Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quel modèle de bibliothèque ?

 | 
Anne-Marie Bertrand
, 
Émilie Bettega
, 
Catherine Clément
, 
et al.

Un modèle « anglo-saxon » ?

David-Georges Picard

Texte intégral

  • 1 Leclerc de Buffon Georges-Louis. Discours sur la Nature des Animaux. In Œuvres complètes. Mises en (...)
  • 2 Pour une étude portant sur une période s’étendant de 1956 à 2005, sept pays ou ensembles politiques (...)
  • 3 Bertrand Anne-Marie. L’éternel retard. Regards sur un demi-siècle, Bulletin des bibliothèques de Fr (...)
  • 4 Journées d’études sur les méthodes des bibliothèques européennes et américaines. Bruxelles, 24 au 2 (...)
  • 5 Bertrand Anne-Marie. L’éternel retard, op. cit.

1« […] Indépendamment de l’enthousiasme qu’on prend pour son sujet », indiquait le naturaliste Buffon dans son Discours sur la nature des animaux, « on admire toujours d’autant plus qu’on observe davantage et qu’on raisonne moins »1. Le minutieux spectateur de la nature qu’était le comte de Buffon avait remarqué que l’étude de sujets, les rapprochements, les corrélations, les différences sont bien plus révélateurs que d’oiseuses réflexions sans empirie ou sans observation, dont certains savants de l’Ancien Régime étaient, pourtant, friands. Suivant la défiance de Buffon, ce serait là, d’ailleurs, le parti que l’auteur souhaiterait proposer à son lecteur : l’étude – certes brève – d’une ou de sources d’inspiration des bibliothèques françaises de lecture publique, fondée, partiellement, sur l’observation statistique d’une bibliographie professionnelle. Car les références faites à l’étranger sont abondantes et multiples : le Bulletin des bibliothèques de France (BBF), qui a suivi plus de cinquante ans de l’histoire des bibliothèques, en témoigne. Et c’est à l’appui de celui-ci – entre autres – que nous tenterons d’éprouver les modèles avoués, assumés ou refusés par les bibliothèques françaises2. Le modèle étranger, en effet, donne à voir, sur la longue période, les retards et les manques français, proposant un idéal vers lequel il faudrait tendre parce que répondant mieux, par exemple, aux attentes des usagers3. La comparaison comme outil d’enseignement est d’ailleurs, depuis Eugène Morel, un élément majeur de l’évolution de l’offre de services et de documentation tout comme de formation des professionnels : le BBF garde ainsi la trace de journées d’études organisées en 1957 sur les méthodes des bibliothèques européennes et américaines4, les pays anglo-saxons semblant éclairer tels des phares le paysage français5.

  • 6 Armatte Michel. La notion de modèle dans les sciences sociales : anciennes et nouvelles significati (...)
  • 7 Valéry Paul. Cahiers. 1942. Volume I. Éditions de la Pléiade – Nouvelle Revue Française (NRF), 1974

2Mais la notion de « modèle » est polysémique et recouvre de nombreuses nuances qui sont, pour nous, autant d’approches différentes des bibliothèques étrangères. De l’étymologie latine, nous apprenons que le modulus s’avère une mesure arbitraire servant à établir les rapports de proportion entre les parties d’un ouvrage en architecture6. Le modèle est, ainsi, entendu comme instrument de production et d’exposition des connaissances. « Je n’ai jamais cru aux explications » confessait Paul Valéry. « Mais j’ai cru qu’il fallait chercher des représentations sur lesquelles on peut opérer comme on travaille sur une carte ou l’ingénieur sur une épure et qui puisse servir à faire »7.

  • 8 Le Moigne Jean-Louis. Qu’est-ce qu’un modèle ? Site Internet du Programme européen MCX « Modélisati (...)

3Étape cardinale de la prospection, de la réflexion professionnelle et de l’innovation, le modèle est un processus opérateur de connaissance permettant tant la découverte (dévoiler un réel) que l’invention (construire des représentations intelligibles)8. Dès lors, quatre significations du modèle sont manifestes :

  • le modèle comme référent ou prototype à reproduire ;

  • le modèle comme maquette d’un dispositif réel ;

  • le modèle comme type idéal dégagé d’une population homogène ;

    • 9 Armatte Michel. La notion de modèle dans les sciences sociales, op. cit.

    le modèle comme icône ou dispositif mécanique représentant une idée abstraite9.

4Ces différents aspects du modèle inclinent à penser que les muses des bibliothèques françaises sont, certainement, nombreuses et que, si l’inspiration anglo-saxonne est primordiale, elle n’en est pas moins elle-même, de toute évidence, polymorphe.

5Certaines particularités historiques des bibliothèques françaises induisent une forme d’obstruction à l’importation totale des modèles revendiqués et, en priorité, du modèle anglo-saxon, celui-ci, par ailleurs, n’étant indubitablement ni « monomorphe » ni la seule référence. Les particularités françaises continuent de façonner une bibliothèque de lecture publique qui est, elle aussi, une inspiration pour l’étranger.

DES TRAJECTOIRES DIVERGENTES

  • 10 Varry Dominique. La Révolution Française et la création des bibliothèques publiques : projets et ré (...)
  • 11 Rapport Vandevoorde. Les bibliothèques en France. Droz, 1982. Cité in Bertrand Anne-Marie. L’éterne (...)

