Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quel modèle de bibliothèque ?

 | 
Anne-Marie Bertrand
, 
Émilie Bettega
, 
Catherine Clément
, 
et al.

Une bibliothèque sans collection ? Des collections sans bibliothèque ?

Valérie Tesnière

Texte intégral

UNE BIBLIOTHÈQUE SANS COLLECTION : L’INCIDENCE DES SERVICES COMME MODÈLE DOMINANT DANS LA BIBLIOTHÈQUE

  • 1 Owen J.-M., The future role of libraries in the information age. International summer school on th (...)

1« The status of a library will depend on the quality of its services and support rather than on the volume and quality of its physical collection. »1

2En 1997, dans le monde scientifique, la représentation répandue de la bibliothèque est celle d’un lieu où doit prévaloir la pertinence de l’information que l’on recherche. Cette conception remonte à l’essor des pratiques de la documentation et des bases de données factuelles dans les années 1970. La contrepartie est la relégation des collections physiques, constituées au fil des ans, au magasin des antiquités, à l’exception de deux ou trois disciplines comme les mathématiques et la chimie qui éprouvent toujours le besoin de référence à des acquis anciens. Plus besoin de se préoccuper de la quantité, ni de perdre du temps à rechercher la qualité dans la production éditoriale courante, en l’occurrence académique. La puissance des nouveaux outils informatiques, ainsi qu’Internet qui pointe le bout de son nez, déplacent les pratiques d’excellence professionnelle vers l’aide personnalisée à la recherche, dans un univers informationnel foisonnant et de moins en moins organisé. Ce constat d’une montée en puissance des services dans les bibliothèques correspond au moment de l’émergence du concept de bibliothèque numérique, traduction française ambiguë de digital library.

3On assiste, comme avec le libre accès, à un processus d’autonomisation de plus en plus poussé du lectorat, autant sinon plus, familiarisé avec l’outil Internet que le bibliothécaire. Celui-ci multiplie pourtant les séances d’initiation à l’outil ou s’investit dans un travail d’identification des sites en ligne, qu’il va qualifier sous la forme de répertoires de signets comme le Guide Michelin ses restaurants. Est-ce là la priorité ? A-t-on bien perçu les enjeux ? Où est la valeur ajoutée de la bibliothèque et du bibliothécaire ? De façon radicale se creuse un fossé entre bibliothèques de laboratoires et bibliothèques publiques, au sens large, c’est-à-dire accueillant des lecteurs en formation initiale ou continue ou des lecteurs inscrits dans une démarche culturelle ; entre la recherche, notamment scientifique, qui bascule massivement du côté d’Internet, et le reste. Ce qui me semble à la réflexion être la principale ligne de fracture : d’un côté un public initié qui ne peut travailler sans les outils en ligne et pour qui la bibliothèque est surtout une centrale de gestion d’abonnements en ligne, et de l’autre, un public en « apprentissage », soit comme étudiant, soit tout au long de la vie.

État gazeux de la bibliothèque ?

4On assiste à une sorte d’évaporation de la notion de collection, qui met à mal l’identité de la bibliothèque. Les bibliothèques scientifiques deviennent en effet un lieu où la collection n’existe plus guère, ou du moins la collection bâtie par d’autres (éditeur, agrégateur de contenus) remet en cause le métier traditionnel de bibliothécaire (choix et conservation). Pensons, par exemple, à ces quelques points :

  • achats de bouquet : quelle place pour une sélection ?
  • tendance à l’uniformisation de l’offre accentuée par un modèle économique dominant ;
  • paiement d’un droit d’usage à validité restreinte et à durée limitée versus acquisition d’un document ;
  • droits d’archivage mal assurés et pérennité de service incertaine.

5Mais rappelons que les éditeurs, depuis le XIXe siècle, ont eu tendance eux aussi à imposer leurs collections commerciales (les étagères de Que sais-je ?) aux bibliothécaires, et que le papier acide a désarçonné pendant un certain temps les établissements ayant des missions de conservation explicites. Ce qui est nouveau avec la documentation électronique et l’accès distant est la remise en cause du lieu physique qu’est la bibliothèque.

