Version classiqueVersion mobile

Organiser des résidences artistiques et littéraires en bibliothèque

 | 
Claire Castan
, 
Hélène Glaizes

Partie 3. Extraits de blogs, récits, romans, témoignages

Extraits de blogs, récits, romans, témoignages1

Résumé

Et chez les auteur.es, comment se passe la résidence ? Quel en est l’impact sur le processus de création, voire sur leur imaginaire artistique ? Nombre de textes témoignent sur le sujet, expliquent en quoi, et de quelles façons, ce temps suspendu, dédié à la création, influe sur l’écriture. Certain.es se sentent « en résidence » dès la signature de la convention, d’autres se vivent comme observateurs et observatrices d’un monde, un territoire, des personnes rencontrées.

Souvent positif, parfois négatif aussi, rarement indifférent, le retour des auteur.es sur la résidence permet une mise en miroir des différentes contributions proposées dans cet ouvrage.

Cette sélection, subjective et fragmentaire, établie au fil des mémoires des contributeurs et des contributrices de ce livre, nous semble intéressante à proposer pour faire un pas de côté sur la construction concrète de son projet de résidence dans sa bibliothèque. Elle permet de se placer de l’autre côté du miroir, celui des auteur.es justement, que nous entraînons dans nos propres projets qui constituent le cœur même du projet résidentiel.

Texte intégral

Quelques extraits

  • 1 NDE : Une sélection établie par les contributeurs et les contributrices de ce livre. Nous remercio (...)

1Gilles Abier, Thomas Scotto et Cathy Ytak, L’atelier du trio, Résidence d’écriture Conseil départemental de la Dordogne, Collège de Neuvic-sur-l’Isle, 2016-2017.

Extrait du blog En résidence d’écriture à Neuvic, Dordogne, 2016. <http://residence.atelier-du-trio.net/​> :

Quelles sont les émotions que vous préférez partager dans vos livres ?

Toute la semaine, rencontrer des élèves…

Les voir ce matin, en première heure de cours, bien présents. Les 4e Anita Conti me font le cadeau de leur écoute et de leur curiosité attentive.

Parler des émotions qui nous traversent, dans la vie, dans les livres.

Et comment ils se construisent, ces livres, et ce que les mots disent et pourquoi.

Ce que c’est qu’une vie d’écriture, aussi. Entre contraintes et liberté.

La liberté de se choisir une vie qui n’est pas de sentiers battus.

Écouter leur rêve pour demain, avec l’envie de garder pour eux des portes grandes ouvertes.

Terminer cette petite heure bien remplie par évoquer Anita Conti, première femme océanographe et photographe qui a laissé un héritage de plus de 45 000 photos, dont beaucoup portent sur le milieu ouvrier et marin.

Alors, les émotions partagées, ce matin, étaient de joie et de plaisir…

Demain, d’autres rencontres… jusqu’à vendredi.

Cathy Ytak, résidence au collège de Neuvic en 2016 et 2017

2Les 6A…

Tôt ce matin, je vous ai dit :

Cette semaine de rencontres se termine… par où tout a commencé.

Parce que vous êtes devenus la 6ème Anne Sylvestre.

Elle qui chante encore dans mon enfance entière.

Vous qui avez tant de bonheurs à écouter !

Elle qui dit :

« Écrire pour ne pas mourir

Écrire sagesse ou délire

Écrire pour tenter de dire

Dire tout ce qui m’a blessée

Dire tout ce qui m’a sauvée

Écrire et me débarrasser… »

Vous qui, pendant une heure,

Comme la 6B Virginia Woolf, la 6C Romy Schneider,

et la 4C Jo Hoestlandt

M’avez « inventé quelques rêves

De ceux qui empêchent qu’on crève

Quand l’écriture un jour s’achève »

Thomas Scotto, résidence au collège de Neuvic en 2016 et 2017

Source : L’atelier du trio, Gilles Abier, Thomas Scotto et Cathy Ytak, Résidence d’écriture Conseil départemental de la Dordogne, Collège de Neuvic-sur-l’Isle, 2016-2017.

3Zeina Abirached, Résidence à la Médiathèque départementale de Seine-et-Marne en 2014.

Source : Zeina Abirached dans le cadre d’une résidence d’auteur à la Médiathèque départementale financée par la Région Île-de-France et le département de Seine-et-Marne.

4Mouloud Akkouche, Résidente, Serres-Morlaàs, Court-Circuit, 2016.

