Version classiqueVersion mobile

La prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique

 | 
Louis Wiart

Partie 3. Analyse des conditions de la demande de prescription

Chapitre 2. La distribution des activités prescriptives

Texte intégral

Entre concentration et diversité

Approche par les régimes économiques

1La référence à la diversité culturelle et à sa mise en valeur dans l’univers numérique est très présente dans les discours des acteurs à l’origine des initiatives du Web social, qui s’emparent de la notion dans leur propre intérêt pour justifier et promouvoir les services qu’ils mettent en place [Bouquillion, 2008 ; Bouquillion et Combès, 2011]. Dans cette perspective, il semble que la diversité découle de façon évidente de « l’individualisation des choix permise par les divers dispositifs interactifs » proposés [Bouquillion et Combès, 2011, p. 13]. Côtoyant une vision quelque peu enchantée de la technologie, cette thématique est saisie dans des discours d’accompagnement qu’il convient de dépasser en cherchant à appréhender concrètement les effets des plateformes numériques concernées.

2Comme nous avons eu l’occasion de le souligner dans notre revue de la littérature scientifique, tout un champ d’analyse se focalise aujourd’hui sur les formes que prennent la critique et le bouche-à-oreille sur Internet en tentant de mettre en évidence les logiques qui gouvernent la distribution des prescriptions. Leur point commun est d’éprouver empiriquement l’idée selon laquelle une décentralisation de la prescription produirait un « effet longue traîne », lié à l’augmentation de la quantité d’œuvres critiquées et recommandées en ligne, en même temps qu’un « effet vedettariat », avec un renforcement de la concentration des avis et des commentaires émanant des internautes sur les œuvres vedettes (hits, blockbusters, best-sellers) [Benhamou et al., 2012, p. 95]. En d’autres termes, les outils de prescription qui se développent avec le numérique ne joueraient pas de la même façon sur la visibilité selon le régime économique des biens culturels concernés.

3Observée dans le secteur du cinéma [Dellarocas et al., 2010], de la musique [Bastard et al., 2012] et sur certains sites liés au livre [Peltier et Touré, 2013], cette dynamique souligne la coexistence de différents effets promotionnels, propres aux biens culturels les plus populaires, aux biens de taille intermédiaire et aux biens de niche [Beuscart et Mellet, 2012]. Appréhendés à partir de méthodes quantitatives, les phénomènes de démocratisation et de concentration de la visibilité qui ont été mis au jour favoriseraient une polarisation de l’attention des internautes entre le star-system et les biens de niche, ce qui suggère également que la situation des biens de catégorie intermédiaire s’avérerait la moins avantageuse dans l’univers numérique. Partant de là, nous avons voulu vérifier s’il est possible d’observer ce type de phénomène sur les réseaux socionumériques de lecteurs, dont l’architecture technique présente la particularité de s’articuler autour de l’enjeu de la prescription, en envisageant les effets que les avis de lecteurs en ligne peuvent exercer sur la visibilité des œuvres et, ce faisant, sur le marché du livre.

Discours sur la diversité

4La question de la distribution des activités prescriptives, à travers celle de la diversité culturelle, a été posée aux responsables de réseaux lors de la phase de réalisation des entretiens. Notre objectif était alors d’identifier la perception qu’ils avaient des dynamiques de visibilité à l’œuvre sur les plateformes dont ils ont la charge. Les discours tenus par les responsables interrogés sont marqués par la coexistence de deux tendances qu’ils repèrent sur leurs réseaux et à propos desquelles des pistes d’explication sont généralement avancées.

5En premier lieu, les responsables de réseaux socionumériques de lecteurs reconnaissent que les prescriptions des internautes ont tendance à se concentrer sur les mêmes titres. Selon eux, la popularité des best-sellers est sans commune mesure avec celle des autres livres, ce qui est une illustration du fait que les plateformes reproduisent le star-system. En matière de répartition, il est parfois fait référence au principe de Pareto selon lequel, pour certains phénomènes, 20 % des causes génèrent 80 % des effets, ce qui signifie, dans le contexte des réseaux socionumériques de lecteurs, que 80 % des prescriptions portent sur 20 % des œuvres. À cet égard, certains responsables rencontrés insistent sur l’intérêt qu’ils ont à valoriser les livres les plus connus, tout d’abord pour séduire un public qui se passionne pour les best-sellers et capter une audience élargie, mais également, dans le cas où la plateforme de prescription appartient à une maison d’édition, pour assurer la publicité des titres phares dont elle assure la parution. La cristallisation de l’attention des internautes sur le star-system renvoie alors à des décisions stratégiques et à des choix éditoriaux de mise en avant de l’information par les personnes en charge du réseau socionumérique.

« On a intérêt à travailler sur les best-sellers, car c’est ce qui nous fait gagner en visibilité et c’est ce qu’attend la majorité des gens. » Entrée Livre

« Nos mises en avant sont sur nos plus gros best-sellers, c’est normal. Et puis, c’est ce qu’ils attendent aussi. » Lecture Academy

« Il y a d’abord l’incontournable (par exemple Hunger Games) : on a tout intérêt à en parler, pour qu’on soit lu, pour que des internautes écrivent des commentaires […] On va faire des articles sur des livres incontournables, parce que les gens ont envie de lire ça, et que ça nous ramène du public. » À blog ouvert

6Mais le principal registre d’explication avancé est d’ordre mécanique : le marché du livre étant dominé par les meilleures ventes, il apparaît logique que les utilisateurs des réseaux s’expriment majoritairement à propos de cette catégorie de livres. Le rapport de causalité n’est jamais vraiment développé par les responsables, sans doute parce qu’il est perçu comme évident, ce dont témoigne le recours à des adverbes tels que « forcément », « évidemment » ou « mécaniquement » pour décrire la présence des best-sellers. C’est une transparence entre le succès commercial et les activités en ligne qui est en quelque sorte postulée, les œuvres les mieux vendues réalisant presque automatiquement de meilleures performances sur les réseaux. En guise d’exemples, des titres dont la notoriété n’est plus à démontrer sont volontiers cités (Twilight, Hunger Games, Blake et Mortimer, XIII, Harry Potter, Thorgal, La vérité sur l’affaire Harry Quebert, Astérix, Titeuf, etc.).