6Regardons du côté des bibliothèques qui ne sont pas de recherche. Au milieu des années 1990, et encore maintenant dans de nombreux cas, il a pu être et il peut être légitime d’aider à réduire la fracture numérique, en particulier dans les bibliothèques publiques. Certaines bibliothèques municipales en milieu rural ont des ateliers d’initiation à Internet profitant surtout à la fraction la plus âgée du lectorat. Cela étant, ce ne sont pas toujours les bibliothécaires qui assument ces formations, y compris dans leurs propres locaux ; ce type de services est aussi proposé en d’autres lieux par les mairies et les associations. Il n’y a pas de spécificité du lieu « bibliothèque » pour développer une plus grande maîtrise de l’Internet. Tandis que les bibliothèques universitaires investissent la formation aux Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (TICE) avec les enseignants dans le cadre des Environnements Numériques de Travail (ENT) depuis 2000, d’autres bibliothèques, cette fois de taille importante, développent les Guichets du savoir (Lyon), Sindbad (BnF), Radis (BPI) : autant de services de questions/réponses copiés sur le modèle de Ask a librarian, et repris pour la BPI d’une pratique qui existait déjà avec le téléphone. La BM de Lyon et la BPI ont aussi créé des forums et des débats en ligne. Les services de type Ask a librarian ont sans aucun doute permis de rationaliser une gestion dispersée des demandes de recherches et, ailleurs, de mobiliser les professionnels aux enjeux d’une pratique documentaire bouleversée par Internet. Toutefois, ces services demeurent chronophages et coûteux : leur impact est à mettre en regard avec les moyens humains qu’ils mobilisent. La familiarisation avec Internet allant à grande vitesse dans la population française, la pertinence de l’investissement demeure sujette à caution dans son mode d’organisation actuel. Si la bibliothèque publique peut affirmer qu’elle n’est pas « en dehors du coup » (d’Internet), cette offre de services présente des zones d’ombres. Le point positif reste la nouvelle affirmation de l’actualité de la démarche documentaire au sein des bibliothèques.

7Les choix technicistes, qui ont présidé depuis quelques décennies à la définition du métier de bibliothécaire, sont en train de trouver leur limite. Longtemps, le maniement d’un catalogue en ligne sans appropriation des contenus a été la fonction principalement valorisée, jusqu’à parfois faire naître des vocations d’analystes-programmistes. Cette tentation récurrente a brouillé l’image du métier de bibliothécaire. On ne s’explique pas bien ce refus de l’hybridation avec le métier de documentaliste ou d’enseignant, sinon par le refus, au fond, de la dimension didactique du métier.

8Comme si un principe de neutralité objective faisait écran. Le journaliste ne se pose pas ce genre de questions sur les contenus : il réalise sa synthèse tout en prenant position. Au nom d’un autre principe, celui de l’autonomie du lecteur, le bibliothécaire ne s’est sans doute pas assez comparé au journaliste ou au libraire, qui dans un espace réduit, celui du journal ou de la boutique, assume des choix et une médiation physique. Aujourd’hui les professions de journalistes ou de libraires sont économiquement beaucoup plus bouleversées, voire menacées, que les bibliothécaires, qui ont indéniablement acquis une légitimité au cours des dernières décennies, mais leur identité semble moins remise en cause. L’urgence pour ces professions est de passer le cap d’une mutation économique sans précédent.

9Rien de tel du côté des bibliothèques, qui relèvent de la sphère publique. Mais il y a d’autres facteurs d’explication à ces différences de représentations. L’identité professionnelle des journalistes et des libraires est reconnue depuis beaucoup plus longtemps (depuis la fin du XIXe siècle pour les premiers, depuis l’Ancien Régime pour les seconds) que celle des bibliothécaires, dont les organisations professionnelles se sont affirmées plus tardivement. Elle a été moins brouillée que celle des bibliothécaires qui, avec l’essor de la lecture publique à partir de 1970, ont parfois le sentiment de ne plus faire vraiment le même métier d’un établissement à l’autre. Le bibliothécaire est-il un animateur de la vie littéraire dans la sphère publique et non marchande ? Ou encore un super technicien dans le maniement de la documentation en ligne ? Dans le meilleur des cas, un bon documentaliste capable de retrouver l’information pertinente ? Tout cela à la fois ? On a le sentiment que les filières de l’université et de la lecture publique sont étanches, chacune enviant à l’autre une compétence plus développée (soit la médiation culturelle, soit la médiation documentaire via le numérique) sans en faire une synthèse qui serait bien nécessaire pour retrouver l’identité première du métier.

