Version classiqueVersion mobile

La prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique

 | 
Louis Wiart

Partie 1. Cadre théorique et méthodologique

Chapitre 1. Définition et caractéristiques des réseaux socionumériques de lecteurs

Texte intégral

La dimension sociale de la lecture

Le livre, vecteur de sociabilité

1La lecture d’un livre n’est pas une activité qui se résume à sa dimension strictement solitaire. Au-delà du rapport personnel entretenu avec le texte, les lecteurs interagissent avec leur environnement et échangent à propos de leurs lectures. Autrement dit, « la lecture est source de dialogues, de discussions ; lecture et dialogue se nourrissent et se renforcent » [Horellou-Lafarge et Segré, 2007, p. 93]. Par l’intermédiaire du livre se met en place une communication plurielle, qui passe par des cadres de sociabilité plus ou moins formalisée. Comme l’expliquent très justement les sociologues Burgos et al. [1996, p. 9-10], « beaucoup de lecteurs choisissent des interlocuteurs privilégiés, en très petit nombre, parmi leurs amis, leurs proches, dans leur famille ou leur milieu professionnel, comme on choisit un confident ; d’autres s’inscrivent dans des réseaux informels d’échanges, plus ouverts et diversifiés ; d’autres encore, plus nombreux qu’on le pense, éprouvent le besoin de ritualiser le partage des lectures en l’inscrivant dans un lieu fixe et dans une périodicité régulière, produisant un espace-temps distinct de la vie ordinaire ». Cette énumération des possibilités montre que la sociabilité littéraire peut prendre des formes multiples et variées. Les échanges qui se produisent autour de la lecture sont susceptibles de revêtir un caractère informel et privé, mais aussi de s’inscrire à l’intérieur de dispositifs particuliers, tels que des clubs, des cercles, des salons, des cafés, des salles de classe, des librairies et des bibliothèques. Dans ces lieux publics ou semi-publics, il est possible de participer à des débats, à des conférences, à des séances de signatures, à des lectures à voix haute, à des rencontres avec des auteurs ou à bien d’autres choses encore.

2À l’heure d’Internet, d’autres espaces de communication se développent et accueillent des activités en lien avec les livres. Blogs, forums, réseaux sociaux et communautés en ligne accordent une place centrale à l’internaute qui se met à produire des contenus et à les diffuser autour de lui. C’est ainsi que Patrice Flichy observe une « révolution de l’expertise », caractérisée par une « démocratisation des compétences » et par la montée en puissance de la figure du « professionnel-amateur » (ou « pro-am ») qui acquiert par expérience une « expertise ordinaire » lui permettant « de réaliser, pendant son temps libre, des activités qu’il aime et qu’il a choisies » [Flichy, 2010, pp. 7, 8 et 11]. Certains internautes apparaissent comme des « connaisseurs » qui émettent des jugements et font circuler des opinions sur des œuvres [Flichy, 2010, p. 11]. Leurs avis prennent la forme de recommandations, le plus souvent écrites, mais parfois aussi formulées à l’aide d’autres types de médias. Dans le domaine du livre, par exemple, la pratique du booktubing, née dans la seconde moitié des années 2000 de la contraction de book et du nom de la célèbre plateforme de diffusion de vidéos YouTube, consiste pour l’internaute à présenter et à commenter ses lectures face à une caméra [Wiart, 2014c]. Dans tous les cas, l’idée est d’inscrire sur Internet des pratiques de consommation culturelle et de produire une parole publique. Finalement, il s’agit d’une « hybridation entre le professionnel et l’amateur » qui renvoie moins à une sorte de mélange qu’à un « entre-deux », c’est-à-dire au fait d’occuper l’espace disponible entre le profane et le spécialiste [Flichy, 2010, pp. 11 et 17].

