Version classiqueVersion mobile

Robert Damien, du lecteur à l’électeur

 | 
Ion Cristina
, 
Éric Mougenot
, 
Thomas Boccon-Gibod

Partie 1. La matrice bibliothécaire

Chapitre I. Bibliothèque et théorie des classifications

Daniel Parrochia

Texte intégral

1Dans cet hommage rendu à Robert Damien, ami très ancien, j’ai choisi d’intervenir, en tant qu’épistémologue, sur un sujet pour lequel nous partageons un intérêt de longue date, et qui est la bibliothèque. Mais je vais relier cette question de la bibliothèque à une autre qui m’est encore plus familière et qui est la question de la classification et l’idée d’une théorie générale des classifications. Ainsi vais-je m’éloigner sans doute beaucoup de ce que fait Robert Damien, qui est plutôt un philosophe de la politique, et j’en demande excuses. Je crois cependant que je lui rendrai mieux hommage en parlant de ce que je sais – ou crois savoir – plutôt qu’en parlant de ce qui m’est totalement étranger.

  • 1 Robert Damien, Bibliothèque et État, naissance d’une raison politique dans la France du xviie siècl (...)

2La bibliothèque, Robert Damien l’a montré en étudiant l’œuvre de Gabriel Naudé au xviie siècle1, c’est le fondement de la démocratie. Parce que, dans une bibliothèque, il s’agit 1) d’accueillir dans sa diversité tout le savoir humain (les livres au lieu du Livre – la Bible), et 2) de le faire sans biais. Alors, évidemment, ce passage à une bibliothèque universelle et objective avec son fameux fichier à double entrée – ordre alphabétique et ordre des matières – est absolument essentiel, tout comme le rejet des orientations idéologiques auquel Gabriel Naudé s’est employé tout au long de sa vie (bibliothèques cléricales, nobiliaires, etc.). Robert Damien a eu l’immense mérite de débusquer ce moment fondateur de la démocratie et d’en tirer pour la philosophie politique des enseignements majeurs.

  • 2 Voir Jacques Lambert, « Classer vaut pour découvrir, coder vaut pour inventer », in Georges Canguil (...)
  • 3 Rappelons qu’un treillis est un ordre partiel, tel que toute paire d’éléments possède une même born (...)
  • 4 Robert Damien, La grâce de l’auteur, La Versanne, Encre marine, 2002.

3Force est de reconnaître, pourtant, que, du point de vue de la bibliothéconomie, les grands problèmes de la bibliothèque vont vraiment se poser plus tard, à la fin du xixe siècle, avec la construction des grandes classifications documentaires. Pourquoi ? Parce qu’une bibliothèque, ce n’est pas simplement un lieu où l’on accueille et où l’on thésaurise le savoir, c’est aussi un lieu où on doit le classer. Et, naturellement, on ne classe pas par maniaquerie ; on ne classe pas non plus simplement pour ne pas perdre : on classe pour retrouver et surtout pour inventer2. Or, au xixe siècle, on assiste à une telle prolifération du savoir qu’on aura vite besoin de types de structuration nécessairement techniques et beaucoup plus complexes que l’ordre alphabétique naudéen. L’ordre alphabétique est une classification, bien sûr, mais c’est une classification philosophiquement pauvre et mathématiquement « triviale » : l’ordre alphabétique, c’est l’ordre du dictionnaire. Mathématiquement parlant, il est sans mystère parce qu’il se réduit, en fait, à un ordre total : c’est, très exactement, un treillis vectoriel lexicographique3. Avec lui, on ne peut malheureusement pas faire grand-chose, au sens où, du point de vue de la requête, si on ne connaît pas le nom de l’auteur, on ne peut pas le retrouver, et si la matière n’est pas répertoriée ou si elle est comprise dans une autre, on n’a pas de possibilité non plus de récupérer quoi que ce soit. De plus, avec le développement du savoir, on aboutit évidemment à une explosion du nombre des auteurs. Robert Damien a expliqué dans La grâce de l’auteur que chacun, par narcissisme, croit toujours avoir quelque chose à dire et, qu’en plus, il prétend évincer les autres4. Mais au cours du xixe siècle – et ce n’est pas une question de narcissisme mais plutôt une conséquence de la complexité croissante du savoir –, on assiste à une prolifération des matières, ainsi qu’à leur enchevêtrement.

  • 5 Nous rendons compte de ces divers travaux, avec les classifications qu’ils inspirent et les référen (...)