« Les livres les plus critiqués font aussi mécaniquement de très bonnes ventes : Hunger Games de Suzanne Collins, Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates d’Annie Barrows et La vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker étant sur le podium », Babelio [Wiart, 2014b].

« Les forums les plus commentés sont évidemment ceux qui concernent les best-sellers. » BDGest

« Sur le catalogue des un peu plus de un million de livres qui existent en France, on se retrouve sur une niche vraiment très solide, qui est un peu toujours la même, et qui contient les best-sellers. » Lecteurs

7De façon conjointe, les responsables de plates-formes identifient un effet positif sur la découverte de livres et la diversité littéraire. Un grand nombre de titres peu connus font ainsi l’objet de prescriptions de la part d’internautes, ce qui provoquerait un élargissement des perspectives de visibilité. Pour expliquer cette dynamique, les responsables évoquent tour à tour l’influence de leurs choix éditoriaux, des moteurs de recommandation informatique, des outils sociaux de partage et de prescription, ou encore celle des événements et des opérations spéciales qu’ils organisent. À les entendre, tous ces éléments favoriseraient la découverte et permettraient de valoriser d’une façon ou d’une autre un éventail élargi d’œuvres littéraires. Il est intéressant de remarquer que, chez un nombre significatif de responsables interrogés, la plateforme ne semble pas exercer de médiation lorsqu’il s’agit d’évoquer les phénomènes liés au vedettariat, avec un registre d’explication qui externalise les effets en insistant sur la transparence entre le marché et les activités en ligne, tandis qu’à l’inverse, les logiques favorables à la diversité et à la longue traîne sont, dans leurs analyses, internalisées et directement imputables à la médiation exercée par la plateforme.

« C’est une des forces du site que d’amener nos membres à s’intéresser à des œuvres moins connues : si un ami vous encourage à voir un film peu connu et/ou sorti il y a longtemps, il y a de fortes chances que vous suiviez son conseil », SensCritique [Wiart, 2014b].

« Pour revenir à la question de la diversité culturelle, clairement, à chaque fois qu’on améliore la qualité de l’algorithme, on voit qu’il y a plus de livres ajoutés. L’algorithme contribue à la croissance naturelle du site. Mais bon, personnellement, je pense que oui, ça améliore la diversité. » Babelio

8On l’a compris, les responsables de réseaux socionumériques de lecteurs évoquent généralement l’existence d’un double effet, tout à la fois favorable aux best-sellers et à la découverte de livres moins connus, sans pour autant l’avoir mesuré empiriquement. C’est la raison pour laquelle il nous paraît important d’aller au-delà de ces prises de position et d’analyser précisément les dynamiques qui sous-tendent la visibilité des œuvres en ligne à travers une analyse quantitative de la distribution des activités prescriptives.

Étude de cas : le réseau Babelio

Rappel méthodologique

9L’entrée que nous proposons dans cette problématique s’appuie sur des données relatives à Babelio, dont le volume de critiques et d’évaluations hébergé est très important puisque le réseau revendique en 2014 plus de cinq cent mille chroniques de lecteurs [Wiart, 2014b]. Notre objectif est d’effectuer une comparaison en ce qui concerne la visibilité des titres entre le réseau Babelio et les médias traditionnels, et ce afin de mettre en évidence l’existence éventuelle d’un « effet longue traîne » ou d’un « effet vedettariat ». La méthodologie de recherche, qui s’inscrit dans la lignée des études portant sur la distribution des évaluations en ligne pour les biens culturels, a été précisée dans la première partie de ce livre. Rappelons tout de même quelques principes de notre méthode, qui repose sur la mise en rapport d’indicateurs de visibilité en ligne et hors ligne pour des œuvres littéraires.

10Sur un corpus délimité de livres (mille nouveautés romanesques parues en France entre le 28 août 2012 au 26 octobre 2012), nous avons recueilli en avril 2014, à partir de la base bibliographique Electre conçue pour les professionnels du livre et de l’édition, toutes les informations disponibles sur le livre lui-même (titre, auteur, ISBN, éditeur, distributeur, genre, langue d’origine), sur sa performance commerciale (statistiques de ventes tirées des estimations d’Ipsos) et sur les critiques émanant de médias traditionnels (passages des romans à la télévision, dans la presse écrite et à la radio). Parallèlement, nous nous appuyons sur des données fournies par Babelio, à savoir le nombre de critiques, le nombre de notes et la note moyenne obtenue sur le réseau. C’est ce second ensemble de données qui correspond à notre indicateur de visibilité en ligne.

La distribution des évaluations selon une loi de puissance

11Lorsqu’il s’inscrit sur Babelio, un internaute peut publier des évaluations sur n’importe quel livre référencé dans la base de données. Le choix des livres est laissé libre pour l’internaute, dont l’évaluation combine une dimension arithmétique (l’attribution d’une note) et/ou une dimension expressive (la rédaction d’une critique) [Beauvisage et al., 2013]. Il apparaît avec le graphique 2 que la courbe de distribution statistique des critiques sur Babelio obéit à une loi de puissance : l’attention des internautes sur le réseau socionumérique de lecteurs fait l’objet d’une répartition très inégale, avec peu de titres qui concentrent un grand nombre de critiques et beaucoup de titres qui en reçoivent un nombre très réduit. Plus précisément, le top 5 des livres les plus évalués rassemble à lui seul 32 % des critiques de l’échantillon, et si l’on élargit ces résultats au top 20, c’est alors 54 % des critiques qui sont concernées.

Graphique 2. Distribution du nombre de critiques par livre sur Babelio

Graphique 2. Distribution du nombre de critiques par                             livre sur Babelio

12

Tableau 46. Top 20 des livres ayant reçu le plus de critiques sur Babelio

Titre

Auteur

Nombre de critiques

% des critiques de l’échantillon

La vérité sur l’affaire Harry Quebert

Joël Dicker

538

8 %

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

Jonas Jonasson

516

8 %

Cinquante nuances de Grey, 1

E. L. James

437

7 %

Une place à prendre

J. K. Rowling

315

5 %

Certaines n’avaient jamais vu la mer

Julie Otsuka

289

4 %

Le trône de fer : l’intégrale

George R. R. Martin

143

2 %

Ne me touche pas

Tahereh Mafi

134

2 %

14

Jean Echenoz

126

2 %

Complètement cramé !

