Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quel modèle de bibliothèque ?

 | 
Anne-Marie Bertrand
, 
Émilie Bettega
, 
Catherine Clément
, 
et al.

La bibliothèque publique peut-elle mourir ?

Cristina Ion

Texte intégral

  • 1 Lahary Dominique, Le fossé des générations. Cinq générations de bibliothécaires, Bulletin des bibli (...)

1La doxa professionnelle aime se représenter l’histoire des bibliothèques publiques françaises comme un combat incessant pour la démocratie. Dans ce récit, la référence aux publics est centrale. Depuis les années 1960, la démocratisation culturelle constitue un avatar de cette représentation, avatar que l’entrée en scène des sciences sociales contribue à infléchir dans le sens d’une lutte contre l’exclusion socioculturelle. Dans les années 1970-1980, les bibliothèques s’emploient à lever les barrières symboliques qui entravent la réception de leur offre au sein d’un « non-public » coupé des conditions objectives d’accès à la culture. Certaines valeurs fondatrices de la bibliothèque publique passent ainsi au second plan : l’éducation des citoyens à travers la promotion d’une culture supposée universelle, le pouvoir prescriptif du bibliothécaire fondé sur sa capacité à constituer une offre de qualité. Chez les jeunes générations de professionnels, le métier se conçoit à partir de l’usager placé « au centre du système ». Ainsi, selon la formule de Dominique Lahary, « la République s’efface devant les usagers »1. Dans le conflit entre le particulier et l’universel, entre l’individu et le citoyen, les bibliothèques françaises semblent avoir tranché en faveur du premier.

LE SOUCI DES PUBLICS ENTRE DÉMOCRATIE ET CITOYENNETÉ

  • 2 Kupiec Anne, L’usager, le consommateur et le citoyen, in Le musée et la bibliothèque, vrais parents (...)
  • 3 Passeron Jean-Claude, Consommation et réception de la culture : la démocratisation des publics, in (...)
  • 4 L’histoire de la rencontre entre sociologie et bibliothèques a déjà fait l’objet d’un certain nombr (...)

2Mais la bibliothèque démocratique ne s’est pas imposée sans mal dans l’imaginaire professionnel. Le passage du citoyen à l’usager et, pire encore, au consommateur, est vécu comme une « perte ». La conception utilitaire des bibliothécaires modernistes du début du XXe siècle constitue déjà une déperdition par rapport à une conception de la bibliothèque comme lieu de formation du citoyen et d’exercice de la citoyenneté, née avant la Révolution Française. En effet, si « le terme d’usager conserve, par rapport à celui de consommateur, une certaine neutralité », en même temps « n’apparaît-il pas comme à l’écart d’une quelconque idéologie au sens où celle-ci est ensemble de discours et de valeurs ? En ce sens, l’usager serait le citoyen vidé de toute substance. »2 En outre, l’objectif de démocratisation culturelle, que se sont approprié les bibliothèques, s’accompagne de la planification et de l’évaluation des politiques publiques par le prisme des sciences sociales. Une recherche intégrée ou extérieure aux institutions culturelles s’est ainsi employée, depuis les années 1960, à prendre la mesure de la fréquentation des établissements culturels et à étudier les pratiques culturelles des Français. La « sociologisation » d’un objet à forte connotation symbolique comme la « culture » ne cesse pourtant de rencontrer la résistance des professionnels et des intellectuels. Selon Jean-Claude Passeron, « c’est sans doute la culture en son polymorphisme irréductible […] qui s’est révélée la notion la plus rebelle à l’objectivation scientifique, en tout cas dans l’expérience vécue de ses pratiquants ou de ses desservants, portés par leurs intérêts matériels et symboliques à accorder une valeur inconditionnelle – une “légitimité universelle” – aux symbolismes sociaux qu’ils maniaient, […] à une consommation “compétente” des œuvres d’art ».3 En tant que « desservants » de la culture, les bibliothécaires ont accueilli avec méfiance le travail de désacralisation et de « désuniversalisation » entrepris par les sciences humaines dans leur critique des limites de la démocratisation culturelle. Il reste que, au moment où la lecture parvient à s’imposer comme un objet de la politique publique, un modèle s’est mis en place qui allie d’une manière particulière décision politique, recherche scientifique et action professionnelle. Les sciences sociales offrent un contenu concret à la politisation du culturel, dans un contexte où la politique est affaire de tous et la culture, un vecteur d’émancipation sociale. Ce modèle « sociologique » de la démocratisation culturelle s’est durablement installé dans la culture professionnelle depuis plusieurs décennies4. Pour le caractériser, nous retiendrons trois éléments : l’importance de la connaissance des publics dans la définition des pratiques professionnelles (par le biais à la fois de l’investigation et de l’évaluation, des méthodes qualitatives et quantitatives) ; l’engagement au service de la démocratisation des publics (augmentation du nombre de fréquentants et capacité des institutions culturelles à modifier la structure sociale des publics) ; la déconstruction du discours professionnel et la remise en question permanente des relations de pouvoir entre l’institution et ceux qui la fréquentent. La référence au public chez les professionnels est captée dans la sphère des sciences sociales à la faveur d’une conjonction entre l’histoire de la lecture publique en France et l’histoire des politiques culturelles autour de la démocratisation mesurable de la lecture, qui a permis aux professionnels et aux politiques de parvenir à un consensus sur l’utilité sociale des bibliothèques.

  • 5 David Bruno, Le manège enchanté des bibliothécaires, Bulletin des bibliothèques de France, 2004, t. (...)
  • 6 Poissenot Claude, L’épuisement du modèle. Propos recueillis par Laurence Santantonios, Livres Hebdo(...)
  • 7 Seibel Bernadette, Au nom du livre. Analyse sociale d’une profession : les bibliothécaires. Édition (...)

3Ce modèle est, semble-t-il, en passe de devenir caduc. En effet, nous vivons aujourd’hui une situation paradoxale. D’un côté, le discours professionnel, qui met l’usager au centre du système, a le vent en poupe. L’offre de bibliothèque se construit à partir de la demande sociale. L’affirmation du droit des usagers et la profusion d’enquêtes de public portent à croire que la bibliothèque publique française a réussi sa révolution démocratique. Ce qui n’est pas sans faire grincer quelques plumes qui dénoncent là une confusion indue entre démocratie et société de consommation5. D’un autre côté, des spécialistes de l’analyse des publics continuent de fustiger un modèle de bibliothèque qui se donne pour mission de servir la culture plutôt que la population6 et s’entête à demeurer un lieu de rupture dans le tissu social. Étonnant reproche, soit dit en passant, fait à une profession qui, dans ses lamentations collectives, semblait avoir remplacé la défaite de la pensée par l’échec de la démocratisation culturelle. Entre les deux discours qui se partagent les justifications professionnelles depuis les années 1980, le discours de l’activisme culturel et le discours de la réponse à la demande, mis au jour il y a déjà deux décennies par Bernadette Seibel7, le divorce est donc consommé.

