Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quel modèle de bibliothèque ?

 | 
Anne-Marie Bertrand
, 
Émilie Bettega
, 
Catherine Clément
, 
et al.

L’essoufflement du modèle : symptômes et causes

Catherine Clément

Texte intégral

  • 1 Cambrai voit se créer en 1975 la première médiathèque française.
  • 2 Nous renvoyons ici à l’analyse du Discours des bibliothécaires faite par Anne-Marie Chartier et Jea (...)
  • 3 Bertrand Anne-Marie. La médiathèque questionnée. Bulletin des bibliothèques de France, 1994, t. 39, (...)

1À la fin des années 1960, après des années de « misère », la lecture publique décolle enfin en France. On parle bientôt d’une véritable mutation et d’un nouveau modèle de bibliothèque spécifique au contexte français. Un modèle qui va se traduire par un terme résolument novateur : la médiathèque1 mais qui est en fait l’aboutissement du concept de bibliothèque publique à la française que défendent les bibliothécaires depuis le début du siècle2. Un modèle qui « s’appuie sur des présupposés politiques qui se traduisent en propositions techniques »3 car la médiathèque publique se veut être une bibliothèque pour tous et doit pour cela être attractive et donc moderne. La démocratisation et la modernisation sont ainsi les bases fondatrices du modèle. Elles s’incarnent concrètement dans le libre accès et le prêt à domicile, l’unicité des espaces qui doivent par ailleurs être vastes et conviviaux, des collections abondantes et multi-supports, la médiation de professionnels et le développement de l’action culturelle. Enfin, le modèle de la médiathèque suppose une ouverture aux publics et à la demande.

  • 4 L’expression est de Pascal Ory.

2Les résultats sont presque immédiats. Les médiathèques attirent de nouveaux publics, plus nombreux, plus jeunes tant pour l’emprunt que pour le travail sur place ou pour assister à des animations, si bien que l’on parle d’une véritable success-story4. Pourtant, dès 1998, le taux d’inscrits dans la population desservie stagne, plafonnant à 18,4 % pour redescendre en 2000 à 17,7 %, puis à 17,4 % en 2004, tandis que les prêts entrent dans une phase de régression globale, ce qui ne peut qu’interroger un modèle caractérisé par sa fonction de prêt.

3Parallèlement, au sein de la profession, les critiques se multiplient, souvent de manière contradictoire. À ceux qui comparent la médiathèque à un « temple élevé à la consommation » s’opposent ceux qui la jugent trop prescriptive, les défenseurs de la primauté du livre s’affrontent aux tenants de l’Internet et du numérique. Le terme même de médiathèque est peu à peu abandonné au profit de la « traditionnelle » bibliothèque tandis que la profession brandit de nouveaux modèles tels la bibliothèque hybride. Autant de signes qui montrent que le modèle a perdu de son pouvoir d’entraînement et de sa capacité à entraîner l’adhésion.

  • 5 Bertrand Anne-Marie. La médiathèque questionnée, op. cit.
  • 6 La pratique de la lecture ne s’est elle-même pas plus démocratisée et tend en outre à régresser mal (...)

4Mais surtout la bibliothèque publique semble pêcher par là où elle a cherché à s’imposer, et l’idéal de démocratisation qui en est le pilier est battu en brèche. « Le taux de pénétration en bibliothèque pour les ouvriers […] est moins bon que pour le cinéma et le spectacle vivant, ce qui montre que pour les catégories populaires, l’accès à la bibliothèque municipale n’est pas plus évident que l’accès au musée. »5 La hausse des inscrits s’est surtout faite au bénéfice des classes moyennes et aisées et de ceux qui ont un bagage culturel acquis ou conforté par les études6, même si la fréquentation non inscrite semble plus démocratique.

  • 7 Maresca Bruno, Evans Christophe, Gaudet Françoise. Les bibliothèques municipales en France après le (...)
  • 8 On soulignera tout le paradoxe de ce manque de remise en question et d’évolution pour un modèle fon (...)

5Pourtant, l’image de la bibliothèque s’est nettement améliorée et l’impact positif du modèle de la médiathèque a largement effacé la traditionnelle image du « cimetière de livres ». L’utilité sociale de la bibliothèque est globalement reconnue, y compris par ceux qui ne la fréquentent pas. Pour autant également, « les bibliothèques n’apparaissent pas forcément comme des lieux attractifs, et nombreux sont ceux qui les croient surtout destinées aux jeunes. L’image des bibliothèques oscille entre la représentation d’un lieu à l’ambiance sévère dévolu aux activités studieuses et celle d’un centre culturel ouvert au plus grand nombre […] »7. Écartelée entre éducation et culture, la médiathèque peine à trouver sa propre définition et sa propre justification, donc sa légitimité, et ce d’autant plus que les contours du modèle ont été posés il y a maintenant quarante ans et jamais remis en question depuis, alors que l’environnement dans lequel il s’inscrit est marqué par d’importantes évolutions sociales, technologiques, économiques et culturelles8.

  • 9 Rouet François. La grande mutation des bibliothèques municipales : modernisation et nouveaux modèle (...)

6Certes, ce modèle est surtout un idéal type, « certains semblent l’incarner plus complètement à un moment donné, d’autres n’ont adopté qu’une partie de ses éléments constitutifs, tandis que de multiples variations peuvent exister d’un équipement à l’autre. »9

7Parler de son essoufflement et tenter d’en établir les causes pourraient donc sembler paradoxal au vu de la diversité des situations réelles. Pour autant, le panorama rapidement esquissé ici pousse à interroger le modèle lui-même, tant dans sa dimension technique que politique, car ce sont les ambiguïtés, les contradictions internes qui le caractérisent qui permettent aujourd’hui d’avancer l’idée que le modèle est à bout de souffle.

DU POLYMORPHISME DE LA MÉDIATHÈQUE

  • 10 Bertrand Anne-Marie. Les bibliothèques municipales : enjeux culturels, sociaux, politiques. Édition (...)

8« Les bibliothèques municipales sont héritières de deux systèmes de lecture, deux identités, deux institutions : la bibliothèque savante et la bibliothèque populaire. Le modèle de la bibliothèque publique conçu et adopté à partir des années 1960 réconcilie ces deux modèles antagonistes en les dissolvant dans un nouveau modèle […]. La bibliothèque publique d’aujourd’hui assume à la fois le rôle éducatif et patrimonial de la bibliothèque savante mais aussi le rôle d’ouverture de la bibliothèque populaire. »10 Au-delà de la dimension technique du modèle, c’est bien cette volonté de « tout faire pour tous les publics » qui caractérise la bibliothèque publique française. Cette volonté d’englobement de tous les publics parachève le modèle de la bibliothèque publique esquissé par les pionniers de la Libération et ouvre sans doute la voie à la diversification des supports et des missions. La médiathèque à la française est ainsi un objet polymorphe aux contours à la fois indécis et implicites. De là, une certaine ambiguïté des objectifs auxquels chacun donne le sens qu’il souhaite, de là également, la fragilité de l’équilibre sans cesse remis en question entre les différentes fonctions de la bibliothèque publique, à la fois lieu d’éducation, de formation, d’information et de culture.

Les ambiguïtés de l’action culturelle

  • 11 Bernard Huchet critique notamment l’exposition, l’une des animations les plus répandues en biblioth (...)
  • 12 Claude-Anne Parmegiani citée par Bertrand Calenge. Accueillir, orienter, informer : l’organisation (...)

9L’action culturelle est une spécificité du modèle de la médiathèque française et l’une de ses caractéristiques les plus vantées, tant en France qu’à l’étranger. Mais érigée comme un principe par le modèle, elle est aussi devenue une évidence, voire une doxa rarement interrogée ni sur la forme, ni sur le fond. Les formes en sont multiples, et pas toujours nécessairement adaptées11. Loin de viser un objectif unique, l’action culturelle répond à une conjonction de buts divers plus ou moins ambigus, plus ou moins avoués. Promotion des collections, démocratisation culturelle, promotion de la bibliothèque comme lieu de vie et de sociabilité ou promotion médiatique pour l’équipement et pour la ville se conjuguent et contribuent sans doute au manque de clarté de la politique d’action culturelle de la médiathèque. Généralement, ce sont plutôt la promotion culturelle et l’intégration sociale qui sont mises en avant, la dimension marketing des animations étant négligée voire occultée par la profession. Ainsi, pour beaucoup, « l’animation a toujours eu une fonction d’intégration sociale. […] Les activités permettent alors de canaliser un public difficile, étape nécessaire avant d’arriver à la lecture. »12

10Or, l’impact des animations dans la promotion culturelle et la démocratisation est loin d’être prouvé. Il semble plutôt que ce soit toujours le même type de public qui les fréquente. En outre, l’articulation revendiquée entre la politique d’action culturelle et les collections est souvent théorique, et l’effet tout aussi aléatoire. Ainsi, dans un contexte financier plutôt morose, l’action culturelle mobilise des moyens importants, alors que son impact sur le public est difficilement mesurable et que sa légitimité en tant que lieu d’animation est parfois contestée et sans doute contestable. La concurrence dans l’offre d’actions culturelles s’est considérablement développée ces dernières années, tant de la part du secteur privé que du secteur public et associatif. Ne convient-il pas alors de revoir les conditions et les enjeux d’une politique d’action culturelle à l’aune du territoire dans lequel s’inscrit la bibliothèque ? Dans un contexte riche en équipements municipaux notamment, la médiathèque ne doit-elle pas se poser la question des limites d’une politique d’action culturelle reposant essentiellement sur la programmation événementielle ?

