Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quel modèle de bibliothèque ?

 | 
Anne-Marie Bertrand
, 
Émilie Bettega
, 
Catherine Clément
, 
et al.

Les bibliothèques publiques au sein des politiques culturelles : essai d’analyse comparée

Émilie Bettega

Texte intégral

1Considérons d’un côté, la « bibliothèque publique », traduction de public library qui constitue un modèle anglo-saxon de bibliothèque que les professionnels des pays latins les plus engagés ont souvent cherché à adapter. De l’autre, la politique culturelle, « invention » française dans les formes d’institutionnalisation qu’elle a prise. Ainsi, la création du ministère de la Culture en 1959 en France a fait école, et on a pu parler d’un modèle de politique culturelle française.

2S’interroger sur les bibliothèques publiques au sein des politiques culturelles en France, en Espagne et en Italie, implique de restituer le plus fidèlement les conditions de possibilité historiques d’une institution – la bibliothèque publique – et d’une politique – la politique culturelle –, en montrant comment les questions se sont historiquement posées dans ces trois pays. Pour les besoins de l’analyse, on distinguera une double fondation – celle des bibliothèques publiques et celle des politiques culturelles – avant de s’interroger in fine sur les caractéristiques de la bibliothèque publique au sein des politiques culturelles locales.

LA FONDATION DES BIBLIOTHÈQUES PUBLIQUES ENTRE POLITIQUE PATRIMONIALE ET POLITIQUE ÉDUCATIVE

3Si la notion anglo-saxonne de public library signifie une bibliothèque ouverte à tous les publics, que cette dernière soit juridiquement publique ou privée, cela n’est sans doute pas le cas de la bibliothèque publique dans les pays latins qui nous concernent et particulièrement en France et en Italie.

L’Italie, entre richesse et dispersion des bibliothèques publiques : l’importance d’un État gestionnaire

  • 1 La bibliothèque d’intérêt local est la traduction italienne de la bibliothèque juridiquement confié (...)
  • 2 In Solimine Giovanni, Tra passato e futuro le biblioteche statale dall’Unità d’Italia al 2000, chap (...)
  • 3 In Traniello Paolo, La biblioteca pubblica. Storia di un istituto nell’Europea contemporanea. Il Mu (...)

4Les auteurs italiens soulignent l’ambiguïté de l’expression « bibliothèque publique ». « Nous pouvons comprendre les motifs d’une perception de la bibliothèque, diffusée aussi bien parmi les administrateurs locaux que parmi le grand public, comme un bien à garder plutôt que comme un service destiné à satisfaire les exigences d’une communauté locale ; cette perspective nous aide à mesurer la distance qui sépare notre « bibliothèque d’intérêt local »1 de la public library et à comprendre la signification qu’a fini par prendre l’expression « bibliothèque publique », souvent utilisée pour dénommer indistinctement les bibliothèques de propriété publique (les bibliothèques publiques d’État comprises), et non, comme ailleurs, simplement les bibliothèques pour tout public. »2 Paolo Traniello, pour parler de cette ambiguïté, insiste sur la composante patrimoniale des bibliothèques italiennes qui a impliqué de « voir dans la bibliothèque elle-même, comme institution, et dans ses collections, un « héritage », autrement dit une sorte de patrimoine, ayant une valeur aussi sur un plan économique comme une grande richesse, mais surtout comme quelque chose à conserver et à sauvegarder pour sa valeur de témoignage et de mémoire de la vie culturelle de la nation. »3

  • 4 Traniello Paolo, op. cit.

5L’Italie et la France partagent par conséquent un même héritage, celui d’une certaine « pesanteur patrimoniale » dans la fondation de leurs bibliothèques publiques. Et pourtant, à travers cette identification d’un peuple à la construction de son État, à travers cette passion française ou italienne pour le patrimoine, qu’il soit livresque ou architectural, on peut se demander s’il n’existe pas un modèle latin de la bibliothèque comme institution culturelle, qui reflète un moment fondateur de l’histoire de pays (celui de la Révolution Française ou celui de l’Unité italienne) qui ont vécu un événement identique, la confiscation des biens du clergé. Paolo Traniello ne s’y trompe pas d’ailleurs en déclarant : « On assistera ainsi à distance de quatre-vingts ans, à la réplique italienne de la confiscation des biens livresques du clergé par la Révolution Française : événement qui aura des conséquences analogues pour ce qui est de la faiblesse et de l’inadéquation des bibliothèques locales, mais qui ne sera pas suivi, dans le cas italien, par un effort de projection, au moins sur le plan théorique, d’un service bibliothéconomique complexe et organiquement organisé »4.

6Cependant, on peut se demander si cette projection italienne ne relève pas, de la part de Paolo Traniello, d’une vision un peu idéalisée de la bibliothéconomie française, et comprendre plutôt la différence entre la France et l’Italie par l’histoire administrative comparée des deux pays. Dans le cours du XIXe et du XXe siècle, l’État, s’il ne joua pas un rôle de gestionnaire direct des bibliothèques publiques, put en revanche devenir l’interlocuteur des villes et mener à bien un rôle de planificateur. S’il ne s’agit pas d’exagérer ici les mérites de l’État français qui se désintéressa souvent des bibliothèques publiques, on doit reconnaître qu’il encouragea l’ancrage municipal de ces dernières et engendra une organisation simple et claire, ce qui ne fut pas le cas en Italie.

  • 5 Messina Maurizio, Plaidoyer pour une restructuration, in Bibliothèques(s) n° 1, avril 2002.

7En effet, l’État italien a, encore aujourd’hui, la gestion directe de 46 bibliothèques dont deux bibliothèques nationales centrales (Rome et Florence), sept autres nationales (la Braindense de Milan, la Marciana de Venise, la Vittorio Emmanuele III de Naples, la Sagarriga Visconti Volpi de Bari et les bibliothèques de Potenza et Cosenza) ainsi que 26 publiques d’État et 11 rattachées aux monuments historiques. Comme l’écrit Maurizio Messina, « l’Italie n’a jamais eu une vraie capitale culturelle et dans chaque coin du pays ont été constituées des collections de documentation et des bibliothèques de grandes valeurs qui, réunies, forment le témoignage matériel de l’identité culturelle de la nation. Lorsque dans la seconde moitié du XIXe siècle, fut déterminée l’organisation actuelle des bibliothèques publiques qui étaient rattachées à l’administration centrale de l’État, il sembla alors naturel de définir comme nationales les bibliothèques des villes qui avaient été les capitales des États avant l’Unité et qui conservaient les collections les plus riches et les plus importantes. »5

  • 6 Ce point de vue est développé dans le premier chapitre du livre, Traniello Paolo, Le biblioteche it (...)

8Mais ce que l’histoire explique et justifie, implique une organisation complexe où la réalité administrative coïncide rarement avec la réalité fonctionnelle. En effet, nombre de bibliothèques d’État auraient gagné à être sous la tutelle des collectivités locales, dans la mesure où elles sont, par leurs collections et leurs services, des bibliothèques d’intérêt local. Selon Paolo Traniello, la bibliothèque publique d’État aurait manqué son ancrage dans la collectivité territoriale6. À l’appui de ces dires, l’auteur rappelle que la bibliothèque nationale universitaire de Turin a brûlé en 1904 et n’a rouvert ses portes qu’en 1973. La centralisation qui découla de la nationalisation des bibliothèques des états pré-unitaires empêcha bel et bien l’ancrage local des bibliothèques publiques. De plus, la prise en charge de la gestion directe d’un grand nombre de bibliothèques publiques conduit à un éparpillement de l’investissement des fonds publics d’État aux dépens d’un petit nombre de bibliothèques qui en auraient eu besoin à des moments clefs de leur histoire.