4Classer les connaissances va alors être la grande affaire de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle, et il faut comprendre que tout ce qu’on verra apparaître de neuf à cette époque en matière taxinomique – en particulier, les grandes classifications comme la Classification Dewey, la Classification décimale universelle (CDU) de Paul Otlet et Henri La Fontaine, la « Library of Congress Classification », la « Bibliographic Classification » de Henry E. Bliss et, naturellement, la classification « Colon » de Shiyali Ranganathan – va résulter d’une réflexion théorique sur les classifications, qui se développe essentiellement dans le monde anglo-saxon avec des bibliothécaires comme James Duff Brown, Ernest Cushing Richardson, Edward Wyndham Hulme, William Charles Berwick Sayers (qui a été le professeur de Ranganathan), Bliss et quelques autres. Cette réflexion a été, à ma connaissance, peu étudiée par la philosophie française5, comme d’ailleurs tout ce qui concerne les classifications bibliothéconomiques en général.

5Pour comprendre la spécificité des classifications bibliothéconomiques, il est peut-être bon de repartir de celles des naturalistes de l’Âge classique, parce que, comme on va le voir, elles s’y opposent.

  • 6 Voir François Dagognet, Le catalogue de la vie, Paris, PUF, 1970.

6Au tournant du xviie et du xviiie siècle, en l’espace de quelques années, des hommes ont réussi cette prouesse de classer les flores, les faunes, bientôt les substances chimiques, ce qui a supposé, de Linné à Adanson et jusqu’à Lavoisier, en passant par les Tournefort, Viq d’Azyr, de Jussieu, Desfontaines, etc.6, toute une réflexion sur les classifications, d’où – pour simplifier outrageusement – on peut estimer qu’il a finalement émergé trois règles, qui vont précisément être celles que les classifications documentaires vont remettre en cause :

La première règle est un principe d’exhaustivité. Tout ce qui peut être classé doit apparaître dans le catalogue, qui doit être en principe fini et complet. Pour les substances chimiques – il y en a une centaine –, la complication restera limitée et les problèmes ne viendront pas du nombre mais de la difficulté à saisir les propriétés essentielles des corps. Pour les animaux et les plantes, où là, c’est en dizaines et en centaines de milliers d’espèces qu’il faut compter, la question du recensement est cruciale, mais l’ensemble reste encore maîtrisable. Là encore, malgré les pièges (mues, métamorphoses, vivants interrègnes, etc.), on ne rencontrera pas, en principe, de problème majeur ;

La deuxième règle de la taxinomie classique, c’est qu’il ne doit pas y avoir de classes vides dans la classification. Sinon, cela signifie qu’elle est mauvaise, au sens où l’on a créé une classe pour rien. Je dirais donc volontiers que les classifications classiques – tout comme la nature selon Aristote – « ont horreur du vide » ;

Enfin, la troisième règle est qu’aucun objet classé (animal, plante, substance chimique, etc.) ne peut apparaître dans plus d’une classe de la classification. Sinon, là encore, cela voudrait dire qu’on s’est trompé, qu’on n’a pas choisi les bons indices, ceux qui individualisent bien l’espèce ou l’individu à classer.

7Le problème est le suivant : lorsqu’on a essayé de faire avec les livres (et les autres documents) ce qu’on avait fait avec les flores et les faunes, on n’a malheureusement pas pu conserver ces règles. Quand on regarde les grandes classifications documentaires du xixe siècle, on peut faire trois constatations :

Elles obéissent généralement à un principe qui est celui de la décimalisation : concrètement, cela veut dire que ce sont des classifications potentiellement infinies : je rappelle que la décimalisation est une ventilation conventionnelle du savoir en dix classes fondamentales, dont chacune sera ensuite divisée en dix, ces sous-classes étant à leur tour subdivisées en dix, et ainsi de suite. Il y a deux avantages à procéder de la sorte : 1) le nombre des classes croît de façon régulière avec la profondeur de la classification, ce qui va faciliter la spécification (chaque sujet, notamment, sera traité à l’égal des autres et sans privilège particulier) ; 2) on va pouvoir faire des intercalations indéfiniment car il suffit pour cela de mettre une virgule (ou un point) entre deux numéros d’indices. Par exemple, entre la classe 100 et la classe 101, on peut mettre en théorie une infinité continue d’autres classes. On exploite ici tout simplement le fait qu’un nombre réel est un symbole décimal illimité non périodique. L’extension après la virgule étant indéfinie, elle garantit l’illimitation du procédé et, les nombres ne se répétant pas, sauf de manière fortuite, aucun biais ne peut s’introduire dans la classification. Par conséquent, la classification devient virtuellement infinie, et elle peut ainsi théoriquement s’adapter à l’évolution incessante du savoir. On se dit alors qu’on a résolu le problème. On était confronté à des collections non statiques. On y répond par une flexibilité sans limite de la classification. Cela semble parfait. En réalité, nous verrons qu’il n’en peut aller ainsi, pour des raisons que je détaillerai par la suite ;

