Version classiqueVersion mobile

La prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique

 | 
Louis Wiart

Partie 2. Analyse des conditions de l’offre de prescription

Chapitre 1. Le fonctionnement des réseaux : approche historique et technique

Texte intégral

Du salon littéraire au réseau numérique

La sociabilité littéraire : éléments d’histoire

1Brigitte Chapelain [2006, p. 257] retrouve des traces des communautés littéraires pendant l’Antiquité, à travers la recitatio à Rome qui « se révèle telle une pratique d’écriture collective, dès l’époque républicaine », tandis que les cénacles apparaissent aussi comme « les premières manifestations communautaires de réflexions et d’activités littéraires ». Il semble que tout au long de l’histoire, cette pratique trouve des prolongements. À la Renaissance, la sociabilité littéraire se développe d’abord dans le cadre du palais et de la société de cour. Dans sa thèse de doctorat, Adeline Clerc explique qu’il faut attendre le xviie siècle pour que les salons littéraires fassent leur apparition, sous le règne de Louis XIII, mais qu’ils prennent véritablement toute leur envergure pendant le siècle des Lumières, où l’opinion publique se développe et où « la futilité de la causerie devient conversation critique » [Clerc, 2011, p. 77]. Qu’est-ce qui caractérise alors ces salons littéraires ? Il s’agit de formes de sociabilité aristocratiques, hiérarchiques, mondaines et fermées. L’écrivain les fréquente avec l’idée de pouvoir déclamer ses textes devant un auditoire : « Il y trouve un public à son écoute et une publicité importante » [Clerc, 2011, p. 77].

2Au xixe siècle, l’avènement de la société bourgeoise et les bouleversements politiques à l’œuvre marquent un tournant dans les pratiques d’échange autour de la lecture qui se démocratisent. À la sociabilité de salon, typique d’un modèle d’organisation aristocratique, succède progressivement la sociabilité du cercle, caractéristique du régime bourgeois, en particulier à partir de 1830 [Agulhon, 1977]. Si la première se présente comme une forme traditionnelle, nationale, familiale, hiérarchisée, mixte et non politique, la seconde prend le visage d’une organisation nouvelle, importée d’Angleterre, extra-familiale, égalitaire, surtout masculine et éventuellement politique [Agulhon, 1977]. À partir de la monarchie de Juillet, il est possible d’observer une multiplication des cercles, notamment dans le domaine littéraire. Face à l’affaiblissement du pouvoir des salons, des instances de consécration inédites se développent, au premier rang desquelles le public (avec l’augmentation des tirages), les nouveaux groupes d’échange qui s’organisent (avec les cercles et les cafés littéraires, ainsi que les cabinets de lecture) et surtout les médias (avec l’apparition de la presse périodique) [Clerc, 2011 ; Agulhon, 1977].

3Le développement du niveau d’éducation, des pratiques de lecture et de l’industrie du livre s’accompagnent tout au long du xxe siècle d’une prolifération des dispositifs d’échange et de critique littéraire. Des pratiques qui relevaient de la sphère privée et domestique à l’époque des salons investissent plus que jamais des lieux publics : foires du livre, librairies, bibliothèques, équipements collectifs, cafés, etc., sont susceptibles d’accueillir des réunions, des groupes de lecture, des séances de dédicaces, des débats et des rencontres. Fonctionnant comme autant de points de rencontre autour du livre, plusieurs types de lieux peuvent être identifiés :

  • les lieux de vente (librairies, cafés-librairies, grandes surfaces culturelles, etc.). Le paysage du commerce du livre est marqué par une multiplication du nombre de librairies à partir de la fin du xixe siècle, à laquelle répond l’introduction de rayons livres dans les grands magasins et les grandes surfaces alimentaires. La seconde moitié du xxe siècle se signale par un mouvement de concentration du réseau des librairies à partir des années 1970, en même temps que par une diversification des lieux de vente avec l’apparition des clubs de livres, des grandes surfaces culturelles, de la commercialisation de livres dans les supermarchés et les hypermarchés, ainsi que par la mise en place de librairies en ligne au milieu des années 1990 ;

  • les lieux institutionnels (instituts culturels, écoles, archives, musées, universités, bibliothèques, etc.), qui se multiplient à partir des années 1970 avec l’augmentation de l’accès aux études supérieures et le développement de l’équipement culturel du territoire ;

  • les manifestations littéraires (salons, foires, festivals, fêtes, etc.), où se côtoient les professionnels du livre et le grand public, parfois articulées autour d’une thématique (l’histoire, le livre de poche, le droit, l’aéronautique, etc.), qui prolifèrent véritablement à partir des années 1980 jusqu’à atteindre une certaine saturation la décennie suivante [Clerc, 2011].

4Ce panorama ne saurait être exhaustif, mais dessine de grands espaces de valorisation du livre et de la lecture devenus incontournables au xxe siècle. Souvent, la forme de critique littéraire qui s’y déploie, héritée de l’époque des salons, « est faite de bavardage, immédiate réaction et échange disert et vif, destiné à disparaître une fois la réunion terminée et passée l’actualité » [Chartier et Hébrard, 2000, p. 561]. Ajoutons que celle-ci a « enflé avec la naissance et l’essor du journalisme », et que dans tous les médias, on retrouve « cette critique-là, qui informe, raconte, cite, loue ou condamne, et plus encore mentionne ou tait, n’a guère de prétention théorique ». Presse écrite, radio et télévision véhiculent une critique « journalière », « d’humeur », de « description » et de « commentaire », par opposition à la critique formulée par des professionnels (universitaires, théoriciens, écrivains) dont l’audience demeure plus restreinte [Chartier et Hébrard, 2000, p. 562].

5Aujourd’hui, l’échange d’impressions et de jugements s’inscrit également sur Internet, à travers des dispositifs comme les blogs, les forums de discussion ou les réseaux sociaux qui accordent une large place aux amateurs. Les sociologues Jean-Marc Leveratto et Mary Leontsini [2008, pp. 173-238] repèrent trois formes de représentation de soi qui recoupent trois types d’action spécifiques à l’écriture en ligne : Internet permet « l’expression publique par le profane de son goût littéraire », « la personnification de ce goût littéraire devant le public » et « son intégration à ses apparitions en public ». Ce qui se joue aujourd’hui de manière décisive, c’est notamment le fait qu’Internet s’intègre dans les techniques de soi et qu’il devient impossible « de séparer la consommation culturelle tant de la culture de soi que de l’espace public » [Leveratto et Leontsini, 2008, p. 238]. Dans le sillage de ces évolutions, les dispositifs de critique et d’échange littéraire en ligne ont eu tendance à se multiplier dans la période récente.

Le contexte d’une floraison

6Depuis une dizaine d’années, une quantité remarquable d’acteurs, issus d’horizons divers, ont lancé leur propre réseau socionumérique de lecteurs et se sont positionnés sur un segment d’activité où s’exerce désormais une forte concurrence. La floraison de ces réseaux n’est pas sans rapport avec les évolutions qui traversent actuellement le secteur de la communication. À cet égard, deux tendances fortes peuvent être repérées : la montée en puissance de médias dits « sociaux » d’une part, et les développements dont le numérique fait l’objet dans l’industrie du livre d’autre part.

Médias sociaux

7L’ouverture d’Internet au grand public remonte à la fin des années 1990, période à partir de laquelle une révolution dans l’accès au réseau se produit, principalement portée par trois facteurs : l’arrivée d’entreprises qui vont développer des infrastructures et des services dans de nombreux domaines, la généralisation des protocoles utilisés pour le transfert des données, et une convivialité informatique croissante [Francq, 2011]. Durant les années 2000, il est possible d’observer la progression de médias dits « sociaux » (blogs, microblogs, wikis, communautés de partage, réseaux socionumériques, mondes virtuels, etc.), dont le principe est d’associer les internautes à la production des contenus qui y circulent, de les inscrire dans une logique participative. Par rapport à la précédente génération de sites, où les contenus étaient l’œuvre d’un webmaster ou d’une équipe rédactionnelle, les médias sociaux aménagent aux internautes de multiples opportunités d’intervention. Le Web devient alors « une plate-forme d’échange entre les utilisateurs, les services et les applications en ligne plutôt qu’une vitrine » [Quoniam et Lucien, 2009, p. 11]. Les néologismes se sont multipliés pour désigner cette tendance : « Web collaboratif », « Web participatif », « Web social » ou encore « Web 2.0 » figurent parmi les occurrences les plus fréquemment rencontrées, ce dernier terme, dont la paternité est attribuée à l’éditeur Tim O’Reilly [2005], étant sans doute celui qui a connu le plus de succès dans la société et les médias. Selon Thomas Stenger et Alexandre Coutant [2011/1, p. 11], « la caractéristique commune de ces sites web est de bâtir un modèle économique autour de contenus et parfois même d’outils essentiellement produits par les internautes », ce que résume très bien l’application à ces plateformes de l’acronyme UGC : « User-generated content ».

8La réussite de plateformes comme Facebook, Twitter, Wikipédia, Delicious, MySpace, Tumblr, Instagram, Pinterest, LinkedIn, Flickr, ainsi que leurs déclinaisons multiples et variées, leur a permis d’investir le champ du marketing, de la publicité, de la politique et des affaires, tout en participant à la diffusion massive d’outils de partage et d’échange et en valorisant la dimension relationnelle du Web. Dans leur sillage, de nombreux sites Internet, qui au départ n’avaient pourtant pas « pour objet principal le réseau social », se sont mis à jouer « la carte du communautaire » et à encourager « le lien entre les internautes » en intégrant un certain nombre d’outils participatifs [Quoniam et Lucien, 2009, p. 14]. Dans le domaine de la culture, Nicolas Auray observe que « des communautés culturelles médiatisées par Internet se sont constituées dans les années 2000, avec l’intention de répartir plus égalitairement la visibilité entre les œuvres produites, et de former des communautés d’“amateurs” partageant des critiques et des recommandations » [Auray, 2010, p. 35]. Parmi les modèles explicatifs du Web 2.0, cette tendance renvoie à la thèse qui « fait état d’un Web de recommandations soutenu par une nouvelle culture d’amateurs » [Auray, 2010, p. 35]. Des dispositifs comme les blogs ou les forums de discussion ont précédé les plateformes de recommandation en réseaux qui se développent désormais dans le secteur du livre, du cinéma, de la musique ou encore des jeux vidéo. Aujourd’hui, les réseaux socionumériques de lecteurs déclinent pour leurs membres des outils d’échange et de critique autour du livre qui s’inscrivent tout à fait dans la dynamique du Web participatif.

9Les statistiques livrées par les agences de médias et les sociétés spécialisées dans la communication et les sondages ont tendance à proliférer, faisant généralement part d’une croissance de l’utilisation des médias sociaux. Dans son rapport intitulé « Digital, Social and Mobile in 2015 », l’agence de communication We are Social avance que le nombre de comptes actifs sur des médias sociaux dans le monde a dépassé la barre des deux milliards, tandis que 1,6 milliard de comptes actifs ont été recensés en ce qui concerne les applications sociales sur mobiles. À propos de la France, l’étude souligne que ces chiffres s’établissent en janvier 2015 à trente millions de comptes actifs pour les médias sociaux (soit 7 % de plus que l’année précédente) et vingt-quatre millions pour les applications sociales sur mobiles (soit 20 % de plus que l’année précédente). De plus, le temps passé en France à naviguer sur des médias sociaux, quel que soit le dispositif, s’établirait en moyenne à deux heures par jour. Enfin, Facebook arriverait en tête des plateformes utilisées et rassemblerait 32 % de la population nationale, loin devant Google+ (10 %), Twitter (9 %), l’application Facebook Messenger (7 %), LinkedIn (5 %), Copains d’avant (4 %), Instagram (4 %) et Skype (4 %).

