Version classiqueVersion mobile

Organiser des résidences artistiques et littéraires en bibliothèque

 | 
Claire Castan
, 
Hélène Glaizes

Mémento

Claire Castan et Hélène Glaizes

Texte intégral

1Résidences d’auteur.es, de plasticien.nes, d’artistes du spectacle vivant… résidences en bibliothèque, à l’université ou à l’école, dans un établissement dédié, sur tout un territoire… résidences restituées auprès d’un large public, d’étudiant.es, du jeune public…

2L’ensemble des contributions qui composent cet ouvrage montre la très grande diversité des projets menés, et les différentes politiques en la matière que les bibliothèques peuvent animer.

3Quelles que soient la démarche artistique choisie ou la nature de la commande proposée, la pluralité des résidences, leur richesse, comme l’hybridation qu’elles permettent, révèle une forme dynamique et toujours renouvelée du dispositif. Cela se vérifie tant dans leurs sujets, que dans leurs formes ou les publics qu’elles touchent.

4Chaque projet est différent et résulte de l’interaction entre un ou une artiste, un lieu, une équipe, des publics et un territoire, des espaces. La résidence sera donc le résultat de cette alchimie, ce qui en fait son intérêt, son caractère unique et non duplicable.

5Cette variété de formes, de modalités de mise en œuvre, de projets, de pratiques artistiques, d’expériences définit des résidences très différenciées mais avec des enjeux communs : donner à un.e artiste (plasticien.ne, chorégraphe, photographe…) ou à un.e écrivain.e les conditions techniques et financières pour concevoir, écrire, achever, produire une œuvre nouvelle, en menant ou non des actions de médiation.

6Il n’y a pas de recette miracle à la réussite d’une résidence si ce n’est prendre le temps de bien poser les différentes étapes du projet, de l’appréhender dans sa globalité, en amont et en aval du temps artistique. Il s’agit donc de mettre en place un ensemble de conditions qui sont déterminantes et garanties de réussite.

7Posons donc ici le cadre et les grands principes d’organisation de ce type de projet.

Définir son projet

Le contexte politique et territorial

8Le projet de résidence s’inscrit sur un territoire, dans une histoire, dans la relation que la structure accueillante a tissée avec ses élu.es de tutelle, ses publics, ses partenaires. La résidence doit donc entrer en résonance d’une manière ou d’une autre avec ce contexte qui fait la particularité du projet, permettant ainsi une réelle appropriation locale et en donne tout son sens. Envisager un projet de résidence nécessite alors d’analyser la manière dont chacune des parties associées peut y trouver son intérêt. C’est pourquoi il est essentiel d’informer, présenter et associer en amont du projet l’ensemble des partenaires concernés.

Le projet artistique

9Il ne s’agit pas, pour les bibliothécaires, d’intervenir sur le projet artistique lui-même, qui relève de la prérogative de l’artiste accueilli.e. Néanmoins, la démarche de l’auteur.e ou de l’artiste doit être partagée, comprise et portée par la structure accueillante. Le « désir » de l’artiste résident.e et la connaissance au préalable de son œuvre par l’équipe qui l’accueille sont des facteurs indispensables à la réussite du dialogue à faire vivre, de l’interaction entre lieu et création. Le choix de l’artiste doit donc être mûrement réfléchi et porté fortement ensuite. Les structures régionales pour le livre, les services culture de l’université, mais également les établissements équivalents, peuvent accompagner de manière pertinente le porteur du projet et le guider vers des artistes qui correspondraient aux attentes et au territoire.

Le projet culturel

10Le projet culturel autour de la résidence permet de réfléchir à toutes les interactions qui vont pouvoir être mises en place autour de la création et de la résidence. Ce type de projet appelle éventuellement des temps de médiation, à imaginer en amont, avec un calendrier, des rendez-vous : des rencontres « bords de scène », une visite d’atelier, un atelier de lecture, une interview, des temps de restitution, etc. Il s’agit de bien les définir et les préparer avec l’artiste, tout en lui préservant des plages de temps personnel : ces temps-là sont les siens, elle ou il les habite à sa guise, sans avoir à en rendre compte.

11L’implication des partenaires éducatifs et sociaux par exemple peut intervenir en amont, ou bien après le temps de résidence, permettant d’aller plus loin, de tisser des fils à partir du projet.

12La durée du projet culturel peut donc être plus longue que le temps de la résidence. Anticiper l’ensemble du projet culturel, dès le moment de la construction globale de la résidence permettra de renforcer le sens donné à l’action ainsi que son ancrage sur le territoire, en impliquant très en amont les partenaires pressentis. Pour ce faire la mise en place d’un rétroplanning partagé est une bonne pratique.

