Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quel modèle de bibliothèque ?

 | 
Anne-Marie Bertrand
, 
Émilie Bettega
, 
Catherine Clément
, 
et al.

La place des publics dans le modèle français : une approche sociologique1

Christophe Evans

Texte intégral

  • 1 Ce texte prend appui sur une séance du séminaire « Jalons pour une histoire des bibliothèques au X (...)

« La place (stall) : espace bien délimité auquel l’individu peut avoir droit temporairement et dont la possession est basée sur le principe du « tout ou rien ». […] Ce terme est employé par les éthologistes qui ont étudié la ronde journalière de la vache. »
(Erving Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne, t. 2, Les relations en public, Minuit, 1973)

« Les vaches sont comme les gens, elles sont dépaysées, elles n’ont plus de racines… Mais jadis elles en avaient. Dans une étable, chaque vache avait sa place, elle avait ses habitudes, et si un jour, pour une raison ou pour une autre, il fallait qu’on la déplace, il y en avait pour une semaine à l’obliger à changer parce qu’elle était habituée ; elle rentrait toujours dans son coin. Les hommes, c’est un peu la même chose. Je suis assis sur ma chaise, je viens toujours sur la même chaise… »
(Christophe Evans, Agnès Camus, Jean-Michel Cretin, Les habitués, le microcosme d’une grande bibliothèque, Éditions de la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou, 1997)

DÉFINITION D’UN PÉRIMÈTRE

1Comme le suggèrent un peu ironiquement les deux citations reproduites en exergue, on peut distinguer deux niveaux de sens en ce qui concerne la question polysémique de la place des publics dans les bibliothèques françaises :

  • d’une part la place que l’on octroie aux publics, sous entendu, la place que les institutions – l’État, les collectivités territoriales, les bibliothèques et leurs personnels – leur réservent ou leur accordent2 ;
  • d’autre part la place effective que ces publics prennent, celle qu’ils s’attribuent à la faveur de leurs visites, au prix parfois de processus de territorialisation, c’est-à-dire en mettant en œuvre des tactiques d’appropriation physique et symbolique de l’espace public (telles que celles étudiées dans l’enquête consacrée aux usagers hyper-assidus de la Bibliothèque publique d’information citée plus haut).
  • 3 Eidelman Jacqueline, Roustan Mélanie, Goldstein Bernadette (dir.), La place des publics. De l’usag (...)
  • 4 L’accumulation de données concernant les limites de l’autonomie des usagers, les difficultés d’ori (...)

2Le second niveau de sens a déjà fait l’objet de nombreuses publications dans le domaine de la sociologie des publics des institutions culturelles. On peut d’ailleurs dire qu’il est attendu et même convenu aujourd’hui, quand on évoque ces questions. Le premier niveau de sens est beaucoup plus rarement exploité. Un ouvrage récent, portant justement sur la place des publics dans les musées, ne couvre ainsi que le champ restreint de la question de l’usage des études de publics par ces établissements3. Tout laisse à penser, en fait, que la réflexion sur le positionnement des établissements par rapport aux usagers potentiels (« réflexion sur soi par rapport à eux ») a un peu cédé le pas sur la connaissance des publics effectifs (« réflexion sur eux »), sans toutefois que les connaissances engrangées aient réellement bouleversé la donne sur le terrain des bibliothèques4. C’est par conséquent le premier niveau qui va essentiellement retenir mon attention ici. Il sera plus précisément question, dans les lignes qui suivent, de la place symbolique (dans les représentations, les discours…) et effective (dans les programmes, les réalisations, les services…) qu’occupent aujourd’hui les publics dans les mondes des bibliothèques françaises.

  • 5 Becker Howard, Les mondes de l’art, Flammarion, 1988.

3Comme on le voit, avant de parler de « modèle de bibliothèque français », au sens d’un idéal-type singulier qui permettrait de caractériser le système bibliothéconomique national dans son intégralité et sa substance, il me semble préférable en effet, dans un premier temps, de recourir à la notion descriptive de « mondes », telle que Howard Becker l’a conceptualisée5.

