Version classiqueVersion mobile

La prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique

 | 
Louis Wiart

Partie 3. Analyse des conditions de la demande de prescription

Chapitre 1. Le public et les usages des réseaux socionumériques de lecteurs

Texte intégral

Description générale du public des réseaux

Une enquête par questionnaire

1L’enquête par questionnaire que nous avons menée, diffusée sur treize réseaux socionumériques de lecteurs toutes catégories confondues et complétée par près d’un millier de répondants, nous a permis de dégager des éléments de compréhension du public spécialement engagé sur ces plateformes. Au terme de la phase de recueil et de traitement des données, nous parvenons à des résultats statistiques qui permettent de décrire le public de ces sites web et de souligner des caractéristiques déterminantes en matière de profil et de conduites. En raison des choix méthodologiques et de l’angle de recherche privilégiés, les éléments que nous présentons concernent essentiellement les membres actifs, c’est-à-dire ceux dont l’usage des réseaux se signale par un certain degré d’intensité, par leur permanence et par leur engagement sur les sites. Nous disposons de peu d’indication sur les internautes recourant aux réseaux de manière plus passive ou occasionnelle, car ceux-ci ont moins fréquemment répondu au questionnaire et leurs usages sont particulièrement difficiles à saisir à cause de leur volatilité.

2En l’absence d’étude référence sur les publics et les pratiques des réseaux socionumériques de lecteurs, il est impossible d’établir de liens entre la population interrogée et une population de référence. Notre enquête se caractérise donc par sa dimension exploratoire, mais le nombre important de répondants et l’étendue de la diffusion du questionnaire nous assurent de l’intérêt des données récoltées. En partant du constat que l’ensemble de nos répondants sont des lecteurs (tous sans exception affirment avoir lu au moins un livre au cours des douze derniers mois), un moyen intéressant d’exploiter ces données est de les confronter à l’enquête référence « Les Français et la lecture », livrée par Ipsos pour le Centre national du livre et le Syndicat national de l’édition. Le but de cette enquête, dont nous citerons les données datant de 2014, est de dresser le bilan des pratiques de lecture des Français de 15 ans et plus. Il convient de noter que, contrairement à cette enquête, nos répondants ne sont pas nécessairement français : Internet permet de s’émanciper des frontières géographiques, ce qui fait que l’étude que nous avons menée se joue davantage à l’échelle de la francophonie. Malheureusement, le cadre national reste le niveau d’analyse privilégié et il n’existe pas, à notre connaissance, d’étude référence portant sur le lectorat francophone. En second lieu, précisons que l’enquête d’Ipsos s’attache à des personnes âgées de 15 ans et plus, là où notre propre enquête comporte la possibilité pour les moins de 15 ans de répondre, ce qui était une nécessité compte tenu de la jeunesse d’une partie non négligeable du public des réseaux qu’il aurait été dommage d’exclure des résultats. Si les périmètres d’enquête diffèrent assez logiquement, les données d’Ipsos nous fournissent tout de même des repères intéressants sur les profils des lecteurs et leurs pratiques qui nous permettent d’effectuer des parallèles avec le public des réseaux que nous étudions.

Les déterminants sociaux

Sexe et âge

3Par rapport à l’ensemble des lecteurs français, où l’on retrouve 57 % de femmes et 43 % d’hommes, les répondants à notre enquête sont plus féminins, avec 81 % de femmes pour 19 % d’hommes. Ajoutons qu’ils sont également plus jeunes : 32 % des lecteurs français ont moins de 35 ans, parmi lesquels 17 % appartiennent à la tranche d’âge 18-24 ans, alors que notre échantillon est composé à 77 % de moins de 35 ans et que la tranche d’âge 15-19 ans est celle qui compte le plus d’individus, avec 27 % des répondants. Seulement 23 % des internautes ont plus de 35 ans et, à mesure que nous avançons dans la pyramide des âges, les pourcentages tendent à diminuer : 12 % de 35-44 ans, 6 % de 45-54 ans, 3 % de 55-64 ans et 1 % de 65 ans et plus. Encore une fois, le périmètre d’étude n’est pas équivalent à celui de l’enquête Ipsos et les chiffres cités pour les lecteurs français portent sur des individus de plus de 15 ans, contrairement à nos données qui intègrent une classe d’âge supplémentaire, les « moins de 15 ans », qui représente tout de même 8 % de nos répondants. Quoi qu’il en soit, la jeunesse et la féminité sont des caractéristiques qui se dégagent immédiatement de notre échantillon. Le constat s’impose : le public des réseaux socionumériques de lecteurs tel qu’il ressort de notre enquête est très majoritairement constitué de jeunes femmes.

Tableau 15. Sexe et âge

Sexe

Hommes

19,4 %

Femmes

80,6 %

Total

100 %

Âge

Moins de 15 ans

8,3 %

15 à 19 ans

27,5 %

20 à 24 ans

19,3 %

25 à 34 ans

21,6 %

35 à 44 ans

12,1 %

45 à 54 ans

6,5 %

55 à 64 ans

3,5 %

65 ans et plus

1,2 %

Total

100 %

Niveau d’études et situation professionnelle

4Naturellement, ces caractéristiques se recoupent avec la situation professionnelle et le niveau d’études des répondants. Tandis que chez les lecteurs français nous avons 11 % d’étudiants et de lycéens, 30 % des répondants à notre questionnaire sont des collégiens et des lycéens et 18 % des étudiants. En d’autres termes, près de la moitié des personnes interrogées n’est pas engagée dans la vie active. En dehors de ces cas de figure, les employés et les cadres et professions intellectuelles supérieures sont les catégories socioprofessionnelles les plus représentées sur les réseaux socionumériques de lecteurs. Notons que 4 % des répondants sont des professionnels du livre (éditeurs, libraires, bibliothécaires, auteurs, traducteurs, etc.), ce qui témoigne d’une implication personnelle ou professionnelle d’un certain nombre de personnes qui exercent une activité dans le secteur.

  • 1 Selon les chiffres contenus dans l’enquête Ipsos, si l’on (...)
  • 2 67 % des non-diplômés ont moins de 15 ans, 26 % ont entre (...)

5Du côté des lecteurs français, 12 % d’entre eux sont sans diplôme, 51 % sont diplômés du secondaire et 37 % ont un niveau universitaire. Les répondants à notre questionnaire, quant à eux, sont 8 % à n’avoir aucun diplôme, 42 % un diplôme du secondaire et 50 % un diplôme universitaire. Ces chiffres appellent deux remarques : tout d’abord, le niveau d’études du public des réseaux est supérieur à celui des lecteurs français, lui-même supérieur à l’ensemble des Français1. Ensuite, une analyse approfondie montre que les non-diplômés qui fréquentent les réseaux socionumériques de lecteurs et qui représentent 8 % de notre échantillon sont principalement des jeunes en cours de cursus2.

Tableau 16. Niveau d’études et situation professionnelle

Niveau d’études

Sans diplôme, niveau primaire

8,1 %

CAP, BEP (enseignements techniques et professionnels)

5,3 %

Diplôme national du brevet (niveau secondaire inférieur)

19,7 %

Baccalauréat (niveau secondaire supérieur)

16,7 %

Premier cycle universitaire (1re à 3e années)

25,9 %

Deuxième cycle universitaire (4e année et plus)

24,3 %

Total

100 %

Situation professionnelle

Enseignant

4,3 %

Professionnel du livre

4,5 %

Indépendant

3,2 %

Cadre et profession intellectuelle supérieure

9,3 %

Profession intermédiaire

3,3 %

Employé

14,6 %

Ouvrier

0,6 %

Retraité

2,2 %

À la recherche d’un emploi

6 %

Étudiant

18 %

Collégien et lycéen

29,8 %

Sans activité professionnelle

4,2 %

Total

100 %

Les pratiques de lecture

Nombre de livres lus

  • 3 61 % des grands lecteurs sont des femmes, contre 52 % pour (...)

6Selon l’enquête Ipsos, en matière de nombre de livres lus chaque année, le lectorat français se présente ainsi : 26 % de grands lecteurs (vingt livres et plus), 41 % de moyens lecteurs (cinq à dix-neuf livres) et 33 % de petits lecteurs (un à quatre livres). En comparaison, les personnes qui fréquentent les réseaux sur lesquels porte notre recherche sont généralement des grands lecteurs, puisque 70 % d’entre eux appartiennent à cette catégorie, contre 27 % de moyens lecteurs et 3 % de petits lecteurs. Il n’est pas surprenant de constater que les individus impliqués dans des plateformes de prescription et d’échange littéraires en ligne soient en même temps engagés dans des pratiques de lecture extensives. Les grands lecteurs ayant davantage tendance à être des femmes3, la surreprésentation conjointe de femmes et de grands lecteurs dans notre échantillon est somme toute logique.

  • 4 Chez les 15-24 ans, l’enquête Ipsos signale 31 % de petits (...)

7Par ailleurs, en croisant l’âge des lecteurs avec le nombre de livres lus chaque année, l’enquête Ipsos relève une particularité intéressante : les jeunes (15-24 ans), ainsi que la tranche d’âge suivante (25-34 ans), lisent un peu moins de livres que l’ensemble du lectorat français4. À partir de là, nous avons voulu vérifier si ces observations se confirmaient pour les réseaux socionumériques de lecteurs. Dans notre étude, il apparaît que la proportion de gros lecteurs est effectivement moins élevée (9 %) chez les jeunes (moins de 15 ans à 24 ans), ce qui se traduit par un poids plus important des moyens lecteurs. En revanche, cette tendance ne se retrouve pas chez les 25-34 ans qui fréquentent les réseaux. Au contraire, il apparaît même, qu’au sein de cette classe d’âge, les grands lecteurs pèsent 75 %, soit cinq points de plus que l’ensemble de l’échantillon.

Tableau 17. Pratiques de lecture

Nombre de livres lus au cours des douze derniers mois

Intitulé de la question : Combien de livres avez-vous lu au cours des douze derniers mois ?

0

Non lecteurs

0 %

1 à 4

Petits lecteurs

2,7 %

5 à 9

Moyens lecteurs

7 %

10 à 19

Moyens lecteurs

20,6 %

20 à 49

Grands lecteurs

29 %

50 et plus

Grands lecteurs

40,8 %

Total

100 %

Moins de 15 ans à 24 ans

25 à 34 ans

Ensemble des répondants

Petits lecteurs

(1 à 4 livres)

3,5 %

1,5 %

2,7 %

Moyens lecteurs

(5 à 19 livres)

35,7 %

23,5 %

27,5 %

Grands lecteurs

(20 livres et plus)

60,8 %

75 %

69,8 %

Total

100 %

100 %

100 %

Supports de lecture

8En matière de supports de lecture, près de 99 % des répondants à notre enquête lisent des livres imprimés, 17 % utilisent un ordinateur, 17 % une liseuse, 9 % une tablette, 6 % un smartphone et moins de 1 % une console de jeux. Il convient de préciser que 61 % d’entre eux lisent exclusivement des ouvrages au format papier, alors que seulement 1 % lit exclusivement en format numérique, et que 37 % lisent sur les deux supports.

  • 5 On parle bien ici de l’ensemble des Français et non des lec (...)

9Comme on le voit, le recours à la prescription numérique n’implique pas nécessairement une lecture de livres numériques et les résultats obtenus montrent que le livre imprimé conserve une place majeure, mais que la lecture d’e-books est susceptible d’intervenir en complément ou en renfort. Signalons que par rapport à l’ensemble des Français5, qui compte 1 % de lecteurs numériques et 10 % de lecteurs qui cumulent le numérique et le support papier [Ipsos, 2014], les personnes qui fréquentent les réseaux pratiquent davantage la lecture de livres numériques.

Tableau 18. Supports de lecture

Intitulé de la question : Sur quels supports lisez-vous vos livres ? Plusieurs réponses possibles

Nombre moyen de réponses cochées : 1,49

Livres imprimés

98,8 %

Ordinateur

17,5 %

Liseuse (Kindle, Kobo, Cybook, etc.)

16,7 %

Tablette (iPad, Samsung Galaxy Tab, etc.)

9,2 %

Smartphone (iPhone, BlackBerry, Samsung Galaxy S, etc.)

6,3 %

Console (Nintendo DS, Xbox, etc.)