13Ce travail de pré-production implique d’aller à la rencontre des partenaires, et de définir ensemble le plus précisément possible les différents calendriers des rencontres (format, public cible, temps passé, moyens alloués, finalité, communication, etc.).

14Au final, la définition du projet doit permettre la rédaction du cahier des charges dont l’importance a été explicitée à plusieurs reprises dans l’ouvrage. Cette étape permet également de préparer au mieux l’accueil de l’artiste, de commencer à communiquer sur le projet et d’amplifier l’impact de son travail sur le territoire.

Mettre en œuvre

L’implication de l’équipe en amont et au cours de la résidence

15Comme l’ont très bien décrit plusieurs des contributions de cet ouvrage, l’implication des équipes en amont de la résidence permet une meilleure expérience pour l’artiste qui est plus accueilli et se sent intégré, mais aussi pour l’équipe, qui fait ainsi partie intégrante de l’aventure.

16Si le temps de résidence est bien appréhendé par tous et toutes, tant par les services dédiés au développement des publics, aux animations, que par les équipes plus spécifiquement tournées vers les fonds documentaires, la résidence sera plus riche. Le travail avec les publics entrera en résonance forte avec le projet d’établissement et le territoire sur lequel il rayonne. Pour cela, il faut trouver une manière d’associer l’ensemble des équipes, quelle que soit leur place dans l’organisation – par exemple une résidence a souvent des conséquences sur l’heure d’ouverture ou de fermeture de la bibliothèque, le réaménagement des espaces ou l’entretien des espaces. Aussi tous les personnels, administratif, de gardiennage ou de nettoyage doivent savoir qui est là, à quel moment et à qui s’adresser si besoin. Il est nécessaire également de proposer des temps d’échanges spécifiques avec les équipes, en interne, pendant la résidence, pour les tenir informer de l’avancée du projet, des évolutions éventuelles, vérifier qu’il n’y a pas de difficultés particulières et surtout pour créer du lien. Ces temps d’échanges privilégiés avec l’artiste, s’il en est d’accord, favorisent également l’implication de tous et toutes. De même un temps de bilan commun à la fin de la résidence est essentiel pour symboliquement clore la rencontre, remercier tout le monde et passer en revue quels ont été les points forts du projet, les formes de médiation à abandonner ou au contraire à renforcer, les besoins à anticiper pour une future édition…

Le temps de la création

17Il est important, voire fondamental, que le temps de la création soit préservé et au cœur du temps de résidence. Il faut donc trouver le bon équilibre entre les temps de médiation (s’ils sont prévus en amont) et les temps nécessaires à l’artiste pour travailler à son œuvre.

18Le processus de création diffère d’un.e artiste ou d’un.e auteur.e à l’autre et il est important d’échanger, d’établir une relation de confiance avec chacun.e afin de réunir les meilleures conditions possibles à son environnement.

19Enfin, il faut avoir en tête qu’une résidence de création n’a pas d’obligation de résultat. La notion de la résidence non utilitariste doit être rappelée, notamment aux financeurs et aux partenaires. L’artiste ne doit pas être instrumentalisé mais au contraire accueilli.e en tant qu’artiste ou auteur.e. Par ailleurs, la proposition d’une résidence doit en premier lieu être motivée par la conviction, d’une part, que l’expérience artistique, ou littéraire, est fondamentale pour tous et toutes et, d’autre part, que le créateur, la créatrice, a besoin d’être soutenu.e pendant la gestation de sa création. Ce soutien est particulièrement important en raison de la diminution des moyens affectés à la culture et à la création qui affecte en priorité les professionnel.les les plus fragiles en raison de leur statut. On ne peut donc aujourd’hui justifier ou réduire une résidence à ce qu’elle peut « rapporter » à son initiateur. Cela n’exclut pas des temps de restitution, d’échanges sur le travail en cours d’élaboration comme développé plus avant dans le livre.

Le temps de l’interaction avec le public

20La nature et le calendrier des interactions avec le territoire et le public doivent être prévus en amont du début de la résidence et en accord avec l’artiste ou l’écrivain.e. Cela ne doit pas interférer sur le temps de création. Les résidences de création « pure » ne prévoient pas, a priori, ces temps d’échanges et il faut alors, si on le souhaite, en discuter très clairement avec l’artiste.

21Les résidences d’action culturelle en revanche prévoient une répartition très formelle de 70 % du temps de l’artiste dédiés à la création et 30 % dédiés à l’action culturelle. On constate souvent que le temps de préparation des actions culturelles peut grignoter le temps de la création, il faut donc en tenir compte au moment de construire le planning. De même, certain.es artistes préfèrent travailler le matin, d’autres le soir, il faut alors caler les temps de médiation en conséquence.