Le deuxième point caractéristique des classifications documentaires est que, contrairement à celles des naturalistes, elles vont aussi laisser apparaître des classes vides aux plus hauts niveaux de leur hiérarchie : soit parce que l’évolution du savoir a fait qu’on a dû supprimer un domaine, soit parce qu’on a délibérément laissé en blanc une extension possible. C’est le cas, par exemple, dans la classification Dewey, où la classe 4, c’est-à-dire l’interface entre les sciences sociales (classe 3) et les sciences naturelles (classe 5), est laissée vacante, dans l’attente d’un hypothétique savoir qui s’installerait sur ce mixte socio-physique ou sociobiologique. On observera alors que ce point rapproche les classifications documentaires de classifications chimiques comme la classification de Dmitri Mendeleïev où la place des éka-métaux (éka-bore, éka-silicium, etc.) avait été prévue par le chimiste bien avant qu’on les synthétise en laboratoire. Effectivement, c’est un principe voisin qui est appliqué à la division du savoir. Dans les deux cas, la classification essaie incontestablement d’anticiper l’avenir ;

  • 7 Seules les classifications minéralogiques pourraient éventuellement être ici rapprochées des classi (...)

Mais il y a un troisième point où là, la différence est totale entre les classifications documentaires et les classifications des chimistes et des naturalistes. Dans les classifications documentaires, un même document, même si on ne lui associe en principe qu’un seul indice bien spécifique, va pouvoir être inscrit en différents endroits, ceci pour une raison pragmatique, à savoir : pour que les lecteurs puissent le retrouver plus facilement. Par exemple, un livre comme Le matérialisme rationnel de Gaston Bachelard va se trouver à « Bachelard », bien sûr, mais il sera aussi à « matière », à « matérialisme », à « rationnel » ou « rationalité », à « chimie » ou à « chimie moderne », etc. Il y aura une multi-inscription de l’objet. C’est inimaginable dans les classifications des naturalistes où une plante, un animal ou même un élément chimique sont nécessairement situés en un lieu et un seul7.

8Ainsi, tout cela va induire une très grande complexité par rapport à la situation naudéenne initiale étudiée par Robert Damien.

9L’ordre alphabétique des bibliothèques, des encyclopédies et des dictionnaires, encore une fois, c’est un ordre total, c’est-à-dire une structure complètement fermée pour une certaine opération de précéder (<) et avec laquelle, comme je l’ai dit, on ne peut pratiquement pas faire grand-chose.

10Les classifications linéennes admettaient déjà un degré de complexité supérieur : ce sont des hiérarchies finies de divisions successives – ce qu’on appelle, en mathématiques, des « chaînes de partitions ». Ici, l’ordre total n’est plus défini sur les éléments, mais sur des classes, ou même sur des classes de classes. C’est une structure déjà beaucoup plus élaborée.

  • 8 Il s’agit bien sûr de la deuxième diagonale (allant du haut à gauche vers le bas à droite). En effe (...)

11Encore un peu plus subtiles sont les classifications chimiques d’Antoine Lavoisier ou de Dmitri Mendeleïev car, avec elles, on a affaire à des tableaux à double entrée qui croisent deux ou plusieurs partitions : il y a par exemple une partition verticale en colonnes (les corps ayant des propriétés voisines). Il y a aussi une partition horizontale en lignes (les corps appartenant à la même période). On peut imaginer également des correspondances diagonales8. Notons au passage que c’était déjà le principe du repère cartésien, qui résultait du croisement de deux ordres. Et l’on peut bien sûr généraliser ce principe en dimension n, la limite étant seulement la lisibilité du tableau.

12Maintenant, voyons bien que, lorsqu’on passe aux classifications documentaires comme la CDU ou la Dewey, on a affaire à des hiérarchies de divisions successives encore plus complexes que les classifications des naturalistes ou des chimistes, ceci pour deux raisons :

Ces hiérarchies sont potentiellement infinies ;

  • 9 Du fait qu’un même élément peut être répertorié à des endroits différents, donc peut relever de cla (...)