  • 13 Cité in Chartier Anne-Marie et Hébrard Jean. Discours sur la lecture, op. cit.

11Car il nous semble que l’action culturelle en bibliothèque a finalement tendance à se résumer, en particulier pour les élus, à la visibilité de l’événement culturel. Le rapport Vandevoorde soulignait que : « l’espace culturel que privilégie [le ministère de la Culture] étant celui de l’événement, il est donc moins à même d’insérer dans ses priorités politiques, à l’intérieur d’un budget faible, ce qui relève de la pratique culturelle individuelle quotidienne, de la vie d’institutions moyennes réparties sur l’ensemble du territoire, de l’innovation sans projecteurs ».13 Nous faisons l’hypothèse que le développement de l’action culturelle a en fait permis à la bibliothèque publique de s’inscrire dans le cadre des politiques culturelles telles qu’elles ont été portées au niveau de l’État puis des collectivités territoriales. En développant une programmation de manifestations et d’animations, la médiathèque a su créer l’événement. Elle est aussi entrée dans une démarche de promotion médiatique qui a fait écho aux attentes des élus locaux en recherche de valorisation. Dès lors, elle a pu trouver une légitimité et une place au sein des politiques culturelles locales.

12Mais privilégiant la logique événementielle, l’action culturelle conduit parfois à une double dérive. La dispersion d’une part, en multipliant les animations sans prendre le temps de les penser en fonction des spécificités d’un contexte local et par rapport au projet de la bibliothèque. La focalisation sur l’événement d’autre part, consommateur d’énergie, d’argent aux dépens parfois d’actions certes moins visibles mais peut-être plus efficaces à l’égard des publics que la médiathèque ne parvient toujours pas à toucher. Il nous semble donc que, si la médiathèque veut mieux répondre à la mission culturelle et de démocratisation qu’elle s’est fixée, la question de l’articulation des événements et des actions menés à plus long terme, du visible et de l’invisible, du temps long et de l’événementiel doit être reposée pour redonner à l’action culturelle toute sa profondeur et tout son sens. Mais tout en revendiquant son inscription dans le champ de la culture, la médiathèque, de manière paradoxale voire souvent contradictoire, cherche également à jouer un rôle dans le domaine de la formation et de l’éducation.

La médiathèque : entre culture et éducation

  • 14 Les bibliothèques en France : rapport au premier ministre, sous la direction de Pierre Vandevoorde. (...)
  • 15 Selon la formule chère à Eugène Morel.

13Depuis l’origine même du mouvement en faveur de la bibliothèque publique, ce balancement, cette hésitation même, a toujours présidé aux débats. Ainsi, si le rapport Vandevoorde soulignait que « c’était une idée judicieuse que de confier en 1976 la responsabilité de la politique de lecture publique au ministère de la Culture : ainsi la bibliothèque ne serait-elle plus raisonnée dans le système éducatif scolaire mais dans le système culturel »14, pour les pionniers de la lecture publique, la bibliothèque était l’outil essentiel d’une acculturation au progrès plus que de diffusion d’un patrimoine culturel écrit. De même, à sa création, la Section des petites et moyennes bibliothèques de l’ABF met en avant le « rôle éducatif important » des bibliothèques qui la composent. Mais il ne s’agissait pas, dans l’esprit des premiers promoteurs de la bibliothèque publique, d’une culture scolaire traditionnelle mais bien plutôt d’éducation permanente et d’autodidaxie, de la seule éducation valable : « celle que l’on se donne à soi-même »15. On retrouve ainsi en filigrane l’héritage de la bibliothèque populaire qui distingue éducation et instruction scolaire.

  • 16 À travers les bibliothèques scolaires de la troisième République et les dépôts de livres dans les c (...)
  • 17 Bricout Bernadette, Bulletin de l’ABF, 1979, n° 103, citée in Chartier Anne-Marie et Hébrard Jean. (...)
  • 18 Bulletin de l’ABF, 1972, n° 77, cité in Chartier Anne-Marie et Hébrard Jean. Discours sur la lectur (...)

14Comme l’ont très bien montré Anne-Marie Chartier et Jean Hébrard, la revendication du rôle éducatif de la bibliothèque publique s’accompagne toujours du rejet de la dimension pédagogique et scolaire. L’opposition au maître d’école parcourt tous les discours des bibliothécaires, car l’identité professionnelle du bibliothécaire s’est construite par opposition à celle des instituteurs, premiers acteurs d’une politique publique de la lecture16. Or, au début des années 1970, alors que le modèle de la médiathèque se parachève, émergent les premiers discours sur la crise de la lecture. Les militants de la lecture publique revendiquent alors un rôle de premier plan pour la bibliothèque, et la bibliothèque publique fait alliance avec l’école, tout en défendant un modèle de lecture qui critique plus ou moins implicitement le « devoir de lecture »17. Lieu de lecture plaisir, la médiathèque se retrouve prise au piège de ses propres contradictions. Elle cherche à concurrencer l’école dans l’accès à la lecture mais se retrouve, de fait, partenaire et relais de l’école dans la bataille engagée : « les organisations ont décidé d’unir leurs efforts dans une recherche et une action concertée sur deux plans : le plan culturel, celui de l’accès de tous (des masses) aux livres, celui du développement de la lecture chez ceux qui ne lisent pas ; le plan pédagogique, qui conditionne le précédent. »18

  • 19 Blanc-Montmayeur Martine. Le rôle social de la bibliothèque : quelles significations ? in Regards c (...)

15Se donnant pour objectif le développement de la lecture, la médiathèque entérine ainsi sa participation à l’apprentissage de la lecture et plus généralement son rôle dans l’accompagnement scolaire. Dans les années 1980, la découverte de l’illettrisme ne va faire qu’accentuer ce mouvement de bascule dans l’univers scolaire. La bibliothèque pour enfants notamment est obligée de « transformer une partie de ses collections […] en collections beaucoup plus scolaires, de multiplier l’accueil des classes, non plus uniquement pour leur donner le goût de lire, mais pour les aider à l’utilisation d’ouvrages documentaires, pour apprendre la lecture des index, pour apprendre à se servir d’une encyclopédie […] »19.

  • 20 Pascal Ory, dans son introduction à Bertrand Anne-Marie, Les villes et leurs bibliothèques : légiti (...)

16Certes, la pression populaire et politique est réelle. Mais c’est le modèle lui-même qui a affirmé dès l’origine une mission éducative ambiguë et qui a posé, dans les années 1970, le principe d’un rapprochement avec l’école. Dans la quête d’une légitimité politique, l’insistance sur le rôle éducatif et le rattachement à l’univers de l’école a, de fait, beaucoup contribué à l’adhésion des élus au modèle de la bibliothèque publique. Car « les élus, de droite comme de gauche […] ont toujours accordé une grande importance aux enjeux scolaires, lieux d’une vraie responsabilité communale »20 et pour eux la bibliothèque publique est à la frontière des « affaires culturelles » et des « affaires scolaires ». Loin d’être un partenaire naturel, l’école est ainsi devenue un partenaire incontournable voire obligé, le public captif privilégié de la médiathèque. Bien que dévorateur de temps, d’espace, d’énergie, source de bien des tensions entre enseignants et bibliothécaires, ce partenariat n’est jamais remis en cause puisqu’il fonde partiellement la légitimité de la médiathèque.

  • 21 Maresca Bruno, Evans Christophe, Gaudet Françoise. Les bibliothèques municipales en France après le (...)
  • 22 Ibid.

17Reste que « les jeunes qui fréquentent les bibliothèques de leur commune, poussés par leurs études, n’y reviendront pas forcément par la suite »21. Ainsi, « il apparaît une corrélation assez nette entre le taux de scolarisation et la fréquentation des établissements municipaux [et] la décrue du nombre de jeunes scolarisés paraît entraîner, mécaniquement, une baisse de fréquentation dans les bibliothèques municipales »22.

18Comme pour toute pratique culturelle, ce n’est pas l’école qui est le moyen de l’acquisition d’une pratique de la bibliothèque, mais bien la famille. Trop assimilée à un usage scolaire, la médiathèque est ainsi souvent abandonnée dès que la contrainte des études cesse, pour n’y revenir éventuellement que lorsque, devenu parent, on accompagne ses enfants, notamment pour des travaux scolaires. Sans remettre en cause le bien fondé de la mission éducative de la médiathèque, soulignons toutefois qu’elle se révèle paradoxale, voire contradictoire, avec la volonté affichée par le modèle de démocratiser et donc de développer à long terme la fréquentation de la bibliothèque. Toutefois, la bibliothèque peut retrouver un sens dans le cadre d’un processus de formation, et nombreuses sont les bibliothèques qui cherchent à soutenir la formation tout au long de la vie. Mais s’engager plus avant dans cet accompagnement remet en question la pédagogie libertaire jusqu’ici défendue par la bibliothèque.

  • 23 Dans cette logique, l’information literacy ne trouve que difficilement sa place dans la bibliothèqu (...)

