Version classiqueVersion mobile

Robert Damien, du lecteur à l’électeur

 | 
Ion Cristina
, 
Éric Mougenot
, 
Thomas Boccon-Gibod

Partie 2. Le principe autorité

Chapitre VII. L’art de conseiller ou la diagonalité de Robert Damien

Pierre-Yves Quiviger

Texte intégral

1On le sait quand on le lit, Robert Damien aime beaucoup, et peut-être un peu trop, la notion de « matrice ». Pourquoi ? Probablement parce qu’à travers cette notion, il peut conjuguer les concepts de paradigme, de structure, de généalogie, de modèle. Probablement aussi, au titre de supplément, au sens de Jacques Derrida, et parce que Robert Damien est un ami des mots (et du jeu avec les mots) – quoique d’une obédience nullement lacanienne ni même freudienne, la psychanalyse étant au nombre des absences très signifiantes du travail philosophique de Robert Damien, impensé très expressif et très encombrant –, parce que le mot « matrice » a, au-delà de la généalogie, un parfum matériel et brutal d’origine du monde, au sens de Gustave Courbet. Or, comme le savent ceux qui ont fait de l’algèbre linéaire, la chose la plus intéressante à faire avec certaines matrices est de parvenir à les diagonaliser. Je ne souhaite pas filer longuement cette métaphore, qui n’est qu’une métaphore, mais simplement attirer l’attention sur ce que j’appellerais volontiers « la diagonalité de Robert Damien ». Ceux qui connaissent son goût du rugby ne seront pas surpris par cette diagonalité, puisqu’on sait qu’au rugby le ballon ne se déplace que diagonalement : à la main, en arrière, selon une assez longue diagonale ; au pied, en avant, selon une épuisante succession de mini-diagonales imprévisibles qui rappellent qu’il vaut mieux continuer de jouer à la main – je laisse de côté, pour les besoins de la cause, le drop, la mêlée, la pénalité et la transformation d’essai, où les phénomènes de diagonalité sont moins nets…

  • 1 Robert Damien, Éloge de l’autorité : généalogie d’une (dé) raison politique, Paris, Armand Colin, 2 (...)
  • 2 « Le prince, devant donc agir en bête, tâchera d’être tout à la fois renard et lion : car, s’il n’e (...)

2Dans ce qui est tout autant une matrice diagonalisée qu’une diagonalité matricielle se joue un trait essentiel du travail de Robert Damien : transformer en question frontale, straightforward, ce qui se donne comme oblique, indirect. Selon un geste qui est à bien des égards le geste philosophique par excellence (et il n’est pas indifférent que Socrate ouvre longuement Éloge de l’autorité1), il s’agit de décaler, de décentrer, pour avancer au cœur des choses – renard, pour le détour, lion, pour la frontalité, renard et lion2.

  • 3 Robert Damien, Le conseiller du Prince, de Machiavel à nos jours, Paris, PUF, 2003 coll. Fondements (...)
  • 4 Un auteur trop négligé par la philosophie est ici Guy Debord qui a posé, très tôt, le diagnostic de(...)

3La question du conseil est à ce titre exemplaire. Dans Le conseiller du Prince, de Machiavel à nos jours3, mais aussi dans ses travaux sur Gabriel Naudé, et, à un moindre degré, dans son Éloge de l’autorité, tout comme (si le titre annoncé est fidèle au contenu à venir) dans le futur Ridicule, coupable, criminel – Figures du conseiller philosophe, Robert Damien s’attache, d’un point de vue descriptif comme d’un point de vue normatif, à montrer l’importance de la figure du conseiller et de la place politique du conseil, dont il montre qu’elle est tout sauf anecdotique – et une des intuitions décisives de ce travail, pour penser aujourd’hui, tient justement dans la vérité de plus en plus grande de cette centralité du conseiller. Il me semble d’ailleurs que si Robert Damien en est venu à faire l’éloge de l’autorité – pas n’importe laquelle, on s’en doute bien –, c’est par souci de dialectiser ce qu’il avait parfaitement annoncé dans Le conseiller du Prince. Pour le dire avec excès, j’avancerai l’hypothèse que le Robert Damien de 2013 est parfois un peu embarrassé que le Robert Damien de 2003 ait eu raison à ce point car, en effet, l’écrasante victoire du conseiller a pris un visage et un virage technocratique qui appelle en contrepoint la réactivation d’un pouvoir incarné en contexte démocratique, tant le visage technocratique est justement « sans visage », dépersonnalisé, insituable. En sortant philosophiquement de l’ombre le conseiller, Robert Damien n’a pas pour autant fait disparaître l’ombre qui entoure le conseiller aux yeux du peuple – ombre dont la part active, dont la capacité décisionnaire, entraîne, par contraste, l’image de la passivité de celui qui est visible, dans la lumière, l’homme public et politique. Et, curieusement, les phénomènes, assez récents, de surmédiatisation4 des conseillers du Prince ne semblent pas euphémiser l’importance du Prince ; elles participent simplement du diagnostic d’impuissance, de défaut de volonté, etc.

