Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quel modèle de bibliothèque ?

 | 
Anne-Marie Bertrand
, 
Émilie Bettega
, 
Catherine Clément
, 
et al.

Quels services ? L’exemple des bibliothèques municipales à vocation régionale

Livia Rapatel

Note de l’auteur

Note au lecteur : des tableaux complémentaires élaborés pour l’analyse des services sont disponibles à l’adresse : http://www.enssib.fr/presses/catalogue/quel-modele-de-bibliotheque#bonus

Texte intégral

1Entre 1994 et 2006, les inaugurations des bibliothèques municipales à vocation régionale (BMVR) se succèdent : la BMVR d’Orléans est la première à ouvrir, elle sera suivie par Poitiers en 1996, puis par La Rochelle et Limoges en 1998, la médiathèque centrale de Montpellier sera inaugurée en 2000, Châlons-en-Champagne en 2001, Nice et Troyes en 2002, Reims en 2003, Marseille et Toulouse en 2004, la dernière, Les Champs libres à Rennes, ouvrira ses portes en 2006. La loi du 13 juillet 1992, en créant une troisième part dans le concours particulier des bibliothèques municipales pour financer la construction d’équipements dans les villes de plus de 100 000 habitants, a permis à la France de se doter en quelques années d’un ensemble de douze réalisations qui doivent servir de locomotives à la modernisation du réseau des bibliothèques de lecture publique. Ce club des douze, fleuron des BM françaises, nous a semblé un bon terreau, au contour délimité par le label, pour esquisser une analyse des services proposés par de grandes bibliothèques en région.

  • 1 La bibliothèque de la communauté d’agglomération de La Rochelle est la seule à ne pas disposer de s (...)
  • 2 Je remercie l’ensemble des collègues qui ont accepté de participer à la réalisation de ce travail.

2Au moment où nous avons initié cette étude, les données statistiques publiées par le ministère de la Culture dans Données d’activités des bibliothèques territoriales étaient celles de 2004. Nous avons donc utilisé les chiffres de cette année de référence, pour construire les tableaux qui ont permis de dresser un état des lieux des services offerts par les bibliothèques des villes étudiées. Ces tableaux ont été complétés par une consultation systématique du site Web de chaque établissement1, et transmis à chaque directeur pour vérification, correction et ajout de renseignements manquants2.

DES MISSIONS PARTICULIÈRES POUR LES BMVR ?

3Avant d’analyser les services proposés, revenons rapidement sur la création des bibliothèques municipales à vocation régionale. Pourquoi inventer cette nouvelle appellation ? Quelles étaient les conditions à remplir pour l’obtenir ? Et enfin est-ce que cette estampille était assortie de missions particulières confiées à ces établissements ?

  • 3 Sénat, séance du 25 mai 1992.

4Le programme des BMVR était avant tout un dispositif particulier permettant de financer la construction de grandes bibliothèques en région. Pour en comprendre les enjeux, il faut le resituer dans le contexte des années 1990, décennie marquée à la fois par l’édification de ce que l’on nommait alors la Bibliothèque de France et par la volonté de l’État d’inciter les collectivités locales à renforcer le réseau des grands équipements de lecture publique en région pour rattraper le retard accumulé par les grandes villes dans le domaine. Ces deux dimensions seront évoquées lors des débats parlementaires qui précéderont l’adoption de la loi du 13 juillet 1992 relative à la création de BMVR ; ainsi le secrétaire d’État aux collectivités locales Jean-Pierre Sueur explique au Sénat, lors de la séance du 25 mai 1992 : « […] la construction de la Bibliothèque de France […] s’accompagne d’un aménagement du territoire en matière de bibliothèques : cet aménagement équilibré permettra une démultiplication de l’accès à la lecture par le renforcement du maillage des bibliothèques publiques ».3 Pour financer ces constructions, l’État dispose d’une manne exceptionnelle, la part du concours particulier, rendue disponible par l’achèvement des projets de construction des bibliothèques départementales de prêt.

5La loi du 13 juillet 1992 relative à l’action des collectivités locales en faveur de la lecture publique et des salles de spectacles cinématographiques, complétée par le décret du 5 février 1993 et la promulgation d’une circulaire d’application, officialise la création des BMVR et instaure une troisième part dans le concours particulier des bibliothèques municipales au sein de la dotation générale de décentralisation des communes qui comprend déjà deux parts, l’une destinée au fonctionnement et l’autre à l’équipement. Cette enveloppe spécifique sert à subventionner à hauteur de 40 % des opérations de construction et d’équipement mobilier et informatique dans les villes de plus de 100 000 habitants et les chefs-lieux de région. Il s’agit d’un dispositif temporaire, la date limite pour se porter candidat est fixée au 31 décembre 1997.

6Le décret du 5 février 1993 précise les cinq critères d’éligibilité permettant de bénéficier des crédits de la troisième part :

  • la bibliothèque doit être implantée dans une commune ou un groupement de communes d’au moins 100 000 habitants, ou dans un chef-lieu de région ;

  • la bibliothèque doit posséder un fonds d’au moins 250 000 ouvrages pour adultes ;

  • le projet doit intégrer la présence de plusieurs supports documentaires et l’utilisation de moyens modernes de communication ;

  • la surface minimale du projet doit être de 50 m2 par tranche de 1 000 habitants (au-delà de 200 000 habitants, la surface minimale requise est de 10 000 m2) ;

  • le projet doit s’accompagner d’un projet de travail en réseau comportant notamment un réseau informatique d’information bibliographique et d’accès aux catalogues ; il doit participer à la circulation régionale des documents et coopérer en matière d’acquisition, de conservation, d’animation ou de formation.