Extrait p. 64-65 :

Après un silence, il m’avait expliqué que si je voulais être libérée le plus vite possible, valait mieux accepter le deal. Pour lui et ses potes, fallait que je termine le boulot. Chose promise, chose due. Terminer l’atelier, que j’avais commencé pour aboutir à un recueil. Je serai libérée quand le bouquin sortirait de chez l’imprimeur. Ce type était complètement barge, les autres aussi. Prêts à retourner derrière les barreaux pour un recueil de textes. J’ai accepté.

Mon premier jour d’otage d’écriture.

5Marion Aubert, Les aventures de Nathalie Nicole, suivi de Voyage en pays herblinois, Arles, Actes Sud-Papiers, 2007 (coll. Théâtre).

Extrait p. 107 :

Laissez les Herblinois dormir. [...] Je ne les connais pas. Ils vont encore me parler de leurs ronds-points.

6Baudoin, La mort du peintre, Nice, Z’Éditions, 1995. Résidence à Vitrolles (13) 1994.

Extrait p. 5-6 :

7François Bon, « de quelques paradoxes sur les résidences d’écriture », Tiers-livre, 2016.

Extrait de < http://www.tierslivre.net/​spip/​spip.php?article1771 > :

Note du 26 mai 2010

Non pour recycler ancien article, mais parce que curieux de relire à pile un an de distance, et après l’expérience Québec, cette intervention mise en ligne exactement il y a 1 an. Questions bien sûr qui restent actives, et aussi sentiment que certaines autres avancent : notamment, en Île-de-France, le fait que des auteurs à forte implication web (ne serait-ce – les proches – que Pierre Ménard et Fred Griot). Aurais bien aimé que questions évoquées ci-dessous trouvent prolongement concret, modes rémunérations, projets avec entreprises, méthodologie formation web, etc., d’où cette réactualisation : pour ma part, tout ça reste chantier ouvert – d’autant que l’an prochain, rançon de l’absence, première fois depuis bien d’années que n’aurai aucune activité de cet ordre (fait rien, on a bcp à faire avec publie.net, mais les ateliers d’écriture et l’expérience de terrain ça a toujours été pour moi un vrai poumon, voir Kuessipen)…

[…/…]

Le paradoxe est donc que la résidence, étant un contrat par lequel l’écrivain est rémunéré (le seul contrat de travail non assujetti à charges sociales, ni garanties) demande à l’auteur une implication dans la part sociale de son activité. Et qu’elle le chiffre : exemple, résidences région Île-de-France, « mode d’intervention de l’auteur, précisant le temps dédié au projet de résidence (environ 30 %) et le temps dédié à son écriture personnelle (environ 70 %) » – mais 30 % de quoi, 70 % de quoi ? De mes 24 h, soit 6 h par jour à la bibliothèque ? De 35 h hebdomadaires ? Moyenne pas semaine, j’en passe plutôt le double à l’ordinateur, mais ce n’est pas toujours « travailler ») – et, pour qui écrit, les heures de sommeil sont les plus vitales : on scrute les rêves, on utilise le dérèglement du sommeil pour affaiblir les résistances aux censures.

8Charlotte Bousquet, Atelier découverte pour adolescents, Bibliothèque d’Herblay (95), 2018.

Extrait de <http://remue.net/​spip.php?article9644> :

Les deux matinées suivantes, plus classiques, permettent aux stagiaires d’entrer dans le vif du sujet : l’écriture scénaristique et le dessin de bande dessinée. Des discussions de la veille, émergent des sujets variés : désamour parental quand on n’est pas “du bon genre”, inégalités et préjugés dans le sport, violences conjugales – et médicales, homophobie. Les approches varient : presque enfantines, encore, décalées, réalistes ou historiques, toutes sont intéressantes. Toutes sont également l’occasion pour ces adolescents de se rendre compte qu’ils ont du talent, qu’ils doivent croire en eux. Jaypee, l’artiste qui accompagnera l’aspect graphique des stages, leur explique qu’ils ont le droit de se tromper, d’expérimenter, d’explorer. Un dessin, c’est une matière vivante. Pas un objet parfait. Et proscrit le crayon à papier, histoire de montrer à tous que la force d’une œuvre se cache souvent dans ses imperfections !

9Yves Charnet, Petite chambre, Paris, La Table ronde, 2005 (coll. Vermillon).

Extrait p. 107 :

La poésie n’est pas dans les maisons d’écrivains. Ni dans les musées du culturel. La poésie est contre la poésie. Dehors, avec les cigales de ma folie. L’ordre règne au Cayla. La télé garde les gardiens.