  • 5 Francis Bacon, « Des voyages », in Essais de morale et de politique, trad. Antoine de La Salle (180 (...)

4Du point de vue de la philosophie politique et juridique, cette valorisation du conseil et du conseiller, et l’élaboration concomitante d’un « art de conseiller », creusent un sillon original qui se distingue, cela va sans dire, de toute démarche décisionniste (en dépit des apparences, rien n’est plus étranger à la philosophie politique de Robert Damien que la valorisation martiale de la décision exceptionnelle, dont l’excellence et la vérité tiennent dans sa rareté et sa liaison intrinsèque à la crise – il s’agit bien au contraire de savoir inventer de la gestion de crise, de la capacité de résilience pour le territoire politique, au lieu d’hystériser l’épreuve du feu, le drame, le bruit des balles comme le seul « moment de vérité » ou le « dévoilement » ; la figure d’un général calme, d’une « force tranquille » qui « sent » ses troupes est bien plus importante que l’inquiétante surpuissance ponctuelle du coup d’État permanent cher à Carl Schmitt). Mais « l’art de conseiller » de Robert Damien ne conduit pas non plus à l’autre rive de la philosophie du droit, celle du normativisme kelsenien, et c’est ici le rôle de la bibliothèque, du voyage, du conseiller qui doit nécessairement être un bibliophile-voyageur, voyageant dans les livres et voyageant pour écrire des livres, et rapportant des livres de ses voyages. Dans la démarche de Hans Kelsen, le constat de la variété infinie des systèmes juridiques – que la bibliothèque, que le voyage démontrent aussi – aboutit à une position essentiellement sceptique ; ce n’est pas l’horizon de Robert Damien, quand bien même il sait l’extraordinaire importance de la tradition sceptique. La bibliothèque, le voyage, sont là pour forger une conscience universelle, commune, riche de la diversité des points de vue – mais aussi, c’est d’ailleurs un des lieux communs de l’humanisme juridique comme des arts apodémiques, pour permettre d’acclimater cette universalisation à la réalité locale. Un texte majeur est, de ce point de vue, l’essai sur les voyages de Francis Bacon5 :

  • 6 Francis Bacon, « Des voyages », op. cit., p. 82.

Quand notre voyageur est de retour dans sa patrie, il ne doit pas perdre totalement de vue les pays qu’il a parcourus, mais cultiver l’amitié des hommes de mérite ou éminents en dignité qu’il a connus particulièrement, et entretenir avec eux un commerce de lettres ; qu’on s’aperçoive plutôt par ses discours qu’il a voyagé, que par ses manières et ses vêtements ; encore faut-il que dans ses discours il soit retenu, et attende plutôt qu’on lui fasse des questions sur ses voyages que de raconter ses aventures à tout propos ; qu’il vive et se présente de manière qu’on voie clairement qu’il n’a pas abandonné les manières, les coutumes et les mœurs de son pays pour faire parade de celles des étrangers ; mais que de tout ce qu’il a pu apprendre dans ses voyages il n’a cueilli que la fleur, pour la transporter dans les usages et les manières de son pays6.

5Il faut donc savoir faire pousser cette fleur dans une terre particulière.

6La révolution théorique introduite par Robert Damien tient largement dans l’idée que le conseil et le gouvernement ne doivent plus être conçus comme deux pôles, inégalement puissants, mais comme deux éléments d’un même plan. Et cette théorie, d’une audacieuse nouveauté, met à mal la langue politique traditionnelle, pleine d’une transcendance et d’un dualisme doublement congédiés. Gouverner comme conseiller, conseiller comme gouverner, reviennent à faire naître une confiance permettant de gérer une certaine configuration économique et sociale, qui, grâce au savoir issu de la multiplicité « bibliomaniaque », peut faire l’objet d’une conduite techniquement optimale.