0,6 %

Lecteurs exclusifs au format papier*

61,6 %

Lecteurs exclusifs au format numérique**

1,2 %

Lecteurs au format papier et numérique***

37,2 %

Total

100 %

* Répondants ayant uniquement coché la case « livres imprimés ». ** Répondants ayant uniquement coché l’une des cases suivantes : ordinateur, liseuse, tablette, smartphone, console. *** Répondants ayant coché à la fois la case « livres imprimés » et l’une des cases suivantes : ordinateur, liseuse, tablette, smartphone, console.

Genres de livres lus

  • 6 Dans notre questionnaire, l’intitulé de la question était  (...)

10Interrogés à propos des genres de livres qu’ils lisent le plus souvent, les répondants à notre enquête citent 3,4 réponses en moyenne, contre 3,8 réponses pour les lecteurs français [Ipsos, 2014]. Est-ce que cela traduit pour autant une véritable différence entre les personnes engagées sur les réseaux socionumériques et l’ensemble des lecteurs français ? En réalité, l’éventail des réponses possibles n’est pas identique entre les deux études : l’enquête d’Ipsos est plus détaillée (dix-huit possibilités de réponses) que notre questionnaire (treize possibilités de réponses). À cela s’ajoute le fait que la formulation de la question posée diffère légèrement6. La comparaison présente donc des limites et il n’est pas douteux de dire que l’écart observé à ce niveau tient en partie à des questions d’ordre méthodologique.

Tableau 19. Genres de livres lus

Intitulé de la question : Quels sont les genres de livres que vous lisez le plus souvent ?

Plusieurs réponses possibles

Nombre moyen de réponses cochées : 3,41

Littérature classique*

33,3 %

Littérature contemporaine**

51,2 %

Romans policiers ou thrillers

38,6 %

Romans de science-fiction, de fantasy et de fantastique

63,6 %

Documents, essais, actualité

14,7 %

Bandes dessinées***

37 %

Littérature jeunesse

48,3 %

Dictionnaires et encyclopédies

4,6 %

Livres pratiques, arts de vivre et loisirs****

11,9 %

Livres scientifiques, techniques et professionnels

7,4 %

Beaux livres illustrés

10,2 %

Livres de sciences humaines et sociales

10,7 %

Autres livres

10,2 %

* Jusqu’au xixe siècle inclus. ** Autres que romans policiers/thrillers et SF/fantasy/fantastiques. *** Franco-belge, comics, manga. **** Cuisine, décoration, bricolage, jardin, voyage.

  • 7 Notre questionnaire ne comportait pas une case spécifique (...)

11Sur les réseaux socionumériques de lecteurs, les romans de science-fiction, de fantasy et de fantastique arrivent en tête, cités par 63 % des individus. Compte tenu de la jeunesse relative des personnes qui ont répondu au questionnaire, ce résultat n’est pas vraiment étonnant : dans l’enquête Ipsos, la science-fiction apparaît également comme le genre le plus fréquemment cité chez les moins de 35 ans. Après quoi, les internautes interrogés lisent de la littérature contemporaine (51 %), de la littérature jeunesse (48 %), des romans policiers et des thrillers (38 %), des bandes dessinées (37 %) et de la littérature classique (33 %). Les ouvrages de fiction sont prédominants et les autres catégories de livres (documents, essais, beaux livres, ouvrages scientifiques, pratiques, techniques, etc.) enregistrent des niveaux de lecture plus faibles, allant de 4 à 15 %. Précisons que 10 % des répondants ont coché la case « autres livres ». Ce pourcentage peut sembler élevé, mais l’enquête Ipsos, qui offrait une liste plus longue de propositions, aboutissait pour la même case au résultat de 13 %. À bien y regarder, la hiérarchie des genres lus par les internautes n’est pas la même que pour l’ensemble des lecteurs français, qui placent les romans policiers et d’espionnage en tête de leurs centres d’intérêt, tout en accordant davantage d’attention à des ouvrages qui ne relèvent pas de la fiction (livres pratiques, arts de vivre et loisirs, livres d’histoire7).

Tableau 20. Comparaison Top 5

Top 5 public des réseaux

Top 5 lectorat français [Ipsos, 2014]

Romans de science-fiction, fantasy et fantastique (63 %)

Policier ou espionnage (41 %)

Littérature contemporaine (51 %)

Pratiques, arts de vivre et loisirs (36 %)

Littérature jeunesse (48 %)

Livres d’histoire (34 %)

Romans policiers et thrillers (38 %)

Bandes dessinées (27 %)

Bandes dessinées (37 %)

Romans contemporains (26 %)

12Le fait que la littérature jeunesse apparaisse comme le troisième genre le plus fréquemment cité par les internautes doit être analysé à la lumière du goût prépondérant constaté pour les romans de science-fiction, de fantasy et de fantastique. En effet, 74 % de ceux qui déclarent lire des textes pour la jeunesse déclarent également lire des genres issus des littératures de l’imaginaire. Il s’agit sans doute moins de livres destinés à un public d’enfants que de romans pour adolescents, la littérature jeunes adultes étant elle-même largement dominée par ces genres, avec des séries phares comme Harry Potter, Twilight, Hunger Games, Journal d’un vampire, Divergente, 16 lunes, Les héritiers d’Enkidiev, Percy Jackson, etc. Plus tard dans ce travail, nous verrons d’ailleurs qu’une part très importante de nos répondants est inscrite sur des réseaux dédiés à la littérature jeunes adultes. Empruntée à l’anglo-saxon young adults, l’expression renvoie à une offre littéraire qui s’adresse à un public d’adolescents, mais aussi au-delà, à la tranche d’âge des 20-30 ans, qui est constituée de lecteurs qui continuent à lire des livres destinés à la jeunesse. Les évolutions de ce qui représente une catégorie marketing inventée par les maisons d’édition ont été extrêmement importantes depuis le lancement du premier volume d’Harry Potter en 1995, qui en a véritablement amorcé le décollage. Ce segment éditorial se caractérise notamment par le renouvellement des genres, par des publications en séries, par ses grands formats et ses codes graphiques, par sa dimension transmédiatique (nombre d’œuvres font l’objet d’adaptations au cinéma, à la télévision et en jeux vidéo) et par une absence de visibilité dans les médias traditionnels que les maisons d’édition compensent en concentrant sur Internet leurs stratégies de communication [Clerc, 2013]. Les réseaux sociaux, les blogs, les forums de discussion, les pages Facebook et les comptes Twitter sont ainsi largement mobilisés. Comme nous l’avons montré précédemment, nombre d’éditeurs ont lancé leurs propres réseaux socionumériques de lecteurs articulés autour de leurs collections dédiées à un jeune public.

13L’analyse des résultats fait ressortir des disparités selon le sexe des répondants. Chez les hommes, la lecture de bandes dessinées est davantage prisée, ainsi que celle d’ouvrages n’appartenant pas aux genres fictionnels qui obtiennent des scores nettement plus élevés que la moyenne. Chez les femmes, les romans de science-fiction, de fantasy et de fantastique et la littérature jeunesse arrivent en tête, ce qui nous conforte dans l’idée que notre échantillon est composé d’un fort contingent de lectrices de romans jeunes adultes. Dans une certaine mesure, ces éléments vont également dans le sens de ceux mis en évidence par l’enquête Ipsos qui montre notamment que les hommes ont un intérêt marqué pour les bandes dessinées, les livres d’histoire et les livres scientifiques, tandis que les livres pour enfants figurent dans le top 5 des femmes. Malgré tout, le top 5 des genres lus par les personnes qui fréquentent les réseaux, distinguées en fonction de leur sexe, reste assez différent du top 5 des lecteurs français et accorde, encore une fois, davantage de place aux ouvrages de fiction.

Tableau 21. Comparaison top 5 hommes/femmes

Top 5 chez les hommes (sur les réseaux)

Top 5 chez les femmes (sur les réseaux)

Bandes dessinées (68 %)

Romans de science-fiction, fantasy et fantastique (67 %)

Romans de science-fiction, fantasy et fantastique (50 %)

Littérature jeunesse (57 %)

Littérature contemporaine (50 %)

Littérature contemporaine (51 %)

Littérature classique (41 %)

Romans policiers et thrillers (39 %)

Romans policiers et thrillers (37 %)

Littérature classique (31 %)

Top 5 chez les hommes (ensemble du lectorat français, source Ipsos 2014)

Top 5 chez les femmes (ensemble du lectorat français, source Ipsos 2014)

Histoire (40 %)

Policier (43 %)

Policier (37 %)

Livres pratiques (42 %)

Bandes dessinées (35 %)

Romans contemporains (35 %)

Livres scientifiques (31 %)

Histoire (29 %)

Livres pratiques (29 %)

Livres pour enfants (26 %)

14Enfin, des disparités apparaissent selon l’âge des répondants. Précédemment, nous avons vu que les moins de 25 ans lisent en moyenne moins de livres que les autres. Cette donnée se retrouve dans le fait qu’ils lisent également en moyenne moins de genres différents (3,1) que les plus de 25 ans (3,7). En matière de genres préférés, il est frappant de voir à quel point les réponses des plus jeunes font ressortir deux genres phares : les romans de science-fiction, de fantasy et de fantastique (79 %) et la littérature jeunesse (62 %). Du côté des plus de 25 ans, on lit davantage de littérature contemporaine, de romans policiers et de thrillers, de bandes dessinées et de littérature classique que les classes d’âge inférieures. Surtout, les réponses semblent moins concentrées et les scores sont d’une manière générale plus élevés pour toutes les catégories de livres, exceptées pour la jeunesse et les littératures de l’imaginaire, comme si le champ des centres d’intérêt tendait à s’élargir avec l’avancement en âge.

Tableau 22. Comparaison top 5 selon l’âge

Top 5 Moins de 25 ans (sur les réseaux)

Top 5 Plus de 25 ans (sur les réseaux)

Romans de science-fiction, fantasy

et fantastique (79 %)

Littérature contemporaine (66 %)

Littérature jeunesse (62 %)

Romans policiers et thrillers (51 %)

Littérature contemporaine (39 %)

Bandes dessinées (45 %)

Bandes dessinées (30 %)

Romans de science-fiction, fantasy

et fantastique (44 %)

Romans policiers et thrillers (28 %)

Littérature classique (41 %)

Tableau 23. Genres de livres lus en fonction du sexe et de l’âge

Intitulé de la question : Quels sont les genres de livres que vous lisez le plus souvent ?

Plusieurs réponses possibles

Hommes

(base : 183)

Nombre moyen de réponses cochées : 3,57

Femmes

(base : 761)

Nombre moyen de réponses cochées : 3,37

Moins de

25 ans

(base : 521)

Nombre moyen de réponses cochées : 3,15

25 ans et plus

(base : 423)

Nombre moyen de réponses cochées : 3,73

Littérature classique*

41 %

31,4 %

26,9 %

41,1 %

Littérature contemporaine**

49,7 %

51,5 %

39,2 %

66 %

Romans policiers

ou thrillers

37,2 %

38,9 %

28 %

51,5 %

Romans de science-fiction, de fantasy et de fantastique

49,7 %

66,9 %

79,5 %

44 %

Documents, essais, actualité

28,4 %

11,4 %

7,1 %

24,1 %

Bandes dessinées***

67,8 %

29,6 %

30,3 %

45,2 %

Littérature jeunesse

11,5 %

57,2 %

61,6 %

31,9 %

Dictionnaires et encyclopédies

7,7 %

3,8 %

2,5 %

7,1 %

Livres pratiques, arts de vivre et loisirs****

12 %

11,8 %

9,6 %

14,7 %

Livres scientifiques, techniques et professionnels

17,5 %

5 %

5,2 %

10,2 %

Beaux livres illustrés

11,5 %

9,9 %

7,9 %

13 %

Livres de sciences humaines

et sociales

18 %

8,9 %

6,1 %

16,3 %

Autres livres

6 %

11,2 %

11,5 %

8,5 %

* Jusqu’au xixe siècle inclus. ** Autres que romans policiers/thrillers et SF/fantasy/fantastiques. *** Franco-belge, comics, manga. **** Cuisine, décoration, bricolage, jardin, voyage.

15En conclusion, les éléments portant sur l’ensemble des répondants que nous venons de présenter et les comparaisons effectuées avec le lectorat français font ressortir plusieurs tendances au sein de l’échantillon. D’une manière générale, les réseaux socionumériques de lecteurs accueillent un public qui se signale par sa féminité, sa jeunesse, son niveau d’études plutôt élevé et sa forte représentation de collégiens, de lycéens et d’étudiants. C’est également un public de gros lecteurs, privilégiant de loin la lecture de livres imprimés mais portant un intérêt notable pour les livres numériques, avec une préférence marquée pour les ouvrages de fiction.