  • 4 Lorius Marion, Grognet Thierry, Les bibliothèques municipales à vocation régionale : du mythe à la (...)

7Dans un article du BBF, Marion Lorius et Thierry Grognet4 rappellent que : « trente-cinq bibliothèques municipales remplissaient les deux premières conditions, mais certaines collectivités s’étaient déjà dotées avant 1992 de vastes équipements, qu’il s’agisse de nouveaux bâtiments ou d’extensions ». La liste définitive des projets qui bénéficieront du programme de construction des bibliothèques municipales à vocation régionale est fixée par l’arrêté du 8 juin 1998. Douze villes sont sélectionnées : Châlonsen-Champagne, La Rochelle, Limoges, Marseille, Montpellier, Nice, Orléans, Poitiers, Reims, Rennes, Toulouse et Troyes.

  • 5 Le Bris Sabrina, Bibliothèques municipales à vocation régionale, une réalité à inventer : essai de (...)
  • 6 Ibid.

8Les professionnels se sont beaucoup interrogés sur les missions particulières de ces bibliothèques et surtout sur leur vocation régionale. En 1996, Sabrina Le Bris intitulait son mémoire d’étude Bibliothèques municipales à vocation régionale, une réalité à inventer : essai de définition à partir de l’exemple de Rennes5 et écrivait : « Il n’en reste pas moins qu’une définition fonctionnelle précise et complète de ces nouveaux établissements fait cruellement défaut dans les textes »6.

  • 7 Rapport annuel 2005 de l’Inspection générale des bibliothèques, ministère de l’Éducation nationale, (...)

9Quatorze ans après l’ouverture de la première BMVR, le rôle et les missions de ces grandes bibliothèques sont toujours aussi flous. L’état des lieux réalisé en 2005 par le groupe de travail composé de membres de la Direction du livre et de la lecture et de l’Inspection générale des bibliothèques sur le fonctionnement et la vocation régionale de ces établissements, dont les conclusions ont été publiées dans Le rapport annuel 2005 de l’Inspection générale des bibliothèques7, souligne leur difficulté à assumer ce rôle « régional » en l’absence de moyens financiers supplémentaires venant de la Région comme de l’État. Mais nous reviendrons plus loin sur cette question de la « vocation régionale ». Même si la création des BMVR correspond essentiellement à un dispositif réglementaire conjoncturel d’aménagement culturel du territoire, il a le mérite d’avoir permis la construction de douze grandes bibliothèques en région aux architectures remarquables.

UNE AMBITION ARCHITECTURALE COMME PREMIÈRE OFFRE DE SERVICE

  • 8 Germain Marc, Lorius Marion, Architectures des bibliothèques municipales à vocation régionale : pro (...)

10Parmi les cinq critères d’éligibilité fixés par le décret du 5 février 1993 pour bénéficier des financements prévus pour les BMVR figurent donc la surface minimum du projet (50 m 2 par tranche de 1 000 habitants et, au-delà de 200 000 habitants, 10 000 m 2 ) et la nécessité de travailler en réseau avec la mise en place d’un réseau informatique d’information bibliographique et d’accès aux catalogues. Ces exigences du législateur ont permis la programmation de plus de 150 000 m 2 de plancher et l’accélération de la mutation numérique des grandes bibliothèques françaises. La grande réussite du dispositif est d’avoir permis cette profusion quantitative mais, comme le rappellent Marc Germain et Marion Lorius dans leur article du BBF8, « … pas seulement, car l’ambition qui a porté les BMVR s’est révélée également qualitative, ce ne sont pas que des constructions, ce sont aussi des architectures singulières, porteuses des pensées actuelles sur l’espace d’une bibliothèque de lecture publique ». La construction de ces grands édifices qui ont bénéficié de moyens budgétaires conséquents a représenté pour les professionnels une occasion rare de repenser l’aménagement des espaces en termes d’accueil, de circulation des publics, de mise à disposition des collections et d’offre de services.

11La construction des BMVR se situe dans la continuité de la politique des grands travaux engagée par le Président de la République François Mitterrand à partir de 1981. Encouragés par les lois de décentralisation et une politique particulièrement favorable au développement de la lecture et des bibliothèques, les élus locaux deviennent bâtisseurs de médiathèques, n’hésitant pas à faire appel à des architectes de renommée internationale, Norman Foster construira le Carré d’art à Nîmes et Mario Botta la Maison du Livre de l’Image et du Son à Villeurbanne. Les douze bibliothèques municipales à vocation régionale sont aussi dans leur majorité l’œuvre d’architectes reconnus (cf. tableau ci-contre). Les projets retenus sont tous monumentaux et marqueurs de l’espace urbain. Autre caractéristique, le bâtiment s’inscrit souvent dans un projet d’urbanisme bien précis, renouveau du centre-ville à Limoges et à Poitiers, alors qu’à La Rochelle, Orléans, Rennes ou Toulouse, il s’agit de favoriser l’émergence d’un nouveau pôle urbain.

  • 9 Ibid.