10Dominique Dattola, Le carnet de résidence, Marseille, La Marelle, 2018.

Extrait de <https://www.la-marelle.org/​author/​dominiquedattola/​> :

Quoi qu’il en sera, une dernière résidence est en préparation (la quatrième) au pied d’un volcan. Sur une île encore, mais loin d’ici cette fois ; dans les Caraïbes. Les propriétaires du domaine de Samana Gwada, lieu de résidence d’artistes plasticiens, m’ont invité à lâcher mon ordinateur et à reprendre une dernière fois la plume pour ciseler au calme le point final. Il y aura vraisemblablement une lecture publique à l’issue de mon travail comme il est d’usage en pareille circonstance. Après les restitutions du cabaret expérimental du Non Lieu à Marseille en 2016, celles de la Cité des Allumettes & de l’Oustau d’Aix-en-Provence en 2017, celle-ci sera donnée à haute voix en intégralité pour la première fois. J’ai hâte du jour de la grande veillée de la « Compagnie du Dragoun qui sommeille ». J’emmène dans mes bagages mon fidèle microphone et sa suspension (un Beyer M88 – ceux qui connaissent apprécieront), mes craies grasses, mes fusains et au cas où, bien entendu, mon maillot de bain. Don Datto di Mélito, le 1er juillet 2018

11Sophie Daull, « Variations sur “Deux bâtiments” », Remue.net, 2018.

Extrait de <http://remue.net/​spip.php?article9646> :

Variation sur un texte du livret, en écho à la restitution de la résidence à la médiathèque de Melun.

12Cédric Fabre, « De la délimitation physique d’un territoire d’écriture », Dazibao, 2013, n° 37.

Extrait p. 24 :

Quand je me suis rendu sur mon lieu de résidence, je me suis demandé combien de frontières j’avais traversées, visibles ou invisibles. Une fois sur place, j’ai fait le tour de la bastide – un mas ? – qui accueillait les écrivains. J’étais donc « en résidence ». Où commençait l’espace dévolu à l’écriture ? Si je franchissais les restanques où avaient été plantés des oliviers et que je m’aventurais dans la colline, loin de la bâtisse, pouvais-je considérer que j’étais encore au cœur de la résidence d’écriture ? Il aurait été plus sage, pour les organisateurs de la résidence, d’en matérialiser les limites avec des guirlandes de papier crépon orange, me suis-je dit alors. J’avais l’impression de dépendre d’un « Centre de Planification populaire des Écritures », j’aurais dû exiger de lui une carte des lieux, un genre de Plan d’Occupation des Sols, savoir si la cuisine commune faisait partie de la résidence dite d’écriture, par exemple.

Mon écriture était-elle déjà en train d’opérer à une sorte de mutation ? Pire : une adaptation ? Les mots appartiennent au décor, à ces champs d’oliviers, à cette garrigue, à cette odeur d’omelette aux truffes…Bref, m’y voilà.

Et je suis censé faire quoi ? Les cueillir, les attraper, ces mots ? Les laisser s’insinuer en moi ? J’ai choisi d’accepter cette consigne d’écriture : tous les auteurs présents doivent rédiger une nouvelle policière « qui s’inspirerait des lieux », et qui débouchera sur un recueil collectif. Ce n’est pas une résidence libre, où l’on travaillerait chacun à notre écriture, sur un format qui nous appartiendrait ; nous avons un ordre de mission. Nous devons camper notre histoire dans ces paysages du Haut-Var. J’avais à peine prêté attention à ce détail quand je me suis engagé à venir.

Ils sont tous enthousiastes, les écrivains. Je reconnais Pia Petersen, qui me fait un signe de la main. Elle semble déjà concentrée. Ils s’assoient à la grande table, dans la pièce sombre. Les volets ont été fermés pour que la chaleur du dehors ne rentre pas. La résidence s’est refermée sur moi. Je suis reclus dedans, ça y est.

13Brigitte Giraud, La place de l’auteur dans le projet, 2014.

<https://auvergnerhonealpes-livre-lecture.org/​annexes/​ressources/​publications/​guide-comment-organiser-une-manifestation-litteraire->

Extrait de p. 10 :

L’écrivain n’existe que parce qu’il est l’auteur d’un texte, certains ont parfois tendance à l’oublier. Il n’est pas interchangeable.