10D’une manière générale, ces chiffres témoignent d’une forte présence des médias sociaux dans les pratiques des internautes, ce que confirme le baromètre 2013 sur les réseaux sociaux en France élaboré par l’Ifop. Selon cette étude, 86 % des internautes interrogés se déclarent membres d’au moins un réseau social contre seulement 20 % en 2007. Cette appartenance prend un caractère multiple puisque les internautes sont en moyenne inscrits sur 4,5 réseaux sociaux en même temps. En revanche, l’Ifop constate un moindre engagement des utilisateurs par rapport aux années précédentes et l’installation d’un sentiment de lassitude. Il semble que les réseaux sociaux sont « de moins en moins utilisés par les internautes français comme un lieu d’exposition ou de partage de leur vie privée et de leurs opinions personnelles » [Ifop, 2013, p. 28]. Tandis que l’envoi de messages privés se maintient à un niveau équivalent, « 44 % des internautes inscrits déclarent ainsi passer moins de temps à discuter sur les espaces publics et publier des informations les concernant comme des photos, des vidéos, des humeurs » [Ifop, 2013, p. 28]. À l’inverse, « 67 % des inscrits passeraient autant ou plus de temps à partager des informations qui les intéressent (articles, liens vers des photos ou des vidéos…) et 78 % consacreraient plus de temps qu’avant à consulter les informations qui circulent sur les réseaux sociaux, sans nécessairement y réagir » [Ifop, 2013, p. 28]. Finalement, il est constaté une utilisation plus passive des réseaux sociaux, dont la croissance continue du nombre de membres s’accompagne d’un engagement moins prononcé de leur part. Comment expliquer cette tendance à l’essoufflement qui semble se dessiner ? L’institut de sondage avance plusieurs hypothèses : la gestion des données personnelles sur Internet qui est « au centre des préoccupations actuelles », « la présence trop importante de la publicité sur ces sites » et « la question de la valeur d’usage des réseaux sociaux » qui ne justifient pas pour certains « d’y passer autant de temps » [Ifop, 2013, p. 28]. Peut-être est-il aussi possible d’y voir le signe d’un basculement progressif des usages depuis les sites de réseaux sociaux vers les applications mobiles.

11Selon certains observateurs, le contexte économique dans lequel ces plateformes sont apparues et ont connu une trajectoire ascendante tout au long des années 2000 serait marqué par une nouvelle phase du capitalisme, qualifiée d’« informationnelle » ou de « cognitive », où l’information occupe plus que jamais une place de premier plan dans la chaîne de valeur [Proulx et Millerand, 2010]. En d’autres termes, il apparaît que sur les plateformes issues du Web social « les contributions des utilisateurs ordinaires ensuite agrégées en grands corpus de données et de métadonnées deviennent le matériau privilégié dans la construction de la valeur des entreprises géantes de l’Internet » [Proulx et Millerand, 2010, p. 17]. Les plus importantes d’entre elles sont cotées en bourse (Facebook, Twitter, LinkedIn, Renren, etc.), tandis que des opérations de rachat visant des médias sociaux en pleine expansion atteignent des montants très élevés, comme en témoigne l’acquisition de YouTube par Google dès 2006 pour un montant de 1,65 milliard de dollars, ou encore celle d’Instagram en 2012 et de WhatsApp en 2014 par Facebook, qui a payé ces services respectivement un milliard et vingt-deux milliards de dollars. Parallèlement, ces acteurs mettent la main sur des entreprises innovantes en matière de publicité pour développer la valorisation de leurs services. Ces dernières années, Twitter a par exemple racheté MoPub, Tap Commerce et Namo Media, spécialisés dans la publicité sur mobile, alors que, dans le même temps, Facebook faisait l’acquisition de LiveRail, connu pour ses activités publicitaires en format vidéo.

  • 1 Pour illustrer l’ampleur du phénomène de la bulle Internet dans les années 1990, Christian Robin d (...)

12Pour Quoniam et Lucien, « le modèle économique du Web 2.0 se rapproche en certains points de celui des médias de masse tels que la radio ou la télévision », avec la proposition de services gratuits et un financement par le biais de la publicité [2009, p. 20]. Dans ce cadre, c’est « la course à l’audience qui seule permet la pérennité du modèle » : « plus le public est large plus les profits sont importants » [Quoniam et Lucien, 2009, p. 20]. À cela s’ajoutent les possibilités d’exploiter les données personnelles et d’opérer des ciblages publicitaires. En dépit de ces perspectives de développement économique, le spectre d’une bulle spéculative est régulièrement avancé, avec en ligne de mire le souvenir de celle qui avait éclaté à la fin des années 19901. En juillet 2014, le rapport de la Fed consacré à la politique monétaire tire la sonnette d’alarme en pointant du doigt ouvertement la valorisation boursière exagérée de certaines entreprises engagées dans le secteur des réseaux sociaux, c’est-à-dire celles dont la cotation boursière paraît sans rapport avec leur chiffre d’affaires ou la solidité de leur modèle économique [Federal Reserve System, 2014]. L’engouement des investisseurs s’explique probablement en partie par l’anticipation de la monétisation des mégadonnées (ou big data), « souvent présentées comme le “nouvel or noir de la croissance”, voire le “futur moteur” de l’économie » [Simon, 2015].

Industrie du livre et numérique

13Au-delà de l’engouement récent pour les médias sociaux, dont nous avons signalé les principales caractéristiques, l’autre phénomène qui permet de comprendre la prolifération de réseaux socionumériques de lecteurs ces dernières années est à trouver dans les innovations technologiques qui traversent l’industrie du livre. Tous les stades du processus éditorial sont concernés par le numérique depuis un moment déjà, de la conception des ouvrages à leur lecture, en passant par les modes de gestion, de commercialisation et de promotion [Robin, 2011]. En clin d’œil à un célèbre poème de Paul Verlaine, Françoise Benhamou explique qu’avec le numérique « l’auteur et le lecteur ne sont plus tout à fait les mêmes, ni tout à fait autres » [2014, p. 11]. Tandis que certains fondamentaux restent identiques, des évolutions majeures se produisent et reconfigurent tout à la fois la chaîne de valeur et les pratiques culturelles. C’est ainsi que l’économiste de la culture identifie, en dépit de l’environnement technologique actuellement incertain, une nouvelle vague d’innovations censée amorcer le décollage de la lecture numérique : le développement de l’Internet mobile, des objets connectés, du stockage à distance (ou cloud) et des réseaux sociaux. Parallèlement, l’économie du livre est confrontée à des remises en cause à tous les niveaux, « affrontant des sources de destruction (baisse des prix, piratage, désintermédiation), d’absorption de valeur par des acteurs extérieurs à l’écosystème culturel (opérateurs télécom, acteurs dits “over the top”), mais aussi de recréation de valeur (par l’enrichissement des contenus, le rassemblement de nouveaux publics, ou les effets de longue traîne) et de révision des modèles traditionnels (par le dynamisme des pure players et des innovateurs) » [Benhamou, 2014, p. 18].

14Le numérique affecte également les lecteurs et leurs pratiques. L’utilisation d’ordinateurs, de tablettes, de smartphones et de liseuses pour appréhender des textes tendrait à modifier les habitudes de lecture. Angus Phillips, directeur du Centre international d’études sur l’édition d’Oxford, explique que les premières recherches qui établissent des comparaisons entre lecture sur écran et lecture sur papier dans les années 1980 montrent que le papier permet tout à la fois une meilleure compréhension et vitesse de lecture [Phillips, 2014]. Depuis, les dispositifs électroniques se sont considérablement améliorés et les études les plus récentes présentent d’autres résultats. En 2011, par exemple, le professeur Matthias Schlesewsky de l’université Johannes Gutenberg de Mayence a évalué les performances de lecture d’un échantillon d’individus sur liseuse, tablette et papier. Après avoir examiné l’activité du cerveau et les mouvements oculaires, il aboutit à la conclusion suivante : bien que la plupart des participants à l’expérience déclarent préférer la lecture d’un livre imprimé, les tests réalisés indiquent que les performances de lecture sont les mêmes sur liseuse et sur livre imprimé. De plus, chez les sujets jeunes, les résultats sont identiques sur les trois dispositifs, tandis que les sujets plus âgés lisent plus rapidement sur tablette.

15D’une manière générale, les études ont eu tendance à se multiplier sur la question de la lecture numérique ces derniers temps [Paquienséguy et Bosser, 2014 ; Miguet, 2014 ; Paquienséguy et Miguet, 2015], alimentées par le développement progressif du marché et les préoccupations des professionnels de l’édition. Il s’agit d’appréhender les impacts du livre numérique en matière d’organisation de la filière et de modèles économiques, mais aussi d’appréhender les usages et les représentations des lecteurs. Les enseignements qu’elles contiennent permettent de prendre la mesure d’un lectorat en mutation, dont les contours restent complexes à saisir. L’enquête de terrain menée récemment par Mathilde Miguet et Françoise Paquienséguy [2015] auprès de lecteurs numériques montre que le passage à cette pratique se situe dans une continuité d’expériences qui la précèdent et la structurent. L’adoption de ce nouveau support de lecture par les individus renvoie en effet à des trajectoires distinctes, qui sont résumées avec la typologie suivante : tout d’abord, on retrouve les « dogmatiques de la lecture », qui sont des grands lecteurs qui viennent du papier et qui se mettent à intégrer l’écran à leurs pratiques de lecture, afin de lire davantage et de façon encore plus variée ; ensuite, il y a les « écraniques », qui ont des profils de technophiles et qui adoptent la lecture numérique à partir de leur maîtrise et de leur appétence pour la technologie ; enfin, il existe des lecteurs « convertis », ayant reçu le terminal de lecture en cadeau et qui sont amenés à se l’approprier progressivement. Au niveau des représentations de ces lecteurs, Mathilde Miguet explique en particulier que par rapport au livre imprimé, le sentiment d’attachement à l’objet numérique paraît nettement moins développé. Considéré « comme exempt de valeur patrimoniale », le livre numérique est exclu des pratiques sociales du livre imprimé, car « il est a priori impossible sinon difficile de le prêter, de le donner, de le transmettre, voire d’en hériter » [Miguet, 2014, p. 67].

  • 2 On passe facilement d’un contenu à un autre.
  • 3 Le lecteur butine et consulte des fragments de texte.
  • 4 D’autres contenus sont intégrés au texte, comme de l’image, du son et de la vidéo.

16Les évolutions en cours sont nombreuses et, dans un esprit de synthèse, Françoise Benhamou les résume à travers la figure du « lecteur vagabond » : sous une forme dématérialisée, le livre autoriserait le nomadisme entre les supports, mais aussi l’indifférenciation2, la fragmentation3 et l’enrichissement des contenus4 [2014, pp. 49-56]. Mais la matérialité numérique de l’œuvre permet aussi d’exploiter de nouvelles opportunités d’interaction et d’échange, et notamment de développer des plateformes où il est tout à la fois possible de lire un livre et de le manipuler, c’est-à-dire d’effectuer un ensemble d’opérations au plus près du texte, par exemple de le surligner, de l’annoter, d’en partager des extraits ou d’engager une conversation dans sa marge [Stein, 2010, 2014 ; Jahjah, 2012a, 2012b, 2012c, 2013 ; Cordón-García et al., 2013]. Dans ce domaine, Bob Stein a mené une expérience fondatrice en 2008 en lançant sur un site web une version numérique du Golden Notebook de Doris Lessing : engagée dans la lecture du roman, une communauté de lecteurs pouvait en même temps le commenter en marge, discuter et interagir à son propos. En 2011, il prolonge ce travail avec la plateforme Social Book, qui entend proposer une lecture collaborative et organiser l’expression et le partage communautaire au cœur du livre numérique. À travers ces approches, l’idée défendue par Bob Stein est que le livre doit être envisagé comme un lieu où des lecteurs se rencontrent, échangent et interagissent, mais également que la multiplicité des points de vue sur un texte en permet une compréhension plus riche et approfondie [Stein, 2014].

17Intégrés à des sites Internet, à des liseuses électroniques ou encore à des applications de lecture disponibles sur terminaux mobiles (tablette, smartphone), de tels outils, qui tendent aujourd’hui à se multiplier, sont principalement portés par des start-up et des distributeurs de livres numériques. Les fonctionnalités sociales de la liseuse Kobo, par exemple, sont liées au dispositif « Reading Life » qui s’articule étroitement avec Facebook et propose un système élaboré de gratifications et de récompenses [Jahjah, 2014b]. BookShout, Copia, Openmargin et beaucoup d’autres applications du même genre permettent aux utilisateurs d’opérer des annotations et des commentaires au fur et à mesure de leur lecture, mais aussi de rendre public ces interventions, de les partager autour de soi et de réagir à celles des autres lecteurs. La mise en place de systèmes de contacts donne l’occasion de suivre les activités de tel ou tel membre en particulier, notamment de voir les ouvrages qu’il lit, les passages qu’il surligne ou les commentaires qu’il publie.