12Selon Marc Germain et Marion Lorius9, « Ce qui fait l’exemplarité de ces projets, c’est que, de manière dominante, ils apportent des réponses singulières aux quatre exigences spatiales fondamentales pour une bibliothèque contemporaine de lecture publique, qui sont la lisibilité, la compacité, la flexibilité, et enfin l’éclairage naturel ».

13La lisibilité est favorisée par l’utilisation des parois vitrées, du vide sur plusieurs étages, de cours ou de rues intérieures. Ces édifices sont dans l’ensemble extrêmement accueillants et accessibles à tous les publics.

Tableau 1 : les 12 projets de bibliothèque municipale à vocation régionale

Tableau 1 : les 12 projets de bibliothèque municipale à vocation régionale

© Lorius Marion et Grognet Thierry, Bulletin des bibliothèques de France, 2000, t. 45, n° 3.

DES BÂTIMENTS INTELLIGENTS

  • 10 Peuvent adhérer à l’Association des directeurs des bibliothèques de grandes villes les directeurs d (...)

14La dimension « nouvelles technologies » a été plutôt bien intégrée dans l’élaboration des programmes des futures BMVR, puisqu’il s’agissait d’un des critères d’éligibilité. Tous les projets ont été largement câblés par l’implantation de plafonds, de caniveaux ou de planchers techniques. Le parc informatique dans les espaces publics est relativement important, 69 postes en moyenne, avec un nombre de stations de travail donnant accès à Internet plutôt conséquent (54 postes) alors que la moyenne est de 16 ordinateurs pour les 137 BM adhérentes à l’ADBGV10. Plus récemment, certaines bibliothèques se sont dotées de réseaux sans fil pour faciliter l’Internet public, cinq sites proposent déjà le service (Montpellier, Limoges, Orléans, Rennes et Troyes) et bientôt six, puisque la BMVR de Nice envisage aussi l’implantation de bornes wifi.

  • 11 La Radio Frequency Identification (RFId) est un procédé permettant d’enregistrer et de transmettre (...)
  • 12 Gier Sylvie, Quelle place pour les automates de prêt et de retour dans les bibliothèques publiques (...)

15Afin de fluidifier le fonctionnement des banques de prêt, des automates sont à disposition des usagers dans certaines bibliothèques, c’est le cas de Toulouse, Orléans ou Reims. Deux sites, l’Alcazar et Les Champs libres, ont innové en adoptant la technologie RFID11 mais avec une approche différente. À Marseille, le recours aux bornes automatiques est envisagé comme une solution alternative et complémentaire permettant une meilleure gestion des flux et la solution adoptée mixte, sur une même étiquette, une puce RFID pour l’identification des documents et une piste électromagnétique pour la protection antivol. Cinq bornes de prêt sont à la disposition du public et le dispositif est complété depuis 2005 par l’implantation d’un automate de retour comportant un module de tri12, accessible aussi de l’extérieur du bâtiment. À Rennes, l’architecture sur six niveaux du bâtiment de Christian de Portzamparc a conduit les responsables du projet à faire le choix radical de l’automatisation du prêt et du retour. Les lecteurs enregistrent eux-mêmes leurs emprunts et rendent leurs documents, ils s’adressent au personnel seulement s’ils rencontrent une difficulté dans la réalisation des transactions. Les automates de prêt sont implantés à chaque niveau et les opérations de retour sont centralisées au rez-de-chaussée. Lors de la journée sur la RFID organisée le 14 mai 2007 par l’ADDNB, Sarah Toulouse indiquait que les automates géraient 95 % des transactions, favorisant une plus grande autonomie des lecteurs et une plus grande disponibilité du personnel pour l’accueil et la médiation.

UNE ABONDANCE DOCUMENTAIRE ?

Les collections

16La vocation régionale attribuée explicitement à ces bibliothèques par le législateur a-t-elle été prise en compte dans la constitution des collections ? Et la création de ces établissements a-t-elle été l’occasion de constituer de véritables pôles de ressources documentaires dotés de collections suffisamment riches et variées susceptibles d’irriguer un territoire extra-communal ? Une fois encore, le décret du 5 février 1993 est très peu prescripteur, la seule condition exigée est la possession d’au moins 250 000 ouvrages pour adultes et la présence de plusieurs supports documentaires. Les données statistiques publiées sur le site de l’ADBGV pour l’année 2004 tendent à prouver que les collections des BMVR sont supérieures à la moyenne des fonds proposés par les bibliothèques des grandes villes. Ce constat est valable pour l’ensemble des documents avec un écart encore plus important pour les supports non imprimés :

  • + 46,6 % pour les collections imprimées ;

  • + 55,5 % pour les phonogrammes ;

  • + 59 % pour les vidéogrammes ;

  • + 47,3 % pour les cédéroms.

  • 13 Données d’activités 2004 : synthèse nationale, ministère de la Culture : direction du livre et de l (...)

17Cette abondance des collections apparaît néanmoins beaucoup moins évidente lorsque l’on fait le ratio entre les volumes des fonds documentaires et le nombre d’habitants à desservir. Ainsi s’agissant des collections d’ouvrages, quatre villes seulement se situent au-dessus de la moyenne nationale, évaluée à 2,6 livres par habitant selon les chiffres de l’enquête DLL 200413. Il s’agit de Châlonsen-Champagne, Limoges, Orléans et Poitiers (cf. graphique 1). Cinq villes sont en dessous de 2 ouvrages par habitant et trois n’atteignent pas 1,5 livre par habitant, seuil minimal préconisé par l’Unesco.