Elles ne sont pas des hiérarchies de partitions à proprement parler, puisque, comme on peut avoir des intersections non vides entre les classes9, on n’a plus de « partitions », c’est-à-dire d’ensembles de classes disjointes. On a ce qu’on appelle en mathématiques des « recouvrements », c’est-à-dire des ensembles de classes empiétantes. En d’autres termes, on a partagé un ensemble en différentes classes dont l’intersection n’est pas vide mais dont l’union redonne quand même l’ensemble total. C’est la définition de la notion de recouvrement.

13Les classifications documentaires au sens du xixe siècle et du début du xxe siècle – par exemple la Dewey ou la CDU – sont donc des hiérarchies ou des chaînes de recouvrements infinies ou, en tout cas, potentiellement infinies.

  • 10 Voir Daniel Parrochia, Pierre Neuville, Towards a General Theory of Classifications, Basel, Birkhaü (...)

14Le problème auquel on aboutit alors, d’un point de vue mathématique, est tout à fait vertigineux. Faire une classification, bien entendu, c’est nécessairement partager un ensemble en privilégiant certaines divisions plutôt que d’autres. Mais, si l’on essaie de recenser toutes les divisions et hiérarchies de divisions qu’il est possible de pratiquer sur un ensemble – ce qu’on peut souhaiter vouloir faire pour comparer les différents rangements possibles et évaluer leur pertinence respective –, on est amené à se poser des questions précises. Par exemple, celle de savoir combien, sur un même ensemble, on peut définir de classifications différentes possibles et quelle est la structure de l’ensemble de ces classifications possibles sur cet ensemble. Dans le cas des classifications documentaires, cela revient à comparer des hiérarchies infinies de recouvrements. Et la réponse aux questions que je viens de poser est particulièrement difficile. À ma connaissance, jusqu’à très récemment10, la réponse n’était pas connue. Je pense même que ce genre de questions n’était même pas posé.

15Mais revenons au problème proprement bibliothéconomique : le rangement des livres et autres documents bibliographiques.

16Malgré les structures astucieuses introduites par les bibliothécaires du xixe et du début du xxe siècle, il est apparu que les classifications décimales avaient beaucoup d’inconvénients.

  • 11 Georges Pérec, Penser/classer, Paris, Hachette, 1985.

17Le plus flagrant est celui de se transformer assez vite en nomenclature. Rappelons que, entre 1876 et 1980, la Dewey passe de 1 000 indices à plus de 20 000. Bien entendu, on n’a pas manqué de souligner que, dans ces indices, il y avait à peu près tout et n’importe quoi, et que, lorsqu’on allait de l’un à l’autre, on sautait souvent, pour ainsi dire, du coq à l’âne. L’écrivain Georges Pérec11 a fait des remarques aussi désopilantes que dévastatrices à ce sujet. Je ne reprendrai pas ici ses critiques, un peu trop faciles.

  • 12 Emmanuel Kant, Logique, tr. fr. Paris, Vrin, 1970, p. 47 : « Avec le développement de la mathématiq (...)

18Une observation voisine est que les classifications décimales, pour intégrer l’avenir, effectivement se transforment, mais toujours dans le même sens, c’est-à-dire dans le sens d’un découpage de plus en plus fin et qui peut même aller jusqu’à l’émiettement. Or la connaissance ne progresse pas simplement par approfondissement ou raffinement. Il arrive aussi, comme l’avait déjà remarqué Kant, à la suite de D’Alembert et même de Leibniz, qu’il y ait des refontes du savoir, ce qui d’ailleurs est la source d’économie du point de vue de la pensée12. Simple illustration du problème : comment situer aujourd’hui, dans une classification décimale du type Dewey ou CDU, une discipline comme les « sciences cognitives » ? Dans une classification décimale, la neurologie est d’un côté, la psychologie d’un autre, la logique d’un troisième, la philosophie est tout à fait à part, etc. : il n’y a en réalité aucune chance pour qu’un regroupement articulé de ces disciplines puisse se faire en un même lieu. Donc, on voit bien les limites du procédé de décimalisation : l’avenir est inscrit dans le tableau, oui, peut-être, mais pas n’importe quel avenir, et du coup, il y a des configurations nouvelles du savoir qui tombent en dehors du tableau ou, en tout cas, qui ne sont pas facilement situables en lui.

19Mais bien d’autres critiques ont été formulées à l’encontre des classifications décimales : rigidité des classes fondamentales, manque de liaison entre les sujets, impossibilité d’indexer des sujets modernes, orientation idéologique de la classification, etc.