16Cependant, une analyse plus fine des résultats souligne l’existence de différences très nettes lorsque des recoupements sont effectués avec des variables telles que l’âge ou le sexe. D’une part, il ne fait aucun doute que les réseaux socionumériques de lecteurs sont utilisés par un public de jeunes femmes lectrices de littérature jeunes adultes. D’autre part, un public d’hommes amateurs de bandes dessinées semble aussi se dégager. Au-delà de ces deux tendances se trouve un public dont on pressent qu’il est plus éclectique, mais majoritairement féminin, plutôt jeune et porté vers les livres de fiction. Ces résultats tendent à nous renvoyer aux sphères de spécialisation des réseaux socionumériques de lecteurs que nous avons évoquées précédemment : littérature jeunes adultes, bandes dessinées et littérature générale.

Approche par les univers de spécialisation

Distinguer les spécialités

Inscription sur les réseaux

  • 8 Au regard des entretiens réalisés auprès de leurs responsa (...)

17Comme nous venons de le montrer, le public qui fréquente les réseaux socionumériques de lecteurs ne présente pas à proprement parler un caractère monolithique. Au lieu d’utiliser le terme « public » au singulier, il conviendrait d’ailleurs de recourir au pluriel face à la diversité des situations observées. Dans le paysage des réseaux, il est ainsi possible de distinguer au moins trois univers : les réseaux dédiés à la bande dessinée, les réseaux spécialisés dans la littérature jeunes adultes, ou pour lesquels ce genre littéraire constitue une composante très fortement dominante8, et les réseaux à vocation généraliste, où tous les types de livres sont susceptibles d’être abordés. En comparant les publics qui évoluent dans chacun de ces univers, des points de rupture et de continuité apparaissent.

18À quels réseaux socionumériques de lecteurs nos répondants appartiennent-ils ? En ne conservant que les répondants qui ont coché l’un des vingt réseaux proposés dans le questionnaire, nous obtenons 1,7 réponse en moyenne, ce qui fournit une indication quant au degré d’appartenance multiple à ces sites. En d’autres termes, il n’est pas rare que les internautes soient inscrits sur deux réseaux socionumériques de lecteurs à la fois. Parmi les réseaux figurant dans la liste, ceux qui ont été cités le plus souvent par les répondants sont Lecture Academy (36 %), Babelio (28 %), Booknode (18 %), Livraddict (15 %), Goodreads (10 %), SensCritique (9 %), Libfly (8 %), Critiques Libres (7 %), BDGest (7 %), MyBoox (6 %), Lecteurs (4 %) et Entrée Livre (4 %). Le reste des plateformes affichent des scores oscillant entre 0 et 2 % selon les cas.

19Si ces résultats fournissent des indices sur le dynamisme des réseaux étudiés, rappelons que ceux-ci dépendent fortement des choix effectués en matière de diffusion de l’enquête. D’une part, le questionnaire a été diffusé sur treize réseaux socionumériques de lecteurs et non sur l’intégralité d’entre eux. Il n’est donc pas étonnant de voir que les sites qui sortent du lot sont précisément ceux sur lesquels il a été relayé. Dès lors, comment expliquer que les autres réseaux soient tout de même régulièrement cités par les répondants ? Comme il arrive que les utilisateurs fréquentent plusieurs réseaux en même temps, des réponses nous sont parvenues de la part d’internautes présents sur des sites sur lesquels notre questionnaire n’avait pourtant pas été diffusé. À cela s’ajoute le fait que l’information concernant l’existence de notre enquête a pu circuler en dehors de cette première diffusion, par exemple si des internautes l’ont à leur tour partagée sur le Web. D’autre part, les écarts observés dépendent aussi probablement des modes de diffusion mis en œuvre sur les réseaux. Rappelons que le questionnaire a été relayé sur différents espaces liés aux réseaux socionumériques de lecteurs (à l’intérieur d’un forum ou d’un groupe de discussion, sur la page Facebook, le compte Twitter ou la page d’accueil du réseau), parfois de manière cumulative, lui conférant plus ou moins de visibilité selon les cas. Notre objectif de recherche n’était pas de fournir une cartographie détaillée des rapports de force entre les plateformes de prescription littéraire en matière d’audience, mais d’élargir notre base de recrutement pour saisir au mieux les publics et leurs usages.

20Signalons que 4 % des répondants ont coché la réponse « autre, précisez », presque systématiquement en plus d’avoir sélectionné la case correspondant à tel ou tel réseau. Parmi les réponses avancées, on retrouve principalement des réseaux socionumériques de lecteurs plus confidentiels ou non-francophones ne figurant pas dans la liste des propositions, et d’autres espaces numériques participatifs autour du livre (forums de discussion, clubs de lecture, sites centrés sur l’écriture et l’autoédition, librairies en ligne, plateformes de bookcrossing, etc.).

21Enfin, notre échantillon compte 9 % de personnes qui ne sont pas inscrites sur un réseau socionumérique de lecteurs mais qui se contentent de les fréquenter et d’accéder à leurs contenus. Il s’agit donc d’internautes qui n’ont pas d’existence autre que passive sur les sites, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas ouvert de compte personnel et ne peuvent utiliser les différents outils sociaux disponibles. Nous faisons l’hypothèse que ce sont tout de même des individus que la question intéresse et qui sont familiers de ces dispositifs compte tenu de la longueur du questionnaire et des modes de diffusion privilégiés lors de l’enquête.

Tableau 24. Appartenance à des réseaux socionumériques de lecteurs

Intitulé de la question : Vous êtes inscrit(e) sur quel(s) réseau(x) social(aux) de lecteurs ?

Plusieurs réponses possibles

Nombre moyen de réponses cochées : 1,72

Babelio

27,9 %

BDGest

7,3 %

Bd-Theque

0,8 %

Booknode

18,1 %

Bulle d’air

0,5 %

Coin BD

1,8 %

Critiques Libres

7,2 %

Entrée Livre

4,1 %

Goodreads

10 %

L’agora des livres

1,3 %

Lecteurs

4,1 %

Lecture Academy

35,9 %

Libfly

8,2 %

Librarything

0,9 %

Livraddict

15,5 %

Manga Sanctuary

0,3 %

MyBoox

5,6 %

Pause Lecture

0,4 %

SensCritique

8,9 %

Viabooks

0,3 %

Autre(s) réseau(x), précisez :

Parmi les réponses citées : On lit plus fort, Nouvelles Plumes, A blog ouvert, Lire en série, Wiz, Partage Lecture, Nautiljon, Anime Story, Lecture-ecriture.com, Bookcrossing, Harlequin, Shelfari, Polars Pourpres, Parfum de livres, Vampires et Sorcières, Affinibook, Amazon, Planète bd, BD Paradisio, Du9, Vendredi Lecture, Bookinity, Lecture Imaginaire, Cher bouquin, Au boudoir écarlate, Club de lecture, Plume Libre, Livre de Poche, Le Cercle des nouveaux écrivains, BDovore, Biblioblog, Samba BD, Boulevard Des Passions, Adopte un auteur, 7BD, etc.

4,2 %

Aucun (je me contente de les fréquenter)

8,8 %

Univers d’appartenance

22Nous souhaitons maintenant regarder s’il existe des différences entre les publics et les types de réseaux fréquentés. Pour cela, nous avons distingué les résultats obtenus en fonction des univers d’appartenance identifiés. D’un point de vue méthodologique, une remarque s’impose : s’il ne s’agit pas d’un phénomène majoritaire, l’appartenance à plusieurs univers en même temps est fréquente. Ainsi, 35 % des personnes inscrites sur un réseau jeunes adultes appartiennent aussi à un autre univers, tout comme 42 % des inscrits sur un réseau de littérature générale et 27 % des inscrits sur un réseau de bandes dessinées. Il est plutôt logique de constater que les réseaux de littérature générale présentent un pourcentage plus élevé dans la mesure où leur vocation généraliste leur permet d’accueillir des publics plus variés, intéressés par tous types de livres.

Tableau 25. Appartenance unique/multiple

Appartenance unique*

Appartenance multiple**

Total

Réseaux jeunes adultes (JA)

327

179

506

Réseaux littérature générale (LG)

275

198

473

Réseaux bande dessinée (BD)

62

23

85

* Personnes inscrites sur un ou plusieurs réseaux appartenant au même univers. ** Personnes inscrites sur plusieurs réseaux appartenant à des univers distincts.

23Lorsqu’une personne fait partie de deux univers en même temps, nous avons fait le choix de la comptabiliser une fois dans chaque univers d’appartenance. De cette façon, nous n’écartons pas de nos analyses les individus engagés dans plusieurs univers, dont le poids est non négligeable. Au bout du compte, nous travaillons à partir d’un effectif de cinq cent six personnes pour les réseaux jeunes adultes, quatre cent soixante-treize personnes pour les réseaux de littérature générale et quatre-vingt-cinq personnes pour les réseaux de bandes dessinées. On le voit, l’effectif de la bande dessinée est plus faible que pour les autres univers et les résultats présentés seront donc moins robustes.

Les déterminants sociaux

24Sans grande surprise, le public des réseaux orientés vers la littérature jeunes adultes se signale par sa jeunesse (77 % de moins de 25 ans), ce qui se retrouve dans le niveau d’études et l’activité professionnelle des internautes, puisque la grande majorité d’entre eux sont des collégiens, des lycéens et des étudiants (67 %). Ce public est également le plus féminin, avec 95 % de femmes. Ces chiffres rejoignent tout à fait les observations livrées en entretien par les personnes en charge des réseaux jeunes adultes et que résume bien cette phrase de la responsable de Lecture Academy  interrogée : « C’est une énorme communauté super ciblée, plutôt filles 15-25 ans. »

25Le public des réseaux dédiés à la bande dessinée est, quant à lui, radicalement différent. Largement dominé par des hommes (79 %), plus âgés (78 % de plus de 25 ans), diplômés (47 % en deuxième cycle universitaire), il se distingue par une forte représentation de cadres (23 %), d’employés (22 %) et de professions intermédiaires (13 %). Ces données correspondent aux tendances observées par ailleurs pour la lecture de bandes dessinées, dont on sait qu’il s’agit d’une pratique plus courante chez les hommes que chez les femmes, qu’il existe une relation positive entre le niveau de diplôme et le fait de lire des bandes dessinées, ce qui trouve des prolongements dans les catégories socioprofessionnelles dominantes, puisque les cadres et les professions intellectuelles supérieures sont les mieux représentés aux côtés des professions intermédiaires [Evans et Gaudet, 2012]. Au niveau du sexe, des études et de la situation professionnelle, nous constatons donc dans notre enquête des tendances similaires à celles qui irriguent le lectorat de la bande dessinée d’une manière générale. En revanche, notre échantillon de répondants se distingue du lectorat habituel sur la question de l’âge : les personnes qui fréquentent des réseaux consacrés à la bande dessinée ont la plupart du temps plus de 25 ans, alors même que la lecture de ce genre de livres est une pratique également investie par les jeunes. Plus précisément, la lecture de bandes dessinées est élevée pendant l’enfance, puis progressivement abandonnée au moment de l’adolescence, avant de se stabiliser et de marquer un palier pour la tranche d’âge 25-49 ans [Evans et Gaudet, 2012]. C’est sans doute ce lectorat âgé entre 25 et 49 ans dont nous avons principalement capté l’attention lors de notre enquête, mais il n’est pas interdit de penser que des lecteurs plus jeunes sont présents sur des plateformes dédiées à la bande dessinée où le questionnaire n’a pas été relayé.

26En dernier lieu, le public des réseaux à vocation généraliste présente le profil le moins homogène. Plutôt féminin (75 % de femmes), plutôt diplômé (36 % en premier cycle universitaire, même chose en deuxième cycle), d’une jeunesse relative (53 % des répondants ont entre 20 et 35 ans), on y trouve surtout des employés (20 %), des étudiants (19 %) et des cadres et professions intellectuelles supérieures (14 %). Au regard de ces résultats, il apparaît clairement que l’orientation en matière de genres privilégiés constitue un marqueur décisif et que les personnes engagées sur les réseaux socionumériques de lecteurs ne présentent pas vraiment le même profil selon le type de plateforme qu’elles décident de fréquenter.