4L’intérêt de cette notion faussement creuse réside dans son pouvoir de rappel : rappel que les institutions et les activités humaines, même les plus organisées, sont complexes et plurielles ; rappel qu’elles ne sont évidemment pas repliées sur elles-mêmes mais insérées ou connectées à d’autres mondes sociaux ; rappel, enfin, qu’elles sont constituées en leur sein de vastes chaînes de coopération où différents types d’acteurs sont engagés, des plus prestigieux aux plus modestes (du peintre renommé, aux fabricants de toiles et de couleurs pour les arts plastiques, selon Becker). Entreprendre un travail d’analyse sociologique sur la place des publics dans les mondes des bibliothèques en France invite ainsi à resituer cette question dans un contexte historique, culturel et institutionnel plus vaste (en analysant, par exemple, la culture professionnelle ou la nature et les fondements du service public culturel à la française) ; elle invite également à se saisir d’indicateurs objectivés qui devraient pouvoir permettre de caractériser cette place, parfois même par défaut (manque de place).

  • 6 Tacheau Olivier, Bibliothèque publique et multiculturalisme aux États-Unis. Jalons pour repenser l (...)

5De fait, si le travail de modélisation se révèle complexe et délicat, on verra qu’il est possible d’esquisser les contours du système français en plaçant l’éclairage sur des éléments problématiques de ce système, des points de friction, des butoirs, que l’on va utiliser comme des révélateurs. C’est un parti pris méthodologique qu’il ne faut évidemment pas confondre avec une posture normative : l’entreprise n’a pas pour objectif de saborder le « modèle » en question mais de l’analyser au travers de ses marges ou de ses impensés. La thématique des publics et de la place qu’on leur accorde dans les discours et les faits, on le sait, est l’un de ces révélateurs des frontières implicites du système bibliothéconomique français ; des analyses comparées internationales ont d’ailleurs déjà montré l’intérêt heuristique de cette démarche, notamment dans le champ de l’histoire ou des sciences politiques6. C’est dans cette voie que je souhaite poursuivre ici, en faisant appel notamment à la sociologie des organisations ainsi qu’à celle du travail et des professions. Plutôt qu’une recherche aboutie à proprement parler, il s’agira de pistes de travail ouvertes à discussion qui s’inscrivent dans une réflexion plus générale portant sur la notion de « culture de la bibliothèque » organisée autour du questionnement suivant : quels signes, quels messages les institutionsbibliothèques envoient-elles aux populations ? Et comment ces signes sont-ils reçus par ces populations, interprétés, réinterprétés ou ignorés ?

CENTRE ET PÉRIPHÉRIE : FONDEMENTS CULTURELS ET PROFESSIONNELS DU RAPPORT AUX PUBLICS

6On voit bien aujourd’hui en France que l’instance du public est de plus en plus souvent évoquée et même invoquée dans l’univers des bibliothèques. On veut « mettre le public au cœur des pratiques et des dispositifs », on entend désormais « placer l’usager au cœur de la relation de service » ; avec l’affirmation d’une nouvelle culture administrative de l’évaluation, on va dans certains cas jusqu’à envisager « de lui rendre des comptes », comme si, en plus de le placer au centre « on » – en fait ici les décideurs du monde des bibliothèques – se plaçait soi-même à l’extérieur du cercle, dans ce qui pourrait apparaître à première vue comme un processus de mise en retrait, voire « d’auto-expropriation ».

  • 7 Dans son analyse portant sur la période post-révolutionnaire en France, Anne Kupiec note : « L’ins (...)
  • 8 C’est en partie la thèse que défend Claude Poissenot quand il formule l’hypothèse que les biblioth (...)
  • 9 Goody Jack, La raison graphique, Minuit, 1979. Chartier Roger, L’ordre des livres, Alinéa, 1992. C (...)
  • 10 Parmi les impensés concernant la question des publics des bibliothèques, on peut rappeler les dist (...)

