Version classiqueVersion mobile

Organiser des résidences artistiques et littéraires en bibliothèque

 | 
Claire Castan
, 
Hélène Glaizes

Partie 2. Enjeux et aventures

Le rôle moteur des bibliothèques départementales : des résidences d’auteurs sur le territoire

Blaise Mijoule

Texte intégral

  • 1 Citons cependant le mémoire d’étude de l’Enssib de Bertrand Caron qui insiste sur l’activité des B (...)

1Lorsque l’on évoque l’organisation de résidences d’artistes, on ne pense peut-être pas immédiatement aux bibliothèques, et encore moins aux BD. D’ailleurs, une rapide recherche dans le catalogue de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) montre que cette question a été rarement abordée par la littérature professionnelle et est donc peu connue1.

2Pourtant, les BD ne sont jamais à court d’idées lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre leurs missions. Aujourd’hui, environ une quinzaine de BD organisent une résidence. Et la plupart d’entre elles considèrent même ce dispositif comme stratégique et cela, d’autant plus qu’elles ont su s’en emparer pour le mettre au service de leurs objectifs propres. Certaines en organisent depuis très longtemps, 15 ans pour la Somme par exemple, tandis que d’autres, comme la Sarthe, débutent seulement.

  • 2 Suite à un message posté sur la liste de diffusion de l’Association des bibliothécaires département (...)

3L’étude du retour d’expérience d’une dizaine de bibliothèques2 montre que les BD se sont particulièrement bien emparées de la résidence comme outil au service de la promotion du livre et de la lecture et qu’elles ont su l’adapter aux spécificités de leurs territoires et de leurs missions.

4Je rends compte dans cette contribution d’un panorama de dispositifs de résidences portées et/ou accompagnées par une dizaine de BD. Les retours d’expérience qui m’ont été fournis témoignent de spécificités liées à l’échelon du département et à leurs réseaux de bibliothèques, principalement en milieu rural. La majeure partie de ces projets concernent la littérature et le livre.

La résidence au service du développement de la lecture publique

5Le choix d’organiser une résidence d’artiste s’inscrit d’abord dans une stratégie visant à développer la lecture publique sur un territoire départemental. L’accueil d’un artiste est ainsi perçu comme un outil supplémentaire proposé par la BD au service de ses propres objectifs.

Faire bénéficier son territoire d’un dispositif ambitieux

6En organisant une résidence d’artiste, la BD souhaite faire profiter son territoire des bénéfices inhérents à une telle action. La BD poursuit ainsi son objectif premier de porter des dispositifs pour des territoires qui, sans cette aide, ne pourraient en bénéficier, une résidence nécessitant la mobilisation de moyens humains et financiers relativement importants.

Aménager son territoire : du diagnostic des publics au travail en réseau

7La résidence concourt à l’aménagement du territoire départemental. En général, la BD en fait bénéficier, à tour de rôle, une zone du département, ciblant bien souvent, de manière prioritaire, les territoires les plus démunis, dans un souci de solidarité. Dans l’Orne, la construction du projet est précédée d’un diagnostic afin de cerner au mieux les besoins du territoire. En Charente, la BD souhaite toucher un territoire jugé prioritaire au regard des chiffres liés à la précarité et au fort taux d’illettrisme. En Seine-et-Marne, le maillage du territoire en bibliothèques ayant été jugé insuffisant suite à un diagnostic, la possibilité d’organiser une résidence d’auteurs est volontairement ouverte à toutes les structures quels que soient leur nature (musée, bibliothèque, etc.) ou leur statut (institutionnel ou associatif).

8La résidence est aussi perçue comme un moyen de fédérer plusieurs bibliothèques d’un territoire donné et de les faire travailler ensemble. Ainsi dans l’Orne, la résidence est positionnée pour un réseau formel ou informel de bibliothèques (de 5 à 8) et la BD co-construit le projet avec les bibliothèques partenaires et l’artiste, ce qui crée entre les bibliothèques, après la résidence, des habitudes de travail en commun.

Professionnaliser les bibliothèques

9La BD utilise aussi la résidence comme un levier pour orienter le développement des bibliothèques. L’accueil d’un artiste est une réelle opportunité pour les bibliothécaires de faire vivre leurs espaces au moyen de l’action culturelle et de médiations nouvelles permettant peut-être un travail en profondeur avec les publics empêchés ou éloignés. En Eure-et-Loir par exemple, la résidence est perçue comme un outil pour faire monter en puissance les professionnels des bibliothèques dans l’accueil des auteurs.