22Une fois ces temps-là définis, il s’agit pour la bibliothèque de mettre en œuvre le projet culturel tel qu’il a été pensé en amont : publics cibles, simples rencontres ou projet sur plusieurs séances, restitutions, etc. En fonction du projet et du territoire, il peut être important de centraliser ces temps de médiation à la bibliothèque ou au contraire d’être hors les murs, dans d’autres établissements (scolaires, culturels, socioculturels…) ou dans des lieux publics emblématiques du territoire.

Finir sa résidence

Faire un bilan

23On l’a vu, il est essentiel de faire un bilan de la résidence, sur ses aspects techniques, financiers, et de ressources humaines comme sur ses aspects artistiques et culturels. Cela permet d’une part de voir si les objectifs de départ ont été atteints, mais aussi et surtout d’analyser et de capitaliser l’expérience pour les prochaines résidences.

24Plusieurs indicateurs peuvent être mis en place pour mesurer l’impact de la résidence. D’une part sur les différents publics touchés (degré de satisfaction, chiffres de fréquentation, échanges avec l’équipe et avec l’artiste ou l’auteur.e, etc.), mais également sur le territoire (publics touchés, lieux impactés, projets développés à partir de cette expérience, rencontres organisées, etc.). On peut également faire un bilan de la résidence sur ce qu’elle a généré au sein de l’équipe de la structure accueillante concernant le travail en équipe, en transversalité, la pérennisation de nouvelles pratiques d’échange, des savoir-faire, etc.

25La plupart des résidences ont un impact sur la vie d’un établissement, son organisation, son fonds documentaire, ses rendez-vous réguliers avec certains publics, son image également. Ces évolutions directement en lien avec l’accueil d’un.e créateur.ice en résidence peuvent perdurer bien après son départ. Apprendre à les formaliser et à les mettre en avant, à les pérenniser éventuellement est profitable pour les personnels comme pour l’institution.

26Plus la résidence a été pensée clairement en amont, plus il est facile d’en faire le bilan, les différents objectifs ayant été posés dès le départ, ils permettent d’identifier les moyens nécessaires (réels ou obtenus), de déterminer quels critères seront à renseigner pour construire le bilan.

Laisser trace

27Bien au-delà de la création de l’artiste en elle-même, de l’œuvre éventuellement produite, la résidence est ce temps d’interaction et de partage, de stimulation entre un créateur et un territoire. Par définition, ce temps est éphémère mais on peut prévoir d’en garder une trace, de documenter le projet.

28Tous les outils peuvent être utilisés pour en garder mémoire, témoigner des expériences partagées : interview de l’artiste avant/après la résidence, blog d’accompagnement d’une résidence, captations audio, reportages photos, ou réalisation de vidéos des rencontres et des performances, publications… Là aussi il s’agit d’inventer les formes et les usages des « traces » d’une résidence, son archive. L’équipe de pilotage de la résidence doit anticiper cette activité et déterminer en amont sa nature, les moyens affectés et la ou les personnes en charge.

Rebondir

29Et après ? La résidence est bien souvent un moment particulier dans la vie d’un établissement et dans sa relation aux publics, à ses partenaires, de même au sein de son équipe. L’émulation créée en amont, dès l’imagination du projet, puis l’effervescence pendant la résidence peut créer un vide après, un difficile retour à la « routine ». Il est donc essentiel de partager le bilan avec l’ensemble des participant.es et de penser à la suite. Faut-il reconduire le dispositif résidence sous la même forme ? Faut-il se lancer dans un autre projet, complètement différent ? En lien ou non avec le projet qui a été mis en place ? Tout dépend ici du projet d’établissement ou de la politique générale, de ce qui a pu se développer sur le territoire, de l’intérêt des partenaires (collectivités, enseignant.es, publics…) et de l’appropriation du dispositif par les équipes concernées. Certains établissements travaillent par séquences ; par exemple une résidence de création est organisée, sur plusieurs mois, puis l’année suivante l’artiste est réinvité.e dans le cadre d’une résidence d’action culturelle (ou de diffusion). Les fonds de littérature des bibliothèques se structurent souvent en corpus d’auteur.es, ainsi les résidences peuvent être étroitement associées à la politique documentaire.

30D’une manière générale, il se crée des liens privilégiés entre un.e artiste et les personnes rencontrées lors de sa résidence et il est toujours bénéfique de suivre le travail de l’artiste après son passage, de s’en faire l’écho auprès des publics et éventuellement de le réinviter plus tard, pour un partage de ce que son passage a pu générer, tant dans son œuvre, son processus de création ou sa représentation de l’institution ou du territoire.

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search