7Ces images et les figures géométriques et topologiques auxquelles elles font appel – centre, périphérie – sont évidemment porteuses de sens. Elles renvoient notamment à des valeurs et des normes constituées à travers le temps. Dans le passé lointain des bibliothèques françaises, on peut justement dire que les publics étaient souvent explicitement placés à l’extérieur des institutions, jusqu’à, pour certaines catégories du moins – les femmes et les enfants, par exemple –, être littéralement interdites de bibliothèque7. Ce qui pourrait subsister aujourd’hui du « bibliothécocentrisme » des professionnels et qui pourrait les conduire, de manière plus ou moins consciente, à tenter de consolider leur place au centre des institutions (jusqu’à se positionner parfois en tant que gardien du temple ou véritable propriétaire des lieux et des contenus) est ainsi un phénomène, sinon naturel, du moins normal et tout à fait explicable. Les enquêtes réalisées dans le champ de la sociologie du travail et des professions montrent bien que la participation et l’engagement dans un univers professionnel sont susceptibles de produire ce que l’on appelle un « patriotisme de profession », en particulier au cours des phases d’apprentissage et de formation, qui sont des phases intenses d’inculcation et d’appropriation des valeurs professionnelles. On peut donc formuler l’hypothèse que les professionnels des bibliothèques, au sens large, qu’ils soient militants de la lecture publique ou gestionnaires pragmatiques, sont, pour la plupart d’entre eux, dépositaires à des degrés divers de valeurs anciennes qui concernent le rôle qu’ils doivent tenir et celui qu’ils réservent aux publics8. C’est d’autant plus vrai que le secteur culturel dont il est question ici est celui de la lecture et du livre. Au risque de faire un grand détour – peut-être un peu facile pour ceux qui tiennent aux ruptures franches avec le passé et à l’autonomie incontestée des consciences individuelles –, il convient ainsi de rappeler que le métier de bibliothécaire dans nos sociétés (les savoir-faire, les techniques, les représentations et les idéologies professionnelles) s’inscrit dans un ordre culturel établi depuis fort longtemps : celui de la raison graphique et de l’ordre des livres9. L’ancienneté, la pérennité et la force idéologique de cet ordre culturel tendent à faire passer pour naturel et universel ce qui relève précisément du culturel et du construit ; il est source d’impensés10 et, dans certains cas, d’incompréhension… interculturelle.

  • 11 Sur le sujet, voir Balley Noëlle, Le bibliotécais sans peine. Petit manuel de conversation courant (...)

8Un domaine en particulier me paraît tout à fait emblématique en terme d’incompréhension : celui de la langue professionnelle et des représentations dont elle est chargée. Si aujourd’hui, au début du XXIe siècle, on utilise encore si souvent le mot de « lecteur » pour qualifier les usagers des médiathèques (ce qui revient précisément à leur assigner une place particulière), c’est parce que le terme est encore porteur de sens et enraciné dans un imaginaire collectif bien vivant. Les représentations, on le sait, changent moins vite que les pratiques et les organisations qui les sous-tendent, surtout quand elles sont encore irriguées par des valeurs fortes. On peut considérer par ailleurs également le développement du métier de bibliothécaire à travers l’histoire comme un processus continu de technicisation et de différenciation, ayant pour résultat in fine de séparer « ceux qui le sont » de « ceux qui ne le sont pas », notamment par la maîtrise de codes et de langages. Il est bien difficile alors, à l’issue de ce processus, de réintégrer au centre (avec soi-même), ceux qui sont devenus si différents : on ne parle plus la même langue et on ne se comprend plus11. Je précise au passage que ce type de réflexion concernant les vertus socialisatrices et les effets d’exclusion de la langue professionnelle peut tout aussi bien s’appliquer à la sociologie et aux sociologues.

  • 12 Kupiec Anne, L’usager, le consommateur et le citoyen, op. cit.

9S’interroger sur la place octroyée aux publics dans les bibliothèques françaises aujourd’hui implique, par conséquent, de resituer cette question dans un système encore « biblio et bibliothécocentré ». Il est bien difficile alors, voire illusoire, de souhaiter l’abandon d’une terminologie ancienne jugée inadaptée (« lecteurs ») si cet abandon sous-entend une quelconque forme d’amputation idéologique. On ne remplace pas facilement et rapidement un symbole soutenu par un système de normes et valeurs professionnelles par une terminologie d’essence administrative (« usagers ») ; ceci, d’autant moins que les autres termes de substitution proposés à ce jour par la statistique et la démarche sociologique – inscrits et non-inscrits, publics, séjourneurs, etc. –, se montrent souvent ternes et sans relief. Comme le relevait par ailleurs Anne Kupiec : « Le terme d’usager conserve, par rapport à celui de consommateur, une certaine neutralité. Or cette neutralité si elle peut être reliée à une conception traditionnelle du service public, n’est-elle pas aussi mise à l’écart de principes qui purent fonder la bibliothèque ? Autrement dit, l’usager n’apparaît-il pas comme à l’écart d’une quelconque idéologie au sens où celle-ci est ensemble de discours et de valeurs ? En ce sens, l’usager serait le citoyen vidé de toute substance. »12

LA CULTURE FRANÇAISE DU SERVICE PUBLIC

  • 13 Durand Jean-Pierre, Peyrière Monique et Sebag Joyce, Centre Pierre Naville, Université d’Évry Val (...)