10Au-delà, l’organisation de résidences permet de valoriser les bibliothèques comme lieux de rencontres, d’échanges et de création donnant accès à toutes les formes d’art. Pour la BD de la Sarthe, la résidence sert aussi à sensibiliser les élus à l’importance de disposer d’un établissement culturel de proximité tel qu’une bibliothèque. En Dordogne, le positionnement d’une résidence est aussi utilisé comme point d’appui pour, par exemple, renforcer les moyens humains d'une bibliothèque.

Toucher les publics empêchés ou éloignés

11Les BD ont aussi la volonté forte de s’adresser à des publics qui sont peu familiarisés avec le livre et la lecture. Cet objectif résonne avec les autres compétences du département dans le domaine des solidarités et la résidence d’auteur est perçue comme un moyen particulièrement efficace pour l’atteindre.

12L’organisation d’une résidence sur un territoire rural permet d’offrir aux publics éloignés la possibilité de rencontrer un artiste, d’être initiés aux techniques et à la création et au-delà, de bénéficier d’un événement fédérateur. D’autres résidences ciblent spécifiquement des publics éloignés ou empêchés avec l’organisation de médiations pour les personnes âgées dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), les personnes en situation de handicap au sein d’un établissement et service d'aide par le travail (ESAT), les détenus, les adolescents au sein des maisons d’enfants à caractère social (MECS), etc. C’est le cas notamment de certaines résidences organisées par la BD de la Somme3, ou de Seine-et-Marne4.

Favoriser l’engagement citoyen

13Pour deux BD, la résidence est aussi explicitement perçue comme un moyen de mobiliser les populations. Dans la Sarthe, en 2017, la volonté du département était de relier la résidence à l’engagement citoyen. Pour la BD de l’Orne, il s’agit, dans la lignée des droits culturels, de positionner la culture sur des enjeux de vivre ensemble, indispensables en milieu rural. La BD choisit donc des projets d’artistes dont la création est alimentée ou en relation avec les habitants (collectage, créations partagées, échanges, etc.).

De nombreux partenaires mobilisés

L’impulsion décisive des DRAC

14Les DRAC jouent un rôle décisif dans le lancement d’une résidence. Souvent, le conseiller pour le livre et la lecture fait une proposition en ce sens puis accompagne par la suite la résidence. La grande majorité des résidences organisées par les BD bénéficient d’un soutien financier de la DRAC et un grand nombre d’entre elles sont mentionnées sous forme d’objectif au sein d’un contrat territoire-lecture (CTL). La décision des techniciens dans le choix d’organiser une résidence est donc première même si, au final, cette action est très appréciée par les instances politiques qui y voient un bon moyen de répondre aux missions des départements.

Des soutiens financiers présents

15Outre la DRAC, très présente, d’autres partenaires sont aussi mobilisés. Le groupement européen de coopération territoriale (GECT) Pourtalet, qui est lui-même financé par le département des Pyrénées-Atlantiques et le gouvernement d’Aragon, est le principal financeur de la résidence de traduction organisée à l’espace Pourtalet par le département des Pyrénées-Atlantiques. La région joue un rôle essentiel dans le financement des résidences accompagnées par la BD de Seine-et-Marne, le département prenant quant à lui en charge les actions culturelles en lien avec la résidence. D’autres financeurs interviennent plus ponctuellement et aucune résidence contactée ne fait appel au CNL.

Une grande variété d’acteurs mobilisés

16Pour une BD, la mise en œuvre d’une résidence sur son territoire s’inscrit toujours dans une démarche partenariale, ne serait-ce qu’en raison de la charge de travail que génèrent l’organisation et le suivi de l’accueil d’un auteur. Cette nécessité est d’ailleurs bien perçue par certaines BD, comme la Somme, qui utilisent la résidence comme un moyen de créer des partenariats surtout entre les bibliothèques et d’autres structures (services de santé, EHPAD, etc.). Pour la BD de Saône-et-Loire (BDSL), la résidence a été une occasion de s’ouvrir à d’autres acteurs de la culture, en l’occurrence un Musée5 qui avait déjà mené une expérience dans ce domaine et qui a accueilli la résidence. D’autres partenariats existent avec des acteurs de la chaîne du livre (avec La Revue Dessinée dans le cas de la Sarthe) par exemple, la BD de la Sarthe a accueilli de janvier à juin 2015 l’auteur de bande dessinée Sébastien Vassant pour un projet de bande dessinée documentaire en partenariat avec La Revue Dessinée.