Il me semble impossible qu’un organisateur, porteur de projet ou enseignant, s’adresse à un écrivain dont il n’a pas lu un ou plusieurs livres. Il est important que l’écrivain se sente choisi, non pas pour ce qu’il représente (un écrivain à succès, ou un auteur jeunesse, ou un auteur femme, ou un auteur « engagé »..., les exemples ne manquent pas), mais pour ce qu’il a écrit, sa démarche d’écriture, dans le fond comme dans la forme. Un écrivain ne peut se sentir exister comme tel que parce qu’il a publié tel ou tel livre, il ne se sentirait ni à sa place ni légitime s’il était dissocié de ses textes.

[…/…]

Il ne faut pas perdre de vue qu’un écrivain est un partenaire pour les porteurs de projets, plus qu’un prestataire, que sa vocation première est d’écrire et que sa prise de parole n’est pas un exercice aussi anodin qu’on peut l’imaginer parfois.

14Elitza Gueorguieva, « On me raconte des salades », Les Carnets de l’IMEC, automne 2018, n°10.

https://www.imec-archives.com/​wp-content/​uploads/​2018/​10/​Les_Carnets_de_l_IMEC_10.pdf >

Extrait de p. 33 :

7. Je plonge dans les archives de cette femme qui me hante sans que je sache pourquoi. Je plonge dans ses phrasés dans sa folie dans son absence de ponctuation dans son amour pour Adrienne dans sa tristesse J’apprends l’existence d’un gang du roman poétique. J’apprends qu’il ne compte qu’un membre. J’apprends que même après avoir fabriqué un monde et avoir publié 13 romans, on peut tout de même disparaître. Et réapparaître, par éclats, dans des boîtes en plastique ou sur les pages jaunies d’un livre que tripotent mes doigts.

15Serge Joncour, L’écrivain national, Paris, Flammarion, 2014.

Extrait p. 15 :

« Il est toujours bon de partir, de sortir un peu de son quotidien, de prendre du champ… » Je me répétais ça dans le TGV en regardant défiler les paysages gagnés par la pluie. J’essayais de consolider mon enthousiasme pour occulter toute prémonition de naufrage. La pluie s’était mise à tomber depuis le matin, j’y voyais comme un signe, il suffisait que je me lance dans ce voyage pour que l’automne bascule vers sa face sombre. Tout septembre avait été idéal et chaud, mais depuis deux jours le présentateur météo n’avait plus son ton enjoué pour annoncer les prévisions, le froid arrivait, je le devinais, de l’autre côté de la vitre, aux teintes rousses qui incendiaient le décor, à ces arbres qui prenaient des ardeurs de flambeaux, tout un paysage soufflant des prémonitions de foyers noyés sous des giboulées glaciales, ça faisait froid dans le dos.

16Charles Juliet, Carnet de Saorge, Paris, P.O.L, 1994.

Extrait p. 2 :

5 avril.

Arrivés en fin d'après-midi. Mélange d'excitation et d'appréhension. De quoi vont être faits les quatre mois que nous allons passer ici ? Saurai-je bien m'adapter ? Et que vais-je écrire ? En montant au monastère avec nos bagages, quelques mots échangés avec la jeune femme qui tient le gîte d'étape situé un peu plus haut. Mots de circonstance, d'une grande banalité, mais qui m'ont touché, car c'était un peu comme si quelqu’un était là pour nous accueillir. Froid. Le silence du monastère. Je suis venu ici à deux reprises, pour quelques heures, et je n'ai pas encore eu le temps de me familiariser avec les lieux. Les pas qui résonnent dans les larges couloirs vides. Après le repas, assis contre le convecteur. Nous attendons Jean-Jacques.

En fin de soirée, déjà pris par le sommeil, mais maintenu éveillé par ma tête qui dodeline, j'ai la surprise d'entendre se balbutier en moi un poème. Je le consigne dans mon carnet avant d'aller au lit.

17Maylis de Kerangal, « Les fervents », in Les mystères de la capitale, 21 récits de résidence, Marseille, Le Bec en l’air, 2013.