Gilles Legardinier

122

2 %

La lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry arriva le mardi…

Rachel Joyce

111

2 %

La stratégie Ender

Orson Scott Card

107

2 %

Kaïken

Jean-Christophe Grangé

100

2 %

Le Dernier Lapon

Olivier Truc

79

1 %

Atomka

Franck Thilliez

79

1 %

Troisième humanité

Bernard Werber

69

1 %

À découvert

Harlan Coben

65

1 %

L’hiver du monde

Ken Follett

61

1 %

Sacrifices

Pierre Lemaitre

56

1 %

Le cercle

Bernard Minier

55

1 %

Fête fatale

William Katz

55

1 %

13Pour expliquer cette concentration des critiques sur quelques œuvres littéraires, on pourrait supposer qu’un livre reçoit davantage d’évaluations de la part des internautes précisément parce qu’il est très apprécié. La note moyenne de l’ensemble des titres de l’échantillon est de 3,5/5, ce qui traduit une sorte de consensus autour d’une note que l’on pourrait qualifier de « plutôt bonne ». Comme on le voit avec le graphique 3, qui met en rapport le nombre de critique obtenu par chaque roman avec sa note moyenne, l’essentiel des livres de notre échantillon affiche une note moyenne comprise entre 3 et 4,5. À la lecture de ces données, rien ne paraît indiquer que les livres les plus critiqués soient également les mieux notés : ceux-ci figurent plutôt au milieu de tous les autres dans le ventre mou des évaluations. Autrement dit, le nombre de critiques reçu par un titre ne semble pas traduire une satisfaction particulière de la part du lectorat, mais est bien davantage le résultat d’une popularité et d’une notoriété dont il nous reste encore à appréhender les signes les plus tangibles.

Graphique 3. Nombre de critiques reçues en fonction de la note moyenne

Graphique 3. Nombre de critiques reçues en fonction                             de la note moyenne

Note : nous avons écarté les livres qui n’avaient reçu aucune note ni aucune critique.

Le poids du succès commercial

14Au-delà de ce premier constat, il est intéressant de mettre en regard les données relatives à Babelio avec des indicateurs de succès commercial. Dans cette perspective, nous avons divisé notre échantillon en fonction des résultats des romans sur le plan des ventes :

  • les romans superstars (vendus entre neuf cent trente-cinq mille et cinquante mille exemplaires), qui correspondent à un effectif de vingt titres et à 2 % de notre échantillon ;

  • les romans middlestars (vendus entre cinquante mille et deux mille exemplaires), catégorie constituée de cent soixante-huit titres qui pèsent près de 17 % de notre échantillon ;

  • les romans de niche (vendus à moins de deux mille exemplaires), au nombre de huit cent neuf et qui représentent 81 % de notre échantillon.

15Il ressort du tableau 47 que le nombre moyen de notes et de critiques par titre croît en fonction du succès commercial : les romans superstars enregistrent en moyenne trois cent quatre-vingt notes et cent vingt et une critiques, contre cinquante-trois notes et dix-huit critiques pour les romans middlestars et quatre notes et 1,5 critique pour les romans de niche. Plus un livre a été vendu, plus celui-ci est susceptible de recevoir des évaluations sur Babelio, ce qui donne l’occasion de souligner la continuité qui existe effectivement entre la réalité commerciale du marché du livre et la prescription littéraire sur Internet.

Tableau 47. Critiques et notes sur Babelio en fonction du succès commercial

Effectif

Notes

Critiques

Nombre moyen de notes reçues/titre

Nombre moyen de critiques reçues/titre

Ratio Notes/

Critiques

Romans superstars

20

7 600

2 423

380

121,1

3,1

Romans middlestars

168

9 016

3 052

53,6

18,1

2,9

Romans de niche

809

3 345

1 234

4,1

1,5

2,7

Total

997

19 961

6 709

20

6,7

2,9

16D’une manière générale, il est plus fréquent pour un internaute de mettre une note à un livre que d’en rédiger la critique sur Babelio. En moyenne, les romans qui composent notre échantillon obtiennent vingt notes et 6,7 critiques, ce qui signifie qu’ils enregistrent 2,9 notes pour une critique. Il y a donc un écart important mais plutôt logique entre les activités de prescription qui reposent sur un effort de rédaction et celles qui se limitent à un simple clic. Toutefois, cet écart se réduit à mesure que le succès commercial des romans diminue : les romans de niche ont un ratio notes/critiques moins élevé (2,7) que les romans middlestars (2,9), qui ont eux-mêmes un ratio moins élevé que les romans superstars (3,1). Il semble que les romans de niche se signalent par une meilleure capacité à traduire une lecture en activité prescriptive rédactionnelle. Après avoir lu un livre, un internaute inscrit sur Babelio peut lui mettre une note ou en rédiger la critique (ou les deux), et cet arbitrage se fait davantage en faveur de la rédaction d’une critique pour les livres les moins vendus et les moins évalués. Pour le dire autrement, moins un livre rencontre de succès commercial, moins il obtient d’évaluations d’internautes, mais plus les lecteurs de ce livre sur Babelio auront tendance à en rédiger la critique. Pour certains lecteurs de romans superstars ayant déjà reçu plusieurs dizaines voire centaines de critiques, il y a sans doute un effet désincitatif à rédiger une critique supplémentaire qui viendra s’ajouter à cet énorme volume.

Tableau 48. Notes sur Babelio en fonction du succès commercial

Effectif

Note moyenne

Note médiane

Écart-type

Superstar

20

3,6

3,7

0,43

Middlestar

163

3,5

3,6

0,53

Niche

416

3,5

3,5

0,83

Total

599

3,5

3,5

0,75

Hors titres non référencés ou n’ayant reçu aucune note, soit à partir d’un échantillon de cinq cent quatre-vingt-dix-neuf titres.

