Version classiqueVersion mobile

Robert Damien, du lecteur à l’électeur

 | 
Ion Cristina
, 
Éric Mougenot
, 
Thomas Boccon-Gibod

Partie 1. La matrice bibliothécaire

Chapitre II. Le testament bibliothécaire

Paul Mathias

Texte intégral

1L’idée d’un « testament bibliothécaire » ne vient pas sceller le drame annoncé d’une fin de la culture classique. Elle ne vient pas, pour nous qui y avons été élevés, prononcer l’arrêt de mort d’un monde familier et enregistrer la disparition de ses valeurs séculaires. Elle vient plutôt, à la lettre, porter témoignage des mutations d’un présent qui se donne non seulement de nouveaux outils de compréhension de sa propre réalité, mais bien une réalité elle-même nouvelle, faite de flux plutôt que de sédiments, de significations plutôt que d’argile et de glaise, de structures informationnelles plutôt que « de briques et de mortier ». Parce qu’elle concerne les savoirs, le soin que nous en avons et l’ordre – ou les ordres – que nous y instituons, elle est destinée à éclairer « la Bibliothèque », pour reprendre la graphie de Robert Damien, qui est lieu, ni seulement d’instruction, ni seulement de recueillement, mais d’usage, c’est-à-dire lieu de création et de recréation des espaces intellectuels et politiques de la « vie ».

2Il n’est évidemment pas question de dresser un constat des mutations technologiques auxquelles sont, de nos jours, soumis les établissements bibliothécaires. Mais non plus de prétendre que les réseaux informatiques constitueront seuls les bibliothèques du futur et qu’ils se construiront sur les ruines de nos édifices institutionnels ! Très certainement, les réseaux forment des manières de bibliothèque. Ils remplissent amplement les fonctions traditionnellement dévolues (a) aux bibliothèques publiques – mise à disposition de textes de toutes natures, rares ou bien populaires ; (b) aux bibliothèques universitaires – mise à disposition de textes savants et difficiles d’accès ; et même (c) aux bibliothèques privées, personnelles ou communautaires – par la conservation et par le transport désormais possibles de ressources individuelles ou sociales extrêmement variées. Et précisément, s’il peut être question, dans des circonstances si diverses, de « la Bibliothèque », c’est que nous observons une véritable mutation de la fonction que nous y associons, qui n’est plus seulement de conserver nos connaissances en vue de les « mettre à disposition », mais de les modifier, de les transformer, sans doute de les créer ou de les recréer en temps réel, à flux tendu, à la demande, selon les contraintes de l’expérience présente et de ses nécessités temporaires – et de composer ainsi de manière perpétuellement révisable la matrice mouvante des savoirs de tous et peut-être, même, la matrice protéiforme des savoirs propres et singuliers de chacun.

3« Bibliothèque » pourrait désormais se dire, non d’une réserve plus ou moins vaste de volumes disponibles et manipulables, mais de structures sémantiques mouvantes constituées de manière impromptue au détour de requêtes variées et fortuites, privées ou publiques, individuelles ou collégiales. « La Bibliothèque » désignerait ainsi, non un espace privilégié de conservation des savoirs, mais leur structuration même et leur permanente réorganisation informationnelle. Soumise à des contraintes d’individuation, (a) elle se résoudrait désormais, à la surface, en autant de systèmes d’organisation des savoirs qu’il y a d’instances, voire d’individus, pour les requérir et, par la même occasion, pour les (re-)construire ; et (b) quant au fond, elle dénoterait le système de classification et d’exploitation algorithmiques des données formant la matière même des savoirs.

4L’objet de ce travail – porter témoignage des mutations de « la Bibliothèque » – est par conséquent de mettre à la question les postulats « universalistes » et « publicitaires » mobilisés par un modèle bibliothécaire que nous devons, selon Robert Damien, à Gabriel Naudé. Car ce qui se joue dans « la Bibliothèque » et dans la bibliographie naudéennes est bien un certain mode de l’universalité, pensée non en référence à une transcendance, mais à partir de l’organisation bibliothécaire elle-même, pensée de manière immanente et comme l’effet de la conception et de la mobilisation de ressources proprement humaines et rationnelles. Pour Gabriel Naudé, bâtir « la Bibliothèque » consiste, quelles qu’en soient les instanciations, à essaimer un modèle unique de la rationalité, dont le centre de gravité soit, non pas ou non plus Dieu, mais le Sujet et sa puissance d’appropriation du monde, en même temps, d’ailleurs, que de son destin. C’est cette demande, cette aspiration, cette exigence à la fois spéculative et politique gisant au cœur de l’édification naudéenne de « la Bibliothèque » qu’il faut désormais remettre en perspective à la lumière des ressources numériques et réticulaires dont nous sommes couramment les usagers.

