Version classiqueVersion mobile

Robert Damien, du lecteur à l’électeur

 | 
Ion Cristina
, 
Éric Mougenot
, 
Thomas Boccon-Gibod

Partie 2. Le principe autorité

Introduction

Régis Debray

Texte intégral

1À l’heure où « le secret dégoût de l’autorité » (Bossuet) est devenu un fier critère d’honorabilité, un article de foi faisant quasiment loi, Robert Damien, homme de gauche, suivrait-il le mouvement « destrogyre » de l’époque ? Il n’est jamais plaisant de passer pour un transfuge. Chacun sait, si on lit les bons auteurs, qu’« on ne peut pas être bonapartiste et républicain », qu’un « régime d’autorité » débouche tôt ou tard sur Georges Boulanger et Philippe Pétain, que la « dérive autoritaire » est une menace pour les démocraties, tant il est vrai, comme disait Friedrich Nietzsche, qu’« on se croit en danger d’esclavage quand le mot autorité est prononcé ». Il n’en est rien. Il faut lui savoir gré de son Éloge de l’autorité, en saluant non seulement son bon moral mais aussi sa longue-vue. En s’exposant au pire soupçon, un penchant pour l’homme providentiel, il a produit le meilleur qu’on puisse demander à un philosophe, qui n’est pas de rompre avec la doxa mais de fournir une clé d’entrée dans les énigmes du présent qui ouvre sur un avenir.

2On ne pouvait pas se donner un objectif apparemment plus droitier que de se demander : « Qu’est-ce qu’un chef ? » Un capitaine ? Un entraîneur ? Un sauveteur aux urgences ? Il n’en est pas en réalité de plus actuel, de plus opportun, et pas seulement parce qu’actuellement la place est vide, et le chef absent – ou dérisoire, voire pitoyable. Ni même parce que c’est de n’avoir pas répondu à la question qui nous a valu, dans le passé et du côté gauche, où l’amour de l’égalité rend en général l’autorité suspecte, de bien navrants naufrages – pensons à la Commune de Paris, à la colonne Durruti en Espagne, même au Front populaire. Mais, plus fondamentalement, parce qu’il s’agit d’un blanc immémorial dans notre philosophie politique, où ceux qui parlent de liberté et d’égalité n’évoquent guère la question de base de la hiérarchie et où ceux qui dissertent sur le pouvoir ne distinguent pas clairement entre potestas et auctoritas. Et ceux qui exaltent les mouvements sociaux ou la lutte des classes ne se demandent pas pourquoi les premiers ont besoin d’une tête, et la noble cause des exploités d’une incarnation, avant de s’abîmer, cela arrive, dans le culte d’une personnalité. « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous. » Excellent conseil, mais ce n’était que la moitié du programme, restait la seconde à remplir : « et trouvez-vous un maître qui fasse autorité ». Ce vide a causé bien des malheurs. Il faut un certain courage pour soulever ce genre de lièvres, car on sait où commence la chasse à la verita effectuale delle cose chère à Machiavel, mais on ne sait jamais, ou on ne sait que trop, où elle peut finir – George Sorel, du côté de Benito Mussolini, l’héritier de Jean Jaurès, chez le Petit père des peuples ou le nietzschéen de quatre sous avec le Führerprinzip.

3Courage d’abord d’appeler un chat un chat, et un chef un chef, quand la pudeur, et l’air du temps, qui est lâche, recommandent l’usage du synonyme, anglo-saxon de préférence – leader, coach, manager, number one. Ces subterfuges s’expliquent à l’heure où la réalité brute du rapport de forces se voile en projet d’influence, baptisée « soft power » (on ne dit plus « hégémonie », qui est incorrect). Quoi de mieux que le pouvoir de se faire obéir sans avoir à commander ? Généralement, c’est quand la chose manque qu’il faut mettre le mot. Dans notre démocratie d’opinion et sur ce sujet, c’est plutôt l’inverse : la chose est partout, et le mot mal famé. Grenade à fragmentation, l’autorité s’est éparpillée en mille figures liées à des positions sociales plutôt qu’à de solennelles titulatures – que ce soit celle de l’expert, du commissaire européen, du think tank, de l’éditorialiste qui arbitre chaque jour entre le bien et le mal, du technocrate poseur de normes, sans que l’embêtante question du à qui faire confiance fasse l’objet d’une radicalité critique. En remontant aux sources, en passant de Gabriel Naudé à Alcibiade, de la bibliothèque sanctuaire de l’autorité du savoir au Socrate du Lachès, la sentinelle Robert Damien a un temps d’avance sur son époque, et sur notre conscience commune.