3Cette description d’une zone de compétence intermédiaire n’est pas sans rappeler l’analyse historique de la sociabilité littéraire fournie par Maurice Agulhon. L’historien souligne qu’au xixe siècle la sociabilité aristocratique des salons, qui se caractérisait par « un niveau supérieur de culture, celui auquel on lit les livres », se trouve soudain concurrencée par la sociabilité bourgeoise des cercles et des cafés, « qui abrite un niveau inférieur, celui auquel on lit le journal » [Agulhon, 1977, pp. 78-79]. Cet étagement culturel, qu’il repère dans le discours de plusieurs écrivains de l’époque (Baudelaire, Balzac, Hugo, Tocqueville), repose sur la correspondance entre « niveaux sociaux » et « niveaux culturels », tout en portant l’idée d’« un niveau intermédiaire, qui n’est pas de la vraie culture, mais qui n’est pas non plus de l’ignorance » [Agulhon, 1977, p. 79]. Selon lui, c’est la montée en puissance de la littérature amateur et de la presse quotidienne qui a affecté les conditions d’exercice de la sociabilité littéraire dans une société où la lecture et l’écriture s’ouvrent davantage à la bourgeoisie.

4Que ce soit au xixe siècle, dans le contexte de la France bourgeoise, ou de nos jours avec les technologies de l’information, il est donc possible d’observer une sorte de « révolution de l’expertise » qui sous-tend l’apparition de nouveaux cadres de sociabilité autour du livre. Pour les sociologues Jean-Marc Leveratto et Mary Leontsini, Internet offre aujourd’hui « au profane un espace de publication de son jugement littéraire, un espace ouvert puisqu’il échappe au filtrage opéré par les organes de presse » [2008, p. 173]. Dans cette perspective, l’internaute « constitue sa consommation en une passion, et cette passion en une compétence littéraire, en une capacité à expertiser la littérature » [Leveratto et Leontsini, 2008, pp. 193 et 176]. À travers l’écriture en ligne, il s’agit d’exprimer publiquement un goût et des préférences littéraires, mais aussi de les incorporer à ses apparitions et de les personnifier devant un public, c’est-à-dire de mettre en scène ses loisirs et ses pratiques de lecture. Par la valorisation de la prise de parole personnelle et par l’intégration à une communauté de lecteurs au sein de laquelle des échanges se produisent, une dimension individuelle et une dimension collective sont conjointement activées.

5Si le Web « contribue à transformer le lecteur en expert », c’est précisément parce qu’il « existe une efficacité cognitive propre à Internet, en tant que situation d’interaction sociale à distance par la médiation de l’écriture » [Leveratto, 2013, p. 202]. Le contexte actuel est d’autant plus intéressant qu’il semble qu’Internet tende « à renforcer par son usage, une évolution culturelle qui a favorisé son usage, en dotant de plus en plus d’individus, à travers le développement de la scolarisation, des ressources expressives permettant à chacun d’affirmer et de défendre son individualité » [Leveratto et Leontsini, 2008, p. 236]. En d’autres termes, la progression du niveau de connaissance des individus et leur aspiration à revendiquer des choix personnels encourageraient l’utilisation d’Internet, dont les outils d’expression et de formation participeraient en retour d’une valorisation de leur individualité et de leur expertise. Une telle dynamique, couplée aux possibilités de diffusion très large qu’Internet autorise, explique que dans le domaine culturel « la production amateur de connaissance n’est plus l’apanage de groupes restreints », mais qu’elle devient de plus en plus « une activité de masse » [Flichy, 2010, p. 65].

Vers une « lecture sociale » ?

6Dans le sillage des évolutions du Web collaboratif est apparue la notion de « lecture sociale » (ou social reading) qui sert à caractériser les dispositifs d’échange et de partage littéraires qui se développent à l’heure du numérique. Plus précisément, une telle terminologie s’applique à l’existence « d’une plateforme Internet ou d’un logiciel spécifique qui organise et offre aux utilisateurs un espace d’échange d’informations et de communication horizontale permettant d’évaluer des œuvres, de partager des opinions sur un texte, de participer à des groupes de discussion et/ou d’écrire des commentaires et des annotations » [Cordón-García et al., 2013, p. 157]. Pour Bob Stein [2010], le fondateur de l’Institute for the Future of the Book à New York, la « lecture sociale » renvoie à l’idée qu’une mise en réseau du livre s’accompagne d’un accroissement de sa dimension sociale. Il distingue plusieurs niveaux de conversation et d’interaction autour du livre, tout en les rattachant à des dispositifs particuliers. Deux situations sont ainsi repérées sur Internet :

  • La discussion informelle sur un livre : cette forme d’échange en ligne s’opère de manière asynchrone et laisse une trace pérenne. Les forums de discussion, les blogs, les réseaux sociaux, les communautés en ligne, les sites d’e-commerce, les plateformes de catalogage social et beaucoup d’autres dispositifs intègrent des outils « pour créer et partager des listes de lecture, écrire des critiques approfondies et s’engager dans des discussions […] à propos de livres spécifiques ou de thèmes plus généraux » [Bob Stein, 2010].