5À cet effet, il est important de réaliser que l’universalisme naudéen ne nous est nullement étranger, même en notre ère technologique et informationnelle, et que nous ne sommes pas en train de basculer d’un monde et de valeurs reçues vers un monde « nouveau » et dont les valeurs seraient à inventer de toutes pièces, encore inconnues et sans passé – à la lettre : « barbares » ! En d’autres termes, l’essor des réseaux ne constitue pas, pour l’intelligence, un basculement catastrophique ou tragique ; il délimite plutôt, pour elle, un espace d’investigation inattendu et conditionne des pratiques intellectuelles dont les méthodes et l’efficacité sont suspendues à une réforme structurelle importante. Car il y a certainement quelque chose de « transgressif » dans la navigation réticulaire et dans la manière dont elle provoque l’émergence de bibliothèques « individuées ». Mais, paradoxalement, un tel mouvement de transgression s’accompagne d’un universalisme et d’un classicisme dont nous restons tributaires, de manière plus ou moins patente ou confuse. Et c’est, pour nous, par voie de conséquence, comme si nous avions à reproduire, imiter, répliquer, contrefaire ou mimer le geste révolutionnaire de Gabriel Naudé – la création de « la Bibliothèque » – par l’anéantissement du même geste révolutionnaire de Gabriel Naudé et par une pensée rationnelle de la singularisation des bibliothèques. Dresser un « testament bibliothécaire », c’est ainsi faire le pari d’une refondation de l’universel, du public et même, au-delà, des savoirs, de l’être-en-communauté, enfin, ainsi que de leurs normativités.

D’UNE BIBLIOTHÈQUE L’AUTRE

6En décrivant le vaste projet naudéen d’un ajustement de « la Bibliothèque » et de l’État, Robert Damien thématisait effectivement la coïncidence de deux problématiques, l’une épistémologique et l’autre politique.

  • 1 Robert Damien, Bibliothèque et État, Paris, PUF, 1995, p. 179.

« À travers son projet bibliothécaire et bientôt bibliographique », écrit-il, « Naudé […] n’a pas dessiné un rêve bibliothécaire, qui contiendrait la totalité d’un monde, à nouveau enclos. Il a donné les principes moteurs d’une organisation épistémologique et éthique, les ressorts qui commandent son utilité et son utilisation. Moins le tout (qui requiert un point de vue transcendant) que tous les livres et les hommes en quantité. […] Un monde renouvelé, éclairé, sortira de ce traitement informatif, sur lequel agir en connaissance de cause. »1

7Pour dire très vite, « la Bibliothèque » n’est pas, avec Gabriel Naudé, un lieu d’enfermement de la pensée, consolidé par un protocole de classification rationnelle de ses trésors, c’est un lieu ouvert où l’appropriation et la réappropriation des savoirs permettent la transformation éclairée du monde humain et de sa grille normative : lire, c’est apprendre, et apprendre, c’est transformer — selon l’ordre de la loi, non selon l’erratique du vouloir singulier.

  • 2 Ibid., p. 35.

8Or, de l’utilité potentielle de « la Bibliothèque » à son utilisation effective, le glissement n’est ni simple ni univoque. « La Bibliothèque » s’inscrit, en effet, dans un certain espace public de la pensée et de ses partages, lui-même inscrit à l’intérieur d’un espace public et politique de la loi, de ses contraintes, mais aussi de ses créations et du renouvellement des cadres institutionnels de la vie en commun. Dans un tel contexte objectif, « la Bibliothèque » permet de « libérer », pour ainsi dire, les textes qu’elle est destinée à conserver, qu’elle ne renferme pas, à proprement parler, mais qu’elle redistribue. Ce que faisant – et les libérant en effet –, elle donne les moyens de « révolutionner l’usage actualisé des livres »2. Ainsi, la Bibliothèque n’est pas loin de constituer une fondation, ou plutôt une reprise à la fois cognitive et fondationnelle de notre destin politique :

  • 3 Ibid., p. 264.

