Version classiqueVersion mobile

La prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique

 | 
Louis Wiart

Partie 1. Cadre théorique et méthodologique

Chapitre 3. Méthodologie et démarche de recherche

Texte intégral

Éléments de problématique

Une approche interdimensionnelle

1Dans un article intitulé « Pour une méthodologie interdimensionnelle », Bernard Miège insiste sur « l’importance qu’il y a à adopter une méthodologie de recherche (au sens précis et exigeant) qui relie des dimensions significatives qui, à chaque fois, se trouvent être au cœur des stratégies des diverses catégories d’acteurs sociaux concernés, agissant dans les domaines interreliés de l’information, de la culture et des communications médiatisées » [Miège, 2012]. La compréhension des industries de la culture et de la communication implique d’« embrasser à la fois les stratégies des différents types d’industriels, celles des producteurs et éditeurs dans leurs relations avec les “créateurs” ainsi que des diffuseurs, les mutations des pratiques culturelles, la formation des usages des outils de communication et les réactions des usagers finaux aux contenus qui leur sont proposés » [Miège, 2012]. Un tel projet méthodologique est particulièrement difficile à tenir d’un point de vue empirique, sauf lorsque la recherche porte sur « des objets simples à aborder », comme « par exemple le développement des e-books ou mieux des liseuses électroniques » [Miège, 2012].

2Dans le cadre de cette recherche, il apparaît que l’objet d’étude se signale par son caractère clairement délimité. Notre attention porte en effet sur des phénomènes liés à un nombre restreint de réseaux socionumériques, qui présentent des caractéristiques communes en matière de services et d’architectures techniques, articulés autour de l’enjeu de la prescription littéraire. Partant de là, notre ambition est d’arriver à caractériser les services numériques, le rôle des acteurs qui les mettent en place, les usages des internautes et leur impact sur l’exposition des œuvres littéraires. Dans la mesure où les réseaux étudiés accordent une place centrale à l’utilisateur, qu’ils l’installent au cœur de leur dispositif de communication, voire qu’ils s’articulent entièrement autour de lui, il est important de chercher à comprendre leur fonctionnement en intégrant cette dimension à l’analyse. En même temps, produire une réflexion uniquement centrée sur l’utilisateur ou sur les dispositifs techniques reviendrait à occulter le point de vue des acteurs qui se situent à l’initiative de ces plateformes et qui les mettent en scène, les pensent et les construisent en fonction de considérations stratégiques. En faisant le choix de ne pas privilégier une perspective particulière, mais d’éclairer le sujet sous ses différentes facettes, nous espérons ainsi faire apparaître la complexité du processus de prescription sur le Web littéraire.

3À travers une approche interdimensionnelle, notre propos est finalement d’arriver à conduire l’argumentation et le recueil de données sur les deux versants du questionnement, c’est-à-dire d’explorer les enjeux qui entourent tout à la fois l’offre et la demande de prescription. Tant théoriquement qu’empiriquement, ce qui nous permet de faire tenir ensemble les interrogations qui traversent notre objet d’étude, c’est précisément cette notion de prescription dont la revue de la littérature académique a montré qu’elle pouvait renvoyer à plusieurs niveaux de compréhension : d’un côté, des acteurs proposent une offre de services qui s’inscrit dans une démarche communautaire et autorise le déploiement de stratégies promotionnelles et économiques ; de l’autre, des internautes effectuent des choix de lecture en s’appuyant sur des éléments disponibles en ligne et publient des avis et des évaluations, ce qui ne manque pas d’influencer la visibilité des œuvres littéraires ; au centre de ce processus se trouvent des réseaux socionumériques qui apparaissent comme les supports de ces activités, qu’ils organisent et valorisent. Quand on parle de prescription littéraire sur les réseaux socionumériques de lecteurs, il convient donc de garder à l’esprit l’imbrication de ces différentes réalités. Tout un système de questions en découle et, dans son sillage, la formulation d’hypothèses de recherche.

Un système de questions

4Au regard des réflexions précédentes, quatre blocs successifs de questions se dégagent et construisent notre problématique.

5Tout d’abord, il convient de s’interroger sur les dispositifs techniques qui sous-tendent les réseaux : comment est-il possible de décrire et d’analyser les outils numériques qu’ils proposent ? Quels sont les modes d’utilisation et les logiques de sociabilité que nous pouvons observer ? De quelle façon s’inscrivent-ils au cœur des sites web ? Quelle est l’orientation stratégique des interfaces ? Comment la prescription y est-elle déployée et aménagée ? Notre hypothèse est que l’architecture technique des réseaux socionumériques de lecteurs fonctionne et s’organise comme un support de prescription littéraire en ligne selon des modalités qu’il reste à éclairer.