  • 8 La réflexion sur ce thème est beaucoup plus avancée en ce qui concerne les musées. Voir Eidemann Ja (...)
  • 9 Pour le rapport entre les études de public et les politiques de public dans les institutions cultur (...)

4On n’a jamais vraiment interrogé la signification de cet intérêt pour le public, et implicitement de la multiplicité d’études et d’enquêtes qui l’accompagne, qui s’est progressivement imposé chez les professionnels des bibliothèques depuis le milieu des années 19908. Ce sont surtout les relations entre la recherche en sciences sociales et les pouvoirs politiques qui ont attiré l’attention des chercheurs9, la position des bibliothèques comme institutions culturelles autonomes semblant aller de soi. Deux niveaux d’analyse sont ici nécessaires pour aborder cette question : d’abord, d’un point de vue historique, la constitution du modèle sociologique de la démocratisation culturelle et ses répercussions sur le monde des bibliothèques ; ensuite, d’un point de vue idéologique, la place que viennent à tenir les publics dans l’identité professionnelle des bibliothécaires.

LE MODÈLE SOCIOLOGIQUE DE LA DÉMOCRATISATION CULTURELLE

  • 10 Bertrand Anne-Marie, Les publics des bibliothèques. Éditions du CNFPT, 1999.

5« Les bibliothèques sont des outils dans le développement de la lecture, développement lui-même partie prenante de la politique de démocratisation culturelle. L’élargissement de leur public est, pour elles, un objectif constant ».10 C’est en ces termes qu’Anne-Marie Bertrand caractérise le rôle des bibliothèques, à l’intersection des politiques culturelles nationales qui reprennent à leur compte la foi en l’utilité sociale de la culture et fixent l’objectif de démocratisation, des efforts de la profession pour occuper une place sur la scène publique en assumant le développement de la lecture, et des sciences sociales qui aident à mesurer l’élargissement des publics.

Politiques culturelles et évaluation

  • 11 Poulain Martine, Bibliothèque et démocratisation culturelle, in Les 25 ans de la Bpi. Encyclopédism (...)

6Car « démocratisation » est bien le maître mot du discours que les bibliothécaires tiennent sur la bibliothèque, bien qu’elle ne se traduise jamais par une adaptation totale de l’offre à la demande des usagers mais consiste plutôt en une manière de diffuser les œuvres qui porte en elle, immanquablement, la promesse de lever les obstacles symboliques à leur réception. Cette conception rencontre la tradition contradictoire de la lecture publique en France, à la fois patrimoniale et éducative. La « bibliothèque aristodémocratique » à la française, selon l’expression de Martine Poulain11, cherche ainsi à concilier une conception utilitaire et une conception encyclopédique de l’offre.

7Cette même tension se retrouve au niveau de la culture politique des bibliothèques françaises. La revendication démocratique, multiculturelle et égalitaire, attentive à la demande des publics différenciés et appuyée par les sciences sociales, s’est toujours inscrite en faux contre l’idée républicaine d’une « bibliothèque de l’honnête homme », universaliste et pluraliste, attentive à la qualité de l’offre. Les bibliothèques françaises n’ont pourtant jamais abandonné le service public entendu comme service de tous les publics de la Cité, au profit de la satisfaction catégorielle de publics particuliers. Plus encore, les évolutions des deux dernières décennies laissent entrevoir une érosion du modèle même des politiques de démocratisation. Le lien entre l’accès à la culture et les institutions culturelles se détend. Se pose désormais la question de l’utilité et de la plus-value de la bibliothèque comme institution culturelle dans une société de l’accès immédiat, de la surproduction commerciale et de la concurrence entre une multiplicité de lieux de loisirs, de culture et d’information.

8De ces débats et ces doutes, la question du rôle de la bibliothèque publique dans la démocratisation culturelle n’est pas sortie indemne. Ce ne sont pas seulement les contenus et les modalités de l’offre qui sont discutés, c’est la pertinence même de l’objectif de « démocratisation » assigné aux bibliothèques qui se trouve remise en question. Ne faudrait-il pas abandonner l’idéal de la « démocratisation », cet écran de fumée qui empêche les professionnels de la culture d’établir des objectifs plus circonscrits, de cibler des populations spécifiques et d’apprécier ainsi plus correctement leur action ? Après l’optimisme progressiste de l’aprèsguerre et le volontarisme contraint des années 1970-1980, l’heure est maintenant à la prudence calculatrice.

  • 12 Octobre Sylvie, Comment mesurer la démocratisation ? Proposition de cadre interprétatif, in Donnat (...)
  • 13 Passeron Jean-Claude, Consommation et réception de la culture : la démocratisation des publics, op. (...)

9Il reste que, pour constituer un indicateur opérant, la démocratisation des publics a besoin d’une définition précise. Concrètement, on peut parler de démocratisation lorsqu’il y a augmentation de la fréquentation d’un établissement culturel, accompagnée d’une augmentation du taux de pénétration de la catégorie de population la moins favorisée12. À ces préoccupations légitimes des responsables des politiques publiques (et, implicitement, des citoyens), la recherche en sociologie, effectuée grâce à des moyens publics, se doit de répondre. On peut donc se demander, avec Jean-Claude Passeron, « quelles réponses apporte la sociologie à la question de savoir s’il y a eu ou pas, si se trouve amorcé ou non, un processus de “démocratisation de la culture” ? »13 On passe ainsi d’une conception de la démocratisation culturelle comme croissance en volume, qui se félicite, de manière illusoire, du nombre de pratiquants et de l’extension des équipements, à une conception qui met l’accent sur les inégalités sociales dans l’utilisation des équipements culturels ou sur la probabilité d’accès aux différentes pratiques selon les catégories sociales.

  • 14 Bertrand Anne-Marie, Bibliothécaires face au public. Éditions de la Bibliothèque publique d’informa (...)

10L’autonomie des usagers supposée par le libre accès en médiathèque confronte les bibliothécaires à un questionnement nouveau concernant leur rôle professionnel face au public. Au centre de ce questionnement, l’ambiguïté de leur position : ils sont « au cœur d’un dispositif conçu pour se passer d’eux »14, et en même temps prêts à mettre en avant des compétences techniques ou intellectuelles devant des usagers maintenus ainsi en position de dépendance. Cependant, cette autonomie des usagers à l’intérieur de la bibliothèque, face à une offre mise à la disposition de tous sans barrières apparentes, ne parvient pas à faire oublier que les publics « éloignés de la lecture » sont tout sauf autonomes dans leurs rapports à la lecture et aux endroits où elle se met en scène.

Le modèle « sociologique » dans l’histoire de la profession

  • 15 Salvan Paule, Réforme de la formation professionnelle, Bulletin des bibliothèques de France, 1963, (...)
  • 16 Breton Jacques, Quelques réflexions sur le rôle futur des professeurs de l’ENSB, Bulletin d’informa (...)