10Puisqu’il est question de prendre la mesure des différents cadres qui impriment une marque sur la façon dont la place des publics est pensée et construite par les professionnels des bibliothèques en France, il convient de dire quelques mots ici sur les principes culturels et institutionnels qui sous-tendent le service public dans ce pays. Jean-Pierre Durand, Monique Peyrière et Joyce Sebag ne s’y sont pas trompés, quand ils ont entrepris de réaliser récemment une radiographie sociologique de la profession de bibliothécaire, puisqu’ils ont consacré toute une partie de leur analyse à cette instance, constatant notamment que : « Le service public (appelé aussi service au public dans les bibliothèques) institutionnalise le rapport entre les bibliothécaires et les publics »13. À la fois espace physique de mise en scène et moment privilégié du rapport aux usagers, le service public est encore malgré tout particulièrement sous-étudié par la recherche en France, assez peu enseigné dans les formations de bibliothécaires et parfois même relativement négligé sur le terrain, puisque dans certains établissements, les tâches d’accueil et d’orientation des publics ne sont pas des tâches valorisées impliquant qualifications et reconnaissance des exécutants.

  • 14 Weller Jean-Marc, L’état au guichet : sociologie cognitive du travail et modernisation administrat (...)
  • 15 « Apprécier ce que font les bureaux… Se demander ce qu’ils produisent pour apprécier leur capacité (...)

11Ce que les sociologues appellent « la relation de guichet »14, qui s’instaure en service public entre les agents et les usagers par bureau interposé, et qui est notamment scénographié à l’aide d’un mobilier spécifique et de places assignées aux uns et aux autres (de part et d’autre du bureau d’accueil ou de renseignement), s’inscrit ainsi, qu’on le veuille ou non, dans des cadres relationnels à teneur administrative forgés sur d’autres scènes sociales il y a longtemps déjà. Le « bureau » ou la « banque », dans ce registre, imposent arbitrairement des codes, des rôles, voire des comportements spécifiques, via leurs formes, leurs tailles et leurs emplacements15. Ceux qui ont l’habitude du service public posté auront, peut-être, ainsi fait l’expérience de recevoir des personnes qui, sans raison apparente, s’adressent à elles dès les premiers échanges en commençant par s’excuser de les déranger ou en prenant soin de témoigner de l’indignité de leur demande (sur le mode : « Vous allez trouver ma question stupide », ou « je sais que je devrais me débrouiller seul »).

  • 16 Sur l'aspect culturel des interactions de face à face et la théâtralisation de la vie quotidienne, (...)
  • 17 « La culture du guichet » à la française et le rejet populaire bien ancré dans ce pays de la burea (...)
  • 18 Crozier Michel, Le phénomène bureaucratique, Éditions du Seuil, 1963. Voir notamment les chapitres (...)
  • 19 C’est ce que tentent d’éviter, avec plus ou moins de réussite, les établissements qui instaurent l (...)

12Face à de tels phénomènes qui se répètent de manière identique, au point que l’on finit soi-même par penser que l’on interprète une partition déjà écrite16, il est tentant évidemment de faire un lien avec l’idée d’un modèle bureaucratique influent et persistant dans la société française17. Un modèle dont Michel Crozier a déjà montré pour sa part, dans les années 1960, qu’il était en crise et qu’il n’avait pas été fondamentalement dépassé et surmonté18. Si, par conséquent, les procédures d’accueil ne font pas l’objet d’une prise en main par les institutions – qu’il s’agisse d’une réflexion collective, d’une préparation spécifique et d’un changement des conditions matérielles d’accueil et des procédures – le face à face par bureau interposé risque de déboucher sur une relation d’autorité et de domination (d’aucuns, à propos de certains services sociaux, vont même jusqu’à parler « d’infantilisation » des usagers). De simple point de rencontre et d’occasion de dialogue, le bureau de service public est alors susceptible de se transformer en séparateur radical, tel un rempart qui protège de l’autre, soit l’opposé de ce à quoi il était censé servir19.

  • 20 C’est-à-dire une tradition qui tente de faire coexister « démocratie culturelle » (participer au d (...)
  • 21 À la différence du monde anglo-saxon beaucoup plus pragmatique, où l’on enseigne notamment les tec (...)
  • 22 Barbaras Simone, Notre ennemi, le client, First, 1995.