  • La discussion formelle dans les marges du livre, qui correspond à des échanges en ligne pérennes, synchrones ou asynchrones. Aujourd’hui, avec le développement du livre numérique, des interventions en marge du texte sont proposées aux utilisateurs, comme le fait d’annoter, de commenter, de surligner certains passages, mais aussi de rendre public l’ensemble de ces actions et de les partager autour d’eux. Dans ce cadre, la conversation se mêle étroitement au texte, ce qui contribue à « étendre la notion de “contenu” à la discussion qui est engendrée » [Bob Stein, 2010].

Tableau 1. Les formes de lecture sociale selon Bob Stein

En ligne/

hors ligne

Synchrone/

Asynchrone

Formel/

Informel

Pérenne/

Éphémère

Espaces

Discussion informelle en face-à-face

Hors ligne

Synchrone

Informel

Éphémère

Lieux physiques

Discussion informelle sur Internet

En ligne

Asynchrone

Informel

Pérenne

Réseaux sociaux, communautés, forums, librairies en ligne, blogs, outils de catalogage social, etc.

Discussion formelle en face-à-face

Hors ligne

Synchrone

Formel

Éphémère

Salles de classe, clubs et groupes de lecture

Discussion formelle dans les marges

En ligne

Synchrone ou asynchrone

Formel

Pérenne

Outils de lecture et d’annotation (CommentPress, DigressIt, BookGlutton, etc.)

Source : Bob Stein, “A taxonomy of social reading: a Proposal”, 2010. [En ligne] < http:// futureofthebook.org/social-reading/index.html >.

7Dans la période récente, l’expression « lecture sociale » a trouvé un certain écho dans le monde du livre. Selon Marc Jahjah [2014a], le terme s’est notamment diffusé lors d’événements internationaux consacrés à l’édition (Foire du livre de Francfort, Digital Book World, Tools of Change, etc.) où se rencontrent les professionnels du secteur. Les entreprises à l’origine de ces plateformes, qui cherchent à asseoir leurs projets commerciaux, véhiculent un discours sur le caractère « social » de la lecture, essentiellement tourné vers les maisons d’édition auxquelles des services sont proposés et vers les internautes dont les contenus et l’activité constituent le cœur de leurs modèles économiques [Jahjah, 2014a]. La « lecture sociale » ne renvoie donc pas seulement à un ensemble de situations d’échanges littéraires qui se développent avec le numérique, mais aussi à un discours d’accompagnement qui vient légitimer et promouvoir ces innovations technologiques. Du reste, un tel discours est loin d’être figé, puisqu’il fait lui-même l’objet de transformations au fil du temps : « Hier “lecture 2.0”, aujourd’hui “lecture sociale” (et ses variantes : “livre 2.0”, “livre social”, etc.) : la “lecture sociale” semble suivre les évolutions sémantiques du “Web 2.0”, devenu “Web social” » [Jahjah, 2014a].

8Les spécialistes de la lecture accordent au livre une valeur « sociale » qui se retrouve aujourd’hui déclinée sur Internet et portée par des acteurs économiques dont le discours promotionnel s’inscrit dans la lignée de celui du Web collaboratif. L’exploitation de cette dimension devient le ciment de nombreuses initiatives qui fédèrent des communautés de lecteurs engagés dans des activités de partage. Dans l’univers numérique, la réception des œuvres littéraires s’opère dorénavant à travers un « labyrinthe de communautés » et un « océan de conseils » [Benhamou, 2014, pp. 61 et 59] qui font éclater les barrières à la circulation des informations et des jugements, et dessinent « une articulation renouvelée entre paroles d’experts, lecteurs passionnés et amateurs » [Deseilligny et Ducas, 2013, p. 18].