11L’entrée de la sociologie dans la formation professionnelle est aussi ancienne que l’École nationale supérieure des bibliothèques, créée en 1963. Il s’agit alors de la sociologie de la lecture, mise en place dans le but d’inciter les bibliothécaires à prendre leurs responsabilités au regard de l’extension de la lecture publique à tous les milieux sociaux, dans un contexte où les enquêtes sociologiques se multiplient : « Est-il besoin de rappeler la thèse bien connue suivant laquelle le circuit du livre est vicieux puisqu’il apporte “à des lettrés des livres écrits pour des lettrés” laissant, au-delà du cercle, les classes laborieuses qui n’ont pas eu la possibilité de parvenir à ce niveau. Auteurs, éducateurs, libraires, bibliothécaires aussi, ont, à des degrés divers, une responsabilité directe dans les “insuffisances” du circuit. Acceptons la nôtre et reconnaissons que, si des progrès appréciables ont été réalisés, la lecture publique est encore loin d’atteindre tous les milieux. »15 Lorsque l’on envisage le déménagement de l’ENSB à Lyon et que, par la même occasion, on engage une réflexion sur la restructuration des enseignements, la nécessité de renforcer le cursus en « sociologie appliquée » s’impose, cette fois, par le biais du service au public. Il s’agit de connaître le comportement des lecteurs, leurs besoins, afin que les bibliothécaires « sachent le plus vite possible ce que leurs lecteurs seront en droit d’attendre d’eux. »16 La sociologie est donc évoquée ici en tant que recherche-action, susceptible de renouveler le service au public, la théorie étant laissée plutôt à la bibliologie, remise au goût du jour en tant que science nouvelle qui se propose d’étudier le livre dans la perspective des sciences de la communication.

  • 17 Bertrand Anne-Marie, Le deuil de la mémoire. Intervention au colloque « Le numérique : impact sur l (...)

12Cette approche technique semble confirmée, à cette époque, par les manuels professionnels. Le Métier de bibliothécaire, manuel de référence pour la culture professionnelle, qui a connu douze éditions depuis sa parution en 1966 sous le titre Cours élémentaire de formation professionnelle, est pour le sujet qui nous occupe un indicateur précieux. Anne-Marie Bertrand distingue quatre étapes dans l’évolution des relations entre bibliothécaires et usagers, telles qu’elles apparaissent dans ce manuel. Pendant la première période, jusqu’au milieu des années 1970, une approche « technique » s’intéresse surtout à des problèmes concrets concernant l’inscription et l’accueil des usagers. La deuxième, jusqu’au milieu des années 1980, est une période « optimiste », marquée par la volonté de réduire les obstacles à la fréquentation des bibliothèques, qui se présente maintenant comme une question sociale et politique. Une approche « critique » s’emploie, jusqu’au milieu des années 1990, non plus à « mettre l’accent sur les obstacles culturels et socio-économiques qui freinent la fréquentation des bibliothèques (âge, niveau de diplôme, conditions de travail, etc.), mais [à] révoquer en doute l’idée même que les bibliothèques pourraient atténuer, voire vaincre, ces obstacles. » Enfin, une période caractérisée par un ton « professionnel » s’ouvre au milieu des années 1990, où le souci des usagers, devenu central, rompt partiellement avec la déploration systématique de la fréquentation en berne pour faire l’objet d’une approche plus réaliste.17

  • 18 Utard Jean-Claude, La sociologie de la lecture, in Association des Bibliothécaires Français (Franço (...)

13Le Métier de bibliothécaire répercute avec quelque retard l’écho des travaux sociologiques de Jean-Claude Passeron, Jean-François Barbier-Bouvet et Martine Poulain. Le traitement de la « sociologie de la lecture » dans l’édition de 1988 qui, pour la première fois, consacre un chapitre spécial à cette question, ne retient de ces travaux que le constat d’échec de la démocratisation culturelle par l’extension de l’offre. La bibliothèque renforce le capital culturel des classes moyennes. Dans le contexte du débat sur l’illettrisme, ce constat est particulièrement sensible, et les bibliothécaires en déduisent la nécessité de nouvelles formes de médiation : « Les diverses études des sociologues doivent en tout cas provoquer la réflexion des bibliothécaires ; leur faire comprendre qu’il y a fort à faire entre la simple ouverture d’un lieu d’offre du livre (ou du disque), et la pénétration de cette offre dans toutes les couches de la population. »18 Commence ainsi à poindre, chez les bibliothécaires, un discours de découragement assez paradoxal si l’on songe qu’au même moment, des travaux sociologiques mettent en évidence, précisément, l’autonomie des publics des bibliothèques.

  • 19 La violence faite aux bibliothèques est un cas limite qui se prête parfaitement à ce type de réflex (...)
  • 20 Barbier-Bouvet Jean-François et Poulain Martine, Publics à l’œuvre. Pratiques culturelles à la Bpi (...)

14Car le principal mérite des travaux de Jean-Claude Passeron, de Jean-François Barbier-Bouvet et de Martine Poulain est en effet de permettre aux « publics » d’acquérir une consistance propre. D’une part, une sociologie à résonance critique révèle l’altérité des « cultures populaires » (« cultures » à part entière), profondément réfractaires aux valeurs que porte la bibliothèque. Cette autonomie négative radicalise le caractère partiel et partial d’une institution bibliothèque qui se veut commune, mais en même temps révèle les limites de la rhétorique misérabiliste du non-public.19 D’autre part, une sociologie des usages révèle « le savoirfaire et la ruse »20 dont font preuve les publics face à l’organisation bibliothéconomique des ressources et des espaces. L’autonomie, cette fois positive, signifie ici plutôt créativité en marge de l’institution. Les publics échappent, en sociologie de la culture, aux schémas interprétatifs mécanistes (détermination par la stratification sociale), mais ils échappent aussi, dans le même mouvement, à l’image habituelle qu’affectionnent les bibliothécaires.

LE PUBLIC, ENJEU DE L’IDENTITÉ PROFESSIONNELLE

L’avènement des publics

  • 21 Seibel Bernadette, Au nom du livre. Analyse sociale d’une profession : les bibliothécaires, op. cit
  • 22 Issartel Pascale, Du discours dominant aux discours éclatés. Évolution des discours professionnels (...)
  • 23 Durand Jean-Pierre, Peyrière Monique, Sebag Joyce, Bibliothécaires en prospective. Ministère de la (...)
  • 24 Intervention de Bertrand Calenge à la journée d’étude de l’Association des conservateurs de bibliot (...)
  • 25 Compte rendu par Odile Puravet de la journée d’étude organisée par le Centre départemental de lectu (...)
  • 26 Peignet Dominique, La bibliothèque peut-elle survivre à ses consommateurs ? Bulletin des bibliothèq (...)