17À propos de la note moyenne, nous avons montré plus haut que celle-ci s’établit à 3,5/5 pour l’ensemble des titres de l’échantillon, mais qu’il ne semble pas y avoir de relation entre le fait qu’un livre ait obtenu une bonne note et le nombre de critiques reçues. Cette question de la valeur de la note mérite d’être éclairée sous un autre angle : les livres qui se vendent le mieux obtiennent-ils également de meilleures notes ? Ce n’est pas vraiment le cas, puisque selon les strates de succès commercial considérées, la note moyenne oscille entre 3,6 et 3,5. Les romans superstars apparaissent comme les mieux notés, mais la faiblesse de l’écart, qui est à souligner, montre que finalement les trois catégories se tiennent à peu près toutes. À cet égard, l’écart-type est de 0,75, ce qui nous renseigne sur la dispersion des valeurs par rapport à la note moyenne. Cet écart-type est plus faible pour la strate supérieure (superstar, 0,43), qui se signale par davantage d’homogénéité que la strate du milieu (middlestar, 0,53), mais également que la strate inférieure (niche, 0,83), où l’on observe une dispersion des valeurs plus marquée. Si les trois catégories de romans ont pratiquement la même note moyenne, la différence entre les écarts-types révèle une plus grande dispersion des notes à mesure que les ventes diminuent mais surtout, ce qui est somme toute logique, à mesure que les effectifs deviennent beaucoup plus importants. Les graphiques en bâtons présentés ci-dessous permettent de vérifier visuellement cette dispersion des notes moyennes.

Graphique 4. Notes moyennes des romans superstars

Graphique 4. Notes moyennes des romans superstars

Graphique 5. Notes moyennes des romans middlestars

Graphique 5. Notes moyennes des romans                             middlestars

Graphique 6. Notes moyennes des romans de niche

Graphique 6. Notes moyennes des romans de niche

Une polarisation de la prescription

Renforcement de l’attention sur le star-system

18En comparant ces données avec celles relatives à la couverture des romans dans les médias traditionnels, il apparaît que la plupart du temps les livres les plus vendus sont également ceux qui bénéficient d’une meilleure visibilité médiatique, ce qui se retrouve à travers la tendance décroissante des courbes présentées dans les graphiques 7 et 8. Cela est vrai pour les médias traditionnels (presse, radio, télévision), mais aussi pour Babelio, dont les évaluations émanant d’internautes sont surtout concentrées dans la partie gauche du graphique relatif aux critiques en ligne. Ce phénomène est compréhensible compte tenu du rôle prescripteur des médias hors ligne et en ligne : un roman qui se sera fait connaître à travers une émission ou un article, et qui bénéficie d’un bouche-à-oreille sur Internet, a plus de chance de trouver un public qu’un roman dont il n’est question nulle part. De même, un roman qui suscite l’intérêt du public et qui enregistre des niveaux de ventes intéressants multipliera les opportunités d’être repéré et mis en avant par un média, et de donner lieu à des critiques sur Internet. Toutefois, pour les critiques sur Babelio, la courbe obtenue se présente différemment : plus aplatie, celle-ci s’élève brusquement sur certains points du graphique. En dehors de ces pics de prescription, l’aplatissement de la courbe, qui est visuellement constaté, semble se produire aux dépens du ventre de la distribution, c’est-à-dire des romans de catégorie intermédiaire, à propos desquels on constate une moindre présence sur le réseau socionumérique de lecteurs.

Graphique 7. Couverture médiatique dans les médias traditionnels. Titres classés en fonction des ventes

Graphique 7. Couverture médiatique dans les                                 médias traditionnels. Titres classés en fonction des ventes

Graphique 8. Nombre de critiques sur Babelio. Titres classés en fonction des ventes

Graphique 8. Nombre de critiques sur Babelio.                                 Titres classés en fonction des ventes

19Par ailleurs, le graphique 9 donne l’occasion de vérifier que le réseau Babelio se caractérise par un renforcement de l’attention sur les best-sellers par rapport aux médias traditionnels. C’est ainsi que sur Babelio les romans « superstars » concentrent respectivement 38 % et 36 % des notes et des critiques, tandis que ceux-ci ne représentent que 29 % des passages à la télévision, 22 % des passages à la radio et 20 % des critiques de presse. À l’autre extrême de la distribution, les livres de niche ne semblent pas bénéficier d’un meilleur traitement sur Babelio, puisque cette catégorie de livres rassemble 17 % des notes et 18 % des critiques, contre 33 % pour la radio et la presse écrite. Entre ces deux pôles, il apparaît que les romans « middlestars » occupent moins de place sur Babelio que dans la plupart des autres médias : 56 % des passages télévisés concernent des titres issus de cette catégorie, alors que ce chiffre est de 47 % pour la presse, 45 % pour la radio et 45 % pour le réseau socionumérique de lecteurs.

Graphique 9. Couverture médiatique : superstar, middlestar et niche

Graphique 9. Couverture médiatique : superstar,                                 middlestar et niche

20De tels résultats vont clairement dans le sens d’une concentration accrue des prescriptions en ligne sur les livres les mieux vendus. En allant plus loin, il apparaît que les titres les plus plébiscités sur Babelio sont aussi ceux qui jouissent déjà d’une couverture médiatique importante dans les médias traditionnels. Le mécanisme de reproduction du succès commercial est donc à rapprocher d’une dynamique similaire de reproduction du succès médiatique. Le graphique 10 nous donne des clefs de compréhension de ce phénomène. Le nombre de critiques reçues sur Babelio est mis en rapport avec le rang occupé dans les médias traditionnels, tandis que de l’autre côté de la ligne en pointillé se trouvent les titres qui n’ont bénéficié d’aucun traitement à la télévision, à la radio et dans la presse. Par exemple, le roman La vérité sur l’affaire Harry Quebert, le plus populaire sur Babelio avec plus de cinq cents critiques d’internautes, est situé à l’extrémité gauche du graphique, car il s’agit également du titre de notre échantillon qui a été le plus souvent mis en avant dans les médias traditionnels. Dans son sillage, Cinquante nuances de Grey, Une place à prendre ou encore Certaines n’avaient jamais vu la mer se caractérisent par un cumul de visibilité semblable.

