Version classiqueVersion mobile

Robert Damien, du lecteur à l’électeur

 | 
Ion Cristina
, 
Éric Mougenot
, 
Thomas Boccon-Gibod

Présentation

Thomas Boccon-Gibod

Texte intégral

  • 1 « Robert Damien, du lecteur à l’électeur », Paris, Bibliothèque nationale de France, 29 novembre 20 (...)

1Les études réunies dans ce volume sont l’expression d’un colloque tenu en 2014 autour de l’œuvre de Robert Damien1 ; il s’agit de lui rendre hommage en en éclairant, en discutant et en prolongeant les divers aspects.

2Dans la tradition bachelardienne d’une érudition généreuse au service d’une curiosité toujours en éveil, Robert Damien a développé une réflexion politique originale appuyée sur une interrogation tout à fait renouvelée du problème classique et central de la vérité en politique. Cette question, il l’a abordée initialement de manière historique et technique, en s’interrogeant, là encore dans la continuité des travaux de l’École française d’histoire des sciences, sur les instruments au moyen desquels une telle vérité peut se constituer et apparaître. C’est ce qui l’a conduit à dévoiler l’importance cruciale de la bibliothèque, qui s’impose à l’âge classique comme lieu d’une reconfiguration du savoir légitime. Seul face à la multiplicité des livres, qui se rangent sous son regard selon l’arbitraire absolu de l’ordre alphabétique, le lecteur fait alors l’expérience d’une liberté dont ses prédécesseurs, soumis à l’autorité du Livre unique, réceptacle de la parole divine, ne pouvaient avoir l’idée. Le ré-ordonnancement indéfini du savoir selon l’expérience singulière des lecteurs, dans ce nouveau lieu sacré où des objets cultuels d’un genre nouveau paraissent attendre en silence qu’un novice accomplisse à son tour la liturgie qui leur conférera leur sens, devait ouvrir l’autorité politique à une multiplicité de fondements, dans l’espace nouveau d’une discussion sans fin. Outrepassant son rôle purement instrumental, la bibliothèque peut en ce sens être vue comme le lieu central et finalement sacré où se forme, pour Robert Damien, une expérience intellectuelle radicalement neuve qui confère à la vie politique moderne une dimension véritablement spirituelle.

3C’est pourquoi aussi les transformations de cette institution typiquement moderne sont riches d’enseignements quant à la nature des sociétés actuelles et à venir. Aussi les deux parties de ce recueil s’attachent-elles tour à tour aux deux aspects de la réflexion de Robert Damien : les transformations de l’ordre bibliothécaire à l’heure des nouvelles technologies de classement et de communication, et les mutations de l’autorité dans nos sociétés démocratiques.

4Michel Melot ouvre la première partie, « La matrice bibliothécaire », en rappelant les principaux enjeux contemporains de la pensée de la bibliothèque. Daniel Parrochia, dans « Bibliothèque et théorie des classifications », affronte alors en épistémologue le problème crucial du classement des ouvrages, en confrontant les instruments classiques aux méthodes plus récentes, ce qui le conduit à formuler le projet particulièrement ambitieux d’une théorie générale des classifications. Reprenant quant à lui la position historienne de Robert Damien, Paul Mathias revient alors, dans « Le testament bibliothécaire », sur son analyse de la bibliothèque classique dans l’œuvre de Gabriel Naudé, pour s’interroger sur la possibilité, à l’heure de la mise en réseau des savoirs, d’un « affaissement » de l’institution à nous léguée par le théoricien de la raison d’État à l’heure où le classement moderne des savoirs semble voué à rester le secret des algorithmes des moteurs de recherche. Ce sont précisément les nouveaux réseaux de communication et d’information qui constituent l’objet, « De la bibliothèque à l’Internet : la matrice réticulaire ». Pour cette dernière, il convient en effet de prendre la mesure des transformations induites par le réseau dans les modalités de l’accès au savoir, et elle plaide en ce sens pour l’avènement d’une véritable « culture numérique » passant par la maîtrise de ces nouveaux médiateurs du savoir que sont les ordinateurs et les moteurs de recherche. Concluant cette première partie, Baldine Saint-Girons revient sur un autre legs bachelardien dans l’étude de la bibliothèque, le rôle de l’imaginaire, au moyen d’une formule qu’elle emprunte à Robert Damien : « La lecture, c’est les yeux ouverts du rêve. »

5La seconde partie du volume, « Le principe autorité », se concentre alors directement sur la dimension proprement politique de la réflexion de Robert Damien, reconnaissant que la bibliothèque fut à vrai dire le premier jalon d’une réflexion ambitieuse sur l’autorité, qui accorde aux institutions une place centrale dans la vie sociale. Dans son texte liminaire, Régis Debray éclaire les enjeux théoriques sinon anthropologiques d’une telle plongée dans le problème à la fois central et occulté de l’autorité. Pour en commencer l’étude, Robert Dumas, dans un texte qui mêle les souvenirs biographiques à l’analyse textuelle, évoque d’abord, dans « Robert Damien, essai transformé », les principaux jalons d’une réflexion qui mena son auteur de l’étude de la bibliothèque à une nouvelle théorie de l’autorité. Frédéric Brahami, dans « Le chef démocratique », explore plus précisément la manière dont Robert Damien subvertit les figures classiquement autoritaires du chef pour mieux en faire ressortir la nécessité en régime démocratique. Dans la même perspective, avec « L’art de conseiller », Pierre-Yves Quiviger met en lumière quant à lui « la diagonalité de Robert Damien » dans la réflexion politique, position singulière qui tient plutôt d’un véritable art du mouvement et qui réside essentiellement, en l’occurrence, dans la réhabilitation du savoir du conseiller face au paradigme volontariste, lequel conduit la réflexion démocratique dans une forme d’impasse.

6Pierre Chédeville peut alors mettre en lumière un nouveau terreau qui révèle la fécondité des concepts de Robert Damien, y voyant « une pensée pour une entreprise eutopique ». À la lumière notamment des crises récentes du monde économique, il montre comment la réflexion politique gagne à éclairer ces institutions centrales du monde moderne que sont les entreprises. Se situant à un plus haut niveau de généralité, mais cherchant lui aussi à traduire les intuitions de Robert Damien en concepts pratiques opératoires, Pierre Livet, avec « Autorité et révisions : émotions et démocratie », s’essaye à prolonger sa théorie d’une autorité rendue démocratique par sa dimension révisable, en mettant en lumière le rôle crucial des émotions dans la rationalité politique.

7Enfin, la troisième partie laisse la parole à Robert Damien avec deux textes qui reprennent la double dimension de son œuvre, entre bibliothèque et politique, dans la figure du conseil. Une bibliographie reprend ainsi, en conclusion, l’ensemble des travaux publiés de Robert Damien.

Notes

1 « Robert Damien, du lecteur à l’électeur », Paris, Bibliothèque nationale de France, 29 novembre 2014.

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search