15Au début des années 1980, lorsque Bernadette Seibel lance son enquête sur la profession de bibliothécaire, deux modèles se partagent selon elle les conceptions du métier. Tout d’abord, l’activisme culturel, qui se construit contre le modèle de la conservation et du bibliothécaire savant, et valorise l’incitation à la pratique culturelle par une pédagogie adaptée, la promotion de l’offre de qualité, la bibliothèque comme lieu de sociabilité, la croyance dans le salut par la culture. Ensuite, le modèle du service à la demande, qui défend une conception neutraliste du service rendu, l’organisation de la conservation, de la circulation et de l’accès aux ressources selon une logique de prestation de services.21 Dans les années 1980, nous assistons à l’éclatement du discours de l’activisme culturel22, au moment même où les études sociologiques découvrent et transmettent au milieu professionnel l’idée d’une autonomie des publics. Le discours militant, lié à l’idée d’une transformation globale de la société par la culture, trouve refuge dans de nouvelles formes de volontarisme, axées sur la médiation socioculturelle et sur le souci des publics spécifiques éloignés du livre. Mais, parallèlement, un discours plus pragmatique investit la pratique professionnelle, autour de questions comme le rapport entre l’offre et la demande dans la constitution des collections ou l’amélioration de l’accueil et des services au public. Les « manageurs militants de la lecture publique »23 appréhendent leurs missions de service public sous l’angle de la performance et assument les projets des collectivités territoriales afin de mieux défendre, dans ce cadre, la lecture publique. Ainsi, la sociologie ne sert plus tant à confronter l’idéal global de démocratisation à sa réalisation effective, qu’à procurer aux bibliothécaires des outils d’analyse des besoins de la population desservie. À partir du milieu des années 1990, il devient possible de concevoir les bibliothèques comme des « espaces d’usages organisés autour des besoins du public »24, besoins qu’il faut connaître afin de pouvoir les satisfaire. Côté objectifs, il s’avère que la bibliothèque « a trop voulu évaluer son impact en partant de son offre, alors qu’elle devrait mesurer sa pertinence en interrogeant ses publics. »25 Côté contenus, les enquêtes quantitatives et qualitatives fournissent les éléments qui permettent d’adapter l’offre à la demande. La bibliothèque, à la fois institution publique et espace de consommation de biens culturels, « ne peut pas se contenter de déplorer le consumérisme, elle doit en explorer les significations pour élargir sa base sociale et surtout proposer des services compréhensibles par le plus grand nombre et adaptés. »26

  • 27 Résumé de l’intervention de Martine Poulain à l’occasion de la rencontre « Les bibliothèques face à (...)
  • 28 Intervention à la journée d’étude de l’ADBGV « De l’obsession du savoir au souci du service : les b (...)

16Cependant, cette adaptation comporte des limites car l’activité des bibliothèques consiste à organiser la rencontre entre une collection pensée pour s’adresser à tous et les demandes individuelles et contradictoires du public. Dans ce contexte, le travail du bibliothécaire doit se concentrer sur les contenus : « La demande du public demeure floue et les enquêtes quantitatives conduites sans rigueur scientifique constituent davantage des faux-semblants qui permettent l’attente ou l’absence de décision plutôt que des ferments d’action et de décision. Il est indispensable de penser l’offre de la bibliothèque. »27 Si le rapport entre l’offre et la demande ne finit pas de faire débat, les professionnels n’ont pas moins conscience que l’on assiste à une « redéfinition de la relation entre bibliothèque et usagers – un nouvel équilibre au sein duquel la bibliothèque prend des engagements vis-à-vis de son public et lui offre le droit à la parole. »28

Le modèle « sociologique », avatar de la légitimité démocratique

  • 29 Selon une expression de Jean-Claude Passeron. in Passeron Jean-Claude et Grumbach Michel (dir.), L’ (...)
  • 30 Manifeste de l’Unesco sur la bibliothèque publique, adopté en 1994. [En ligne] < http://www.unesco. (...)
  • 31 Bertrand Anne-Marie, Accueillir les absents. Intervention au Congrès de l’ABF « Les publics », 2007 (...)

17Selon les formes de légitimation que les études de public fournissent à la profession, nous distinguerions quatre étapes, ou plutôt quatre chemins différents et parfois parallèles qu’ont empruntés les discours et les pratiques des bibliothécaires : « l’optimisme diffusionniste »29 (extension de l’offre et élimination des obstacles matériels à la fréquentation, connaissance du lectorat réel, sociologie quantitative) ; le volontarisme contraint (volonté de réduire les obstacles symboliques à l’appropriation véritable de l’offre proposée, continuation de la politique de l’offre, premiers travaux de la sociologie critique, mais pas de véritable investissement de cette discipline par les professionnels) ; le volontarisme découragé (basculement progressif dans le modèle de la réponse à la demande, développement de la sociologie des usages, mais un imaginaire professionnel nourri par l’intériorisation de l’échec de la démocratisation culturelle) ; la gestion rationnelle de l’offre de bibliothèque (sociologie utilitaire et banalisation des enquêtes). Quelle que soit la période qu’on envisage, la sociologie vient étayer le lien qui, à travers les décennies, s’est établi entre la démocratie et la bibliothèque publique et qui nous apparaît aujourd’hui comme naturel. Car ce lien entre démocratie et bibliothèque est gravé dans la symbolique professionnelle, comme ici dans le Manifeste de l’Unesco : « Une participation créatrice et le développement de la démocratie dépendent aussi bien d’une éducation satisfaisante que d’un accès libre et illimité à la connaissance, la pensée, la culture et l’information. La bibliothèque publique, porte locale d’accès à la connaissance, remplit les conditions fondamentales nécessaires à l’apprentissage à tous les âges de la vie, à la prise de décision en toute indépendance et au développement culturel des individus et des groupes sociaux. »30 Dans une intervention récente, Anne-Marie Bertrand rappelle que « le projet de bibliothèque publique, le modèle de bibliothèque publique sur lequel nous vivons encore aujourd’hui est un projet démocratique. […] Dans le cadre de ce projet démocratique, le public est vu à la fois comme un outil de légitimation, pour obtenir des moyens, pour défendre des positions, pour bâtir une image professionnelle, comme un outil de légitimation donc, et à la fois comme la fin ultime du travail professionnel. »31

  • 32 Evans Christophe, Petites et grandes enquêtes de publics en bibliothèque. Questions de méthode et d (...)

18Au regard de cette exigence démocratique, la collecte de données statistiques et les enquêtes de public se retrouvent au centre des pratiques, des réflexions et des polémiques qui animent la profession. La connaissance des publics, pour bien servir et fidéliser ceux qui viennent à la bibliothèque, et pour en conquérir d’autres, devient de nos jours un indicateur indispensable pour l’action. On assiste à une véritable « banalisation » des enquêtes, dont on n’a pas manqué de souligner les dérives possibles.32 Dans la nouvelle philosophie d’action de la profession, le modèle de la public library, fondé sur le lien direct entre la bibliothèque et la collectivité, est en train de se libérer ainsi du référent culturel qui caractérise l’histoire moderne des bibliothèques françaises.

