Version classiqueVersion mobile

Robert Damien, du lecteur à l’électeur

 | 
Ion Cristina
, 
Éric Mougenot
, 
Thomas Boccon-Gibod

Avant-propos

Denis Bruckmann

Texte intégral

1C’est évidemment un honneur et un privilège d’ouvrir ce volume d’hommage à Robert Damien ; on me permettra de me limiter à un propos d’ordre personnel, presque une confidence.

2Pour moi, Robert Damien est d’abord, vous le comprendrez, le philosophe de la bibliothèque.

3Il y a plus de trente ans, j’ai fait le choix de ce métier par passion pour la culture, pour le service public, par goût pour les bibliothèques. Je sais, j’ai toujours su, que ce goût a quelque chose d’irrationnel. J’ai toujours été persuadé que l’institution bibliothèque a un envers, ou un au-delà, comme on voudra, qu’elle s’enracine très loin dans la psyché, le sacré, le politique, la métaphysique… et en particulier les bibliothèques nationales – j’ai très tôt intégré la Bibliothèque nationale (BN) – qui ont souvent à la fois un lien fort à l’histoire de leur pays et ouvrent une perspective sur l’universel. Bien sûr je connaissais quelques grands textes littéraires ou politiques autour de la bibliothèque, de Gabriel Naudé à Eugène Morel ou de Victor Hugo à Umberto Eco en passant par Jorge Luis Borges, mais ils ne consolidaient mon intuition que par bribes. Mes échanges avec mes collègues sur ces sujets étaient pour le moins peu fertiles… Vous le savez, les bibliothécaires sont des êtres très rationnels, plutôt gens de savoir que de saveur…

4Puis Robert Damien vint. J’ai découvert sa pensée dans certaines de ses interventions publiques, puis par ses livres et d’abord La grâce de l’auteur, publié en 2002 aux éditions Encre Marine. J’ai tout de suite été impressionné par sa capacité à se saisir globalement de la bibliothèque comme institution, à la faire raisonner – et résonner dans les multiples dimensions que j’évoquais plus haut –, à la relire pour le passé mais aussi à la projeter dans l’avenir, notamment par cette réflexion si fertile sur la « bibliothécation » de la société, qui me semble extraordinairement prémonitoire. La bibliothèque est bien un monde en soi, je peux en témoigner comme conservateur de la Bibliothèque nationale de France (BnF)… Et quand on voit comment le numérique fait vivre chacun dans un univers de flux et d’archives, avec des préoccupations croissantes de fichiers, de classement, de référencement, de recherche, de sauvegarde, on en arrive à penser que le monde est bien à son tour en train de devenir une bibliothèque…

5Au seuil de ce volume, je voudrais donc tout simplement et amicalement adresser mes remerciements à Robert Damien. Il m’a fait plus intelligent (ou moins bête…) dans l’appréhension de l’institution dans laquelle, pour laquelle je travaille, il m’a fait moins seul face à mes intuitions, m’a permis de les partager, et de les étayer.

6Je crois pouvoir dire qu’à travers moi, c’est toute la communauté des professionnels des bibliothèques qui lui expriment sa reconnaissance pour sa pensée. Pour nous tous, il a singulièrement éclairé l’enjeu de la bibliothèque, sa profondeur, sa mélancolie, son universalité, sa portée politique et métaphysique. C’est un grand bonheur d’être pensé par lui.

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search