État solide de la bibliothèque ?

  • 2 Bérard Raymond, Arabesques, avril-juin 2007, n° 46.

10Comme on a beaucoup construit et modernisé les espaces des bibliothèques, l’attention se focalise sur ces nouveaux équipements. « C’est cette notion de convivialité qui rapproche bibliothèques de lecture publique et d’université : la fonction documentaire de la bibliothèque publique diminue alors que sa fonction culturelle et sociale, fortement articulée autour du lieu de convivialité qu’elle constitue, augmente et semble promise à un bel avenir. La virtualisation des services s’accompagne d’une demande toujours plus forte de lieux conviviaux, bien réels ceux-ci… Faut il aller jusqu’à affirmer, comme Patrick Bazin, que la notion de collection, fondement du dogme de la plupart des bibliothèques, est bloquante ?2 ».

11Patrick Bazin, définissant une nouvelle génération de services pour la bibliothèque publique, dresse en effet le constat d’une remise en cause de la collection. À la Bibliothèque de la Part-Dieu à Lyon, la fonction documentaire diminue beaucoup, alors que celle de lecture publique à proprement parler, fortement articulée autour du lieu de convivialité qu’est la bibliothèque, a de l’avenir.

12Il ne faut sans doute pas aller trop vite en besogne. La bibliothèque ne serait-elle qu’un lieu de sociabilité, comme un autre lieu culturel, tout aussi légitime pour développer ce genre de services ?

  • 3 Pour reprendre le titre d’une session du congrès du centenaire de l’ABF : « La bibliothèque hybrid (...)
  • 4 Cela fait penser à une autre querelle, celle qui opposa dans les « Trente glorieuses », les partis (...)

13Mais au fait pourquoi fréquente-t-on une bibliothèque ? Où est passée la collection de la bibliothèque ? Réduite à l’état gazeux ? Victime d’un phénomène d’hybridation3 ? Est-elle vraiment un concept bloquant, comme il n’y a encore pas si longtemps les fonds anciens jugés tels par une large partie de la profession4 ?

14La perte de repères, conséquence des bouleversements importants que connaît le métier avec Internet, ne doit pas conduire à une appréciation de la bibliothèque, qui serait en décalage avec la perception que continuent à en avoir les usagers.

15Quelques remarques d’abord sur les dangers d’une survalorisation de la convivialité des lieux. Si la bibliothèque « physique » joue ce rôle dans certaines villes ou sur certains campus, cela reste un peu court pour asseoir la pérennité de la fonction. De même qu’on connaît des centres de documentation spécialisés quasi désertés, on connaît aussi des bibliothèques municipales en milieu rural de création récente, qui ont du mal à conforter la fréquentation du public. Toutes les situations ne sont pas égales : il y a des effets de taille, il y a des risques réels de désaffection. Le lieu ne répond pas à tout.

16Si le rôle d’une bibliothèque est d’offrir des services documentaires comme des services culturels très composites, sans collection, n’importe quelle MJC pourrait faire l’affaire. Celles-ci, dans leur vocation composite, n’ont d’ailleurs pas survécu.

17Pour être plus précis, face à une inéluctable hybridation de la bibliothèque par la fonction de documentation, la notion de collection est-elle bloquante ou bien pense-t-on ceci parce que le rapport collection/bibliothèque reste mal défini ? C’est bien là que l’on perçoit l’ambiguïté profonde du terme « bibliothèque numérique » comme référence à un lieu ou à un contenant, avant que d’être la référence au contenu, à savoir la collection.

18Or, dans les représentations collectives de la bibliothèque, pas toujours explicitées, il y a en effet, attaché à la bibliothèque, quelque chose qui résiste, qui concerne la collection en tant qu’outil public. C’est là, me semble-t-il, le sens de l’attachement du public : le nier serait se couper du sens commun.

La bibliothèque, espace de la collection

19Pourquoi en est-on arrivé à cela du côté des bibliothécaires ? On a beaucoup construit de bibliothèques depuis les années 1960, dans les universités, et depuis les années 1980, dans les villes. Cet effort très important de mise à niveau des équipements a occulté une réflexion approfondie sur le lien collection/bibliothèque, de la même façon qu’aujourd’hui l’investissement dans les outils informatiques cache le contenu de l’offre. Le geste architectural, le développement de la fonction d’accueil et d’animation, les choix d’urbanisme, dans leur dimension fonctionnelle, ont fait parfois oublier que la bibliothèque est d’abord et avant tout l’espace de la collection de livres et de revues, ou encore collection multimédia, rendue sensible et mise à portée de tous par la généralisation du libre accès.