Graphique 10. Critiques sur Babelio. Titres classés en fonction du rang occupé dans les médias traditionnels

Graphique 10. Critiques sur Babelio. Titres                                 classés en fonction du rang occupé dans les médias traditionnels

21L’agrégation et l’élévation des points dans la partie gauche du graphique témoignent d’une tendance à la reproduction sur Babelio des hiérarchies des médias traditionnels. En outre, certains livres comme La stratégie Ender, Le trône de fer ou Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire bénéficient d’une visibilité accrue sur Babelio, sans doute liée à l’écho obtenu par leurs adaptations audiovisuelles. Quoi qu’il en soit, ces éléments nous apportent la confirmation que le réseau socionumérique de lecteurs fonctionne comme une caisse de résonance, en amplifiant et en reproduisant les trajectoires de succès des romans.

22Cette dynamique est susceptible de s’expliquer par la continuité qui existe entre le marché, la prescription dans les médias traditionnels et les activités en ligne. Une telle situation nous renvoie également au « paradoxe de l’infobésité » selon lequel « face à un trop-plein d’informations, les agents économiques, dont le temps à consacrer à ce type d’activité est fini, mettent en place différents filtres (cognitifs, sensoriels, etc.) qui les amènent à privilégier une recherche pré-balisée plutôt que réellement ouverte », c’est-à-dire « orientée autour d’artistes disposant d’une notoriété et d’une puissance promotionnelle déjà très importante ex ante » [Xerfi, 2014, p. 54]. Dans ce contexte, s’il devient a priori plus facile d’accéder à la visibilité sur Internet, les œuvres et les auteurs les plus connus sortent immanquablement du lot en raison de la constitution sur le Web de « goulots d’étranglement médiatiques nécessitant, pour être franchis, des moyens très importants » [Beuscart et Mellet, 2012, p. 234].

23À cet effet de reproduction du succès s’ajoute sans doute l’influence des formes de médiation mises en place par le réseau, qu’il s’agisse des solutions publicitaires vendues à des maisons d’édition qui ont les moyens d’investir dans des campagnes promotionnelles en ligne, des moteurs de recommandation informatisés dont l’impact sur la diversité est aujourd’hui débattu par la communauté universitaire [Chartron et Kembellec, 2014], ou encore de l’interface de navigation, largement organisée en rubriques qui prennent appui sur des critères quantitatifs liés à la popularité des œuvres (« Livres les plus populaires de la semaine », « Livres les plus critiqués », « Livres les plus appréciés », etc.), ce qui présente un risque d’enfermement de l’internaute [Dellarocas et al., 2010]. Au-delà des lois générales qui régissent la focalisation de l’attention des internautes sur le Web, la manière dont le réseau socionumérique est pensé et construit n’est certainement pas dépourvue d’impact sur la distribution des prescriptions.

24Alors que les logiques à l’œuvre sur Babelio semblent aller dans le sens de la présence d’un effet vedettariat, le dernier graphique présenté témoigne d’une autre tendance qui coexiste avec celle que nous venons d’évoquer : beaucoup de titres qui se situent au-delà de la ligne d’exclusion font l’objet de critiques et de notes sur le réseau, avec parfois des niveaux d’activités relativement importants, tandis que, dans le même temps, ces livres sont absents des médias traditionnels. Selon nous, c’est l’illustration du fait qu’au-delà d’une concentration significative des prescriptions sur le star-system, plus de romans différents accèdent à une visibilité sur le réseau socionumérique de lecteurs.

Ouverture de l’accès à la visibilité

25Parallèlement à l’effet vedettariat observé, il est en effet possible d’identifier une démocratisation de l’accès à la visibilité pour un certain nombre de titres de l’échantillon, qui bénéficient d’une exposition en ligne. Le graphique 11 met en évidence le fait que davantage de romans font l’objet de prescriptions sur Babelio que dans les médias traditionnels. Plus précisément, 33 % des titres ne sont pas référencés sur Babelio, tandis que 16 % des titres sont référencés, puisqu’ils disposent d’une notice de présentation, mais n’ont reçu aucune critique de la part d’internautes. En additionnant ces deux nombres, nous observons donc que 49 % des titres échappent aux activités de prescription des membres de la plateforme. L’examen des chiffres relatifs aux médias traditionnels montre que le filtre qui s’exerce restreint encore plus l’accès à la visibilité dans la mesure où 93 % des titres n’ont bénéficié d’aucun passage à la télévision, 89 % à la radio et 67 % dans la presse écrite. Au total, six cent soixante-deux romans n’ont obtenu aucune critique dans les médias traditionnels, contre quatre cent quatre-vingt-huit pour Babelio. De plus, quand on considère l’ensemble des médias traditionnels, le nombre de livres sans couverture médiatique atteint 67 %, comme pour la presse prise isolément, ce qui veut dire qu’un cumul se produit : les titres dont il est question à la radio et à la télévision sont globalement les mêmes que dans la presse écrite.

Graphique 11. Répartition des critiques selon les médias

Graphique 11. Répartition des critiques selon les                                 médias

26Ces données vont dans le sens d’une dynamique favorable à la diversité littéraire dans l’univers numérique, où un grand nombre de romans accède à une visibilité qui leur est d’habitude refusée dans les médias traditionnels. L’élément d’explication qui peut être avancé est l’abaissement de barrières à l’entrée qui permet à des œuvres méconnues, n’ayant pas forcément de place dans les médias traditionnels, de gagner en visibilité sur Internet. À cela s’ajoute le fait que, contrairement à la presse, à la radio ou à la télévision, le réseau socionumérique de lecteurs est caractérisé par une absence de limites physiques quant aux contenus qu’il est susceptible d’héberger. De plus, il s’appuie sur une masse d’internautes-contributeurs dont le nombre est largement plus élevé que celui de la rédaction de n’importe quel média.

Graphique 12. Passages dans les médias traditionnels

Graphique 12. Passages dans les médias                                 traditionnels

27Parmi les médias traditionnels, la presse écrite apparaît comme celui qui accorde le plus de place à l’actualité littéraire. Lorsqu’on examine tous les titres qui connaissent un passage dans ces médias, seulement 2,7 % d’entre eux le font en dehors de la presse écrite, c’est-à-dire uniquement à la radio et/ou à la télévision. Comme nous l’avons déjà souligné précédemment, la radio et la télévision, qui proposent une couverture médiatique plus restreinte pour la littérature romanesque, évoquent presque toujours des livres dont la présence est également assurée dans la presse. De plus, le cumul de visibilité dans les médias traditionnels, autrement dit le fait d’être présent dans différents types de médias en même temps, est régulièrement observé et concerne principalement des romans superstars et middlestars.