13Le trait peut paraître forcé, mais on trouve pourtant parfois incarnée dans l’infra-ordinaire de certaines bibliothèques (dans le mobilier comme on l’a vu, dans certaines interactions quotidiennes et routinisées entre le personnel et les usagers) toute une conception plus ou moins consciente de la place accordée aux usagers dans la tradition « aristo-démocratique », un peu autoritaire, de la lecture publique française20. La relative dévalorisation du service public dans les institutions culturelles républicaines – constatée dans le peu de place accordée dans la formation des personnels en ce qui concerne notamment l’accompagnement des usagers dans leurs demandes21 – débouche ainsi sur le paradoxe d’un discours qui entend replacer l’usager au centre, sans changer fondamentalement les pratiques (c’est-à-dire sans aller jusqu’au décentrement qu’exige ce principe). Dans un autre secteur d’activité et avec des mots beaucoup plus durs, Simone Barabas, première responsable du service client chez Lesieur, écrivait sur le sujet : « Pourquoi dans ce type de relations avec les clients, fondées sur le service, la qualité de la communication est-elle encore si peu répandue ? D’abord pour des raisons culturelles. Chaque fois que je vais en Asie, je vois à quel point, pour les gens, la notion de service y est noble. Aux États-Unis, il y a une sorte de professionnalisme du service. Les Américains ne sont pas rêveurs, mais ils savent que le service, ça rapporte. Alors que pour les Européens, et plus particulièrement les Français, le service est dégradant. »22

LE MANQUE DE PLACE AU CŒUR DE L’ORGANISATION

  • 23 On peut s'interroger ainsi sur le principe qui consiste à faire payer des tarifs d'abonnements par (...)

14D’autres exemples encore sont révélateurs de la place que l’on accorde aux publics dans le système bibliothéconomique français : tout ce qui concerne notamment l’intégration des usagers au fonctionnement même des établissements ; non pas simplement la place qu’on leur fait en leur sein, mais la façon dont on les associe plus ou moins étroitement à leur bonne marche. En soi, comme on l’a vu, le simple manque de place accordée à certains usagers – place physique et place symbolique – est déjà le signe d’une faillite relative du discours institutionnel (« accueillir tous les publics » ; « se montrer attentif à la demande sociale »)23. Il me semble ainsi qu’il existe une contradiction saillante en France entre la volonté affichée de servir les adolescents dans les bibliothèques publiques et le fait qu’il y ait si peu de sections véritablement dédiées aux adolescents : un discours et un modèle se sont peu à peu répandus sur la question au cours des dernières décennies (les adolescents cherchent à se fondre dans la masse, ils ne souhaitent pas être repérés en tant que tels et préfèrent rester anonymes en section jeunesse ou faire leurs premiers pas en section adulte de façon autonome), ceci, alors même que de nombreux travaux dans le champ de la psychologie ou de la sociologie témoignent pour leur part, au contraire, de l’émergence de cette catégorie d’âge et de l’affirmation de ses besoins spécifiques.

  • 24 Une enquête récente portant sur 1 000 jeunes interviewés à Choisy-le-Roi (fréquentants et non fréq (...)
  • 25 Les débats récurrents sur le sujet parmi la profession montrent que la crainte du communautarisme (...)

15La contradiction est d’autant plus forte, en France, que certaines enquêtes de terrain semblent montrer par ailleurs qu’il existe bien aujourd’hui une demande adolescente quant à la constitution de sections qui leur soient dédiées dans les bibliothèques municipales24. Dans le même esprit, un autre exemple mériterait des analyses qu’on ne prendra pas le temps de prolonger dans ce texte : celui de la place des communautés, notamment des communautés linguistiques, dans les services et les collections des bibliothèques. Ici à nouveau, il semblerait que l’influence du modèle républicain aristo-démocratique se fasse sentir, au point de contrarier fortement la prise en compte de demandes spécifiques – demandes existantes ou latentes – lesquelles finissent alors souvent par être pensées comme « hors cadre », voire irrecevables, ce qui explique en partie le retard français en général sur ce type d’offre25.

  • 26 Hormis certaines associations d’usagers de grands et prestigieux établissements, ces regroupements (...)

16Les deux illustrations qui précèdent portent sur le manque de place entre les murs des établissements (« faire pour ») ; le défaut d’intégration des publics au fonctionnement même des bibliothèques est toutefois encore plus révélateur de la difficulté à « placer les usagers au centre » (« faire avec »). Deux phénomènes parmi de nombreux autres témoignent de cet état de fait : d’une part le faible nombre d’associations d’usagers associées à la vie des établissements, ainsi que le peu d’influence dont disposent ces associations quand elles existent en France26 et, d’autre part, l’ensemble des procédures ou instances qui permettent d’orienter l’activité des bibliothèques en fonction des avis et attentes des populations (comités d’acquisition intégrant des usagers et dispositifs de liaison tels que les cahiers de suggestions ou cahier des lecteurs).