19Les sciences sociales ont fourni aux politiques publiques des outils à la fois d’évaluation et de justification. Elles leur ont tendu un miroir utile qui leur a permis de se nourrir de leur permanente insuffisance, sans toutefois abandonner l’idée de progrès social. Si, après-guerre, le débat porte plutôt sur le décalage entre les objectifs progressistes et les contraintes sociales, à partir de la fin des années 1960, c’est la légitimité même du modèle culturel censé se démocratiser qui est discutée. Aujourd’hui, c’est le tour de l’objectif de démocratisation assigné aux bibliothèques d’être remis en question. Les sciences sociales ont poussé les publics sur le devant de la scène à travers le souci de démocratisation. Mais, si le grand récit du progrès s’est effrité, l’impératif d’élargissement des publics, avec la légitimation qu’il apporte à l’institution, s’impose maintenant au détriment d’approches plus scientifiques, capables de répondre à la question de savoir pourquoi on fréquente les bibliothèques et pourquoi on cesse de les fréquenter.

La non-fréquentation des bibliothèques comme problème politique

  • 33 Lahary Dominique, Le fossé des générations. Cinq générations de bibliothécaires, op. cit.
  • 34 Seibel Bernadette, Au nom du livre. Analyse sociale d’une profession : les bibliothécaires, op. cit
  • 35 Bertrand Anne-Marie, Le peuple, le non-public et le bon public. Les publics des bibliothèques et le (...)
  • 36 Bertrand Anne-Marie, L’identité professionnelle des bibliothécaires. Intervention à la journée d’ét (...)

20Depuis la victoire intellectuelle du modèle de bibliothèque publique tel qu’on le connaît aujourd’hui (bibliothèque pour tous qui tente de dépasser la dichotomie entre bibliothèque savante et bibliothèque populaire), et le glissement consommé de la fonction de conservation à celle de diffusion, le public occupe une place fondamentale dans l’identité professionnelle. À travers l’idée de partage du savoir et de la culture, les valeurs fédératrices de la profession sont inséparables des représentations que les bibliothécaires ont du public et qui donnent sens à leur travail : public populaire à élever par la lecture, du temps des républicains vertueux ; public potentiel à élargir par la diffusion de la connaissance, pour les partisans de la bibliothèque publique démocratique ; non-public que l’on doit aider à devenir un bon public, pour les animateurs militants ; enfin, publics autonomes dotés de besoins spécifiques, pour les professionnels de la médiation. Les dernières générations de bibliothécaires conçoivent leur métier à partir de l’usager enfin « au centre du système ». Si les générations les plus anciennes et les générations les plus récentes ont en commun le fait de se réclamer du public, elles ne parlent pas de la même chose : « c’est le « service public » qui revient comme une litanie [chez les aînés]. En quelque sorte, un public construit, institué. Les autres envisagent plutôt les individus et leurs désirs, sur lesquels leur parti pris de non-hiérarchisation culturelle les protège de tout jugement. »33 Chez les militants des années 1970-1980, l’aptitude des bibliothécaires à sélectionner la qualité dans la production culturelle est mise au service de la « quête permanente des publics ».34 Cependant, l’idéal de démocratisation, influencé par les sciences sociales, continue à être sous-tendu par une conception du public qui fait fi des acquis mêmes des sciences sociales, tels que l’autonomie et la pluralité des publics, et contribue à entretenir chez les bibliothécaires le sentiment d’une incomplétude coupable.35 Le public que les bibliothécaires souhaiteraient voir dans leurs établissements est un public éloigné mais ressemblant. La crise d’identité que traversent les professionnels à notre époque « crépusculaire », caractérisée par des « fins » en tous genres (du militantisme, de la politique d’offre, de la transmission culturelle et du modèle de la lecture savante)36, n’est peut-être pas compréhensible en dehors de leur difficulté à faire le deuil à la fois des publics fantasmés et de leur propre place dans le récit de la démocratisation.

  • 37 Poissenot Claude, Penser le public des bibliothèques sans la lecture ?, Bulletin des bibliothèques (...)

21La question des obstacles à la fréquentation des bibliothèques prend, dans ce contexte, une signification particulière, car la non-fréquentation est souvent vécue, non sans raison, comme une crise des valeurs plutôt que comme un problème pratique à résoudre. Plus personne ne nie aujourd’hui l’importance du capital culturel parmi les éléments qui motivent ou freinent la fréquentation. Le rapport à la lecture constitue ainsi un facteur explicatif fondamental. Mais, aux yeux de certains sociologues, la faible lecture, interprétée en termes de handicap socioculturel, est une explication rassurante pour les bibliothécaires, car elle permet d’entretenir l’ethnocentrisme lettré de l’institution.37 Le déterminisme n’est plus envisagé du côté des univers culturels d’héritage, plus ou moins favorables à la lecture, mais du côté de la bibliothèque, qui sélectionne ses publics par les valeurs pseudo-universelles qu’elle promeut.

22Par conséquent, si la démocratisation reste un objectif à atteindre, et si le déficit de familiarité avec la bibliothèque chez certaines catégories de la population est la principale raison à la non-fréquentation, les points de vue divergent quant aux solutions à mettre en œuvre pour y remédier. D’une part, l’accent est porté sur la séduction et la fidélisation des usagers qui entretiennent avec la bibliothèque un lien fragile ou contrarié ; d’autre part, on souligne le caractère indépassable de la distance symbolique qui sépare la bibliothèque de certaines catégories sociales, au risque de réifier ainsi le « non-public », catégorie dont la pertinence sociologique est pourtant discutable.

  • 38 Poissenot Claude, L’effet bibliothèque : caractéristiques et fréquentation des bibliothèques publiq (...)
  • 39 Bertrand Anne-Marie, La transmission de l’implicite ou comment la culture professionnelle vient aux (...)