6Marquée par un lourd héritage révolutionnaire, la France présente en Europe la particularité de posséder une profusion de fonds anciens, dispersés dans plusieurs centaines de bibliothèques publiques – surtout dans les bibliothèques municipales10. À l’origine, ces fonds, rassemblés par la confiscation des biens du clergé puis des émigrés et, enfin, par la dissolution des sociétés savantes et des académies, devaient permettre de propager les idées du temps. L’échec de cette utilisation envisagée est un paramètre majeur du développement ultérieur de la bibliothèque française tout comme du choix des modèles de référence, en contrepoint de ce qui se pratiquait en France : la bibliothèque, longtemps « fermée » à l’usager ou difficile d’accès, recherchera une inspiration du côté des institutions ouvertes au public et fortement inscrites dans le fonctionnement de la cité. Malgré cette aspiration à la métamorphose, la bibliothèque française continue de souffrir longtemps d’une ardue « conciliation du caractère muséal des collections et d’un service public de lecture pratique et efficace »11.

  • 12 Peignet Dominique. La bibliothèque entre mutation de l’offre et mutation de la demande. Bulletin de (...)

7Au-delà de l’offre documentaire, la Révolution influencera définitivement le fonctionnement des bibliothèques françaises par l’inscription des valeurs républicaines. La conception de la bibliothèque reste associée à l’idée du progrès social et de l’émancipation des individus. L’objectif est de transmettre et de démocratiser l’héritage culturel, mission tout naturellement confiée à l’État. « L’association systématique de la bibliothèque à la seule culture légitime, la séparation entre vocation culturelle et vocation informative et documentaire de la bibliothèque, le refus obstiné de lectures jugées illégitimes et la cécité devant la diversité des pratiques culturelles ont longtemps maintenu en France les bibliothèques à l’écart du mouvement social »12. L’enracinement de cette approche – en d’autres termes une citoyenneté reposant sur l’intégration dans une norme d’État – sera vite préjudiciable à l’usager.

  • 13 Pichenot François. Le rôle de Jean Hassenforder dans la connaissance du modèle anglo-saxon de bibli (...)
  • 14 Poulain Martine. Retourner à Tocqueville pour comprendre l’histoire comparée des bibliothèques amér (...)

8Si en 1850, selon Jean Hassenforder, ni la France, ni la Grande-Bretagne, ni les États-Unis ne possèdent de bibliothèque publique, la lecture publique française sera caractérisée, dès ses débuts, par une forte inadéquation aux besoins du public alors que les bibliothèques anglaises et américaines se tourneront rapidement vers l’usager13. Pourtant, en 1854, au moment de l’ouverture de la bibliothèque publique de Boston, l’exemple français est encore une référence au titre d’un grand réseau de bibliothèques ayant de riches collections. Toutefois, l’administration de ces fonds étant généralement médiocre, les collections ne sont pas renouvelées et vieillissent rapidement14.

  • 15 Ibid.
  • 16 Peignet Dominique. La bibliothèque entre mutation de l’offre et mutation de la demande, op. cit.

9La place accordée tant au livre qu’à la médiation sera un autre élément d’un « retard » français, remarqué par la comparaison internationale dès la première décennie du XXe siècle. La conception aristocratique du livre et de la lecture, mais aussi catholique (supposant un intermédiaire entre le lecteur et le livre), fait de la bibliothèque tant le médiateur que le dépositaire de la culture légitime : elle choisit, de facto, ce à quoi le lecteur peut accéder et quand. La bibliothèque française de lecture publique tend à une socialisation de la culture et à assurer l’égalité des individus dans l’accès à des biens sélectionnés et soustraits à la sphère marchande. À l’opposé, les bibliothèques anglo-saxonnes (et, en premier lieu, américaines), pensées selon une approche protestante (accès direct au livre), se distinguent par l’égalité a priori des lecteurs : la lecture publique, offerte à tous, prenant progressivement en compte les communautés, laisse à l’usager la liberté de juger et de se distinguer par ses propres efforts, ce qui orientera sensiblement la lecture vers des domaines pratiques à savoir les questions scientifiques, industrielles et commerciales plutôt que vers la littérature15. Cette liberté laissée à l’usager est, par ailleurs, sous-tendue par une compréhension pragmatique de celui-ci : payant ses impôts, il est libre de choisir ce qui se trouve dans la bibliothèque qu’il finance et d’y accéder gratuitement. Alors que l’usager inscrit, fidèle et régulier, reste une figure emblématique de la bibliothèque à la française, la bibliothèque anglosaxonne se caractérise résolument par de très bas coûts d’inscription (la London Library, ouverte en 1841, est exemplaire), voire la gratuité, et les services aux lecteurs puis aux communautés. Dominique Peignet voit, dans la place accordée à l’inscription par la bibliothèque française, un ancrage originel dans la fonction distributive (prêt de documents) au détriment d’une fonction informative et documentaire16.

  • 17 Tacheau Olivier. Bibliothèque publique et multiculturalisme aux États-Unis. Jalons pour repenser la (...)

10De la sorte, deux systèmes – antagonistes – se forgent au XIXe siècle : un système « assimilateur, universel et républicain » en France et un système « relativiste, différentialiste et intégrateur » aux États-Unis17.

  • 18 Tom Geneviève. Le pain de l’esprit à domicile : les bibliobus en France. Une histoire de la lecture (...)
  • 19 Bertrand Anne-Marie. L’éternel retard, op. cit.
  • 20 Ibid.