Tableau 26. Sexe et âge

Réseaux JA

Réseaux LG

Réseaux BD

Ensemble des répondants

Sexe

Hommes

4,6 %

24,5 %

78,8 %

19,4 %

Femmes

95,4 %

75,5 %

21,2 %

80,6 %

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

Âge

Moins de 15 ans

13 %

2,8 %

0 %

8,4 %

15 à 19 ans

41,3 %

9,3 %

7,1 %

27,5 %

20 à 24 ans

23,1 %

22,4 %

15,3 %

19,3 %

25 à 34 ans

16,2 %

31,1 %

25,9 %

21,6 %

35 à 44 ans

3 %

15,4 %

41,2 %

12,1 %

45 à 54 ans

2,8 %

10,8 %

9,4 %

6,5 %

55 à 64 ans

0,6 %

6,1 %

1,2 %

3,5 %

65 ans et plus

0 %

2,1 %

0 %

1,2 %

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

Tableau 27. Niveau d’études

Réseaux JA

Réseaux LG

Réseaux BD

Ensemble des répondants

Sans diplôme, niveau primaire

11,7 %

2,3 %

1,2 %

8,1 %

CAP, BEP

5,9 %

3,6 %

4,7 %

5,3 %

Diplôme national du brevet

29,3 %

6,8 %

8,2 %

19,7 %

Baccalauréat

19,8 %

15,2 %

9,4 %

16,7 %

Premier cycle universitaire

20,7 %

36,4 %

29,4 %

25,9 %

Deuxième cycle universitaire

12,6 %

35,7 %

47,1 %

24,3 %

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

Tableau 28. Situation professionnelle

Réseaux JA

Réseaux LG

Réseaux BD

Ensemble des répondants

Enseignant

2,2 %

6,3 %

8,2 %

4,3 %

Professionnel du livre

2 %

7,8 %

5,9 %

4,5 %

Indépendant

1,3 %

4,2 %

8,2 %

3,2 %

Cadre et profession intellectuelle supérieure

3,8 %

14,1 %

23,5 %

9,3 %

Profession intermédiaire

0,3 %

4 %

12,9 %

3,3 %

Employé

11,3 %

19,7 %

22,4 %

14,6 %

Ouvrier

0,4 %

0,6 %

0 %

0,6 %

Retraité

0,8 %

4,4 %

0 %

2,2 %

À la recherche d’un emploi

7,7 %

5,5 %

2,4 %

6 %

Étudiant

20,4 %

19,3 %

11,8 %

18 %

Collégien et lycéen

46,4 %

7,8 %

4,7 %

29,8 %

Sans activité professionnelle

3,4 %

6,3 %

0 %

4,2 %

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

Les pratiques de lecture

27Nous l’avons dit, la première tendance qui se dégage est celle d’un public de grands lecteurs. Les internautes inscrits sur des sites de bandes dessinées apparaissent comme les plus voraces, avec 88 % de grands lecteurs, devant les réseaux de littérature générale (79 %) et les réseaux jeunes adultes (67 %). Le fait de retrouver en dernière position les réseaux jeunes adultes, où les lecteurs sont en moyenne moins âgés, va dans le sens des résultats de l’enquête Ipsos qui mettaient en évidence un niveau de lecture plus faible chez les jeunes par rapport au reste du lectorat.

Tableau 29. Nombre de livres lus au cours des douze derniers mois

Intitulé de la question : Combien de livres avez-vous lu au cours des douze derniers mois ?

Réseaux JA

Réseaux LG

Réseaux BD

Ensemble

1 à 4 (petits lecteurs)

2,2 %

1,7 %

2,4 %

2,7 %

5 à 19 (moyens lecteurs)

30,8 %

19,2 %

9,4 %

27,5 %

20 et plus (grands lecteurs)

67 %

79,1 %

88,2 %

69,8 %

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

28Quelle que soit la spécialisation du réseau, les internautes préfèrent de loin la lecture de livres imprimés : presque 99 % d’entre eux lisent sur support papier. La lecture numérique atteint des niveaux significatifs, notamment sur liseuse et sur ordinateur, mais reste secondaire. Le public de la bande dessinée est celui qui paraît le moins porté sur la lecture de livres numériques, avec un taux de lecteurs exclusifs en format imprimé plus élevé, puisqu’il atteint 68 % contre 54 % pour les réseaux généralistes et 60 % pour les réseaux jeunes adultes.

29C’est un point important, qui montre que la lecture de littérature est devenue plus numérique que celle de bandes dessinées. Le baromètre des usages du livre numérique [Sofia/Sne/SGDL, 2016] place la bande dessinée en cinquième position des livres lus ou consultés par les lecteurs sous forme numérique, loin derrière la littérature qui occupe la première place. Comme le souligne Gilles Ratier dans son rapport annuel consacré au marché francophone de la bande dessinée, si « les ventes digitales ne représentent aujourd’hui que 3 ou 4 % du marché total du livre, on est encore loin d’atteindre ce pourcentage dans le domaine de la bande dessinée où la progression est freinée par le fait qu’un certain nombre de liseuses disponibles sur le marché ne permettent toujours pas d’intégrer la couleur » [Ratier, 2014, p. 28]. Autrement dit, en raison de la spécificité de son format, la bande dessinée numérique rencontrerait moins de succès auprès du lectorat que les autres types de livres.

Tableau 30. Supports de lecture

Intitulé de la question : Sur quels supports lisez-vous vos livres ?

Plusieurs réponses possibles

Réseaux JA

Réseaux LG

Réseaux BD

Ensemble des répondants

Livres imprimés

98,4 %

98,5 %

98,8 %

98,8 %

Ordinateur

20,2 %

16,3 %

18,8 %

17,5 %

Liseuse

17 %

22,8 %

10,6 %

16,7 %

Tablette

9,3 %

11,2 %

10,6 %

9,2 %

Smartphone

7,3 %

6,8 %

3,5 %

6,3 %

Console

0,6 %

0,2 %

0 %

0,6 %

Nombre moyen de réponses cochées

1,52

1,55

1,42

1,49

Lecteurs exclusifs au format papier*

60,1 %

54,3 %

68,2 %

61,6 %

Lecteurs exclusifs au format numérique**

1,6 %

1,5 %

1,2 %

1,2 %

Lecteurs au format papier et numérique***

38,3 %

44,2 %

30,6 %

37,2 %

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

* Répondants ayant uniquement coché la case « livres imprimés ». ** Répondants ayant uniquement coché l’une des cases suivantes : ordinateur, liseuse, tablette, smartphone, console. *** Répondants ayant coché à la fois la case « livres imprimés » et l’une des cases suivantes : ordinateur, liseuse, tablette, smartphone, console.

30En matière de genres de livres lus le plus souvent, il apparaît que sur les réseaux jeunes adultes la tendance est plutôt de se tourner vers de la littérature de science-fiction, de fantasy et de fantastique (79 %) et des livres jeunesse (67 %). C’est un constat qui rejoint les observations que nous avons précédemment livrées. Il ressort également que ces lecteurs lisent en moyenne trois genres de livres différents, ce qui est nettement moins que pour les réseaux généralistes et les réseaux de bandes dessinées (respectivement 3,8 et 3,6). Nous sommes donc face à un profil de lecteurs plus spécialisé.

31Derrière la bande dessinée, les internautes inscrits sur des sites dédiés à cette seule catégorie de livres se signalent également par une préférence pour la littérature de science-fiction, de fantasy et de fantastique (53 %) et les romans policiers (50 %). Quant aux internautes qui évoluent sur des réseaux de littérature générale, ils lisent plutôt de la littérature contemporaine (70 %), puis des romans de science-fiction, de fantasy et de fantastique (49 %), des romans policiers (46 %) et des classiques (46 %). On remarque chez ces deux catégories d’internautes un intérêt marqué pour un plus grand nombre de livres différents. Compte tenu des plus faibles niveaux enregistrés, d’une manière générale, par les autres types de livres (essais, pratiques, beaux livres, sciences et techniques, etc.), on note une préférence significative pour les ouvrages de fiction, avec une assise particulièrement puissante de la littérature de genre.

Tableau 31. Genres de livres lus

Intitulé de la question : Quels sont les genres de livres que vous lisez le plus souvent ?

Plusieurs réponses possibles

Réseaux JA (base : 506)

Réseaux LG (base : 473)

Réseaux BD (base : 85)

Ensemble des répondants (base : 944)

Littérature classique*

25,9 %

45,7 %

28,2 %

33,3 %

Littérature contemporaine**

43,1 %

70,2 %

32,9 %

51,2 %

Romans policiers ou thrillers

33,4 %

46,3 %

50,6 %

38,6 %

Romans de science-fiction, fantastique ou de fantasy

78,9 %

49,5 %

52,9 %

63,6 %

Documents, essais, actualité

6,3 %

23 %

16,5 %

14,7 %

Bandes dessinées***

27,5 %

39,5 %

96,5 %

37 %

Littérature jeunesse

66,8 %

41 %

15,3 %

48,3 %

Dictionnaires et encyclopédies

2,8 %

5,5 %

7,1 %

4,6 %

Livres pratiques, arts de vivre et loisirs****

10,7 %

13,1 %

16,5 %

11,9 %

Livres scientifiques, techniques et professionnels

1,6 %

8,7 %

12,9 %

7,4 %

Beaux livres illustrés

2 %

12,1 %

16,5 %

10,2 %

Livres de SHS

1,4 %

15,9 %

11,8 %

10,7 %

Autres livres

2,6 %

8,3 %

5,9 %

10,2 %

Nombre moyen de réponses cochées

3,02

3,78

3,63

3,41

* Jusqu’au xixe siècle inclus. ** Autres que romans policiers/thrillers et SF/fantasy/fantastiques. *** Franco-belge, comics, manga. **** Cuisine, décoration, bricolage, jardin, voyage.

Activités liées à la lecture

32Quel que soit leur univers de prédilection, les répondants fréquentent très rarement un club de lecture en dehors d’Internet, les taux de non-appartenance oscillant entre 88 et 95 % selon les cas. Cette donnée montre qu’il n’y a pas vraiment d’utilisation conjointe des dispositifs en ligne et des clubs de lecture physiques. Il est cependant vrai que les principales fonctions du club de lecture se trouvent déclinées sur les réseaux socionumériques de lecteurs, où l’on rencontre souvent des espaces dédiés à des lectures partagées. Le « Book Club » de Livraddict, par exemple, propose chaque mois aux membres qui le souhaitent de lire un livre préalablement choisi via un vote, puis d’en débattre en direct (une heure de rendez-vous est fixée) au sein d’un forum spécifique.

Tableau 32. Appartenance à un club de lecture

Intitulé de la question : Faites-vous partie d’un club de lecture (autre que sur Internet) ?

Réseaux JA

Réseaux LG

Réseaux BD

Ensemble des répondants

Oui

9,7 %

12 %

4,7 %

10,6 %

Non

90,3 %

88 %

95,3 %

89,4 %

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

33En se penchant sur les modes d’accès aux livres, des différences plus nettes peuvent être observées. Tout d’abord, il apparaît que les librairies restent les lieux les plus sollicités pour les trois univers, avec une domination particulièrement nette pour les réseaux de bandes dessinées (89 %), dont le public déclare ensuite recourir aux librairies en ligne (65 %) et aux magasins d’occasion (63 %). Les internautes inscrits sur les réseaux de littérature jeunes adultes privilégient, après la librairie (73 %), les grandes surfaces culturelles (71 %), puis les bibliothèques, le prêt de la part d’un proche et les librairies en ligne dans des proportions à peu près équivalentes (environ 45 %). Notons que les grandes surfaces généralistes et les grandes surfaces culturelles obtiennent de bien meilleurs résultats pour l’univers jeunes adultes, sans doute en raison de la place que ces lieux accordent à ce type de livres. Quant à ceux qui utilisent les réseaux de littérature générale, ils placent les librairies en ligne en deuxième position (56 %), suivies de près par les grandes surfaces culturelles (50 %), les bibliothèques et les magasins d’occasion (44 %).

Tableau 33. Modes d’accès aux livres

Intitulé de la question : Où vous procurez-vous les livres que vous lisez ?