20L’avènement des collections en libre accès, qui rend visible la fonction même de la bibliothèque, promeut une autre forme de mise en scène. Les livres ne sont plus sur le pourtour de la bibliothèque, en toile de fond, visibles mais inaccessibles. Le décor se déplace. Ils sont dorénavant à portée de main des lecteurs, mais ce n’est pas pour autant que les bibliothécaires aident à l’appropriation de cette mise en espace. L’offre laisse peu de place à la réactivité du public. Le libre accès a été perçu comme le symbole de l’émancipation des lecteurs, qui accédaient ainsi à une autonomie impossible auparavant du fait de la barrière physique des magasins. Mais il est aussi une reconstruction en soi d’une bibliothèque de référence idéale, exercice qui tente irrépressiblement tout professionnel. Les bibliothécaires y ont investi massivement leur énergie, assumant des choix, sans toujours établir de liens forts avec les autres collections qui restaient cachées dans les magasins des bibliothèques les plus importantes.

21L’accompagnement du lecteur dans l’appropriation de l’offre est également passé au second plan, puisque la classification permettait de répondre aux besoins d’orientation des lecteurs. À la différence d’un libraire, la justification des choix documentaires et l’échange avec le lecteur ne sont plus apparus comme une maïeutique nécessaire pour faire vivre la collection, constitutive du métier. Sauf dans le cas des fonds spécialisés, le lecteur émancipé avec le libre accès n’a plus besoin du bibliothécaire, sinon ponctuellement pour consulter le catalogue ou se repérer dans l’espace de la classification. En d’autres termes, il continue à y avoir peu d’interaction entre offre et demande.

22La classification peut être paradoxalement une autre source de difficultés. Conçue comme un outil d’équilibre des composantes de la collection, cette indispensable armature accentue la distance avec les lecteurs et ne répond pas toujours au sens commun. Pour être davantage en phase avec les pratiques du public, des bibliothécaires ont réagi en s’inspirant d’autres pratiques, de la librairie notamment (simplifications du classement, promotion et démarche « marketing » de certaines parties du fonds), mais tous ces efforts sont demeurés assez dispersés, faute notamment d’une distinction claire entre contraintes normatives d’un catalogue et nécessaire souplesse d’une classification. On privilégie la taxinomie de la classification ou de l’indexation et son caractère de langue étrangère nécessitant un sérieux apprentissage (comme le langage Rameau), sans réussir une véritable appropriation par le public.

23La généralisation du libre accès a changé les pratiques des usagers de façon irréversible, mais dans leurs pratiques professionnelles les bibliothécaires n’ont pas tiré toutes les conséquences de cette mutation. Il est vrai que la synthèse était délicate : comment proposer un langage commun, qui garantisse une autonomie des usagers, tout en répondant à leurs points de vue multiples ? Toujours en retrait, le bibliothécaire s’abrite devant cette revendication de parcours autonome pour continuer à fuir le lecteur.

24Avant de considérer la question des collections virtuelles, force est de constater que les bibliothèques tiennent encore trop à distance les lecteurs et qu’elles n’ont pas utilisé les ressources du réseau qu’elles constituent pour se faire connaître comme acteur incontournable d’un débat public, appuyé sur l’identité que leur confère la présence de collections solides, renouvelées et pluralistes. La discrétion est constitutive de la bibliothèque, longtemps perçue comme un lieu d’étude, en retrait du monde, dans la tradition monastique. La laïcisation brutale au moment de la Révolution ne s’est pas accompagnée d’une appropriation politique suffisante. Les enjeux de l’école ont masqué la place que pouvait occuper à bon droit l’outil bibliothèque pour la communauté. Le fait qu’il y ait des exceptions réussies ne doit pas dissimuler que l’ensemble du réseau ne s’est pas inscrit dans une dynamique de ce type.

DES COLLECTIONS SANS LIEU PHYSIQUE : APPROCHES DE LA BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE

Quelles représentations a le public d’une collection de bibliothèque ?