11Il faut relever, enfin, un élément motivant la recherche de modèles, soit le continuel décalage, particulièrement dommageable, entre les politiques françaises de lecture publique et la réalité politique et économique du pays : les politiques nationales n’ont souvent suivi qu’après coup des mouvements de société. Il en est ainsi de la desserte des zones rurales à une époque d’urbanisation intense, comme des questionnements sur les bibliothèques de secteur au tournant de la première vague de décentralisation18 ou de l’absence d’anticipation de l’explosion universitaire des années 197019. Ajoutons que l’éclatement entre bibliothèques universitaires et bibliothèques municipales rend peu flexible le positionnement des unes et des autres par rapport à l’usager, les premières étant condamnées à desservir très prioritairement un public d’étudiants20.

LA PREUVE PAR LE BBF : L’INCONTOURNABLE INSPIRATION ANGLO-SAXONNE

12Dans ce contexte et par l’observation de ce qui est réalisé à l’étranger et des résultats qui y sont obtenus, l’exemple étudié, disséqué, interprété devient modèle voire idéal, bien que les spécificités du système français relevées ci-dessus en restreignent l’importation.

  • 21 Richter Noë. La lecture et ses institutions. Plein Chant, 1989. Cité in Bertrand Anne-Marie. L’éter (...)
  • 22 Page d’accueil du Bulletin des bibliothèques de France < http://bbf.enssib.fr

13Les statistiques élaborées à partir du BBF sur une période de cinquante années (de 1956 à 2005) donnent d’intéressants résultats confirmant pleinement, de prime abord, une « anglo-saxomanie endémique »21. À partir du moteur de recherche du BBF22 et travaillant sur dix périodes de cinq ans chacune, nous avons consigné le nombre d’articles mentionnant ou portant sur chaque pays ou ensembles politiques (cf. ci-après graphique 1 et tableau 1).

14Nous constatons tout d’abord, sur la période étudiée, une forte augmentation des articles traitant des bibliothèques étrangères ou les citant, puisque de la première tranche chronologique (1956-1960) à la dernière (2001-2005) le nombre d’articles portant sur ces sept pays est passé de 344 à 567, accroissement bénéficiant clairement aux pays anglo-saxons (États-Unis, Grande-Bretagne et Allemagne). Nous insistons sur le fait que ne sont pas pris en compte ici les pays émergents ni ceux pour lesquels un intérêt naît progressivement depuis les années 2000 et sur lesquels nous reviendrons plus loin.

  • 23 Les transformations politiques internationales sont, bien entendu, l’une des limites de cet exercic (...)

15Un pic a lieu sur la période 1981-1985 avec la publication de 616 articles (539 pour les pays anglo-saxons, soit 87,5 %), ce pic étant suivi par une diminution d’exactement 50 % du nombre d’articles portant sur l’étranger (308). Nous pourrions l’expliquer – assez naïvement – par une forme immédiate de désintérêt pour les pays habituellement étudiés et une curiosité éveillée par la chute de l’URSS23 pour les pays satellites, fraîchement libérés du joug moscovite (1989-1991). Seule une étude plus fine que la nôtre pourrait néanmoins déterminer si cette diminution, qui touche uniquement les pays anglo-saxons, manifeste une substitution ou un désintérêt autrement motivé. Ce pic que nous relevons est précédé par une nette diminution du nombre d’articles traitant d’exemples étrangers, dont les premières « victimes » sont l’URSS, les États-Unis et, principalement, l’Allemagne. Cette régression porte sur deux périodes, la première (1966-1970) esquissant la suivante (1971-1975). L’explication peut, éventuellement, être la même que précédemment, à savoir que cette diminution esquisse un désintérêt relatif pour les modèles principaux au profit d’autres. Notons ainsi, par exemple, que la Pologne fait l’objet de 197 articles entre 1956 et 2008 dont 124 de 1956 à 1980.

Graphique 1 : mention des pays dans les articles du BBF (1956-2005)

Graphique 1 : mention des pays dans les articles du BBF (1956-2005)

Tableau 1 : nombre d’articles mentionnant chaque pays (1956-2005)

Tableau 1 : nombre d’articles mentionnant chaque pays (1956-2005)

URSS = URSS ou Russie - GB = Grande-Bretagne ou Angleterre - États-Unis ou USA

16De manière plus fine, nous remarquons que les États-Unis sont, de loin, la première nation présentée dans le BBF depuis cinquante ans, puisqu’ils représentent 34 % des articles portant sur les sept pays (cf. tableau 2), suivis par la Grande-Bretagne (24 %) elle-même talonnée par l’Allemagne (21 %). Les pays scandinaves (Norvège, Suède, Finlande) et l’URSS correspondent tout juste à 22 % des articles sur les cinquante ans considérés.

Tableau 2 : proportion de la mention de chaque pays ou ensemble politique reportée sur le total des sept pays considérés (1956-2005)

Tableau 2 : proportion de la mention de chaque pays ou ensemble politique reportée sur le total des sept pays considérés (1956-2005)

UNE INFLUENCE PRONONCÉE TOUT AU LONG DU XXe SIÈCLE

  • 24 Bertrand Anne-Marie. L’éternel retard, op. cit.
  • 25 Tacheau Olivier. Bibliothèque publique et multiculturalisme aux États-Unis, op. cit.

17Il apparaît, ainsi, que les comparaisons se sont prioritairement axées sur les pays anglo-saxons, ce qu’explique le développement remarquable des bibliothèques dans ces pays dès le XIXe siècle24. L’inspiration est justifiée, de plus, par le fait qu’au-delà d’une mission d’éducation, les bibliothécaires anglo-saxons vont progressivement « se forger une véritable éthique de service public » motivée par les principes des libertés d’expression et de la presse25. Si, de toute évidence, il est absurde d’affirmer qu’il y a un modèle anglo-saxon (les structures politiques des pays compris sous cette appellation étant déjà différentes), il semble qu’il y ait une déontologie et une approche du métier très semblable aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en Allemagne.