6Par ailleurs, il est possible d’identifier un ensemble d’interrogations ayant trait au rôle des acteurs à l’initiative des réseaux : quelle est la position qu’ils occupent dans l’industrie du livre et le monde du Web ? Quelles relations entretiennent-ils avec les autres acteurs du secteur, au premier rang desquels les lecteurs, les auteurs, les maisons d’édition, les librairies et les bibliothèques ? Quels sont leurs stratégies, leur valeur ajoutée, leurs modes de fonctionnement et de rémunération ? Quels sont leur parcours et leur trajectoire ? Quelles caractéristiques présentent les formes de prescription qu’ils entendent valoriser ? L’hypothèse que nous formulons est que les réseaux socionumériques de lecteurs apparaissent comme des offreurs additionnels, engagés sur un marché particulier, celui de la prescription littéraire en ligne, qui fonctionne à partir d’un ensemble de configurations stratégiques, de positionnements et de relations d’affaires qu’il convient de mettre au jour.

7Une troisième série de questions renvoie à la figure de l’utilisateur : quel est le public des réseaux socionumériques de lecteurs ? Quelles caractéristiques présente-t-il en matière de profil sociodémographique et de pratiques de lecture ? Comment les internautes utilisent-ils ces réseaux et à quelles fins ? Qu’est-il possible d’observer dans leurs activités de prescription et de consommation des œuvres littéraires ? Comment ces réseaux sont-ils susceptibles de jouer sur leurs choix de lecture ? Les prescriptions en ligne sont-elles utilisées en complément ou à la place des prescriptions traditionnelles ? L’hypothèse qui est ici privilégiée est celle de l’engagement d’internautes sur les réseaux qui s’inscrit dans une relation dynamique entre activités de publication, de consultation et de consommation.

8En dernier lieu, il s’agit de réfléchir aux conséquences en matière de visibilité pour les œuvres littéraires : quelle est la distribution des activités prescriptives sur les réseaux socionumériques de lecteurs ? Quelles caractéristiques présentent les livres qui concentrent l’attention des internautes ? La décentralisation de la prescription profite-elle au star-system, ou joue-t-elle en faveur d’une plus grande diversité ? Dans quelle mesure les logiques et les hiérarchies du monde hors ligne sont-elles remises en cause ? L’hypothèse que nous avançons est celle de l’existence possible de mécanismes de notoriété et de visibilité propres aux réseaux, de dynamiques spécifiques dans la distribution des audiences en ligne.

9Afin de comprendre la contribution des réseaux socionumériques de lecteurs à la prescription littéraire, l’idée est de partir de ces différentes portes d’entrée pour produire des éléments de connaissance censés valider (ou invalider) les hypothèses avancées. Plus largement, il s’agit également de fournir un éclairage sur les évolutions qui affectent le livre et la lecture à l’heure du Web social. De nature interdimensionnelle, ce programme de recherche propose de travailler à partir d’une pluralité de points de vue et nécessite de disposer d’un éventail de données variées. C’est la raison pour laquelle plusieurs techniques empiriques sont mobilisées, destinées à recueillir les informations indispensables à l’analyse.

Méthodes de recueil des données

Précautions méthodologiques

10Les réseaux socionumériques de lecteurs sont issus de la vague d’innovations technologiques apparues avec le Web participatif. Or, dans l’analyse de phénomènes liés au Web, il convient d’éviter un certain nombre de travers pour appréhender la complexité de ce qui est à l’œuvre.

11Selon Franck Rebillard, il est important de mettre à distance l’« idéologie techniciste », c’est-à-dire le mode de pensée qui pose comme évidente la transformation radicale de la société par la technologie [Rebillard, 2007]. L’idée est de conduire « une approche consciente de la complexe et lente inscription de nouveaux usages dans la quotidienneté des pratiques, et de ce fait attentive à la pérennité de certaines formules éditoriales, précisément inédites », tout en restant sensible « aux mutations en cours » [Rebillard, 2007, p. 13]. Autrement dit, pour arriver à cerner les propriétés significatives des réalités étudiées, la couche idéologique qui les entoure ne doit pas parasiter l’analyse.