18Il reste que la prise en main de ces dispositifs par les utilisateurs ne va pas forcément de soi. Bon nombre des annotations publiées sont en réalité « phatiques » ou correspondent à de la « critique d’humeur » [Jahjah, 2013], tandis qu’il semblerait que des voix s’élèvent régulièrement « contre la “socialisation” excessive des textes », en raison de « l’effet perturbateur qu’engendrerait la visualisation des annotations/surlignements effectués par d’autres lecteurs » ou du « danger de la publicisation » pour la vie privée [Jahjah, 2012c]. La valeur d’usage de ces plateformes est également liée à la répartition des annotations qu’elles suscitent, dont il est à craindre à ce stade qu’elles se concentrent essentiellement sur les mêmes passages des mêmes œuvres.

Figure 8. Capture d’écran de BookShout et Copia

Figure 8. Capture d’écran de BookShout et Copia
  • 5 Selon les Chiffres-clés du secteur du livre 2013-2014, publiés en mars 2015, les ventes par Intern (...)

19Si certaines innovations technologiques restent à approfondir pour développer et stabiliser leur usage, l’utilisation d’Internet comme lieu de commercialisation, d’information et de conversation sur les livres n’est plus à démontrer. Ce qui ressort clairement est la place centrale occupée par les librairies en ligne [Vincent Chabault, 2014, 2013], dont les activités représentent aujourd’hui en France 18 % du commerce du livre [Observatoire de l’économie du livre, 20155]. Devenue un phénomène d’envergure, la participation des internautes sous toutes ses formes a également été intégrée par le monde éditorial. Selon Christian Robin, les blogueurs représentent désormais « des leaders d’opinion dont les responsables de la communication des maisons d’édition doivent tenir compte », tandis que « les forums sont aussi l’occasion de discussions passionnées autour d’un livre » et que les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter donnent l’occasion aux auteurs, aux éditeurs et aux lecteurs de nouer un dialogue et de se rapprocher [2011, p. 60].

20Dans le domaine de la littérature contemporaine, il a été montré que les éditeurs ont intégré dans leurs pratiques le recours à l’activité des blogs, ce qui ne remet pas nécessairement en cause chez les professionnels du secteur « la hiérarchie entre la critique littéraire traditionnelle dans la presse écrite ou les médias audiovisuels, et la critique littéraire amateur sur Internet qui est utilisée comme un moyen supplémentaire d’occuper l’espace médiatique, peu coûteux en temps et en argent » [De Leusse-Le Guillou, 2016]. Dans leur travail avec les blogs, les éditeurs recherchent une autre façon de promouvoir les livres qui insiste plutôt sur l’expérience de lecture et le partage des goûts, et où s’exprimerait une certaine forme de convivialité et d’horizontalité dans la relation aux lecteurs. Dans d’autres cas, « les blogueurs sont considérés et se considèrent avant tout comme des critiques, et c’est une manière de promouvoir les livres proche et donc concurrente de celle des critiques littéraires qui est alors en jeu » [Bois, Saunier et Vanhée, 2015]. Le recours le plus massif aux outils de promotion en ligne s’observerait davantage chez les éditeurs de petite taille, mais peut-être aussi pour certains genres de livres peu visibles dans les médias traditionnels et pour lesquels il existerait moins d’autorités critiques vraiment établies.

21Au cœur de réseaux socionumériques généralistes, des clubs de lecture voient le jour, comme celui consacré au roman American Gods dans le cadre du projet « One Book, One Twitter », dont les échanges et les conversations ont été étudiés par Anatoliy Gruzd et DeNel Rehberg Sedo [2012], ou l’initiative « A Year of Books » lancée en 2015 par le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg. Dans le même temps, il est possible de noter l’existence de communautés de lecteurs dont le « caractère informel et spontané » à la fin des années 1990 et au début des années 2000 a laissé la place à des « formes plus structurées et mêmes industrialisées de recommandation » [Benhamou, 2014, p. 61]. Désormais, les sources de prescription en ligne se multiplient et « les critiques s’additionnent : critique amateur, critique experte, critique éclairée, critique collaborative » [Benhamou, 2014, p. 62].

22Situés à l’intersection de ces dynamiques – essor des médias sociaux et innovations technologiques dans le secteur du livre –, les réseaux socionumériques de lecteurs sont à la fois liés à l’industrie du livre par les biens culturels qu’ils valorisent et à l’univers du Web par les formes médiatiques sur lesquelles ils s’appuient. La compréhension de leur apparition et de leurs trajectoires doit être envisagée à la lumière de ce contexte d’évolution des technologies de l’information et de la communication.

Trajectoires des réseaux socionumériques de lecteurs

Les réseaux en langues étrangères

23Comme pour de nombreux domaines liés à l’industrie de l’Internet, le monde anglo-saxon se signale par la vitalité de ses initiatives. Parmi les multiples propositions qui existent en langues étrangères, nous retracerons les trajectoires de cinq réseaux socionumériques de lecteurs notoires dans le paysage du Web littéraire – LibraryThing, Shelfari, Goodreads, aNobii et Bookish – qui ont connu des évolutions contrastées. Cet historique appelle deux observations. La première est de remarquer que le marché est incontestablement dominé par des acteurs professionnels (startup, librairie, éditeur). La seconde remarque que nous pouvons faire est que le cybermarchand Amazon, par ses acquisitions stratégiques, semble aujourd’hui le mieux positionné sur le terrain de la prescription littéraire en réseaux.

LibraryThing : un rôle de précurseur

24Le réseau LibraryThing a vu le jour à Portland en 2005, à l’initiative de Tim Spalding, un développeur web dont l’ambition était au départ de concevoir un outil pour lui-même et quelques amis. Décliné en six langues dont le français, LibraryThing connaît une croissance significative de son audience depuis une décennie : de soixante-treize mille utilisateurs revendiqués à travers le monde en 2006, le site passe à sept cent mille en 2009 et à près de deux millions début 2015 (dont 18 000 francophones).

25À partir de 2006, un modèle économique se met en place, et l’entreprise compte aujourd’hui une douzaine de salariés. Le service est proposé gratuitement jusqu’à deux cents livres catalogués, puis il devient nécessaire pour l’utilisateur de payer un abonnement de dix dollars par an ou de verser vingt-cinq dollars pour en bénéficier toute sa vie. Par ailleurs, des programmes pour les auteurs et les maisons d’édition sont développés afin de faire connaître leurs livres. En 2007, LibraryThing lance également une offre commerciale pour les bibliothèques (« LibraryThing for Libraries »), dont les catalogues informatisés peuvent s’enrichir des contenus publiés par les internautes.

26Si Tim Spalding reste l’actionnaire majoritaire du réseau, il convient de signaler qu’en 2006 Amazon acquiert 40 % des parts de LibraryThing via sa filiale Abebooks, tandis qu’en 2009 le Cambridge Information Group, une société d’investissement spécialisée dans l’information et les nouvelles technologies, fait aussi son entrée dans le capital de l’entreprise.

Shelfari : dans le giron d’Amazon

27Josh Hug, Kevin Beukelman et Mark Williamson, anciens salariés de RealNetworks, une société basée à Seattle dont les activités couvrent l’édition de logiciels et de supports multimédia, fondent Shelfari, en 2006, en compagnie du designer Ian Patterson. L’année suivante, Amazon prend des parts dans l’entreprise pour un montant d’un million de dollars. L’équipe s’étoffe et les activités se développent. De la part du cybermarchand également installé à Seattle, cet investissement n’est pas sans lendemain, puisqu’en 2008, Shelfari rejoint définitivement son giron.

28Depuis, les points de rencontre entre la plateforme de prescription littéraire et la librairie en ligne ont eu tendance à se multiplier. Certains contenus émanant du Kindle (les passages les plus surlignés) ou d’Amazon.com (le moteur de recommandation « Amazon Customers Who Bought This Book Also Bought ») se retrouvent sur Shelfari. Le mouvement se produit également en sens inverse, puisque des éléments provenant de Shelfari sont ajoutés au Kindle (« book extras ») et qu’il devient même impossible d’ouvrir un compte sur le réseau socionumérique sans disposer d’un identifiant Amazon. En dépit des passerelles tissées entre les deux services, Amazon décide finalement de fermer le réseau début 2016. Les utilisateurs de Shelfari sont alors invités à rejoindre Goodreads, une autre communauté de lecteurs qu’Amazon a rachetée entre-temps.

Goodreads : le leader mondial

29Avec ses quarante millions de membres revendiqués en 2015, Goodreads est aujourd’hui considéré comme le leader mondial dans le domaine des réseaux socionumériques de lecteurs. Lancé aux États-Unis en 2007 par Otis Chandler, ingénieur en génie mécanique, et par Elizabeth Chandler, diplômée en lettres, le site web est immédiatement pensé comme un service de réseautage social dédié aux conseils de lecture et à la découverte de livres. À cette époque, Goodreads bénéficie d’un investissement de sept cent cinquante mille dollars de la part d’un particulier. En 2009, deux millions de dollars sont apportés par True Ventures, une société de capital-risque basée à San Francisco spécialisée dans le financement de start-up liées aux nouvelles technologies. Cet investissement joue un rôle décisif en permettant à la structure de réaliser des développements techniques et d’élargir le répertoire de ses activités.

30Sur un marché où s’exerce une concurrence de plus en plus forte, Goodreads réussit au fil du temps à tirer son épingle du jeu et à surpasser les autres plateformes. Selon Natalie Hideg [2012], la réussite du réseau tient notamment au fait qu’« Otis Chandler avait dans l’idée de différencier son projet en permettant aux lecteurs de découvrir les livres qui ont plu à leurs amis, plutôt que de mettre en place un système de recommandation basé sur un algorithme informatique ». Malgré tout, Goodreads fait l’acquisition en 2011 de Discovereads, un moteur de recommandation qui propose des suggestions de lecture à partir de l’analyse des préférences des utilisateurs. Un modèle d’affaires se met en place, articulé autour d’un système d’affiliation avec des librairies en ligne et de programmes publicitaires destinés aux maisons d’édition et aux auteurs. En 2012, la société installée à San Francisco compte trente salariés. Parallèlement, cette stabilité financière lui permet de gagner en marge de manœuvre : toujours en 2012, l’entreprise se brouille avec Amazon et justifie « cette rupture en critiquant le caractère limitatif des conditions d’utilisation de ses interfaces de programmation, lesquelles empêchaient Goodreads de renvoyer à des plateformes de vente concurrentes et de faire usage des données Amazon sur des applications mobiles » [Hideg, 2012].

31Mais cette prise de distance avec le géant du commerce en ligne ne va pas durer longtemps : le 28 mars 2013, Amazon rachète Goodreads pour un montant non divulgué, mais que certaines estimations évaluent à cent cinquante millions de dollars, ce qui lui permet de devancer Apple qui avait également entamé des négociations avec les propriétaires du réseau [Rimaud, 2013]. Le leader mondial de l’e-commerce se retrouve donc propriétaire de la plateforme de prescription littéraire la plus populaire de la planète. Depuis son rachat par Amazon, Goodreads a été intégré au Kindle et il est désormais possible de synchroniser les comptes ouverts sur les deux plateformes (lorsque vous achetez un livre Kindle, celui-ci est automatiquement ajouté à votre liste de livres sur votre compte Goodreads). Ces évolutions témoignent de l’imbrication progressive des services et de la recherche de passerelles techniques entre des plateformes qui, de plus en plus, fonctionnent et dialoguent ensemble.

aNobii : une trajectoire mouvementée

32Le réseau aNobii a été fondé à Hong Kong en 2006 par Greg Sung, avec l’ambition de mettre en rapport les goûts littéraires de chacun. Le nom du site fait référence à Anobium ponctatum, un petit insecte qui se nourrit de bois et de papier qu’il n’est pas rare de retrouver niché à l’intérieur de vieux livres ou dans les meubles des bibliothèques. En 2010, le site est racheté par les maisons d’édition Harper Collins, Penguin et Random House, auxquelles vient s’associer HMV, distributeur britannique de biens culturels. À l’époque, le siège de l’entreprise est installé à Londres et une nouvelle version du site est développée pour vendre des e-books.