La diffusion du modèle anglo-saxon

  • 26 Morel Eugène. Bibliothèques, essai sur le développement des bibliothèques publiques et de la librai (...)
  • 27 Pichenot François. Le rôle de Jean Hassenforder, op. cit.

18De 1908 à 1945, quatre phases de diffusion du modèle anglo-saxon en France sont généralement relevées. La première de celle-ci s’ouvre avec le constat d’une crise et d’un retard des bibliothèques françaises. La publication de deux ouvrages d’Eugène Morel en marque le véritable commencement26, l’auteur se fondant sur une importante documentation statistique à l’appui de comparaisons internationales faisant de la Grande-Bretagne, des États-Unis et de l’Allemagne les exemples à suivre. Il recommande la création de bibliothèques publiques élaborées sur le modèle anglo-saxon, supposant, entre autres, une extension des horaires, la réorganisation humaine des établissements (organigrammes, recrutement de professionnels formés et formation des personnels), le libre accès, la création d’un service national de catalogage et de centres bibliographiques, des services de référence… Durant cette première phase, l’accent est mis sur le rôle éducatif de la bibliothèque publique pour les adultes et sur l’éducation permanente27.

  • 28 Gabel Gernot U. Die Kinderbibliotheken « L’Heure Joyeuse » in Belgien und in Frankreich. Bibliothek (...)

19Deuxième étape de l’inspiration anglo-saxonne, résultat de la générosité des États-Unis après la Première Guerre Mondiale, le « printemps américain » marque l’entrée et le développement d’un programme de services copiés sur le modèle américain. Cette phase est jalonnée d’actions lancées outre-Atlantique, à commencer par l’opération menée par le CARD qui a abouti à la création, dans le département de l’Aisne, de cinq bibliothèques disposant d’une section jeunesse et fonctionnant selon les normes anglo-saxonnes. À cette première réalisation s’ajoutent, d’une part, la création à Paris d’une école de bibliothécaires et, d’autre part, l’ouverture de l’Heure Joyeuse en 1924 sous l’impulsion du Book Committee on Children’s Libraries de New York. Cette première implantation des pratiques bibliothéconomiques nord-américaines, bien qu’ayant rencontré une vive contestation et n’ayant que peu duré, a été, néanmoins, l’occasion de faire connaître celles-ci en France28.

20Durant l’entre-deux-guerres, une troisième étape s’amorce, axée davantage sur la réflexion professionnelle et marquée par trois événements fondamentaux :

  • la création de la Commission de la lecture publique en 1929, qui mènera un vaste travail d’audition de professionnels des bibliothèques tant français qu’étrangers et qui proposera une réorganisation de la lecture publique ;

  • la Conférence d’Alger en 1931, qui poursuivra les réflexions de la précédente Commission et qui accueillera de nombreux délégués étrangers donnant à voir d’autres modèles ;

  • la création de l’Association pour le développement de la lecture publique en 1936, qui comptera parmi ses membres les plus actifs Georgette et Éric de Grolier, qui, en tant qu’anciens élèves de l’école américaine des bibliothécaires, participeront à la diffusion de l’approche américaine.

  • 29 Pichenot François. Le rôle de Jean Hassenforder, op. cit.
  • 30 Ibid, p. 27.

21La quatrième étape, enfin, est celle qui s’ouvre en 1945 avec la création de la Direction des bibliothèques et de la lecture publique (DBLP). En effet, la DBLP proposait trois niveaux dans son programme d’organisation de la lecture publique, s’inspirant de réalisations britanniques et américaines29 : niveau local avec les bibliothèques municipales, niveau régional avec des bibliothèques centrales régionales et niveau national avec une bibliothèque centrale nationale de prêt inspirée de la National Central Library de Londres. Ce projet, notablement inspiré par les propositions du couple Grolier et reprenant à son compte l’idée d’un réseau tel que ceux existant déjà en Grande-Bretagne ou aux États-Unis, bien que s’en écartant en faisant demeurer le cadre départemental, aboutira néanmoins à un échec, faute de moyens. Notons, toutefois, que celui-ci aura été « une importante étape pour l’institutionnalisation de la doctrine anglo-saxonne en terme de bibliothèque publique »30.

Du modèle aux projets

  • 31 Lahary Dominique. La bibliothèque de secteur (1967-1988) : quand s’imaginait un réseau national de (...)

22Par la suite, le débat autour de l’inspiration anglo-saxonne se déplace du terrain de l’hypothèse et de l’expérimentation à celui de la politique. Dans les années 1960, un groupe de bibliothécaires (comprenant Michel Bouvy, Guy Baudin, Albert Ronsin) élabore un modèle à la fois territorial et hiérarchique. Autour de Michel Bouvy, ces professionnels se penchent sur la création de structures de qualité, ayant vocation à s’intégrer un jour à un réseau national. En ce sens, il s’agit de promouvoir l’intercommunalité afin d’obtenir une répartition plus équitable des charges entre collectivités mais aussi entre collectivités et État. Le modèle élaboré tend à desservir une population de 100 000 habitants, supposant donc une division du territoire national en bassins de populations comparables. Ces secteurs sont constitués d’une ville-centre et incluent les zones rurales environnantes. L’objectif aurait été de couvrir l’ensemble du pays d’un réseau cohérent de lecture publique ne laissant aucune zone à l’écart. De toute évidence, la mission de la bibliothèque publique se trouve, dans ce modèle, largement déterminée par l’inspiration anglosaxonne : en effet, de grandes similitudes apparaissent avec les county libraries de Grande-Bretagne, qui fonctionnent sur la base de réseaux intégrés, déployés sur l’ensemble d’un comté31. Au même titre que ses homologues nord-américaines, la bibliothèque française de lecture publique doit devenir une institution culturelle polyvalente, à savoir une médiathèque. Néanmoins, l’inspiration anglo-saxonne de ce modèle est restreinte par l’ambition exprimée de donner un grand poids à l’État et la demande de nationaliser les personnels de catégories A et B, la raison étant que les élus – ainsi que les électeurs – sont tenus pour responsables de la déplorable situation de la lecture publique en France. C’est donc davantage une orientation républicaine que démocratique qui prévaut dans ce modèle.