17Pour le choix de l’auteur et plus largement la construction du projet, des associations spécifiques sont souvent sollicitées, comme l’Agence régionale du livre (Hautes-Alpes et Eure-et-Loir).

18Pour l’organisation et le suivi des résidences, certaines BD s’appuient à des degrés divers sur des associations. En Eure-et-Loir, la résidence qui a été organisée de 2012 à 2017 était portée par la Fédération des œuvres laïques (FOL) qui a monté le dossier auprès du financeur. Dans les Hautes-Alpes, depuis 2016, la résidence est entièrement portée par l’association Rions de soleil.

L’artiste

  • 6 « Ainsi, chaque temps fort de la saison est à réinventer avec de nouveaux partenaires (bibliothèqu (...)

19Le choix de l’artiste en résidence procède soit d’un appel à candidatures, soit d’un choix opéré par la BD en lien avec ses partenaires à partir d’une présélection. Plus rarement, un auteur est directement choisi par la BD car il s’inscrit dans le cadre de son projet culturel annuel (saison culturelle de la BDSL)6.

20Les attentes vis-à-vis de l’auteur, aussi bien en ce qui concerne la création que les médiations, varient d’un projet à l’autre. Dans les Hautes-Pyrénées mais aussi en Dordogne, il n’y a pas de commande spécifique ni d’attente d’une œuvre finalisée. L’auteur peut consacrer son séjour à l’avancement du travail de création sur la base duquel il aura été choisi puis d’en faire une restitution publique. Au contraire, dans la Sarthe, la commande est très précise. L’auteur choisi aura à cœur de s’imprégner de son lieu de séjour et d’aller à la rencontre de la population. En 2017, Rémy Checchetto a réalisé un ensemble de portraits photographiques et littéraires en allant à la rencontre de la population7.

Des modalités d’organisation spécifiques

Une grande variété des formes et des contenus

21Les résidences organisées par les BD varient considérablement dans leurs contenus. Néanmoins, quasiment toutes ont pour objet le livre et l’écriture – ce qui traduit probablement une répartition tacite avec les autres acteurs culturels du territoire. Elles prennent la forme de résidences jeunesse (illustration et narration), de poésie, de romans pour adultes et pour adolescents, de bandes dessinées de fiction ou de reportage, de récits/témoignages, de portraits photographiques et littéraires, de livres d’artistes (Hautes-Alpes)8 et même de traduction (Pyrénées-Atlantiques).

22La BD de la Somme sort des sentiers battus avec une résidence de musique assistée par ordinateur (MAO) qu’elle organise en 2018, sur le thème « poésie urbaine musique assistée par ordinateur »9.

23De manière assez classique, deux grandes formes de résidences se dégagent. La plus représentée est la résidence de création avec un temps dédié à la médiation ne devant pas dépasser 30 %. Dans ce cas, il est à noter que certaines BD (Dordogne et Seine-et-Marne) prévoient aussi un budget pour l’organisation d’actions en lien avec la résidence (spectacles, ateliers assurés par un autre artiste, etc.) et choisies par l’auteur.

24Plus rarement, la résidence est uniquement centrée sur de la médiation (ateliers, rencontres, discussions avec différents publics). Dans la Somme, les résidences adultes ou jeunesse prennent le plus souvent cette forme. En 2015, l’auteur Alain Guyard, philosophe, a accepté de rencontrer une semaine par mois (quinze jours au total) les publics des bibliothèques partenaires dans le cadre d’ateliers, de rencontres et de discussions.

Encadré. Un exemple de résidence innovante : BD, école et éditrice

La BD de la Somme a organisé en 2014 une résidence de médiation avec l’auteur Anne-Sophie Gousset et l’éditeur de livres électroniques « La souris qui raconte » afin de permettre à un collectif d’enfants dans le cadre de leur classe, d’imaginer une histoire dont ils sont les auteurs, les illustrateurs et les conteurs. Le résultat est une histoire interactive, appelée Flamboyant le courageux*.

* « Flamboyant le courageux » : < https://www.lasourisquiraconte.com/​les-histoires-d-ecole/​49-flamboyant-le-courageux.html >.

Une organisation marquée par la nature et le nombre de partenaires

25Une résidence d’artiste mobilise beaucoup de temps humain de bout en bout. Cet aspect est d’autant plus marqué dans le cas d’une BD que les acteurs et partenaires sont nombreux et souvent peu professionnels (présence de bénévoles ou de salariés peu aguerris). Aussi cette phase préparatoire acquiert une importance encore plus grande en BD. La résidence en elle-même, tant dans sa durée que dans son fonctionnement (organisation des médiations, restitution, etc.), ne se distingue pas de celles organisées par d’autres bibliothèques. Seule la question de la distance fait l’objet d’une attention particulière afin d’éviter des temps de trajets trop longs.