33Cependant, le groupe HMV connait des problèmes économiques récurrents et finit par se séparer en 2012 des parts détenues dans aNobii, au profit de la chaîne de supermarchés Sainsbury’s. La transaction est conclue pour la somme symbolique d’une livre sterling. Pour Sainsbury’s, cette acquisition répond à un double objectif : d’une part, il s’agit de concurrencer Amazon et Tesco, déjà solidement positionnés dans la commercialisation d’e-books ; d’autre part, l’entreprise souhaite diversifier la gamme des produits qu’elle propose à un moment où ses activités en ligne tendent à progresser. Sainsbury’s prend la décision de séparer l’e-book store du réseau social, puis de revendre ce dernier en 2014, pour un montant demeuré secret, au groupe d’édition et de média italien Mondadori.

34Comment expliquer cette prise en main par une structure italienne ? Décliné en plusieurs langues, le réseau rassemble alors un million d’utilisateurs sur la planète, mais concentre en réalité l’essentiel de son audience en Italie. Bien que le site ait perdu du terrain sur ses concurrents en raison de sa trajectoire mouvementée, Mondadori entend lui donner un second souffle. La direction d’aNobii est à nouveau confiée à Greg Sung, son fondateur, qui l’administre en s’appuyant sur une équipe comptant une vingtaine de collaborateurs. Dans le communiqué de presse publié à cette occasion, Ernesto Mauri, directeur général du groupe, explique que cette acquisition s’inscrit dans le prolongement de la stratégie numérique conduite par Mondadori, centrée sur la figure du lecteur.

Bookish : l’échec d’une fédération d’éditeurs

35En février 2013, trois groupes éditoriaux – Hachette Book, Penguin et Simon & Schuster – s’associent aux États-Unis pour mettre en place Bookish, un site qui permet aux internautes d’accéder à des contenus éditorialisés (interviews, critiques, extraits, articles), de bénéficier de recommandations de lecture automatisées, de se créer une bibliothèque virtuelle, d’évaluer des livres et d’effectuer des achats. Moins présenté comme un réseau social que comme un « site de recommandation », le site intègre en réalité très peu de fonctionnalités 2.0 et d’opportunités d’interaction avec d’autres internautes.

36Le lancement de l’initiative a pendant un temps été retardé par le procès concernant l’entente illégale sur les prix des e-books qui vise Apple et cinq maisons d’édition. Finalement, Bookish prend la forme d’une entreprise commune, de type joint-venture, qui a pour ambition de venir concurrencer Amazon sur le terrain de l’e-commerce et de la prescription. Seize autres maisons d’édition, au premier rang desquelles HarperCollins, Macmillan, Random House ou encore Harlequin, rejoignent l’aventure.

37Le site connaît un succès mitigé et ne dépasse pas les trois cent mille visiteurs uniques par mois. Début 2014, Bookish est revendu à Zola Books, une librairie de livres numériques fondée en 2011 à New York par un duo d’agents littéraires, Joe Regal et Michael Strong. Suite à cette transaction, la moitié des vingt-deux salariés de l’entreprise sont licenciés. Pour Zola Books, l’objectif assumé de ce rachat est avant tout de mettre la main sur le moteur de recommandation algorithmique, destiné à enrichir sa propre librairie en ligne, mais également à être valorisé auprès d’autres partenaires. La même année, un accord a été trouvé avec BiblioCommons, une entreprise spécialisée dans le développement de portails informatiques, pour intégrer le moteur « Bookish Recommends » au catalogue en ligne de nombreuses bibliothèques anglo-saxonnes.

Les réseaux dans le monde francophone

Le temps des pionniers

38L’histoire des réseaux socionumériques de lecteurs lancés dans le monde francophone est d’abord marquée par une période où quelques acteurs ont joué un rôle pionnier en imaginant de toutes pièces des sites web de critiques et d’échanges littéraires. Mises en route à la fin des années 1990 et au début des années 2000, des initiatives comme Zazieweb, L’agora des livres, Critiques Libres, BDGest, Manga Sanctuary, Coin BD ou encore BD-Theque ont longtemps fait figure de précurseurs en proposant un éventail d’outils de recommandation et de critique articulé autour d’une base de données bibliographiques.

39Fondé en 1996, Zazieweb est généralement considéré comme le premier réseau socionumérique de lecteurs à avoir vu le jour. Sa créatrice, Isabelle Aveline, a en réalité fait évoluer un site personnel qu’elle avait conçu dans le cadre de ses études dans le multimédia vers une plateforme communautaire où les internautes pouvaient intervenir de multiples façons. Le développement de services pour les utilisateurs s’accompagne d’une réflexion portant sur l’exploitation des potentialités du site par les professionnels du livre : « En tant qu’outil de médiation culturelle dans le domaine du livre par l’outil de prescription inédit qu’il propose, il permet la mise en valeur des fonds des éditeurs (de création de préférence…), le repérage et la valorisation du catalogue pour les bibliothécaires, et peut devenir un outil de recherche et de lien avec le territoire pour les libraires, tout en relayant les événements et manifestations autour du livre » [Aveline, 2007]. Ainsi envisagé, le site vise directement la mise en relation sur Internet des différents maillons de la chaîne du livre. En 2009, Zazieweb revendique près de vingt-deux mille membres et 250 000 visiteurs uniques par mois, mais connaît depuis un moment déjà des difficultés majeures liées à l’impossibilité de trouver un modèle de revenus. Si, à l’époque, Isabelle Aveline pense que l’équilibre économique reste possible pour un réseau socionumérique de lecteurs, celle-ci reconnaît cependant qu’une telle perspective « implique la participation de l’industrie » et le développement d’une « stratégie de mise en liens » [Rivoire, 2009]. Suite aux échecs des appels aux dons auprès des internautes et des demandes de subventions publiques, le site ferme ses portes en 2009.

40À la même période, d’autres sites similaires sont lancés, notamment dans le domaine de la bande dessinée. C’est par exemple le cas de BD Paradisio, un portail belge créé en 1996 sous l’impulsion de Catherine Henry et Alexandre Baudoux, professionnels du développement et de la conception de sites web, où l’on retrouve des contenus éditoriaux (interviews, dossiers, articles, agendas), mais également un forum de discussion, des fiches albums et des chroniques de lecteurs. En 1998 apparaît BDGest, une initiative dont la longévité et la notoriété en font aujourd’hui la référence incontournable en la matière. À l’origine, BDGest est conçu par Philippe Magneron, un informaticien qui a élaboré un outil de gestion de collection d’albums destiné à son propre usage avant d’être commercialisé auprès des amateurs de bande dessinée. Au fil du temps, l’étoffement des services multiplie les opportunités d’information et d’échange autour du 9e art, et s’accompagne d’une professionnalisation de l’activité, si bien que l’entreprise installée à Besançon emploie désormais cinq personnes. Avec plus de neuf cent mille visiteurs uniques par mois revendiqués, BDGest fait figure de leader sur le segment de la bande dessinée [Ratier, 2015].

41L’idée de Coin BD est venue à Pierre Perricaudet en 2001, lorsqu’il était encore étudiant en informatique et qu’il essayait de reproduire chez lui ce qu’il avait appris dans le cadre de travaux pratiques. Comme il devait créer une petite page web listant du contenu issu d’une base de données, il s’est saisi de bandes dessinées qui étaient dans sa chambre et a commencé à construire un site Internet à partir des informations ainsi recueillies. La dimension sociale apparaît quand le projet est montré à l’un de ses amis, qui lui demande de lui aménager un accès au site pour pouvoir lui aussi alimenter la base de données et partager des avis de lecture. Aujourd’hui, Coin BD est adossé à une association et comptabilise dix-neuf mille albums, quarante-quatre mille critiques de lecteurs et environ cent vingt-trois mille visiteurs uniques par mois [Ratier, 2015]. C’est la même année qu’Alix Bergeret, alors employé dans une entreprise anglaise de développement, décide de créer BD-Theque. À ce moment-là, celui-ci explique qu’il est occupé à apprendre un langage de programmation web et qu’il développe le site pour s’exercer, sans avoir au départ l’intention de le finir. Lorsqu’il le met en ligne chez un hébergeur gratuit, BD-Theque est inachevé et complètement instable, mais commence à capter l’attention des internautes. Peu à peu, de nouveaux contributeurs rejoignent l’aventure, le site se structure et s’organise, une association au nom de BD-Theque est créée, et l’activité des usagers se développe [Spooky, 2011]. Le site accueille à présent quarante mille visiteurs uniques par mois [Ratier, 2015], tandis que les statistiques affichées en page d’accueil font état de soixante-dix-sept mille avis publiés et de quarante-huit mille albums recensés dans la base de données.

42Lorsque Bulledair naît en 2001, les amateurs de bande dessinée qui en sont à l’origine veulent mettre en place un site classant les meilleurs one-shots et few-shots selon les votes des internautes. Avec la croissance de la communauté, le site a évolué pour devenir un portail généraliste d’information sur la bande dessinée, intégrant notamment une base de données constituée de vingt mille fiches bibliographiques et de cinq mille avis de lecteurs. Mis en scène autour du mot « bulle », le site et ses membres usent d’une rhétorique qui joue sur ses multiples déclinaisons possibles, telles que « bullebase », « bulletiquette », « bulledairiens », « bullepoints », « bullequizz », etc. Avec le site BDovore, c’est cette fois-ci la métaphore de la nourriture et de l’avidité à consommer qui est filée. Présentée comme « le site des dévoreurs de BD », la plateforme voit le jour en 2004, à l’initiative de deux passionnés de bande dessinée dotés de compétences informatiques, avec en ligne de mire l’idée de fournir gratuitement aux internautes une solution pour gérer leur collection d’albums. Comportant plus de deux cent vingt-cinq mille références, la base de données est utilisée par mille sept cents membres et accueille près de onze mille chroniques de lecteurs. Animé par un groupe de bénévoles, BDovore est rattaché à une association dont la présidence et la trésorerie sont assurées par les deux fondateurs.

43L’univers du manga se met également à accueillir des communautés de lecteurs similaires. Portail d’actualités autour du manga et de l’animation japonaise, Mangavore est fondé en 2000 par Sébastien Agogué, un professionnel du développement web. Le site est géré bénévolement et n’est affilié à aucune société commerciale. À partir de 2010, Mangavore évolue vers le réseautage social en intégrant diverses solutions de partage et d’échange pour ses membres. Le fondateur, qui exerce à cette époque la fonction d’attaché de presse aux éditions Tonkam, explique que son « ambition à terme est de créer un vrai réseau social de qualité pour les fans d’entertainment japonais au sens large », et que, confronté à l’importante charge de travail que nécessite Mangavore, l’objectif est « d’atteindre un rythme de croisière avec le site et de monter une communauté pas nécessairement énorme mais dynamique et surtout sympathique » [Kiss My Geek, 2010]. On le comprend, la perspective communautaire constitue également une opportunité de déléguer aux internautes une partie de la gestion et de l’animation du site pour qu’il continue à vivre.

44Un autre exemple particulièrement intéressant dans le domaine du manga est celui de Manga Sanctuary. Lors de son lancement en 2001, l’initiative se présente comme un site illégal de fansub. Amateur d’informatique, le fondateur de la plateforme explique avoir créé son propre site pour apprendre et développer par lui-même cette compétence, en le circonscrivant à la thématique du manga et de la japanimation dont il est un grand fan. Quelques années plus tard, Manga Sanctuary a évolué vers une base de données intégrant des outils sociaux, et un processus de professionnalisation a été enclenché, avec la création d’une société et le développement de divers leviers de financement. Comme l’évoque le fondateur, il ne s’agissait au départ que d’« amateurs qui aimaient lire des mangas et en parler », jusqu’au jour où ils ont eu « des propositions pour afficher de la publicité » et qu’ils ont franchi le pas en essayant de faire de Manga Sanctuary leur métier [Mangagate, 2009].

45En littérature générale, les cas de figure sont nombreux et certaines initiatives doivent être soulignées. Dès 1997, le Guide de la bonne lecture est créé au Canada par Karine Villeneuve, une grande lectrice alors en quête d’idées et de conseils de lecture. Emballée par les nouvelles technologies mais n’ayant pas de compétences informatiques particulières, celle-ci lance un site communautaire sur lequel n’importe qui peut participer et publier des critiques, accompagné d’un club de lecture en ligne, le BouquiNet. Bien que conçu comme une initiative personnelle, le projet voit se greffer au cours des années plusieurs utilisateurs fidèles parmi lesquels l’auteur et traducteur François Lavallée. Interrogée sur la charge de travail que le Guide représente, Karine Villeneuve déclare alors consacrer vingt heures par semaine « à régler les problèmes de .com, de serveurs et d’intendances », mais il s’agit pour elle « d’autant d’heures de loisir : “le site, c’est comme mon terrain de jeu” » [Lavoie, 2006]. L’une des particularités du Guide, qui héberge aujourd’hui plus de quinze mille avis de lecture, est que chaque critique publiée par les membres fait l’objet d’une relecture et d’une correction avant sa parution, un principe qui est finalement abandonné en 2010 pour éviter de trop retarder les mises à jour du site.