25Si le libre accès a infléchi les usages, il n’a pas modifié la perception de la collection de la bibliothèque. Celle-ci se distingue d’abord d’une collection privée, reflet d’engouements individuels, car elle est le bien de la communauté et s’efforce de répondre aux besoins de celle-ci, donc de garantir non seulement le pluralisme des opinions mais aussi la validité de l’information que l’on y trouve. Le public accepte et demande même que la collection traduise des choix, qui sont autant de miroirs de son époque comme peut l’être le catalogue d’un éditeur, mais qui sont forcément plus larges. Importent ici quantité, diversité et surtout équilibre. L’espace public de la bibliothèque permet a priori davantage que l’espace de la librairie, plus contraint par les règles du marché et de l’actualité.

  • 5 Martin Henri-Jean, Une vision totale du livre, Bulletin des bibliothèques de France, 2004, t. 49, (...)

26La bibliothèque peut être enfin, dans certains cas, le lieu privilégié où sont rassemblées des collections construites par les générations précédentes. Cette notion de filiation et ce lien à une culture plus ancienne qui forge la nôtre sont plus importants qu’on ne le pense dans les représentations collectives. « Il n’y a qu’une culture, si vous faites une culture sans les livres anciens, vous massacrez la culture. Et le bibliothécaire doit viser à entretenir la mémoire d’une très ancienne culture dans laquelle notre culture actuelle prend racine. »5

27Le phénomène d’appropriation de la collection de bibliothèque, outil public d’accès à la connaissance, mis à la disposition de tous, a la vie dure. C’est tout autant la collection de bibliothèque qui a un sens politique très fort, autant que l’institution qui l’abrite. La collection reste l’espace premier de la bibliothèque. Il ne faut pas sous-estimer la force de l’incarnation physique de la collection dans l’espace de la bibliothèque sur un plan politique et social.

28La médiation de la bibliothèque devient subtile : espace de liberté, elle se substitue à ce que l’école ne parvient pas à transmettre. Mais forte de tous ces atouts, la bibliothèque n’a-t-elle pas des concurrents ? L’ensemble des médias et aujourd’hui le Web ? C’est désormais un poncif que de relever l’accentuation de l’individualisation des pratiques culturelles. La lecture, pratique devenue solitaire avec la lecture silencieuse, a-t-elle encore sa place dans un espace collectif ? Internet offre un éventail sans précédent de ressources présentées de telle façon que l’individu croie qu’il en est la cible unique, centre du monde. La bibliothèque avec son schéma d’espace collectif, bien commun, apparaît d’un autre âge. Elle n’incarne plus l’espace de liberté mais est davantage identifiée à un lieu de contraintes, impropre à l’épanouissement individuel revendiqué massivement aujourd’hui.

29Ceci constaté, Internet est aussi l’exact contraire de pratiques individualistes. Si le Web 2.0 offre des outils permettant d’apposer sa griffe sur les productions d’autrui et de mettre à la mode le genre désuet de la glose perpétuelle, il constitue d’abord un lieu d’échange avec les autres. La Toile apporte une indéniable dynamique dans la dialectique collectif/individu et déplace les articulations jusqu’à présent admises. Autant que la musique, l’écrit trouve son compte dans l’essor de ces pratiques sur Internet et suscite un intérêt qu’il faut bien qualifier de renouvelé.

Quelques enseignements de la bibliothèque numérique Gallica : une nouvelle actualité de la collection avec Internet ?

30Dans les schémas mentaux des professionnels de la documentation, forgés par les banques de données factuelles en ligne, nul ne pouvait présager l’engouement des internautes pour l’accès aux textes en ligne. Au moment du grand bond d’Internet et de la généralisation de son utilisation, Gallica constituait, dans l’espace francophone, le seul réservoir important de textes intégraux de langue française. Forcément libres de droit, puisque les négociations avec les éditeurs avaient échoué dans un premier temps, ces textes présentaient un réel intérêt pour ce qu’on appelle les classiques (beaucoup d’enseignants, ne disposant pas du choix suffisant, se sont tournés vers Gallica pour renouveler leur travail pédagogique ou beaucoup d’étrangers, étudiants ou chercheurs, n’ayant pas chez eux les ressources francophones utiles à leurs travaux) mais aussi pour des textes plus rares, ou, pour être exact, difficiles à trouver car épuisés.