Plusieurs réponses possibles

Réseaux JA

(base 506)

Réseaux LG

(base 473)

Réseaux BD

(base 85)

Ensemble

(base 944)

Librairies

72,9 %

77,4 %

89,4 %

73,7 %

Librairies en ligne

43,1 %

56,5 %

64,7 %

46,2 %

Bibliothèques

45,5 %

44,4 %

37,7 %

45,4 %

Bouquinistes/

Brocantes

32,8 %

44,4 %

63,5 %

37,4 %

Points presse

9,7 %

5,7 %

9,4 %

8,4 %

Grandes surfaces culturelles

71,2 %

50,3 %

49,4 %

61,1 %

Grandes surfaces généralistes

36,6 %

19 %

15,3 %

28,2 %

Prêt/cadeau de la part d’un proche

44,9 %

40,8 %

36,5 %

42,3 %

Nombre moyen de réponses cochées

3,56

3,38

3,65

3,42

34Qu’est-ce qui influence la décision de lire tel ou tel ouvrage chez les personnes qui fréquentent ces réseaux ? Les internautes citent en premier lieu le sujet du livre (thème, genre, résumé), mais aussi son auteur et la couverture (illustration, titre). En dehors de ces informations descriptives de base, ils s’appuient sur différentes sources de recommandation. Il est frappant de voir à quel point les personnes engagées sur les réseaux s’émancipent des prescripteurs traditionnels. Les critiques sur Internet (47 %) ont pour elles bien plus d’importance que, par exemple, la recommandation d’un libraire ou d’un bibliothécaire (14 %), l’obtention d’un prix littéraire (2 %) ou encore les critiques dans les médias comme la radio, la presse et la télévision (9 %). Cet écart par rapport à la critique professionnelle, à première vue considérable, peut tout autant traduire un désintérêt de la part du lectorat, moins sensible à cette forme de prescription, qu’une carence du côté de l’offre disponible, la littérature de genre, très populaire sur les sites, bénéficiant généralement d’une plus faible visibilité médiatique et sans doute aussi d’un moindre degré d’institutionnalisation de la critique littéraire.

35Ce manque d’intérêt qui se dessine pour les prescripteurs traditionnels peut s’accompagner d’une revisitation des formes qu’ils proposent. À ce titre, l’exemple des prix littéraires est édifiant : les internautes qui déclarent s’y fier dans leurs choix de lecture sont très peu nombreux (moins de 2 %), alors que certains réseaux n’hésitent pas à lancer leurs propres prix et distinctions faisant appel à la participation des membres. Par exemple, Critiques Libres remet depuis 2008 un ensemble de prix des Lecteurs/Lectrices dont les lauréats sont déterminés par un vote populaire sur le site à partir d’une sélection d’œuvres parues dans les trois ans et n’ayant pas reçu de prix majeurs. Livraddict a lancé un prix littéraire en ligne où les membres du réseau élisent des titres dans sept catégories distinctes. Le prix BDGest’Arts, mis en œuvre par le réseau BDGest, soumet une sélection de bandes dessinées au vote des internautes : en 2014, 3 100 suffrages avaient été enregistrés pour la catégorie du meilleur album. Il en est de même pour le Prix Orange du Livre, dont la sélection est soumise au vote des internautes sur le réseau Lecteurs. Le fait d’associer des lecteurs à des prix littéraires n’est pas une nouveauté en soi, mais les réseaux socionumériques prolongent cette pratique en l’organisant selon leurs propres logiques de participation (sélection sur critères, définition de catégories, vote populaire, etc.).

36Il apparaît que dans l’univers jeunes adultes les répondants présentent la particularité de faire beaucoup plus attention que les autres à l’éditeur ou à la collection, ainsi qu’à l’illustration de couverture, alors que, dans le même temps il s’agit des individus pour lesquels les critiques traditionnelles et les recommandations venant de bibliothécaires ou de libraires importent le moins. C’est peut-être ici le signe d’une littérature plus « marketée », où les choix de lecture sont moins orientés par les médiateurs historiques de l’industrie du livre (médias, libraires, bibliothécaires, prix littéraires) que par des signaux visuels qui s’incarnent directement dans l’objet-livre (couverture, illustration, collection). L’auteur y occupe également une place moindre, sans doute effacé derrière le principe de la série, de l’univers ou de la collection. Pour illustrer ce phénomène, nous plaçons ci-dessous une capture d’écran du réseau Lecture Academy qui accueille régulièrement des sondages destinés aux internautes afin d’obtenir leur opinion sur telle ou telle couverture d’ouvrages publiés chez Hachette.

Figure 35. Capture d’écran d’un sondage sur Lecture Academy

Figure 35. Capture d’écran d’un sondage sur Lecture                             Academy

*Thème, genre, résumé, etc. **Ami, famille, etc. ***Radio, télévision, presse. ****Blog, forum, réseaux sociaux, etc. *****Illustration, titre, etc.

Tableau 34. Informations qui incitent à lire un livre

Intitulé de la question : Quelles sont les trois informations qui vous incitent le plus à lire un livre ?

Trois réponses possibles

Réseaux JA

(base 506)

Réseaux LG

(base 473)

Réseaux BD

(base 85)

Ensemble

(base 944)

Le sujet du livre*

88,7 %

83,1 %

85,9 %

86,8 %

L’auteur du livre

39,9 %

54,6 %

57,7 %

47,7 %

La recommandation d’un proche**

36,8 %

39,3 %

37,7 %

38,8 %

Les critiques dans les médias traditionnels***

5,5 %

9,7 %

12,9 %

8,6 %

Les critiques sur Internet****

45,9 %

54,8 %

55,3 %

47,6 %

La recommandation d’un libraire ou d’un bibliothécaire

8,7 %

16,9 %

20 %

13,7 %

L’obtention d’un prix littéraire

1,2 %

2,1 %

0 %

1,8 %

Le prix du livre

7,5 %

5,3 %

4,7 %

5,8 %

La couverture du livre *****

57,9 %

30,9 %

20 %

43,5 %

L’éditeur ou la collection

20,2 %

14,8 %

5,9 %

16,1 %

La publicité que vous avez vue ou entendue pour le livre

3 %

1,9 %

2,4 %

2,7 %

Autre

4,6 %

3,4 %

2,4 %

4,5 %

Parmi les réponses citées : le projet littéraire de l’auteur, le feeling, la disponibilité en format e-book, la recommandation d’un bouquiniste, le résultat d’une recherche sur un sujet sur Internet, la réputation, le hasard, le style d’écriture, les premières pages, les dernières pages, le fait que le livre ait été adapté au cinéma, le nombre de pages, l’odeur, le graphisme pour les bandes dessinées, etc.

*Thème, genre, résumé, etc. **Ami, famille, etc. ***Radio, télévision, presse. ****Blog, forum, réseaux sociaux, etc. *****Illustration, titre, etc.

Activités en ligne

Inscription sur d’autres médias sociaux

37Les répondants à notre enquête étaient invités à préciser s’ils étaient inscrits et actifs sur d’autres médias sociaux. Parmi la liste de plateformes proposées, ceux-ci ont en moyenne coché 2,7 réponses, ce qui signifie que leur engagement en ligne ne se limite pas aux réseaux socionumériques de lecteurs, mais se déploie sur d’autres espaces de communication. Facebook apparaît comme le site web le plus fréquemment cité (72 %), devançant les plateformes de partage de vidéos (31 %), les forums de discussion (27 %) et les plateformes de microblogging dont Twitter constitue le représentant le plus connu (25 %). Cette hiérarchie est également le reflet des modes de diffusion du questionnaire, puisque celui-ci a été relayé sur des espaces liés aux réseaux socionumériques de lecteurs, comme leur compte Twitter, leur page Facebook et leur forum de discussion.

  • 9 Suite au rachat de Skype par Microsoft, le service MSN/Win (...)

38En fonction des univers identifiés, certaines particularités ne manquent pas de ressortir. Les internautes inscrits sur les réseaux jeunes adultes, par exemple, utilisent beaucoup plus les plateformes de partage de vidéos, ainsi que les services de messagerie instantanée comme Skype ou MSN/Windows Live Messenger9. À l’inverse, le fait d’être inscrit sur un réseau socionumérique professionnel est une pratique davantage observée chez les internautes des réseaux généralistes et des réseaux de bandes dessinées, plus souvent engagés dans la vie active. D’une manière générale moins impliqué sur les médias sociaux, avec un nombre moyen de réponses cochées plus faible que pour les autres univers, le public des réseaux de bandes dessinées se distingue également par un attrait fort pour les forums de discussion, que nous attribuons en partie au fait que pour ces sites le questionnaire a été exclusivement diffusé par ce canal de communication.

39Signalons que près de 25 % des répondants à l’enquête sont des blogueurs, ce qui montre que les plateformes collectives de prescription littéraire peuvent être utilisées de façon complémentaire avec des sites web personnels. Les réseaux généralistes accueillent la plus forte proportion de blogueurs, et les réseaux dédiés à la bande dessinée la plus faible. Pour certains blogueurs, nous savons que le fait d’être présent sur un réseau socionumérique de lecteurs leur permet de donner davantage de visibilité à leurs publications sur leur propre blog, auquel ils peuvent renvoyer par des liens hypertextes.

Tableau 35. Appartenance à d’autres médias sociaux

Intitulé de la question : En dehors d’un réseau social dédié au livre, sur quel(s) média(s) social(aux) êtes-vous actif (vous y avez un profil, vous vous y connectez régulièrement, etc.) ?

Plusieurs réponses possibles

Réseaux JA

(base 506)

Réseaux LG

(base 473)

Réseaux BD

(base 85)

Ensemble

(base 944)

Facebook

75,9 %

75,5 %

55,3 %

72,5 %

Google+

16,4%

17,8%

12,9%

15,9%

Windows Live Messenger/

MSN/Skype

28,3 %

9,7 %

9,4 %

19,8 %

MySpace

0,6 %

0,9 %

0 %

0,9 %

Wiki (1)

10,1 %

10,4 %

7,1 %

10,5 %

Plateforme de microblogging (2)

24,7 %

31,3 %

24,7 %

25 %

Plateforme de partage de vidéos (3)

36,8 %

24,5 %

24,7 %

31,5 %

Plateforme de partage de photos (4)

8,7 %

9,9 %

4,7 %

8,2 %

Plateforme de partage de liens (5)

0,6 %

1,3 %

0 %

0,7 %

Plateforme de partage de musique (6)

17,6 %

17,3 %

10,6 %

16,1 %

Plateforme de partage de documents (7)

0,6 %

0,4 %

0 %

0,5 %

Plateforme de localisation sociale (8)

1 %

2,1 %

0 %

1,1 %

Réseau social professionnel (9)

6,5 %

16,9 %

16,5 %

10,5 %

Réseau social personnel (10)

3 %

3,6 %

2,4 %

3 %

Site de jeu social (11)

4,4 %

3,4 %

1,2 %

4,2 %

Blog personnel (12)

29,5 %

35,9 %

20 %

24,9 %

Forum de discussion

27,3 %

31,9 %

62,4 %

27 %

Autres

6,5 %

3,4 %

5,9 %

6 %

Nombre moyen de réponses cochées

2,98

2,96

2,57

2,78

(1) Wikipédia, Wikia, WetPaint, etc. (2) Twitter, Tumblr, FriendFeed, Posterous, etc. (3) YouTube, Dailymotion, Vimeo, etc. (4) Flickr, Picasa, Instagram, etc. (5) Delicious, Digg, etc. (6) Last, iLike, Deezer, Spotify, etc. (7) SlideShare, Scribb, etc. (8) Foursquare, Gowalla, MyTown, etc. (9) LinkedIn, Viadeo, Xing, etc. (10) Copains d’avant, Trombi, Badoo, Orkut, Hi5, etc. (11) Zynga, Playfish, Playdom, SGN, etc. (12) WordPress, Typepad, Blogger, Overblog, etc.

Utilisation des réseaux socionumériques de lecteurs

40Lorsqu’on observe les fréquences de connexion, on relève que 45 % des répondants se connectent aux réseaux socionumériques de lecteurs tous les jours et 38 % au moins une fois par semaine. Ces chiffres donnent un aperçu du niveau d’engagement des internautes, visiblement très élevé, ce qui tient en partie à la qualité même des répondants, une personne fortement impliquée au sein d’un réseau ayant sans doute davantage de chance de tomber sur le questionnaire et d’y répondre. Un tel constat nous conforte dans l’idée que nous sommes face à un public averti, particulièrement familier de ce type de plateformes de prescription littéraire. Les fréquences de connexion sont à peu près équivalentes pour les réseaux jeunes adultes et les réseaux généralistes, mais plus élevées du côté des réseaux dédiés à la bande dessinée, où la base de recrutement des répondants est plus resserrée autour d’un public d’utilisateurs intensifs.