  • 13 Sheila Intner, Jean Weihs, Standard Cataloging for School and Public Libraries, 4e ed., Chicago, Li (...)

20Considérons seulement la dernière de ces critiques : l’orientation idéologique de la classification. Orientation idéologique, oui, parce que, malgré Gabriel Naudé – malgré Robert Damien, devrais-je dire, et son magnifique plaidoyer universaliste – et comme l’ont montré deux bibliothécaires américains et canadiens, Sheila Intner et Jean Weihs13, les classifications du xixe siècle continuent d’être biaisées : qu’on le veuille ou non, elles ont tendance à refléter « une vision occidentale, chrétienne, mâle et blanche » de l’univers. D’ailleurs – remarquons-le au passage –, l’alphabet naudéen n’avait déjà rien d’universel, puisqu’il existe des langues sans alphabet. Le chinois, par exemple, est fait d’idéogrammes. Évidemment, il y a des « clés » qui permettent de les décomposer, mais l’ordre des idéogrammes est un autre procédé que l’ordre alphabétique et, jusqu’à l’apparition des procédés de transcriptions alphabétiques de la langue (notamment le pinyin, désormais canonique en Chine continentale), les dictionnaires chinois n’avaient rien de commun avec les dictionnaires occidentaux.

21Refermons cette parenthèse. Que faire contre les autres critiques des classifications décimales (rigidité, manque de liaison, etc.) ? Pour vider la querelle, les bibliothécaires ont tenté, bien sûr, d’assouplir ces structures et de mettre du lien entre des secteurs différents des classifications. On a introduit des tables, des symboles de jonction (comme la barre oblique ou les deux points), qui permettent de réunir ensemble des domaines séparés. On a également inséré des crochets et des parenthèses qui vont permettre de générer un embryon d’algèbre, et également de construire des indices plus complexes. Je n’entre pas dans ces détails – en réalité très techniques.

  • 14 Shiyali R. Ranganathan, Colon Classification, Madras, Madras Library Association, 1st ed. 1933 ; Sh (...)

22On va d’autant plus vite introduire ces améliorations qu’une autre forme de classification en assurait déjà la promotion, celle qu’avait mise en chantier le fameux bibliothécaire indien Shiyali Ramamrita Ranganathan, dans les années 1920, avec ce qu’il avait appelé la « classification à facettes » ou « classification colon »14 (nommée ainsi à cause de l’usage qu’elle faisait des deux points, colon en anglais). Shiyali Ranganathan était au départ professeur de mathématiques dans un collège. Il ne connaissait absolument rien à la bibliothèque ni aux classifications lorsqu’il lui fut demandé de prendre en charge la bibliothèque de l’université de Madras en Inde. Il dut donc tout apprendre en partant de rien, et sa chance fut de pouvoir suivre des cours à la School of librarianship de l’University College de Londres. C’est là, explique-t-il souvent, qu’il connut à la fois le « charme » et aussi les « limites » des classifications existantes. Et c’est précisément pour dépasser ces limites qu’il créa cette forme nouvelle de classification qu’est la classification à facettes. Le principe en est le suivant : au lieu d’utiliser une hiérarchie entièrement préétablie de catégories définies à l’avance, comme dans les classifications décimales, on va construire ici librement, à partir de ces éléments de bases que sont les « facettes », et par un processus purement combinatoire de type « Meccano », les indices complexes dont on a besoin. Qu’est-ce qu’une « facette » ? C’est tout simplement un aspect d’un sujet : par exemple, le sujet « littérature » peut être examiné selon la facette « langage », et il est divisé alors selon les différentes langues (anglais, allemand, français, etc.). Mais il peut être examiné aussi selon la facette « forme », et, à ce moment-là, il éclate en « poésie », « drame », « fiction », etc. Des termes comme « anglais », « allemand », « poésie », « drame », etc. sont appelés par Shiyali Ranganathan des « isolats ». Les isolats suivent une règle essentielle qui est que chacun d’entre eux, dans chaque facette, est la manifestation d’une catégorie fondamentale et d’une seule de la classification colon. Il y a cinq catégories de ce genre : Personnalité, Matière, Énergie, Espace (Space en anglais) et Temps. C’est le fameux schème PMEST. Tous les sujets n’ont pas besoin d’être examinés selon ces cinq catégories à la fois. Ils peuvent très bien en exiger moins. En revanche, certains sujets, à l’intérieur d’une même catégorie, peuvent requérir plus d’une facette ou d’une sous-facette pour être correctement décrits. Pour éviter toute confusion, quand on combine plusieurs facettes de différents niveaux, le classificateur a besoin de signes de relation pour les assembler : ce sera, par exemple, les célèbres deux points (colon en anglais), mais aussi la virgule, le point-virgule ou encore d’autres signes de ponctuation que Shiyali Ranganathan a introduits ultérieurement. Donnons, sur un exemple, une idée du fonctionnement de cette classification : supposons un livre intitulé La gestion de l’éducation élémentaire au Royaume-Uni dans les années 1950. Pour un tel sujet, « Éducation » sera la facette de base, elle se rattachera à l’une des catégories fondamentales du schème général, la catégorie T comme « Temps ». Maintenant, on rattachera les autres éléments à d’autres facettes, par exemple la catégorie « Énergie » pour « gestion », la facette « Espace » pour « Royaume-Uni », etc. L’ensemble formera un indice unique dont les éléments seront connectés tantôt par deux points, tantôt par un point, tantôt par une virgule ou une virgule inversée, etc.