18L’examen de l’offre en phonogrammes, vidéos et cédéroms fait apparaître une situation aussi contrastée. Cinq villes dépassent la moyenne nationale pour les phonogrammes, trois pour les vidéos et seulement deux pour les cédéroms.

Graphique 1 : nombre d’imprimés par habitant en 2004

Graphique 1 : nombre d’imprimés par habitant en 2004

Graphique 2 : nombre de phonogrammes pour 100 habitants en 2004

Graphique 2 : nombre de phonogrammes pour 100 habitants en 2004

Graphique 3 : nombre de vidéogrammes pour 100 habitants en 2004

Graphique 3 : nombre de vidéogrammes pour 100 habitants en 2004

Graphique 4 : nombre de cédéroms pour 1000 habitants en 2004

Graphique 4 : nombre de cédéroms pour 1000 habitants en 2004

19Ces chiffres relativisent l’importance des collections de ces nouvelles bibliothèques, et traduisent l’absence d’une réelle volonté politique de les doter de fonds leur permettant d’assumer un positionnement particulier dans la carte documentaire régionale. L’absence de prescription précise et d’aides financières ad hoc de la part de l’État ou des Régions n’a pas incité les communes et les communautés d’agglomération à prendre en compte une dimension qui ne relève pas de leur compétence.

20La documentation électronique n’apparaît pas dans les statistiques 2004 de la DLL. Les BMVR, comme les autres bibliothèques municipales françaises, ont tardé à s’approprier ce nouveau support, le coût de cette documentation et la faiblesse des ressources francophones étant probablement en partie responsables de cette situation. Mais l’offre se développe, plusieurs bibliothèques proposent le prêt de e-books, de partitions ainsi que le téléchargement de musiques et de vidéo.

21La numérisation des fonds patrimoniaux, que beaucoup de BMVR ont commencé à effectuer, pourrait faire partie des missions particulières confiées par l’État aux grands établissements en région et bénéficier, à ce titre, d’aides spécifiques dans le cadre de conventionnements, comme le fait déjà la BnF avec ses pôles associés.

LES ACQUISITIONS

Graphique 5 : dépenses d’acquisitions par habitant en 2004

Graphique 5 : dépenses d’acquisitions par habitant en 2004
  • 14 Ibid.

22Alors que l’on observe, dans la majorité des villes d’implantation des BMVR, un nombre de documents disponibles par habitant inférieur à la moyenne nationale, le constat inverse s’impose pour les dépenses d’acquisition par habitant : sept bibliothèques sont au-dessus de la moyenne française (2,72)14 et les autres en sont assez proches ; le cas de Rennes est particulier puisque la bibliothèque n’était pas encore ouverte au public en 2004.

23Les dépenses documentaires de ces bibliothèques sont en moyenne bien supérieures (719 281 €) aux budgets d’acquisition des autres bibliothèques de grandes villes (333 410 €15) ; cette prééminence de nos douze bibliothèques se vérifie dans le graphique ci-dessous comparant les volumes d’acquisition par type de support.

Graphique 6 : acquisitions par type de support en 2004

Graphique 6 : acquisitions par type de support en 2004

UNE OFFRE DE SERVICE INNOVANTE ?

24Ces douze bibliothèques, qui se distinguent par la qualité de leurs constructions, le soin apporté à leur aménagement intérieur et la richesse de leurs fonds, font-elles aussi preuve d’audace dans l’offre de service qu’elles proposent à leurs usagers en présentiel et à distance ? Nous plaçant du point de vue de l’utilisateur fréquentant le bâtiment, nous commencerons par nous intéresser aux horaires d’ouverture.

Les horaires d’ouverture

25Première remarque, le temps moyen d’ouverture au public est de 39 heures, il est légèrement supérieur à la moyenne horaire des grandes BM (35 heures) ; cette durée masque, cependant une situation très contrastée selon les établissements. Ainsi la médiathèque Michel Crépeau à La Rochelle est ouverte seulement 31 heures par semaine, alors que la médiathèque de l’agglomération troyenne propose 50 heures d’ouverture au public. Il faudrait procéder à une analyse fine de la situation dans chaque établissement pour mieux comprendre ces différences, et déterminer les contraintes liées au bâtiment et au mode d’organisation du travail. On peut regretter toutefois que, dans les critères d’éligibilité définis par le décret du 5 février 1993, ne figurait pas l’obligation d’assurer une large ouverture au public des bâtiments financés. Deux établissements, Toulouse d’abord puis Rennes, ont innové en instaurant l’ouverture du dimanche, Reims a suivi récemment en instituant un après-midi portes ouvertes dans sa bibliothèque-cathédrale le premier dimanche du mois.

Tableau 2 : horaires d’ouverture

Tableau 2 : horaires d’ouverture

Des services spécifiques ?

  • 16 Le Bris Sabrina, Les bibliothèques municipales à vocation régionale : quelles missions ? Bulletin d (...)