Extrait p. 10 :

Une heure que Cosmo attend et ils sont déjà une vingtaine à patienter derrière les barrières de sécurité disposées de chaque côté de la porte de la Commanderie, maintenue à l’extérieur de l’enceinte, au-dehors, quand tout en eux manifeste qu’ils voudraient être dedans, pris dans l’aura d’un espace glorieux. Franchir l’entrée, passer le seuil. Le garçon tend le cou vers la porte qui d’emblée impressionne, grandiloquente, arche de fer forgé lancée entre deux piliers de pierre blanche blasonnés aux armes de l’OM – une porte tout de même disproportionnée en regard de la route modeste ; c’est l’unique accès à l’enceinte olympienne, et pour Cosmo un passage symbolique qui marque la séparation entre la zone profane où il s’agenouille avec d’autres comme lui – les crevards, les ardents –, et la zone sacrée où évoluent ceux qui ont obtenu le droit de revêtir le maillot du club sur les pelouses des stades. Ceux qui arrivent viennent de partout et se reconnaissent quand pourtant ils ne se ressemblent pas – chevelus lustrés ou rasés militaires, frisottés ou queue de rat, pointes de mèches blond oxygéné ou crâne rasés boule de billard, bonnet rasta ou capuche, casquette visière devant ou casquette visière derrière, barrettes ethniques ou serre-tête en cuir, un foulard écarlate noué à la pirate.

Se saluent d’un check puis reprennent le dialogue où ils l’ont laissé, commentent l’actualité du club dans une langue et une gestuelle inventées pour ça – langue lyrique, superlative, dopée à l’émotion que fait renaître le récit, gestuelle idoine –, et ce matin ils sont plutôt là à secouer la tête, soucieux, portent les yeux au loin, se caressent le menton en tordant la bouche, raclent le sol du bout du pied, et l’ambiance serait un peu plombée s’il n’y avait Lili, la doyenne juvénile toujours hissée sur la barrière à brandir son affichette – un mot d’encouragement pour Gignac, blessé au pied en octobre contre Troyes il y a trois semaines et arrêté depuis, la guigne.

18Nathalie Man, Écrire #2, 2018.

Extrait de < http://www.nathalieman.com>:

Qu’on ne me demande plus combien il faut payer pour être publié, qu’on demande à être payé, qu’on soit publié à compte d’éditeur, qu’on reconnaisse et valorise ce travail qui tant demande à celui qui le fournit. Émotionnellement quand on écrit, on perd. On se vide, on se fragilise, on donne. Ce n’est pas un métier où l’on ne sent pas les heures passées. Elles passent, oui. Dans une petite librairie de Metz, j’écoutais Maylis de Keyrangal dire qu’en effet, il serait grossier de dire qu’on souffre comme un ouvrier du bâtiment ou d’une usine, mais qu’on ne se dupe pas, écrire fatigue.

Parce qu’on donne ce qu’on a, parce qu’on mobilise toute notre pensée, notre concentration et qu’on néglige aussi, en quelque sorte, parfois, et pour certains, notre corps. Quand j’écris, absorbée comme je le suis, je peux me rendre compte des heures après que le sang dans mes jambes circule mal, que mon dos est tellement contracté que si je sors de ma chaise, un lumbago va suivre. J’ai beau avoir vu les postures idéales pour être face à un bureau, je ne parviens pas à les adopter.

Si je le pouvais, dans cette concentration extrême, j’arrêterai même de respirer. Je pense que d’ailleurs certains de mes poèmes, je les écris en apnée.

19Pierre Ménard, « Choses de Cluj-Napoca », Remue.net, 2018.

Extrait de <http://remue.net/​spip.php?article9191> :

[…] seulement je fais le récit des “choses” de Cluj-Napoca. Je fais le récit des abris et des forêts décimées. Le réel ou la fiction m’importent peu : j’ai de plus en plus de doute quant à l’existence du réel, je ne sais toujours pas ce que désigne la fiction. En matière d’imagination, je suis incroyablement paresseux. Je pense que c’est utile de le partager, de le songer. On espère toujours que ce genre de “choses” puisse “parler” à quelqu’un. Nous aboyons dans le noir. Nous écoutons les cris dans la nuit. Nous attendons le son de l’écho. Et cela nous est tout à fait essentiel. Ensuite, on récite ce bon vieux Ti Jean : « tape à la machine des pages frénétiques pour ta seule joie ». 8 janvier 2018

20Céline Minard, « On n’écrit pas hors-sol », Résidences à la Page, Occitanie Livre&Lecture, 2018.

< https://gallery.mailchimp.com/​1e809b25a8e0be448d87c3d87/​files/​a6ef5c59-6a45-4b8b-8f50-e4634eeae739/​RP_BAT_PAGES_LOW.pdf >

Extrait de p. 11 :

La résidence est le contraire de la promotion. Bien qu’attendu, l’auteur n’est pas en résidence pour parler de son travail mais pour faire son travail. Rien n’étaye mieux ce travail que la place qu’on lui fait, qu’on lui laisse, qu’on lui donne, qui relève de la confiance, du désir et de la discrétion.