19La bibliothèque publique française se veut un lieu d’accès libre à l’information et aux savoirs, respectant en cela la vocation citoyenne de la bibliothèque républicaine dans laquelle l’apprentissage de l’autonomie est indispensable pour tout citoyen acteur de la démocratie, et où le modèle présupposé de l’usager est celui de l’autodidacte23. Mais l’autonomie revendiquée du lecteur est un argument bien ambigu quand on songe à l’écart qui existe entre une grande part de la population et l’univers de la bibliothèque, ses codes comportementaux, son organisation. De même, l’usager est souvent laissé seul, sans assistance face aux outils proposés par la médiathèque. Or, c’est un paradoxe que de vouloir proposer Internet à tous pour lutter contre la fracture numérique, sans proposer d’accompagnement ni de formation. Ce qui prédestine l’usage d’Internet en bibliothèque à ceux qui en ont déjà la maîtrise et ne fait qu’entériner la fameuse fracture. La bibliothèque publique, si elle veut assumer un véritable rôle en matière d’éducation, de formation et d’information, peut-elle encore refuser la dimension pédagogique qui l’accompagne ? Ce qui revient à renvoyer le bibliothécaire à un rôle pédagogique qu’il a jusque-là toujours rejeté, pour revendiquer un rôle plus culturel, voire même un rôle social pourtant lourd lui aussi de bien des ambiguïtés.

Fonction sociale, utilité sociale ou légitimité sociale ?

20Première ambiguïté, qui conditionne toutes les autres : qu’entend-on par « rôle social de la médiathèque » ? La médiathèque est avant tout un service public culturel mais, dans les années 1980, la crise économique, les inquiétudes devant l’illettrisme, la volonté de toucher les publics les plus éloignés du livre et de la lecture ont contribué à faire émerger la revendication d’un rôle social pour la bibliothèque. Alors que les bibliothèques publiques anglosaxonnes ou scandinaves se conçoivent comme des points d’accès à l’information pour l’ensemble des membres du corps social, le modèle français, cherchant à renforcer sa légitimité sociale et politique, s’assigne un rôle d’intégration par la culture, superposant et confondant fonction culturelle et fonction sociale de la bibliothèque. De fait, la bibliothèque publique française n’est pas le lieu de réponse à des besoins, encore moins des besoins sociaux qu’elle rejette à la marge tout comme elle intègre difficilement les usages sociaux (informatifs et éducatifs) de la lecture. On est très loin d’un équipement intégré dans un tissu de services utiles à la communauté, très loin d’une utilité et d’un usage social de la médiathèque. Bien que la bibliothèque soit un lieu d’accès à l’information, elle se situe plutôt du côté du savoir que de l’information, notamment pratique.

  • 24 Le débat autour des services de réponse en ligne, et le choix majoritaire de proposer les référence (...)

21La bibliothèque publique française répond en fait surtout à des besoins de documentation et d’information bibliographique des publics qui sont dans une logique scolaire ou de formation, et qui sont amenés dans ce cadre à utiliser le livre. Elle laisse relativement à l’écart ceux qui ont un faible bagage culturel, mais également ceux dont les besoins relèvent davantage d’une lecture rapide et utilitaire et ceux qui ont des besoins d’information ponctuels en dehors de leur champ de compétences. Dans une société dite de « l’information », les besoins des publics, et notamment des actifs, sont aussi ceux d’un accès rapide et facilité à des connaissances. Un rôle de « courtier en information » que le modèle de la médiathèque a, jusqu’à présent, plutôt négligé24.

  • 25 Chartier Anne-Marie et Hébrard Jean. Discours sur la lecture, op. cit.
  • 26 Ibid.
  • 27 Le « peuple » a été remplacé par la notion plus indifférenciée de « publics ».

22Le modèle de la médiathèque est donc un objet multiple et polymorphe, ce qui en fait sans doute sa richesse, mais toutes les missions revendiquées ne trouvent pas réellement leur légitimité ni leur sens dans le modèle, et leur superposition n’est pas sans contradiction. Sans doute, la bibliothèque publique française « née du rapprochement improbable de deux traditions étrangères l’une à l’autre, continue d’être travaillée par le mythe de la conciliation des contraires […] »25. Cette multiplication des missions répondait à un idéal généreux de démocratisation et de réunion de « l’élite » et du « peuple ». Fondamentalement, avec la médiathèque, « le projet de bibliothèque publique a cessé d’être populaire », il n’est pas pour autant devenu démocratique. Considérant qu’« avec le développement de l’enseignement, la notion de l’existence de deux publics différents, “élite” et “peuple”, tend de plus en plus à disparaître »26, les défenseurs de la bibliothèque publique ont certes permis de dépasser le cadre du militantisme paternaliste, mais en occultant sans doute les besoins spécifiques des publics les plus éloignés27. La médiathèque, unique et polymorphe, reste ainsi encore le lieu d’une élite culturelle et sociale. Dès lors, peuton continuer à considérer que « si le public est multiple, la bibliothèque est une et doit apparaître comme telle » ? Ce mythe de la bibliothèque unique, au cœur du modèle architectural de la médiathèque, nous semble devoir être questionné dans un modèle qui se définit essentiellement par ses caractéristiques techniques et en premier lieu par le poids accordé à l’équipement.

LA MÉDIATHÈQUE : UNE OFFRE D’ÉQUIPEMENT

  • 28 Bertrand Anne-Marie, Les villes et leurs bibliothèques, op. cit.

23Si démocratiser est le maître mot qui fonde la légitimation politique et sociale du modèle, moderniser est l’objectif ultime du modèle dans sa dimension technique. Or, « pour les bibliothèques, “l’effort modernisateur” se traduit […] dans la pierre »28.

Les limites du modèle architectural

  • 29 Grunberg Gérald. Bibliothèques dans la cité : guide technique et règlementaire. Éditions du Moniteu (...)
  • 30 Jolly Claude, cité par Anne-Marie Bertrand. Cris et chuchotements. Bulletin des bibliothèques de Fr (...)
  • 31 Arot Dominique. Construire la bibliothèque : Quel projet ? Bulletin des bibliothèques de France, 20 (...)

24Le modèle architectural moderne est celui de la one-room library dans lequel les services publics de la bibliothèque sont compris comme un espace ouvert, unique et multifonctionnel. Ce décloisonnement, l’ouverture et la transparence des espaces, doivent permettre la circulation à travers l’ensemble des collections, et ainsi réaliser le mythe de la réunion des publics à laquelle le modèle aspire. La médiathèque cherche ainsi à faire cohabiter les différentes classes d’âge, à respecter le silence des uns tout en favorisant les échanges entre les autres, à répondre à des demandes spécifiques tout en veillant à ce qu’elles ne prennent le pas sur l’ensemble du bâtiment29. Mais les réalisations concrètes sont là pour montrer le caractère parfois irréaliste du concept. En outre, cette « bibliothèque utopique affirme l’égalité des citoyens en terme d’offre de lecture et surtout postule l’homogénéité des pratiques de lecture »30. La force unificatrice du modèle a contribué à occulter cette recherche d’une réelle diversification des possibilités d’être dans la médiathèque. La notion de public, même devenue plurielle, reste de fait aussi large que floue, sans que l’on pense à s’interroger sur la réalité des comportements et des usages d’appropriation des uns et des autres. Le modèle a ainsi contribué à figer un parti pris architectural et des « modes de présentation et d’usage des collections qui reprodui [sent] des codes, des usages académiques trop éloignés de la culture du quotidien de ceux auxquels on s’adresse. »31

  • 32 Bertrand Anne-Marie, Les villes et leurs bibliothèques, op. cit.
  • 33 Bertrand Anne-Marie, Les villes et leurs bibliothèques, op. cit.

25De plus, l’impératif de la modernité a conduit « à une perpétuelle fuite en avant – que les concepteurs du modèle de bibliothèque publique étaient bien loin de soupçonner »32. Aujourd’hui, les équipements les plus anciens doivent être repensés car ils sont dépassés techniquement mais aussi en terme d’image. « Des équipements considérés comme satisfaisants, voire pionniers dans les années 1980 apparaissent aujourd’hui vieillis et trop petits. L’ouverture des nouveaux équipements phares […] donne un sérieux coup de vieux à leurs prédécesseurs. »33 Mais cette rénovation n’est pas sans poser de difficultés en termes de gestion des espaces ou de la mise en œuvre de nouvelles normes techniques. Elle a en outre souvent un coût conséquent. Or, les élus adhèrent moins facilement à un projet de rénovation qu’à un projet de construction plus valorisant. Sans oublier que la décision politique et les efforts financiers consentis lors du « passage à la médiathèque » ont été obtenus sur l’argument d’une mutation nécessairement ponctuelle, non sur la nécessité sans cesse renouvelée de la modernisation.

  • 34 Ibid.
  • 35 Cité in Bertrand Anne-Marie, Les villes et leurs bibliothèques, op. cit.
  • 36 Michel Foucault considère la bibliothèque comme une hétérotopie où le temps s’accumule et la biblio (...)

26On peut sans doute critiquer cette quête de la modernité, qui confine parfois à la « néophilie » et au culte du « périssable par essence »34, mais c’était pourtant bien l’objectif du modèle que de dépoussiérer les « cimetières des livres » qu’étaient les bibliothèques françaises, pour en faire des lieux en prise avec leur temps. Assimilant la bibliothèque patrimoniale et la bibliothèque publique de tradition anglo-saxonne, le modèle de la médiathèque a tenté, là aussi sans doute, une impossible conciliation. La modernité a longtemps été décriée par la profession, et Julien Cain écrivait encore en 1964 : « Avec beaucoup de sagesse et un sens aigu de la tradition, l’Administration municipale a résisté à la tentation de construire une bibliothèque dont le modernisme eût peut-être frappé davantage les esprits […]. »35 Certes, à partir des années 1970, le « sens aigu de la tradition » n’est plus loué mais, à travers l’idéal de modernité du modèle, la bibliothèque publique française, héritière de la tradition patrimoniale, reste le lieu de la permanence et de l’immobilité, l’hétérotopie par excellence36.

  • 37 Delaune Anne-Marie. La médiathèque incertaine. Bulletin des bibliothèques de France, 1998, t. 43, n (...)