26Sabrina Le Bris écrit dans un article du BBF16 : « Sans doute les grands établissements ont-ils en revanche une fonction d’expérimentation des nouvelles technologies et pratiques professionnelles ». Le recensement des services proposés dans ces nouveaux bâtiments montre, certes, une tentative de diversifier l’offre mais aucune véritable révolution dans le domaine. Le champ de l’expérimentation n’a pas été véritablement investi par les BMVR. Est-ce une question de moyens ou une frilosité des professionnels ? Les nouveaux services proposés visent surtout les publics handicapés et l’accès aux nouvelles technologies. Tous les projets ont été attentifs à l’accessibilité des personnes handicapées. Cela a donné lieu dans certains bâtiments, comme la bibliothèque de l’Alcazar à Marseille, à la mise en place d’une signalétique spécifique. L’offre pour ces publics a visé plus particulièrement les déficients visuels et s’est traduite selon les bibliothèques par la constitution de fonds particuliers, livres en gros caractères, disques compact de textes lus, documents en braille, ou par la création de véritables services disposant de personnel et d’espaces dédiés.

  • 17 Depuis 1998, le ministère de la Culture et de la communication développe le programme Espaces Cultu (...)

27Les services associés aux nouvelles technologies sont très variés selon les établissements. Cinq seulement proposent des accès wifi, certains ont des ateliers multimédias, organisent des formations aux outils bureautiques, de l’initiation aux nouvelles technologies. Quelques bibliothèques accueillent des ECM17 ou offrent l’apprentissage des langues.

28Plusieurs établissements, Châlons-en-Champagne, Limoges, Marseille, Montpellier, Reims, Toulouse et Troyes, ont développé des fonds et des services éducatifs destinés « aux adultes qui accompagnent les jeunes », pour reprendre la formule utilisée sur le site Web de la Bfm de Limoges. Ces services ont un rôle de conseil et interviennent dans des actions de formation auprès des professionnels de la petite enfance et des enseignants. Toulouse accueille aussi des classes patrimoine. À Marseille, L’île aux livres, centre de ressources et de promotion dédié à l’édition et à la littérature jeunesse, participe de la vocation régionale de l’établissement avec un fonds riche de 35 000 ouvrages des années 1940 à nos jours, constitué d’acquisitions à titre onéreux – auprès de libraires spécialisés, de galeries d’art ou directement auprès des artistes –, ainsi que des apports provenant de la conservation partagée, fruit de la collaboration avec les différentes bibliothèques de la région. Par ailleurs, toutes les bibliothèques proposent une programmation culturelle variée, sont pourvues de salle d’exposition, de salle de conférence et d’auditorium permettant d’accueillir les nombreuses manifestations qu’elles organisent. À Nice et à Rennes, un piano est mis à disposition des usagers. Plusieurs bibliothèques, Châlons-en-Champagne, Nice, Rennes et Toulouse, ont des espaces télévision et donnent accès à une grande variété de bouquets satellites.

29Quelques sites ont des lieux de restauration, à Limoges un café-restaurant est intégré au bâtiment et à Rennes on peut se rendre au café des Champs libres, mais ces lieux ne sont pas gérés par la bibliothèque. Certains équipements déclarent prêter ou louer des espaces pour des manifestations organisées par d’autres partenaires : la BMVR de Châlons-en-Champagne met à disposition son auditorium, à Marseille plusieurs salles peuvent être louées, la salle de conférence et le foyer attenant, la salle d’exposition, le hall d’entrée, l’auditorium et la salle de l’heure du conte. La BM de Reims prête l’auditorium de la médiathèque Jean Falala et les espaces d’animation de la bibliothèque Carnegie et de la médiathèque Croix Rouge.

Les services en ligne

  • 18 Décret n° 93-174 du 5 février 1993.

30Peu novateurs dans leur offre de service intra-muros, ces nouveaux temples du savoir construits pour le XXIe siècle ont-ils investi le cyber espace ? Dotés de bâtiments intelligents et missionnés par décret18 pour utiliser « les moyens modernes de communication […] et travailler en réseau », se sont-ils emparés des nouvelles technologies pour développer de nouveaux services et ainsi bâtir une bibliothèque dématérialisée, affranchie des horaires, des distances et du regard prescripteur du bibliothécaire ?

31Presque toutes offrent l’accès en ligne au catalogue et disposent d’un site Web. La médiathèque Michel Crépeau de La Rochelle a une position à part parmi les douze BMVR : elle est la seule à ne pas avoir intégré la déferlante Internet, elle ne propose aucun service sur la toile et ne met aucun poste public à disposition de ses usagers. On peut se demander si ce particularisme est un choix bibliothéconomique validé par les instances politiques ou un retard subi pour des raisons structurelles et/ou financières.

  • 19 Les BMVR de Marseille, Montpellier, Orléans, Reims et Troyes.
  • 20 Service de vidéos à la demande proposé par Arte.
  • 21 Le label Cyber-base dépend de la Caisse des Dépôts et Consignations à qui l’État a confié la missio (...)