Tableau 36. Fréquence de connexion

Intitulé de la question : Vous connectez-vous à ce(s) sites(s) ?

Réseaux JA

Réseaux LG

Réseaux BD

Ensemble des répondants

Tous les jours

44,7 %

50,7 %

74 %

45,3 %

3 à 6 fois par semaine

24,7 %

24,1 %

14,1 %

22,3 %

1 à 2 fois par semaine

18,4 %

15,9 %

7,1 %

16,1 %

1 à 3 fois par mois

8 %

5,9 %

2,4 %

9,5 %

Moins d’une fois par mois

3,6 %

2,8 %

1,2 %

4 %

Jamais

0,6 %

0,6 %

1,2 %

2,8 %

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

41En matière d’activités privilégiées par les internautes, les chiffres que nous présentons tiennent compte du fait que l’essentiel des fonctionnalités proposées nécessite une inscription préalable au réseau. En fin de compte, un individu ne disposant pas d’un compte personnel ne peut utiliser ces sites web qu’à des fins de consultation, voire accéder à quelques outils très limités (la possibilité de « liker » une critique ou d’effectuer certains quizz, par exemple). Pour cette raison, nous faisons le choix d’écarter, parmi les répondants, ceux qui ont déclaré n’être inscrits sur aucun réseau et ceux qui ont coché la case « autre », où se trouvent parfois des réponses fantaisistes.

42Tout d’abord, il apparaît que 86 % des internautes inscrits consultent les contenus publiés, tandis que 75 % ajoutent des livres à leur bibliothèque virtuelle personnelle. Rappelons que la bibliothèque virtuelle personnelle est placée au cœur de ces dispositifs en ligne et que, associée au profil des utilisateurs, il s’agit du principal moyen par lequel ceux-ci vont se définir une identité de lecteurs en rendant visibles leurs pratiques de consommation littéraires. Les réseaux socionumériques de lecteurs sont utilisés comme des espaces d’ostentation de la consommation littéraire, mais aussi de classification, de rangement et de conservation de la mémoire, point sur lequel nous aurons l’occasion de revenir plus tard lorsque nous aborderons les raisons pour lesquelles les internautes effectuent des publications.

43En second lieu, la dimension évaluative des réseaux socionumériques de lecteurs est privilégiée, puisque 65 % des internautes attribuent des notes à des ouvrages et 62 % rédigent des critiques. L’attribution d’une note est une pratique plus fréquente que l’écriture d’une critique, ce qui se comprend dans la mesure où il s’agit d’une activité qui implique un degré d’engagement moindre et qui se résout en un ou plusieurs clics. Pour une raison que nous ignorons, les réseaux généralistes et, dans une moindre mesure, les réseaux jeunes adultes enregistrent de bien meilleurs scores pour ces modalités que les réseaux de bandes dessinées.

Tableau 37. Activités sur les réseaux

Intitulé de la question : Que faites-vous sur ce(s) site(s) ?

Plusieurs réponses possibles

Réseaux JA

(base : 506)

Réseaux LG

(base : 473)

Réseaux BD

(base : 85)

Ensemble des répondants inscrits sur un réseau*

(base : 821)

Je consulte les contenus publiés

85,6 %

85,2 %

88,2 %

86,2 %

J’ajoute des livres à ma bibliothèque virtuelle personnelle

77,1 %

83,5 %

51,8 %

75,4 %

J’attribue des notes à des livres

65,2 %

74,2 %

50,6 %

65,7 %

Je rédige des critiques ou des commentaires

60,7 %

72,5 %

44,7 %

61,9 %

J’échange avec d’autres lecteurs

43,3 %

48,8 %

50,6 %

44,3 %

Je liste/répertorie/étiquette/tague des livres

21,3 %

27,5 %

22,4 %

22,7 %

Je joue**

41,5 %

26,2 %

20 %

32,9 %

Je crée ou j’enrichis les pages de présentation des livres***

23,5 %

29,2 %

24,7 %

23,3 %

Je me procure des livres

14,4 %

10,8 %

20 %

12,5 %

Autres

4,7 %

4 %

9,4 %

4,8 %

Nombre moyen de réponses cochées

4,37

4,61

3,82

4,29

* On écarte ceux qui ont coché « aucun réseau » et « autre » à la question : « Vous êtes inscrit(e) sur quel(s) réseau(x) social(aux) de lecteurs ? » ** Tests, quizz, concours. *** Ajout d’édition, de résumé, de couvertures, d’extraits, etc. **** Achat, prêt, SP, etc.

44Le fait d’échanger avec d’autres internautes arrive seulement en cinquième position, cité par 44 % des répondants. Selon nous, un tel résultat signifierait que ce type d’interactions est moins central et que l’on pourrait retrouver le principe du « tableau noir » [Gensollen, 2006a]. Pour ce modèle d’analyse, les communautés en ligne tendraient à privilégier des formes d’interaction avec la plateforme sur laquelle les internautes déposent et consultent des contenus sur des œuvres culturelles sans forcément échanger directement entre eux [Gensollen, 2006a, p. 115]. En réalité, la situation est complexe et il convient de distinguer deux pratiques distinctes sur les réseaux socionumériques de lecteurs : d’une part, l’échange direct entre internautes (envoi de messages), et d’autre part, l’ajout de contacts sur le site (amis, abonnés, followers, éclaireurs, etc.). Dans les réseaux socionumériques, l’intérêt des systèmes de contacts est de permettre une personnalisation des services dans la mesure où l’information auquel l’internaute accède est sélectionnée par des sources avec lesquelles il existe une certaine proximité. Les modes de diffusion de l’information passent par le réseau social sans qu’il soit pour autant nécessaire que des échanges directs se tissent entre internautes : on repère un internaute que l’on connaît ou avec lequel on partage des centres d’intérêt et des goûts littéraires, on l’ajoute en tant que « contact » et on suit ses activités sur le site à travers son fil d’actualités et les notifications qu’on nous adresse.

  • 10 Les résultats obtenus sont significativement plus faibles (...)

45À ce titre, notre questionnaire contient une question concernant l’ajout de contacts qui nous apporte des enseignements complémentaires. Si l’on considère uniquement les répondants qui sont inscrits sur des réseaux socionumériques de lecteurs où il existe un système de contacts, nous obtenons une population de sept cent cinquante-neuf personnes. Parmi elles, 71 % déclarent ajouter des contacts, ce qui signifie que, dès lors que ce type d’outil est intégré dans les sites web, ils sont largement utilisés10. Précisons que 56 % de ces internautes ajoutent des personnes qu’ils découvrent par eux-mêmes sur le site, 34 % ajoutent des personnes qu’ils connaissent en dehors du site et 10,5 % des personnes recommandées par le site via un moteur de recommandation. Le plus souvent, l’ajout de contacts se produit donc sans que l’individu soit connu personnellement, si bien que le lien social qui se déploie trouve ses sources à l’intérieur même du réseau. Dans les réponses « autres », le fait de se contenter d’accepter des internautes qui font eux-mêmes la démarche de les ajouter revient de façon récurrente : il s’agit là d’un geste plus passif d’acceptation de la relation. Enfin, parmi les cinq cent trente-huit personnes qui sont inscrites sur des réseaux comportant un système de contacts et qui déclarent l’utiliser, seulement deux cent soixante-dix-neuf déclarent échanger avec d’autres internautes. Autrement dit, 48 % des inscrits sur les réseaux qui ajoutent des contacts n’échangent pas directement avec d’autres internautes. Un tel résultat attire notre attention sur le fait que l’échange direct et l’ajout de contacts ne sont pas forcément des pratiques cumulatives. En effet, ces deux activités répondent à des besoins différents : l’échange direct correspond à une volonté de communication et passe notamment par l’envoi de messages (messageries privées, messageries publiques, forums de discussion, etc.), alors que le fait de se constituer une liste de contacts revient tout d’abord à s’aménager un mode particulier d’accès à l’information et aux services. Dans cette dernière hypothèse, il faut savoir qu’un certain nombre de contenus s’affichant depuis un profil émanent des personnes qui constituent la base de contacts. Rien n’interdit aux internautes de commenter ou de réagir aux activités effectuées par leurs contacts qu’ils voient apparaître dans leur fil d’actualités, mais ils peuvent aussi bien s’en servir de façon plus passive pour naviguer et accéder à des informations dans une logique d’observation interpersonnelle.

Tableau 38. Ajout de contacts

Intitulé de la question : Lorsque vous ajoutez un internaute comme contact sur le site (« ami », « follower », « abonné », « éclaireur », etc.), vous ajoutez :

Plusieurs réponses possibles

Réseaux JA

(base 506)

Réseaux LG

(base 473)

Réseaux BD

(base 85)

Ensemble des répondants inscrits sur un réseau avec système de contacts*

(base : 759)

Des personnes que je connais en dehors du site

35,2 %

35,7 %

20 %

34,4 %

Des personnes que je découvre par moi-même sur le site

55,3 %

55,8 %

25,9 %

56,3 %

Des personnes recommandées directement par le site**

9,7 %

12,5 %

5,9 %

10,5 %

Je n’ajoute pas de contacts

27,7 %

20,9 %

40 %

29,1 %

Le site que j’utilise ne propose pas d’outil pour ajouter des contacts

2,4 %

8 %

23,5 %

– 

Autre

2,6 %

3,4 %

1,2 %

2,9 %

Parmi les réponses citées : ceux qui me demandent d’être ami avec eux, j’accepte juste les demandes d’ami ou pas, des personnes aux goûts similaires, j’accepte ceux qui m’ajoutent comme contact, des personnes avec qui je noue des liens via des blogs/forums…

* On écarte ceux qui ont coché « aucun réseau » et « autre » à la question : « Vous êtes inscrit(e) sur quel(s) réseau(x) social(aux) de lecteurs ? » Par ailleurs, nous écartons ceux qui ont coché « Le site que j’utilise ne propose pas d’outil pour ajouter des contacts » à la question : « Lorsque vous ajoutez un internaute comme contact sur le site (“ami”, “follower”, “abonné”, “éclaireur”, etc.), vous ajoutez : … » À l’arrivée, nous avons donc isolé les répondants inscrits sur un réseau socionumérique de lecteurs où un système de contacts est proposé. ** Par exemple : « Les lecteurs proches de vous », « Les lecteurs voisins ».

46La dimension ludique des réseaux socionumériques de lecteurs s’incarne à travers des tests, des sondages, des quizz ou encore des concours qui permettent de gagner des récompenses comme des livres ou des invitations à des événements. Ce type d’activité est moins central sur les réseaux puisque seulement 33 % des répondants déclarent s’y livrer. Cependant, des différences très nettes apparaissent en fonction de l’univers de spécialisation : les réseaux jeunes adultes, où 41,5 % des internautes réalisent des activités relevant de l’ordre du jeu, se signalent par leur score élevé pour cette modalité. Sans doute faut-il y voir un attrait particulier pour les formes ludiques de la part d’un jeune public, mais aussi le signe de stratégies marketing qui intègrent des logiques de gamification pour promouvoir des collections et renforcer l’image de la marque éditoriale. C’est en tout cas une dimension que la responsable de Lecture Academy interrogée présente de façon très claire :

« On va aussi lancer un concours d’écriture Blackmoon, avec la promesse d’être publié à côté de Twilight, ce qui est quand même sympa. On est plus sur de la notoriété de marque, sur de la marque 360°, mais ce n’est pas opportuniste, c’est parce qu’on voit qu’il y a vraiment un truc à faire avec cette marque, il y a un vrai attachement des lecteurs. » Lecture Academy

47Le fait de s’impliquer dans un travail de contribution encyclopédique, que ce soit en enrichissant les fiches bibliographiques constituant la base de données du réseau (ajout d’édition, de résumé, de couvertures, d’extraits, d’images, etc.) ou en étiquetant, taguant ou listant des livres, se retrouve respectivement chez 23 et 22 % des répondants. Précisons que, dans le paysage des réseaux socionumériques de lecteurs, les bases de données ne sont pas toujours ouvertes et que tous les réseaux n’autorisent pas ce genre d’activités. Il semble que ce travail de contribution active conjointement une dimension collective à travers l’amélioration d’un service commun (le réseau) et une dimension individuelle à travers la gestion de ses ressources personnelles.