Caractériser les collectifs de lecteurs en réseaux

De la communauté virtuelle au réseau social

9Comment qualifier les collectifs de lecteurs qui se constituent sur Internet ? Dès lors qu’un ensemble d’internautes se réunit autour du livre et de la lecture, le terme de « communauté » est souvent employé. En anthropologie de la culture, Bérénice Waty parle ainsi [2010, p. 234] d’« e-communautés de lecteurs » qui sont définies comme des « communautés virtuelles dans lesquelles différentes personnes communiquent ou accèdent à des données, construisent des connaissances communes, se meuvent en un réseau intégré et fonctionnel ». De même, Brigitte Chapelain [2006, p. 262] se réfère à des « communautés littéraires » où des internautes « s’inscrivent dans un partage de significations communes » et où « ils peuvent, ou doivent, à partir de celles-ci en élaborer d’autres dans un travail collectif ».

10Popularisée par Howard Rheingold [1994], la notion de « communauté virtuelle » renvoie à des collectifs d’usagers en ligne qui peuvent prendre la forme de « communautés d’expériences » dans lesquelles « les consommateurs potentiels tentent de deviner l’utilité qu’ils tireront des œuvres récentes à partir des avis et critiques de ceux qui les ont déjà utilisées » [Gensollen, 2006b, p. 179]. Ces communautés se distinguent notamment des médias de masse et des réseaux sociaux par leur « modèle d’échange d’informations », qualifié de « tableau noir » : tandis que dans un média de masse un seul émetteur s’adresse à une multitude de récepteurs dans le cadre d’une relation verticale et que dans le réseau social la circulation de l’information s’organise entre individus de façon horizontale, les communautés en ligne privilégient des formes d’interaction avec la plateforme sur laquelle les internautes déposent et consultent des contenus sur des œuvres culturelles sans forcément échanger directement entre eux [Gensollen, 2006a, p. 115].

Figure 1. Réseau social, média de masse et communauté en ligne : les formes de l’échange selon Michel Gensollen

Figure 1. Réseau social, média de masse et communauté en ligne : les formes de l’échange selon Michel Gensollen

Source : Michel Gensollen, « Les communautés en ligne : échanges de fichiers, partage d’expériences et participation virtuelle », Esprit, n° 24, 2006, p. 115.

11Au-delà de la question du modèle d’échange, Michel Gensollen identifie d’autres caractéristiques que l’on retrouve généralement dans les communautés en ligne, comme le fait de pouvoir découvrir des œuvres grâce à des moteurs de recommandation, de fournir aux internautes des avantages sous forme de réputation ou d’utilité pour les inciter à participer, ou encore de mettre au point des procédures pour évaluer les avis publiés ou leurs auteurs. Ainsi envisagées, les communautés de partage d’expériences apparaissent comme des espaces publics d’échange sur des biens culturels. Pour Franck Rebillard [2007, p. 25], le concept de « communauté médiatée » tel qu’il se retrouve chez Michel Gensollen est intéressant en ceci qu’il permet de combiner « une composante idéelle, proche de celle de la communauté imaginée, et une composante matérielle, plus marquée et plus présente que dans les dispositifs de communication antérieurs ».

12Toutefois, l’idée d’une « communauté » ne fait pas l’unanimité. Derrière ce vocable, des réalités extrêmement diverses sont observées et les travaux récents menés sur ce sujet s’efforcent de rappeler que « la définition de “communauté” introduite par Ferdinand Tönnies en 1887 fait explicitement référence à un ancrage géographique et émotionnel des individus (la famille, les amis, etc.) » [Francq, 2011, p. 165], ainsi qu’à un degré d’intégration rarement présent sur les plateformes du Web social « qui accueillent souvent des publics très hétérogènes dont la majorité des relations sont faibles, éphémères et dispersées » [Rieder, 2010, p. 41]. D’autre part, il semble que « l’usage du terme prolifère » sous l’effet de « l’idéal démocratique communautaire » américain et de la diffusion de discours marketing en dépit de sa « faible valeur heuristique » [Rieder, 2010, pp. 41-42]. Sans remettre en cause la dimension sociale d’Internet, les chercheurs se montrent donc extrêmement prudents dans leurs analyses des collectifs qui se forment en ligne. Des débats entourent la nature du lien social observé dans les dispositifs existants et conduisent à envisager le recours à d’autres notions.

  • 1 En plus des « dispositifs de jugement », leur typologie fait la distinction entre : les « disposit (...)