12Depuis quelques années, nombre de travaux proposent un regard critique sur les innovations portées par les acteurs du Web. L’attention s’est notamment concentrée sur les discours et l’idéologie qui entoure le Web collaboratif [Bouquillion et Matthews, 2010], sur le recours à la notion de « réseau » [Borel, 2014] ou encore sur l’esprit « solutionniste » qui gouverne les entreprises de la Silicon Valley [Morozov, 2014, 2015]. Dans le cadre des outils numériques liés au livre, Marc Jahjah s’est appliqué à décrypter l’expression « lecture sociale », largement diffusée auprès des professionnels du secteur dans une perspective promotionnelle et commerciale [2014a]. D’une manière générale, la manière dont le Web est pensé et analysé par les chercheurs et les intellectuels a connu une inflexion très importante. Comme l’affirme Dominique Cardon, « avec le développement des grands empires marchands, le retour en force des États dans la régulation du réseau, la massification des usages », on assiste à un véritable « changement du climat intellectuel des travaux sur Internet », qui insistent moins sur la valeur d’épanouissement et d’émancipation des réseaux que sur leurs fonctions normalisatrice et commerciale, ce que le sociologue résume ainsi : « Internet était sympa, il ne l’est plus » [Cardon et Casilli, 2015].

13Il faut donc faire preuve de mesure et toujours « avoir conscience de la dimension idéologique inhérente aux discours postulant une révolution dans l’information et la culture » [Rebillard, 2007, p. 14]. Dans cette perspective, nous soulignons la nécessité d’historiciser les mutations, de mesurer le degré de nouveauté des dispositifs et des pratiques, mais aussi de se méfier des oppositions faciles, d’une vision binaire des enjeux observés, puisqu’il peut par exemple apparaître que « les relations horizontales de l’“Internet collaboratif” s’imbriquent de multiples façons dans les filières verticales des industries de la culture et de l’information » [Rebillard, 2007, pp. 13-14]. Ces précautions méthodologiques, qui doivent être gardées à l’esprit, insistent sur l’importance de prendre du recul lorsqu’on évoque ces développements technologiques et de se mettre à la hauteur des enjeux de compréhension, que ce soit au moment du recueil, du traitement ou de l’interprétation des données.

Terrain d’étude

14Consacré aux réseaux socionumériques de lecteurs francophones, ce livre se concentre principalement sur A blog ouvert, Babelio, BDGest, BD Maniac, BD-Theque, Bookinity, Booknode, Coin BD, Critiques Libres, Entrée Livre, L’agora des livres, Lecteurs, Lecture Academy, Libfly, Livraddict, Livre Attitude, MyBoox, Manga Sanctuary, SensCritique, Zazieweb et plusieurs autres sites du même genre. Comme le signale Gisèle Sapiro [2006], « à la différence d’autres biens culturels comme la musique, la danse ou les arts plastiques », le marché du livre est fortement « conditionné par la barrière de la langue ». Notre parti pris nous permet donc de tenir compte de la segmentation linguistique qui traverse l’économie du livre et de délimiter un champ d’étude cohérent. Toutefois, cela ne nous interdit pas de prêter attention aux expériences étrangères (Goodreads, aNobii, Shelfari, Bookish, LibraryThing, etc.), ne serait-ce qu’à titre de comparaison ou d’illustration, dans un contexte de mondialisation numérique.

15L’enquête de terrain s’est déroulée entre 2013 et 2016. Entre le moment où ce travail a été entamé et celui où il a été achevé, la plupart des réseaux se sont maintenus dans la durée, tandis que d’autres ont disparu, fait l’objet d’une refonte ou été absorbés par d’autres dispositifs en ligne. Dans ces cas de figure, cela signifie qu’ils ne sont aujourd’hui plus accessibles sur Internet, ou alors qu’il est toujours possible de s’y connecter mais sous une forme assez différente de celle adoptée au départ. Il s’agit donc d’un terrain mouvant qui rend nécessaire un travail de veille et de mise à jour pour le chercheur qui souhaite l’étudier. En même temps, ces changements sont intéressants en ceci qu’ils révèlent les évolutions du paysage des réseaux, leurs succès et leurs insuccès, ainsi que certaines stratégies des acteurs qui en sont à l’origine.