27Pris dans cette contradiction, le modèle de la médiathèque n’a donc pas vraiment valorisé l’expérimentation. L’idée même de modèle, forcément normatif même s’il s’est concrétisé de manières diverses, a limité les questionnements et l’innovation. Ce risque, Anne-Marie Delaune le pointait déjà en 1991, en soulignant qu’il ne fallait craindre de la médiathèque que « sa normalisation » et appeler les bibliothécaires à « bien se garder de s’y claquemurer » en soulignant que « la médiathèque est ouverte ou n’est pas »37. Or, appliqué comme une recette miracle, le modèle a sans doute conduit, par un pernicieux effet de retour, à oublier que pour moderniser, il faut aussi savoir inventer et donc parfois briser les modèles. D’où le sentiment aujourd’hui d’une perte de souffle et de capacité d’invention, accentuée par le passage d’une logique militante de développement de la lecture publique à une logique de gestion d’équipements.

Le repli sur le béton

  • 38 Bertrand Anne-Marie, Les villes et leurs bibliothèques, op. cit.
  • 39 Arot Dominique. Construire la bibliothèque : quel projet ? op. cit.

28Dans tous les discours, la bibliothèque est, peut-être avant tout, un espace physique, identifié et clos. Dès le début du mouvement de construction, ces nouveaux bâtiments publics ont été importants, tant pour valoriser les nouveaux services préconisés (libre accès, animations, nouveaux supports) que du point de vue de leur attractivité vis-à-vis des publics. Mais les projets de médiathèques des années 1960 et 1970 privilégient une architecture plutôt modeste et l’insertion dans des lieux de vie. À la fin des années 1980, la décentralisation et la montée en charge de l’investissement des villes dans leurs équipements culturels, le besoin des élus de « réalisations tangibles à présenter aux électeurs »38 entraînent une re-sacralisation de la médiathèque devenue emblématique des politiques locales. Dès lors, l’architecture se fait plus prestigieuse et les bâtiments plus monumentaux ; au jeu du potlatch avec les élus, la médiathèque se retrouve prise à son propre piège, la médiatisation ayant parfois pris le pas sur la médiation et l’image sur la fonction. Plus généralement, le projet de la bibliothèque39 et sa dimension politique se sont trouvés finalement occultés par sa dimension technique et médiatique.

  • 40 Même si celui-ci n’est pas nécessairement en centre-ville.
  • 41 Voir le résumé de son enquête sous le titre « Moins de monumental, plus de proximité », in Livres H (...)
  • 42 Maresca Bruno, Evans Christophe, Gaudet Françoise. Les bibliothèques municipales en France après le (...)

29En outre, il nous semble que cette dérive médiatique a fait glisser le modèle vers une centralisation excessive. Le modèle technique de la bibliothèque publique française ne prend pas en compte la question du réseau local ; la revendication de locaux vastes et de collections abondantes a conduit sans aucun doute à privilégier la construction d’une bibliothèque centrale40 aux dépens des besoins de proximité à la fois relationnelle et géographique des publics. Le sociologue Stéphane Wahnich, dans une enquête sur la fréquentation des bibliothèques réalisée en 2005, a ainsi montré que « lorsque de vrais réseaux existent, un échantillon large des populations vient en bibliothèque. »41 L’enquête du CREDOC montre que « le nombre d’établissements dans la commune constitue également un facteur très favorable à la fréquentation : ce sont les communes comptant plusieurs bibliothèques qui ont le taux d’usagers le plus élevé. »42

30Le modèle de la médiathèque a peut-être trop privilégié le nombre de mètres carrés et l’attractivité d’un équipement médiathèque, par rapport à la création de véritables réseaux de lecture publique à l’échelle des territoires. Or, ne faudrait-il pas aujourd’hui, sans renier le besoin de locaux de taille suffisante, sortir la lecture publique du seul enjeu de la grande médiathèque centrale, voire du seul enjeu de la bibliothèque publique ?

Un modèle « bibliocentré » ?

  • 43 Ibid.
  • 44 Centres de protection matérielle et infantile, centres sociaux, locaux collectifs, métro, péniches… (...)
  • 45 Chartier Anne-Marie et Hébrard Jean. Discours sur la lecture, op. cit.

31À la fin des années 1970, surfant sur les discours autour de la crise de la lecture, les militants de la bibliothèque publique ont contribué à légitimer le modèle et à initier le mouvement de modernisation, en défendant l’idée que la hausse de la fréquentation des bibliothèques entraînerait une hausse du lectorat. Pourtant, en juillet 1981, le rapport Pingaud-Barreau Pour une nouvelle politique du livre et de la lecture affirme que « l’effort à faire dépasse de beaucoup la seule bibliothèque, même si elle doit être le point d’ancrage autour duquel tout s’ordonne. »43 Il avance l’idée de la mise en place de « maisons du livre » et de bibliothèques « hors les murs » c’est-à-dire en dehors de la bibliothèque publique, permettant la présence des livres dans des lieux moins « conventionnels », plus « inattendus »44. Mais la concurrence est difficile à admettre alors que l’on se bat pour imposer le développement et la modernisation des bibliothèques. Même si Jean Gattégno soutient qu’il ne faudrait pas que la lecture soit confisquée par les bibliothécaires, les promoteurs de la médiathèque réaffirment que c’est bien « dans la bibliothèque publique qu’est la solution aux problèmes de la lecture publique et de la lecture en général, et non ailleurs ». Les nouveaux territoires de la lecture sont alors peu à peu investis par les bibliothèques, avant tout pour ramener à elles et à leur « accompagnement professionnel » ceux qu’elles ne touchent que par cet intermédiaire45. La force centralisatrice du modèle a donc contribué à ramener à l’intérieur de la médiathèque les enjeux du développement de la lecture et à les confondre avec la question de sa fréquentation.

  • 46 Santantonios Laurence. Les bibliothèques sont-elles à leur place ? Livres Hebdo, n° 604, juin 2005.
  • 47 Prolongeant le concept de la Ruche, le Rapport Livre 2010 recommande pourtant aujourd’hui la créati (...)

32Or, l’impact d’une médiathèque sur son environnement et plus généralement la qualité et l’efficience d’une politique de lecture publique ne se résument-ils qu’à la fréquentation du lieu médiathèque ? Certes, les dépenses engagées pour la création de ces équipements expliquent que l’on pose la question de leur utilisation. Mais une politique de développement de l’offre publique de lecture ne peut être à elle seule un facteur de l’augmentation des pratiques de lecture. Elle ne peut être efficace qu’à la condition de se combiner à d’autres logiques d’entraînement. Dès lors, peut-être faut-il s’interroger sur la trop grande tendance à vouloir faire de la médiathèque un « grand vaisseau de la culture »46 porteur à lui seul des ambitions de la démocratisation de la lecture, cette autonomisation systématique des bâtiments qui, pour ne pas être confondus avec d’autres, évitent le mélange des genres. Ponctuellement rapprochée d’un centre culturel, renforçant ainsi la tradition culturelle des bibliothèques françaises, la médiathèque est en effet généralement peu insérée dans des bâtiments de services administratifs ou sociaux, ce qui l’éloigne des lieux de vie des publics47. Ainsi, les limites du modèle en tant qu’équipement sont nombreuses. Elles ne sont pourtant qu’un élément d’analyse de son essoufflement, un autre étant l’offre de collections.

LA MÉDIATHÈQUE : UNE OFFRE DE COLLECTIONS

Les limites de la modernisation de l’offre

  • 48 Jean Goasguen parle ainsi de « ghetto ou État dans l’État » pour évoquer la coupure entre la discot (...)
  • 49 Bertrand Anne-Marie. Les bibliothèques municipales, op. cit.

33Caractéristique de la médiathèque et clé de son attractivité, la diversification des collections n’a pourtant pas été sans effets pervers, privilégiant le support sur le contenu, jusqu’au développement récent des politiques documentaires. On a ainsi vu se multiplier les « thèques », l’organisation médiathèque devenant le fruit d’un empilement de sections, relativement cloisonnées où les identités professionnelles ont parfois du mal à trouver une dynamique commune48. Le modèle a parfois dérivé vers « un besoin de sauter dans chaque train qui passe »49, certaines tentatives ont été de véritables échecs, privilégiant la diversification de l’offre sur la réflexion quant au sens à donner à ces nouvelles collections, notamment en fonction du contexte local. Orientée dans une logique d’offre et héritière de l’héritage patrimonial de la bibliothèque savante, la bibliothèque publique française se situe essentiellement dans un schéma de production d’un fonds dans lequel « le document, unité patrimoniale auto-suffisante, est considéré comme le produit à communiquer ». Ainsi le modèle de la médiathèque repose sur un « processus de distribution […] conçu pour diffuser un “produit” préexistant au “service”, c’est-à-dire les fonds documentaires constitués par la bibliothèque ». Un processus dont le succès s’évalue au nombre de communications de documents réalisées et qui, dans un souci de démocratisation et pour se démarquer de la bibliothèque savante, prend la forme du prêt à domicile.

  • 50 Ce qu’a confirmé l’enquête du CREDOC puisqu’aux 20,6 % d’inscrits en bibliothèque, il convient d’aj (...)
  • 51 Voir l’analyse faite par Martine Burgos. Les bibliothèques municipales et leurs publics : pratiques (...)