L’Espagne, l’inscription de la bibliothèque publique dans l’enseignement : le lien historique entre école et bibliothèque

  • 7 Ce décalage est notamment mentionné par Teresa Maria Terré et Carmen Mayol Fernandez dans l’article (...)

9Dans cette perspective, l’Espagne offre une problématique légèrement différente. La confiscation des biens du clergé s’échelonna le long du XIXe siècle et ne correspondit pas à une fondation politique durable comparable à la Révolution Française ou à l’Unité Italienne. Si la confiscation des biens du clergé, à l’occasion de la première révolution libérale de 1830, devait donner naissance à un ensemble de bibliothèques publiques, le manque de moyens ne permit pas sa mise en œuvre. De bibliothèques publiques pensées comme indépendantes, on parvint à un système d’implantation des bibliothèques au sein des établissements d’enseignement secondaire et supérieur. Dans les provinces où il n’y avait pas d’université, ce furent les lycées qui reçurent les livres, à l’exception de la ville de Segovie qui créa une bibliothèque publique. En revanche, la scission d’avec les lycées se fit beaucoup plus rapidement et les bibliothèques, au cours du siècle, devinrent des bibliothèques publiques provinciales, suite à l’application de la loi Moyano de 1859. Le décalage entre le développement des bibliothèques universitaires et le développement des bibliothèques publiques est souligné par les historiens. Cette dérive, qui releva d’un pragmatisme logique à l’époque – rattacher des collections nouvelles à des collections déjà existantes –, fut lourde de conséquences pour l’histoire des bibliothèques publiques espagnoles, qui sans avoir les moyens de développer des collections nouvelles, ne reçurent pas non plus de collections anciennes. Autrement dit, la « pesanteur patrimoniale » dont parlèrent longtemps les auteurs italiens et français apparaît comme une richesse qui manqua aux bibliothèques publiques espagnoles.7

  • 8 In Faus Sevilla Pilar, La lectura publica en España y el plan de bibliotecas de Maria Moliner. Asoc (...)

10Par conséquent, si les bibliothèques universitaires furent richement dotées, demeurait ouverte en Espagne la question d’une documentation disponible pour l’ensemble de la population. Historiquement, c’est la génération de la révolution bourgeoise de 1868 qui impulsa le développement des bibliothèques publiques par le biais de bibliothèques populaires souvent implantées dans les écoles. Les livres envoyés par le gouvernement étaient à la charge de la commune. L’expérience tourna court avec la Restauration quelques années plus tard mais elle eût le mérite d’initier une tradition espagnole dont s’inspira la Seconde République : celle du lien consubstantiel entre l’école et la bibliothèque. Les déclarations de Marcelino Domingo, alors ministre de l’instruction publique, marquent bien l’importance de ce lien : « Une bibliothèque accueillante, entretenue, peut être un instrument de culture aussi efficace voire plus efficace que l’école. »8. Il s’agissait de faire advenir un nouveau type d’Espagnol, libéré de ses croyances, et prêt à exercer ses droits et devoirs de citoyen. On voit ici que les termes « culture » et « éducation » se recoupent.

  • 9 In Vasques Eduardo Huertas, La politica cultural de la Segunda República española. Ministerio de Cu (...)

11C’est ainsi que l’on peut sans doute faire remonter la notion de politique culturelle en Espagne à la Seconde République, mais une politique culturelle qui s’inscrit dans un projet d’éducation nationale. « La valeur que l’État républicain donna à la culture comme fondement de l’éducation nationale, fut si grande qu’elle en constitua sa propre essence. Mais il s’agissait d’une culture évidemment humaine, c’est-à-dire laïque. De ce fait certains ennemis de la République, […] en vinrent à dire que la République vint en Espagne pour substituer à la religion catholique, la religion de la culture »9. Cet héritage de la Seconde République sera repris au moment de l’avènement de la République après la chute du Franquisme, et le plan d’organisation des bibliothèques publiques envisagé par Mari Moliner en 1938 deviendra la référence.

La France, le « divorce » de la bibliothèque et de l’école : naissance d’une institution culturelle ?

  • 10 Poulain Martine, La France. In Poulain Martine (dir), Les bibliothèques publiques en Europe. Éditio (...)
  • 11 Melot Michel, Lire, faire lire, Des usages de l’écrit aux politiques de la lecture, Le Monde Éditio (...)
  • 12 Lindenberg Daniel, Les bibliothèques dans les politiques éducatives et culturelles. In Varry Domini (...)

12En regard de l’Espagne, la France distingua fortement la bibliothèque de l’école avec l’installation durable de la Troisième République. « La belle époque des bibliothèques scolaires s’achève au début de ce siècle : elles sont peu à peu délaissées et deviennent au fil des ans des coquilles vides, proposant, selon plusieurs témoignages, des ouvrages désuets ».10 Alors même que la Troisième République reste, dans la mémoire collective, comme la période de l’invention de l’école laïque, obligatoire et républicaine, la bibliothèque fut exclue de ce grand mouvement de développement. Michel Melot en se posant cette question sous la forme d’un paradoxe y répond d’une certaine manière : « Bien que Jules Ferry eût souhaité que la bibliothèque publique fût, comme l’école, gratuite et obligatoire, comme elle l’est devenue dans les pays anglo-saxons, la politique des bibliothèques publiques s’est largement démarquée de l’école, lieu de l’enseignement obligatoire et programmé. »11 L’explication tient peut-être dans cette définition de l’école comme « lieu de l’enseignement obligatoire et programmé » tandis que la bibliothèque publique demeure un service facultatif de la commune depuis le code des communes de 1885. Dans cette perspective, la bibliothèque publique municipale développe les caractères d’une bibliothèque scolaire d’un type particulier, entre bibliothèque savante et bibliothèque de culture générale, où le bibliothécaire joue le rôle de filtre de la connaissance entre les livres et les lecteurs. L’importance du caractère éducatif de la bibliothèque peut s’expliquer par le modèle catholique qui se joue dans le rapport au livre. Avec l’anticléricalisme qui se développe à la fin du XIXe siècle, ce modèle catholique de la bibliothèque, qui implique une médiation dans l’accès au savoir, loin d’être renversé, se retrouve pris dans une continuité historique, où la censure d’autrefois à l’égard du lecteur, est transformée en une lutte contre son ignorance. Comme l’écrit Daniel Lindenberg : « Dans notre propre aire culturelle, très marquée par la lutte séculaire de l’Église et de l’École, on présume au contraire que le sujet supposé vouloir savoir est à construire. La cible n’est pas la censure mais l’ignorance, et plus précisément encore l’obscurantisme. D’où un aspect très net « d’évangélisation » laïque prise, dès avant 1914, par toutes les formes de ce que l’on n’appelait pas encore « l’action » ou « l’animation » culturelle. »12 Distinguée de l’école, la bibliothèque est cependant conçue comme éducative, ce qui a sans doute conduit à sa position marginale au sein du champ culturel.