« L’État étant l’axe souverain de notre survie, l’urgence commande de le défendre pour sauvegarder notre intérêt même à vivre et à bien vivre. Cette défense n’est plus sans recours : un savoir la peut connaître. Nous le voyons à nouveau, seule la Bibliothèque peut fournir les instruments cognitifs de ce regard encyclopédique nécessaire à la connaissance politique. »3

9Comprenons qu’à « l’axe souverain de notre survie », Gabriel Naudé entend faire correspondre un axe cognitif de notre liberté, et que notre emprise sur notre propre destin doit tenir à la puissance que nous entretenons ou développons d’en connaître les forces et les tensions.

10Il faut par conséquent admettre qu’il existe une polysémie de « la Bibliothèque », à la fois instrument de connaissance et outil de pouvoir – non pas tant des uns sur les autres que de tous sur la politique et sur son histoire – et accepter d’en confronter le modèle naudéen aux figures émergentes de notre expérience bibliothécaire.

11Qu’est-ce en effet, pour nous, qu’une « expérience bibliothécaire » ? Ce n’est plus exactement une expérience des livres rendue possible par le truchement des nomenclatures nous permettant de naviguer parmi eux. Désormais et de plus en plus, les pensées, les évaluations, les savoirs auxquels nous sommes exposés passent par une expérience réticulaire venant tantôt dédoubler celle des livres et tantôt l’ébranler, soit parce qu’elle leur associe de nouveaux outils informatiques de recherche, soit parce que les pratiques de « navigation » qui l’accompagnent vont parfois jusqu’à constituer par elles-mêmes d’authentiques espaces de recherche, d’apprentissage, d’édification personnelle autant que sociale de la connaissance. La mise en réseau des ressources cognitives n’en est dès lors pas seulement une détermination quantitative : démultiplication exponentielle des données, accessibilité facilitée et presque instantanée des ressources disponibles. Bien plutôt, numérisation, automatisation, mutualisation des textes, des images, des sons, sont autant de dispositifs, parmi d’autres, permettant de substituer aux lieux traditionnels de la recherche et, partant, de la pensée – du moins de ses normes et de ses protocoles reconnus de validation –, des moments constitutifs de savoirs ou de compétences, d’évaluations, de jugements, de parole et d’action.

12Ce n’est pas à de nouveaux outils que nous sommes désormais confrontés, c’est à l’existence de nouvelles sphères de la pensée, elles-mêmes déterminées par ces outils : le scintillement de l’écran ne tient pas seulement lieu de papier, d’encre et de page, mais son espace dit « virtuel » et numérique devient celui des savoirs, oblitérant les lieux de savoir et donc les lieux de la maîtrise non seulement – pour parler par catégories formelles – du Vrai et du Faux, mais aussi du Bon et du Mauvais, de l’Utile et de l’Inutile, des valeurs de vie et de notre être-en-communauté.

UNE ONTOLOGIE DE LA BIBLIOTHÈQUE :
L’ESPOIR DE L’INFINI

13Il n’est pas absurde de penser que nos pratiques de recherche, autant adossées aux techniques classiques d’exploitation bibliographique et bibliothécaire que dynamisées par les outils informatiques dont nous disposons désormais « naturellement », participent d’une conception universaliste du savoir, c’est-à-dire de la conviction que l’universalité de sa disponibilité est parfaitement légitime et féconde, aussi bien sur le plan de l’acquisition des connaissances que dans l’horizon de leur usage social et politique. Nous sommes, à cet égard, très proches de Gabriel Naudé :

  • 4 Ibid., p. 29.

« La bibliothèque, et les instruments qu’elle contient, est la matrice d’un nouveau type de conseil au politique », écrit Robert Damien. « La Bibliothèque comme exposition publique des savoirs disponibles sans exclusive ni interdit est l’espace universel d’une intelligibilité qui arme potentiellement la rationalité de tout homme. »4

14L’entreprise bibliothécaire naudéenne aura donc institué une corrélation ordonnée des savoirs et de l’action politique, et dressé le cadre formel d’une maîtrise rationnelle du gouvernement civil dans un contexte non pas idéal et fixe – Gabriel Naudé n’est pas un émule de Platon – mais circonstanciel et mouvant : la nature, les hommes, les aléas du réel.