34Dès lors, le critère des prêts devient un indicateur primordial, ce que plusieurs dénoncent à juste titre puisqu’un usager de la bibliothèque n’est pas nécessairement un emprunteur actif, ni même un inscrit50. Dans le même temps, les discours des bibliothécaires à l’égard des non-inscrits restent plutôt ambivalents51, ce qui montre bien le paradoxe d’un modèle où le prêt et l’inscription restent les usages les plus valorisés et dont l’objectif reste avant tout la production-distribution d’une collection. Pourtant dans un environnement où se développe une demande sociale de services, dans un univers d’abondance et de multiplication des concurrences dans l’offre d’information et de biens culturels, la place de la logique de production-distribution est sans doute à repenser. La baisse actuelle des prêts parallèlement à la hausse de la fréquentation non-inscrite semble inciter à aller dans ce sens. Continuer de laisser cette fonction de distribution de la collection être l’objectif principal de l’activité ne peut que mettre le modèle face à ses propres limites, même si « la bibliothèque demeure bien également une institution qui offre des collections au libre choix des publics. »

  • 52 Nicole Robine citée in Bertrand Anne-Marie. Le peuple, le non-public et le bon public : les publics (...)
  • 53 Prod’homme Sandrine. Espaces de lecture et mobilités des usagers et des clients : 6 es journées nor (...)

35Outre le prêt à domicile, l’introduction du libre accès est un élément essentiel de la modernisation et de la démocratisation des bibliothèques afin de favoriser l’autonomie et le libre choix des publics. Pourtant « le libre accès a ceci de pervers qu’il place des personnes peu familières avec le lieu et avec les documents (et leur contenu) dans une situation d’égarement », considérer qu’il n’y a pas à accompagner le lecteur est un leurre ou au mieux un aveuglement. Si les débats autour de l’utilisation de la classification décimale Dewey semblent s’être dissous dans la départementalisation, la médiathèque, dans sa logique de classement, dans l’organisation de ses espaces, dans son agencement même, reste toujours et avant tout un lieu « conçu par des lettrés pour des lettrés »52. Le modèle privilégie en effet dans la mise en espace de ses collections une logique de représentation de l’ordre du monde plus en adéquation avec sa vocation culturelle et éducative, et s’éloigne de la bibliothéconomie empirique fondée sur l’usage de la bibliothèque publique anglo-saxonne. L’enquête de Sandrine Prod’homme53 conduite en 2006 démontre que ce qui est valorisé aujourd’hui par les publics dans leur fréquentation des espaces des bibliothèques, qu’on sache ou pas ce qu’on y cherche, c’est le fait de passer un moment agréable dans des espaces conviviaux, propices aux échanges. La mise en espace des collections devrait donc ainsi plutôt valoriser le butinage et la découverte dans les rayons, tout en permettant aux publics, et notamment les plus éloignés de l’univers de la bibliothèque, de trouver leurs repères dans des collections que le modèle définit comme nécessairement abondantes.

« Trop de biens nuit »

  • 54 Seibel Bernadette, citée in Calenge Bertrand. Accueillir, orienter, informer, op. cit.
  • 55 Ibid.
  • 56 L’expression est de Bertrand Calenge.
  • 57 Ibid.

36Le modèle de la médiathèque postule l’importance et l’efficacité de collections riches en libre accès, l’abondance permettant et préservant la pluralité de l’offre et du choix. Certes, après la pauvreté des fonds et des budgets d’acquisitions qui avait caractérisé la lecture publique pendant des décennies, le rattrapage du « retard français » justifiait l’important accroissement des collections. Toutefois, l’enquête du CREDOC montre que la fréquentation des bibliothèques publiques progresse jusqu’à des collections avoisinant les 250 000 documents avant de régresser. Elle atteint son maximum dans les bibliothèques possédant entre 80 000 et 200 000 livres, de plus petits établissements incarnant un compromis efficace entre une offre suffisamment riche et une convivialité de l’accueil. Cet hyperchoix, s’il est pour certain un élément attractif, a également des effets contre-productifs. Nicole Robine montre ainsi que la trop grande variété des choix dans un même genre est un facteur d’éloignement des publics de petits lecteurs. Bernadette Seibel, quant à elle, attaque l’« ethnocentrisme des bibliothécaires qui défendent l’idée d’un salut par l’accumulation culturelle »54. On peut alors conclure, en reprenant l’expression de Bertrand Calenge que « trop de livres tuent les lecteurs… du moins ceux qu’il faudrait peut-être conquérir »55. Cherchant à réaliser son idéal d’abondance, le modèle a sans doute dérivé vers une logique d’« accumulation conservée »56. Dès lors, loin d’être la maison des hommes qu’elle prétend être, la médiathèque reste fondamentalement le lieu de la collection et on hésite rarement « à rogner un peu l’espace du public, plutôt que d’éliminer ce qui [peut] faire entrave à la libre appropriation de l’espace par les usagers »57.

La médiathèque : entre conservation et lecture publique

  • 58 Ibid.
  • 59 Le plus haut grade de la profession montre d’ailleurs que fondamentalement un bibliothécaire reste (...)

37Qu’importe que la médiathèque possède ou non des fonds patrimoniaux, la pratique de l’élimination, même si elle se développe depuis l’introduction des politiques documentaires, reste encore timide ou source de conflits. C’est que, si « tout bibliothécaire en ressent la nécessité, […] la tradition d’accumulation pèse lourd »58. La bibliothèque publique française garde fondamentalement une fonction patrimoniale, même si la bibliothèque patrimoniale a toujours été utilisée comme un contre-modèle de la bibliothèque publique. La critique de la bibliothèque savante de conservation est à la fois un motif récurrent du discours sur la médiathèque et, paradoxalement, un des points aveugles du modèle. La médiathèque n’a en effet pas effacé la bibliothèque patrimoniale, elle l’a plutôt absorbée et s’en est partiellement nourrie. La bibliothèque publique française transformée en médiathèque reste ainsi marquée par cet héritage conservateur59, qu’elle possède ou non des collections patrimoniales. Bien que considérée comme la référence de « l’invention de la médiathèque », la Bibliothèque publique d’information se distingue des médiathèques publiques par le choix radical, jamais démenti, de ne pas avoir de réserves ni de magasins.

  • 60 Bertrand Anne-Marie. Les bibliothèques municipales, op. cit.
  • 61 Melot Michel. Grandeur et lacunes de l’activité des bibliothèques françaises. In Seibel Bernadette (...)
  • 62 Taesch-Förste Danielle. Concevoir, réaliser et organiser une bibliothèque : mémento pratique à l’us (...)

38Ainsi la médiathèque, tentant de concilier la populaire et la savante, fait le grand écart entre le patrimoine et l’actualité, la conservation et le renouvellement des collections. Parce qu’elles ont un impact favorable sur les publics, le prêt et la consultation des documents, la lecture publique exige la fraîcheur des collections et leur adéquation à l’actualité de la production. Mais la médiathèque s’inscrit aussi dans un « rapport à une mémoire commune, à un savoir commun, au “don des morts”, au-delà de l’éphémère des modes et de la fadeur des produits préformatés »60. Elle reste bibliothèque, lieu de mémoire, lieu d’accumulation du temps. D’autant que, après les discours de déploration sur le « poids du patrimoine »61, « l’émoi patrimonial » de ces dernières années a contribué à revaloriser les fonds anciens des bibliothèques publiques. Le patrimoine n’est plus stigmatisé, les médiathèques sont redevenues (mais avaient-elles jamais vraiment cessé de l’être ?) des « lieux indispensables de la conservation de la mémoire culturelle, artistique ».62 Pourtant, l’ambiguïté demeure, et la place du patrimoine n’est pas si évidente dans les médiathèques modernes. En outre, dans un contexte de potentielle stagnation, voire de régression des budgets, le risque de concurrence entre patrimoine et lecture publique se pose à nouveau, en particulier dans le cadre de projets de numérisation coûteux.

  • 63 Peignet Dominique. Les mutations professionnelles en bibliothèques : entre offre documentaire et de (...)
  • 64 Calenge Bertrand. Accueillir, orienter, informer, op. cit.
  • 65 Chartier Anne-Marie et Hébrard Jean. Discours sur la lecture, op. cit.

39Comment alors réconcilier ces temporalités multiples ? À nouveau, le nécessaire équilibre du temps long et du temps court, de la nouveauté et de la permanence est au cœur de l’interrogation que nous faisons du modèle de la médiathèque. Comment également préserver l’équilibre entre l’importance accordée aux collections dans le temps et l’espace de la bibliothèque et celle accordée aux publics ? Poursuivant un idéal de démocratisation et d’émancipation par la culture, le modèle de la médiathèque est parvenu à concilier les antagonismes de ses deux héritages à travers leur seul point commun : la primauté du document sur celui qui en fait l’usage. « L’idéologie implicite du bibliothécaire, sa croyance, c’est la prévalence du livre sur le lecteur, du document sur l’usager. Cette croyance n’est pas seulement l’écho de la tradition de conservation. On y trouve aussi celui de l’action militante et éducative au sens où beaucoup de bibliothécaires pensent […] que le livre et la lecture sont le destin de l’individu. »63 En outre, dans le schéma trinitaire qui unit l’usager, la collection et le bibliothécaire, la médiathèque, bibliothèque de diffusion, est plus proche qu’on ne pourrait le penser de la bibliothèque dite de conservation. « Dans les deux cas […] : la bibliothèque le proclame, la collection est. Qu’on appelle le lecteur « abonné » ou qu’on conserve un document parce qu’il peut toujours y avoir un lecteur, on se trouve toujours dans la même logique : le bibliothécaire est un humble serviteur de la collection, l’usager reste un inconnu fugitif, et la collection perdure… »64 Ce qui contribue sans doute à expliquer pourquoi, malgré la volonté affichée et la multiplication des discours dans lesquels « le souci des lecteurs prend le pas sur le souci des livres »65, les bibliothécaires, pourtant professionnalisés et dorénavant professionnels restent encore loin de leurs publics.