Méthodologie de l’observation des interfaces

Recueil de données

16La démarche méthodologique adoptée vise à conduire une « analyse comparative des choix techniques de développement » [Boullier et Crépel, 2013, p. 9] des réseaux socionumériques de lecteurs étudiés. Cette approche donne l’occasion de saisir les « usages inscrits », « c’est-à-dire les usages tels qu’ils sont envisagés du point de vue du concepteur » [Vidal et Crenn, 2010, p. 147] et qui traduisent l’orientation stratégique des interfaces. À partir d’un éventail d’outils plus ou moins large, l’utilisateur est susceptible d’occuper un ensemble de positions, de naviguer et d’effectuer des activités, de se confronter à des opportunités d’agir qu’il convient d’éclairer pour comprendre la manière avec laquelle la prescription est aménagée.

17Pour cela, une grille d’observation en ligne portant sur les solutions techniques mises en œuvre a été élaborée. Les fonctionnalités identifiées ont été dégagées de façon inductive au fur et à mesure de l’observation. Durant une période de deux mois, nous nous sommes efforcés de repérer et lister l’ensemble des outils disponibles, tout en regardant de près les logiques qui gouvernent le fonctionnement des services, de manière à produire une description détaillée de l’architecture technique des réseaux et à en dégager les caractéristiques déterminantes. Au final, l’analyse d’une soixantaine de fonctionnalités permet de rendre compte des principales activités proposées sur ces sites.

Limites des données

18Cette méthode de recherche a récemment été éprouvée par Dominique Boullier et Maxime Crépel [2013] dans le cadre d’une étude comparative consacrée aux librairies de livres numériques. À ce titre, ils se sont attachés à en préciser les limites :

  • les aspects techniques des plateformes sont privilégiés au détriment des « aspects visuels et de design » [Boullier et Crépel, 2013, p. 10], ce qui signifie que la variabilité des formes prises par les outils est assez peu intégrée à l’analyse ;

  • en raison du « caractère parfois changeant des interfaces » et de « la difficulté de repérage de certaines fonctions », la grille est susceptible de présenter quelques « oublis ou des fonctions non recensées » [Boullier et Crépel, 2013, p. 10]. De telles carences, lorsqu’elles existent, produisent du sens dans la mesure où elles « révèlent parfois le manque de visibilité de certaines fonctions qui peuvent poser des difficultés aux utilisateurs lors de leur navigation » [Boullier et Crépel, 2013, p. 10] ;

  • l’examen des fonctionnalités déployées sur les plateformes « constitue une photographie à un moment donné des interfaces mais ne rend pas compte de leurs évolutions » [Boullier et Crépel, 2013, p. 10].

19En dépit de ces remarques circonscrivant la validité des données obtenues, la méthodologie adoptée fournit des éléments objectifs pour appréhender les dispositifs techniques et opérer des comparaisons.

Traitement des données

20Pour chaque réseau socionumérique de lecteurs, nous disposons d’une colonne où figure la liste de l’ensemble des outils proposés. Nous plaçons en annexe le tableau récapitulatif de ces informations (voir annexe n° 1). De colonne en colonne, il est possible de repérer les activités intégrées dans les sites, d’identifier des éléments récurrents, de souligner ce qu’il est permis de faire (ou de ne pas faire). Ces informations nous donnent autant de prises sur l’infrastructure des réseaux socionumériques de lecteurs et sur la manière avec laquelle la participation et la prescription s’y déploient.

Méthodologie des entretiens

Contenu des entretiens

21Pour obtenir des informations sur les acteurs qui organisent et gèrent les réseaux socionumériques de lecteurs, la méthode de l’entretien s’est naturellement imposée. Centrés sur les pratiques concrètes et les stratégies des acteurs, les entretiens visaient à recueillir des informations relatives aux projets culturels, aux modes de fonctionnement et de valorisation économique des sites web, ainsi qu’à la manière dont leur rôle sur le marché de la prescription littéraire en ligne est envisagé (voir la grille d’entretien en annexe n° 2).

22L’intérêt de l’entretien est qu’il permet, « du moins en principe, à la fois d’obtenir un discours librement formé par l’interviewé, et un discours répondant aux questions de la recherche » [Blanchet et Gotman, 2012, p. 62]. Les entretiens sont structurés en thématiques hiérarchisées, comportant des thèmes et des sous-thèmes destinés à fournir un cadre à l’interrogation et à confronter les données obtenues aux hypothèses avancées.

Présentation de la population

23Une série de quatorze entretiens semi-directifs et individuels, d’une durée d’une à deux heures, en face à face ou par téléphone, a été réalisée auprès de responsables de réseaux socionumériques de lecteurs francophones. Par la suite, nous avons repris contact et échangé à nouveau avec la plupart de ces interlocuteurs, souvent à plusieurs reprises, pour actualiser ou compléter certaines données.