C’est une situation paradoxale car l’écrivain n’est pas alors en pleine lumière, comme c’est le cas lors des tournées, mais pas non plus en plein anonymat, comme c’est le cas le reste du temps. Cette position est peut-être la plus juste en termes de rapports humains, de reconnaissance sociale concrète, de reconnaissance du travail, de son existence et de sa valeur.

21Jean-Pierre Ostende, La présence, Paris, Gallimard, 2007.

Extrait :

Nous savons que tu as du caractère mais c’est un endroit austère, tu sais, il fait froid, il y a des animaux naturels, vivants, vrais, avec des poils, des odeurs chargées, tu sais qu’il n’y aura pas d’Escalator mais de la pluie et que là-bas les gens rêvent de vraies plages, mangent beaucoup de charcuterie, du boudin... et pour certains, seul le rêve du soleil les fait tenir, tu sais, c’est un problème, la pluie des champs, les urbains ne tiennent pas là-dedans plus d’un week-end, la pluie sur l’herbe si verte mangée par les vaches et tout ça se transforme en lait on se demande comment et même la neige tout ça crée des situations mentales dangereuses. Tout ce qui pour nos visiteurs peut être source d’excitation, de vrai plaisir, d’aventure, de découverte de leur être profond, pour d’autres, par exemple les ingénieurs du projet “loisir et ressourcement”, les concepteurs d’un centre de loisirs, nos enchanteurs, c’est plus difficile, ils se sentent enfermés comme dans une base arctique, loin de la vraie vie, du plaisir, de la jouissance, le satellite ne remplace pas tout, ils ont le mal du cachot. Alors tu penses que cela pourrait être un problème pour toi d’être sur place durant trois mois pour bien t’immerger dans ce lieu unique, ce bijou d’authenticité du XVIIIe siècle, le siècle des lumières ?.

22Emmanuelle Pagano, « À livre ouvert », De Pure Fiction, maison d’écrivains (Le blog), 2016.

Extrait de <http://depurefiction.fr/​blog/​e_pagano/​> :

Une maison où tout est prévu pour écrire, où l’on se sent bien pour écrire, sans trop de contrainte matérielles, avec de vastes bureaux vides, beaucoup de lumière naturelle et des lampes pour la tombée du jour. Mais aussi une maison dans laquelle on peut sortir pour marcher, pour se dégourdir les jambes et s’aérer les pensées après des heures passées devant l’ordinateur, donc idéalement tout près de beaux chemins (lorsqu’un ami a vu les photos de la maison De Pure Fiction que je lui avais envoyées, il s’est écrié : « ah ben en plus ils t’ont mis un chemin devant la maison ! »). Enfin une maison d’écrivains est remplie de livres, parce qu’écrire sans lire, ça me paraît impossible. Or ici, il y a tout ça…

23Émilie Plateau, De l’autre côté, à Montréal, Saint-Jean-de-Védas, 6 pieds sous terre, 2014. Extrait non paginé.

24Jean Portante, « Journal de bord résidentiel (Scy-Chazelles) », 25 fragments, 2017. [En ligne] <https://www.facebook.com/​Jean-Portante_Scy-Chazelles-290005041499220/​>.

25Extrait de Version PDF : <http://www.mairie-scy-chazelles.fr/​wp-content/​uploads/​Fragments.pdf>.

La Catalogne vibre, l’Europe tremble, et moi je frappe à la porte de ma résidence d’écrivain, à Scy-Chazelles que, il y a peu encore, je ne savais pas situer sur une carte géographique. C’est à un saut de puce du Luxembourg, comme dépaysement j’aurais pu faire plus fort, le Sud ensoleillé, la mer et la montagne, ou un lac, l’Italie, mon Italie, mais non, c’est à Scy-Chazelles que je suis venu m’isoler. Et je ne me repens pas. C’est la deuxième fois que je « réside » en Moselle. La première c’était à Florange. Florange qui vibrait comme vibre la Catalogne, mais était inerme contre la toute-puissance des industriels qui la sacrifiaient. François Hollande n’était pas encore élu, il promettait la lune aux ouvriers, il ne leur a même pas donné un grain de poussière d’étoile. Je m’y suis plu, à Florange, tout comme, j’en suis sûr, je me plairai ici. Pour la simple raison que « résider » ne serait-ce que provisoirement de ce côté-ci de la frontière avec le Luxembourg me permet de vivre, le temps d’un mois cette fois-ci, la vie de celui que j’aurais pu être si le hasard avait fait autrement les choses. 1er octobre 2017

26Hélène Sanguinetti, « Lucioles de Saorge », Remue.net, 2010.