15Il existe ainsi, assurément, une continuité théorique et pratique entre le dispositif bibliothécaire modélisé par Robert Damien à partir de Gabriel Naudé, d’une part, et nos pratiques intellectuelles contemporaines, d’autre part, même celles qui paraissent faire rupture avec un tel modèle au motif qu’elles sont informationnellement exponentielles. Or cette continuité tient au caractère potentiellement infini des ressources cognitives disponibles et elle renforce notre aspiration, sinon à l’embrasser, du moins à nous rendre un tel infini disponible.

16Retenons, à ce sujet, trois points emblématiques :

  • le modèle naudéen de la Bibliothèque est celui de l’accessibilité de tous les savoirs, même de ceux que renferment les livres mal faits ou triviaux5. Seulement, l’accessibilité suppose un ordre qui combine, d’après ce que montre Robert Damien, au moins trois choses : la première, c’est la liberté de la rencontre tout à la fois vivante et savante des livres dans leur erratique diversité, rencontre qui donne lieu à une construction aventureuse de la rationalité et du catalogage par le moyen d’un partage critique, social et langagier, de connaissances sur les livres6. La deuxième consiste dans le souci d’une nomenclature objective des matières de la connaissance et de leur ordre, notamment institutionnel7. Et la troisième, enfin, concerne le référencement axiologique des œuvres8. Or, même si les méthodes algorithmiques de référencement des grands moteurs de recherche ou de beaucoup de sites dynamiques n’épousent plus les contraintes formelles que s’imposait Gabriel Naudé, la mutualisation des ressources, la construction virtuelle de « portails » et des classifications diverses sont autant de procédures imitant, sans en altérer profondément la logique – ou mieux : la téléologie –, celles de « la Bibliothèque » naudéenne. Nous répliquons donc, à notre tour, technologiquement et informationnellement, un principe général d’ordre dont nous concevons parfaitement qu’il puisse déterminer une normativité non seulement cognitive, mais également sociale et politique ;
  • notre continuité à Gabriel Naudé tient, en outre, dans l’assomption que l’accumulation quantitative des savoirs induit un approfondissement qualitatif de notre rapport, aussi bien à ces savoirs eux-mêmes, qu’au monde en général. « La Bibliothèque » renferme, potentiellement, toute la diversité imaginable des livres, jusqu’aux plus mauvais9, tout comme la Toile définit un espace de tous les discours, dont la trivialité finit elle-même par être insondable – non seulement en raison du nombre infini des pages web existantes, mais également en raison des sites tout entiers, des blogs, etc., dont toute expérience ordinaire des réseaux est encombrée, voire saturée. Il est ainsi permis de considérer que la Toile, au cœur des réseaux et de leurs offres de possibilités, fait figure d’une incommensurable bibliothèque susceptible d’héberger tous les discours, tout autant que de les y retrouver au moyen d’instruments informatiques de recherche appropriés. En quoi elle signifierait comme un passage à la limite de la Bibliothèque, enfin « réalisée », si l’on peut dire, dans toute l’extension de son concept ;
  • de fait, l’assomption de l’insondable médiocrité des écrits, dans les réseaux, repose sur un postulat légitime, que nous ne faisons à notre tour que répliquer, de la construction intersubjective et dialogique de la rationalité et des savoirs : « Un texte n’accède à l’existence de livre », écrit Robert Damien, « que si au moins deux lecteurs se l’approprient en le lisant et peuvent ainsi se rencontrer dans la reconnaissance d’un commun attrait et exercer leur semblable intelligence en débattant de leurs lectures. »10 Or non seulement la Bibliothèque de Gabriel Naudé, mais l’Internet tout aussi bien, forment des lieux de mise en coexistence des textes, d’appropriation d’une diversité de la parole et d’exploitation de sa surabondance. Les voies en sont encore et toujours essentiellement dialogiques, puisque l’écho se renvoie de tous à chacun et réciproquement de chacun à tous à travers les blogs, les pages personnelles, les espaces dits « de syndication », à travers la mutualisation des ressources, l’accessibilité des bases de données, les réseaux sociaux, etc.
  • 11 Ibid., p. 126. Le propos, de Gabriel Naudé, est tiré de l’Instruction à la France sur la vérité de (...)