24De façon à tenir compte de la diversité des situations qui existent, le soin a été pris d’interroger une population hétérogène, comprenant à la fois des professionnels et des amateurs, des acteurs généralistes et spécialisés (bande dessinée, littérature jeunes adultes). Le cas échéant, ce corpus a été complété par le recueil d’entretiens que certains gestionnaires de réseaux ont pu par ailleurs accorder dans des médias en ligne.

Tableau 4. Entretiens réalisés

Type de réseau

Site web

Spécialisation

Réseau pure player

SensCritique

Littérature générale

Babelio

Littérature générale

BDGest

Bande dessinée

Booknode

Littérature jeunes adultes*

Réseau adossé à un intermédiaire logistique

Libfly (Archimed)

Littérature générale

Entrée Livre (Decitre)

Littérature générale

Lecteurs (Orange)

Littérature générale

BD Maniac (Bdfugue)

Bande dessinée

Réseau adossé à un éditeur

A blog ouvert (Pocket Jeunesse)

Littérature jeunes adultes

MyBoox (Hachette)

Littérature générale

Lecture Academy (Hachette)

Littérature jeunes adultes

Réseau amateur

Livraddict

Littérature jeunes adultes*

Critiques Libres

Littérature générale

Coin BD

Bande dessinée

* Ces réseaux proposent des bases de données bibliographiques généralistes, mais la littérature jeunes adultes y constitue une composante fortement dominante.

Traitement de l’information recueillie

25De type thématique, le mode d’analyse du contenu des entretiens a consisté « à découper transversalement tout le corpus » à partir d’un ensemble de thèmes qui renvoient à des fragments de discours tenus par nos interlocuteurs [Blanchet et Gotman, 2012, p. 93]. Une approche verticale permet de « passer en revue les “thèmes” abordés par chaque sujet séparément pour en faire la synthèse », tandis qu’une approche horizontale souligne « les différentes formes sous lesquelles le même thème apparaît d’un sujet à l’autre » [Blanchet et Gotman, 2012, p. 96]. En fonction du contexte, nous nous sommes appuyés sur ces procédures pour produire des éléments de connaissance.

Limites des données

26Dans les entretiens, la principale limite tient à la liberté de parole de l’interviewé et à ce qu’il s’autorise à dévoiler de son activité. Cette difficulté prend sans doute davantage d’envergure lorsque l’on a en tête que des acteurs entrent en concurrence et que des stratégies économiques sont à l’œuvre. À cet égard, ajoutons qu’il existe un biais de désirabilité, à savoir une propension potentielle de l’interviewé à vouloir offrir une bonne image de lui-même.

27D’une manière générale, les échanges se sont déroulés dans un climat détendu et nous avons été frappés par l’envie de raconter de nos interlocuteurs, de transmettre une expérience et de présenter leurs projets. Dans les rares cas où nous nous sommes heurtés de façon évidente à une rétention d’information, il s’agissait d’un refus de dévoiler des données sensibles, telles qu’un chiffre d’affaires précis ou des statistiques de fréquentation. S’il est indéniable que des considérations stratégiques et concurrentielles entrent en compte au moment de l’entretien, en particulier lorsqu’il s’agit d’acteurs professionnels, nous avons observé un niveau d’ouverture significatif dans la prise de parole.

Recueil de données complémentaires

28En complément des entretiens, deux autres catégories d’informations ont été mobilisées pour éclairer le positionnement des acteurs :

  • d’une part, nous avons recueilli des éléments relatifs aux comptes des entreprises sur le site Les Échos/Bilans gratuits ;

  • d’autre part, nous nous sommes directement renseignés sur les sites, en consultant les rubriques d’information générale (« mentions légales », « conditions d’utilisation », « qui sommes-nous », « publicité et partenariats », « FAQ », etc.) et le blog généralement mis en place pour tenir les membres au courant de l’actualité du réseau (événements, opérations promotionnelles, lancement de nouveaux outils, etc.).