CRÉATION DES MINISTÈRES DE LA CULTURE ET BIBLIOTHÈQUES PUBLIQUES : DES PROBLÉMATIQUES NATIONALES SPÉCIFIQUES

L’absence des bibliothèques dans la création du Ministère français des affaires culturelles en 1959

  • 13 Lindenberg Daniel, op. cit.

13La Libération a fait naître dans le monde occidental l’idée d’un « droit » à la culture, qui fut confirmé en France par l’inscription de l’égal accès de chacun à la culture dans le préambule de la Constitution. Mais la création du ministère des Affaires culturelles en 1959 n’intégra curieusement pas les bibliothèques publiques dans son champ de compétences. Comme l’écrit Daniel Lindenberg : « Bénéfique pour la conservation et la divulgation du patrimoine architectural, plastique, théâtral, l’ère Malraux n’est guère bénéfique pour le livre et la lecture. Situation paradoxale si l’on songe qu’André Malraux était après tout un des plus grands écrivains français du siècle, ministre d’un homme, le général de Gaulle, lui-même pétri de culture littéraire et classique et grand écrivain, lui aussi à ses heures. »13

  • 14 Fumaroli Marc, L’État culturel, Livre de poche, 1992.
  • 15 Op. cit.
  • 16 Op. cit.

14Certains auteurs ont tenté d’expliquer ce choix. Marc Fumaroli, dans son livre L’État Culturel, essai sur une religion moderne remarque très vite dans le cours de sa démonstration qu’il n’est pas anodin que les maisons de la Culture inventées par Malraux n’aient pas de bibliothèques14. En effet, selon Marc Fumaroli, le nouveau ministre développe un discours proche de l’exaltation mystique, qui s’adresse au collectif et exclut par là même le plaisir essentiellement privé et solitaire de la lecture. Lors de la présentation de son budget le 17 novembre 1959 devant le Parlement, le nouveau ministre fonde la politique culturelle contre l’éducation : « L’enseignement peut faire qu’on admire Corneille ou Victor Hugo. Mais c’est le fait qu’on les joue qui conduit à les aimer ». De même, Philippe Urfalino, dans L’invention de la politique culturelle écrit : « La démocratisation culturelle passait, selon le nouveau ministère, non par une éducation spécifiquement culturelle ou par l’apprentissage des pratiques artistiques, mais par une mise en présence de l’art, des œuvres comme des artistes, et des publics qui n’avaient pas l’habitude d’une telle rencontre. La notion d’accès à la culture rejetait donc toute idée de médiation ou de pédagogie ».15 En effet, « tout comme Schiller, lui-même suivant et adaptant Kant, la sensibilité ou l’imaginaire, ont, chez Malraux, une position intermédiaire, c’est-à-dire centrale, entre la raison et la loi, et les instincts, la part organique et animale de l’homme. »16

  • 17 Nous reprenons ici le titre du chapitre 6 du livre de Marrey Baptiste, Éloge des bibliothèques. Édi (...)

15Il est donc juste de créer une filiation de Malraux à Kant en passant par Schiller pour définir la théorie du choc esthétique qui anime la pensée de Malraux dans son « invention » de la politique culturelle. Le beau est un universel concret. Affirmer que quelque chose est beau, c’est penser que tout le monde sera susceptible de le trouver beau. Il y a donc bien dans la beauté une communion du sensible susceptible de créer une union de la communauté dans sa prétention à l’universel. Par conséquent, au-delà des différences de tonalité, Marc Fumaroli et Philippe Urfalino se rejoignent sur un point : si Malraux a choisi « le théâtre contre le livre »17, c’est que le théâtre, et dans une certaine mesure les arts plastiques, permettaient la rencontre publique de l’œuvre d’art, à même d’assurer une communion esthétique sans le recours à l’éducation, et en filigrane sans le recours à la lecture. C’est avec la longue histoire de la décentralisation et de la montée en puissance des collectivités territoriales que les bibliothèques publiques sont devenues des institutions culturelles. Le rattachement des bibliothèques publiques au ministère de la Culture en 1975 permit de prendre acte d’un point de vue institutionnel et au niveau national de cette participation déjà active des bibliothèques publiques à la politique culturelle et aux politiques culturelles locales en plein essor.

Cohésion nationale en Espagne et acception de la notion de « politique culturelle » en Italie : enjeux respectifs de la création des ministères de la culture

16La question du rattachement des bibliothèques au sein des compétences des ministères de la culture en Espagne et en Italie ne se posa pas et elle fit « naturellement » partie du domaine de compétences des nouveaux ministères, dans la mesure où, comme nous l’avons déjà suggéré, les liens entre culture, patrimoine, école et bibliothèque se posèrent de façon radicalement différente. Autrement dit, le « modèle français » de la politique culturelle doit être compris comme un emprunt à une forme d’institutionnalisation – création d’un ministère nouveau – et non pas comme la reprise d’une problématique identique. Il s’agit donc ici d’éclairer les problématiques nationales qui sont propres à l’Espagne et à l’Italie en montrant leurs conséquences sur l’histoire des bibliothèques publiques.

17L’émergence d’une politique culturelle en Italie et en Espagne remonte au temps de leur dictature. Avec la mise en place du fascisme et du franquisme, on assiste à une certaine emprise de l’État sur la culture afin d’encadrer les loisirs et les activités culturelles de la population. Encore faut-il distinguer entre fascisme et franquisme dans l’émergence de ces politiques culturelles dictatoriales.

  • 18 Alcaud David, La politique culturelle italienne : étude sociologique et historique de l’invention d (...)
  • 19 Il s’agit du livre de Barone Giulia et Petrucci Armando, Primo, non leggere, biblioteche e pubblica (...)

18Le fascisme eut les moyens de ses volontés. L’autorité de l’État s’exerça au service d’une nouvelle politique des arts. Comme l’écrit David Alcaud : « L’État ne se contente pas d’intervenir tant bien que mal pour que le libéralisme ne détruise pas le patrimoine italien. Il entend organiser, réguler et programmer la conservation de manière à ce que l’art et la culture servent l’intérêt public général »18. Avec la loi de 1939 sur le patrimoine, le système italien reconnaît que la « jouissance publique est une autre finalité de la protection ». Cette politique était encadrée par le minculpop dont l’intervention ne se limita pas aux « biens » (livres, disques, paysages) mais intégra aussi les activités culturelles. En ce qui concerne les bibliothèques, le fascisme chercha bien à encadrer les lectures des Italiens, mais il ne parvint pas vraiment à son objectif. En effet, si l’action du fascisme à l’égard des bibliothèques peut se comprendre à travers la prise de contrôle des bibliothèques populaires comme moyen de propagande, elle n’y est cependant pas réductible, comme le laisse penser l’auteur de Primo, non leggere,19 mais elle s’est accompagnée d’une politique de centralisation et de modernisation des bibliothèques. De plus, au sein même du réseau des bibliothèques populaires, il est possible de montrer avec Maria Luisa Betri, auteur du livre Leggere, obbedire, combattere, le biblioteche populare durante il fascismo, comment au cours des années 1930, le réseau des bibliothèques populaires fut souvent un canal de diffusion de la littérature étrangère, au contenu fort peu en accord avec le régime.