  • 15 Emmanuel Kant, Logique, op. cit., p. 158. Selon le philosophe, un même sujet peut être co-divisé de (...)

23Cette classification colon présente alors un double avantage : d’une part, un même domaine peut être co-divisé de différentes façons selon les facettes ou sous-facettes sous lesquelles on le regarde (Emmanuel Kant avait déjà décrit cette possibilité dans sa Logique15) ; et, d’autre part, l’indice qu’on cherche pour le sujet qui est à classer est construit spécifiquement pour lui, par un procédé combinatoire qui est à chaque fois inédit. Ceci permet de faire coller au maximum la classification avec les refontes périodiques du savoir.

  • 16 Éric de Grolier, Études sur les catégories générales applicables aux classifications et codificatio (...)

24Il reste que, malgré ces avancées, la classification de Shiyali Ranganathan n’a pas vraiment convaincu : 1º) elle laisse subsister des classes fondamentales toujours contestables (quarante-deux au départ, mais beaucoup plus par la suite) – classes qui portent à la fois l’empreinte du temps et de l’espace, peut-être aussi de la culture (indienne) de Shiyali Ranganathan, c’est ce qu’on a pu reprocher à ses cinq supercatégories fondamentales ; 2º) la combinatoire suppose une certaine invariance qui n’est pas toujours respectée. En réalité, le procédé d’indexation de Shiyali Ranganathan réclame que les éléments fondamentaux qu’on combine puissent être associés dans n’importe quel ordre. Or ceci suppose, mathématiquement, l’existence d’un groupe de symétrie dont nous avons montré, Pierre Neuville et moi, qu’il n’existait pas toujours. J’ajouterai que, malgré les recherches qui ont eu lieu sur la classification à facettes jusqu’à la mort de Shiyali Ranganathan, celle-ci n’a pas vraiment réussi à s’imposer. De son vivant, Shiyali Ranganathan avait initié un groupe de recherche sur la classification à facettes, le Classification Research Group qu’il avait constitué avec des bibliothécaires américains et anglais célèbres des années 1960 (je pense à Jason Farradane, Robert Fairthorne, Brian Vickery, Douglas Foskett et quelques autres). Mais même en Inde, même à Madras, c’est-à-dire chez Shiyali Ranganathan lui-même, la classification colon est restée pratiquement lettre morte. Elle a d’ailleurs reçu beaucoup de critiques, y compris de bibliothécaires français comme Éric de Grolier16, par exemple.

25Je m’achemine vers ma conclusion.

26Si je fais le bilan de ce que je viens de dire, je suis obligé de constater que la forme de la classification des connaissances, l’ordonnancement du savoir et les langages documentaires associés à la bibliothèque sont des éléments qui ont beaucoup évolué au cours de l’histoire.

27Comme je l’ai montré, on s’est vite éloigné du simple rangement alphabétique naudéen, mais ni les classifications décimales, ni même la classification à facettes de Shiyali Ranganathan n’ont réussi à venir à bout du problème : les bibliothécaires n’ont pas (ou pas entièrement) réussi la prouesse des naturalistes : dresser ce qu’on pourrait appeler, en transposant le titre d’un livre de François Dagognet, un « catalogue de la vie de l’esprit ». Comme le noumène kantien, le bibliomène bachelardien – c’est-à-dire l’être même du livre si l’on en croit Robert Damien – est resté, en partie, inaccessible.