32Si on exclut ce cas atypique, les autres établissements ont tous commencé, à des degrés divers, à développer des e-services. Le catalogue et les services associés (réservations, accès au dossier lecteur, suggestions d’achat) sont la première offre, mais de nouveaux services arrivent : ainsi on peut réaliser des transactions de prêt à partir des portails Web de cinq bibliothèques19, l’usager peut emprunter des livres numériques et des audiolivres. Certaines plateformes permettent le prêt et la réservation par téléchargement du fichier sur l’ordinateur de l’abonné après identification de celui-ci, d’autres la consultation de contenu, après identification. Ce sont les sites Web de Montpellier et de Troyes qui actuellement donnent accès à l’offre la plus diversifiée : l’abonné a la possibilité de télécharger des partitions, de la musique, des vidéos (artevod20), des films (partenariat de la BMVR de Troyes avec Cinezime, site de téléchargement de films indépendants). Intéressante aussi, l’initiative de la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges qui, dans le cadre d’un projet réalisé en partenariat avec l’ECM et la Cyber-base21 de la Ville de Limoges, propose à l’écoute un jukebox virtuel permettant de découvrir des artistes musiciens de la région. Bibliosés@me, le service de réponses à distance piloté par la BPI fonctionne à Limoges, Marseille, Montpellier, Reims et Troyes.

  • 22 < http://grainesdecritiques.bibliothequedetoulouse.fr/>

33D’autres services participatifs sont testés par la médiathèque de l’agglomération troyenne, service de chat et audioblogs d’Arteradio ; le public est invité, après inscription via un formulaire, à utiliser les audioblogs pour partager des moments sonores, en diffusant ses propres productions. Des espaces d’expression sont ouverts sur le net par la bibliothèque Georges Pompidou de Châlons-en-Champagne, à l’occasion de certaines expositions. Le club des lecteurs, animation classique des bibliothèques, fait son entrée dans la blogosphère pour séduire les plus jeunes et les inciter au plaisir de la lecture. La Médiathèque José Cabanis de Toulouse et la BMVR d’Orléans ont ouvert des blogs pour leurs jeunes lecteurs22. La bibliothèque francophone et multimédia de Limoges associe un flux RSS à la consultation de son agenda.

34Mais la Toile constitue pour les bibliothèques, quel que soit leur statut, une formidable vitrine pour la valorisation des collections ; cet usage a d’ailleurs vite été intégré sur l’ensemble des sites, d’importants chantiers de numérisation sont en cours dans tous les établissements venant accroître régulièrement les contenus disponibles. La dématérialisation des fonds, en permettant de s’affranchir des contraintes liées à la communication des documents anciens, rares et précieux, a révolutionné la gestion des services patrimoniaux, le clic magique ouvre enfin la porte des réserves et des magasins et permet aux citoyens de se glisser entre les pages des manuscrits, de feuilleter les almanachs de la Bibliothèque bleue, de zoomer sur le plan d’Orléans daté de 1581. Les derniers bastions détenus par les élites « savantes » tombent, le « grand public » accède enfin au saint des saints !

35Les activités de valorisation des collections de lecture publique trouvent également leurs versions numériques : sélections de documents, coups de cœur des bibliothécaires et des lecteurs, bibliographies. La Bfm de Limoges a créé sur son site un espace @uteurs23 consacré aux auteurs francophones, il vise la constitution d’un dossier très complet sur chacun d’entre eux ; biographies, bibliographies, documents multimédias, liens, FAQ permettent de naviguer dans l’univers littéraire de chaque écrivain, six dossiers sont déjà en ligne. Expositions et conférences s’adaptent aussi à ce nouveau format pour accroître l’audience et toucher un nouveau public qui ne viendra pas dans les locaux de la bibliothèque. Toulouse, Nice, Montpellier et Reims mettent en valeur sur leurs sites leurs publications, catalogues, cartes postales, ou gravures mais n’offrent pas encore la possibilité de les acheter en ligne. L’internaute frustré peut cependant se consoler et surfer jusqu’au portail de la médiathèque d’Orléans pour envoyer une e-carte.

36Après ce tour de toile, il apparaît que nos grandes bibliothèques ont bien investi le cyber espace, même si leurs versions numériques sont plus ou moins abouties. Les contenus s’enrichissent, les services se diversifient mais dans l’ensemble, il s’agit encore de sites institutionnels, construits sur le modèle de la bibliothèque physique, distributrice de produits documentaires. Ils intègrent encore peu les outils du Web 2.0 qui permettent d’associer l’usager à l’élaboration de l’offre de services en le métamorphosant en partenaire du bibliothécaire, en coproducteur d’information.

UNE VOCATION RÉGIONALE, POUR QUELS SERVICES ?

37Estampillées « bibliothèques municipales à vocation régionale », ces bibliothèques ont bénéficié à ce titre de financements exceptionnels de l’État pour leur construction mais nous avons vu que le législateur est resté très flou quant aux missions d’intérêt régional confiées à ces établissements : « Le projet doit s’accompagner d’un projet de travail en réseau comportant notamment un réseau informatique d’information bibliographique et d’accès aux catalogues ; il doit participer à la circulation régionale des documents et coopérer en matière d’acquisition, de conservation, d’animation ou de formation ».

  • 24 Gautier-Gentès Jean-Luc, Les bibliothèques territoriales et la décentralisation : état des lieux, i (...)