23À partir de cette réflexion s’amorcent – ce qui s’avère, d’ailleurs, particulièrement révélateur pour la compréhension de l’inspiration anglosaxonne – d’une part, un succès de reconnaissance ainsi qu’un soutien politique du parti socialiste français, d’autre part, la querelle entre « sectoristes » et « communalistes » qui s’ensuivit.

  • 32 Peignet Dominique. La bibliothèque entre mutation de l’offre et mutation de la demande, op. cit.

24La bibliothèque de secteur suscite de vives oppositions, dans lesquelles on trouve des termes d’une grande violence. Le sectorisme se voit baptisé « national-sectorisme », parce que plaçant la bibliothèque en dehors des collectivités territoriales, tandis que les communalistes sont nommés par leurs adversaires « crypto-communalistes ». Au-delà de leur caractère aujourd’hui anecdotique, ces formulations révèlent une certaine influence tant des relations que des débats politiques et idéologiques sur la compréhension de la lecture publique par les professionnels français. Il est intéressant de noter que chacun des deux mouvements se reconnaît mais reconnaît aussi dans l’autre l’inspiration anglo-américaine, conduisant à brocarder par assimilation à ce qui est l’absolu contraire du modèle (communisme par exemple). À partir des années 1980, les bibliothécaires peuvent ainsi s’appuyer sur un ensemble varié de réflexions professionnelles, dépassant le simple cadre politique et théorisant les aspects tant techniques qu’organisationnels du métier. Progressivement les questionnements anglo-saxons portant sur la normalisation informatique, la gestion des catalogues, l’accueil des publics, le marketing, le management, etc. vont trouver un très fort ancrage dans le paysage bibliothéconomique français32.

DES OBSTACLES À UNE INSPIRATION TOTALE

  • 33 Tacheau Olivier. Bibliothèque publique et multiculturalisme aux États-Unis, op. cit.

25La nature politique propre à la bibliothèque française de lecture publique a longtemps endigué, malgré un intérêt prononcé pour les réalisations étrangères, l’enracinement de ces dernières dans les pratiques françaises. À la différence de la France, dont la législation fixe aux collectivités des obligations pour l’entretien et le fonctionnement des établissements, il n’existe pas dans les États anglo-saxons considérés ici de lois encadrant la lecture publique sur tout le territoire national : ainsi, il n’existe pas aux États-Unis de lois fédérales sur les bibliothèques33, l’Allemagne laisse largement aux Länder, en vertu des principes de Kulturhoheit et de Wissenshoheit (prérogative en matière culturelle et scientifique), le soin de la gestion, de l’organisation et de l’inscription dans la vie de la société.

  • 34 Peignet Dominique. La bibliothèque entre mutation de l’offre et mutation de la demande, op. cit.

26L’essence républicaine des bibliothèques françaises, ayant vocation à desservir tous les citoyens de la même manière, partant de la volonté de former des citoyens français ayant et devant disposer d’un bagage culturel homogène, est évidemment contraire à l’approche anglo-américaine prenant davantage en compte la diversité culturelle, fruit de la juxtaposition de communautés. Si les bibliothèques françaises s’attachent prioritairement à une logique d’offre, conduisant à augmenter et étendre les collections, les bibliothèques anglo-saxonnes se tournent vers l’analyse de la demande sociale, incluant une étude approfondie de ses mutations34.

  • 35 Tacheau Olivier. Bibliothèque publique et multiculturalisme aux États-Unis, op. cit.
  • 36 Gitner Fred J., Rosenthal Stuart A. La Queens Library, un modèle au service de la diversité culture (...)
  • 37 Tacheau Olivier. Bibliothèque publique et multiculturalisme aux États-Unis, op. cit.

27De la même manière, les bibliothèques françaises restent largement associées à l’idée de culture légitime. Olivier Tacheau voyait là une différence majeure dans l’approche et la compréhension du livre et de la lecture : en Grande-Bretagne, aux États-Unis, la lecture s’inscrit dans un processus tant d’information que d’éducation et y est vue comme « un outil et un moyen d’appropriation des connaissances au service de l’intégration sociale » ; en France, la lecture est considérée avant tout en tant qu’acte de socialisation35. À l’inverse des bibliothèques françaises, les bibliothèques anglo-saxonnes se penchent résolument sur les cultures et les besoins des groupes d’individus par une étude fine des publics potentiels, l’objectif – officiellement assumé – étant l’intégration de ceux-ci à la société. L’une des clés du succès des bibliothèques – d’abord américaines – réside dans la recherche de liens étroits, d’accords avec des organismes communaux travaillant en direction des immigrants et de contacts directs avec les organisations centrales des communautés36. De la sorte, les bibliothécaires sont en mesure d’évaluer, de façon pertinente, les problèmes spécifiques posés aux différents groupes et de mettre en place des collections fonctionnelles. L’image du bibliothécaire est ainsi très différente : si, en France, il encadre le lecteur et le conduit vers la « bonne » lecture, dans les pays anglo-saxons il l’accompagne, en le laissant libre de ses choix. Dans ce dernier cas, la bibliothèque est comprise en tant qu’équipement au service des individus, s’adaptant généralement à leur langue maternelle et proposant conseils et assistance. Le multiculturalisme développé par les bibliothèques américaines se traduit par une extension de leur collection, intégrant à l’offre « courante » une offre spécifique pour les communautés, mais se traduit aussi par un processus de concentration, au moyen d’annexes ouvertes et réservées à certaines communautés37.