19On le voit, le débat sur la période fasciste reste éminemment controversé, aussi bien à propos du rôle qu’il joua en matière de lecture publique qu’à propos de la notion même de politique culturelle. La chute du fascisme a jeté l’opprobre sur une politique culturelle centralisée qui cherche à orienter les pratiques et les idées des citoyens. Ainsi, si la création du ministère de la Culture en Espagne fut contemporaine de la transition démocratique, en Italie, l’histoire de ce ministère fut longue à se mettre en place, en raison de la difficulté idéologique des élites politiques et intellectuelles à penser une politique culturelle à l’ère démocratique. En 1975, c’est un ministère des biens culturels qui est créé autour d’une notion modernisée du patrimoine. À la conception idéaliste et élitiste se substitua l’émergence d’une vision unitaire, voire anthropologique, de la culture, en référence aux déclarations en vigueur au niveau international, qui permit de définir le bien culturel comme témoignage du passé et non plus seulement comme œuvre d’art. Pratiquement, le livre, et non plus seulement le manuscrit ou l’incunable, fut désormais considéré comme bien culturel ; deux institutions nationales furent créées, l’Institut central pour le catalogue unique des bibliothèques italiennes et l’Institut central pour la pathologie du livre. Cependant à travers cette notion de « bien culturel », on retrouve cette conception italienne d’une vision patrimoniale de la culture qui avait déjà intégré les bibliothèques comme éléments de ce patrimoine. Dans cette perspective, certaines bibliothèques universitaires passèrent même sous la responsabilité du nouveau ministère.

  • 20 Traniello Paolo, Le biblioteche italiane oggi. Il Mulino, 2005.

20Il faut attendre le tournant du XXIe siècle pour que Walter Veltroni, homme de centre gauche, s’empare de la question, sous la pression des intellectuels et des artistes, et que le ministère italien de la Culture devienne un ministère des Biens et des activités culturelles. Histoire institutionnelle, voire administrative italienne ou bien modification en profondeur de la politique de la culture, dont la convergence avec les modèles européens serait finalement assumée, ce dernier épisode de l’histoire du ministère italien « de la culture » n’est pas achevé. S’il est sans doute trop tôt pour y répondre, dans la mesure où la réforme ne prit vraiment place que dans les années 2000, on peut remarquer avec Paolo Traniello, que, du point de vue de la représentation de la politique culturelle, le changement de dénomination est loin d’être sans conséquences : « ce changement de dénomination déplaçait évidemment l’accent de la culture entendue comme “objets” sur les aspects plus opérationnels de cette dernière ».20 Si l’opposition entre conservation et valorisation fut au cœur des débats politiques et culturels des années 1970, il semble en effet que cette réunification institutionnelle joue en faveur d’une unification du modèle de la bibliothèque publique italienne : au modèle socioculturel de la bibliothèque d’intérêt local s’opposait le modèle de la bibliothèque d’État conservatrice et patrimoniale, une opposition qui aujourd’hui n’a plus cours grâce à ce déplacement d’accent de la culture et à l’affirmation de la politique culturelle.

  • 21 Négrier Emmanuel, La politique du patrimoine en Espagne, in Poirrier Philippe (dir.), Politique cul (...)

21Alors qu’il y avait dans le franquisme « l’expression d’une volonté d’intervention culturelle » qui se voulait « un symbole d’ouverture à l’occidentale tout en fonctionnant au quotidien sur la répression des libertés de création et d’expression des identités sub-nationales »21, la nouvelle constitution en 1975 défend la liberté d’expression et de création et reconnaît les identités culturelles régionales. Sur le plan de l’articulation entre l’État et les communautés autonomes, on peut parler d’une intégration double de la culture dans le cas de l’État espagnol : il s’agit d’intégrer la culture espagnole et la culture des communautés autonomes qui constituent l’Espagne. « Sans préjudice des compétences que pourront assumer les communautés autonomes, l’État considérera le service de la culture comme un devoir et une attribution essentielle et facilitera la communication culturelle entre les communautés autonomes, en accord avec elles » (Article 149, alinéa 2). Pendant la transition démocratique, le ministère de la Culture est créé et la censure est supprimée. Les premières enquêtes du ministère de la Culture, en 1978, révèlent que 94 % de la population n’est jamais entré dans une bibliothèque de sa vie. Ce furent par conséquent les bibliothèques publiques qui bénéficièrent le plus des investissements du ministère de la Culture. Cette politique en faveur des bibliothèques concerna la construction, la réhabilitation et l’extension des bibliothèques publiques d’État, dont la gestion revint aux autonomies dès les premières conventions de décentralisation entre 1982 et 1985. L’État espagnol, qui n’avait pas la gestion des bâtiments qu’il faisait rénover ou construire, joua donc un rôle central dans le développement des bibliothèques publiques.

22Cependant, la question centrale du ministère espagnol de la Culture était bien celle de l’identité de la culture espagnole, et en dernier ressort de la cohésion nationale de l’Espagne. Aussi, l’existence de ce ministère a-telle toujours été remise en question dans les autonomies. En 1984, la Generalitat de Catalogne demanda la suppression du ministère de la Culture. Le tribunal constitutionnel trancha en faveur de l’administration centrale, en raison précisément de l’alinéa 2 de l’article 149 précédemment cité. Le ministère de la Culture a une finalité et un fondement constitutionnel : la communication entre les différentes cultures espagnoles sur laquelle le tribunal constitutionnel n’est jamais revenu. C’est dans cette perspective de coordination que les projets de catalogage partagé et de collaboration entre les bibliothèques ont pu être mis en place pendant la seconde législature socialiste (1987-1992).

  • 22 Négrier Emmanuel, La politique du patrimoine en Espagne, in Poirrier Philippe (dir.), Politique cul (...)

23À l’échelle nationale, le ministère de la Culture a été remis en question par le Parti Populaire, qui, une fois, aux affaires de 1996 à 2004, transforma ce dernier en département du ministère de l’Éducation nationale et des sports. Cependant, entre les déclarations de campagne où il était question d’une disparition pure et simple d’un ministère « trop dirigiste » et pas assez « libéral » et la réalité de la politique suivie par le Parti Populaire, on peut noter une grande continuité de cette dernière avec la politique culturelle précédemment menée lors des législatures socialistes. Le prix unique du livre, institué en 1990, fut maintenu ainsi que la politique de défense du cinéma espagnol. Sans doute des tonalités changèrent dans les discours et des inflexions eurent lieu sur le montant des enveloppes budgétaires. « Cette circonstance s’explique notamment par le fait que le patrimoine espagnol, comme l’italien, accorde une très large place aux édifices catholiques, et donc une Église qui constitue une large part de la sociologie de ces partis. »22 On peut ainsi souligner que pendant les législatures du Parti Populaire, qui font « disparaître » administrativement le ministère de la Culture, l’accent n’est pas « idéologiquement » mis sur la lecture publique mais davantage sur le patrimoine et la diffusion de la culture espagnole à l’étranger, sans pour autant ralentir vraiment l’effort poursuivi. Par conséquent, on peut quasiment parler en Espagne d’un cercle vertueux entre ministère de la culture, bibliothèques publiques et cohésion nationale : la centralisation des moyens à l’échelle nationale permit le développement des bibliothèques publiques tout en assurant un accès à la culture par l’offre documentaire qui transcendait les cultures régionales. La réussite de cette politique affermissait en retour la raison d’être du ministère ainsi que la cohésion de cette « nation de nations » pour reprendre les mots de Jose Sole Tura, responsable catalan devenu ministre de la Culture espagnole en 1990.