  • 6 Le bookcrossing est un moyen alternatif de faire circuler un livre, dont le principe est de le dép (...)

46En 2000, le site Critiques Libres voit le jour en Belgique, sous la houlette de trois lectrices – Sophie Cornet, Gaëlle Ruquois et Sylviane Demoulin – qui souhaitent réunir une communauté de lecteurs sur Internet, où chacun serait libre de parler de tous les livres [La Libre Belgique, 2001]. Le site, qui est adossé à une société commerciale, fait l’objet d’un investissement de la part d’un entrepreneur du Web, mais échoue dans ses objectifs économiques et se transforme en 2007 en association de droit belge. La personne qui reprend et gère le site depuis est un informaticien, par ailleurs utilisateur de Critiques Libres dès ses débuts. À ce jour, quinze mille internautes ont créé un compte sur le site, dont la base de données comptabilise environ quarante-sept mille livres et cent cinq mille critiques. Quant à L’agora des livres, il s’agit d’une initiative imaginée en 2005 par Jean-Michel André, un ingénieur qui avait précédemment exercé le poste de responsable Internet et multimédia chez Elsevier France, géant de l’édition scientifique. Suite à la perte de son travail, il décide de créer une plateforme qui fonctionne comme un complément au site de bookcrossing6 qu’il fréquente en permettant de partager des critiques et de garder une trace de ses lectures. Comme il l’évoque lui-même, il s’agit avant tout d’« apporter à la communauté des lecteurs francophones un outil simple et efficace pour interagir, échanger et démultiplier le plaisir de lire » [Cluster21, 2006]. Depuis sa création, L’agora des livres revendique deux mille trois cents utilisateurs, vingt-huit mille notes de lecture et quatre-vingt-quatorze mille fiches bibliographiques.

47La démarche employée n’est pas toujours généraliste, mais peut privilégier un genre en particulier. S’intéressant à la science-fiction sous différentes formes (livres, bandes dessinées, revues), nooSFere est lancé en 1999 suite à l’arrêt de l’hébergement gratuit de plusieurs sites dédiés à cette thématique. Les webmasters se sont alors regroupés pour monter une association et financer un hébergement payant à tous ces sites. Depuis, l’association héberge de nombreux sites et propose une Encyclopédie de l’imaginaire sous la forme d’une base de données qui référence les publications parues en langue française dans le domaine de la science-fiction, de la fantasy et du fantastique. Le site accueille une rubrique consacrée à l’actualité, ainsi que des critiques et des conseils de lecture provenant des adhérents de nooSFere ou reprises de revues spécialisées (Fiction, Bifrost, Galaxies). L’adhésion à l’association coûte trente euros par an, ce qui ouvre le droit à des services tels que la gestion de sa bibliothèque personnelle ou l’hébergement gratuit de son propre site. NooSFere fonctionne grâce au financement des adhérents, qui sont également invités à participer à l’enrichissement de son contenu. En 2004, le responsable du site expliquait que le nombre d’adhérents oscillait entre soixante-dix et cent selon les années, mais qu’au fil du temps, il avait constaté un changement important dans la population : au départ essentiellement constitué d’amateurs du genre, il semble que l’association soit aujourd’hui dominée par des acteurs professionnels (éditeurs, auteurs, traducteurs, illustrateurs, etc.) [Chenu, 2004].

48Quelles que soient leur trajectoire de développement par la suite et leur professionnalisation éventuelle, toutes ces initiatives présentent le point commun d’être nées à une époque où l’effervescence qui traversait le Web littéraire relevait pour une large part de l’artisanat et de l’expérimentation. C’est une véritable nébuleuse de plateformes de contribution, de prescription et d’échange littéraires qui s’est constituée à partir de la fin des années 1990, dont nous avons présenté quelques-unes des initiatives principales, et qui se mettent à réunir des collectifs de lecteurs en ligne. Souvent, les récits des précurseurs insistent sur le bricolage informatique qui a prévalu, tout en avançant des motivations qui soulignent la passion pour la lecture et pour les médias numériques. L’autre caractéristique partagée par ces projets est qu’ils prennent la forme de portails, de grands pôles d’actions communautaires organisés autour d’une base de données bibliographiques. Ce qui est alors en jeu, c’est la gestion d’une bibliothèque virtuelle, le partage d’avis et l’échange avec d’autres membres, selon des logiques techniques et ergonomiques qui appartiennent à leur époque. Le principe du réseau socionumérique en tant que tel, où des systèmes de contacts autorisent la navigation à partir de listes de liens entre individus, apparaîtra seulement un peu plus tard, porté par la génération suivante de plateformes.

Le temps de la prolifération

49Le milieu de la décennie 2000 marque une sorte de tournant en raison du succès foudroyant des réseaux socionumériques généralistes, Facebook en tête, mais aussi sans doute parce que quelques réseaux littéraires en langues étrangères connaissent un développement rapide (Goodreads, Shelfari, aNobii, LibraryThing, etc.). Une industrialisation du jugement littéraire en ligne se met alors en place, observable à travers le lancement d’une nouvelle vague de réseaux socionumériques de lecteurs, la professionnalisation des activités et le positionnement de nombreuses entreprises du monde du livre et de la communication.

50Entre 2007 et aujourd’hui, on assiste à une vague de créations de réseaux socionumériques de lecteurs. Une kyrielle de projets, portés par des groupes d’amateurs, des informaticiens et des passionnés de lecture sont mis en route. À l’origine de ceux-ci se trouvent notamment des start-up comme Babelio (en 2007), Booknode et SensCritique (en 2008), qui vont chercher à construire un modèle économique en tirant des revenus de leur audience et de leur fonction d’intermédiation. Signalons également la création de Livraddict en 2009 par la blogueuse Jessica Milcamp et le développeur Jérémy Héliès, celle de BD Maniac en 2011 par le studio Steaw Web Design, spécialisé dans la conception de projets numériques, ou encore celle de Bdphile la même année par Adrien Lauqué, un informaticien passionné par le 9e art qui explique avoir d’abord créé le site « pour répondre à un besoin personnel » avant de le rendre « accessible librement de tous » [Ouest France, 2014]. Il peut aussi s’agir de webzines culturels, tels que Total Manga (2008) ou Viabooks (2010), qui associent un magazine d’actualités et d’information à une communauté de lecteurs en réseau, avec la déclinaison de fonctionnalités spécifiques à l’univers du livre. Ces communautés sont parfois particulièrement ciblées, ce que montre très bien Mdcu-comics, spécialisé dans les comics Marvel et DC au moment de sa fondation en 2008, avant de s’ouvrir aux autres horizons de la bande dessinée américaine. La démarche peut enfin privilégier un positionnement spécifique vis-à-vis des professionnels du livre : fin 2015, le site My Library-Online est lancé à Nantes par trois ingénieurs, avec l’idée de réunir des libraires et des lecteurs au sein d’un même réseau social.

51Parmi les entreprises du monde du livre qui lancent des initiatives s’apparentant à des réseaux socionumériques de lecteurs, on retrouve des maisons d’édition comme Hachette (Lecture Academy en 2008 ; MyBoox en 2010), Michel Lafon (Lire en série en 2011), Rageot (Livre Attitude en 2012), Univers Poche (A blog ouvert en 2012) et Media Participations (We Story en 2016), qui s’inscrivent dans une perspective marketing de promotion de la marque éditoriale et de ses publications par l’intermédiaire d’une communauté d’internautes. Des chaînes de librairies mettent également en place leurs propres initiatives, au premier rang desquelles Decitre (Entrée Livre en 2012) et Chapitre (Bookinity en 2013), destinées à accompagner et prolonger la fonction de prescription du libraire dans l’univers numérique. Enfin, des acteurs industriels qui investissent le livre et la lecture par les nouvelles technologies tentent l’aventure, ce dont témoignent la société Archimed, qui édite des logiciels pour les bibliothèques (Libfly en 2009), et l’opérateur de télécommunication Orange (Lecteurs en 2011).

52Tout au long de la période, le phénomène prend de l’envergure et l’on assiste à une prolifération des réseaux, avec un engagement marqué de la part de sociétés commerciales. Les plateformes connaissent un niveau de sophistication variable et il peut s’agir de magazines littéraires ou de catalogues en ligne d’éditeurs qui s’enrichissent de fonctionnalités communautaires, auxquelles une place plus ou moins centrale est accordée selon les cas. Lancer un réseau socionumérique de lecteurs est une chose, le faire tenir dans la durée en est une autre, et certaines initiatives ne font pas long feu. La fermeture d’Entrée Livre, d’A blog ouvert et de Bookinity, le rachat de BD Maniac par la librairie en ligne Bdfugue.com qui s’accompagne d’un arrêt du service, ou encore la refonte de MyBoox et sa réorientation stratégique, fournissent autant d’illustrations de trajectoires mouvementées. Il faut dire que, dans un contexte de multiplication des acteurs, certaines plateformes s’essoufflent, ne vivent plus beaucoup et donnent parfois l’impression de coquilles vides irrégulièrement mises à jour, tandis que d’autres réussissent à fédérer et à fidéliser une communauté de lecteurs au fil du temps.

Logiques de sociabilité et modes d’utilisation des réseaux

53Fondée sur leurs dimensions techniques, la compréhension des réseaux socionumériques de lecteurs souligne les opportunités d’action et leurs implications pour les utilisateurs des services, en même temps que les choix effectués par les responsables de sites qui conçoivent les dispositifs, cadrent et organisent les activités, élaborent les modalités de production et de circulation des contenus, et pensent la configuration des relations entre membres.

54Les réseaux socionumériques de lecteurs se présentent comme des plateformes de communication destinées à appréhender des œuvres littéraires, dont l’infrastructure s’articule principalement autour de la possibilité de se construire une identité de lecteur, d’interagir avec d’autres membres, d’émettre des évaluations, d’enrichir des fiches bibliographiques, de se livrer à des activités de récréation et de se procurer des ouvrages.

Construire une identité de lecteur

55Lorsqu’il s’inscrit sur un réseau socionumérique de lecteurs, l’utilisateur est d’abord invité à se créer un profil, qui contient des informations d’identification de base qu’il renseigne lui-même (pseudo, photo, lieu de résidence, âge, sexe, etc.) et des données relatives à son activité générées par le système (contributions, statistiques, badges, médailles, points, etc.).

56Sur les pages de profil, on retrouve le plus souvent les trois composantes de l’identité numérique que Fanny Georges [2010, p. 193] a repérées sur Facebook : l’« identité déclarative », qui correspond aux « données saisies directement par l’utilisateur », l’« identité calculée », qui se compose de statistiques dispersées « sur le profil de l’utilisateur (comme : nombre d’amis, nombre de groupes) », et l’« identité agissante », qui « est constituée des messages répertoriés par le Système, concernant les activités de l’utilisateur (exemple : x et y sont désormais amis) ». Dans le cas des réseaux socionumériques de lecteurs, l’« identité agissante » rassemble également les badges, les insignes ou les marques distinctives que l’internaute obtient au fur et à mesure des activités qu’il entreprend. Sur Babelio, par exemple, le badge « Bel Ami » récompense les internautes qui disposent d’au moins dix amis sur le réseau, le badge « Graphomane » distingue les auteurs de critiques les plus prolifiques, alors que le badge « Expert policier » est accordé à ceux qui ont lu un grand nombre de romans policiers. Ces modes de rétributions symboliques valorisent et encouragent l’activité des membres en même temps qu’ils les qualifient et leur permettent de mieux se situer entre eux.