28Le constat posé à propos de la place occupée par les médias n’est pas sans rappeler les conclusions de Jean-Samuel Beuscart et Kevin Mellet [2012, p. 77] qui montrent que dans le domaine du livre les relations des éditeurs avec la presse sont très importantes et que « l’essentiel des dépenses publicitaires du secteur se porte vers la presse écrite, ce qui s’explique d’abord par l’affinité des supports écrits – les lecteurs de livres sont aussi des lecteurs de journaux et de magazines ». Il existerait donc des rapports étroits entre les deux secteurs, liés à une continuité de pratiques, qui expliquerait qu’on parle d’abord de livres dans la presse écrite.

Tableau 49. Titres avec au moins un passage dans un média traditionnel

N

%

Presse + radio + télévision

44

13,1 %

Presse + radio

54

16,1 %

Presse + télévision

21

6,3 %

Radio + télévision

1

0,3 %

Presse

207

61,8 %

Radio

7

2,1 %

Télévision

1

0,3 %

Total

335

100 %

Ruptures et continuités avec les médias traditionnels

29L’analyse de la distribution des prescriptions nous amène à considérer d’autres variables susceptibles de jouer un rôle significatif sur le réseau Babelio. Ainsi, les œuvres appartenant à la littérature de genre sont mieux représentées sur Babelio que dans les médias traditionnels. La science-fiction, le fantastique et la fantasy, ainsi que les romans policiers et les thrillers, enregistrent de bien meilleurs résultats. Si, par exemple, seulement 2 % des critiques de médias sont dédiées à des livres relevant des littératures de l’imaginaire, ce chiffre passe à 15 % sur Babelio. Ces genres plutôt délaissés par la critique professionnelle bénéficient fortement des prescriptions émanant des internautes, qui leur accordent une grande attention. De plus, les romans anglophones pèsent un poids plus important sur Babelio, où 44 % des critiques portent sur des livres traduits de l’anglais contre 27 % pour les médias traditionnels. Cette donnée n’est pas sans rapport avec le constat posé précédemment, la littérature de genre étant fréquemment traduite de l’anglais.

Tableau 50. Répartition des critiques par genre

Genres

% de livres

% de critiques Babelio

% de critiques médias

Littérature contemporaine

58 %

64 %

82 %

Science-fiction, fantastique et fantasy

10 %

15 %

2 %

Policiers et thrillers

18 %

19 %

13 %

Littérature régionale

8 %

0 %

1 %

Romans historiques

6 %

2 %

2 %

Tableau 51. Répartition des critiques par langue

Langue d’origine

% de livres

% de critiques Babelio

% de critiques médias

Francophone

68 %

42 %

58 %

Anglophone

19 %

44 %

27 %

Reste du monde

13 %

14 %

15 %

30En dernière approche, il convient d’aborder la question des maisons d’édition. Le millier de romans sur lequel nous avons travaillé a été publié par un total de trois cent soixante-treize maisons d’édition, qui ont chacune publié entre un et quarante-huit titres de notre échantillon. Si l’immense majorité de ces éditeurs n’a publié qu’un seul roman, une poignée d’entre eux seulement est à l’origine de plusieurs publications. Dans le tableau 52, nous avons retenu une sélection de vingt maisons d’édition parmi les plus installées dans le paysage littéraire français, qui se signalent par leur notoriété et par l’importance de leur activité éditoriale. Il apparaît qu’à elles seules, ces vingt maisons d’édition ont publié 23 % des romans de l’échantillon, qui concentrent dans le même temps 69 % des ventes. Du point de vue de la prescription, les romans publiés par ces éditeurs rassemblent 60 % des critiques issues des médias traditionnels et 59 % des critiques de Babelio. À travers ces chiffres, on retrouve la structure de l’oligopole à frange qui caractérise le secteur de l’édition, avec un groupe réduit de grosses structures qui publient l’essentiel de la production et captent une large partie des revenus, et une multitude de petites entreprises aux publications généralement moins nombreuses et aux parts de marché très faibles [Benhamou, 2003]. Cette configuration se traduit également au niveau de la prescription, dans des proportions équivalentes en ce qui concerne la critique amateur et la critique professionnelle.

Tableau 52. Répartition des critiques selon les maisons d’édition

Maisons d’édition

Nombre de romans

% des critiques Babelio

% de critiques médias

Presses de la Cité

28

10 %

1 %

Gallimard

27

3 %

13 %

Actes Sud

18

2 %

2 %

Albin Michel

15

5 %

5 %

Calmann-Lévy

15

1 %

1 %

Grasset

14

7 %

10 %

Belfond

13

1 %

1 %

Seuil

13

6 %

3 %

Flammarion

11

2 %

5 %

Fleuve noir

9

4 %

2 %

Fayard

9

0 %

1 %

Lattès

8

7 %

3 %

Robert Laffont

7

1 %

2 %

Michel Lafon

7

3 %

1 %

Rivages

7

0 %

1 %

Stock

6

0 %

1 %

Plon

5

1 %

1 %

Mercure de France

5

0 %

1 %

XO

5

3 %

1 %

Minuit

4

3 %

5 %

Exploration de la longue traîne

31À ce stade, nous nous interrogeons sur les caractéristiques des livres qui sont exclus des médias traditionnels mais qui obtiennent tout de même des évaluations sur Babelio. C’est effectivement l’analyse de ces romans qui révèle la spécificité de l’effet longue traîne sur le réseau socionumérique de lecteurs. Plus précisément, le contingent de références sur lequel nous travaillons dans cette section est constitué de livres sélectionnés selon deux critères : n’avoir bénéficié d’aucun passage dans les médias traditionnels, tout en ayant reçu au moins une critique sur Babelio.