Extrait de <http://remue.net/​spip.php?article3587> :

Il faut le savoir : nous payons notre séjour à Saorge. Nous ne coûtons rien à l’état. Nous entretenons les lieux dans tous les sens du terme. Ils vivent, demeurent humains. Il faut le savoir : j’ai rencontré à Saorge des créateurs qui m’ont donné dans leur faiblesse et leur fragilité, la santé de leur œuvre et la nécessité ABSOLUE que nous avons à nous rejoindre, à nous parler, dans notre grande solitude d’écrivant. Il ne s’agit pas de fraternité bébête, de pseudo-miracle, ou de recueillement loin des réalités du monde, souvenir lointain, angélisé, d’un François passé ici. Canonisé. Mais fut vivant François. Actif. Nous sommes au XXIe siècle et nous sommes vivants. Nous aimons la beauté, nous en avons besoin pour vivre. Souvent, presque toujours, nous sommes seuls. Pour moi, Saorge et son monastère, c’est un repère et un repaire. Un autre territoire qui, m’enlevant le mien, les miens, m’en donne un autre. Pour un moment. Oui, je CONSOMME à Saorge, mais ce que je prends, je le rends.

Hélène Sanguinetti, Arles, 14 mars 2010-12 avril 2010.

27Fabienne Swiatly, Un jour, je suis passée de nuit, Lyon, Color Gang 2018 (coll. Urgences).

Extrait p. 13 :

À quel moment débute une résidence d'écrivain ? À la signature de la convention ? À la veille de l'arrivée ? Le jour de l'arrivée ? Aux premiers mots posés sur le carnet qui accompagne ou les premiers mots alignés sur l'écran de l'ordinateur ?

Et que penser de ce terme de résidence qui donne le sentiment, à ceux qui n'exercent pas un métier artistique, que je pars en vacances ou en villégiature ? Écrire à demeure pourrait être une formulation plus juste.

Personnellement je me suis sentie au travail dès le franchissement du portail parce qu'il faisait déjà nuit et que la nuit allait être ma compagne d'écriture.

Une nuit qui m'a happée à l’intérieur du parc...des bâtiments...des bâtiments...des escaliers...des bureaux...des unités de soin.

Des lieux impressionnants.

Dès le début, j'ai été happée par cette redoutable alchimie entre l'imposante réalité de l'architecture et les fantasmes nourris par la raison d'être à l'hôpital : soigner la maladie mentale.

Dès la proposition faite d'une résidence en milieu hospitalier, j'avais demandé à rencontrer le personnel de nuit plutôt que les patients. Le travail m'intéresse, la nuit m'intéresse même si je suis du matin comme on dit.

28Srdjan Valjarevic, Côme, Arles, Actes Sud, 2011 (coll. Lettres balkaniques).

Extrait p. 9 :

C’était un mardi, début novembre, la journée était chaude et ensoleillée, et je ne savais pas exactement où j’étais, je ne savais alors rien sur rien. Mais voilà, c’est comme ça que ça s’est passé, je me suis retrouvé dans un avion d’une compagnie suisse, assis à une place qui m’était assignée, à destination de Zurich. Là, je devais faire escale pour Milan. Ça, au moins, c’était certain. À Milan, un chauffeur devait m’attendre et me conduire jusqu’à un endroit nommé Bellagio, au bord du lac de Côme. Et c’était là plus ou moins tout ce que je savais.