LES BIBLIOTHÈQUES PUBLIQUES AU SEIN DES POLITIQUES CULTURELLES LOCALES : ORGANISATIONS ADMINISTRATIVES ET MODÈLES DE BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE

En Espagne : une bibliothèque de « l’usager » organisée en réseau et dont le mode de fonctionnement tend à dépasser les clivages « régionalistes »

  • 23 Terré Teresa Maria, Mayol Fernandez Carmen, Les bibliothèques publiques en Espagne, Bulletin des bi (...)

24En Espagne, les communautés autonomes ont adopté leur propre législation sur les bibliothèques en respectant les lois juridiquement supérieures. La communauté autonome est responsable de la politique des bibliothèques de son territoire et participe au fonctionnement, sur la base de conventions établies avec les administrations locales. À l’échelon régional (échelon des autonomies) sont institués des règlements sur l’organisation des bibliothèques. À l’échelon de la province – qui correspond plus ou moins à notre échelon départemental – sont instituées des coordinations à partir, la plupart du temps, des bibliothèques publiques d’État, qui jouent un rôle de tête de réseau. Ces bibliothèques publiques d’État, contrairement à leurs homologues italiennes, sont gérées par les provinces et seuls les bâtiments relèvent de la propriété étatique. Selon Teresa Maria Terré et Carmen Mayol Fernandez, « il est possible d’affirmer que, d’une façon générale, les responsabilités et compétences respectives sont clairement définies »23.

25Cependant, cette clarté administrative doit être relativisée. En effet, dans la construction de nouvelles bibliothèques, c’est le politique qui reprend le dessus et la réalité plurinationale de l’Espagne n’est pas sans poser problème dans la réalisation de nouvelles bibliothèques. Après la promulgation de la loi Moyano en 1854, la bibliothèque publique d’État de Barcelone a attendu sa construction plus de 150 ans. Cet exemple prouve, s’il en était besoin, que les politiques culturelles locales en Espagne ont besoin d’être médiatisées par plusieurs partenaires institutionnels, ce qui n’a pas toujours été le cas, laissant parfois, dans un face-à-face détestable, l’État et ses communautés historiques.

  • 24 Bonet Lluis et Négrier Emmanuel, La politique culturelle en Espagne. Éditions Karthala : IEP Aix-en (...)

26Les villes pourraient à terme jouer ce rôle dans un tout nouveau processus de décentralisation. Emmanuel Négrier, réfléchissant à la politique culturelle de l’Espagne à l’épreuve de la diversité culturelle, écrit à juste titre : « Le premier débat porte sur la nature et l’extension de la décentralisation culturelle. La situation actuelle est principalement liée au fait que l’État a concédé d’importantes compétences aux communautés autonomes. Par contre, ces dernières n’ont pas relayé l’esprit de subsidiarité en direction des municipalités, et des villes en particulier. Or, ce sont les villes qui, aujourd’hui (comme dans la totalité des autres pays européens) assument la part majeure du financement culturel et des nouveaux enjeux de ces politiques (démocratisation, démocratie et développement culturels). »24 En effet, la première période de décentralisation liée au processus démocratique a mis en jeu des questions identitaires où les autonomies avaient le premier rôle. Cependant, les villes ont toujours eu un rôle à jouer dans la mise en place des politiques culturelles locales. Au moment de la période de transition démocratique (1975-1982), ce sont les villes qui, à la suite des premières élections municipales libres en 1979, se sont impliquées dans la culture, sans bases légales précises. Cette implication s’est éclaircie en 1985 avec la loi sur le régime des collectivités locales qui a obligé, entre autres choses, les communes de plus de 5 000 habitants à construire une bibliothèque.

27Aujourd’hui, le processus de décentralisation espagnole peut s’envisager, de la même manière qu’en Italie et en France, autour de trois dispositifs : le transfert de compétences à l’échelle de l’intercommunalité, la création de métropoles et la poursuite d’une politique de partenariat entre les différents échelons administratifs. Il semblerait qu’un pas ait été fait récemment en ce sens : le ministère et la Fédération espagnole des communes et des provinces ont signé en 2005 une convention-cadre pour développer des partenariats entre cet organe représentatif des pouvoirs locaux et le ministère, ce qui dans l’histoire espagnole constitue une innovation absolue. Dans cette perspective, il faut noter, depuis le retour des socialistes au pouvoir en 2004, qui a consacré l’existence du ministère de la Culture, qu’un effort spécifique a été fait en lien avec les autonomies sur les collections des bibliothèques pour rejoindre les standards européens. Autrement dit, la bibliothèque publique serait l’institution culturelle la moins sujette aux revendications régionalistes et celle qui permettrait par conséquent les plus grandes avancées en matière de politique contractuelle entre les différents échelons administratifs.

  • 25 Source : http://www.mcu.es/bibliotecas/index.html . Cependant, le site du ministère espagnol de la (...)
  • 26 Source : < http://www.mcu.es/publicaciones/docs/ccd/ccd2.pdf >

28L’effort de l’administration centrale, conformément à ses missions, porte sur la communication culturelle, ce qui a conduit en matière de lecture publique à diverses campagnes publicitaires et mise en place d’instrument de communication à destination des professionnels. C’est ainsi, par exemple, que, suite à un groupe de travail sur les missions des bibliothèques publiques, l’ensemble des acteurs a adopté un logo unique pour signaler ces dernières.25 Cette identité graphique n’est pas simplement anecdotique, elle montre le besoin, dans une réalité « multi-nationale », de donner un identifiant à un établissement culturel donné. En effet, comme le rappelle la publication électronique du ministère Chroniques de la culture en démocratie26, les bibliothèques publiques ne sont plus aujourd’hui, comme au moment de la loi de 1985, construites au sein de centres culturels, mais des bibliothèques indépendantes qui expérimentent le travail en réseau au sein de la province. Si l’animation culturelle est présente dans les bibliothèques, elle ne fonctionne pas comme un identifiant de la bibliothèque qui se réfère davantage, en terme de modèle, à une bibliothèque de l’usager fondée sur le droit du citoyen à la documentation et l’information.

En Italie : d’un modèle socioculturel développé par le mouvement de régionalisation aux premières expériences d’une bibliothèque multiculturelle

  • 27 In Pongy Mireille, Saez Guy, Politiques culturelles et régions en Europe. L’Harmattan, 1994, cf. le (...)
  • 28 Op. cit.

29Prévue par la constitution de 1948, la régionalisation en Italie n’est mise en œuvre que dans les années 1970. Cependant, le processus de régionalisation ne s’opéra pas sans blocage au point de pouvoir parler, en Italie, d’une « décentralisation inachevée ».27 Parmi les revendications régionales, l’accent est mis sur la démocratisation culturelle et le lien entre culture et communauté. Comme l’écrit David Alcaud : « à côté de la politique de tutelle du patrimoine sur laquelle l’État réaffirme sa primauté, les régions développent donc une autre conception fondée sur la relation entre culture et territoire, entre biens culturels et identité locale, entretenant la volonté de faire accéder les individus aux biens. L’objectif est en effet, que de cette fréquentation ressorte une nouvelle relation sociale que seule, la « fruizione », l’usage, peut réaliser ».28

30La Lombardie fut la première région à se doter d’une loi sur les bibliothèques en 1973. Actualisée en 1985, cette loi est fondée sur la notion d’un système bibliothécaire régional : il s’agit de déléguer aux provinces la gestion des bibliothèques et des archives sur leur territoire, en organisant celleci à partir d’une mise en réseau des bibliothèques, avec une bibliothèque centrale choisie en raison de son importance et des bibliothèques de « base ». L’action régionale est consacrée à la coopération entre bibliothèques, autrement dit à l’inscription au SBN – Système Bibliographique National –, à la coordination des acquisitions et au prêt entre bibliothèques. Avec la création des régions dans les années 1970, c’est donc bien une conception identitaire et régionale qui voit le jour et qui permet de penser un autre modèle de bibliothèque publique qui s’adresse à la communauté du territoire sur lequel elle est implantée. Reste à définir ce modèle de bibliothèque publique locale, en rappelant que l’État a la gestion directe de 46 bibliothèques publiques.