AU PRISME DES INSPIRATIONS

28Au-delà des contraintes inhérentes à l’organisation administrative française, qui restreignent l’importation du seul modèle anglo-saxon – si tant est qu’il n’y ait qu’un seul modèle anglo-saxon – l’incontournable présence de celui-ci dans la construction française de la lecture publique – 75 % des articles traitant de bibliothèques étrangères et parus dans le BBF de 1956 à 2005 abordent ou traitent des situations allemandes, britanniques ou nord-américaines – ne saurait, toutefois, pas masquer d’autres apports étrangers, tout aussi notables bien que moins frappants.

29À commencer par les articles des auteurs étrangers parus dans la littérature professionnelle française. Si les auteurs anglo-saxons sont nombreux à écrire dans le BBF, souvent plusieurs fois – rappelons, à titre d’illustration, l’exemplaire participation de l’Allemand Gernot U. Gabel qui, jusqu’au cours de l’année 2008, totalise vingt-deux articles dans le BBF – de multiples autres nationalités sont aussi bien représentées.

  • 38 Kleindienst Thérèse. Quelques bibliothèques d’étude en URSS. Moscou, Leningrad. À propos. Bulletin (...)
  • 39 Zaïtsev Vladimir Nikolaevitch. Les bibliothèques russes. De l’URSS à la Russie. Bulletin des biblio (...)
  • 40 Les règles du catalogage des collectivités auteurs en URSS. À propos. Bulletin des bibliothèques de (...)
  • 41 Vildé-Lot Irène. La centralisation du catalogue en URSS. À propos. Bulletin des bibliothèques de Fr (...)

30Les réalisations de l’URSS sont ainsi présentées et étudiées : les bibliothécaires soviétiques expliquent le fonctionnement de leurs bibliothèques, certains bibliothécaires français rapportent de voyages d’étude des souvenirs et des observations sur les aspects exclusivement bibliothéconomiques38. Le BBF garde ainsi, curieusement, peu de traces de ce que l’on considère aujourd’hui comme l’un des affrontements idéologiques majeurs de l’humanité et qui s’est dissipé avec l’effondrement du bloc de l’Est. Alors que l’URSS porte grand intérêt aux bibliothèques comme supports de la propagande, « l’unicité de l’espace informationnel » soviétique apparaît néanmoins comme un élément d’organisation envié39. Hormis ce seul critère politique, les principaux thèmes concernant les bibliothèques soviétiques sont avant tout les horaires d’ouverture, généralement vantés, la communication des documents (les facilités de prêt, l’accès libre, etc.) les efforts investis dans l’information bibliographique40, le catalogage41 et le personnel (formation, organisation, etc.).

  • 42 Zaïtsev Vladimir Nikolaevitch. Les bibliothèques russes, op. cit.
  • 43 Poulain Martine. Lire en Russie et aux États-Unis, hier et aujourd’hui. Tour d’horizon. Bulletin de (...)

31Sur la totalité des articles traitant de bibliothèques étrangères et publiés dans le BBF, seuls 8 % ont été consacrés à l’URSS, part, somme toute, minime et qui, dans ces conditions, n’aurait jamais pu faire de la bibliothèque soviétique une alternative bibliothéconomique au modèle anglo-saxon. Avec la chute de l’URSS, les articles, portant sur les pays anciennement occupés ou satellites, apparaissent : la bibliothèque lettone ou estonienne, par exemple, fait partie, désormais, des établissements étudiés. Les articles évoquent, pour certains, la nouvelle situation économique42 et sont davantage une observation d’un état de fait qu’une analyse devant déboucher sur des recommandations à destination des bibliothèques françaises43.

32Autre source non négligeable d’inspiration de la bibliothéconomie française, les pays scandinaves (Suède, Norvège, Finlande) totalisent 14 % des articles traitant de bibliothèques étrangères et publiés dans le BBF. De 1956 à 2005, ils sont régulièrement évoqués. Nous notons qu’à partir de 1996, ils connaissent un regain d’intérêt et le nombre d’articles qui leur sont consacrés retrouve voire dépasse le niveau des années 1956-1960. Toutefois, et toujours en comparaison avec les pays anglo-saxons, cette composante de la réflexion française demeure, elle aussi, statistiquement secondaire.

  • 44 Müller Christoph. Zum Stand des Bibliothekwesens in Buenos Aires. Bibliotheksdienst, 2007, 41e anné (...)
  • 45 Mühlschlegel Ulrike, Müller Christoph. Das Bibliothekswesen in Uruguay. Bibliotheksdienst, 2007, 41(...)
  • 46 Benrubi David-Jonathan. Un regard sur le livre et les bibliothèques au Pérou. Bulletin des biblioth (...)