23Pour certains, donc, une révision des valeurs incarnées par la bibliothèque s’impose, afin de mener à son terme le processus de démocratisation. Si des catégories entières de public ne viennent pas ou abandonnent la bibliothèque, c’est parce qu’elles ne se reconnaissent pas en elle. L’« effet bibliothèque » est non seulement dissuasif, il est la conséquence d’une démarcation sociale qui trace des frontières invisibles entre les fréquentants et les non fréquentants.38 Dans ce cas, la solution consisterait donc dans une simple adéquation de la bibliothèque à la société. Pour d’autres, en revanche, un examen des raisons qui ont entraîné la désaffection de la bibliothèque permettrait d’agir plus efficacement sur l’offre, en y associant les élus et, pourquoi pas, les usagers. La solution n’est pas l’adaptation à la demande sociale mais la co-décision politique. Un usage positif pourrait ainsi être fait de l’analyse, par la sociologie, des contraintes qui pèsent sur la fréquentation : « Certes, le discours de l’échec de la démocratisation culturelle (et de la recherche de non-lecteurs) est largement répandu – et son constat intériorisé. Mais l’analyse se cantonne peut-être trop à ce constat (décevant) et au sentiment de culpabilité qui en découle – moins aux mesures, projets ou objectifs à mettre en œuvre pour tenter d’y remédier. »39 La réponse, ici, réside dans une révision des politiques tarifaires, des horaires d’ouverture, de l’accueil, des services, des politiques documentaires actuellement trop axées sur la fiction.

POUR UN NOUVEAU MILITANTISME EN FAVEUR DE LA LECTURE PUBLIQUE

  • 40 Chartier Anne-Marie, Discours de bibliothécaires et représentations de la profession, BIBLIOthèque( (...)

24Si, par « bibliothèque démocratique », nous entendons une bibliothèque qui s’appuie sur la valorisation du public dans les conceptions et les pratiques professionnelles, alors elle est surtout le fait des premiers bibliothécaires modernistes qui, pour s’opposer à la bibliothèque savante, ont adapté à la culture des bibliothèques françaises le modèle de la public library américaine. Ce modèle greffe, sur une conception humaniste de la bibliothèque, une conception éducative et utilitaire qui, tout en conservant une visée d’émancipation, renonce à « moraliser » le public par une lecture « de qualité » et préfère la neutralité professionnelle du « service public ». Il diffère ainsi de la conception « politiquement progressiste et culturellement aristocrate »40 qui fait du bibliothécaire un guide intellectuel, mais reste attaché à l’idée que la bibliothèque publique participe d’une forme d’éducation collective, apte à transformer les individus en citoyens éclairés membres de l’espace public. La foi dans la possibilité de changer la société par la culture et l’éducation de tous, héritée des Lumières, soutient le projet de bibliothèque démocratique. En ce sens, l’égalité n’est possible qu’à travers la préservation d’un espace public neutre, où l’expression de l’individualisme démocratique rencontre ses limites.

25Les héritages historiques et doctrinaux des bibliothèques publiques françaises, héritages dont la multiplicité est souvent occultée par une vision du métier exprimée en termes de « vocation » ou de « missions », ont conduit à la coexistence improbable de trois figures de la bibliothèque démocratique, selon la manière dont on considère la centralité du public. La première tire les dernières conséquences de l’importation du modèle anglo-saxon en France, dans le contexte d’une individualisation de plus en plus radicale de la société, d’une identité politique collective qui perd ses références traditionnelles et d’un affaiblissement général des institutions. Le courant fondateur de la bibliothèque moderne évolue, pour partie, vers une conception plus ouvertement libérale, qui a tendance à envisager l’usager comme étant indépendant dans ses choix culturels et à mettre intégralement le bibliothécaire à son service. L’espace public, notion abstraite, est de plus en plus distancé par une représentation catégorielle des usagers dont il convient de satisfaire les demandes explicites.

26La deuxième version de la bibliothèque démocratique s’inspire de la posture critique des sciences sociales, qui s’emploie, elle aussi, à remettre en question l’idée d’une neutralité de l’espace public. Mais la représentation de la société que met en avant cette posture n’implique pas une confiance accrue dans le public. Dénoncer l’universalisation de la culture dominante par les institutions scolaires et culturelles ne signifie pas sortir le public de sa minorité mais au contraire souligner sa dépendance par rapport à l’ordre social dont on avait prétendu le délivrer par la culture. Dans cette perspective, le mot d’ordre de la bibliothèque démocratique n’est pas l’autonomie des usagers dans leurs choix culturels, mais la restitution de la parole au public (et surtout au non-public) par le sociologue engagé.

27Enfin, une troisième version s’inspire d’orientations en sciences sociales plus compréhensives et plus soucieuses des acteurs, qui placent les publics dans une situation dynamique par rapport aux institutions culturelles.

  • 41 Ce glissement d’un modèle éducatif à un modèle commercial a été étudié, pour les musées, par Le Mar (...)
  • 42 Voir Bertrand Anne-Marie, La bibliothèque dans l’espace public, Bulletin d’informations de l’ABF, 1 (...)

28Les sciences sociales ont raison de souligner que les bibliothécaires ont tendance à travailler avec une notion imaginaire de public, qui le montre non pas tel qu’il est mais tel que les bibliothécaires voudraient qu’il soit. Elles se sont donc pertinemment employées à souligner l’autonomie et la diversité du public, à le sonder dans ses déterminations et ses aspirations, à révéler son refus de la « culture cultivée ». L’institutionnalisation de la lecture publique après-guerre a favorisé la mise en place d’un modèle fondé sur une collaboration étroite entre les pouvoirs publics, la science et l’expertise professionnelle, au service du progrès social (même si ce service, à partir de la fin des années 1960, se fait critique). Ce modèle « sociologique » de la bibliothèque publique a le mérite de maintenir une extériorité politique à la société qu’il décrit, à travers la voix de l’homme de science qui contribue à remettre sans cesse en discussion les objectifs collectifs. Dans la nouvelle sociologie utilitaire, cette extériorité est abolie. L’intelligibilité de la société se livre entièrement dans l’étude de ses demandes et ses besoins. Une partie des professionnels semble emprunter de plus en plus le raccourci qui mène du sondage de satisfaction à l’action. La dimension prédictive des études de public est renforcée au détriment de leur dimension analytique. On fait ainsi l’économie, à la fois, de la préparation intellectuelle de l’action professionnelle, qui comporte un détour par l’étude des contraintes sociales défavorables à la fréquentation, et de la décision politique collective, qui implique une mise en commun des enjeux représentés par la lecture publique. Or la relation entre les sciences sociales, les politiques publiques et l’action professionnelle suppose, depuis toujours, une dimension réflexive qui prend en compte l’évolution des pratiques culturelles sur le long terme, avant d’envisager une amélioration des services de la bibliothèque. Les enquêtes de public se mettent ainsi à servir d’autojustification à l’institution.41 Il ne reste pas moins que, à force de mettre en avant les différences identitaires entre les bibliothécaires et leurs publics, réels ou potentiels, le modèle « sociologique » oublie ce que les bibliothécaires ont en commun avec ces publics. C’est surtout l’idée de la bibliothèque comme espace public qui s’en est trouvée ébranlée. Car, ainsi que le souligne Anne-Marie Bertrand, la bibliothèque abrite une contradiction fondamentale entre son rôle politique dans la formation des esprits (dont il ne faut pourtant pas taire l’ambiguïté, car la bibliothèque peut être à la fois potentiellement critique à l’égard du pouvoir et instrument de prise du pouvoir) et sa neutralité politique affichée en tant qu’institution.42

  • 43 Habermas Jürgen, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la so (...)