  • 29 Poulain Martine, L’Italie, in Les bibliothèques publiques en Europe, op. cit.
  • 30 De Sanctis Filippo et Federighi Paolo, Pubblico e biblioteche : nuove frontiere del lavoro educativ (...)
  • 31 Minardi Everardo, L’organisazione del territorio : il ruolo delle biblioteche. F. Angeli, 1980.
  • 32 Cf. Négrier Emmanuel, dans le dernier chapitre du livre La politique culturelle espagnole, Éditions (...)

31« La première naissance (ou renaissance) des bibliothèques publiques italiennes dans les années soixante-dix avait aussi vu des choix qui sont aujourd’hui remis en cause. La tendance de l’époque était en effet, de demander aux bibliothèques d’être de véritables petites « maisons de la culture ». Elles se voyaient ainsi donner des multiplicités de missions, dont le livre n’était qu’une partie : elles devaient organiser des expositions, des animations culturelles diverses, être des lieux de concert, de théâtre, etc. : 20 % du budget total aux acquisitions de livres, 30 % aux animations culturelles. Cette tendance a été dénoncée par les bibliothécaires au début des années 1980 »29. Martine Poulain, dans son article sur les bibliothèques publiques italiennes, se fait en l’occurrence l’écho de Filippo de Sanctis et Paolo Federighi30, pour lesquels le modèle de la bibliothèque publique locale de la fin des années 1970 était devenu risible voire ridicule. Cependant, il est sans doute logique qu’à une longue période de « conservatisme » dans le monde des bibliothèques ait succédé un modèle de la bibliothèque comme lieu d’animation culturelle de la société. C’est Everardo Minardi qui développe, de façon la plus favorable, les perspectives de ce modèle en 1980 dans le livre qu’il dirige, L’organisazione del territorio : il ruolo delle biblioteche. Dans le cadre de l’application des lois de 1972, les bibliothèques constituent un champ d’innovation au sein de la politique culturelle. Comme l’écrit Everardo Minardi : « au problème des biens culturels est lié le problème de leur reconversion en terme collectif et social, dans le but de dépasser l’hypothèque pesante d’une culture locale, provincialiste, statique, profondément déterminée dans son isolement aristocratique et élitiste. »31 Ce modèle d’une bibliothèque publique socioculturelle a vécu. En revanche, la question de la pluralité des communautés linguistiques et nationales a franchi les portes de la bibliothèque alors que l’Espagne, confrontée à la même problématique qu’en Italie, celle d’une immigration récente, ne pose pas encore cette question, sans doute en raison de la difficulté espagnole à gérer déjà sa propre diversité culturelle.32 En effet, les pouvoirs publics locaux italiens ont pris en charge culturellement et socialement la question de l’immigration. Les bibliothécaires se sont emparés du sujet, au point de créer une nouvelle catégorie de bibliothèque publique : la « bibliothèque multiculturelle », autour de laquelle a été créé en 2001 un groupe de travail au sein de l’AIB (Associazione Italiana delle Biblioteche). Son objectif est de contribuer au développement des services bibliothéconomiques qui s’adressent aux communautés de citoyens étrangers résidant temporairement ou définitivement en Italie.

32Et même si l’Italie partage avec la France une tradition universaliste de la culture, les différences sont notables. En effet, en France, il serait difficile de penser la bibliothèque comme un service communautaire même si, localement, des expériences similaires ont pu avoir lieu. Traditionnellement, la bibliothèque publique française, comme la société française, intègre des individus et non des communautés. Au modèle culturel de la fin des années 1970 s’est donc substitué un modèle de bibliothèque publique où les problèmes de la société ont leur place et qui peut être envisagé comme un lieu d’échange et d’intégration33. Cependant, les bibliothèques multiculturelles sont concentrées dans le nord et le centre de l’Italie.34 Cette caractéristique peut facilement s’expliquer aussi bien par la concentration des populations immigrées dans le nord que par les problématiques économiques Nord/Sud propres à l’Italie et qui touchent aussi le monde des bibliothèques.

  • 35 Source : < http://www.cultura.toscana.it/biblioteche/servizi/intercultura/index.shtml >

33La Toscane est un exemple intéressant. En effet, la Région a mis en place une coordination pour l’ensemble des bibliothèques publiques relevant de sa compétence. En 2003 est né le pôle régional de documentation interculturelle piloté par la bibliothèque communale de Prato, et plus récemment par le Centre de documentation de la Ville d’Arezzo, qui mettent à disposition des professionnels des bibliothèques toscanes la possibilité de se former aux questions multiculturelles et surtout d’accéder à de la documentation dans les langues d’origine des communautés immigrées par un système de dépôt de livres. Dans le cas de constitution de fonds par les bibliothèques, le pôle régional propose ses services en matière de catalogage.35 Le niveau régional de coordination apparaît ici comme le plus pertinent dans la mesure où il permet de mettre en place un système qui intègre des bibliothèques spécialisées de grandes villes et des bibliothèques communales de plus petite taille, ce que l’échelon de la province – équivalent administratif de notre département – ne permettrait pas de faire. Par conséquent, le modèle présenté est bien entendu réducteur mais néanmoins représentatif des tendances actuelles des bibliothèques italiennes.

En France : la bibliothèque publique, établissement culturel en régie

  • 36 Notons que B. Pingaud et J.-C. Barreau préconisaient l’existence d’une bibliothèque régionale. Pour (...)
  • 37 Nous avons conscience du caractère réducteur de ce propos. Il existe aujourd’hui des bibliothèques (...)
  • 38 Rigaud Jacques, La politique culturelle de la Ve République, Revue des sciences morales et politiqu (...)