DES BIBLIOTHÉCAIRES ET DES PUBLICS

Les limites de la professionnalisation

  • 66 Note en annexe du formulaire d’évaluation des BDP, cité in Lahary Dominique. Le développement terri (...)
  • 67 Seibel Bernadette (éd.). Lire, faire lire : des usages de l’écrit aux politiques de lecture, Le Mon (...)

40La professionnalisation, tout comme des locaux modernes, vastes et décloisonnés, des collections abondantes et multi-supports en libre accès, constitue un pilier du modèle technique de la médiathèque. Tous les militants de la lecture publique en sont convaincus, la bibliothèque publique ne se réalisera pas sans bibliothécaires professionnels. Mais il semble que ce soit surtout la logique d’institutionnalisation de l’emploi qui permet aujourd’hui de parler de professionnalisation du métier de bibliothécaire. La bibliothèque municipale est définie par l’État comme « un service disposant d’un agent qualifié rémunéré sur un emploi spécifique », étrange formulation définie a contrario par la notion « d’emploi non-spécifique (secrétaire de mairie, agent de service…) »66 ce qui de fait réduit la question de la professionnalisation à celle des emplois créés en référence à la filière culturelle territoriale, filière aujourd’hui vieillissante (plus de la moitié des cadres ont plus de 45 ans), se recrutant quasi intégralement parmi les classes moyennes intellectuelles et les étudiants littéraires. D’où le sentiment d’une profession bloquée, peinant à évoluer dans un monde qui, lui, bouge de plus en plus vite. D’autant que la logique de professionnalisation continue à s’inscrire essentiellement dans une vision traditionnelle et techniciste du métier et que les formations au métier de bibliothécaire ont du mal à « éviter [le] piège de l’enfermement sur le métier et dans le champ technique. »67

  • 68 Seibel Bernadette, citée in Durand Jean-Pierre, Peyrière Monique et Sebag Joyce. Bibliothécaires en (...)
  • 69 Calenge Bertrand. Accueillir, orienter, informer, op. cit.
  • 70 Lahary Dominique. Il faut qu’une profession soit ouverte ou fermée [message sur biblio.fr], 11 avri (...)

41Comme l’a souligné Bernadette Seibel, après l’abandon de la scientificité du métier, le bibliothécaire est promu dans les années 1970 « intermédiaire culturel ». Il se « définit alors par l’instabilité de sa position […], puis, à la faveur de l’introduction de l’innovation technologique et des effets de la décentralisation, la compétence est associée à une technicité documentaire et gestionnaire »68. Ce qui correspond de fait à la logique d’un modèle conçu avant tout comme une organisation de « production-distribution » dont « l’activité dominante est la mise en valeur du fonds constitué, par tous les moyens techniques (descriptions et traitements des documents) »69. La revendication de professionnalisation et de professionnalisme mise en avant dans le modèle de la médiathèque a donc surtout abouti à survaloriser une vision du métier fermée sur sa composante la plus technique. Dominique Lahary, pourtant fervent défenseur de la professionnalisation des concours, a fini lui-même par dénoncer « la cristallisation implicite du professionnalisme autour de savoir, de référentiels, d’activités absolument spécifiques aux bibliothécaires, connus d’eux seuls et dont seuls ils peuvent apprécier l’importance, voire en connaître l’existence et la dénomination, généralement sous forme d’acronymes. »70

  • 71 Ibid.

42Portée par une quête de reconnaissance et de légitimité sociale et politique, la revendication de la professionnalisation a conduit à se recroqueviller sur les aspects les plus techniques du métier (technicité du catalogage, technicité de l’indexation, technicité de l’informatique documentaire) plus facilement appréhendables et partageables, et surtout totalement spécifiques au corps des bibliothécaires. La volonté de professionnalisation confine ainsi parfois à un certain « professionnisme » et à la défense corporatiste. De fait, l’exigence de professionnalisation du métier est liée à la revendication identitaire des bibliothécaires de lecture publique, puisqu’il s’agissait alors de se distinguer de l’instituteur, et surtout du militant souvent bénévole de la bibliothèque populaire. Mais la revendication de l’unité et de la primauté du métier de bibliothécaire fait obstacle à la prise en compte de la diversité des compétences nécessaire au fonctionnement d’une bibliothèque publique. La logique de la professionnalisation doit intégrer aujourd’hui la fragmentation en « spécialités constantes ou mouvantes » ainsi que « la confrontation, la cohabitation avec d’autres métiers y compris au sein d’un même établissement. »71 Or, jusqu’à aujourd’hui, elle a surtout conduit à faire dépendre le fonctionnement de la bibliothèque des seuls bibliothécaires professionnels. D’où la méfiance à l’égard des bénévoles qui, sans pouvoir remplacer les bibliothécaires, ont probablement un rôle à jouer, notamment en favorisant les liens de la bibliothèque avec le corps social. D’où également les critiques sur l’emploi de vacataires ou le refus de l’automatisation des fonctions de prêt et de retour qui permettraient pourtant à la profession d’abandonner les tâches liées à la seule fonction de distribution, pour améliorer les horaires d’ouverture et valoriser les tâches de renseignement et de médiation. Aujourd’hui, malgré les progrès techniques permettant d’envisager la fin du catalogage local, malgré la perte même d’une partie du sens du catalogage, le travail interne continue à définir le métier et à monopoliser les bibliothécaires, qui consacrent en moyenne moins de la moitié de leur temps de travail au service public. Paradoxalement, le modèle de la médiathèque a mis en avant un nouveau souci des publics, tandis qu’il revendiquait un professionnalisme qui se fondait, lui, sur des compétences qui n’étaient pas liées aux publics. Les statuts sont d’ailleurs là pour rappeler que les publics sont rejetés à la marge de la définition des métiers, et que le bibliothécaire reste plus un technicien de lectures qu’un médiateur et spécialiste de la demande et des publics.

Un manque de connaissance et de reconnaissance des publics

  • 72 Les rapports d’activité des bibliothèques publiques sont le plus souvent centrés sur la mesure de l (...)
  • 73 Tacheau Olivier. Bibliothèque publique et multiculturalisme aux États-Unis. Jalons pour repenser la (...)

43Le repli techniciste a ainsi conduit à limiter l’élargissement des horaires d’ouverture, qui aurait pourtant dû accompagner la création des équipements continuant, ainsi, à faire primer le souci des livres sur le souci des publics. À l’intérêt pour les publics affiché par le modèle s’opposent non seulement la réalité du métier de bibliothécaire mais également la réalité de l’organisation de la médiathèque. Contrairement aux musées, les « services des publics » sont quasi inexistants au sein des bibliothèques. Quand ils existent, ils se limitent le plus souvent à des services d’accueil et d’inscription. Ce qui tendrait à faire penser que l’argument du « souci des publics » a surtout valu pour la légitimité qu’il donnait et que les publics ont été pour partie instrumentalisés. En outre, c’est un fait, les bibliothécaires connaissent mal leurs publics, réels ou potentiels. La bibliothèque publique semble reposer sur un triangle insurmontable entre le bibliothécaire, le document et l’usager physique, présent dans les murs. D’où la dichotomie entre des discours qui revendiquent la conquête de nouveaux publics et la difficulté de la bibliothèque à penser ses publics potentiels. Dans la logique d’un modèle valorisant la fonction de « production-distribution », les publics ne sont considérés le plus souvent qu’à la lumière des statistiques d’activité de la médiathèque, contribuant ainsi à focaliser l’attention sur les inscrits-emprunteurs aux dépens de tous les autres. L’exploitation des statistiques et leur mise en perspective72, l’élaboration d’enquêtes de publics quantitatives et qualitatives (enquêtes de fréquentation et de population), le recueil de données significatives sur la population du territoire ne font pas partie des objectifs de formation ni des compétences attendues des bibliothécaires. Peu de bibliothèques envisagent de renoncer à une partie de leur budget pour faire réaliser des analyses en externe. Le postulat fondateur d’une unité des publics et des besoins, ainsi que la volonté de démocratisation, a masqué la nécessité d’une connaissance concrète des publics, tout comme il a empêché la reconnaissance et la prise en compte de la diversité de ces publics. La question de la diversité a souvent été abordée sous l’angle de la diversité culturelle et de sa contradiction avec un modèle social français. Il nous semble en fait que cette réflexion peut être élargie à l’ensemble des publics et que, si le modèle républicain est en cause, il faut aussi y voir la prééminence accordée à l’ambition de démocratisation culturelle. Ainsi, « les bibliothèques, sous-tendues par l’idéal type d’une offre universelle, se révèlent identiques d’une région à l’autre, d’une ville à l’autre, d’un quartier à l’autre. Or, si l’interchangeabilité des établissements à l’échelle du pays peut s’expliquer par la similitude de certains besoins documentaires indépendants du lieu, elle devient plus étonnante à l’intérieur d’une même ville où chaque annexe, calquée sur la bibliothèque centrale, diffuse le plus souvent la même offre en modèle réduit, indépendamment du tissu social dans lequel elle s’intègre. »73

  • 74 Calenge Bertrand. Accueillir, orienter, informer, op. cit.
  • 75 Ibid.