38Les villes candidates, pour bénéficier des crédits de la troisième part du concours particulier, devaient joindre à leur dossier de demande une note d’intention précisant les actions qu’elles proposaient de mettre en place dans le cadre de leur vocation régionale. Mais la réglementation n’a pas prévu de dispositif de contrôle a posteriori de réalisation de ces projets. Et dans le Rapport 2003 de l’Inspection générale des bibliothèques, Jean-Luc Gautier-Gentès pointe la difficulté pour les établissements de mettre en œuvre une coopération régionale : « Elles présentent toutefois un point faible : la “vocation régionale”. En effet, les BMVR ne rendent pas tous les services attendus en matière de coopération. Outre les difficultés que rencontre d’ordinaire la coopération, il n’est pas très difficile d’en comprendre la raison. L’État a limité son aide à la construction et à l’équipement. Et il a tenu aux villes le raisonnement suivant : en échange de cette aide, vous allez assumer des missions coopératives. On peut traduire la réponse (ou la non-réponse) des villes de la manière suivante : nous vous remercions beaucoup de nous avoir aidés à construire et à équiper notre bibliothèque. Mais, d’abord, nous avons acquitté une part non négligeable des factures, ensuite, pour remplir les missions coopératives que vous nous demandez d’assumer, il faut d’autres moyens, des emplois, des budgets de fonctionnement. Pourquoi voulez-vous que nous utilisions les nôtres, ceux qui sont financés pour partie par nos contribuables, au profit des citoyens d’autres villes ? »24

  • 25 Op. cit.

39Le travail d’évaluation, réalisé en 2005 par le groupe de travail composé de membres de la Direction du livre et de la lecture et de l’Inspection générale des bibliothèques, sur les missions régionales des BMVR25 confirme la difficulté pour ces établissements relevant de communes ou de communautés d’agglomération à développer cet axe dans leurs missions, sans moyens financiers et humains supplémentaires pour élaborer et mettre en œuvre de tels projets. Le bilan de cette évaluation est résumé dans l’intitulé de l’avant-dernier paragraphe, « coopération nationale plutôt que locale, des services de base et des projets de développement modestes ». Il ressort en effet de l’enquête réalisée par le groupe de travail que, si les BMVR participent aux projets nationaux de coopération pilotés par la BnF et la BPI, huit bibliothèques sont dépositaires du dépôt légal imprimeur, cinq sont des pôles associés et elles sont plusieurs à adhérer au consortium CAREL pour l’achat de documentation électronique ; elles ont en revanche beaucoup de mal à se positionner au niveau régional.

40Sans soutien politique affirmé, les projets de conservation partagée, de base bibliographique régionale, de formation, de coordination dans les domaines de l’animation et de l’action culturelle, annoncés dans les dossiers de candidature, n’ont pas tous été réalisés et ceux engagés ont beaucoup de mal à être poursuivis. C’est le cas, de la base bibliographique régionale en Champagne-Ardenne, qui devait être accessible depuis le portail de la BMVR de Châlons et qui actuellement ne fonctionne plus. Lors de l’enquête menée en 2005, deux bibliothèques seulement avaient signé des conventions sur la vocation régionale, Montpellier avec le département de l’Hérault et Rennes avec le Conseil régional et la DRAC.

41Partout la dimension régionale a du mal à s’affirmer et lorsqu’elle existe, elle concerne soit des missions déjà assurées par la bibliothèque avant labellisation – c’est le cas du dépôt légal imprimeur –, soit des missions assurées aussi par d’autres grandes bibliothèques comme l’expertise sur les fonds patrimoniaux ou la conservation partagée.

EN GUISE DE CONCLUSION

  • 26 Renoult Daniel, Kancel Serge, Les mises à disposition des conservateurs d’État dans les bibliothèqu (...)
  • 27 Jean-Sébastien Dupuit répond à Claudine Belayche. Le réseau national et les bibliothèques municipal (...)
  • 28 Bertrand Anne-Marie, L’éternel retard, in Regards sur un demi-siècle. Bulletin des bibliothèques de (...)

42Ce focus sur les services au public proposés par les BMVR est assez révélateur des tiraillements auxquels est soumis l’ensemble des grandes bibliothèques municipales en France. Empêtrées dans un empilement de labels souvent redondants et mal définis qui opacifient leurs missions – BMC, BMVR, DLI, pôles associés… – elles tentent de concilier services à rendre localement à la population, dans les murs, hors les murs et à distance avec un positionnement national et un partenariat régional aux contours flous. Une mise à plat des enjeux et des besoins dans le cadre d’une loi sur les bibliothèques tel que le préconise un rapport récent26, aurait le mérite de clarifier la situation, de mettre à jour la carte documentaire nationale et de permettre la mise en place d’une politique de conventionnement octroyant aux établissements les moyens de remplir des missions qui dépassent leur périmètre communal ou communautaire. Malgré un aggiornamento salutaire à envisager et même si l’on n’a toujours pas trouvé une autre définition de la BMVR au-delà de la troisième part du concours particulier, question posée dès 1995 par Jean-Sébastien Dupuit27 alors directeur du livre et de la lecture, les douze bibliothèques construites grâce à ce programme exceptionnel ont le mérite d’avoir fortement bousculé le paysage de la lecture publique en France. Leur monumentalité et la médiatisation des projets ont permis de tordre le coup au discours récurrent sur le retard français. « Le retard français est constaté, regretté, combattu. Il fait partie intégrante du paysage culturel des bibliothèques », souligne Anne-Marie Bertrand28.

43Elles ont permis aux bibliothèques de lecture publique de basculer définitivement dans l’ère de la modernité en créant, au cœur des villes, les nouveaux temples d’un savoir démocratisé et certainement la variation la plus aboutie du modèle de bibliothèque publique à la française dont elles sont le champ d’application le plus réussi. Et si elles ne sont pas parvenues jusqu’ici à être véritablement pionnières dans l’offre de services, peut-être sauront-elles demain s’adapter aux évolutions technologiques et sociétales et contribuer ainsi à l’émergence de nouveaux modèles ?