34En France, la décentralisation a porté son effort sur l’organisation d’un réseau de lecture publique pour les communes rurales de moins de 10 000 habitants, grâce au transfert, dans la seconde moitié des années 1980, des Bibliothèques Centrales de Prêt aux Conseils généraux. En revanche, l’échelon régional est quasiment absent de l’organisation administrative des bibliothèques publiques, quoique des initiatives récentes du législateur ou des collectivités territoriales aient tenté de modifier cette situation. Pensons par exemple aux Bibliothèques Municipales à Vocation Régionale (BMVR) instituées par la loi n° 92-651 du 13 juillet 1992 ou bien aux projets portés par les structures associatives mises en place par les Conseils régionaux en faveur de la numérisation des collections patrimoniales des bibliothèques en région. Mais la BMVR demeure une bibliothèque municipale, dont l’action s’inscrit principalement sur son territoire. Quant aux projets portés par les Centres régionaux du livre ou des lettres, ils existent en fonction de l’identité ou de l’absence d’identité culturelle d’une région. Rappelons que la Région est une collectivité territoriale récente qui ne recouvre pas nécessairement une identité culturelle et historique. Dès lors, le paysage institutionnel français des bibliothèques publiques a pu et pourrait toujours apparaître « clivé » par le schème de pensée suivant : lecture publique urbaine, atomisée et municipale/lecture publique rurale tout aussi municipale mais organisée en réseau à l’échelle départementale.36 En fait, la bibliothèque publique est avant tout et généralement un établissement culturel municipal en régie, qui dépend le plus souvent de la direction des affaires culturelles de la commune, au même titre que le Musée, l’École d’Art, le Muséum ou le Conservatoire, lesquels diffèrent, par conséquent, dans leur mode de fonctionnement des structures de diffusion théâtrale, lyrique ou chorégraphique37. À travers cette différence de statut juridique entre les établissements culturels en régie et les structures de diffusion artistique beaucoup plus indépendantes se jouent des modes de fonctionnement et des rapports de pouvoir qui sont loin d’être négligeables. La politique de « label » du ministère de la Culture et de la Communication n’a en effet touché, dans sa politique de déconcentration culturelle, que les activités culturelles et non les biens culturels, si l’on admet cette distinction que l’on pourrait qualifier « d’italienne », à la lecture des pages précédentes. Autrement dit, seul le théâtre, la musique ou la danse peuvent être qualifiés de « national » en région – Scène nationale, Centres dramatique ou chorégraphique national – alors que le conservatoire ou l’école d’art sont susceptibles d’être régionaux, et la bibliothèque sera, au mieux, municipale à vocation régionale. On retrouve ici l’importance historique du théâtre comme fer de lance des politiques culturelles, mais surtout la distinction de statut entre les « artistes » et les fonctionnaires. Pour illustrer cette institutionnalisation nationale de la culture à l’échelle locale et particulièrement à l’échelle des grandes villes, citons Jacques Rigaud, « le sens de la grandeur de l’État, une manière bien française de placer très haut dans l’échelle de la reconnaissance sociale les artistes, les écrivains, les hommes de science et d’une façon générale les intellectuels, un goût marqué pour l’institution, le rang, la règle expliquent cette particularité de notre pays ».38

  • 39 Melot Michel, Lire, faire lire, Des usages de l’écrit aux politiques de la lecture. Le Monde Éditio (...)

35Dans les villes plus petites, la bibliothèque est parfois le seul établissement culturel et dans cette perspective est aussi en charge, de manière exclusive, de la diffusion théâtrale, musicale et chorégraphique. Dans les grandes villes, cette politique d’animation est logiquement moins visible au sein d’une offre culturelle riche et abondante. Cependant, elle existe et elle constitue l’originalité de la bibliothèque publique française qui se positionne comme établissement culturel. Michel Melot réfléchissant au modèle de la bibliothèque publique française écrit à juste titre que : « L’animation culturelle excite l’envie de nos voisins dont les bibliothèques publiques sont sans doute plus efficaces mais dont la vie est plus monotone. On peut dire en résumé que la lecture publique est plutôt ressentie en France comme un service culturel et dans le monde anglo-saxon comme un service communautaire »39. Les nuances sont, en l’occurrence, importantes : la bibliothèque municipale est susceptible de mener une « action culturelle » mais très rarement une « politique de création ». À titre d’exemple, soulignons que les résidences d’écrivain se passent la plupart du temps dans des structures associatives dédiées, rarement dans des bibliothèques.

36Par conséquent, si l’on a pu dire à juste titre que la chance des bibliothèques publiques, dans le cadre de la politique municipale, était d’être au carrefour de plusieurs politiques publiques, il faut reconnaître parallèlement que le rattachement administratif des bibliothèques municipales à la direction des affaires culturelles ne joue pas nécessairement en leur faveur. En effet, la politique culturelle s’articule, dans les grandes villes du moins, sur un équilibre entre la dimension nationale des structures de diffusion artistique fondée sur la présence en résidence d’un artiste parfois cosmopolite et le soutien aux associations locales et au secteur socioculturel, ce qui est susceptible d’occulter l’action des établissements culturels en régie et, au sein de ceux-ci, de la bibliothèque dans sa dimension sociale et éducative par exemple. Or, la bibliothèque municipale en France, souvent appelée médiathèque, est l’établissement culturel le plus fréquenté dans une ville, celui qui propose un service de documentation et une offre culturelle conséquente. Sans atteindre, néanmoins, les taux de fréquentation des bibliothèques publiques des pays anglo-saxons, la diversité de ses missions et de ses publics constitue la bibliothèque comme un service de proximité qui réalise l’idéal de démocratisation culturelle, idéal qui avait porté sur les fonds baptismaux le ministère des Affaires culturelles en 1959.

EN GUISE DE CONCLUSION PROVISOIRE

37L’essai de comparaison avec l’Italie et l’Espagne est éclairant : la bibliothèque publique, dans ces deux pays dont les points de convergence historiques sont nombreux, est sans doute plus proche d’une conception anglo-saxonne de la bibliothèque – pour le dire vite, une bibliothèque de l’usager et une bibliothèque des communautés – que l’histoire pouvait le laisser croire, sans doute parce que les efforts de modernisation y sont plus récents et la tradition universaliste de la culture un peu moins prégnante qu’en France. C’est pourquoi le modèle « latin » de la bibliothèque publique que l’on a pu dégager, du moins en France et en Italie, affiche plus de divergences que de convergences en ce début de millénaire, en particulier en terme d’intégration des cultures régionales en Espagne ou des cultures des communautés immigrées en Italie.

38D’une certaine manière, l’emprise du discours « culturel » et des politiques culturelles est beaucoup moins prégnant en Italie et en Espagne qu’en France, et ce en dépit des références au modèle français des politiques culturelles. La bibliothèque espagnole et la bibliothèque italienne se définissent davantage aujourd’hui comme des services d’information aux citoyens, et la dimension culturelle, si elle est encore présente, demeure en arrièreplan ; elle ne fonctionne plus comme un identifiant de la bibliothèque, tant en raison de l’effacement du rôle patrimonial de la bibliothèque, que par l’engagement et l’insertion de l’institution dans les problématiques modernes de la société de l’information. A contrario, le rattachement tardif de la bibliothèque française aux politiques culturelles à l’échelon national a fait d’elle un établissement culturel local, aussi bien d’un point de vue administratif que du point de vue de ses missions, identité qui ne l’empêche pas d’être moderne et accueillante, mais qui « brouille » parfois son image et les missions que l’on pourrait lui donner. Il y a dans ce paradoxe de la bibliothèque publique française tout à la fois une chance et un défi. Cependant, il s’agit sans doute aussi de minimiser ces différences. Cet essai d’analyse comparée est avant tout une mise en perspective de discours nationaux et étrangers sur une institution – la bibliothèque – intégrée à une politique publique – la politique culturelle – ; comme toute démarche comparatiste, elle implique un point de vue, celui de son auteur, ancré dans un discours historique et national. Par conséquent, cette mise en perspective ne peut empêcher de créer un effet de « miroir déformant », dans la mesure où les bibliothèques italiennes et espagnoles sont regardées, de facto « à la jumelle » tandis que les bibliothèques françaises ont pu faire l’objet d’une analyse « au microscope ». Aussi faut-il ajouter qu’un ajustement des regards permettrait un affinement de l’analyse comparée.