4Robert Damien ne se livre pas à une apologie mais à une réhabilitation étayée par des enquêtes. Il accouche l’anodin de ses présupposés, et plonge au fond du quotidien. On sait bien que l’autorité n’est pas une chose, une substance innée, un privilège de nature, un rayonnement personnel qui ferait oublier ce qu’on doit aux autres, mais une certaine relation entre les êtres. Le professeur évoquera de préférence la relation pédagogique, le colonel la relation de commandement, le chef d’orchestre la mystérieuse animation d’un puzzle d’instrumentistes. Chaque profession voit midi à sa montre. Le rugbyman, cela est plus original, explore ici l’esprit d’équipe ou plutôt comment l’esprit vient à l’équipe, sur le terrain et au vestiaire. Il descend des plus hautes marches théologico-politiques souvent tachées de sang, pour examiner le comment et le pourquoi de la sueur, en contrebas. Il renouvelle ainsi le genre en quittant « les monstres du sublime », le suprême et l’extrême, pour analyser comment s’y prend un capitaine d’équipe, un entraîneur, pour faire de l’admirable avec de l’ordinaire. Et c’est là où il déniche un secret bien gardé. Chez la plupart, l’autorité ampute. Chez lui, elle augmente (conformément à l’étymologie, auctor venant de augere, « accroître »). Et de voir dans la compétition, qui stimule la formule idéalement positive de l’exercice d’autorité, intermédiaire entre le conflit, qui irrite, et le combat, qui détruit. Là serait la solution de l’énigme enfin trouvée, à savoir le nous fraternel, réconciliant égalité et autorité à travers le dépassement de soi. Il convainc, même si on peut se demander si ce merveilleux équilibre, ici saisi in vivo, n’est pas le dimanche de l’autorité sociale, son jour de fête ou de repos. Les règles librement acceptées de l’exploit sportif peuvent-elles faire oublier les lois et les contraintes de l’engagement militaire, dont le seul désir d’être asservi, la seule servitude volontaire ne peuvent à eux seuls rendre compte ?

5La révolte des fils et des filles contre les géniteurs étant ce qu’elle est depuis Œdipe, jointe à cette nouveauté qu’est la brisure délibérée des chaînes de transmission et des contraintes de la lignée, on ne souhaite aujourd’hui à personne d’être père. Il n’y a pas à s’étonner que les figures survivantes de l’autorité d’antan s’efforcent dans l’exercice de leur fonction d’être le moins père possible : le prêtre a quitté la soutane, le prof fait copain avec ses élèves, et le président de la République, l’ancien père de la Nation, se veut en prise directe et de plain-pied avec les gouvernés, en tutoyant et se faisant tutoyer, de peur que le pékin ne découvre en lui quelque vague titre de supériorité. Reste un problème : aucun mortel n’étant causa sui, aucun autogéré n’ayant pu s’auto-engendrer, il y a de l’antérieur. Toujours un quelque chose avant, en amont, au-dessus : héros, fondateurs, maîtres, dates fondatrices, exploits exemplaires. Cet antérieur a une invincible propension à occuper la position du supérieur, et donc à faire autorité sur nous, les successeurs. Appelons cela « l’autorité du majeur sur le minus ». On a cru, grâce à la sécularisation, devenir quitte de cette disgrâce en se débarrassant du Très-Haut, puis du monarque, ce dernier, lieutenant de Dieu sur Terre, ne tenant son autorité propre que du premier – il n’est de véritable autorité que celle qu’on tient d’un plus haut que soi. Celle des apôtres provenait du Christ (qui « leur donnait autorité sur les esprits impurs », Mc, 6, 7, 15), lequel la tenait lui-même, Fils obéissant jusqu’au martyre, de son Père absent. Ce projet anthropologique a été déçu. C’était sans compter avec le fait qu’on ne détruit que ce qu’on remplace, et que rien ne se remplace plus aisément qu’une majuscule. Providence par Patrie, Progrès par Révolution, Révolution par République, République par État de droit, Croissance, Europe, etc. François-René de Chateaubriand craignait qu’« aucune illusion n’entoure plus les trônes ». C’était sous-estimer l’être humain, le seul mammifère qui fabrique de l’illusion à la demande, dès lors qu’il fait corps avec d’autres congénères. Dès lors qu’il lui faut distinguer sa tribu de la voisine pour donner longue vie à la sienne, par quelque geste de démarcation souveraine. Regere fines, tracer la frontière, tel est le premier acte d’autorité, et l’attribut originaire du souverain. Or, délimiter à l’horizontal, en vertu de l’axiome qu’on peut dire d’incomplétude, c’est ipso facto se confier à une verticale. L’actuelle superstition du réseau et des connectivités ne saurait, telle est ma conviction, nous soustraire à cet invariant logique, aussi déplorable qu’indérogeable.

6Restait à explorer le chatoyant éventail des variations empiriques de l’invariant logique, qui rendent notre condition malgré tout supportable. C’est la tâche remplie par le pionnier Robert Damien. Quel plus beau défi pour un homme des Lumières que de regarder en face ce noir et invincible soleil, l’autorité ?

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search