33Ces modèles, devenus désormais traditionnels, sont, peut-être, en passe de connaître la concurrence de bibliothèques, qui restaient dans l’ombre jusqu’alors. En effet, bien qu’il soit prématuré de tirer des conclusions de ce qui n’est, pour l’heure, qu’une tendance, les récits des voyages des bibliothécaires dans les pays d’Europe de l’Est et d’Amérique du Sud sont peu à peu plus nombreux dans le BBF. Tant en France que dans les pays anglo-saxons, les bibliothèques d’Amérique du Sud suscitent un vif intérêt, en raison des difficultés économiques auxquelles elles doivent faire face44 et de la manière dont elles contournent celles-ci45. Les solutions qu’elles adoptent pour maintenir leur activité, malgré les fortes contraintes budgétaires, si elles n’éveillent pas l’admiration des bibliothécaires français, sont toutefois remarquées46.

Tableau 3 : articles portant sur les pays étrangers, parus dans le journal allemand Bibliotheksdienst (2004-2007)

Tableau 3 : articles portant sur les pays étrangers, parus dans le journal allemand Bibliotheksdienst (2004-2007)

34Concluons sur un constat : si le bibliothécaire français cherche idées et inspiration à l’étranger, afin de mieux répondre aux attentes des usagers, il est, lui aussi, cité en exemple par ses confrères. Les inspirations que nous revendiquons peuvent ainsi parfois n’être jamais que le reflet de nos propres pratiques bibliothéconomiques.

  • 47 Indiquons ici, par exemple, que le cinquantenaire du BBF a été salué dans cette revue. Gabel Gernot (...)

35Le périodique allemand en ligne Bibliotheksdienst, proposé par la Zentralund Landesbibliothek de Berlin, révèle ainsi un intérêt marqué pour les bibliothèques françaises47 (cf. tableau 3). Ce périodique, qui met en ligne, en libre accès depuis 2004 la totalité des articles parus, soit entre 100 et 120 articles par an, se distingue par un intérêt manifeste pour ce qui est réalisé hors de l’aire germanophone. En moyenne, en effet, 10 % des articles sont consacrés aux bibliothèques étrangères : nous remarquons que, globalement, bien que numériquement peu d’articles lui soient consacrés, la France est loin d’être ignorée. Elle paraît, même, soutenir honorablement la « concurrence » des pays anglo-américains.

36Il faut s’y résoudre : la France est – pour le moins dans ce périodique allemand – un sujet d’étude internationale, au même titre que la Grande-Bretagne ou les États-Unis.

Notes

1 Leclerc de Buffon Georges-Louis. Discours sur la Nature des Animaux. In Œuvres complètes. Mises en ordre, etc. par M. le Comte de Lacepède. Tome V. Rapet et Cie, 1818.

2 Pour une étude portant sur une période s’étendant de 1956 à 2005, sept pays ou ensembles politiques ont ainsi été retenus prioritairement comme étant, a priori, les plus susceptibles d’être cités au titre d’une quelconque exemplarité : il s’agit de l’URSS, des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne, de la Norvège, de la Suède et de la Finlande. Au total, sur les cinquante années, 3 997 articles leur sont consacrés ou les mentionnent (cf. tableau n° 1) : ce sont des recensions, des comptes rendus de voyage, des articles rédigés par des confrères étrangers présentant les objectifs et les stratégies de leurs institutions… Il y a donc, de toute évidence, un intérêt marqué en France pour les avancées et les innovations étrangères.

3 Bertrand Anne-Marie. L’éternel retard. Regards sur un demi-siècle, Bulletin des bibliothèques de France, 2006.

4 Journées d’études sur les méthodes des bibliothèques européennes et américaines. Bruxelles, 24 au 26 octobre 1957, Bulletin des bibliothèques de France, 1958, t. 3, n° 3.

5 Bertrand Anne-Marie. L’éternel retard, op. cit.

6 Armatte Michel. La notion de modèle dans les sciences sociales : anciennes et nouvelles significations. In Mathématiques et Sciences sociales ~ Mathematics and Social Sciences, 2005, n° 172 (4).

7 Valéry Paul. Cahiers. 1942. Volume I. Éditions de la Pléiade – Nouvelle Revue Française (NRF), 1974.

8 Le Moigne Jean-Louis. Qu’est-ce qu’un modèle ? Site Internet du Programme européen MCX « Modélisation de la complexité » [en ligne] < http://www.mcxapc.org/docs/ateliers/lemoign2.pdf > (consulté le 5 avril 2008).

9 Armatte Michel. La notion de modèle dans les sciences sociales, op. cit.

10 Varry Dominique. La Révolution Française et la création des bibliothèques publiques : projets et réalité. Bulletin des bibliothèques de France, 1989, t. 34, n° 2-3.

11 Rapport Vandevoorde. Les bibliothèques en France. Droz, 1982. Cité in Bertrand Anne-Marie. L’éternel retard, op. cit.

12 Peignet Dominique. La bibliothèque entre mutation de l’offre et mutation de la demande. Bulletin des bibliothèques de France, 2001, t. 46, n° 4.

13 Pichenot François. Le rôle de Jean Hassenforder dans la connaissance du modèle anglo-saxon de bibliothèque publique en France. Mémoire d’étude du diplôme de conservateur des bibliothèques : école nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques : 2008.

14 Poulain Martine. Retourner à Tocqueville pour comprendre l’histoire comparée des bibliothèques américaines et françaises au XIX e siècle. Bulletin des bibliothèques de France, 2002, t. 47, n° 5.

15 Ibid.

16 Peignet Dominique. La bibliothèque entre mutation de l’offre et mutation de la demande, op. cit.

17 Tacheau Olivier. Bibliothèque publique et multiculturalisme aux États-Unis. Jalons pour repenser la situation française. Mémoire d’étude du diplôme de conservateur des bibliothèques : école nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques : 1998.

