Version classiqueVersion mobile

Robert Damien, du lecteur à l’électeur

 | 
Ion Cristina
, 
Éric Mougenot
, 
Thomas Boccon-Gibod

Partie 1. La matrice bibliothécaire

Introduction

Michel Melot

Texte intégral

1Il convient de rendre hommage aux travaux de Robert Damien sous leur aspect plus contemporain en ce qu’ils concernent la numérisation. Avec Robert Damien, les bibliothécaires ont trouvé leur philosophe. Il était temps, car les bibliothécaires sont souvent considérés comme des subalternes, des intellectuels surnuméraires et voici quelqu’un qui nous dit que les bibliothèques sont le socle de la civilisation, sa matrice, au cœur du processus démocratique. C’est une institution éminemment politique. Cela nous rassure et nous réchauffe. C’est pourquoi les bibliothécaires aiment beaucoup Robert Damien.

2Ces propositions ont pour corollaire une pratique de l’autorité et Robert Damien nous montre dans son dernier livre que l’autorité n’est jamais naturelle : l’autorité, cela se construit. Qu’en est-il de ces propositions à une époque où tout est en train de changer dans les bibliothèques : leurs architectures, leurs missions et leurs modes de fonctionnement ?

3Aux deux experts ici convoqués revient donc de répondre à une même série de questions : y a-t-il une « matrice numérique » comme il y a une matrice bibliothécaire qui, pour Robert Damien, est évidemment positive puisque c’est elle qui permet le débat et la liberté de penser, en un mot qui lui est cher : le discernement ? Cette matrice numérique a-t-elle les mêmes vertus que la « matrice bibliothécaire » ? Autre question : quid de l’autorité dans un processus guidé par des robots ? De quoi les robots sont-ils responsables ? Et surtout : qui est responsable des robots ?

4Robert Damien n’est pas stricto sensu un spécialiste du numérique mais il ne s’en est pas désintéressé, notamment dans son article intitulé « Pour un nouvel esprit bibliothécaire », pour savoir comment se comporte la bibliothèque dans ce nouveau milieu. Cet article montre la situation contradictoire dans laquelle se trouvent aujourd’hui les bibliothèques, situation à la fois bénéfique et inquiétante. Robert Damien fait lui-même le lien : « Les moteurs de recherche sont bien des matrices d’autorité qui sélectionnent une hiérarchie du savoir-faire et du faire-savoir », ce qui est un peu inquiétant puisque, dit-il encore : « Par ces machines nous sommes formatés. » C’est d’ailleurs ce qu’on a dit du livre et des bibliothèques. Mais dans une autre phrase, il fait le contrepoids : « La bibliothèque numérique “ne supprime pas la lecture, elle multiplie les pratiques de lisibilité et les instruments de textualité.” » Il termine par une formule qui me semble tout résumer : « Le lecteur est devenu lui-même un bibliothécaire. » Grâce à la richesse des instruments nouveaux, leurs techniques et leurs contraintes, nous sommes tous nécessairement devenus notre propre bibliothécaire.

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search