31Ici, la diversité des publics touchés est plus grande et correspond à une diversité des pratiques plus qu’à une diversité sociologique : enseignement, recherche professionnelle ou amateur, pratique de collectionneur. On a pu constater que l’accès distant accroissait quantitativement les publics (de l’ordre de 1 à 10), renforçait le poids des pratiques individuelles non académiques par rapport aux pratiques savantes et corrigeait un déséquilibre dû à la taille limitée et à l’accès contraint des salles de lecture, ouvrait à de nouveaux publics, notamment scientifiques (succès des comptes rendus de l’Académie des sciences) ou jeunes retraités. Ce sont des enseignements intéressants par rapport à la fréquentation ordinaire des bibliothèques, car ce sont aussi des nouveaux publics. Mais sociologiquement, ce n’est pas un total bouleversement. Le citoyen, inscrit dans la vie active, qui n’a pas de lien avec l’université ou le monde culturel, consulte plus rarement Gallica, de même qu’à l’exception de la mère de famille emmenant sa progéniture à la bibliothèque des enfants, il fréquente aussi rarement la bibliothèque. Enfin, ce public maîtrise la lecture, est d’un niveau socioculturel équivalent ou supérieur au bac, pour faire court, ce qui est conforme à l’élévation générale du niveau d’études de la population. Internet agit comme démultiplicateur inédit de l’accès aux textes sans bouleverser totalement la composition sociologique des publics. Il l’élargit toutefois très sensiblement.

32Ce qui est intéressant, au-delà de ces constats, c’est, d’une part, la demande réitérée d’accès au texte intégral dont la bibliothèque garantit la provenance et, d’autre part, la demande d’accès à des textes « cachés », qu’on ne peut facilement trouver. Le concept de collection, tel que les bibliothèques l’ont forgé, a-t-il encore du sens avec Internet dans ce contexte précis d’accès à du texte intégral ? Il semble que oui.

33Gallica a été conçue comme une collection de bibliothèque, collectant (assumant plus ou moins bien des choix mais les assumant), rassemblant et mettant à disposition un ensemble encyclopédique, sans réel précédent, du XVIe siècle à 1914. La quantité a été un atout indéniable. Le label BnF aussi. La notion de collection bouge avec Internet, c’est l’institution publique « bibliothèque » qui confère la principale valeur ajoutée. On voit que l’intérêt du public renvoie à ce qui a été défini plus haut : quantité, pluralisme, équilibre, racines. Et faits nouveaux : certification du contenu mis à disposition et interactivité des internautes. Les réactions des lecteurs de Gallica sont sans commune mesure avec celles de ceux qui fréquentent les salles de lecture de la BnF.

  • 6 Voir aussi sur la guerre de 14-18 le corpus BnF/BDIC, etc. utilisant des passerelles OAI.

34Les outils virtuels confèrent une visibilité accrue à ce qui demeurait caché jusqu’alors dans les réserves. Par les liens permettant la navigation d’un texte à l’autre, ils renouvellent la pédagogie permettant de les appréhender. Enfin, on peut désormais consulter sur un même site des collections physiquement dispersées dans plusieurs établissements, s’éclairant mutuellement. La bibliothèque numérique Medica de la BIUM et Gallica créent ainsi les conditions d’une navigation, permettant une nouvelle appréhension de la collection. C’est une collection « intelligente » qui se trouve « reconstituée »6. Quantité rime avec liens entre corpus évitant les doublons et leur insufflant une nouvelle vie, outils collaboratifs avec simplicité de l’ergonomie d’accès. Il ne sert à rien d’accumuler si l’on ne sait pas où l’on va.

  • 7 Gallica 2 proposera désormais ce type de service.

35Mais cet intérêt ne va-t-il pas s’essouffler, compte tenu du type de documents proposés, antérieurs pour leur grande majorité au début du XXe siècle ? C’est la raison pour laquelle il importe que les éditeurs et les auteurs trouvent des moyens pour mettre à disposition des textes contemporains, contre rétribution, en lien avec les bibliothèques7. C’est enfin la raison pour laquelle, il est vital de ne pas disperser les efforts, d’avoir comme priorité la visibilité sur la Toile et d’offrir sur Internet des points d’accès unifiés à ces collections.

Services sans collections ?