7Le risque est de s’éloigner d’une souveraineté effective du peuple, « oubliable », dans une certaine mesure, dès que la confiance a été instaurée. Le risque est aussi de ne plus pouvoir produire ce dont l’autorité légitime a besoin pour être efficace, à savoir le charisme d’un chef de l’exécutif élu au suffrage universel, dont l’onction populaire est ici contrebalancée par l’excellence des conseils. Mais ces risques, objectifs, ne doivent pas faire oublier l’extraordinaire puissance heuristique d’une philosophie politique qui est capable de prendre la mesure d’une réalité positive trop volontiers laissée de côté : les cabinets ministériels, les grandes administrations, la haute fonction publique et, de plus en plus, les « cabinets de conseil » privés qui, par exemple, rédigent aujourd’hui au sein des universités les projets relevant de ce qu’on appelle « l’Excellence ». Penser aujourd’hui l’art de gouverner sans penser ces figures qui s’inscrivent plutôt dans l’art de conseiller, c’est se priver de comprendre ce que c’est que gouverner, aujourd’hui. Penser l’art de conseiller, c’est aussi se donner les moyens de mieux comprendre un certain état de l’opinion, pour laquelle l’impression (abusive) d’une politique identique en dépit des alternances électorales débouche sur un éloignement des clivages et des partis politiques traditionnels. La classe politique n’est pas si homogène qu’on le dit (et, surtout, elle a toujours été relativement homogène socialement) : fonctionnaires, avocats, médecins, grands entrepreneurs peuplent depuis longtemps la classe politique. En revanche, il n’est pas sûr qu’une beaucoup plus forte homogénéité des « conseils » ne soit pas observable, depuis une quinzaine d’années, avec une surreprésentation des personnalités « spectaculaires », issues des médias. Le « bon » conseiller devient aujourd’hui celui capable d’anticiper non pas les besoins et les aspirations du peuple, mais l’effet médiatique des gestes gouvernementaux. L’empire de la communication est irrépressible, dans une articulation avec l’information qui est problématique et qu’on n’a pas encore pensé suffisamment.

8Mais Robert Damien nous invite à penser plus loin, et à repenser philosophiquement, politiquement, juridiquement, la distinction entre action et pensée pour saisir le lien entre le Prince et son conseil. Il faut, par l’activité intellectuelle, prendre en considération des points d’intersection et d’application entre les données sociologiques, économiques, culturelles définissant ceux qui sont gouvernés et les éléments d’information fournis par le travail d’accumulation et de classement de la bibliothèque mondiale et voyageuse qui donne les outils pour gouverner. L’art de conseiller est ici l’art de concevoir puis de formuler les directives et les standards qui permettront, ensuite, d’agir pratiquement – dans ce cadre, il est évident que la frontière entre le gouvernement et son conseil est nécessairement floue (c’est de la pensée qui circule, de la pensée agissante, dont la source importe peu et dont la vitesse de circulation doit être accélérée par le mouvement des humanités numériques).

9En tant que pensée active, action de et dans la pensée, le conseil échappe de fait largement à la problématique du volontarisme – d’où la crise de croissance du chef et de l’autorité, qui doit se penser dans un deuil (sain) de l’hyper-volontarisme. A-t-on d’ailleurs encore besoin de la volonté politique ? N’est-ce pas accepter un certain « animisme » que de parler d’une volonté pour un peuple ? Et n’est-ce pas s’abîmer dans le décisionnisme que de s’en remettre à la volonté d’un seul ? L’art de conseiller, radicalisé, indistinct de l’art de gouverner conduit au décryptage « scientifique » de la réalité socio-économico-culturelle, à une « analyse », un état des lieux qui n’appelle pas plus de « volonté » qu’il n’y en a dans la description des phénomènes physico-chimiques.

10L’art de conseiller décrit par Robert Damien peut paraître un peu désenchanté. À mes yeux, c’est exactement l’inverse : il prend la mesure d’un temps, le nôtre, et a pour ce temps de hautes ambitions. Il nous invite à oublier quelques vieilles lunes, il dégonfle quelques baudruches et il accomplit tout cela, d’une manière superficiellement paradoxale, en revisitant l’histoire de nos idées politiques – on ne souligne d’ailleurs pas toujours assez l’impressionnante érudition du philosophe Robert Damien, qui est aussi un remarquable historien de la philosophie moderne. Mais, pour revenir à un grand absent déjà souligné plus haut, Sigmund Freud, cette analyse ne peut que susciter une grande résistance : notre temps peine à faire le deuil des beaux schémas volontaristes et l’attachement reste vif à une culture aristocratique de l’élection. Et il est difficile de prendre dans ce contexte la vraie mesure de ce qu’est bien conseiller alors même que personne ne s’étonne des effets terriblement délétères, pour le détenteur de l’autorité politique, d’être « mal conseillé », ce qui ne veut pas dire, ou en tout cas pas seulement, avoir de mauvais conseillers en matière d’image et de communication.