13À ce titre, les concepts de « foule » et d’« écumes numériques » ont par exemple été avancés [Rieder, 2010], mais surtout celui de « systèmes de notes et avis », dont l’objectif est de décrire les espaces d’informations qui se présentent sur Internet « comme l’expression libre de l’évaluation de la qualité des biens par les consommateurs, combinant une dimension arithmétique (l’agrégation des notes) et une dimension expressive (la rédaction libre d’un avis) » [Beauvisage et al., 2013, p. 133]. Parmi les différents « systèmes de notes et avis » identifiés1, il apparaît que les « dispositifs de jugement » correspondent aux situations dans lesquelles les sites web cherchent à « faire coïncider la spécificité des goûts personnels avec des produits aux caractéristiques difficiles à objectiver » [Beauvisage et al., 2013, p. 157]. C’est notamment le cas dans le domaine culturel avec des plateformes telles que Vodkaster ou Allociné pour le cinéma, mais aussi, dans le secteur du livre, avec les réseaux destinés aux lecteurs sur lesquels porte notre recherche. Le concept de « système de notes et avis » permet de rendre compte, à l’échelle du Web, de la généralisation d’outils standard d’évaluation et de leur adaptation en fonction de la spécificité des marchés où ils se trouvent, mais ne décrit que très superficiellement l’architecture technique des plateformes en question, qui intègrent un éventail plus large de fonctionnalités.

14Les notions de « systèmes de notes et avis » et de « communautés virtuelles » ne suffisent pas à caractériser avec suffisamment de précision les collectifs de lecteurs en ligne sur lesquels nous travaillons. Ainsi, il semble que le concept de « systèmes de notes et avis » restreint l’analyse des plateformes à leur seule dimension évaluative et ne nous permet pas de saisir la spécificité de ces plateformes, tandis que celui de « communauté virtuelle » fait l’objet de discussions dans le monde universitaire et peut s’appliquer à une gamme extrêmement vaste de sites web. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que lorsque Bérénice Waty [2010, p. 234] utilise le terme « e-communautés de lecteurs », la chercheuse précise immédiatement que « le Web est multidimensionnel » et que « les groupes de lecteurs qui y prennent place reflètent également cette hétérogénéité », ce qui fait que « toute tentative de cartographie serait vaine tant la profusion, l’imaginaire et les individualités qui s’expriment sur l’écran sont importants ». En fin de compte, les « e-communautés de lecteurs » couvrent un grand nombre de sites web, comme les librairies en ligne, les forums, les sites d’organes de presse ou de stations de radio intégrant des outils sociaux, mais aussi les blogs d’internautes, les plateformes de bookcrossing ou encore celles centrées sur la publication d’avis de lecteurs [Waty, 2010]. Des dispositifs très différents, qui présentent le point commun de réunir en ligne des collectifs d’usagers autour du livre, sont donc rassemblés sous le même vocable. C’est pourquoi le concept de « réseau socionumérique », récemment apparu dans la littérature scientifique, nous semble plus approprié pour définir notre objet d’étude et pour le distinguer, par les modes d’utilisation et les logiques de sociabilité privilégiés, du reste des sites web dédiés au livre aujourd’hui proposés sur Internet.

Réseau socionumérique : une définition

  • 2 Selon Bernhard Rieder [2010, p. 42], « le concept de réseau implique encore des relations plutôt s (...)

15Pour qualifier ce que l’on désigne couramment par « réseaux sociaux », la littérature académique regorge de terminologies : « réseaux sociaux en ligne », « sites de réseaux sociaux », « services de réseautage en ligne », « réseaux sociaux de l’Internet » ou encore « réseaux socionumériques » [Piment, 2014]. Désormais largement diffusé dans la société et le monde scientifique, le terme « réseau » fait lui aussi l’objet de débats portant sur sa dimension idéologique [Borel, 2014] ou heuristique [Rieder, 20102], mais reste à notre connaissance le meilleur moyen d’appréhender notre objet d’étude. Surtout, il nous semble que l’un des écueils à éviter, lorsque nous parlons de réseaux, est de ne pas produire l’effort nécessaire de définition. Accusés de tous les maux ou portés aux nues, les réseaux sont aujourd’hui saisis dans des discours contradictoires et foisonnants, véhiculés par des acteurs de tous bords, issus du monde intellectuel, politique, économique, médiatique ou culturel [Borel, 2014]. C’est pourquoi nous privilégions une approche focalisée sur la dimension technique des dispositifs et les formes concrètes des activités qu’ils accueillent.