  • 11 Pour rappel, 63 % des internautes inscrits sur un réseau d (...)

48Enfin, nous savons que les réseaux socionumériques de lecteurs permettent de se procurer des livres (renvoi vers des sites d’e-commerce, concours, mise à disposition d’e-books, service de presse, prêt ou échange entre internautes, petites annonces, etc.). Sur ce point, 12 % des répondants déclarent s’en servir pour accéder à des livres, mais il est impossible de savoir s’il s’agit de modes d’accès direct ou indirect. Ce qui est certain, en revanche, c’est que les réseaux de bandes dessinées sortent du lot, avec un taux de réponse de 20 % pour cette modalité. Selon nous, cela pourrait s’expliquer par le fait que la bande dessinée constitue un marché où l’achat d’ouvrages d’occasion est plus répandu11, et que les réseaux consacrés à ce genre peuvent disposer d’espaces dédiés aux petites annonces où il est possible de mettre en vente des albums et d’en acheter, comme par exemple sur BDGest et sur Coin BD où le questionnaire a été diffusé.

Activités de publication

49Les contenus publiés par les internautes constituent des ressources essentielles pour les réseaux socionumériques de lecteurs. L’anglicisme « User-generated-content » (UGC) est généralement utilisé pour caractériser des services web entièrement articulés autour de la mobilisation de leurs membres. Sur la question des activités de publication, nous avons fait le choix de centrer notre attention uniquement sur les répondants inscrits sur des réseaux dans la mesure où les outils de publication ne sont ouverts qu’après inscription.

50Il ressort de l’enquête que 85 % des répondants inscrits sur des réseaux publient des contenus (critiques, notes, tags, commentaires, etc.). Si l’on considère les répondants engagés dans des pratiques de publication, 56 % s’y livrent au moins une fois par semaine, ce qui illustre une nouvelle fois le degré d’implication des membres interrogés. Parmi les trois catégories de réseaux, ce sont ceux focalisés sur la littérature générale qui semblent tirer leur épingle du jeu, puisqu’ils enregistrent tout à la fois la proportion d’internautes inactif la plus faible et la proportion d’internautes publiant à un rythme hebdomadaire le plus élevé.

Tableau 39. Fréquence de publication

Intitulé de la question : À quelle fréquence publiez-vous des contenus sur le(s) site(s) (critiques, commentaires, notes, extraits, tags/étiquettes, vidéos, etc.) ?

Réseaux JA

(base : 506)

Réseaux LG

(base : 473)

Réseaux BD

(base : 85)

Ensemble des répondants inscrits*

(base : 821)

Tous les jours

6,3 %

5,9 %

9,4 %

6,2 %

3 à 6 fois par semaine

16,6 %

21,1 %

23,5 %

17,5 %

1 à 2 fois par semaine

22,3 %

27,5 %

17,7 %

24 %

1 à 3 fois par mois

21,2 %

24,7 %

21,2 %

22,1 %

Moins d’une fois par mois

16,4 %

12,1 %

9,4 %

15,2 %

Je ne publie pas de contenus

17,2 %

8,7 %

18,8 %

15 %

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

* On écarte ceux qui ont coché « aucun réseau » et « autre » à la question : « Vous êtes inscrit(e) sur quel(s) réseau(x) social(aux) de lecteurs ? »

51Lorsqu’on les questionne sur leurs motivations, ils sont 88 % à expliquer qu’ils veulent donner leur avis, émettre des opinions sur des auteurs et des livres. C’est donc la prise de parole personnelle qui est d’abord recherchée, la valorisation d’un « individualisme expressif » [Allard et Vandenberghe, 2003], à travers le partage de jugements littéraires et la mise en scène de choix personnels. Par ailleurs, 46 % des répondants affirment publier des contenus pour garder une trace de leurs lectures. Cette seconde dimension montre qu’il est courant d’utiliser les réseaux socionumériques de lecteurs comme des lieux de mémoire et d’archivage littéraire. À ce titre, il est intéressant de rappeler que la constitution d’une bibliothèque virtuelle personnelle est la deuxième activité privilégiée par les internautes, et que, dans le même temps, les réseaux offrent souvent à leurs membres un éventail d’outils pour l’organiser comme bon leur semble. Il s’agit de cataloguer ses propres lectures, de leur donner, par-delà le chaos des souvenirs, un support tangible et un ordre. Ajoutons que 28 % des répondants déclarent chercher à améliorer le site et 30 % le font pour réagir à des actions d’autres internautes. Ces deux modalités sont nettement plus plébiscitées par le public des réseaux de bandes dessinées, qui est également celui qui est le moins porté sur la fonction de conservation de la mémoire. Enfin, la proposition « pour savoir ce que les autres pensent de mon opinion » rencontre seulement 13 % de suffrages.

52Il convient de noter que dans les réponses « autres » figurent parfois des motivations supplémentaires. D’une part, il apparaît que des internautes se lancent dans des activités de publication pour donner de la visibilité à des livres et à des auteurs qu’ils souhaitent rendre visibles : l’expression d’une opinion rejoint ici l’envie de partager des découvertes, de mettre en avant des œuvres particulières. D’autre part, un certain nombre de répondants déclarent publier des contenus pour faire connaître leur blog (ils peuvent par exemple renvoyer vers leur blog en glissant un lien hypertexte dans leurs critiques ou sur leur page de profil) et pour recevoir des ouvrages dans le cadre de services de presse. Ces résultats attirent notre attention sur l’utilisation des réseaux socionumériques de lecteurs dans des stratégies de construction de notoriété, qu’il s’agisse de porter la trajectoire d’un livre ou de promouvoir son site personnel.

Tableau 40. Raisons des publications

Intitulé de la question : Pour quelle(s) raison(s) publiez-vous des contenus ?

Plusieurs réponses possibles

Réseaux JA*

(base 415)

Réseaux LG*

(base 431)

Réseaux BD*

(base 70)

Ensemble des répondants inscrits**

(base 695)

Pour améliorer le site

22,9 %

29 %

38,6 %

28,4 %

Pour donner mon avis, exprimer mes opinions sur les livres

91,6 %

86,1 %

85,7 %

88,5 %

Pour savoir ce que les autres pensent de mon opinion

14,7 %

13,7 %

12,9 %

13,7 %

Pour réagir aux actions d’autres internautes

34,2 %

30,6 %

40 %

30,5 %

Pour garder une trace de mes lectures

45,5 %

56,2 %

25,7 %

45,9 %

Autre

3,6 %

3,9 %

2,9 %

3,6 %

Parmi les réponses citées : comme note personnelle, faire connaître son blog, recevoir des livres, pour faire un lien vers mon blog, pour partager, pour faire renaître certains auteurs oubliés, pour garder en mémoire mes impressions, pour faire connaître des livres qui m’enthousiasment, pour moi-même, pour donner de la visibilité à un livre…

Nombre moyen de réponses cochées

2,12

2,19

2,05

2,1

* On ne conserve que ceux qui déclarent publier des contenus.

** On écarte ceux qui ont coché « aucun réseau » et « autre » à la question : « Vous êtes inscrit (e) sur quel(s) réseau social(aux) de lecteurs ? ». Par ailleurs, on écarte ceux qui déclarent ne pas publier de contenus.

Activités de prescription

53L’enquête fait ressortir un autre aspect important : le recours à la prescription des réseaux est plutôt suivi d’effet. Ce sont 58 % des répondants qui déclarent suivre de temps en temps les avis qui circulent sur les sites, tandis que 26 % le font toujours ou presque toujours, contre 15 % pour les modalités « jamais » et « presque jamais ». Le public le plus enclin à suivre les avis ou les recommandations de lecture disponibles sur les réseaux est celui de la littérature jeunes adultes. À l’inverse, les réseaux dédiés à la bande dessinée accueillent des internautes qui semblent un peu moins réceptifs aux prescriptions en ligne.

54Parallèlement, près de 90 % des répondants signalent avoir lu, au cours des douze derniers mois, au moins un livre après l’avoir découvert sur un réseau socionumérique de lecteurs. En regardant ces chiffres en détail, on se rend compte qu’ils sont même 21 % à avoir découvert entre dix et dix-neuf livres, et 12 % entre vingt et quarante-neuf livres. Un bouche-à-oreille électronique se développe donc sur Internet, avec un impact prescripteur évident, particulièrement fort pour les réseaux jeunes adultes. Toutefois, il convient de noter que le nombre de livres découverts grâce aux réseaux est très nettement inférieur au nombre de livres lus chaque année par les internautes, ce qui signifie que ces sites web sont loin de constituer les seules sources de découverte et d’information littéraires pour les personnes qui les fréquentent.

Tableau 41. Fréquence à laquelle les internautes suivent les avis disponibles

Intitulé de la question : Suivez-vous les avis ou les recommandations de lecture disponibles sur ce(s) site(s) ?

Réseaux JA

(base : 506)

Réseaux LG

(base : 473)

Réseaux BD

(base : 85)

Ensemble des répondants

(base : 944)

Toujours

4,4 %

3,8 %

5,9 %

3,9 %

Presque toujours

25,9 %

19,5 %

15,3 %

22 %

De temps en temps

56,3 %

62,4 %

58,8 %

58,4 %

Presque jamais

9,6 %

11,1 %

14,1 %

10,9 %

Jamais

3,8 %

3,2 %

5,9 %

4,8 %

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

Tableau 42. Nombre de livres découverts

Intitulé de la question : Au cours des douze derniers mois, combien de livres avez-vous lu après les avoir découverts sur un réseau social de lecteurs ?

Réseaux JA

(base : 506)

Réseaux LG

(base : 473)

Réseaux BD

(base : 85)

Ensemble des répondants

(base : 944)

0

9,1 %

10,6 %

9,4 %

10,7 %

1 à 4

25,9 %

27,3 %

23,5 %

30,5 %

5 à 9

23,1 %

20,7 %

21,2 %

20,8 %

10 à 19

21,3 %

23,3 %

23,5 %

21,1 %

20 à 49

15,8 %

13,1 %

12,9 %

12,5 %

50 et plus

4,7 %

5,1 %

9,4 %

4,5 %

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

55Si les internautes n’hésitent pas à opérer des choix de lecture à partir des réseaux, les motivations du recours à cette forme de prescription restent à éclairer. Selon notre enquête, il est possible d’identifier au moins deux motivations. D’une part, pour 82 % des personnes interrogées qui déclarent suivre les avis et les recommandations disponibles, il s’agit de trouver des idées de lecture, de découvrir des auteurs et des livres. Notons que les réseaux de bandes dessinées enregistrent ici un niveau de réponses moindre sans que l’on puisse véritablement en identifier la raison. D’autre part, 50 % des répondants les utilisent pour s’assurer à l’avance de la qualité d’un ouvrage. Cette seconde motivation nous renvoie à un usage des réseaux pour réduire le champ des possibles et en apprendre davantage sur un livre dont on envisage déjà la lecture. C’est donc tout à la fois l’expérience de la découverte littéraire et celle de la réduction de l’incertitude qui sont d’abord recherchées.

56Les réponses « autres » ont tout de même été cochées par plus de 5 % des répondants. Le questionnaire permettait aux personnes interrogées de préciser leurs motivations et l’examen des réponses enregistrées laisse entrevoir d’autres aspects. En réalité, nombre de ces réponses consistent en une reformulation de la première modalité proposée (« trouver des idées de lecture »), en utilisant un vocabulaire focalisé sur le registre de la découverte (« pour découvrir de nouveaux auteurs », « m’ouvrir à d’autres horizons », « pour cheminer », « pour trouver des livres dont je n’avais pas entendu parler », etc.). D’un autre côté, il est possible de repérer la présence de motivations diverses et variées, où se côtoient l’expression d’une défiance vis-à-vis des médias traditionnels, la recherche d’une authenticité dans les avis de consommateurs, l’utilisation dans un cadre professionnel, l’acquisition d’une culture littéraire, etc.

57Ces observations illustrent la difficulté qu’il y a à cerner des motivations, forcément subjectives, par l’intermédiaire d’un questionnaire qui présente l’inconvénient d’enfermer les répondants dans des listes de propositions limitées, dont les formulations peuvent parfois disconvenir. S’il apparaît que l’utilisation de la prescription en ligne se fait surtout pour trouver des idées de lecture et pour réduire l’incertitude qui entoure la qualité des œuvres, nous ne pouvons mesurer avec précision ni analyser en profondeur toutes les motivations susceptibles d’exister.

