 2015.

4 François Gemenne, cité par Blandine Le Cain, « Migrants » ou « réfugiés » : quels mots pour rendre compte de ces drames humains ? Le Figaro.fr, 26 août 2015. [En ligne] < http://www.lefigaro.fr/international/2015/08/26/01003-20150826ARTFIG00246-migrants-ou-refugies-quels-mots-pour-rendre-compte-de-ces-drames-humains.php >.

5 Sources : Institut national d’études démographiques (Ined) et pour 1990 Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). [En ligne] < https://www.oecd.org/fr/els/mig/les-migrations-internationales-en-chiffres.pdf >.

6 Marie Verdier, avec Denis Sergent, « Migrer, c’est toute l’histoire de l’humanité », La Croix, 6 novembre 2015. [En ligne] < http://www.la-croix.com/Actualite/France/Migrer-c-est-toute-l-histoire-de-l-humanite-2015-11-06-1377498 >.

7 Ibid., Christian Grataloup, géographe à l’université Paris-Diderot, auteur d’une Géohistoire de la mondialisation : le temps long du monde, 3e éd., Paris, Armand Colin, 2015 (collection U).

8 Sur ce sujet, lire James C. Scott, Zomia ou l’art de ne pas être gouverné, Paris, Seuil, 2013.

9 François Gemenne, cité par Blandine Le Cain, « Migrants » ou « réfugiés », op. cit.

10 Ces chiffres n’incluent donc pas les ressortissants des pays communautaires et de certains pays européens qui ne sont plus soumis à l'obligation de détenir un titre de séjour. Voir : Hippolyte d’Albis, Ekrame Boubtane, « Caractérisation des flux migratoires en France à partir des statistiques de délivrance de titres de séjour (1998-2013) », Population, 2015/3, vol. 70, pp. 487-523. [En ligne] < https://www.ined.fr/fichier/s_rubrique/199/pop.f_3.2015_dalbis_487.fr.pdf >.

11 Source : Eurostat, Office statistique de l’Union européenne.

12 Voir par exemple les travaux d’Hugues Lagrange ou ceux de Camille Lacoste-Dujardin.

13http://theconversation.com/pour-comprendre-les-roms-decouvrez-leur-litterature-46564 >.

14 Amin Maalouf, Le dérèglement du monde : quand nos civilisations s'épuisent, Paris, Grasset, 2009.

15 Gaspard Koenig, Kidnapping, Paris, Grasset, 2015.

16 Sema Kiliçkaya, Le royaume sans racines, La Celle-Saint-Cloud, In Octavo, 2013.

17 Kéthévane Davrichewy, La Mer noire, Paris, Sabine Wespieser, 2010.

18 Mouloud Feraoun, Le fils du pauvre : Menrad, instituteur kabyle, Le Puy, Les Cahiers du nouvel humanisme, 1950. Rééd. Paris, Seuil, 1954 (coll. Méditerranée). Magyd Cherfi, Ma part de Gaulois : récit, Paris, Actes Sud, 2016 (coll. Domaine français).

19 Doan Bui, Le silence de mon père, Paris, L’iconoclaste, 2016.

20 Mabrouck Rachedi, Habiba Mahany, La petite Malika, Paris, Jean-Claude Lattès, 2010.

21 Sema Kiliçkaya, op. cit.

22 Magyd Cherfi, op. cit.

23 Mabrouck Rachedi, Habiba Mahany, op. cit.

24 Djilali Bencheikh, Tes yeux bleus occupent mon esprit, Tunis, Elyzad, 2007.

25 Azouz Begag, Le gone du Chaâba, Paris, Seuil, 1986.

26 Magyd Cherfi, op. cit.

27 Magyd Cherfi, La trempe, Paris, Actes Sud, 2007 (coll. Domaine français).

28 Magyd Cherfi, Ma part de Gaulois, op. cit.

29 Driss Chraïbi La civilisation, ma mère !, Paris, Gallimard, 1988 (coll. Folio n° 1902).

30 Paola Pigani, Venus d’ailleurs, Paris, Éditions Liana Levi, 2015.

31 Mohamed Dib, in Salim Jay, Littératures méditerranéennes et horizons migratoires. Une anthologie. Casablanca, La Croisée des chemins ; Biarritz : Atlantica ; Paris, Séguier, 2011.

32 Luc Bassong, Comment immigrer en France en 20 leçons, Paris, Max Milo, 2006 (coll. Condition humaine).

33 Ha Jin, La liberté de vivre, traduit de l’anglais (États-Unis) par Isabelle Perrin, Paris, Seuil, 2011.

34 Abdelkader Railane, En pleine face, Plombières les Bains, Éditions Ex æquo, 2011 (coll. Aventure).

35 Daryush Shayegan, La conscience métisse, Paris, Albin Michel, 2011 (coll. Bibliothèque Albin Michel idées).

36 Monica Ali, Sept mers et treize rivières, Paris, Belfond 2004.

Table des illustrations

Titre Graphique. Répartition des immigrés par pays de naissance en 2013
Crédits Source : Insee.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7601/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

Auteur

Journaliste (Hommes & Migrations, Musée de l'histoire de l'immigration), auteur de Guide culturel et pratique des prénoms arabes (Arganier, 2006) et, avec Samia Messaoudi, de Paroles kabyles (Albin Michel, 2000) ; Vivons ensemble. Pour répondre aux questions des enfants sur l’immigration (Albin Michel, 2012) et de Barbès Café. L'immigration algérienne racontée en chansons (Au Nom de la Mémoire, 2017)

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search