18 Tom Geneviève. Le pain de l’esprit à domicile : les bibliobus en France. Une histoire de la lecture publique rurale à travers les revues professionnelles (1956-1986). Site Internet de l’Institut d’Études Politiques (IEP) de Rennes [en ligne] < http://www.rennes.iep.fr/IMG/pdf/Tom.pdf > (consulté le 24 juin 2008).

19 Bertrand Anne-Marie. L’éternel retard, op. cit.

20 Ibid.

21 Richter Noë. La lecture et ses institutions. Plein Chant, 1989. Cité in Bertrand Anne-Marie. L’éternel retard, op. cit.

22 Page d’accueil du Bulletin des bibliothèques de France < http://bbf.enssib.fr

23 Les transformations politiques internationales sont, bien entendu, l’une des limites de cet exercice et si l’on ne saurait considérer l’URSS comme un ensemble politique pertinent après 1989, il nous a semblé toutefois impropre de ne prendre en compte, après cette date, que la seule Russie, distincte des républiques satellites, celles-ci étant parfois citées dans le BBF avant 1989. Il s’avère, par ailleurs, que le terme URSS reste d’usage pendant un certain temps après 1989.

24 Bertrand Anne-Marie. L’éternel retard, op. cit.

25 Tacheau Olivier. Bibliothèque publique et multiculturalisme aux États-Unis, op. cit.

26 Morel Eugène. Bibliothèques, essai sur le développement des bibliothèques publiques et de la librairie dans les deux mondes. Mercure de France, 1908-1909, et Morel Eugène. La librairie publique. Armand Colin, 1910.

27 Pichenot François. Le rôle de Jean Hassenforder, op. cit.

28 Gabel Gernot U. Die Kinderbibliotheken « L’Heure Joyeuse » in Belgien und in Frankreich. Bibliotheksdienst, 2005, 39e année, n° 10.

29 Pichenot François. Le rôle de Jean Hassenforder, op. cit.

30 Ibid, p. 27.

31 Lahary Dominique. La bibliothèque de secteur (1967-1988) : quand s’imaginait un réseau national de lecture publique. BIBLIOthèque(s), revue de l’Association des bibliothécaires de France, n° 28, juin 2006, site Internet de l’Association des bibliothécaires de France [en ligne] < http://www.lahary.fr/pro/2006/BIBLIOtheques28-secteur.htm > (consulté le 5 avril 2008).

32 Peignet Dominique. La bibliothèque entre mutation de l’offre et mutation de la demande, op. cit.

33 Tacheau Olivier. Bibliothèque publique et multiculturalisme aux États-Unis, op. cit.

34 Peignet Dominique. La bibliothèque entre mutation de l’offre et mutation de la demande, op. cit.

35 Tacheau Olivier. Bibliothèque publique et multiculturalisme aux États-Unis, op. cit.

36 Gitner Fred J., Rosenthal Stuart A. La Queens Library, un modèle au service de la diversité culturelle et linguistique. Bulletin des bibliothèques de France, 2007, t. 52, n° 3.

37 Tacheau Olivier. Bibliothèque publique et multiculturalisme aux États-Unis, op. cit.

38 Kleindienst Thérèse. Quelques bibliothèques d’étude en URSS. Moscou, Leningrad. À propos. Bulletin des bibliothèques de France, 1961, t. 6, n° 8.

39 Zaïtsev Vladimir Nikolaevitch. Les bibliothèques russes. De l’URSS à la Russie. Bulletin des bibliothèques de France, 1998, t. 43, n° 4.

40 Les règles du catalogage des collectivités auteurs en URSS. À propos. Bulletin des bibliothèques de France, 1958, t. 3, n° 6.

41 Vildé-Lot Irène. La centralisation du catalogue en URSS. À propos. Bulletin des bibliothèques de France, 1968, t. 13, n° 8.

42 Zaïtsev Vladimir Nikolaevitch. Les bibliothèques russes, op. cit.

43 Poulain Martine. Lire en Russie et aux États-Unis, hier et aujourd’hui. Tour d’horizon. Bulletin des bibliothèques de France, 1996, t. 41, n° 6.

44 Müller Christoph. Zum Stand des Bibliothekwesens in Buenos Aires. Bibliotheksdienst, 2007, 41e année, n° 9-10.

45 Mühlschlegel Ulrike, Müller Christoph. Das Bibliothekswesen in Uruguay. Bibliotheksdienst, 2007, 41e année, n° 6.

46 Benrubi David-Jonathan. Un regard sur le livre et les bibliothèques au Pérou. Bulletin des bibliothèques de France, 2008, t. 53, n° 3.

47 Indiquons ici, par exemple, que le cinquantenaire du BBF a été salué dans cette revue. Gabel Gernot U. 50 Jahre Bulletin des bibliothèques de France. In Bibliotheksdienst, Berlin, 2006, 40e année, n° 12.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : mention des pays dans les articles du BBF (1956-2005)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/750/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau 1 : nombre d’articles mentionnant chaque pays (1956-2005)
Légende URSS = URSS ou Russie - GB = Grande-Bretagne ou Angleterre - États-Unis ou USA
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/750/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 2 : proportion de la mention de chaque pays ou ensemble politique reportée sur le total des sept pays considérés (1956-2005)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/750/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 3 : articles portant sur les pays étrangers, parus dans le journal allemand Bibliotheksdienst (2004-2007)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/750/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Presses de l’enssib, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access