Tableau 43. Raisons du recours aux avis de lecture

Intitulé de la question :

Pour quelle(s) raison(s) suivez-vous les avis ou les recommandations de lecture ?

Réseaux JA*

(base : 455)

Réseaux LG*

(base : 431)

Réseaux BD*

(base : 73)

Ensemble des répondants*

(base : 836)

Pour trouver des idées de lecture

86,8 %

82,1 %

65,8 %

82,2 %

Pour m’assurer à l’avance de la qualité d’un livre

48,1 %

48,7 %

52,1 %

50 %

Pour ne pas manquer ce qui se lit en ce moment

26,2 %

17,9 %

24,7 %

22,5 %

Autre, précisez

4,6 %

7,2 %

5,5 %

5,4 %

Parmi les réponses citées : cheminer, par curiosité, par plaisir, la découverte, en général, je lis les avis après pour savoir ce que les autres en ont pensé, pour découvrir de nouveaux auteurs, pour comparer à mon propre avis, pour m’informer, pour m’ouvrir à d’autres horizons, pour mon travail, pour me tenir au courant, pour ne pas me tromper dans mes achats vu la grande quantité de sorties, pour trouver des livres dont je n’avais pas entendu parler, pour savoir si ce livre contient ce que j’aime d’habitude, pour acquérir une culture littéraire, pour pouvoir en discuter ensuite, je suis les avis des gens ayant les mêmes goûts littéraires que moi, pour avoir des avis vrais des consommateurs et pas des critiques à deux balles des médias, pour trouver des sujets spécifiques…

Nombre moyen de réponses cochées

1,65

1,55

1,47

1,6

* On écarte ceux qui déclarent ne jamais suivre les avis et recommandations de lecture.

58Parmi les multiples informations prescriptives qui circulent sur ces sites, il apparaît que celles auxquelles les internautes accordent le plus de confiance sont les critiques et, à un degré moindre, les notes attribuées aux livres. Cela n’est pas étonnant dans la mesure où les critiques et les notes correspondent aux modes d’évaluation les plus répandus sur les réseaux socionumériques de lecteurs et sur le Web d’une manière générale [Beauvisage et al., 2013]. En revanche, les internautes ont moins tendance à se référer aux classements de popularité, aux publicités, aux listes de lecture et aux moteurs de recommandation, ce qui ne veut pas pour autant dire que ces dispositifs sont dépourvus d’influence, ne serait-ce que dans l’encadrement de la navigation. Il est ainsi possible d’envisager la circulation de l’internaute sur le site à travers ces différents éléments, rebondissant d’une page à l’autre en cliquant sur des liens hypertextes, mais se référant ensuite, une fois parvenu sur la fiche bibliographique d’un ouvrage, aux avis publiés par les autres membres du réseau.

Tableau 44. Sources de recommandation privilégiées

Intitulé de la question : Quelles sont les trois sources de recommandation auxquelles vous faites le plus confiance sur le(s) site(s) ? Trois réponses possibles

Réseaux JA

(base : 506)

Réseaux LG

(base : 473)

Réseaux BD

(base : 85)

Ensemble des répondants

(base : 944)

Les notes attribuées aux livres

39,3 %

33,4 %

41,2 %

37 %

Les critiques et commentaires d’internautes

76,3 %

82,2 %

75,3 %

78,4 %

Les listes de lecture*

4,7 %

8 %

8,2 %

7,3 %

Les critiques et commentaires de professionnels du livre**

28,5 %

23,9 %

27,1 %

25,9 %

Les moteurs de recommandation***

27,5 %

20,9 %

16,5 %

24,9 %

Les classements de popularité****

27,1 %

17,3 %

20 %

23,5 %

Les publicités

5,3 %

1,7 %

2,4 %

3,7 %

Autre

2,6 %

3 %

8,2 %

3,6 %

Parmi les réponses citées : le pitch du livre, la personne de qui vient la critique, la proportion (parfois écrasante) d’avis positifs ou négatifs, le nombre de critiques (positives ou négatives), mes recherches personnelles, par des amis, les previews…

* Par exemple : « Mes Tintin préférés », « Ma bibliothèque idéale », « Les livres adaptés au cinéma », etc.

** Libraire, bibliothécaire, journaliste, etc. *** Par exemple : « Vous avez aimé ce livre, vous aimerez celui-là », « Suggestions de lecture », etc. **** Par exemple : « Les dix romans policiers les plus lus », « Les livres les plus critiqués », etc.

59Pour être convaincante, il reste qu’aux yeux de 66 % des internautes la critique doit être bien rédigée (style, syntaxe, orthographe, etc.). Les réseaux socionumériques de lecteurs l’ont compris et intègrent généralement, au sein de leurs interfaces, des outils qui permettent de voter en faveur des meilleures critiques et de les faire remonter. Le fait de lire plusieurs avis est régulièrement cité dans les réponses « autres » : il semble que beaucoup d’internautes ont tendance à suivre un faisceau d’avis allant dans le même sens plutôt que de se référer à la lecture d’une seule opinion. De plus, 67 % des internautes sont très attentifs aux goûts littéraires des personnes qui les écrivent. La mise en visibilité des préférences de chacun, notamment sur les pages de profil, et l’organisation de proximités de goûts, par exemple à travers des systèmes d’amitié ou des indices d’affinité entre membres, permettent de situer rapidement chaque contributeur et de crédibiliser l’information publiée.

Tableau 45. Critiques d’internautes

Intitulé de la question : Avant de suivre la critique d’un internaute publiée sur le(s) site(s), vous êtes attentif :

Plusieurs réponses possibles

Réseaux JA*

(base : 457)

Réseaux LG*

(base : 448)

Réseaux BD*

(base : 76)

Ensemble des répondants*

(base : 851)

À ses goûts littéraires

69,2 %

72,1 %

52,6 %

67,5 %

À ses liens d’amitié ou ses contacts sur le site

5 %

8,9 %

19,7 %

7,1 %

À sa réputation**

7,9 %

9,8 %

22,4 %

9,4 %

Au fait qu’il soit un professionnel du livre

8,3 %

9,8 %

18,4 %

9,8 %

À la manière dont la critique ou le commentaire a été rédigé***

61,1 %

74,6 %

68,4 %

66,6 %

Je suis son avis sans me renseigner davantage

14,2 %

8,5 %

10,5 %

12,7 %

Autre

2,8 %

3,6 %

4 %

3,1 %

Parmi les réponses citées : je lis plusieurs avis, à la note attribuée, je regarde d’autres critiques, je suis plutôt un ensemble d’avis, la taille de la critique, au résumé écrit, si possible, je lis d’autres critiques pour trianguler l’information, son âge, plusieurs avis dans le même sens, le nombre d’avis similaire au sien…

* On écarte ceux qui déclarent ne jamais suivre les avis d’internautes. ** Mention de médailles, points, badges, statuts sur son profil, etc. *** Style, orthographe, syntaxe, etc.

60L’intérêt porté à une critique dépend de la confiance que l’internaute accorde à celui qui l’a rédigée et avec lequel il partage des valeurs et des goûts. Comme nous l’avons déjà dit, une étude consacrée au réseau aNobii [Aiello et al., 2010] a montré que les internautes tendraient à se rapprocher des membres ayant les mêmes préférences littéraires, puis qu’une fois liés entre eux, l’influence exercée les uns sur les autres à travers le réseau conduirait à un alignement des profils encore plus fort, « ce qui laisse penser que les outils numériques n’augmentent pas toujours la probabilité de “brassage” culturel » [Guillon, 2012, p. 45]. Les logiques de prescription qui s’observeraient sur les réseaux socionumériques de lecteurs favoriseraient donc le regroupement des membres en fonction de leurs préférences et la découverte de livres à l’intérieur de sphères de goûts. Cette segmentation entre communautés pourrait même être décrite comme une « cyberbalkanisation » [Guillon, 2012, p. 45].

61À l’arrivée, la manière avec laquelle les réseaux socionumériques de lecteurs sont mobilisés par les personnes qui les fréquentent souligne combien celles-ci s’engagent dans des activités de prescription sur Internet, qui recouvrent notamment deux dimensions : les réseaux sont conjointement utilisés comme des espaces de consultation et de publication de prescriptions. Autrement dit, les internautes actifs sur ces réseaux sont amenés à enrichir l’offre de prescription en publiant des contenus de différentes façons (notes, commentaires, critiques, listes, etc.) dans une logique d’expression personnelle et de conservation d’une trace de leurs lectures, mais aussi à consulter les informations disponibles pour opérer des choix de lecture, afin de découvrir des livres et de réduire l’incertitude qui entoure leur qualité. C’est cette double activité, propre aux utilisateurs intensifs dont nous avons principalement saisi les usages, qui constitue le moteur des plateformes étudiées et qui alimentent leur dynamique participative en multipliant les opportunités de s’informer, de fixer son choix et de contribuer.

Notes

1 Selon les chiffres contenus dans l’enquête Ipsos, si l’on prend en considération l’ensemble des Français de 15 ans et plus, 18 % n’ont pas de diplôme, 53 % sont diplômés du secondaire et 28 % sont diplômés à un niveau universitaire.

2 67 % des non-diplômés ont moins de 15 ans, 26 % ont entre 15 et 19 ans, 7 % sont plus âgés.

3 61 % des grands lecteurs sont des femmes, contre 52 % pour l’ensemble des lecteurs français [Ipsos, 2014].

4 Chez les 15-24 ans, l’enquête Ipsos signale 31 % de petits lecteurs, 47 % de moyens lecteurs et 22 % de grands lecteurs. Chez les 25-34 ans, les chiffres révèlent 31 % de petits lecteurs, 46 % de moyens lecteurs et 23 % de grands lecteurs [Ipsos, 2014].

5 On parle bien ici de l’ensemble des Français et non des lecteurs français. Malheureusement, sur cette question les résultats de l’enquête d’Ipsos auxquels nous avons eu accès ne fournissent pas de statistiques portant sur le seul lectorat français.

6 Dans notre questionnaire, l’intitulé de la question était : « Quels sont les genres de livres que vous lisez le plus souvent ? » Dans l’enquête d’Ipsos, deux questions étaient posées : « Parmi ces différents genres de livres, le(s)quel(s) avez-vous lu(s) au format numérique au moins une fois au cours des douze derniers mois ? », « Parmi cette liste, quel(s) genre(s) de livres avez-vous personnellement lu au format papier au cours des douze derniers mois ? »

7 Notre questionnaire ne comportait pas une case spécifique « Livres d’histoire ». En revanche, les lecteurs de cette catégorie de livres pouvaient cocher « document, essai, actualité » (15 % des répondants) ou « livres de sciences humaines et sociales » (11 % des répondants).

8 Au regard des entretiens réalisés auprès de leurs responsables et des résultats obtenus lors de l’enquête par questionnaire, il ressort par exemple que les réseaux Booknode et Livraddict accueillent un public féru de littérature jeunes adultes. La lecture de livres jeunesse est pratiquée par 71 % des répondants inscrits sur Booknode et 72 % des répondants inscrits sur Livraddict. De même, la lecture de romans de science-fiction, fantasy et fantastique est pratiquée par 80 % des répondants inscrits sur Booknode et 69 % de ceux inscrits sur Livraddict.

9 Suite au rachat de Skype par Microsoft, le service MSN/Windows Livre Messenger est fermé en 2013. Les utilisateurs sont alors invités à effectuer la transition vers Skype.

10 Les résultats obtenus sont significativement plus faibles pour le secteur de la bande dessinée (40 % des répondants déclarent ne pas ajouter de contacts), où il semble qu’il existe moins souvent de systèmes de contacts sur les sites (23,5 % des répondants précisent que le site qu’ils utilisent ne dispose pas de ce type d’outil).

11 Pour rappel, 63 % des internautes inscrits sur un réseau de bandes dessinées déclarent acheter leurs ouvrages via des bouquinistes/brocantes/magasins d’occasion, contre 37 % pour l’ensemble des répondants.

Table des illustrations

Titre Figure 35. Capture d’écran d’un sondage sur Lecture Academy
Légende *Thème, genre, résumé, etc. **Ami, famille, etc. ***Radio, télévision, presse. ****Blog, forum, réseaux sociaux, etc. *****Illustration, titre, etc.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7491/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search