32Au total, il s’agit de deux cent trente-trois titres parmi lesquels figurent 80 % de romans de niche et 20 % de romans middlestars. De plus, 80 % des titres qui concentrent dans le même temps 77 % des critiques ont été publiés par des maisons d’édition ne figurant pas parmi les vingt structures les plus installées dans le paysage littéraire français que nous avons repérées plus haut. Le fait qu’on retrouve une très large majorité de romans de niche et de titres publiés en dehors des éditeurs qui appartiennent à notre top 20, montre que l’abaissement des barrières à l’entrée de la visibilité sur Babelio par rapport aux médias traditionnels se produit en bonne partie au bénéfice d’œuvres littéraires et de structures éditoriales à la notoriété moins évidente. En outre, les livres qui profitent de l’effet longue traîne reçoivent en moyenne cinq critiques, mais il apparaît que près de 50 % d’entre eux ont obtenu une à deux critiques, ce dont témoigne le graphique 13. La réalité que nous mettons en lumière est donc celle d’un effet longue traîne dans lequel on retrouve un grand nombre de livres peu connus, qui reçoivent chacun une poignée d’évaluations émanant d’internautes.

Graphique 13. Effet longue traîne sur Babelio. Nombre de critiques reçues par les romans

Graphique 13. Effet longue traîne sur Babelio.                                 Nombre de critiques reçues par les romans

33En analysant la langue d’origine de ces romans, on remarque que si la littérature francophone reste majoritaire en nombre de livres représentés, la littérature anglophone concentre davantage de critiques sur un effectif plus restreint de titres : 28 % des livres rassemblent ainsi 50 % des critiques. Du reste, le ratio qui met en rapport le nombre de critiques reçues avec le nombre de titres concernés est nettement plus élevé du côté des romans anglophones : chacun de ces titres reçoit en moyenne 9,6 critiques, contre 3,8 pour les romans francophones et 3,1 pour ceux issus du reste du monde. Dans le même temps, une approche par genres montre une dynamique quelque peu similaire. Avec 43 % des romans, la littérature contemporaine semble mieux représentée, mais cette catégorie rassemble seulement 25 % des critiques publiées par les internautes. À l’inverse, à partir d’effectifs plus réduits, les livres qui relèvent de la science-fiction, de la fantasy et du fantastique réunissent 47 % des critiques, tandis que les romans policiers et les thrillers affichent un score de 22 %. Ces genres en particulier présentent des ratios respectifs de 11,5 et 5,3 critiques par titre, ce qui est bien plus élevé que les résultats obtenus pour les autres catégories de livres. À bien des égards, les livres absents des médias traditionnels et dont les lecteurs parlent tout de même sur Babelio sont à l’image de l’ensemble de l’échantillon sur lequel nous avons travaillé jusqu’à présent, avec majoritairement des titres francophones et de littérature contemporaine, mais nos résultats montrent avant toute chose une inclinaison particulièrement forte pour les romans anglophones et la littérature de genres, qui cristallisent davantage l’attention des internautes et concentrent un nombre plus élevé de prescriptions.

Tableau 53. Effet longue traîne sur Babelio. Répartition des critiques par langue

Langue d’origine

% de livres

% de critiques

Ratio nombre de critiques/nombre de titres

Francophone

60 %

43 %

3,8

Anglophone

28 %

50 %

9,6

Reste du monde

12 %

7 %

3,1

Tableau 54. Effet longue traîne sur Babelio. Répartition des critiques par genre

Genres

% de livres

% de critiques

Ratio nombre de critiques/nombre de titres

Littérature contemporaine

43 %

25 %

3,1

Science-fiction, fantasy et fantastique

21 %

47 %

11,5

Policiers et thrillers

22 %

22 %

5,3

Littérature régionale

4 %

1 %

1,6

Romance

2 %

1 %

4

Romans historiques

8 %

4 %

2,7

La question des œuvres de catégorie intermédiaire

34Le fait que Babelio soit porteur d’une dynamique favorable à la longue traîne avec une démocratisation de l’accès à la visibilité au bénéfice d’un éventail élargi de livres, et en même temps au star-system avec une concentration accrue de la visibilité sur les best-sellers, témoigne d’une tendance à la polarisation des prescriptions dans l’univers numérique. Les chiffres que nous avons présentés montrent que même si un plus grand nombre de livres est critiqué sur Babelio, les prescriptions ont tendance à se concentrer prioritairement sur les livres les mieux vendus et déjà visibles dans les autres médias. Ce phénomène d’étirement dans la distribution des prescriptions tend à signifier que ce seraient les romans middlestars qui se trouveraient le plus fragilisés par les nouvelles formes que revêt l’exercice critique sur Internet. Une telle constatation nous renvoie à la difficulté qu’ont les biens culturels qui se situent au milieu de la distribution à exister dans le monde en ligne.

35Entre les deux extrêmes de la distribution, il est vrai que la situation des romans de catégorie intermédiaire telle qu’elle transparaît dans nos chiffres semble plus problématique. Sur Babelio, les romans dits « middlestars » concentrent 45 % des critiques et des notes de l’échantillon, un pourcentage identique à celui de la radio mais inférieur à ce qui est obtenu pour la télévision (56 %) et la presse écrite (47 %). Autrement dit, la répartition de la visibilité sur ces deux médias traditionnels semble plus avantageuse pour les romans middlestars que sur la plateforme de prescription littéraire. Toutefois, il convient d’analyser un peu plus finement la situation des romans middlestars tant des disparités se font sentir à l’intérieur même de cette vaste catégorie, qui comporte cent soixante-huit titres de notre échantillon.

36Pour ce faire, nous opérons des distinctions en fonction du succès commercial, entre les middlestars 1 (quarante-cinq titres vendus entre cinquante mille et dix mille exemplaires), les middlestars 2 (quarante titres vendus entre dix mille et cinq mille exemplaires) et les middlestars 3 (quatre-vingt-trois titres vendus entre cinq mille et deux mille exemplaires). Si l’on considère le tableau 55 qui reprend les données obtenues, on remarque que la situation des middlestars varie en fonction des niveaux identifiés. Les middlestars 1 et 2 ont une moyenne de notes par titre plutôt comparable (respectivement 82 et 93,4), ainsi qu’une moyenne de critiques par titre tout à fait identique (27,9). À l’inverse, on retrouve un décrochage marqué du côté des middlestars 3, avec en moyenne dix-neuf notes et huit critiques reçues par titre. Ces données attestent d’un décrochage assez net en matière de prescription littéraire en ligne des titres qui se situent en dessous de cinq mille exemplaires écoulés.