17Rapidement esquissés, ces trois points donnent à voir une manière de continuité entre la Bibliothèque et l’Internet, quoiqu’ils ne puissent pas être dissociés des effets de rupture qu’ils recouvrent, et qu’ils aient à être réfléchis dans une perspective transgressive et non pas continuiste. Ce n’est pas que l’expérience réticulaire soit fondamentalement différente, sur bien des points, de l’expérience bibliothécaire ; c’est plutôt que l’expérience bibliothécaire renferme les conditions de sa propre transgression, les conditions de sa transmutation dans cet « autre » que représente l’espace dématérialisé de l’Internet. « Renferme », parce que Gabriel Naudé avoue déjà lui-même ce qu’accusera remarquablement le développement des réseaux : « Il est impossible à aucune personne de rien comprendre en cette panspermie, je voulais dire pan-sophie, tirée et extraite de la Médecine, Chimie, Histoire, Magie, Sainte Écriture11 » – propos qui concerne le « n’importe quoi » dont « la Bibliothèque » est féconde et qu’elle a pour horizon de cultiver à perpétuité.

18« La Bibliothèque » se laisse donc sans doute saisir et comprendre, mais elle reste également en son fond inappropriable et inaccessible. Ou bien : « la Bibliothèque » laisse encore l’illusion de son intelligibilité, alors que son propre infini, accompli dans les réseaux, est d’emblée ou a priori ce qui la rend elle-même, radicalement et en retour, inintelligible.

L’INFINI RÉTICULAIRE :
L’AFFAISSEMENT DU MODÈLE BIBLIOTHÉCAIRE

  • 12 Locution désignant l’ensemble des productions publiées et donc exploitables, d’une manière ou d’une (...)

19Les rapports de rationalisation auxquels donne lieu l’édification du modèle bibliothécaire sont effectivement pertinents tant que le modèle bibliothécaire reste un schème directif techniquement disponible, ou que les bibliothèques réelles peuvent rester proches – architecturalement et matériellement – du modèle sur lequel elles sont bâties et organisées. Tant que l’infini bibliothécaire reste explicitement un postulat, une rationalité peut se construire qui le vise et y aspire ; mais pour peu que l’infini devienne actuel, une radicale transmutation bibliothécaire s’opère, dans le mouvement de laquelle nous sommes condamnés à perdre les repères formels nous permettant de nous orienter dans le dédale des discours et des « objets de sens »12 qui les cristallisent. L’Internet doit en effet être décrit, non comme une « bibliothèque virtuelle », mais comme cette « Bibliothèque » bien réelle dont la structure et l’ordre se répliquent jusque dans la moindre de ses parties – toutes les données et les productions publiées sur les réseaux ayant potentiellement, du fait de leur structuration informationnelle, autant qu’un portail ou qu’un site de premier rang, un même et unique statut « bibliothécaire » : ordre, requérabilité, hypertextualité, connectivité. D’une part, en effet, chaque usager ou opérateur devient l’ordonnateur de sa propre bibliothèque et, d’autre part, les bibliothèques infinies en nombre ainsi formées se rejoignent automatiquement par la vertu des métadonnées (tags ou « balises ») signalant leur proximité sémantique, que celle-ci soit réelle ou seulement formelle. Or – et ce n’est pas le moindre paradoxe – cette proximité sémantique est, en elle-même, dénuée de sens, non pas exactement parce qu’il serait impossible de s’y orienter, mais plutôt parce que le métastable composite qu’elles forment – en vertu d’une coïncidence terminologique des « bibliothèques » qui ne reflète pas nécessairement une corrélation effective de leurs contenus sémantiques – ne ressortit à aucune intention manifeste de signifier. Disons, plus prosaïquement : l’ordre bibliothécaire du Réseau est l’effet temporaire et composite d’un « n’importe quoi » (dés-) ordonné par « n’importe qui », mais repris et (ré-)ordonné par des machines et par leurs algorithmes interprétatifs et classificatoires.

  • 13 Robert Damien, Éloge de l’autorité, Paris, A. Colin, 2013 (coll. Le temps des idées), p. 121.