29Jürgen Habermas définit l’espace public comme un « forum où les personnes privées rassemblées en un public s’apprêtaient à contraindre le pouvoir de se justifier face à une opinion publique. »43 On a ici affaire à un public constitué comme tel par la mise en discussion critique des émanations du pouvoir, qui s’exerce dans des lieux de sociabilité intellectuelle comme la bibliothèque. La publicité est ici dirigée contre la raison d’État. Dans cette optique, le public n’est pas tant l’objet d’une action éducative de la part des professionnels du savoir que plutôt partie prenante de l’assise sociale et politique qui fait exister la bibliothèque. L’influence des sciences sociales transforme cette vision en dénonçant la distance entre les discours proclamés et la réalité.

30Si les années militantes ont vu l’émergence d’une recherche intégrée à la décision politique sous l’égide d’une fiction progressiste fédératrice, les années critiques mettent la science au service de la souveraineté collective et pointent les insuffisances de la décision politique. L’effort des institutions culturelles se déporte vers le « non-public » exclu de la culture savante. La bibliothèque demeure néanmoins un espace de partage de sens entre l’institution et ses fréquentants potentiels. L’autonomie des « publics » est une découverte tardive, qui s’achemine aujourd’hui vers une disjonction de plus en plus radicale entre les cultures populaires et la culture véhiculée par les bibliothèques.

  • 44 L’expression est de Claude Lefort : « Démocratie et avènement d’un “lieu vide” », in Le Temps prése (...)

31Mais l’espace du commun est-il nécessairement un espace du consensus et de la neutralité ? Signifie-t-il un retour à la sacralité de la culture ou peut-il constituer, au contraire, cette « transcendance interne du social »44 qui permet à la société démocratique de se structurer politiquement à travers une division permanente autour du pouvoir ? La bibliothèque est, certes, une institution publique qui ne sera jamais identique à la société au milieu de laquelle elle s’inscrit. Mais les institutions sont mortelles. Pour qu’un nouveau militantisme en faveur de la lecture publique puisse voir le jour, il importe de remettre en discussion les valeurs qui, après-guerre, ont fait de la bibliothèque un objet de la politique publique.

Notes

1 Lahary Dominique, Le fossé des générations. Cinq générations de bibliothécaires, Bulletin des bibliothèques de France, 2005, t. 50, n° 3.

2 Kupiec Anne, L’usager, le consommateur et le citoyen, in Le musée et la bibliothèque, vrais parents ou faux amis ? Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1996 (Études et recherche).

3 Passeron Jean-Claude, Consommation et réception de la culture : la démocratisation des publics, in Donnat Olivier et Tolila Paul (dir.). Les public(s) de la culture. Presses de Sciences-Po, 2003.

4 L’histoire de la rencontre entre sociologie et bibliothèques a déjà fait l’objet d’un certain nombre d’études. Voir notamment Poulain Martine, Naissances des sociologies de la lecture ; Livres et lecteurs ; Des lecteurs, des publics et des bibliothèques, in Poulain Martine (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, t. 4, Les bibliothèques au XXe siècle (1914-1990). Promodis - Éditions du Cercle de la Librairie, 1992 ; Seibel Bernadette, Trente ans de recherches sur la lecture en France, 1955-1995 : quelques repères, in Seibel Bernadette (dir.), Lire, faire lire : des usages de l’écrit aux politiques de lecture. Le Monde Éditions, 1995 ; et Robine Nicole, Lire des livres en France : des années 1930 à 2000. Éditions du Cercle de la Librairie, 2000. Pour une vue d’ensemble, voir également Hersent Jean-François, Sociologie de la lecture en France : état des lieux. Ministère de la Culture et de la communication, Direction du Livre et de la lecture, 2000. [En ligne] < http://www.culture.gouv.fr/culture/dll/sociolog.rtf > (consulté le 11 décembre 2007).

5 David Bruno, Le manège enchanté des bibliothécaires, Bulletin des bibliothèques de France, 2004, t. 49, n° 6.

6 Poissenot Claude, L’épuisement du modèle. Propos recueillis par Laurence Santantonios, Livres Hebdo, n° 692, 1er juin 2007.

7 Seibel Bernadette, Au nom du livre. Analyse sociale d’une profession : les bibliothécaires. Éditions de la Bibliothèque publique d’information : La Documentation française, 1988.

8 La réflexion sur ce thème est beaucoup plus avancée en ce qui concerne les musées. Voir Eidemann Jacqueline, Roustan Mélanie, Goldstein Bernadette (dir.), La place des publics. De l’usage des études et recherches pour les musées. La Documentation française, 2007 ; Le Marec Joëlle, Publics et musées. La confiance éprouvée. L’Harmattan, 2007. Pour l’impact de la prise en compte des publics sur l’organisation de l’offre des bibliothèques publiques, voir le travail récent de Dérioz Cécile, Les publics : facteurs d’évolutions ? Changements organisationnels dans les musées et les bibliothèques. 2007-2008. Mémoire d’étude du diplôme de conservateur des bibliothèques : 2008. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-1739 > (consulté le 11 août 2008).

9 Pour le rapport entre les études de public et les politiques de public dans les institutions culturelles, voir Octobre Sylvie, Publics, pratiques et usages des musées, in Tobelem Jean-Michel (dir.), Politique et musées. L’Harmattan, 2001.

10 Bertrand Anne-Marie, Les publics des bibliothèques. Éditions du CNFPT, 1999.

11 Poulain Martine, Bibliothèque et démocratisation culturelle, in Les 25 ans de la Bpi. Encyclopédisme, actualité, libre accès. Actes du colloque international organisé par la Bpi au Centre Pompidou, 23 au 24 octobre 2002. Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003.

12 Octobre Sylvie, Comment mesurer la démocratisation ? Proposition de cadre interprétatif, in Donnat Olivier et Octobre Sylvie (dir.), Les publics des équipements culturels : méthodes et résultats d’enquêtes. Ministère de la Culture et de la communication, Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS), 2001. [En ligne] < http://www2.culture.gouv.fr/deps/fr/sommaire/publics.htm > (consulté le 9 décembre 2007).

13 Passeron Jean-Claude, Consommation et réception de la culture : la démocratisation des publics, op. cit.

14 Bertrand Anne-Marie, Bibliothécaires face au public. Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1995.

15 Salvan Paule, Réforme de la formation professionnelle, Bulletin des bibliothèques de France, 1963, t. 8, n° 6. Pour une vision d’ensemble sur la place des publics dans la formation, les statuts et les pratiques des bibliothécaires, voir Tarin Laurence, L’évolution du métier de bibliothécaire. Une identité professionnelle à multiples facettes, in Regards sur un demi-siècle, Bulletin des bibliothèques de France, 2006.