Méthodologie du questionnaire

Élaboration du questionnaire

29Nous avons réalisé une étude quantitative par questionnaire à destination des internautes qui utilisent les réseaux socionumériques de lecteurs. L’idée était de saisir les publics et les usages liés à l’utilisation de ces sites web, de produire une représentation statistique des pratiques de prescription. Pour le concevoir, nous nous sommes appuyés sur les éléments que nous avions déjà obtenus lors de la phase d’observation de l’interface des réseaux, qui nous donnait des clefs de compréhension des usages. Les interrogations ont porté sur des aspects purement sociologiques, sur les pratiques de lecture des internautes et sur leurs activités en ligne (voir annexe n° 3).

Diffusion du questionnaire

30Du 8 avril au 7 juin 2013, le questionnaire a été diffusé sur Internet via la dissémination de liens hypertextes renvoyant vers cette page, de manière progressive, sur treize réseaux socionumériques de lecteurs. Nous avons pris la décision de le clôturer lorsqu’il est apparu que pratiquement plus aucune réponse supplémentaire ne nous parvenait.

31En matière de diffusion, plusieurs espaces ont été mobilisés en même temps, et comme nous avions préalablement rencontré les responsables de réseaux, nous leur avons demandé s’il était possible de porter le questionnaire à la connaissance de leurs membres. Pour dix réseaux, un lien a été posté dans un forum de discussion, trois d’entre eux l’ont relayé sur leur page Facebook, trois autres sur leur compte Twitter et deux réseaux ont présenté le questionnaire directement sur leur page d’accueil. À titre d’illustration, la figure 6 montre comment les réseaux Lecture Academy et Lecteurs ont placé le questionnaire en page d’accueil lors de sa diffusion.

Figure 5. Diffusion sur la page d’accueil de Lecture Academy et Lecteurs

Figure 5. Diffusion sur la page d’accueil de Lecture Academy et Lecteurs

32Selon les cas, un à trois moyens de diffusion ont été mis en œuvre en fonction des opportunités qui se sont présentées. À l’arrivée, nous avons multiplié les points d’entrée vers le questionnaire, ce qui nous a donné l’occasion d’élargir la base de recrutement des répondants. L’enquête a bénéficié d’une bonne visibilité, et si elle n’a pas pu être diffusée sur l’ensemble des réseaux socionumériques de lecteurs existants, elle a circulé sur une grande majorité d’entre eux, et surtout sur les sites les plus connus et appartenant à des domaines distincts (bande dessinée, littérature générale, littérature jeunes adultes). Comme il n’est pas rare que les internautes soient inscrits sur plusieurs réseaux en même temps, nous avons également obtenu des réponses d’internautes présents sur des sites où notre questionnaire n’avait pourtant pas été diffusé.

Tableau 5. Espaces de diffusion du questionnaire sur les réseaux

Espaces de diffusion

Nombre de réseaux

Réseaux concernés

Dans des forums de discussion

10 réseaux

Babelio, Critiques Libres, Livraddict, Goodreads, Booknode, Lecteurs, L’agora des Livres, Libfly, Coin BD, BDGest

Relayé sur la page Facebook du site

3 réseaux

Libfly, Lecture Academy, MyBoox

Relayé sur le compte Twitter du site

3 réseaux

Libfly, MyBoox, SensCritique

Présenté sur la page d’accueil du site

2 réseaux

Lecteurs, Lecture Academy

  • 1 Près de 36 % des répondants au questionnaire sont inscrits sur Lecture Academy.

33Le graphique placé ci-dessous représente le nombre de réponses obtenues quotidiennement pendant toute la durée de diffusion du questionnaire. Il apparaît que des pics de réponses se produisent au moment où l’enquête est relayée sur telle ou telle plateforme, tout particulièrement suite à la diffusion sur Lecture Academy à la fin du mois d’avril qui nous a apporté en quelques jours une part importante de nos répondants1. Après coup, les internautes interrogés n’ont pas hésité à commenter le questionnaire et à donner leur avis sur son contenu, faisant part de réactions assez positives.

Figure 6. Évolution du nombre de répondants pendant la diffusion de l’enquête

Figure 6. Évolution du nombre de répondants pendant la diffusion de l’enquête

* Nous avons situé chaque réseau à l’emplacement correspondant au jour où le questionnaire a commencé à être diffusé dessus.

* Nous avons situé chaque réseau à l’emplacement correspondant au jour où le questionnaire a commencé à être diffusé dessus.