20Dès lors, dans le processus informationnel d’actualisation de l’infini bibliothécaire, la rationalité qu’enveloppe « la Bibliothèque » devient elle-même incertaine, abyssale, improbable. Dans ces conditions, l’infini étant l’ordre véritable de « la Bibliothèque » réticulaire, l’Internet est, en son infinité propre, la « vérité effective » de « la Bibliothèque », non son autre contemporain, mais son effectivation à la fois présente et, peut-être, ultime. Dans la continuité de Gabriel Naudé, qui a entrepris un « travail critique » de « [mise] au point des normes théoriques de la confrontation bibliographique »13, on comprendra que la classification et l’accessibilité des savoirs, telles que les autorise « la Bibliothèque » réticulée, permettent, en retour, de jauger sémantiquement et ordonnément ces savoirs en les confrontant réciproquement selon des protocoles judiciaires appropriés. Disons autrement : l’organisation informationnelle des savoirs n’en est pas seulement un principe d’ordre, mais, en retour, c’en est un principe de rétro-éclairage et de réinterprétation. Les savoirs, en somme, sont amplifiés et approfondis par les vertus dispositionnelles des algorithmes qui les ordonnent.

  • 14 On remarquera, quoique ce ne soit pas directement le propos ici, que l’« usager » se substitue déso (...)

21Or la démultiplication exponentielle des ressources réticulaires, des discours et des savoirs, en rend désormais improbable ou, du moins, très incertaine, une confrontation rationnelle et ordonnée. Aux normes épistémiques que fait émerger « la Bibliothèque » naudéenne font désormais écho des normes algorithmiques transparentes, c’est-à-dire invisibles et inappropriables dans le temps de leur mise en œuvre opératoire par ceux-là mêmes qui les mettent en œuvre : les usagers, les lecteurs14. Les réseaux nous condamnent par conséquent à prendre à rebours le problème naudéen de la rationalisation des données. Le problème de Gabriel Naudé, auquel il pouvait légitimement espérer apporter une solution opératoire, était d’assujettir l’infini virtuel de la Bibliothèque à la détermination rationnelle, mais finie, de ses instruments de classification. Pour nous qui sommes commis à l’expérience de savoirs « databasifiés », le problème est désormais d’affronter la réalité même de cette opération effective, répétitive et redondante – la recherche indexicale – dont les soubassements problématiques sont exclus du champ de « la Bibliothèque », puisque ce sont les problèmes liés à l’occupation économique et commerciale d’un territoire bibliothécaire actuellement infini.

22Notre problème bibliothécaire – c’est-à-dire le problème bibliothécaire de notre temps – est celui de la conception et de la commercialisation des programmes informatiques servant désormais à accomplir les opérations de recherche. Les procédures indexicales ne servent plus seulement à naviguer dans les multiples sphères des savoirs, mais bien plutôt à déterminer, en tant qu’opérations d’indexation transparentes et invisibles, les sphères proprement dites des savoirs. C’est une assignation indexicale installant les « objets de sens » dans les sphères cognitives qui leur sont le mieux appropriées et c’est elle qui détermine les pratiques cognitives et ce qu’elles deviennent : totalement tributaires, dans leur opérativité, d’outils numériques sans le secours desquels ordre et rationalité deviennent inconsistants. Pour dire autrement, nous ne manipulons pas seulement nos instruments informatiques en fonction des objectifs cognitifs que nous nous fixons, mais eux-mêmes nous opèrent en retour, c’est-à-dire produisent des effets opératoires de savoir au moyen des tâches qu’ils accomplissent « en fond » sans que nous puissions avoir la main sur leurs plus intimes et leurs plus discriminantes actions logico-informatiques. Ordonnancement, classification, exposition ne sont plus des opérations effectuées par un sujet rationnel, mais autant d’affordances – ou « offres de possibilité » – encapsulées dans les programmes informatiques plus ou moins adéquatement maîtrisés par des usagers des outils numériques dans la conduite de leurs opérations réticulaires.

  • 15 Cf. p. 173 : « Dans l’espace extrait, approprié, autonomisé de la bibliothèque se construit une “ex (...)

23On dira donc : l’indexation était un outil de recherche et de classification bibliothécaires, mais elle est désormais le framework, « l’atelier de développement » dans lequel sont prises, dans leur ensemble, nos recherches et nos démarches cognitives. Par opposition à la transcendance du théologique, les méthodes bibliothécaires pouvaient, chez Gabriel Naudé, ressortir à une internalité des critères de la Vérité et du Bien, précisément rapportés à une taxinomie autonome15. Assurément, le vaste atelier de développement des réseaux obéit à un analogue principe d’immanence, puisque les réseaux portent en eux-mêmes les conditions de leur ordre, de leur visibilité, de leur opérativité et de leur appropriabilité. Mais c’est l’immanence qui, à son tour, tient ici lieu de transcendance, du fait de son incommensurabilité aux opérations cognitives qu’elle induit de la part de ses innumérables usagers, opérateurs et créateurs – recherche, lecture, « navigation », amplification exponentielle des réseaux.