16En sciences sociales, la définition la plus connue présente les « sites de réseau social » comme « des services web qui permettent aux utilisateurs de (1) construire un profil public ou semi-public à l’intérieur d’un système délimité, (2) gérer une liste des utilisateurs avec lesquels ils partagent un lien, (3) voir et naviguer sur leur liste de liens et sur ceux établis par les autres au sein du système » [Boyd et Ellison, 2007, p. 211]. À ces trois caractéristiques formelles, Thomas Stenger et Alexandre Coutant [2011, p. 13] ajoutent que ces réseaux « fondent leur attractivité essentiellement sur l’opportunité de retrouver ses amis et d’interagir avec eux par le biais de profils, de listes de contacts et d’applications ». Articulés autour d’un réseau d’amis en ligne, ces sites web proposent un large éventail d’activités : « Certains naviguent de profil en profil, laissent des commentaires ou des messages, chargent des photos, vidéos, écrivent des billets », tandis que « d’autres participent à des jeux ou tests, partagent des contenus glanés sur Internet ou informent plus ou moins régulièrement de leur quotidien via leurs statuts » [Stenger et Coutant, 2011, p. 12].

17Lorsque Thomas Stenger et Alexandre Coutant présentent la notion de réseaux socionumériques, ils précisent que ceux-ci accueillent des activités guidées par l’amitié, contrairement aux autres médias sociaux qui abritent des activités articulées autour d’une passion ou d’un centre d’intérêt partagé (connaissances, vidéos, photos, liens, rencontres amoureuses, réseautage professionnel, veille, etc.). Cependant, il est possible d’observer que des plateformes thématiques placent également l’amitié et les liens sociaux au cœur de leurs dispositifs : en s’appuyant sur des outils similaires, les occasions d’interagir avec d’autres internautes sur un même sujet sont multipliées. Il est vrai que le succès des plateformes de réseautage social à partir de la seconde moitié des années 2000 s’est accompagné d’une diffusion et d’une généralisation de ces technologies relationnelles. C’est pourquoi nous préférons distinguer, d’une part, les réseaux socionumériques généralistes (Facebook, Google+, Twitter, etc.), qui reposent sur l’opportunité d’échanger avec des internautes sans s’attacher à un domaine de prédilection, et, d’autre part, les réseaux socionumériques thématiques qui déclinent le même type d’outils de sociabilité, tout en offrant la possibilité de se réunir autour d’un sujet précis (culture, sport, loisirs, travail, jeux, etc.).

18En 2011, Nicole Ellison propose une version remaniée de sa définition de 2007, qui permet de préciser l’architecture technique de ces dispositifs en ligne : « Un site de réseau social est une plateforme de communication en réseau sur laquelle les participants (1) disposent de profils associés à une identification unique qui sont créés par une combinaison de contenus fournis par l’utilisateur, de contenus fournis par des “amis” et de données système, (2) peuvent exposer publiquement des relations susceptibles d’être visualisées et consultées par d’autres, (3) peuvent accéder à des flux de contenus intégrant des contenus générés par l’utilisateur (notamment des combinaisons de textes, photos, vidéos, mises à jour de lieux et/ou de liens) fournis par leurs contacts sur le site » [Ellison, 2011, p. 22]. Plus élaborée, cette définition montre bien que les réseaux socionumériques constituent des dispositifs de sociabilité, dont l’architecture technique, résumée en trois points, rassemble un éventail d’outils et de fonctionnalités à partir desquels se produisent des activités diverses. À la différence des réseaux socionumériques orientés vers la sociabilité en général, les réseaux socionumériques thématiques organisent les liens sociaux autour d’un centre d’intérêt commun. Parmi ces centres d’intérêt figurent le livre et la lecture.