Un moment clé : la phase préparatoire

26De la phase de préparation d’une résidence dépend sa réussite. Cette phase intègre le choix de l’artiste, du territoire qui l’accueillera, des médiations, des publics et des bibliothèques concernées. Elle intègre aussi l’appropriation de l’œuvre de l’auteur par les partenaires afin parfois d’intégrer la médiation dans une programmation plus large. Elle dure au minimum 6 mois, plus souvent 8 mois voire un an. Elle permet de bien associer les partenaires, et notamment les bibliothèques qui accueilleront l’auteur, et l’auteur lui-même qui assurera les médiations. La BD de la Dordogne, par exemple, précise que 8 mois avant le début de la résidence, la directrice vient présenter le projet au réseau de bibliothèques concerné, ce qui permet ensuite de prendre le temps de choisir l’association porteuse, les partenaires, de lancer l’appel à candidatures puis de bien étudier les candidatures (organisation de comités de lecture, etc.).

Les moyens mobilisés

27Les moyens financiers mobilisés sont importants et dépendent du type de résidence organisée (création ou mission) et de sa durée. À ces montants s’ajoute également, dans certains cas, le budget dédié à l’organisation d’actions culturelles en lien avec la résidence. Les bibliothèques partenaires sont parfois sollicitées pour participer au financement, avec plus ou moins de succès. Au minimum, celles-ci prennent en charge les frais de repas de l’auteur à l’occasion de ses médiations. Plus rarement, elles prennent aussi en charge les frais de la résidence avec une aide financière et technique du département.

28Les moyens humains dédiés par la BD à l’organisation d’une résidence dépendent du type de portage proposé. Dans tous les cas, ils ne sont pas négligeables, car une résidence nécessite du temps notamment en phase préparatoire. En Dordogne, deux personnes assurent le suivi des résidences : sur le format de quatre mois, il faut compter une dizaine de jours de préparation, 3-4 journées pendant la résidence puis 2 jours de travail sur le bilan.

Des portages différenciés en fonction des territoires

29Les modalités de portage diffèrent beaucoup d’une BD à l’autre en fonction de la nature du réseau de bibliothèques desservi, du niveau de développement de la lecture publique sur un territoire mais aussi des choix stratégiques effectués par le département.

30Trois types de portage peuvent être distingués. Dans le premier cas, la BD porte intégralement la résidence. Elle la finance, avec une aide extérieure, la positionne sur un territoire, accompagne l’ensemble des étapes du projet, de la conception à la valorisation du travail réalisé, en passant par la sollicitation et la mobilisation des partenaires ainsi que les aspects de contractualisation. Le territoire est plus ou moins associé selon la BD. Dans la Sarthe, l’auteur est choisi en concertation avec les partenaires sur la base de propositions mutuelles et l’accompagnement de l’auteur est uniquement assuré par la BD. Ce mode de portage s’explique par l’existence d’un réseau de bibliothèques peu qualifié ou bien par des publics très ciblés dans le cas de certaines résidences-missions.

31Dans le deuxième cas, le plus fréquent, la BD se pose en organisateur et en coordonnateur. Elle finance la résidence en général avec la DRAC. Dans le cas de la BD de la Dordogne, le portage administratif et financier a longtemps été assuré par une association sur le territoire d’accueil avant d’être repris en direct par la BD. Dans tous les cas, c’est la BD qui coordonne l’organisation de la résidence. Ensuite, les bibliothécaires du réseau assurent son suivi avec une aide de la BD qui intervient si nécessaire pour recadrer les choses.

32Dans le troisième cas, la BD se pose plus en référent et en conseil. En Seine-et-Marne, pour les résidences de création, la collectivité d’accueil de la résidence est le porteur du projet. Elle a pour mission de monter le dossier de subvention auprès de la région et d’accueillir l’auteur (assurer les conditions de son hébergement ou de son lieu d’écriture), de l’introduire, pour élaborer des actions auprès des différents acteurs culturels, sociaux et économiques du territoire et de suivre l’évolution de son travail et de ses besoins. Après validation du projet, la BD apporte des financements pour la partie action culturelle et surtout guide et conseille le porteur de projet pour la mise en œuvre de la résidence et l’élaboration des dossiers de demandes de subventions.