  • 16 Ibid., p. 43.

24Autrefois, donc, ce contre quoi s’édifiait « la Bibliothèque » était la biblique « contemplation de l’ordre immuable ». Contre lui s’érigeait « la connaissance active des possibles », œuvre de « la Bibliothèque » et de sa singulière et propre « méthode bibliographique »16. Dorénavant, les pratiques réticulaires, sans s’opposer aux pratiques bibliothécaires traditionnelles, mais en les « effectivant » plutôt, sont le symptôme cognitif et social d’une externalisation nouvelle des méthodes de la pensée et de la technologie intellectuelle qui les accompagne. Parce qu’au fond, nous ne savons plus vraiment ce que nous faisons lorsque nous « cherchons », parce que nous ne pouvons plus savoir ce que nous faisons lorsque nous « cherchons » ; la vérité de « la Bibliothèque » n’est plus dans la connaissance de ses structures formelles, ni dans la maîtrise de sa rationalité architectonique, mais dans une expérience catastrophique de la discursivité : évolution des systèmes discursifs, constitution de la parole et des savoirs en forme de « nuages », formalisations successives, entrelacées mais impondérables, d’amalgames d’« objet de sens ». La vérité de « la Bibliothèque », en somme, se situe dans les incessantes mutations de cet écosystème cognitif formé par les réseaux dont la synthèse dynamique porte le nom : « Internet ».

  • 17 Ibid., p. 126.
  • 18 « La bibliographie bibliothécaire n’est pas polymathie. » (Ibid., p. 137.)

25À l’ère de l’Internet, la transmutation réticulaire de l’ancien modèle bibliothécaire résulte de l’impossibilité de passer de la « panspermie » constatée par Gabriel Naudé17 à cette polymathie qu’il suspectait de fausseté18. Ce que nous apprend, à cet égard, Robert Damien, tient au moins à deux choses. L’une, au fait que « Gabriel Naudé est naudéen », ce qui n’est pas tout à fait rien, puisqu’on peut identifier par là un modèle intellectuel fixe et déterminé de la pratique bibliothécaire et de ses effets sociaux et politiques. L’autre, au fait que « Gabriel Naudé, c’est chacun de nous ! », ce qui est plus encore, parce que nous pouvons désormais nous laisser identifier à un modèle bibliothécaire proprement singularisé, parfaitement opératoire et indéfiniment réplicable.

26Dans la continuité des travaux de Robert Damien et de l’éclairage qu’ils portent sur nos propres pratiques intellectuelles, nous inférerons que le livre est désormais en lui-même, dans sa forme numérique et réticulaire, une véritable bibliothèque virtuelle, réellement connectée à une myriade d’autres véritables bibliothèques virtuelles, celles de toutes les instances productrices d’« objets de sens » dans toute l’étendue des réseaux – où se dissipe évidemment la frontière, tout juste commode à énoncer, du « virtuel » et du « réel ». Et l’ultime paradoxe, c’est que « la Bibliothèque » ainsi formée n’est plus, à proprement parler, visitable, quoiqu’elle soit accessible, ni le livre lisible, alors même qu’il est à la fois disponible et requérable.

  • 19 Ibid., p. 134.

27C’est bien la raison pour laquelle l’Internet peut tenir lieu de « testament bibliothécaire », et c’est aussi la raison pour laquelle il ne faut pas y voir le geste anticipatoire d’une mort à venir du livre et de son espace de préservation, d’ordonnancement, de sublimation. Ce qu’il faudrait plutôt entendre par « testament » ? Le spectacle attesté et le plus contemporain que l’esprit puisse offrir de lui-même à lui-même. « L’esprit n’est plus réduit à lui-même », écrit Robert Damien19. L’artifice bibliothécaire en est bien l’instrument positif. Grâce à lui, l’esprit peut continuer, connaître l’histoire de ses sédiments, dessiner les trajectoires de ses avancées, indiquer les orientations de son futur en extériorisant l’intelligibilité technique de ses augmentations. Où, à l’évidence, au cœur des réseaux, l’on assiste aux épousailles de la pléthore et de la nescience – faut-il dire de Poros, « expédient », et de Penia, « indigence » ? Les algorithmes seuls, peut-être, détiennent la réponse à une telle question.