  • 27 Chourrot Olivier, Messages de lecteurs. Le cahier de suggestions en bibliothèque, Bulletin des bib (...)

17C’est à l’aide de ce tout dernier exemple que je reviendrai brièvement ici sur le paradoxe qui consiste parfois à « donner la parole pour faire taire ». Olivier Chourrot, dans l’enquête qu’il a consacrée aux messages de lecteurs consignés dans les cahiers mis à la disposition de ceux-ci, a montré ainsi que ces outils de gestion des relations usagers/institutions avaient parfois pour fonction d’apaiser d’éventuels conflits naissants : « L’écrit participe des nombreuses tactiques d’évitement qui rendent supportable la relation de service ; telle demande, non traitable par l’agent, est aiguillée vers le cahier ; tel usager, perçu comme particulièrement agressif, est invité à s’exprimer par écrit, etc. D’une certaine façon, le cahier apparaît comme le régulateur des rapports lecteur/bibliothécaire, dernier recours pour éviter à l’un des protagonistes de « perdre la face »27. On est loin alors d’une tentative d’inscription effective des publics au cœur de l’activité et du fonctionnement de l’établissement, puisque les réflexions ou suggestions consignées par les usagers (plaintes, suggestions d’achat, etc.) apparaissent, ainsi que l’écrit Olivier Chourrot, comme « le régulateur nécessaire de la relation de service, dont il apaise les tensions et assume en lieu et place des acteurs, les contradictions ». « En lieu et place des acteurs » : le constat est sévère ; il est légitime également de se demander si les enquêtes de publics, notamment les enquêtes de satisfaction qui ont tendance à se développer sur le terrain des bibliothèques, n’ont pas pour objectif dans certains cas, de canaliser elles aussi une parole que l’on ne souhaite pas véritablement prendre en compte.

CONCLUSION : SE DÉCENTRER SANS PERDRE LE NORD

18Plusieurs indices semblent donc montrer que les professionnels des bibliothèques occupent encore une place centrale dans ces établissements, (alors qu’une grande partie des discours institutionnels entend aujourd’hui réserver cette même place aux usagers). La distance avec l’usager semble par ailleurs constitutive du modèle français. Que peut-on faire de ces constats si on les partage ? Le fait de montrer, par exemple, qu’il subsiste aujourd’hui des formes d’influence qui relèvent du passé des institutions et des groupes sociaux et qui orientent les valeurs et les comportements des bibliothécaires n’a pas pour objectif de stigmatiser ces derniers en leur accolant une étiquette injuste de réactionnaires. Ce type d’analyse, en revanche, devrait pouvoir servir à l’amorce d’un décentrement qui pourrait permettre de mieux contrôler et tenir à distance tout ce qui est susceptible de venir contredire les discours émancipateurs concernant les publics.

19Le décentrement auquel je fais allusion ne veut toutefois pas dire, comme on l’entend parfois, qu’il suffit de passer d’une politique de l’offre à une logique de la demande pour trouver le bon positionnement à l’égard des publics. Il n’est pas question de perdre le nord (en rejetant notamment toutes les valeurs constitutives de la profession), ce qui pourrait tout bonnement conduire à dériver dangereusement hors de tout axe. Il n’y a pas, en matière de bibliothèque publique, d’un côté une politique de l’offre et de l’autre une logique de la demande, mais, nécessairement à la base, une offre culturelle donnée construite avec raison et discernement, qui intègre plus ou moins, et plus ou moins bien, la demande contemporaine : tout est donc affaire de degré et de projet. Le décentrement auquel je fais allusion, enfin, devrait également permettre de sortir la bibliothèque de son isolement relatif. Le projet de bibliothèque publique contemporaine s’est en effet construit, comme j’ai essayé de le montrer brièvement, avec des principes sécessionnistes, notamment lorsqu’il s’est agi de fonder la bibliothèque hors de la sphère économique marchande. Ce positionnement tout à fait justifié est peut-être la source d’un trop grand isolement aujourd’hui et peut-être d’un manque de visibilité et de clarté, surtout quand l’ambiguïté de certains discours institutionnels vient s’ajouter à des pratiques particulièrement bibliothécocentrées.