L’architecture technique des réseaux socionumériques de lecteurs

19En tant que sites de critique et d’échange littéraires, les réseaux socionumériques de lecteurs s’inscrivent dans le sillage des plateformes d’interactions du Web participatif, « où les internautes déploient des sociabilités horizontales, ouvertes et créatives, dans un système marqué par le don/contre-don », favorisant l’émergence de « nouvelles formes de diffusion et de promotion » [Moreau et Auray, 2012, pp. 10-11]. Plus précisément, il est possible de définir les réseaux socionumériques de lecteurs comme des services web de communication en réseau dédiés au livre sur lesquels les internautes peuvent :

  • se construire un profil public ou semi-public au sein d’une communauté de lecteurs ;

  • cataloguer leurs lectures, notamment à travers la constitution d’une bibliothèque virtuelle personnelle ;

  • naviguer à l’intérieur d’une base de données bibliographiques, le plus souvent à partir de systèmes de contacts (amis, éclaireurs, followers, abonnés, etc.) ;

  • donner leur avis sur des livres à l’aide de dispositifs de critiques, de notes et de recommandations ;

  • échanger et interagir avec d’autres internautes, que ce soit via des forums, des groupes de discussion ou des messageries ;

  • contribuer à l’enrichissement des fiches bibliographiques ;

  • se livrer à des activités récréatives (jeux, quizz, tests, défis littéraires, etc.) ;

  • se procurer des livres de manière directe ou indirecte (concours, lecture d’e-books, service presse, prêts entre internautes, petites annonces, liens renvoyant vers des librairies en ligne, etc.).

20Articulée autour de ces fonctionnalités principales, leur architecture technique présente un niveau de sophistication plus ou moins élevé selon les sites et autorise une gradation de l’engagement des internautes. Si d’autres activités en lien avec les livres sont susceptibles de s’y produire, le partage d’expériences de lecture sous différentes formes demeure leur problématique centrale. En outre, les réseaux socionumériques de lecteurs peuvent être focalisés sur la littérature générale ou se limiter à une sphère de spécialisation, comme la bande dessinée ou la littérature jeunes adultes. Au bout du compte, il s’agit toujours de multiplier les possibilités d’interaction autour des livres, de proposer aux internautes des occasions de partager à propos de leurs lectures, ce qui « les aide à se situer par rapport au marché, à leurs goûts personnels, à l’expertise professionnelle » et « leur permet de s’informer mutuellement de la qualité des livres qu’ils consomment, compte tenu de leur positionnement personnel » [Leontsini et Leveratto, 2005, p. 72].

21La définition des réseaux socionumériques de lecteurs proposée fait ressortir un ensemble de caractéristiques qui régissent l’architecture technique des sites web. De tels réseaux se présentent avant tout comme des dispositifs pour appréhender des œuvres et équipent leurs utilisateurs d’informations et d’outils destinés à accompagner leur prise de décision. À travers le partage d’expériences de lecture et les nombreuses opportunités d’utilisation et d’interaction qu’ils développent, les réseaux socionumériques de lecteurs contribuent à renouveler les formes de prescription et de circulation de l’information sur les livres.

Notes

1 En plus des « dispositifs de jugement », leur typologie fait la distinction entre : les « dispositifs fondés sur l’expertise » qui permettent de « classer des biens complexes, décomposables en de nombreuses caractéristiques mesurables à partir de tests et de bancs d’essai » (exemple : Alatest.com), les « dispositifs de recommandation certifiés » qui visent à « établir la valeur de produits difficilement objectivables – car relevant d’une expérience : garagiste, hôtel –, mais pour lesquels il existe un consensus fort sur la différence entre les bonnes et les mauvaises prestations » (exemple : Allogarage.fr), les « outils de filtrage par similarité » qui cherchent à « faire coïncider certains produits – cosmétiques, médicaments – avec les besoins du consommateur en fonction de caractéristiques personnelles » (exemple : Beauté-test.com) [Beauvisage et al., 2013, pp. 156-157].

2 Selon Bernhard Rieder [2010, p. 42], « le concept de réseau implique encore des relations plutôt stables, plutôt cohérentes et nécessairement “tractables” ; il ne rend guère compte des interactions subtiles et indirectes qui caractérisent une importante partie de la sociabilité du Web social ».

Table des illustrations

Titre Figure 1. Réseau social, média de masse et communauté en ligne : les formes de l’échange selon Michel Gensollen
Crédits Source : Michel Gensollen, « Les communautés en ligne : échanges de fichiers, partage d’expériences et participation virtuelle », Esprit, n° 24, 2006, p. 115.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7441/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search