Limites des données

34Si elle présente l’avantage de pouvoir quantifier des phénomènes, on considère que l’enquête par questionnaires a notamment l’inconvénient de fournir un cadre de réponse rigide et de restreindre l’analyse à des données déclaratives, ce qui incite à manipuler les résultats avec prudence. Pour autant, « le questionnaire est conseillé pour les recherches centrées […] sur les activités qui ne requièrent pas nécessairement un niveau élevé de conscience des acteurs » [de Singly, 2012, p. 18]. La plupart de nos questions portant sur des éléments concrets des pratiques des internautes et n’impliquant pas une réflexion approfondie de leur part, ce cas de figure nous concerne directement.

35Par ailleurs, en l’absence d’étude quantitative globale sur le sujet des réseaux socionumériques de lecteurs, il a été impossible d’établir de liens entre la population interrogée et une population de référence. Même si nous avons pu effectuer des comparaisons avec des données nationales portant sur le lectorat français, l’enquête se caractérise donc par sa dimension exploratoire.

36Lors de l’interprétation des résultats, il est apparu que nous avions plutôt capté l’attention du noyau dur du public des réseaux, c’est-à-dire des internautes dont le niveau d’engagement au sein de ces plateformes est particulièrement élevé. Il est vrai qu’une personne fortement impliquée dans un réseau socionumérique de lecteurs avait sans doute davantage de chance de tomber sur le questionnaire et d’y répondre. De plus, la longueur du questionnaire (vingt-six questions) et le détail des propositions impliquaient qu’il s’adressait plutôt à un public averti.

37Enfin, il est permis de s’interroger sur la qualité des données obtenues lorsque le questionnaire est diffusé en ligne. François de Singly [2012, p. 83] explique « qu’une comparaison entre le face-à-face et le Web montre que les individus répondent plus souvent “ne sait pas” dans la seconde situation », ce qui ne veut pas forcément dire que les données sont d’« une moindre qualité », mais peut s’interpréter comme « le signe d’un moindre effet d’imposition ». En fin de compte, Internet semble offrir une plus grande liberté pour l’interviewé en raison d’un affaiblissement de l’injonction à répondre. Dans la mesure où notre étude porte sur des réseaux en ligne, il ne faisait aucun doute que la meilleure solution pour nous était de la diffuser directement sur les plateformes étudiées.

Traitement des données

38À la fin de notre période d’enquête, neuf cent quarante-quatre réponses ont été reçues. Une fois recueillies, les données ont été encodées et utilisées à des fins statistiques. Les résultats obtenus doivent nous permettre de mieux comprendre le public engagé sur ces sites et les usages qui s’y produisent.

Méthode de recueil de traces d’usage

Étude de cas

39En dernier lieu, nous avons complété notre analyse en menant un travail quantitatif sur les traces d’usage des internautes, c’est-à-dire sur les contenus qu’ils produisent en ligne lors de l’utilisation des réseaux et qui sont rattachés à des créations littéraires. L’étude de cas que nous proposons, centrée sur le réseau Babelio, actuellement le plus populaire dans l’espace francophone, se situe dans la lignée des études empiriques opérant des comparaisons entre des indicateurs d’audience en ligne et hors ligne, en particulier celles de Bastard et al. [2012] et de Peltier et Touré [2013] dont nous avons repris certaines implications méthodologiques.

Définition de l’échantillon

40Nous avons travaillé à partir d’un échantillon de mille titres correspondant à l’ensemble des romans parus pendant la période de la rentrée littéraire (du 28 août 2012 au 26 octobre 2012), particulièrement riche en matière de publications et de couverture médiatique. Nous avons fait le choix de nous centrer sur les romans, dans la mesure où il s’agit de la catégorie de livre la plus populaire sur Babelio mais aussi dans les médias traditionnels. Nous avons écarté les rééditions de livres, qui ont déjà connu une première vie médiatique, pour ne conserver que les nouveautés.

Extraction des données

41À partir de la base bibliographique Electre, conçue pour les professionnels de l’édition, des librairies et des bibliothèques, nous avons procédé à l’extraction en avril 2014 de trois catégories de données relatives aux titres de notre échantillon :

    • 2 Nous avons répertorié certains genres : policier/thriller, fantasy/fantastique/SF, littérature con (...)
    • 3 Francophone, anglophone, reste du monde.

    des informations d’identification de base : titre, auteur, ISBN, éditeur, distributeur, genre2, langue d’origine3 ;

  • des informations portant sur la couverture médiatique hors ligne, à savoir le nombre de passages des romans à la télévision, dans la presse écrite et à la radio ;

  • des statistiques de vente. Il s’agit d’une estimation des ventes nationales par Ipsos, affichée sur Electre, à partir d’un panel de mille cinq cents points de vente (librairies, hypermarchés, supermarchés, magasins spécialisés).