44En outre, l’utopie de la bibliothèque unique, ainsi sans doute que la recherche du succès public, a conduit la médiathèque à refuser de définir des priorités et de faire des choix, choix non pas arbitraires mais reposant sur un véritable projet pour la bibliothèque. Or, sans doute faut-il considérer aujourd’hui qu’« au lieu d’offrir des services pour la masse, nos bibliothèques devraient plutôt songer à offrir massivement des services personnalisés ». Cela revient pour la bibliothèque publique à effectuer un glissement de la logique de « production-distribution » d’une offre universelle de documents vers la mise en place de services adaptés et différenciés en fonction des publics et des priorités établies. C’est renoncer à l’idéal de « servir tout le monde » pour accepter « la diversité de traitement des uns et des autres »74. C’est aussi laisser « entrer les usagers, groupes, institutions dans la bibliothèque comme acteurs et non [plus] seulement comme partenaires ou consommateurs aux côtés de la bibliothèque. »75

  • 76 Bertrand Anne-Marie. L’éternel retard. Regards sur un demi-siècle, Bulletin des bibliothèques de Fr (...)

45Le modèle de la médiathèque a, en effet, présupposé une demande de bibliothèque de la part des publics, sans jamais chercher à savoir si elle existait ni à s’appuyer sur elle. La médiathèque a été défendue et mise en œuvre par des élites professionnelles et politiques. Ainsi en France, comme le critiquait Eugène Morel, « les bibliothèques viennent de haut. Elles sont comme les officiers, d’une autre race que les soldats : elles ne se mêlent pas au public ».76 Contrairement aux bibliothèques américaines, l’intérêt des publics ne vient qu’après l’objectif de construction et sert surtout à appuyer la rhétorique du succès public. Tout l’enjeu du modèle de la médiathèque s’est donc résumé à susciter l’intérêt des élites et des élus autour du projet de modernisation, et non celui du peuple, des citoyens, des usagers. Certes, la société française, où les formes de regroupement sur l’espace public et les actions de groupes non encadrées et spontanées sont assez rares, ne permet probablement pas d’envisager la même implication des publics. Il nous semble toutefois important aujourd’hui de poser la question de la participation des usagers à la décision de création d’une bibliothèque et à la définition de son projet, de même qu’à la vie de l’établissement. Au-delà de l’articulation de l’offre et de la demande, au-delà de l’accompagnement et de la médiation des publics et de leur nécessaire connaissance, l’enjeu n’est-il pas aussi pour la bibliothèque publique de faire que chacun s’en sente responsable et partie prenante ?

CONCLUSION

46Le modèle de la médiathèque est confronté à la fois à des changements externes qui remettent en cause certains de ses présupposés et à ses propres contradictions ou limites internes. Une partie de notre exposé a justement tendu à montrer que, si une partie des ambitions était juste, elles avaient échoué à se réaliser. C’est sans doute parce que, pour partie, le modèle a reposé sur des effets d’annonce plus que sur des réalités concrètes. Nous avons vu ainsi que la diversification des supports, l’aspiration à la modernité, la dimension sociale, le « souci des publics » entraient peut-être trop en contradiction avec une certaine conception française de la bibliothèque publique et du métier de bibliothécaire.

47La médiathèque s’était fixée pour ambition de refléter le visage changeant du monde. Paradoxalement, la bibliothèque publique à la française s’attache plutôt à changer le monde qu’à l’accompagner. Elle revendique de ne pas être miroir de la société mais d’être un lieu autre, hors du monde, légèrement décalé. Si nous faisons nôtre cette revendication de « pas de côté », d’« ouverture du champ des possibles », il nous semble par ailleurs que, dans son souci de décalage, la médiathèque a fini par se retrouver excentrée, peut-être un peu trop à l’écart du monde tel qu’il est et tel qu’il évolue. La résistance du village gaulois nous semble de plus en plus dériver vers la mentalité de la forteresse assiégée.

  • 77 Durand Jean-Pierre, Peyrière Monique et Sebag Joyce. Bibliothécaires en prospective, op. cit.

48La médiathèque doit évoluer et ne peut plus faire l’économie d’une remise en cause de l’unicité et de l’universalisme qui la sous-tendent. Elle doit savoir reconnaître et intégrer la diversité de ses publics, non pas de manière conjoncturelle mais structurellement, c’est-à-dire en acceptant la différenciation et la personnalisation de son offre. En outre, le modèle de la bibliothèque centrée sur la production et la distribution de collections est de plus en plus remis en cause. Il faut passer « d’une croissance extensive où l’objectif était de moderniser le territoire en faisant que le prêt le couvre en totalité, à une croissance plus intensive et plus qualitative […]. »77

  • 78 Parmegiani Claude-Anne, citée in Calenge Bertrand. Accueillir, orienter, informer, op. cit.
  • 79 Ibid.

49Ce qui implique probablement, d’une part de se penser plus dans une logique de dissémination physique et virtuelle, et d’autre part de privilégier une offre variée de services, pas nécessairement documentaires, à la fois à l’intérieur mais aussi à l’extérieur de la bibliothèque, une offre de services qui accompagnent les objectifs de politiques publiques et qui répondent également aux besoins et usages des publics. Ce qui implique également de remettre en question les habitudes bibliothéconomiques, pour partir « à la recherche de nouveaux publics en s’adaptant à leur mode de vie, en allant les trouver là où ils vivent »78, ou de revoir les critères d’évaluation de la bibliothèque : « Dans les pays en développement, on ne juge plus l’efficacité d’une bibliothèque sur des critères traditionnels (statistiques, surface, nombre de prêts, taille de la collection), mais d’après son impact sur la vie du quartier ou du village, la manière dont les habitants s’en sentent responsables, la façon dont les besoins des divers publics, lecteurs et non lecteurs sont pris en compte »79.

  • 80 Dérioz Cécile. Les publics : facteurs d’évolutions ? Changements organisationnels dans les musées e (...)

50Dès lors, « le souci des publics », affiché mais qui ne s’est pas (encore) réellement concrétisé, doit devenir la base d’une nouvelle bibliothèque publique. Nous ne revendiquons pas de calquer une offre sur la demande, mais bien de redéfinir l’activité de la bibliothèque en fonction de ses publics, en accordant enfin la primauté au lecteur sur le document. Il s’agit alors de mettre en place une nouvelle organisation où transparaissent clairement les nouvelles priorités fixées, tout comme le démontre Cécile Dérioz80. Ce que certains, les musées notamment mais également quelques bibliothèques, ont déjà mis en œuvre, en créant de nouveaux services destinés à la connaissance des publics, au développement des publics et à la relation aux publics. Mais il n’y a pas de solution toute faite pour prendre en compte ces trois dimensions de l’action en direction des publics, pas de modèle de politiques des publics, donc pas véritablement de nouveau modèle pour la bibliothèque publique française.

  • 81 Nous transposons à la lecture publique l’analyse de Philippe Urfalino concernant les politiques cul (...)
  • 82 Arot Dominique. Construire la bibliothèque : Quel projet ? op. cit.

51La médiathèque a été un modèle sur lequel s’est appuyé le développement de la lecture publique en France. Un modèle pensé selon le schéma des politiques culturelles telles qu’elles ont été conçues depuis Malraux, c’est-à-dire sur le principe absolu de la multiplication et de l’amélioration de l’offre. Or aujourd’hui, on ne peut plus vraiment invoquer la rhétorique de « l’éternel retard », car « l’impossibilité de démocratiser par l’offre n’est plus à démontrer, le problème du sous-équipement est devenu structurel. »81 Nous considérons ainsi le modèle de la médiathèque comme un modèle de mise à niveau, indispensable compte tenu alors du sous-équipement dans le domaine de la lecture publique. « La modélisation était le fruit de l’urgence. Il fallait construire beaucoup et vite. »82 De ce point de vue-là, même si des progrès restent très certainement à accomplir, le modèle a fait ses preuves, fédérant les énergies et entraînant la décision politique. L’accomplissement du rattrapage signe la fin du temps du modèle et de ce qu’il pouvait apporter. Aujourd’hui il faut donc redonner toute sa place au projet, non pas au projet normatif et modélisant mais bien au projet inscrit dans la réalité (objectivement appréhendé) d’un territoire et de ses populations, voire d’un territoire élargi au Web ; un projet qui définisse tout autant le lieu bibliothèque que sa dimension virtuelle ; un projet qui fixe les ambitions et les priorités que la bibliothèque se donne. Il s’agira alors, pour chaque bibliothèque publique, non pas de réaliser, plus ou moins entièrement, un idéal-type prédéfini, mais bien de s’inventer et de se réinventer. De le faire en s’appuyant sur ses publics et sur leur participation. Alors la bibliothèque publique pourrat-elle peut-être réellement être considérée comme démocratique.

Notes

1 Cambrai voit se créer en 1975 la première médiathèque française.

2 Nous renvoyons ici à l’analyse du Discours des bibliothécaires faite par Anne-Marie Chartier et Jean Hébrard. Discours sur la lecture : 1880-2000. Fayard, 2000.

3 Bertrand Anne-Marie. La médiathèque questionnée. Bulletin des bibliothèques de France, 1994, t. 39, n° 2.

4 L’expression est de Pascal Ory.

5 Bertrand Anne-Marie. La médiathèque questionnée, op. cit.

6 La pratique de la lecture ne s’est elle-même pas plus démocratisée et tend en outre à régresser malgré quarante ans de développement de la lecture publique.

7 Maresca Bruno, Evans Christophe, Gaudet Françoise. Les bibliothèques municipales en France après le tournant Internet : attractivité, fréquentation et devenir. Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2007.

8 On soulignera tout le paradoxe de ce manque de remise en question et d’évolution pour un modèle fondé sur un idéal de modernisation.

9 Rouet François. La grande mutation des bibliothèques municipales : modernisation et nouveaux modèles. Ministère de la Culture et de la communication/DEPS, 1998.