Tableau 55. Critique et notes sur Babelio : les middlestars

Effectif

Notes

Critiques

Nombre moyen de notes reçues/

Titre

Nombre moyen de critiques reçues/

Titre

Ratio Notes/

Critiques

Middlestars 1

45

3 694

1 256

82

27,9

2,9

Middlestars 2

40

3 739

1 117

93,4

27,9

3,3

Middlestars 3

83

1 583

679

19

8,1

2,3

Total : Middlestars

168

9 016

3 052

53,6

18,1

2,9

37En outre, le graphique 14 montre l’existence de fortes disparités entre les trois catégories de middlestars lorsque nous opérons des comparaisons avec les résultats que nous avons obtenus pour les médias traditionnels. Le niveau de couverture médiatique sur Babelio est surtout défavorable aux middlestars 1, pour lesquels l’écart avec les médias traditionnels est le plus important, avec notamment douze et huit points de retard par rapport à la télévision et à la radio. Les middlestars 2 se signalent au contraire par une meilleure présence en ligne qu’à la radio, à la télévision et dans la presse écrite. Enfin, les middlestars 3 sont moins critiqués sur Internet que dans les médias, mais dans des proportions moins frappantes.

Graphique 14. Focus sur les middlestars

Graphique 14. Focus sur les middlestars

38Selon nous, l’élément le plus déterminant dans l’analyse de ces données découle de la mise en rapport des deux premières catégories de romans middlestars : alors que les middlestars 1 enregistrent beaucoup plus de critiques dans les médias traditionnels et de bien meilleures ventes, le nombre de prescriptions recueillies sur Babelio est tout à fait comparable à celui des middlestars 2. De tels résultats laissent penser que, parmi les trois niveaux de romans middlestars, c’est précisément le premier, c’est-à-dire les titres dont les ventes sont comprises entre cinquante mille et dix mille exemplaires, qui perdent davantage de terrain sur Internet par rapport au monde hors ligne. Ajoutons que si les middlestars 1 et 2 affichent des niveaux de prescription en ligne à peu près identiques qui avoisinent 20 %, les middlestars 3, écoulés entre cinq mille et deux mille exemplaires, rassemblent 8 % des notes et 10 % des critiques sur Babelio. À l’arrivée, cet écart très sensible au niveau de la prescription en ligne entre, d’une part, les middlestars 1 et 2, et d’autre part, les middlestars 3, dont les chiffres sont finalement plus proches de ceux que l’on obtient pour les romans de niche, tend à confirmer qu’on atteint, avec cinq mille exemplaires vendus, une sorte de seuil en dessous duquel un décrochage est observé sur le plan de la prescription littéraire en ligne.

Absence de visibilité sur Babelio

39En dépit de l’ouverture de l’accès à la visibilité permise par Babelio, un grand nombre de titres restent absents du réseau socionumérique de lecteurs. Comme on l’a vu précédemment, 33 % des titres composant notre échantillon ne sont pas référencés sur le réseau, c’est-à-dire qu’il n’existe aucune page web présentant l’ouvrage et sur laquelle les membres pourraient intervenir, tandis que 16 % des titres sont référencés mais n’ont reçu aucune critique d’internautes. Ces cas de figure, qui concernent presque exclusivement des romans de niche, montrent que non seulement plus d’un tiers des romans n’ont pas accès à une visibilité sur le site, mais qu’en plus un nombre non négligeable de ceux qui disposent bien d’une page sur Babelio n’enregistrent aucune activité prescriptive. De tels résultats permettent de relativiser la démocratisation de l’accès à la visibilité sur Internet, qui n’est pas non plus dépourvue de limites.

Tableau 56. Titres non référencés sur Babelio

Titres non référencés sur Babelio

(331 romans)

Francophone

93 %

Anglophone

2 %

Reste du monde

5 %

Littérature contemporaine

63 %

Littérature régionale

12 %

Policiers et thrillers

12 %

Science-fiction, fantastique et fantasy

6 %

Romance

0 %

Romans historiques

7 %

40Lorsqu’on s’intéresse à la catégorie des titres non référencés, qui sont donc exclus de toute opportunité d’exposition en ligne, il est possible de remarquer que près de 93 % d’entre eux sont francophones et que 63 % proposent de la littérature contemporaine. L’autre critère qui semble les réunir de façon déterminante est celui de la nature des structures éditoriales qui les publient. À bien y regarder, il s’agit essentiellement de petites maisons d’édition, parfois avec une dimension régionaliste, d’autres fois exclusivement tournées vers le numérique. Parmi elles, certaines entreprises renvoient à des pratiques éditoriales assimilables à de l’autoédition. À titre d’exemple, 13 % de ces livres sont publiés chez L’Harmattan, dont les activités dans le domaine littéraire sont très controversées (91 % des livres de L’Harmattan présents dans l’échantillon de référence sont absents de Babelio). Cependant, il est difficile d’être plus précis sur le sujet, car les identités des entreprises peuvent être très floues et les informations pas toujours évidentes à trouver. On peut tout de même s’accorder sur le fait que les romans concernés sont principalement des titres francophones de littérature contemporaine, au niveau de vente faible, le plus souvent publiés par des structures éditoriales de dimension réduite et se situant à l’extrémité de la frange du secteur de l’édition.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7495/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 3. Nombre de critiques reçues en fonction de la note moyenne
Légende Note : nous avons écarté les livres qui n’avaient reçu aucune note ni aucune critique.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7495/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique 4. Notes moyennes des romans superstars
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7495/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Graphique 5. Notes moyennes des romans middlestars
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7495/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Graphique 6. Notes moyennes des romans de niche
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7495/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Graphique 7. Couverture médiatique dans les médias traditionnels. Titres classés en fonction des ventes
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7495/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique 8. Nombre de critiques sur Babelio. Titres classés en fonction des ventes
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7495/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 9. Couverture médiatique : superstar, middlestar et niche
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7495/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Graphique 10. Critiques sur Babelio. Titres classés en fonction du rang occupé dans les médias traditionnels
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7495/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Graphique 11. Répartition des critiques selon les médias
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7495/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Graphique 12. Passages dans les médias traditionnels
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7495/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Graphique 13. Effet longue traîne sur Babelio. Nombre de critiques reçues par les romans
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7495/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Graphique 14. Focus sur les middlestars
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7495/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search