J’avais dans ma poche mon passeport avec le visa italien que j’avais eu à Belgrade sans difficulté, un peu d’argent, et aussi l’invitation de la fondation. Pour eux, j’étais encore un jeune auteur de Serbie, un de ces pays en piteux état où il faisait mal vivre. Je ne sais comment, je ne l’ai en réalité jamais su, mais j’avais obtenu une bourse pour passer un mois sur le lac de Côme, pour y travailler, y écrire tranquillement. C’était leur idée, pas la mienne. À l’époque, travailler ou écrire sérieusement ne m’intéressait pas le moins du monde. Le travail, quel qu’il soit, ne me disait rien. J’avais déjà abandonné l’idée de me faire publier. La situation en Serbie, était vraiment mauvaise, terrible à vrai dire, mais pour moi pas tant que ça, je pouvais me tenir à flot, je faisais des petits boulots à droite et à gauche, je joignais les deux bouts, je me débrouillais. [...] C’est ce qu’on peut appeler un vol vraiment court. Je suis allé chercher mon sac, j’ai passé le contrôle des passeports et la douane sans difficulté, il a suffi que je montre mon invitation pour que tout aille parfaitement bien, après tout c’était de la Fondation Rockefeller qu’il s’agissait, à l’évidence, tout devait se passer parfaitement, et j’ai vu u homme portant une pancarte disant : Bellagio Centrer. Je lui ai fait signe, il s’est approché et s’est penché pour prendre mon sac.

29Laurence Vilaine, La grande villa, Montfort-en-Chalosse, Gaïa Éditions, 2017.

Extrait p. 77 :

J’ai fait le tour de chaque pièce, je crois que je n'ai rien oublié, qui m'obligerait à revenir – d'un coup d'éponge j'ai effacé les ronds de mes tasses de thé.

Une dernière fois, j'ai joint mes pieds dans le tapis de dentelle pour le rideau qui vole et la chaleur sur mes chevilles, et pour la première fois, j'ai fermé toutes les fenêtres de la Grande Villa. Peut-être les prochains dès en arrivant ou à l'heure de la pénombre les ouvriront-ils à leur tour pour faire entrer la lumière puis la nuit. Ils sentiront la lessive certainement, ma robe n'est pas tout à fait sèche, juste fraîche comme il faut sur ma peau, je caresse l'armoire rouge en passant. Puis dans le salon je vole encore quelques minutes au soleil, sur le canapé dans un rond, je me pelotonne comme un chat, je me pelotonne serrée pour ne pas dépasser, puis je grandis mon dos, je déplie mes ailes – enfant, je rêvais qu'un jour mes doigts seraient bleus d'avoir touché le ciel.

D’autres références littéraires à découvrir

30Les mystères de la capitale, 21 récits de résidence, Marseille, Le Bec en l’air, 2013.

31Joël Bastard, Chasseur de prime, Genouilleux, La Passe du vent, 2014.

32Marcel Bénabou, « Résidence d'hiver », in L’appentis revisité : et autres textes, Paris, Berg International, 2003 (coll. Monde à part).

33Georges-Olivier Châteaureynaud, Résidence dernière, Paris, Éditions des Busclats, 2011.

34Philippe Forest, Sarinagara, Gallimard, 2004 (coll. Blanche).

35Denis Grozdanovitch, La secrète mélancolie des marionnettes, Paris, Éditions de l’Olivier, 2011 (coll. Littérature française).

36Hervé Guibert, L’incognito, Paris, Gallimard, 1989.

37Nathalie Heinich, Le journal Romain, Paris, P.O.L., 1987.

38Letitia Ilea, Terrasses, Marseille, CIPM/Spectres familiers, 2005 (coll. Le refuge ; 42).

39Gaëlle Josse, Un été à quatre mains, Boulogne-Billancourt, Ateliers Henri Dougier, 2017 (coll. Littérature).

40Pierre Jourde, Paradis noirs, Gallimard, 2014 (coll. Blanche).

41Jean-Yves Loude, Sonate d'automne à Montréal, Martel, Éditions du Laquet, 2001 (coll. Terre d’Encre).

42Kenzaburô Ôe, Une existence tranquille, Gallimard, 1995.

43Patrice Robin, Des bienfaits du jardinage, Paris, P.O.L., 2016.

Notes

1 NDE : Une sélection établie par les contributeurs et les contributrices de ce livre. Nous remercions tout particulièrement Gilles Abier, Thomas Scotto et Cathy Ytak, ainsi que Sandrine Pantaleao, directrice de la BD Dordogne, et Valérie Petit, responsable du Développement culturel de la BD de Seine-et-Marne et Zeina Abirached, pour leur autorisation gracieuse à reproduire leurs productions artistiques, ainsi que François-Xavier Thuaud, bibliothécaire à la Bibliothèque Diderot de Lyon pour ses pistes de lecture.

Table des illustrations

Crédits Source : Zeina Abirached dans le cadre d’une résidence d’auteur à la Médiathèque départementale financée par la Région Île-de-France et le département de Seine-et-Marne.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7293/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7293/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7293/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7293/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7293/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7293/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search