Notes

1 Robert Damien, Bibliothèque et État, Paris, PUF, 1995, p. 179.

2 Ibid., p. 35.

3 Ibid., p. 264.

4 Ibid., p. 29.

5 Ibid., p. 75 : « La Bibliothèque devra savoir attirer l’inédit et le curieux, l’aberrant ou le vésanique voire le banal et le vulgaire pour mieux recevoir les visions sans cesse renouvelées d’un monde désormais surabondant. »

6 Ibid., p. 65 : « L’ordre bibliothécaire, s’il doit bien être rationnel, n’est pas pour autant donné a priori dans une raison réfléchissant ses opérations et les découvrant conformes à l’ordre des choses […]. “Entreprendre” une bibliothèque consiste bien à introduire aventureusement un ordre reproductible et productif dans la disparité hétérogène des établissements bibliothécaires chargés d’organiser la dispersion des livres. » (Nous soulignons.)

7 Ibid., p. 167 : « Naudé, conservateur et pragmatique, proposera […] de conserver l’ordre institué des Facultés en respectant la division universitaire de leurs matières respectives : “Ne faisant autre estime d’un ordre ne pouvant être suivi que d’un auteur qui ne veut être entendu, je crois que le meilleur est toujours celui qui est le plus facile, le moins intrigué, le plus naturel, usité, et qui suit les Facultés […]”. »

8 Ibid., p. 124 : « C’est grâce à [la] normativité éditoriale [imprimeur, titre, lieu, date] qu’émergeront un droit civique du débat et une éthique de la controverse. Les contraintes matérielles de la référenciation interdiront les falsifications et dénaturations. […] C’est à l’État lui-même de prendre en charge la régulation pacifique du débat pour mieux assurer son absolutisme public. »

9 Ibid., pp. 70-71 : « Il n’y a rien qui ne rende une Bibliothèque recommandable que lorsqu’un chacun y trouve ce qu’il cherche, ne l’y ayant pu trouver ailleurs, étant nécessaire de poser pour maxime qu’il n’y a livre tant soit-il mauvais ou décrié, que ne soit recherché de quelqu’un avec le temps. » (Texte de Gabriel Naudé.) – Voir également p. 74 : « La valeur d’un livre n’est point intrinsèque, sa qualité est fonction des rencontres dialogiques qu’il génère. Aucun texte, quels que soient son type, son objet, sa date, sa qualité d’impression ou d’expression, la dignité reconnue ou supposée de son auteur ou de la matière traitée, son épaisseur, ne doit échapper au rassemblement [bibliothécaire]. »

10 Ibid., p. 71.

11 Ibid., p. 126. Le propos, de Gabriel Naudé, est tiré de l’Instruction à la France sur la vérité de l’Histoire des Frères de la Roze-Croix, Paris, 1623.

12 Locution désignant l’ensemble des productions publiées et donc exploitables, d’une manière ou d’une autre, aux formats numériques (textes, images, sons, mais également balises ou métadonnées).

13 Robert Damien, Éloge de l’autorité, Paris, A. Colin, 2013 (coll. Le temps des idées), p. 121.

14 On remarquera, quoique ce ne soit pas directement le propos ici, que l’« usager » se substitue désormais au « lecteur ». Manière de dire que l’expérience même de la lecture, médiatisée par l’outil diktyologique, n’est plus simplement une expérience d’assimilation méditative mais une expérience opératoire associant à la lecture l’écriture de requêtes, l’usage d’une syntaxe logico-informatique déterminée, la manipulation même d’outils informatiques venus s’immiscer entre le « lecteur » et son « objet ».

15 Cf. p. 173 : « Dans l’espace extrait, approprié, autonomisé de la bibliothèque se construit une “excentricité centrale”, ni dehors ni dedans, d’où se peut lire le monde, reflété dans les livres ordonnés de la taxinomie bibliothécaire. Aucun point de vue transcendant ne peut désormais exciper d’une universalité divine pour imposer ses sommations. »

16 Ibid., p. 43.

17 Ibid., p. 126.

18 « La bibliographie bibliothécaire n’est pas polymathie. » (Ibid., p. 137.)

19 Ibid., p. 134.

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search