57Il est intéressant de remarquer que les deux dernières composantes de l’identité – calculée et agissante – sont automatiquement affichées par le système : il s’agit d’une « surcouche informationnelle » qui souligne certains aspects du profil « en fonction de ce qui est jugé adéquat » [Georges, 2010, p. 193]. Enfin, « chaque dimension de l’identité numérique peut comporter les mêmes référents » [Georges, 2010, p. 194]. Imaginons, par exemple, qu’un internaute ajoute un livre à sa bibliothèque virtuelle personnelle. Une telle action s’accompagne, sur sa page de profil, de l’indication du nombre de livres qui figurent dans sa bibliothèque (identité calculée), de la représentation visuelle des livres sous forme de listes et de vignettes (identité déclarative), de la phrase « Untel a ajouté un livre à sa bibliothèque » ou encore de l’obtention d’un badge qui vient valider une compétence ou un domaine de prédilection (identité agissante). À l’arrivée, l’accomplissement d’une seule action sur un réseau socionumérique de lecteurs produit une information qui peut être simultanément présentée et stockée de trois façons différentes sur une page de profil.

58La notion de profil rejoint celle d’avatar, qui est une « représentation que l’internaute se donne pour agir sur Internet » et qui correspond à « l’image de lui qu’il souhaite projeter aux autres membres » [Francq, 2011, p. 172]. Dans les réseaux de communication en ligne, cette « apparence comprend généralement un surnom (généralement le login) », parfois « un message » (un paragraphe ou une phrase de présentation) et « une image », qui « peut être une photo de l’internaute », « un personnage connu (réel ou fictif) ou un symbole » [Francq, 2011, p. 173]. L’incarnation d’une personnalité sur les réseaux socionumériques de lecteurs s’accompagne souvent de la convocation de signes attachés à l’univers du livre. Les profils sont peuplés de citations, de pseudonymes intégrant un vocabulaire lié au livre, d’images où figurent des bibliothèques, des ouvrages, des personnes occupées à lire, des écrivains célèbres ou encore des objets en rapport avec l’écriture (page, plume, encre, stylo, etc.).

59Comme son identité numérique ne se limite pas au réseau socionumérique de lecteurs auquel il appartient, l’utilisateur peut généralement insérer un lien vers son blog ou son site personnel, mais aussi afficher sur celui-ci, par l’intermédiaire d’un module (ou widget), des informations relatives aux activités qu’il mène sur le réseau littéraire. Cette interconnexion avec d’autres sites se retrouve également à travers la présence des boutons de partage Facebook, Twitter et Google+, ainsi qu’avec la possibilité de connecter son profil de lecteur à son compte Twitter ou Facebook, ce qui permet « de faire circuler une information du réseau spécialisé vers le réseau généraliste » et de donner « à l’utilisateur l’assurance que sa façade personnelle le suivra bien partout » [Jahjah, 2011a]. Pour décrire la logique d’interconnexion qui se met en place sur le Web, Valérie Jeanne-Perrier [2013, p. 222] utilise la notion de « portfolio numérique », qui renvoie aux situations dans lesquelles les internautes relient entre eux « différents espaces d’expression créative ou de présentation de soi qui constituent des traces récurrentes de leurs activités. »

Figure 9. Profil utilisateur (Booknode)

Figure 9. Profil utilisateur (Booknode)

Figure 10. Bibliothèque virtuelle personnelle (Babelio)

Figure 10. Bibliothèque virtuelle personnelle (Babelio)

60Au profil est associée une bibliothèque virtuelle personnelle, qui recense les lectures de l’utilisateur. Pour la constituer, celui-ci accède à une base de données bibliographiques mise à sa disposition par le site. Sur beaucoup de plateformes, ces bases de données sont ouvertes et leurs membres peuvent librement modifier la présentation des titres (résumé, image de couverture, édition, ISBN, mots-clefs associés, etc.). En naviguant à l’intérieur de la base de données, l’utilisateur accède à des fiches bibliographiques qu’il ajoute ensuite à sa bibliothèque virtuelle. Il peut arriver que cette bibliothèque fasse l’objet d’une représentation visuelle qui synthétise les préférences littéraires de l’utilisateur et offre en un écran un aperçu de ses centres d’intérêt (voir figure 11). Parallèlement, celui-ci dispose d’outils pour la gérer et l’ordonner, lui permettant par exemple d’attribuer un statut à un livre (« lu », « à lire », « en cours », etc.) ou de construire des étagères thématiques. C’est ainsi qu’il peut élaborer des listes d’ouvrages à partir de critères qu’il reste libre de déterminer. La liste est l’expression d’un point de vue et propose une exploration de l’offre littéraire par une voie d’entrée spécifique. Selon Marc Jahjah, la « liste de lecture » est susceptible de prendre différentes formes : « Il peut s’agir de marquer d’un commentaire humoristique une liste de livres connus – qui n’ont jamais été lus –, d’exprimer une humeur (les pires/meilleurs personnages), de révéler le niveau de profondeur d’une lecture à travers l’extraction de ses données (“Les systèmes magiques les plus complexes”, “Livres avec des personnages aveugles”) ou d’assurer la promotion de livres (“Livres modérément inconnus”, “Les livres pour enfants que j’aurais aimé lire plus jeune”, “Livres avec un sens caché”, “Livres pour les bi”) » [Jahjah, 2012a]. Délimitée par un thème ou une problématique, la liste de lecture fonctionne comme un outil d’organisation documentaire, mais également comme une source de recommandation qui met en avant un ensemble de titres. La possibilité de voter en faveur des meilleures listes permet de faire ressortir en priorité celles qui se signalent par leur popularité et leur pertinence. Dans une démarche plus collective, il existe aussi des listes de lecture ouvertes, au sein desquelles chaque internaute peut faire des propositions ou voter pour les titres qu’il souhaite voir remonter dans le classement.

Figure 11. Quatre exemples de représentations synthétiques de bibliothèques virtuelles

Figure 11. Quatre exemples de représentations synthétiques de bibliothèques virtuelles

Figure 12. Exemples de listes de lecture (SensCritique et Booknode)

Figure 12. Exemples de listes de lecture (SensCritique et Booknode)

61Profil, bibliothèque virtuelle et interconnexion de sites constituent les principaux moyens par lesquels l’internaute se construit une identité de lecteur, l’inscrit dans un réseau et l’exporte au dehors. En associant des listes de consommation aux profils de leurs membres, les réseaux socionumériques de lecteurs proposent ce qu’Antonio Casilli appelle « des éléments d’ostentation et de théâtralisation de la présence en ligne » [2010, p. 216]. De cette façon, l’utilisateur est amené à exposer ses goûts littéraires et à organiser l’image qu’il donne de lui-même à ses contacts sur le site. À propos des réseaux socionumériques d’une manière générale, Alexandre Coutant explique que leur succès repose sur « leur apparente proximité avec des techniques de soi développées depuis des siècles et dont les individus se révèlent particulièrement avides dans une société réservant une grande part du travail de construction de soi aux individus », mais aussi dans leur capacité « à intégrer dans leur fonctionnement des logiques de sociabilité fortes » [Coutant, 2011, p. 57].

62La dimension identitaire des réseaux n’est donc pas sans rapport avec leur dimension relationnelle. Tout en fournissant des outils d’expression et de présentation individuelles, les réseaux socionumériques de lecteurs inscrivent l’identité de leurs membres dans des cadres prédéfinis et des cercles de relations. Des champs à renseigner, des cases à cocher, des programmes d’écriture contraignants ou encore des données automatiquement générées par le système (statistiques, distinctions, messages concernant les activités de l’usager) constituent autant de manières d’uniformiser les profils et « de permettre aux autres interlocuteurs de savoir à quel type d’utilisateur ils ont affaire » [Casilli, 2010, p. 313]. Il semble que l’idée soit de générer des mécanismes de confiance et de cautionnement de l’information publiée, mais également de stimuler les échanges, de favoriser les interactions entre membres. À travers l’affichage d’informations précises liées au profil de l’utilisateur et à sa bibliothèque virtuelle, c’est le passage « de la mise en scène de soi […] à la mise en scène qui sert à tisser des liens sociaux » qui est organisé [Casilli, 2010, p. 217].

Interagir avec d’autres membres

63Les échanges et les interactions entre internautes occupent une place de premier plan. La plupart du temps, des systèmes de contacts sont proposés, sous une forme symétrique (amis) ou asymétrique (éclaireurs, followers, abonnés, défricheurs, etc.). On parle de « symétrie » lorsque le système de contacts permet aux utilisateurs de suivre mutuellement leurs activités, et d’« asymétrie » dans l’hypothèse inverse, c’est-à-dire lorsqu’il est possible de suivre l’activité d’une personne sans que celle-ci ne fasse de même en retour.

64Dans le contexte des réseaux socionumériques, « un contact est un usager auquel on accorde l’accès à des contenus spéciaux (textes, liens Internet, musique, vidéos) et à des renseignements réservés » [Casilli, 2010, p. 208]. Par rapport aux réseaux socionumériques généralistes, les réseaux étudiés présentent la particularité d’articuler leur modèle relationnel autour du livre et de la lecture. Par ailleurs, les listes de contacts reposent sans doute moins sur des « liens forts » que sur des « liens faibles » [Granovetter, 1973], c’est-à-dire sur des connaissances éloignées, avec lesquelles peu de proximité affective est entretenue. Une telle intimité peut également être qualifiée d’« instrumentale » [Gensollen, 2006a, 2003], car elle reste centrée sur un but précis et opère une rationalisation des relations et des liens amicaux.

65L’ajout de contacts est une activité importante dans la vie de la communauté de lecteurs. En sélectionnant des contacts sur le site avec lesquels des centres d’intérêt ou des goûts sont partagés, l’utilisateur accède à un certain niveau de personnalisation et de confiance. Si les services de réseautage social fonctionnent, c’est précisément parce qu’ils arrivent, « avec un mécanisme de liens faibles, à créer des confiances fortes qui consolident et sélectionnent les relations humaines » [Casilli, 2010, p. 314]. Pour accompagner l’utilisateur dans sa démarche, des moteurs de recommandation de contacts signalent des proximités entre lecteurs en fonction de l’analyse de leurs préférences (« Lecteurs proches », « Lecteurs voisins ») ou proposent des indices d’affinités (voir figure 13.). À travers cette « prescription relationnelle » [Stenger, 2011, p. 131], il s’agit de rapprocher des internautes qui ne se connaissent pas forcément, mais dont les goûts littéraires présentent des points communs. D’affinités littéraires en affinités littéraires, les listes de contacts sont amenées à progressivement s’étoffer.

Figure 13. Indice d’affinités entre membres (SensCritique)

Figure 13. Indice d’affinités entre membres (SensCritique)

66À partir de la liste de contacts qu’il a constituée, l’internaute peut naviguer de profil en profil et accéder aux informations qui y figurent. Afin de se tenir au courant de l’actualité des membres du réseau socionumérique de lecteurs, un fil d’actualités (ou news feed) présente le flux continu des activités de ses contacts sur le site ou de l’ensemble des usagers qui le fréquentent (voir figure 14). C’est donc une présentation agrégée, instantanée et continue des actions menées par les internautes qui est proposée. Cette mise en visibilité des pratiques quotidiennes de lecture, qui tend à brouiller la démarcation entre sphère publique et sphère domestique, s’accompagne de « pratiques routinières d’observation interpersonnelle » [Proulx et Kwok Choon, 2011, p. 107], censées favoriser les échanges sociaux.

Figure 14. Fils d’actualités (MyBoox et Libfly)

Figure 14. Fils d’actualités (MyBoox et Libfly)

67Parallèlement aux systèmes de contacts, différents moyens permettent aux internautes de communiquer entre eux. Le plus souvent, les échanges portent « sur les livres eux-mêmes, mais aussi sur des auteurs, des univers ou même des sujets plus généraux » [Simon, 2011, p. 12]. Le réseau en soi représente également un sujet d’intérêt, et ses modalités de fonctionnement tout comme ses évolutions font l’objet de nombreuses conversations. Selon la nature des échanges qui se produisent, il est possible d’identifier plusieurs catégories d’outils numériques mis en place :

  • la messagerie publique, également appelée le « mur » (ou wall), fonctionne comme un tableau d’affichage qui permet de publier un message sur la page de profil d’un membre ;

  • la messagerie privée (« boîte », inmail) consiste à envoyer un message dans une boîte dont l’accès est réservé à un membre ou à un ensemble de membres dans le cas d’envois multiples ;

  • la messagerie instantanée (chat), plus rarement présente, autorise l’échange en temps réel, à la manière d’une conversation en face à face. Sur Booknode, par exemple, une liste de salons est proposée en fonction de tranches d’âge (« 12-14 », « 15-19 », « adultes ») ou du niveau d’ouverture de l’espace de communication (« public », « privé ») ;

  • le forum de discussion, quant à lui, permet de mener des conversations collectives organisées autour de thématiques particulières. Le stockage et l’archivage des publications rendent possibles les échanges asynchrones. À l’intérieur de ces dispositifs, les internautes « échangent autour d’un genre, d’un auteur, d’une création littéraire soumise à la critique par l’un des membres du réseau en question, de l’actualité littéraire… ou encore de sujets n’ayant pas trait à la lecture, au sein de catégories qui leur sont dédiées (“discussions générales” par exemple) » [Simon, 2011, p. 12]. En fonction de l’étendue de la matière abordée, une arborescence plus ou moins complexe de thématiques, de sujets et de sous-sujets se dessine. Par exemple, sur BDGest, la thématique « Bande Dessinée étrangère » comprend plusieurs sujets, parmi lesquels « Comics », qui contient lui-même d’autres sous-sujets (« Batman », « Walking Dead », « Je viens de lire… », etc.).