  • 17 Je laisse bien sûr de côté les autres aspects d’Internet qui est, comme tout réseau de communicatio (...)

28Le savoir moderne (proliférant, complexe, interférant) a d’ailleurs réclamé, ces cinquante dernières années, qu’on change complètement de modèle : le relationnel-réticulé (le réseau) a pris le relais des arbres et de la combinatoire restreinte. Avec le développement de l’informatique, de nouveaux langages (les langages documentaires et les langages d’indexation) sont apparus. Avec la révolution numérique et le développement des réseaux téléinformatiques, le support concret de la bibliothèque et ses architectures rigides ont même eu tendance à perdre de l’importance : aujourd’hui, la bibliothèque devient de plus en plus une « bibliothèque virtuelle », à la fois omniprésente et distribuée – une bibliothèque-monde. Ainsi, peut-être un vieux rêve leibnizien et borgesien est-il en passe de s’accomplir ? En même temps un grand péril, probablement, menace la bibliothèque : l’éclatement, la babélisation, voire le chaos informationnel. Si l’on prend le cas d’Internet – je me restreins évidemment à la partie de ce réseau qui pourrait, de loin, s’identifier à un ensemble de ressources bibliographiques comparables au fichier d’une « superbibliothèque »17 –, on a affaire à un méli-mélo épouvantable et, en ce sens, à une très, très mauvaise classification si on l’évalue selon les anciens critères.

  • 18 Comme nous l’avons montré, Pierre Neuville et moi, elle est difficile à constituer, car elle devrai (...)

29Je ne vise pas, par ces propos, l’existence d’un chaos seulement apparent, qui serait démenti par l’existence de techniques de rangement invisibles bien réelles. Nous disposons naturellement aujourd’hui, avec les réseaux sémantiques et leurs moteurs de recherche associés, de langages d’une très grande richesse qui, du point de vue de la recherche et de la restitution de documents, sont assez puissants pour permettre d’assurer la classification et de satisfaire la plupart des requêtes. Le problème est ailleurs : il tient dans le fait que ces langages réticulaires sont parfois trop puissants. En effet, le propre d’un réseau ou d’un graphe est de retenir une information pléthorique, grâce aux multiples liaisons qui sont rendues possibles par la structure. Or l’exhaustivité, qui n’est jamais totale, n’est pas un bien en soi, une information non structurée n’étant pas toujours utile. De plus, nous avons besoin de réponses simples. Donc il nous faut toujours passer, à un moment ou à un autre, de cette richesse pléthorique que donne le graphe quasi complet des références possibles à une information exploitable. Et là, nous retrouvons typiquement des questions taxinomiques voisines de celles dont nous étions partis parce qu’il va falloir tronquer la structure initiale selon des critères dont aucun, en fait, n’est indiscutable. Une bonne algèbre des classifications serait évidemment de bien loin préférable18.

30Alors comment projeter, sans la déformer, une information multidimensionnelle de façon à la rendre utilisable ? Comment comparer des classifications ou des rangements différents ? Comment choisir, entre diverses structurations possibles d’un savoir, celle qui semble la meilleure ? Qu’est-ce, finalement, qu’un indice taxinomique et quelle est la structure qui explique le glissement toujours possible d’un indice à un autre ?

  • 19 Le mot « classification » est entendu ici au sens large et enveloppe toutes les formes possibles de (...)

31Toutes ces questions, et bien d’autres, qui concernent au plus haut point la bibliothèque, continuent de relever aujourd’hui du champ de ce qu’on pourrait appeler une « théorie générale des classifications »19, dans laquelle on étudierait, comparerait et situerait toutes les structures les unes par rapport aux autres à l’intérieur d’un même domaine que nous avons appelé – Pierre Neuville et moi – une « méta-classification », et qui nous donnerait en fait, à défaut d’un bibliomène métrique (parce qu’il s’agit, en réalité, comme nous l’avons montré, d’une topologie sans métrique), du moins un cadre pour continuer d’aborder les problèmes dans une perspective rationnelle. C’est dans cette voie qu’on pourrait dire post-naudéenne, que, personnellement, je travaille. Mais je n’ai aucune peine à dire et à reconnaître, encore une fois, que l’apport de Robert Damien a été essentiel pour mettre en lumière le fondement même de la bibliothèque et son sens à la fois philosophique et politique.

Notes

1 Robert Damien, Bibliothèque et État, naissance d’une raison politique dans la France du xviie siècle, Paris, PUF, 1995.