Figure 7. Capture d’écran d’une notice sur Electre

Figure 7. Capture d’écran d’une notice sur Electre

42Par ailleurs, comme indicateur de visibilité en ligne, nous utilisons des données fournies par Babelio. Pour chaque titre de l’échantillon, nous disposons ainsi du nombre de critiques reçues, du nombre de notes obtenues et de la note moyenne. Les deux premiers types de données constituent des « traces explicites » laissées par les internautes lorsqu’ils effectuent des activités, c’est-à-dire qu’il s’agit de « contenus publiés en ligne qui relèvent d’une volonté expresse de diffuser et qui, le plus souvent, peuvent être modifiés ou supprimés après publication » [Ertzscheid et al., 2013, p. 55]. La note moyenne, quant à elle, est automatiquement calculée et affichée par le réseau à partir de l’ensemble des notes attribuées à un titre par les internautes. De telles informations nous renseignent sur le niveau de popularité et de visibilité des livres sur Babelio.

Limites des données

43Si les données portant sur les prescriptions des internautes sont exhaustives et correspondent aux chiffres effectivement affichés sur le réseau socionumérique de lecteurs, celles issues de la base Electre ne sauraient prendre en compte l’intégralité des organes de média existants. Malgré tout, il s’agit à notre connaissance du meilleur indicateur de couverture médiatique hors ligne disponible.

44D’autre part, les statistiques de vente n’intègrent pas certains canaux de commercialisation (ventes en ligne, ventes en club, ventes par correspondance, ventes d’occasion), qui peuvent pourtant être très importants. Selon les chiffres-clés du secteur du livre 2013-2014 publiés par l’Observatoire de l’économie du livre, les ventes en ligne correspondent à 18,5 % des achats de livres neufs en valeur, tandis que les ventes par correspondance, courtage et clubs représentent 14,5 % du marché. Ne pas prendre en compte ces modes de commercialisation revient donc à exclure le tiers des ventes de livres neufs en valeur. Par conséquent, même si les chiffres fournis par Ipsos dans la base Electre nous donnent des repères intéressants qui nous serviront au moment de l’analyse des résultats, cela en relativise la portée et les perspectives d’utilisation possible.

Traitement des données

45Les données ainsi recueillies ont ensuite fait l’objet d’une utilisation statistique, destinée à nous fournir des éléments de compréhension quant à la distribution des prescriptions et aux logiques de notoriété à l’œuvre, tout en ouvrant la voie à des comparaisons entre les mondes en ligne et hors ligne.

Tableau 6. Récapitulatif de la méthodologie de recherche

Objectif de la recherche

Comprendre la contribution des réseaux socionumériques de lecteurs à la prescription littéraire, à travers une analyse des conditions de l’offre et de la demande, centrée à la fois sur les dispositifs techniques, les acteurs qui les mettent en place, les internautes qui les utilisent et l’exposition des œuvres dont il est question.

Hypothèses

Méthodes de recueil des données

L’architecture technique des réseaux socionumériques de lecteurs fonctionne comme un support de prescription littéraire en ligne.

Grille d’observation en ligne

Les réseaux socionumériques de lecteurs sont des offreurs additionnels, engagés sur le marché de la prescription littéraire en ligne.

Entretiens semi-directifs auprès de responsables de réseaux

L’engagement des utilisateurs s’inscrit dans une relation dynamique entre activités de publication, de consultation et de consommation.

Questionnaires en ligne

Les réseaux socionumériques de lecteurs portent des dynamiques spécifiques dans la distribution des prescriptions en ligne.

Recueil de traces d’usage (étude de cas portant sur Babelio)

Notes

1 Près de 36 % des répondants au questionnaire sont inscrits sur Lecture Academy.

2 Nous avons répertorié certains genres : policier/thriller, fantasy/fantastique/SF, littérature contemporaine, littérature régionale, romance, romans historiques.

3 Francophone, anglophone, reste du monde.

Table des illustrations

Titre Figure 5. Diffusion sur la page d’accueil de Lecture Academy et Lecteurs
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7452/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7452/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 6. Évolution du nombre de répondants pendant la diffusion de l’enquête
Légende * Nous avons situé chaque réseau à l’emplacement correspondant au jour où le questionnaire a commencé à être diffusé dessus.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7452/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Figure 7. Capture d’écran d’une notice sur Electre
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7452/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search