    • 7 À la place de la distinction entre « forum » et « groupe de discussion », il est aussi possible de (...)

    le groupe de discussion, enfin, est une variante du forum, dont il se distingue par une double logique de restriction de l’accès et de la visibilité7. Alors que le forum est ouvert à tous les membres du réseau et que les contributions qui s’y trouvent sont publiques, l’accès à un groupe de discussion nécessite une adhésion préalable. Le groupe de discussion se distingue du forum par un certain degré de fermeture et par son caractère semi-public, les contributions publiées n’étant visibles que pour le cercle limité des internautes inscrits. L’idée d’un tel système est « d’éviter les messages hors de propos », qualifiés de « flood » [Simon, 2011, p. 14], ainsi que la pollution liée à la publicité.

68Même si la coexistence de tous ces outils de communication n’est généralement pas observée, chaque plateforme intègre au moins plusieurs d’entre eux. Aux systèmes de contacts que l’on constate sur nombre de réseaux socionumériques de lecteurs s’ajoutent donc des solutions d’échanges individuels et collectifs, au caractère privé, public ou semi-public, qui prolongent et valorisent les relations entre internautes.

Donner un avis sur des livres

69Les réseaux socionumériques de lecteurs permettent aux internautes de donner leur avis sur des livres à l’aide d’outils de critique, de note et de recommandation. Ces « formes spécifiques d’évaluation associées aux biens » fonctionnent comme des « systèmes de notes et avis » dont la généralisation sur le Web a été décrite par Beauvisage et al. [2013, p. 137]. Selon eux, de tels dispositifs s’appuient sur la valorisation de trois types d’activités : « la notation (l’attribution d’une note ou d’un vote positif ou négatif), le commentaire (la rédaction d’un propos relatif au bien) et la recommandation (l’adressage du produit à d’autres internautes choisis) » [Beauvisage et al., 2013, p. 137].

70Comment cela se présente-t-il sur les réseaux socionumériques de lecteurs ? Tout d’abord, les internautes peuvent recommander un titre en le portant à la connaissance d’autres personnes par l’intermédiaire d’un bouton de partage, soit directement sur la plateforme, soit en dehors (Facebook, Twitter, mail, Google+, Pinterest, etc.). Ensuite, il est possible de mettre une note à un livre, le plus souvent sur 5, mais parfois aussi sur 10 ou sur 20. Cette note peut être exprimée avec des chiffres ou des symboles, comme des étoiles, des astérisques, des cœurs ou des ronds. Le système de notation adopte parfois une forme plus complexe, comme sur Booknode où l’internaute est amené à évaluer un grand nombre de caractéristiques relatives au livre (scénario, écriture, personnages, créativité, etc.). L’agglomération des notes obtenues donne lieu à une note moyenne ou une note globale affichée sur la page web du livre. Mais cette note ne reflète pas toujours la moyenne arithmétique des notes attribuées par les membres. Sur SensCritique, par exemple, il s’agit d’une note pondérée destinée à mieux refléter la valeur de l’œuvre en prenant notamment en compte la typologie des évaluateurs. La manière de noter des membres du réseau est pleinement intégrée au calcul algorithmique : « Par exemple, si vous avez noté cinq cents films et un seul livre, votre note sur le livre comptera un peu moins que celle d’un autre membre qui a noté cinq cents livres et un film », et « si vous ne mettez que très rarement une bonne note, le jour où cela arrivera celle-ci comptera un peu plus que les autres » [Apap, 2012]. Au principe de la note s’ajoute celui du vote, qui consiste pour l’internaute à manifester un intérêt pour un livre, en cliquant sur un bouton « like », « j’aime », « coup de cœur » ou « envie », sans pour autant que l’action ne s’inscrive dans une échelle de valeur.

Figure 15. Fonctions de recommandation

Figure 15. Fonctions de recommandation

Figure 16. Systèmes de notation

Figure 16. Systèmes de notation

71Enfin, l’internaute accède à un espace de rédaction, à l’intérieur duquel il peut s’exprimer. Selon les réseaux socionumériques de lecteurs, on parle de « critique », de « chronique », de « commentaire », de « posts » ou encore d’« avis », autant de termes qui portent l’idée d’un compte rendu de lecture et d’une opinion à formuler. Marc Jahjah rappelle que ces espaces sont cadrés « par un architexte ou programme d’écriture (Word, WordPress, etc.) qui détermine un certain type d’écriture », tandis que « le lecteur bénéficie d’outils […] limités », par exemple en matière de nombre de signes, de corps de police ou de possibilités d’enrichissement, qui restreignent la mise en œuvre de « stratégies de détournement » [Jahjah, 2011a]. Cet effort de normalisation, qui passe par la mise en place de règles d’écriture, vise à garantir une forme d’homogénéité dans l’exercice critique et à valoriser ce qui est considéré comme une bonne pratique.

Figure 17. Espaces rédactionnels

Figure 17. Espaces rédactionnels

72De quelles façons ces espaces rédactionnels sont-ils utilisés ? Beauvisage et al. [2013, p. 137], qui s’expriment ici à propos des « systèmes de notes et avis » en général, expliquent qu’ils donnent volontiers lieu « à des récits relativement personnels indiquant les circonstances et les modes d’appropriation d’un objet ». Ces observations valident l’idée d’une critique qui implique une mise en scène particulière du rapport entre l’amateur et l’œuvre qu’il appréhende. Les universitaires spécialistes des pratiques d’écriture en ligne dans les blogs ou les communautés littéraires, relèvent un peu partout la présence de « mêmes modes de rédaction : 4e de couverture, rapide résumé et impressions personnelles » [Waty, 2010, p. 241], un enchaînement d’étapes qui rappelle le « modèle de la fiche de lecture » et qui donne également l’occasion à l’internaute de mettre en scène « son environnement et sa relation physique au livre » [Chapelain, 2013, pp. 174 et 175]. Sur les réseaux socionumériques de lecteurs, l’étape de présentation du livre est sans doute moins présente dans les critiques d’internautes que sur les blogs dans la mesure où un résumé est déjà disponible sur la fiche bibliographique. D’autre part, il apparaît que « les jugements ne sont pas sévères, même s’ils ne sont pas positifs » [Chapelain, 2013, p. 174]. Dans une étude menée par Babelio en 2012, les responsables du réseau montrent que plus de 70 000 critiques très positives (accompagnées d’une note 5/5) ont été publiées sur leur site, contre 10 000 critiques très négatives (accompagnées d’une note 1/5), ce qui atteste d’une tendance à exprimer une satisfaction plutôt qu’une déception [Babelio, 2012]. En allant plus loin, Brigitte Chapelain explique que ces jugements « sont souvent reconnus comme subjectifs, laissant ainsi la liberté de juger aux internautes » [Chapelain, 2013, p. 174]. Un constat également partagé par Bérénice Waty pour laquelle « les explications manquent et le subjectif domine », ce qui est « peut-être justement ce que revendiquent les blogueurs : ne pas devoir rendre de compte sur leurs appréciations, contrairement aux professionnels » [Waty, 2010, p. 244]. Mais cette production amateur essentiellement focalisée sur l’affectivité et l’expression d’un goût personnel coexiste très certainement avec un modèle de critique en ligne plus distancié, analytique et savant, se rapprochant davantage de la critique pratiquée par les professionnels, comme cela a été montré dans le domaine du cinéma [Pasquier et al., 2014].

73Lorsqu’elle est adossée à un système de contacts, la publication de jugements prend la forme d’une « chaîne de prescription », articulée autour de l’utilisateur qui « exprime ses préférences et signifie à ses amis l’intérêt qu’il manifeste pour le contenu » [Stenger, 2011, p. 128]. Qu’il s’agisse de notes ou de commentaires, le nombre d’évaluations est affiché sur la page web du livre et « joue comme une métrique d’audience et comme un signal de confiance », car « un grand nombre d’avis assure la crédibilité de la note générale, en même temps qu’elle atteste la popularité du produit évalué » [Beauvisage et al., 2013, p. 137]. Pour opérer un tri parmi la multitude de commentaires et d’avis publiés, il n’est pas rare que les réseaux socionumériques de lecteurs intègrent la possibilité de voter en faveur de l’une ou l’autre critique. Celles qui se distinguent par leur popularité remontent alors dans les pages et ont plus de chance d’être consultées. Sur SensCritique, par exemple, les critiques positives et négatives d’une même œuvre qui ont obtenu le plus de suffrages sont systématiquement mises en avant : c’est le « match des critiques ».

Figure 18. Le match des critiques (SensCritique)

Figure 18. Le match des critiques (SensCritique)

Enrichir les fiches bibliographiques

74Au-delà du travail de critique et d’évaluation, la contribution des utilisateurs se manifeste aussi par l’ajout de toutes sortes de contenus : citations, vidéos, tags, jeux, etc. À travers l’enrichissement des fiches bibliographiques, ces sites web apparaissent comme des espaces de contribution encyclopédique. Tandis que certains d’entre eux s’appuient sur des bases de données fermées à l’intérieur desquelles il est impossible d’opérer des modifications, d’autres privilégient des bases de données ouvertes qui permettent à leurs membres de modifier la présentation des titres (voir figure 19), par exemple en ajoutant un résumé, une image de couverture ou des précisions bibliographiques (éditeur, ISBN, date de parution, etc.). Ce travail de constitution et d’enrichissement d’un ensemble de données communes se nourrit d’une forme d’intelligence collective et de collaboration de masse, portées par des contributeurs qui sont invités « à gérer le corpus, à le modérer et à le protéger » [Gensollen, 2010, p. 101].

Figure 19. Outils d’enrichissement d’une notice (Babelio)

Figure 19. Outils d’enrichissement d’une notice (Babelio)

75Plusieurs réseaux socionumériques de lecteurs intègrent également un système de catalogage collaboratif (ou « folksonomie »). Dans ce cas, les internautes disposent d’outils permettant d’ajouter des tags à un livre, c’est-à-dire des étiquettes ou des mots-clefs, afin d’en améliorer la description, par exemple en précisant son genre, son sujet, ses thématiques principales, ou en mettant en avant telle ou telle caractéristique. Ces tags sont présentés sous une forme agrégée, parfois qualifiée de « nuage » [Boullier et Crépel, 2009], qui affiche en priorité ceux qui se signalent par leur popularité (voir figure 20).

76Depuis leur apparition au milieu des années 2000, « les systèmes de “tagging” collaboratif sur le Web offrent un mode d’indexation des ressources basé sur la participation des utilisateurs et un nouveau soutien aux formes de “navigation sociale” » [Crépel, 2010, p. 284]. Dans un contexte d’offre pléthorique, les tags « représentent des prises physiques et interprétatives pour classer, évaluer ou valoriser les contenus » [Crépel, 2010, p. 284]. Comme le mode d’affichage est déterminé par le niveau de popularité des mots-clefs, il n’est pas douteux de dire que les nuages de tags ont comme les sondages un « effet réflexif qui consiste à produire l’opinion qu’ils prétendent décrire » [Boullier et Crépel, 2009, p. 124]. Pour l’internaute, il s’agit d’un aménagement de l’accès aux ressources censé faciliter sa navigation et organiser son parcours sur la plateforme. Il convient de préciser que les tags font appel à « une attention flottante et non à la recherche ciblée », tandis qu’ils peuvent également constituer, dans une logique d’exploration, des sources « de navigations improbables qui feront naître des idées nouvelles » [Boullier et Crépel, 2009, pp. 123 et 125].