36Cela semble impossible désormais. Mais il est plus que jamais nécessaire de cerner ce qu’on entend par collection de bibliothèque. Plus qu’une remise en cause de la collection, dont les lecteurs plébiscitent plutôt le principe sur Internet, on assiste à un déplacement d’accent et à une hybridation des savoir-faire. Les services sont désormais indissociables de la bibliothèque, mais pour que cette dernière soit toujours nécessaire (c’est bien en termes de nécessité que la question d’identité se pose), il lui faut mieux affirmer sa légitimité d’espace public, né à partir de la collection, de l’accès au savoir et à la culture, porté par un certain nombre de compétences, sur lesquelles il convient de ne pas se tromper :

  • l’organisation des contenus, couplée à une meilleure prise en compte des pratiques des lecteurs ;
  • la garantie d’équilibre et de pluralisme, encore insuffisamment mise en avant, pas toujours avec à-propos ;
  • le renouvellement de la relation au lecteur, dans l’aide à l’appropriation des contenus et dans la reconnaissance de l’apport du collaboratif ;
  • la connaissance de ces contenus, avec ce lien passé/présent qui est porteur de sens, sur laquelle on attend plus les bibliothèques que Google ;
  • leur mise en commun avec l’outil virtuel, en plus d’une bonne maîtrise des techniques de conservation.

37Chacune de ces compétences se modifie avec Internet. Par exemple, pour la première, utiliser le langage naturel devient une quasi obligation et les outils existent dorénavant. Autre exemple, la représentativité des courants et des idées n’est plus aujourd’hui seulement un étendard contre l’extrême droite ; cela correspond à une exigence renforcée des publics, sans doute à revisiter aussi bien dans l’espace physique de la bibliothèque que dans les bibliothèques virtuelles. Enfin, il faut insister sur les choix politiques rendus indispensables avec le travail en réseau. Là aussi, c’est une conséquence indirecte d’Internet. Pour que les internautes s’approprient les contenus des collections sur la Toile, ceux-ci doivent être aisément accessibles et bien référencés par les moteurs de recherche ; les bibliothèques sont obligées de travailler de façon collective si elles veulent que leurs investissements ne soient pas vains. L’union fera la force. La petite échelle que représentent les bibliothèques n’autorise guère d’alternative.

38Si le métier devient de plus en plus hybride (pratiques de la documentation, de la pédagogie…), c’est Internet surtout qui le révolutionne mais le renvoie aussi à ses principes constitutifs. Le débat est ouvert. On se gardera d’oublier les atouts politiques des bibliothécaires, leur insertion et leurs responsabilités dans la cité ou la communauté universitaire, constitutive du métier, au plus près du public et des décideurs, ainsi que leur pratique du réseau. Hybridation des métiers ne veut pas dire perte d’identité originelle. La collection virtuelle est une chance de ce point de vue.

39En revanche, la question du ou des modèles de bibliothèques pourrait bien se révéler plus encombrante qu’on ne le pense. Depuis fort longtemps, les bibliothèques assurent un certain nombre de fonctions, notamment de transmission. Et c’est bien la collection qui fonde encore maintenant la pérennité de la fonction de la bibliothèque. On ne parle pas ici de missions, ni de valeurs. Perdre de vue les fonctions essentielles au profit d’un modèle ou d’un autre dont la durée est souvent celle d’une génération, devient un luxe au moment où Internet contraint à une adaptation à la fois pragmatique et inventive du métier.

Notes

1 Owen J.-M., The future role of libraries in the information age. International summer school on the digital library. 1997.

2 Bérard Raymond, Arabesques, avril-juin 2007, n° 46.

3 Pour reprendre le titre d’une session du congrès du centenaire de l’ABF : « La bibliothèque hybride : un nouveau modèle ? »

4 Cela fait penser à une autre querelle, celle qui opposa dans les « Trente glorieuses », les partisans d’un développement de la lecture publique à leurs collègues attachés aux fonds anciens ou aux fonds d’étude.

5 Martin Henri-Jean, Une vision totale du livre, Bulletin des bibliothèques de France, 2004, t. 49, n° 5.

6 Voir aussi sur la guerre de 14-18 le corpus BnF/BDIC, etc. utilisant des passerelles OAI.

7 Gallica 2 proposera désormais ce type de service.

© Presses de l’enssib, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access