Notes

1 La bibliothèque d’intérêt local est la traduction italienne de la bibliothèque juridiquement confiée à une collectivité territoriale.

2 In Solimine Giovanni, Tra passato e futuro le biblioteche statale dall’Unità d’Italia al 2000, chapitre « La politica dell’amministrazione centrale per le biblioteche pubbliche : le sopreintendenze bibliografiche e la presenza sul territorio, Istituto poligrafico e Zecca dello Stato, 2004.

3 In Traniello Paolo, La biblioteca pubblica. Storia di un istituto nell’Europea contemporanea. Il Mulino, 1997.

4 Traniello Paolo, op. cit.

5 Messina Maurizio, Plaidoyer pour une restructuration, in Bibliothèques(s) n° 1, avril 2002.

6 Ce point de vue est développé dans le premier chapitre du livre, Traniello Paolo, Le biblioteche italiane oggi. Il Mulino, 2005.

7 Ce décalage est notamment mentionné par Teresa Maria Terré et Carmen Mayol Fernandez dans l’article « Les bibliothèques publiques en Espagne » du Bulletin des bibliothèques de France, 2001, t. 46, n° 6.

8 In Faus Sevilla Pilar, La lectura publica en España y el plan de bibliotecas de Maria Moliner. Asociacio Española de Archivios, Bibliotecarios y documentalistas, 1990.

9 In Vasques Eduardo Huertas, La politica cultural de la Segunda República española. Ministerio de Cultura, 1988.

10 Poulain Martine, La France. In Poulain Martine (dir), Les bibliothèques publiques en Europe. Éditions du Cercle de la Librairie, 1992 (Collection Bibliothèques). On trouve la même idée chez Pierre Casselle : « L’effort financier nécessité par la situation est consenti pendant quelques années puis, non seulement n’est pas maintenu, mais est relâché. Le bénéfice des investissements réalisés est ainsi perdu puisque les lecteurs, déçus pas la dégradation des collections de leur bibliothèque en oublient le chemin ». Les pouvoirs publics et les bibliothèques. In Varry Dominique (dir.). Histoire des bibliothèques françaises, les bibliothèques de la Révolution et du XIX e siècle : 1789-1914. Éditions du Cercle de la Librairie, 1991.

11 Melot Michel, Lire, faire lire, Des usages de l’écrit aux politiques de la lecture, Le Monde Éditions, 1995.

12 Lindenberg Daniel, Les bibliothèques dans les politiques éducatives et culturelles. In Varry Dominique (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, op. cit.

13 Lindenberg Daniel, op. cit.

14 Fumaroli Marc, L’État culturel, Livre de poche, 1992.

15 Op. cit.

16 Op. cit.

17 Nous reprenons ici le titre du chapitre 6 du livre de Marrey Baptiste, Éloge des bibliothèques. Éditions Hélikon, 2000.

18 Alcaud David, La politique culturelle italienne : étude sociologique et historique de l’invention d’une politique publique (1861-2002) : thèse de doctorat de David Alcaud en sciences politiques, sous la direction de Marc Lazar, I. E. P., Paris, 2004.

19 Il s’agit du livre de Barone Giulia et Petrucci Armando, Primo, non leggere, biblioteche e pubblica lettura in Italia dal 1861 ai nostri giorni. G. Mazzotta, 1976. Le regard critique développé sur la période fasciste n’éclaire pas l’aspect de modernisation et montre en revanche les efforts du fascisme pour mettre au pas l’ensemble des bibliothèques.

20 Traniello Paolo, Le biblioteche italiane oggi. Il Mulino, 2005.

21 Négrier Emmanuel, La politique du patrimoine en Espagne, in Poirrier Philippe (dir.), Politique culturelle et Patrimoines, Culture et Musées, 2007, n° 9.

22 Négrier Emmanuel, La politique du patrimoine en Espagne, in Poirrier Philippe (dir.), Politique culturelle et Patrimoines, Culture et Musées, 2007, n° 9. On retrouve la même idée dans l’article de Lluis Bonet sur la politique culturelle espagnole dans la revue Pôle Sud, 1999, n° 10.

23 Terré Teresa Maria, Mayol Fernandez Carmen, Les bibliothèques publiques en Espagne, Bulletin des bibliothèques de France, 2001, t. 46, n° 6.

24 Bonet Lluis et Négrier Emmanuel, La politique culturelle en Espagne. Éditions Karthala : IEP Aix-en-Provence, 2007.

25 Source : < http://www.mcu.es/bibliotecas/index.html >. Cependant, le site du ministère espagnol de la Culture a un contenu très évolutif. Les travaux de ce groupe ne sont plus accessibles aujourd’hui car la structure du travail par projet a donné lieu par la suite à une institutionnalisation sous forme de congrès des bibliothèques publiques

26 Source : < http://www.mcu.es/publicaciones/docs/ccd/ccd2.pdf >

27 In Pongy Mireille, Saez Guy, Politiques culturelles et régions en Europe. L’Harmattan, 1994, cf. le chapitre « La Lombardie, une identité politique en suspens ».

28 Op. cit.

29 Poulain Martine, L’Italie, in Les bibliothèques publiques en Europe, op. cit.

30 De Sanctis Filippo et Federighi Paolo, Pubblico e biblioteche : nuove frontiere del lavoro educativo all’uso del libro. Bulzoni, 1981.

31 Minardi Everardo, L’organisazione del territorio : il ruolo delle biblioteche. F. Angeli, 1980.

32 Cf. Négrier Emmanuel, dans le dernier chapitre du livre La politique culturelle espagnole, Éditions Karthala, 2007.

33 Cf. Notizie AIB, 2008, n° 1, Biblioteche, le nuove forme di integrazione culturale : intervista di Sandra Rios Balderrama, et Notizie AIB, 2007, n° 6, Comment les bibliothèques peuvent être utiles aux sociétés multiculturelles d’aujourd’hui ?

34 Source : < http://www.aib.it/aib/commiss/mc/catalog.htm >

35 Source : < http://www.cultura.toscana.it/biblioteche/servizi/intercultura/index.shtml >

36 Notons que B. Pingaud et J.-C. Barreau préconisaient l’existence d’une bibliothèque régionale. Pour une politique nouvelle du livre et de la lecture. Rapport de la commission du livre et de la lecture de Paris, Dalloz, 1982.

37 Nous avons conscience du caractère réducteur de ce propos. Il existe aujourd’hui des bibliothèques d’agglomération dont les missions débordent le cadre politique communal et qui sont, par définition, déjà lancées dans des projets de coordination. On peut penser aussi aux rares bibliothèques qui dépendent désormais d’Établissements publics de coopération culturelle (EPCC) et dont l’indépendance administrative joue peut-être sur les pratiques. Cependant, les différences avec le modèle que nous souhaiterions présenter restent marginales pour des raisons historiques comme le statut du personnel et le lien entre élus et fonctionnaires.

38 Rigaud Jacques, La politique culturelle de la Ve République, Revue des sciences morales et politiques, 1996, n° 1.

39 Melot Michel, Lire, faire lire, Des usages de l’écrit aux politiques de la lecture. Le Monde Éditions, 1995.

© Presses de l’enssib, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access