77Les études qui portent sur les pratiques des tagueurs montrent que « bien qu’elles oscillent entre organisationnelles et sociales, les motivations premières de l’action de tagging résident dans la gestion de ses ressources personnelles » [Durieux, 2010, p. 76]. C’est donc moins une collaboration entre internautes qui sous-tend les systèmes de catalogage qu’une somme d’interventions individuelles. Ajoutons que les pratiques de tagging sont encadrées « par un ensemble d’éléments qui évitent que le tag effectué ne fasse sens que pour son acteur » [Jahjah, 2011b], comme la suggestion de mots-clefs, l’imposition de règles syntaxiques ou encore la proposition de « fonctionnalités périphériques au tagage (note ; statut : Lu, en cours, à échanger, etc.) visant à désengorger la production de tags inexploitables » [Jahjah, 2012a]. Un certain « lissage des productions » apparaît donc nécessaire pour assurer « la cohérence documentaire » [Jahjah, 2011b].

Figure 20. Nuages de tags

Figure 20. Nuages de tags

78Qu’est-il possible d’observer sur les réseaux socionumériques de lecteurs en matière de tags ? À partir d’un échantillon de dix mille tags privés issus du réseau Babelio, Marc Jahjah a élaboré une typologie des catégories mobilisées [2012a]. C’est ainsi qu’il distingue les tags relevant :

  • d’un « classement générique » : « “romans divers”, “BD géniale”, “Littérature syrienne”, “Mystique”, “Lyrisme” », etc. ;

  • d’un « classement critique », qu’il s’agisse d’une « critique d’humeur » (« “Drôle et intelligent”, “Cliché”, “Pathétique”, “Magistral” », etc.) ou d’une « critique universitaire » (« “Du côté de chez Swann”, “La madeleine tasse de the44”, “Les lilas de Tansonville”, “Les deux côtés”, “Le parc Swann” », etc.) ;

  • d’un « classement spatio-temporel » : « “Lus à la bibliothèque”, “Souvenir de mes études”, “Lycée”, “Bibliothèque papa”, “Lu depuis 15 ans”, “Liste de l’été”, “Lecture du temps de la Fnac”, “Prépa concours” », etc. ;

  • d’un « classement affectif » : « “Nostalgie-enfance”, “Mes incontournables”, “Livres de maman”, “Bibliographie papa”, “Mon petit cœur !!!” », etc. ;

  • d’un « classement d’usage » : « “Pour Raymond”, “À lire”, “Livres de détente”, “À suggérer à X”, “Tralala”, “Fiche faite” », etc. ;

  • d’un « complément du paratexte éditorial » : « “Éditions champs libres”, “Éditions Syros Jeunesse”, “111 pages + un dossier de 8 pages”, “Livre en anglais” », etc.

79Selon Marc Jahjah [2012a], les tags sont utilisés, « dans un premier temps, pour se positionner, de manière à faire valoir une voix, une opinion exprimée le plus souvent grâce aux épithètes ». Les tags privés, jugés inexploitables, ne sont pas rendus publics sur le réseau parce qu’ils comportent une erreur, qu’ils se réfèrent à une édition particulière « quand c’est l’œuvre qui prévaut sur Babelio », ou encore parce qu’ils sont « considérés comme trop personnels » dans la mesure où ils renvoient à « des conditions d’exercice relevant de lieux, d’époque, d’affects, d’usages qui ne feraient pas sens pour un large groupe de gens » [Jahjah, 2012a]. Une fois le filtrage opéré par le réseau, il apparaît que « l’étiquetage publicisé est surtout générique (“Roman”, “Aventure”, “Biographie”, “Thriller”) et thématique (et dans une moindre mesure historique et géographique), à la manière de la classification de toutes les bibliothèques du monde » [Jahjah, 2012a]. On le comprend, la logistique documentaire qui se met en place délègue aux membres tout un travail de signification, dont certains éléments sont donnés à voir avec plus ou moins de saillance.

Participer à des activités de récréation

80Les réseaux socionumériques de lecteurs accueillent généralement des activités de récréation. Il peut s’agir de jeux, de concours, de sondages, de quizz ou encore de tests littéraires destinés à leurs membres. Dans certains cas, des applications sont fournies aux internautes pour créer des jeux et les diffuser, comme sur Booknode ou Babelio, où tout un chacun peut lancer son propre quizz (voir figure 21). Dans d’autres cas, la pratique ludique est initiée et organisée par la plateforme elle-même, qui l’inscrit dans une temporalité particulière : le site BD-Theque, par exemple, invite chaque jour ses membres à deviner l’identité d’une couverture mystère dont l’image est floutée, alors que sur Bulledair il existe le « bullepursuit », un système de questions à choix multiples qui permet aux internautes d’effectuer une partie par jour et d’engranger des points, ce qui aboutit ensuite à un classement parmi les participants.

81Les activités proposées s’inscrivent parfois dans une logique résolument marketing. Le réseau Lecture Academy, propriété de Hachette, donne ainsi l’occasion à ses membres de participer à des concours pour gagner des livres publiés par la maison d’édition, de répondre à des sondages sur des titres ou des collections (« Que pensez-vous de Black Moon Romance ? », « Quelle couverture préférez-vous pour La fille qui ne croyait pas aux miracles, en format poche ? »), ou encore de se lancer dans l’écriture d’une fan fiction au moment de la parution du nouveau tome d’une série (voir figure 22). À bien des égards, ces stratégies promotionnelles relèvent du principe de la « gamification », terme qui renvoie aux techniques d’incitation qui reprennent des mécaniques propres au jeu afin de les appliquer à d’autres contextes. Dans le cadre du marketing, l’idée est d’utiliser le désir de gagner et le plaisir de participer à des fins de communication, d’obtenir un engagement supplémentaire de la part des lecteurs. Le réseau socionumérique renvoie alors un feedback, à travers l’attribution de récompenses sous différentes formes (scores, classements, étoiles, badges, statuts, livres, etc.), qui participe au renforcement positif des lecteurs, à leur appropriation des œuvres publiées et à leur immersion dans l’univers de la marque éditoriale.

Figure 21. Quizz littéraire (Babelio)

Figure 21. Quizz littéraire (Babelio)

Figure 22. Fan fiction (Lecture Academy)

Figure 22. Fan fiction (Lecture Academy)

Se procurer des livres

82Si plusieurs moyens sont proposés sur les réseaux socionumériques de lecteurs pour se procurer des livres, une grande disparité de situations est observée et les outils mis en place paraissent plus ou moins nombreux selon les cas. D’une manière générale, il ne s’agit pas pour ces réseaux d’assumer directement une fonction de distribution, mais plutôt de mettre en relation une offre et une demande.

83Tout d’abord, beaucoup de réseaux renvoient vers des librairies en ligne, à travers des boutons présents sur la page de chaque titre qui permettent de rebondir sur une plateforme d’e-commerce (Amazon, Fnac, Price Minister, BdFugue, etc.), où l’internaute peut ensuite réaliser ses achats. Ce système d’affiliation, qui implique la perception d’une commission de la part du réseau lorsqu’une transaction est effectuée, joue un rôle dans le modèle économique de nombreuses plateformes. Ajoutons que cette proximité avec le commerce de la librairie prend parfois d’autres formes. Le réseau My Library-Online permet par exemple de géolocaliser des points de vente à partir d’une carte interactive, tandis que MyBoox a intégré pendant un temps un e-book store en marque blanche dans le cadre d’un partenariat avec Numilog. Au niveau des livres numériques, la mise à disposition d’un catalogue d’e-books est une idée actuellement exploitée par le réseau Lecteurs, qui propose aux internautes environ treize mille références en accès libre.

84L’accès à des ouvrages est également mis en œuvre dans le cadre de programmes promotionnels qui impliquent des maisons d’édition. Si des concours permettent régulièrement de gagner des livres, il existe aussi des systèmes de services de presse à destination des internautes qui reçoivent gratuitement des livres en échange de la rédaction et de la publication d’une critique. Ce type d’opérations, qui prend par exemple le nom de « Masse Critique » sur Babelio ou de « Lire avant tout le monde » sur Booknode, donne l’occasion aux maisons d’édition de faire connaître leurs publications.

85Enfin, il arrive que les réseaux socionumériques de lecteurs favorisent la circulation des livres entre membres. Il s’agit alors d’offrir aux internautes un dispositif pour s’échanger les livres qu’ils possèdent, comme la « zone troc » sur Livraddict qui accueille aujourd’hui près de quinze mille titres. Ces opportunités d’échange sont également déclinées sous une forme commerciale, ce dont témoigne très bien BDGest, qui propose un système de petites annonces permettant de revendre des bandes dessinées auprès de la communauté.

Figure 23. Boutons renvoyant vers des librairies en ligne (BDGest)

Figure 23. Boutons renvoyant vers des librairies en ligne (BDGest)

Figure 24. Emprunt entre membres (Libfly)

Figure 24. Emprunt entre membres (Libfly)

Figure 25. Petites annonces (BDGest)

Figure 25. Petites annonces (BDGest)

86Comme on le voit, l’aménagement d’un accès aux livres est susceptible de passer par de multiples canaux. La fourniture de tels outils constitue le prolongement logique des fonctions de prescription et d’information portées par les réseaux socionumériques de lecteurs et complète utilement leur architecture technique. En définitive, ces réseaux placent constamment les internautes en situation de contribuer et de livrer leurs impressions de lecture, mais les invitent aussi de différentes façons à consommer des œuvres littéraires : la prescription de l’action s’accompagne d’une prescription de la consommation [Stenger, 2011], l’une et l’autre activité étant amenée à s’alimenter mutuellement.

Notes

1 Pour illustrer l’ampleur du phénomène de la bulle Internet dans les années 1990, Christian Robin donne l’exemple suivant : « Amazon.com, créée en 1994 et dont le site est mis en ligne en juillet 1995, entre au Nasdaq de New York au prix de 1,5 dollar en mai 1997 (18 dollars au départ, mais les actions ont été divisées par douze entre la date d’introduction et juillet 1999). Le prix de l’action dépasse cent dollars en 1999 pour s’effondrer à moins de dix dollars au premier semestre 2001 » [Robin, 2011, p. 43].

2 On passe facilement d’un contenu à un autre.

3 Le lecteur butine et consulte des fragments de texte.

4 D’autres contenus sont intégrés au texte, comme de l’image, du son et de la vidéo.

5 Selon les Chiffres-clés du secteur du livre 2013-2014, publiés en mars 2015, les ventes par Internet représentent 18,5 % des achats de livres imprimés neufs en valeur (hors livres scolaires et encyclopédies en fascicules, hors livres d’occasion) [Observatoire de l’économie du livre, 2015].

6 Le bookcrossing est un moyen alternatif de faire circuler un livre, dont le principe est de le déposer quelque part dans l’espace public (un parc, une rue, etc.), puis de signaler sa présence sur un site Internet consacré à cette activité afin que quelqu’un puisse venir le récupérer.

7 À la place de la distinction entre « forum » et « groupe de discussion », il est aussi possible de parler de « forum public » et « forum privé ».

Table des illustrations

Titre Figure 8. Capture d’écran de BookShout et Copia
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7476/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 9. Profil utilisateur (Booknode)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7476/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 10. Bibliothèque virtuelle personnelle (Babelio)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7476/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Figure 11. Quatre exemples de représentations synthétiques de bibliothèques virtuelles
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7476/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Figure 12. Exemples de listes de lecture (SensCritique et Booknode)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7476/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7476/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 13. Indice d’affinités entre membres (SensCritique)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7476/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Figure 14. Fils d’actualités (MyBoox et Libfly)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7476/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Figure 15. Fonctions de recommandation
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7476/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Figure 16. Systèmes de notation
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7476/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Figure 17. Espaces rédactionnels
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7476/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 18. Le match des critiques (SensCritique)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7476/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Figure 19. Outils d’enrichissement d’une notice (Babelio)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7476/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Figure 20. Nuages de tags
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7476/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Figure 21. Quizz littéraire (Babelio)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7476/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 22. Fan fiction (Lecture Academy)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7476/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 23. Boutons renvoyant vers des librairies en ligne (BDGest)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7476/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Figure 24. Emprunt entre membres (Libfly)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7476/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Figure 25. Petites annonces (BDGest)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7476/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search