10 Bertrand Anne-Marie. Les bibliothèques municipales : enjeux culturels, sociaux, politiques. Éditions du Cercle de la Librairie, 2002.

11 Bernard Huchet critique notamment l’exposition, l’une des animations les plus répandues en bibliothèque. Selon lui, l’exposition n’est pas du tout un élément incontournable de la bibliothèque et le sera de moins en moins.

12 Claude-Anne Parmegiani citée par Bertrand Calenge. Accueillir, orienter, informer : l’organisation des services aux publics dans les bibliothèques. Éditions du Cercle de la librairie, 1999.

13 Cité in Chartier Anne-Marie et Hébrard Jean. Discours sur la lecture, op. cit.

14 Les bibliothèques en France : rapport au premier ministre, sous la direction de Pierre Vandevoorde. Dalloz, 1982.

15 Selon la formule chère à Eugène Morel.

16 À travers les bibliothèques scolaires de la troisième République et les dépôts de livres dans les campagnes.

17 Bricout Bernadette, Bulletin de l’ABF, 1979, n° 103, citée in Chartier Anne-Marie et Hébrard Jean. Discours sur la lecture, op. cit.

18 Bulletin de l’ABF, 1972, n° 77, cité in Chartier Anne-Marie et Hébrard Jean. Discours sur la lecture, op. cit.

19 Blanc-Montmayeur Martine. Le rôle social de la bibliothèque : quelles significations ? in Regards croisés et perspectives : bibliothèques publiques en Europe. Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2000.

20 Pascal Ory, dans son introduction à Bertrand Anne-Marie, Les villes et leurs bibliothèques : légitimer et décider : 1945-1985. Éditions du Cercle de la Librairie, 1999.

21 Maresca Bruno, Evans Christophe, Gaudet Françoise. Les bibliothèques municipales en France après le tournant Internet, op. cit.

22 Ibid.

23 Dans cette logique, l’information literacy ne trouve que difficilement sa place dans la bibliothèque publique française.

24 Le débat autour des services de réponse en ligne, et le choix majoritaire de proposer les références bibliographiques plutôt qu’une réponse synthétique, en est sans doute une des meilleures preuves.

25 Chartier Anne-Marie et Hébrard Jean. Discours sur la lecture, op. cit.

26 Ibid.

27 Le « peuple » a été remplacé par la notion plus indifférenciée de « publics ».

28 Bertrand Anne-Marie, Les villes et leurs bibliothèques, op. cit.

29 Grunberg Gérald. Bibliothèques dans la cité : guide technique et règlementaire. Éditions du Moniteur, 1988.

30 Jolly Claude, cité par Anne-Marie Bertrand. Cris et chuchotements. Bulletin des bibliothèques de France, 1994, t. 39, n° 6.

31 Arot Dominique. Construire la bibliothèque : Quel projet ? Bulletin des bibliothèques de France, 2007, t. 52, n° 1.

32 Bertrand Anne-Marie, Les villes et leurs bibliothèques, op. cit.

33 Bertrand Anne-Marie, Les villes et leurs bibliothèques, op. cit.

34 Ibid.

35 Cité in Bertrand Anne-Marie, Les villes et leurs bibliothèques, op. cit.

36 Michel Foucault considère la bibliothèque comme une hétérotopie où le temps s’accumule et la bibliothèque de Borgès est le lieu d’une mémoire absolue. Deux références, qui semblent pourtant contradictoires avec le modèle de la médiathèque.

37 Delaune Anne-Marie. La médiathèque incertaine. Bulletin des bibliothèques de France, 1998, t. 43, n° 1.

38 Bertrand Anne-Marie, Les villes et leurs bibliothèques, op. cit.

39 Arot Dominique. Construire la bibliothèque : quel projet ? op. cit.

40 Même si celui-ci n’est pas nécessairement en centre-ville.

41 Voir le résumé de son enquête sous le titre « Moins de monumental, plus de proximité », in Livres Hebdo, n° 604, 3 juin 2005.

42 Maresca Bruno, Evans Christophe, Gaudet Françoise. Les bibliothèques municipales en France après le tournant Internet, op. cit.

43 Ibid.

44 Centres de protection matérielle et infantile, centres sociaux, locaux collectifs, métro, péniches… mais également prisons, entreprises, hôpitaux, casernes.

45 Chartier Anne-Marie et Hébrard Jean. Discours sur la lecture, op. cit.

46 Santantonios Laurence. Les bibliothèques sont-elles à leur place ? Livres Hebdo, n° 604, juin 2005.

47 Prolongeant le concept de la Ruche, le Rapport Livre 2010 recommande pourtant aujourd’hui la création de médiathèques de proximité, « bibliothèques hybrides [où] se côtoient les activités et les publics de plusieurs champs disciplinaires, reflétant une conception de la bibliothèque élargie à de multiples services publics ». Cf. Barluet Sophie. Livre 2010 : pour que vive la politique du livre. Ministère de la Culture, 2007.

48 Jean Goasguen parle ainsi de « ghetto ou État dans l’État » pour évoquer la coupure entre la discothèque et la bibliothèque.

49 Bertrand Anne-Marie. Les bibliothèques municipales, op. cit.

50 Ce qu’a confirmé l’enquête du CREDOC puisqu’aux 20,6 % d’inscrits en bibliothèque, il convient d’ajouter 14,5 % d’usagers non-inscrits.

51 Voir l’analyse faite par Martine Burgos. Les bibliothèques municipales et leurs publics : pratiques ordinaires de la culture. Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001.

52 Nicole Robine citée in Bertrand Anne-Marie. Le peuple, le non-public et le bon public : les publics des bibliothèques et leurs représentations chez les bibliothécaires. In Les publics de la culture, Presses de Sciences Po, 2003.

53 Prod’homme Sandrine. Espaces de lecture et mobilités des usagers et des clients : 6 es journées normandes de recherche sur la consommation : société et consommations, 19 au 20 mars 2007. [en ligne] < http://www.argonautes.fr/uploads/uploads/documents/SandrineProd_homme.pdf (consulté le 24 novembre 2008).

54 Seibel Bernadette, citée in Calenge Bertrand. Accueillir, orienter, informer, op. cit.

55 Ibid.

56 L’expression est de Bertrand Calenge.

57 Ibid.

58 Ibid.

59 Le plus haut grade de la profession montre d’ailleurs que fondamentalement un bibliothécaire reste un conservateur.

60 Bertrand Anne-Marie. Les bibliothèques municipales, op. cit.

61 Melot Michel. Grandeur et lacunes de l’activité des bibliothèques françaises. In Seibel Bernadette (éd.). Lire, faire lire : des usages de l’écrit aux politiques de lecture. Le Monde Éditions, 1995.

62 Taesch-Förste Danielle. Concevoir, réaliser et organiser une bibliothèque : mémento pratique à l’usage des élus, des responsables administratifs et des bibliothécaires, Éditions du Cercle de la librairie, 2006.

63 Peignet Dominique. Les mutations professionnelles en bibliothèques : entre offre documentaire et demande sociale. In Pluralité culturelle en actes : un nouvel enjeu pour les bibliothèques publiques, ABF, 2004.

64 Calenge Bertrand. Accueillir, orienter, informer, op. cit.

65 Chartier Anne-Marie et Hébrard Jean. Discours sur la lecture, op. cit.

66 Note en annexe du formulaire d’évaluation des BDP, cité in Lahary Dominique. Le développement territorial de la lecture publique, 2003. [en ligne] < http://www.adbdp.asso.fr/spip.php? (consulté le 24 novembre 2008).

67 Seibel Bernadette (éd.). Lire, faire lire : des usages de l’écrit aux politiques de lecture, Le Monde Éditions, 1995.

68 Seibel Bernadette, citée in Durand Jean-Pierre, Peyrière Monique et Sebag Joyce. Bibliothécaires en prospective [texte imprimé].

69 Calenge Bertrand. Accueillir, orienter, informer, op. cit.

70 Lahary Dominique. Il faut qu’une profession soit ouverte ou fermée [message sur biblio.fr], 11 avril 2002.

71 Ibid.

72 Les rapports d’activité des bibliothèques publiques sont le plus souvent centrés sur la mesure de leur activité dans l’absolu, indépendamment de la référence à leur territoire d’implantation.

73 Tacheau Olivier. Bibliothèque publique et multiculturalisme aux États-Unis. Jalons pour repenser la situation française. Mémoire d’étude du diplôme de conservateur des bibliothèques : école nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques : 1998.

74 Calenge Bertrand. Accueillir, orienter, informer, op. cit.

75 Ibid.

76 Bertrand Anne-Marie. L’éternel retard. Regards sur un demi-siècle, Bulletin des bibliothèques de France, 2006.

77 Durand Jean-Pierre, Peyrière Monique et Sebag Joyce. Bibliothécaires en prospective, op. cit.

78 Parmegiani Claude-Anne, citée in Calenge Bertrand. Accueillir, orienter, informer, op. cit.

79 Ibid.

80 Dérioz Cécile. Les publics : facteurs d’évolutions ? Changements organisationnels dans les musées et les bibliothèques. Mémoire d’étude du diplôme de conservateur des bibliothèques : école nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques : 2008.

81 Nous transposons à la lecture publique l’analyse de Philippe Urfalino concernant les politiques culturelles, cité in Tacheau Olivier. Bibliothèque publique et multiculturalisme aux États-Unis : jalons pour repenser la situation française, op. cit.

82 Arot Dominique. Construire la bibliothèque : Quel projet ? op. cit.

© Presses de l’enssib, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access