16 Breton Jacques, Quelques réflexions sur le rôle futur des professeurs de l’ENSB, Bulletin d’informations de l’ABF, 1972, n° 75.

17 Bertrand Anne-Marie, Le deuil de la mémoire. Intervention au colloque « Le numérique : impact sur le cycle de vie du document ». Montréal, 2004. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliothequenumerique/document-1205 > (consulté le 8 décembre 2007).

18 Utard Jean-Claude, La sociologie de la lecture, in Association des Bibliothécaires Français (Françoise Froissart, dir.). Le Métier de bibliothécaire. Promodis - Éditions du Cercle de la Librairie, 1988 (8e éd.).

19 La violence faite aux bibliothèques est un cas limite qui se prête parfaitement à ce type de réflexion : voir Merklen Denis et Murard Numa, Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ? Violences sociales et culture de l’écrit, 2008. [En ligne] < http://www.laviedesidees.fr/Pourquoi-brule-t-on-des.html > (consulté le 20 janvier 2008).

20 Barbier-Bouvet Jean-François et Poulain Martine, Publics à l’œuvre. Pratiques culturelles à la Bpi du Centre Pompidou. Éditions de la Bibliothèque publique d’information : La Documentation française, 1986.

21 Seibel Bernadette, Au nom du livre. Analyse sociale d’une profession : les bibliothécaires, op. cit.

22 Issartel Pascale, Du discours dominant aux discours éclatés. Évolution des discours professionnels des bibliothécaires des années soixante-dix aux années quatre-vingt. 1988-1989. 174 p. Mémoire ENSB/IEP de Grenoble, 1989.

23 Durand Jean-Pierre, Peyrière Monique, Sebag Joyce, Bibliothécaires en prospective. Ministère de la Culture et de la communication, Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS), 2006. [En ligne] < http://www.culture.gouv.fr/dep/telechrg/tdd/bibliothecaires/somm_ bibliothecaires.htm > (consulté le 8 décembre 2007).

24 Intervention de Bertrand Calenge à la journée d’étude de l’Association des conservateurs de bibliothèque « À votre service ! La bibliothèque à l’épreuve de la société » (1997). Compte rendu par Annie Le Saux, Bulletin des bibliothèques de France, 1997, t. 42, n° 3.

25 Compte rendu par Odile Puravet de la journée d’étude organisée par le Centre départemental de lecture publique et la bibliothèque départementale de Saône-et-Loire, Puravet Odile, Nouveaux publics, nouveaux usages : tendances nationales et réalités locales (2006), Bulletin des bibliothèques de France, 2007, t. 52, n° 2.

26 Peignet Dominique, La bibliothèque peut-elle survivre à ses consommateurs ? Bulletin des bibliothèques de France, 2005, t. 50, n° 1.

27 Résumé de l’intervention de Martine Poulain à l’occasion de la rencontre « Les bibliothèques face à la demande sociale » organisée à la BPI par le Bulletin des bibliothèques de France et la revue Esprit (2000). Compte rendu par Dominique Arot, Bulletin des bibliothèques de France, 2001, t. 46, n° 1.

28 Intervention à la journée d’étude de l’ADBGV « De l’obsession du savoir au souci du service : les bibliothèques sont-elles solubles dans les services ? » (2007). Compte rendu par Annie Brigant, Bulletin des bibliothèques de France, 2007, t. 52, n° 4.

29 Selon une expression de Jean-Claude Passeron. in Passeron Jean-Claude et Grumbach Michel (dir.), L’œil à la page. Enquête sur les images et les bibliothèques. Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1984.

30 Manifeste de l’Unesco sur la bibliothèque publique, adopté en 1994. [En ligne] < http://www.unesco.org/webworld/libraries/manifestos/libraman_fr.html > (consulté le 22 juin 2008).

31 Bertrand Anne-Marie, Accueillir les absents. Intervention au Congrès de l’ABF « Les publics », 2007. [En ligne] < http://www.abf.asso.fr/IMG/pdf/S3.2%20Bertrand.pdf > (consulté le 10 décembre 2007).

32 Evans Christophe, Petites et grandes enquêtes de publics en bibliothèque. Questions de méthode et de bon sens. Intervention au Congrès de l’ABF « Les publics », 2007. [En ligne] < http://www.abf.asso.fr/IMG/pdf/evans.pdf > (consulté le 4 mars 2008).

33 Lahary Dominique, Le fossé des générations. Cinq générations de bibliothécaires, op. cit.

34 Seibel Bernadette, Au nom du livre. Analyse sociale d’une profession : les bibliothécaires, op. cit.

35 Bertrand Anne-Marie, Le peuple, le non-public et le bon public. Les publics des bibliothèques et leurs représentations chez les bibliothécaires, op. cit.

36 Bertrand Anne-Marie, L’identité professionnelle des bibliothécaires. Intervention à la journée d’étude de l’ADBDP « Les relations », 2003. [En ligne] < http://www.adbdp.asso.fr/spip.php?article458 > (consulté le 8 décembre 2008).

37 Poissenot Claude, Penser le public des bibliothèques sans la lecture ?, Bulletin des bibliothèques de France, 2001, t. 46, n° 5. Voir également le débat qui a suivi cet article : Penser le public des bibliothèques…, Bulletin des bibliothèques de France, 2002, t. 47, n° 1, avec des interventions d’Anne-Marie Bertrand, Christophe Evans, Jean-François Hersent, Dominique Lahary, Dominique Tabah et Claude Poissenot.

38 Poissenot Claude, L’effet bibliothèque : caractéristiques et fréquentation des bibliothèques publiques, 2006. [En ligne] < http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00172648/en/ > (consulté le 9 2007).

39 Bertrand Anne-Marie, La transmission de l’implicite ou comment la culture professionnelle vient aux bibliothécaires, Bulletin des bibliothèques de France, 2003, t. 48, n° 1.

40 Chartier Anne-Marie, Discours de bibliothécaires et représentations de la profession, BIBLIOthèque(s). Numéro spécial « L’ABF a 100 ans », 2006, n° 28.

41 Ce glissement d’un modèle éducatif à un modèle commercial a été étudié, pour les musées, par Le Marec Joëlle, Évaluation, marketing et muséologie, in Le Marec Joëlle, Publics et musées. La confiance éprouvée, op. cit.

42 Voir Bertrand Anne-Marie, La bibliothèque dans l’espace public, Bulletin d’informations de l’ABF, 1998, n° 180. Au sujet du rapport entre bibliothèque et espace public, voir aussi De Singly François, L’espace public, in Le musée et la bibliothèque, vrais parents ou faux amis ?, op. cit.

43 Habermas Jürgen, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise. Trad. fr. Payot, 1962.

44 L’expression est de Claude Lefort : « Démocratie et avènement d’un “lieu vide” », in Le Temps présent. Écrits 1945-2005. Belin, 2004.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access