Notes

1 Ce texte prend appui sur une séance du séminaire « Jalons pour une histoire des bibliothèques au XXe siècle », intitulée « La place des publics », tenue à l’enssib le 23 mars 2007. Je remercie Romuald Ripon, chargé de mission à la délégation à la stratégie à la Bibliothèque nationale de France, Marion Lhuillier, responsable de la Bibliothèque municipale internationale de Grenoble et Dominique Arot, directeur de la Bibliothèque municipale de Lille et président de l’Association des bibliothécaires de France, qui sont intervenus en ma compagnie au cours de cette séance. Leurs contributions et les discussions qui ont suivies avec les participants au séminaire ont considérablement alimenté ma réflexion.

2 On peut « réserver » une place aux usagers lors de la préfiguration d’un établissement culturel, et on peut leur « accorder » une place, après coup : en acceptant, par exemple, d’héberger à sa demande un club de lecture dans une bibliothèque.

3 Eidelman Jacqueline, Roustan Mélanie, Goldstein Bernadette (dir.), La place des publics. De l’usage des études et recherche par les musées, La Documentation française, 2007 (collection Musées-Mondes).

4 L’accumulation de données concernant les limites de l’autonomie des usagers, les difficultés d’orientation dans les espaces et l’offre de collection ainsi que les problèmes d’image des bibliothèques parmi la population n’ont semble t-il pas encore modifié en profondeur les pratiques professionnelles dans l’ensemble.

5 Becker Howard, Les mondes de l’art, Flammarion, 1988.

6 Tacheau Olivier, Bibliothèque publique et multiculturalisme aux États-Unis. Jalons pour repenser la situation française. Mémoire d’étude du diplôme de conservateur des bibliothèques : école nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques : 1997. Evans Christophe, « Les « lieux rayonnants dans les romans policiers ». Occurrences et comparaisons internationales », in André Marie-Odile, Ducas Sylvie, Écrire la bibliothèque aujourd’hui, Éditions du Cercle de la Librairie, 2007.

7 Dans son analyse portant sur la période post-révolutionnaire en France, Anne Kupiec note : « L’instauration de la république a su créer la notion de citoyen, mais sans pour autant donner naissance à un modèle inversé de relations entre bibliothèques et publics ». Kupiec Anne, L’usager, le consommateur et le citoyen, in Le musée et la bibliothèque, vrais parents ou faux amis ? Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1996 (Études et recherche).

8 C’est en partie la thèse que défend Claude Poissenot quand il formule l’hypothèse que les bibliothécaires en France « se définissent autant comme au service de la culture qu’à celui des usagers ». Poissenot Claude, « Les bibliothécaires face à la sécularisation de la culture » in Bertrand Calenge (dir.), Bibliothécaire, quel métier ? Éditions du Cercle de la Librairie, 2004.

9 Goody Jack, La raison graphique, Minuit, 1979. Chartier Roger, L’ordre des livres, Alinéa, 1992. Cet ordre culturel se transforme évidemment avec le temps, mais les changements sont malgré tout plus lents qu’on ne le pense : le rejet quasi épidermique du livre électronique en France par certaines professions liées à la culture et aux industries culturelles en est une illustration.

10 Parmi les impensés concernant la question des publics des bibliothèques, on peut rappeler les distinctions implicites qui permettent, dans certaines institutions, de faire un tri entre les « bons » publics (ou publics légitimes), et les « mauvais » publics ; ce qui revient à « placer » les uns dans la bonne catégorie et déclasser les autres. Voir Bertrand Anne-Marie, Le peuple, le non-public et le bon public : les publics des bibliothèques et leurs représentations chez les bibliothécaires, in Donnat Olivier et Tolila Paul (dir.), Le(s) public(s) de la culture, Presses de Sciences Po, 2003.

11 Sur le sujet, voir Balley Noëlle, Le bibliotécais sans peine. Petit manuel de conversation courante à l’usage des visiteurs pressés, Bulletin des bibliothèques de France, t. 52, n° 3, 2007. Significativement, dans son petit dictionnaire français courant/bibliothécais, Noëlle Balley propose le mot « lecteur » pour le langage courant et « usager » pour la langue des bibliothécaires…

12 Kupiec Anne, L’usager, le consommateur et le citoyen, op. cit.

13 Durand Jean-Pierre, Peyrière Monique et Sebag Joyce, Centre Pierre Naville, Université d’Évry Val d’Essonne, Bibliothécaires en prospective, Rapport de recherche pour le compte du ministère de la Culture et de la communication, mars 2004.