2 Voir Jacques Lambert, « Classer vaut pour découvrir, coder vaut pour inventer », in Georges Canguilhem (éd.), Anatomie d’un épistémologue, F. Dagognet, Paris, Vrin, 1984, pp. 23-35.

3 Rappelons qu’un treillis est un ordre partiel, tel que toute paire d’éléments possède une même borne inférieure et une même borne supérieure. Un treillis vectoriel est un produit de n ensembles ordonnés par une relation de précéder. Il est « lexicographique » s’il se réduit à un ordre total. Sur la notion de treillis vectoriel lexicographique, voir Arnold Kaufmann, Introduction à la théorie des sous-ensembles flous, tome I, Paris, Masson, 1973, p. 310.

4 Robert Damien, La grâce de l’auteur, La Versanne, Encre marine, 2002.

5 Nous rendons compte de ces divers travaux, avec les classifications qu’ils inspirent et les références bibliographiques qui leurs sont associées, trop nombreuses pour être reprises ici, dans : Daniel Parrochia, Pierre Neuville, Taxinomie et réalité, vers une métaclassification, Londres, Iste, 2014.

6 Voir François Dagognet, Le catalogue de la vie, Paris, PUF, 1970.

7 Seules les classifications minéralogiques pourraient éventuellement être ici rapprochées des classifications blibliothéconomiques, comme l’a d’ailleurs judicieusement remarqué François Dagognet. Cf. François Dagognet, « Problèmes et difficultés de certaines classifications exemplaires », préf. Henri Jean Martin, Revue française d’histoire du livre, 1972, vol. 2, pp. 251-261.

8 Il s’agit bien sûr de la deuxième diagonale (allant du haut à gauche vers le bas à droite). En effet, parcourir une période vers la droite et descendre le long d’une colonne se traduisent de façon opposée sur la couche de valence des atomes, à savoir, respectivement, par une diminution et une augmentation du rayon atomique et, corrélativement, respectivement, par une augmentation et une diminution de l’électronégativité. Il s’ensuit donc nécessairement certaines similitudes entre éléments diagonaux, qui pourtant ne partagent ni la même période ni le même groupe. Voir en particulier Desmond Grosvenor Cooper, La classification périodique des éléments chimiques, Paris, Dunod, 1967.

9 Du fait qu’un même élément peut être répertorié à des endroits différents, donc peut relever de classes différentes.

10 Voir Daniel Parrochia, Pierre Neuville, Towards a General Theory of Classifications, Basel, Birkhaüser-Springer, 2013.

11 Georges Pérec, Penser/classer, Paris, Hachette, 1985.

12 Emmanuel Kant, Logique, tr. fr. Paris, Vrin, 1970, p. 47 : « Avec le développement de la mathématique, de l’histoire naturelle, etc., ce seront de nouvelles méthodes qui seront découvertes, propres à condenser le savoir antérieur et à rendre superflus quantité de livres. De la découverte de telles méthodes et de tels principes nouveaux dépend la possibilité que nous soyons à même, grâce à eux, de tout découvrir par nous-mêmes à notre gré, sans accabler la mémoire. »

13 Sheila Intner, Jean Weihs, Standard Cataloging for School and Public Libraries, 4e ed., Chicago, Libraries Unlimited, 2007.

14 Shiyali R. Ranganathan, Colon Classification, Madras, Madras Library Association, 1st ed. 1933 ; Shiyali R. Ranganathan, Prolegomena to Library Classification (1937), rééd. New Delhi, Ess Pub., 2006.

15 Emmanuel Kant, Logique, op. cit., p. 158. Selon le philosophe, un même sujet peut être co-divisé de plusieurs manières et la co-division d’un sujet « va à l’infini, spécialement dans les concepts de l’expérience, car qui peut épuiser toutes les relations des concepts ? ».

16 Éric de Grolier, Études sur les catégories générales applicables aux classifications et codifications documentaires, Paris, Unesco, 1962.

17 Je laisse bien sûr de côté les autres aspects d’Internet qui est, comme tout réseau de communication, une auberge espagnole.

18 Comme nous l’avons montré, Pierre Neuville et moi, elle est difficile à constituer, car elle devrait être rigoureusement non associative. Or la plupart des structures mathématiques connues sont précisément associatives…

19 Le mot « classification » est entendu ici au sens large et enveloppe toutes les formes possibles de classifications, nettes, floues, empiétantes, finies, infinies, etc., sans compter les ordres partiels ou totaux, eux-mêmes généralisables de toutes les manières possibles.

Auteur

Professeur à l’université Jean Moulin Lyon 3

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search