  • 7 Voir évidemment Hans Blumenberg, La lisibilité du monde, trad. Pierre Rusch et Denis Trierweiler, P (...)

11Nous vivons une curieuse époque où les ministres n’ont pas le temps de lire des livres, et s’en accommodent fort bien semble-t-il – mais il suffirait peut-être que ceux qui leur fournissent des fiches et des notes se remettent à lire pour que les choses aillent un peu mieux, car il n’a jamais été aussi facile qu’aujourd’hui de lire à livre ouvert dans le grand livre du monde7 et de prendre des notes utiles dans tous les grands livres du monde. Telle est la leçon optimiste qu’un lecteur benevolens peut tirer de l’art de conseiller de Robert Damien.

Notes

1 Robert Damien, Éloge de l’autorité : généalogie d’une (dé) raison politique, Paris, Armand Colin, 2013 (coll. Le temps des idées).

2 « Le prince, devant donc agir en bête, tâchera d’être tout à la fois renard et lion : car, s’il n’est que lion, il n’apercevra point les pièges ; s’il n’est que renard, il ne se défendra point contre les loups ; et il a également besoin d’être renard pour connaître les pièges, et lion pour épouvanter les loups. Ceux qui s’en tiennent tout simplement à être lions sont très malhabiles. » (Machiavel, Le Prince, chapitre XVIII.) On sait que la distinction du lion et du renard intervient déjà, dans une toute autre perspective, chez Cicéron : « Nous rappellerons maintenant qu’il faut être juste même envers les plus petits. La condition et le destin des esclaves sont ce qu’il y a de plus bas et l’on prescrit avec raison au maître d’en user avec eux comme avec des artisans qu’il aurait à ses gages : c’est-à-dire exiger du travail, le rétribuer justement. Puisque d’ailleurs il y a deux façons de commettre une action injuste, la force et la ruse, et qu’on peut être lion ou renard, ajoutons que ces deux façons sont l’une et l’autre très contraires à la nature humaine mais que l’action frauduleuse est la plus haïssable. De toutes les formes de l’injustice il n’en est pas de plus grave que celle qui permet à certains hommes d’avoir l’air d’agir honnêtement au moment même où ils sont le plus trompeurs. Voilà pour la justice. » (Cicéron, De officiis, Traité des devoirs, I, XIII, trad. Charles Appuhn, Paris, Garnier, 1933.)

3 Robert Damien, Le conseiller du Prince, de Machiavel à nos jours, Paris, PUF, 2003 coll. Fondements de la politique).

4 Un auteur trop négligé par la philosophie est ici Guy Debord qui a posé, très tôt, le diagnostic de spectacularisation de la réalité. Sa « récupération » ou son « recyclage » par les formes les plus spectacularisées des entreprises « spectaculaires » (Canal +, le monde publicitaire, etc.) ne retirent rien à l’importance de son œuvre. Outre la commode édition des Œuvres de Guy Debord en « Quarto » (Paris, Gallimard, 2006), il convient de se reporter à Boris Donné, (Pour mémoires) : un essai d’élucidation des Mémoires de Guy Debord, Paris, Alia, 2010, et à Emmanuel Guy et Laurence Le Bras (éd.), Guy Debord. Un art de la guerre, Paris, BNF/Gallimard, 2013.

5 Francis Bacon, « Des voyages », in Essais de morale et de politique, trad. Antoine de La Salle (1800), Dijon, A. Desrez, 1836, rééd. Paris, L’Arche, 1999. Sur la thématique du voyage chez Francis Bacon, voir Juliette Morice, Le livre du monde. Voyage et éducation à l’âge classique, thèse, université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, 2013, pp. 139-153.

6 Francis Bacon, « Des voyages », op. cit., p. 82.

7 Voir évidemment Hans Blumenberg, La lisibilité du monde, trad. Pierre Rusch et Denis Trierweiler, Paris, Éd. du Cerf, 2007 [1981] et, pour le symbolisme du livre, en une acception plus étroite, Ernst Robert Curtius, La littérature européenne et le moyen âge latin, t. 2, Paris, PUF, 1956 [1948].

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search