Notes

1 La bibliothèque de la communauté d’agglomération de La Rochelle est la seule à ne pas disposer de site Web.

2 Je remercie l’ensemble des collègues qui ont accepté de participer à la réalisation de ce travail.

3 Sénat, séance du 25 mai 1992.

4 Lorius Marion, Grognet Thierry, Les bibliothèques municipales à vocation régionale : du mythe à la réalité, Bulletin des bibliothèques de France, 2000, t. 45, n° 3.

5 Le Bris Sabrina, Bibliothèques municipales à vocation régionale, une réalité à inventer : essai de définition à partir de l’exemple de Rennes. Mémoire d’étude du diplôme de conservateur des bibliothèques : école nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques : 1996.

6 Ibid.

7 Rapport annuel 2005 de l’Inspection générale des bibliothèques, ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, ministère de la Culture et de la communication, 2006. Disponible sur < ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/syst/igb/rapport2005.pdf > [consulté le 22 mai 2008]

8 Germain Marc, Lorius Marion, Architectures des bibliothèques municipales à vocation régionale : programmes, projets, Bulletin des bibliothèques de France, 2000, t. 45, n° 3.

9 Ibid.

10 Peuvent adhérer à l’Association des directeurs des bibliothèques de grandes villes les directeurs de bibliothèques municipales ou intercommunales présentant l’une des trois caractéristiques suivantes : dépendre d’une collectivité d’au moins 50 000 habitants ou employer au moins 50 équivalents temps plein ou avoir une surface totale d’au moins 4 000 m2.

11 La Radio Frequency Identification (RFId) est un procédé permettant d’enregistrer et de transmettre des informations à travers une puce électronique. L’identification par radiofréquence se fonde sur l’émission d’une onde radio.

12 Gier Sylvie, Quelle place pour les automates de prêt et de retour dans les bibliothèques publiques françaises ? Analyse technique et stratégique. Mémoire d’étude du diplôme de conservateur des bibliothèques : école nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques : 2005.

13 Données d’activités 2004 : synthèse nationale, ministère de la Culture : direction du livre et de la lecture. < http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/index-dll.htm > (consulté le 24 novembre 2008).

14 Ibid.

15 Cf. Statistiques 2004, ADBGV < http://www.adbgv.asso.fr/index.php?page=moyenne > (consulté le 18 août 2007)

16 Le Bris Sabrina, Les bibliothèques municipales à vocation régionale : quelles missions ? Bulletin des bibliothèques de France, 1997, t. 42, n° 6.

17 Depuis 1998, le ministère de la Culture et de la communication développe le programme Espaces Culture Multimédia (ECM), qui soutient la mise en place de lieux d’accès publics au multimédia au sein de structures culturelles.

18 Décret n° 93-174 du 5 février 1993.

19 Les BMVR de Marseille, Montpellier, Orléans, Reims et Troyes.

20 Service de vidéos à la demande proposé par Arte.

21 Le label Cyber-base dépend de la Caisse des Dépôts et Consignations à qui l’État a confié la mission d’accompagner le déploiement d’un réseau regroupant plus d’une centaine d’espaces publics multimédias sur le territoire national. Ces espaces permettent à chacun, quel que soit son niveau, de découvrir les différents usages de l’Internet et de s’initier aux outils multimédias. < http://www-prod.cyber-base.org/>

22 < http://grainesdecritiques.bibliothequedetoulouse.fr/>

23 < http://www.bm-limoges.fr/auteurs.html >

24 Gautier-Gentès Jean-Luc, Les bibliothèques territoriales et la décentralisation : état des lieux, in Inspection générale des bibliothèques. Rapport annuel 2003, ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, ministère de la Culture et de la communication, 2000. Disponible sur < http://media.education.gouv.fr/file/84/4/844.pdf > (consulté le 22 mai 2008

25 Op. cit.

26 Renoult Daniel, Kancel Serge, Les mises à disposition des conservateurs d’État dans les bibliothèques municipales classées, ministère de la Culture et de la communication, 2007.

27 Jean-Sébastien Dupuit répond à Claudine Belayche. Le réseau national et les bibliothèques municipales à vocation régionales. Entretien, Lettres, périodique d’information de la Direction du livre et de la lecture et du Centre national du livre, 1995, n° 57.

28 Bertrand Anne-Marie, L’éternel retard, in Regards sur un demi-siècle. Bulletin des bibliothèques de France, 2006.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : les 12 projets de bibliothèque municipale à vocation régionale
Légende © Lorius Marion et Grognet Thierry, Bulletin des bibliothèques de France, 2000, t. 45, n° 3.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Graphique 1 : nombre d’imprimés par habitant en 2004
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique 2 : nombre de phonogrammes pour 100 habitants en 2004
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/758/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 3 : nombre de vidéogrammes pour 100 habitants en 2004
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/758/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 4 : nombre de cédéroms pour 1000 habitants en 2004
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/758/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 5 : dépenses d’acquisitions par habitant en 2004
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/758/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 6 : acquisitions par type de support en 2004
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/758/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 2 : horaires d’ouverture
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/758/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

Auteur

© Presses de l’enssib, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access