14 Weller Jean-Marc, L’état au guichet : sociologie cognitive du travail et modernisation administrative des services publics, Desclée de Brouwer, 1999.

15 « Apprécier ce que font les bureaux… Se demander ce qu’ils produisent pour apprécier leur capacité, ou leur incapacité, à faire de cette place « centrale » dévolue aux usagers une fiction, et non pas un mensonge. » Weller Jean-Marc, Usagers, comme ils disent, entretien réalisé par Stany Grelet, Vacarme, 12, printemps 2000.

16 Sur l'aspect culturel des interactions de face à face et la théâtralisation de la vie quotidienne, je renvoie aux travaux d'Erving Goffman, notamment La mise en scène de la vie quotidienne, tome 1 et 2 édités chez Minuit en 1973.

17 « La culture du guichet » à la française et le rejet populaire bien ancré dans ce pays de la bureaucratie et des bureaucrates me conduisent pour ma part à proposer une « débureaucratisation » de l’image des bibliothèques en plus d’une déscolarisation de cette même image, pour en modifier la perception parmi la population (non pas un abandon de toutes les procédures administratives et réglementaires ou un divorce avec l’école et les activités scolaires et para-scolaires, mais bien un changement en terme d’image).

18 Crozier Michel, Le phénomène bureaucratique, Éditions du Seuil, 1963. Voir notamment les chapitres : « Le phénomène bureaucratique comme phénomène culturel français » et « L'importance des traits bureaucratiques dans le système social français ».

19 C’est ce que tentent d’éviter, avec plus ou moins de réussite, les établissements qui instaurent le side by side en bureau d’accueil (personnel et usagers installés côte à côte), plutôt que le face to face, jusqu’à supprimer dans certains cas les bureaux de renseignements, remplacés par des postes beaucoup plus légers afin de rétablir l’équilibre entre les personnes et favoriser la communication horizontale.

20 C’est-à-dire une tradition qui tente de faire coexister « démocratie culturelle » (participer au développement et à la reconnaissance de toutes les pratiques culturelles) et « démocratisation de la culture » (vouloir faire accéder le plus grand nombre aux meilleures œuvres). Voir Poulain Martine, « Table ronde : bibliothèque et démocratisation culturelle » in Les 25 ans de la Bpi. Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003.

21 À la différence du monde anglo-saxon beaucoup plus pragmatique, où l’on enseigne notamment les techniques de reference interview, soit « l’entretien de référence » qui vise à accueillir de manière positive les usagers et qui a pour principe de les aider à formuler et reformuler efficacement leurs demandes sans les malmener.

22 Barbaras Simone, Notre ennemi, le client, First, 1995.

23 On peut s'interroger ainsi sur le principe qui consiste à faire payer des tarifs d'abonnements parfois prohibitifs à ceux qui ne résident pas dans la commune siège de la bibliothèque.

24 Une enquête récente portant sur 1 000 jeunes interviewés à Choisy-le-Roi (fréquentants et non fréquentants) montre ainsi que 75 % d’entre eux se prononcent en faveur d’une section adolescents ; une autre réalisée dans le Val d’Oise auprès de 650 jeunes de 11 à 20 ans, interrogés cette fois en bibliothèque, voit ce pourcentage s’élever à 82 %. Voir Bourdaud Anne, Adolescents, livres et bibliothèque : une enquête, BIBLIOthèques(s), n° 29, octobre 2006 ; Paulmin Anne-Sophie, Qui sont les jeunes du Val d’Oise ? Les adolescents en bibliothèques : une enquête en Val d’Oise, in Adolescents et bibliothèques : Je t’aime, moi non plus, Actes du colloque organisé par le conseil général du Val d’Oise et l’association Cible 95 le 20 octobre 2005.

25 Les débats récurrents sur le sujet parmi la profession montrent que la crainte du communautarisme vient à la fois compliquer la réflexion et contribue parfois à légitimer le manque d’initiative sur le sujet.

26 Hormis certaines associations d’usagers de grands et prestigieux établissements, ces regroupements sont effectivement assez rares en France et particulièrement sous-étudiés. Leur rareté est sans doute le résultat d’un manque d’initiative individuelle et collective, conjuguée à un manque de soutien institutionnel qu’il serait intéressant d’étudier.

27 Chourrot Olivier, Messages de lecteurs. Le cahier de suggestions en bibliothèque, Bulletin des bibliothèques de France, 1997, t. 42, n° 4.

© Presses de l’enssib, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access