Des difficultés spécifiques

33Comme les autres organisateurs de résidences, les BD sont confrontées à des difficultés liées à la gestion humaine de l’artiste et/ou des équipes ou à la complexité de l’organisation. Celle-ci nécessite un temps de préparation incompressible et aussi un responsable du suivi de la résidence afin de planifier les actions et de gérer le suivi et le quotidien des artistes.

34La BD est aussi confrontée à des difficultés plus spécifiques. Tout d’abord, si la question du temps de déplacement de l’auteur pour se rendre aux médiations ne pose que très rarement problème, car la résidence d’une BD est toujours destinée à une partie du territoire départemental, en revanche, l’éloignement de la BD du lieu de résidence ne facilite pas toujours l’accompagnement de l’artiste, comme l’a souligné la BDSL.

35Ensuite, il n’est pas toujours évident pour la BD d’atteindre son objectif de professionnalisation et de dynamisation des bibliothèques du territoire en leur faisant prendre en charge la programmation des médiations. Par exemple, une courte formation sur les modalités à mettre en œuvre pour accueillir un auteur est un atout pour la réussite de la résidence. Dans la Sarthe, une formation à l’accueil d’un auteur a été mise en place pour mener à bien le projet. Cette formation intégrait la préparation en amont et les besoins en communication.

36Enfin, même quand cela est prévu en amont, il n’est pas toujours facile d’obtenir des contributions financières ou en nature de la part des collectivités partenaires.

Un couteau suisse au service des missions des BD

37La mise en place d’une résidence par une BD est tout sauf une action anodine au vu des moyens humains et financiers qu’il faut rassembler. Toutes les BD soulignent d’ailleurs combien le projet est exigeant, parfois lourd, pour elles-mêmes comme pour les partenaires mobilisés au premier rang desquels les bibliothèques. Il faut aussi du temps avant que la résidence ne trouve son identité et prenne toute sa place dans l’action de la BD. Dans la Sarthe, il a fallu plusieurs années avant de trouver la bonne articulation entre projet de création et action culturelle en direction des publics empêchés. La résidence de Rémi Checchetto10, organisée en 2017, est de ce point de vue un aboutissement car elle leur a permis d’atteindre tous leurs objectifs, aussi bien dans la démarche (participation des publics, etc.) que dans les résultats (livre de portraits rédigés par l’auteur, restitution finale, etc.).

Cependant, la résidence est un dispositif particulièrement efficace pour atteindre plusieurs objectifs en même temps : professionnalisation des bibliothécaires, mise en réseau des bibliothèques, incitation à travailler en direction des publics empêchés et éloignés, etc. Les retours des BD montrent que la résidence a un impact important sur les territoires concernés en créant une véritable dynamique.

38Au final, les BD, en s’emparant de ce dispositif, développent de nouvelles compétences au service de leurs missions, créent de nouveaux moyens de dynamiser leurs territoires et acquièrent rapidement une expertise en ce domaine et donc une reconnaissance forte. Comme dans tous les champs qu’elles investissent, les BD, en organisant des résidences, répondent à un besoin (la nécessaire rencontre entre des publics, un auteur et une œuvre) qui, sans leur intervention, resterait inassouvi. Et comme toujours, les BD ne se contentent pas de se substituer aux bibliothèques publiques. Elles font aussi tout ce qu’elles peuvent, au moyen de formations, d’accompagnement (voire de coaching) et d’aides financières, pour pérenniser le service sur le territoire en rendant les acteurs locaux en capacité à leur tour d’accueillir des artistes.

Notes

1 Citons cependant le mémoire d’étude de l’Enssib de Bertrand Caron qui insiste sur l’activité des BDP en ce domaine comparativement aux autres bibliothèques, Bertrand Caron, Bibliothèques et résidence d’auteurs : quelles opportunités en 2010 ? Mémoire d’étude de conservateur de bibliothèques, sous la direction de Thierry Grognet : Villeurbanne, Enssib, janvier 2011. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/49517-bibliotheques-et-residence-d-auteurs-quelles-opportunites-en-2010.pdf>, p. 29.

2 Suite à un message posté sur la liste de diffusion de l’Association des bibliothécaires départementaux le 17 janvier 2018, 10 bibliothèques départementales ont répondu et je les en remercie : Bas-Rhin, Dordogne, Eure-et-Loir, La Charente, Orne, Pyrénées-Atlantiques, Saône-et-Loire, Sarthe, Seine-et-Marne, Somme. D’autres BD organisent des résidences (notamment le Cantal), mais je n’ai pas eu le temps de les contacter.

3 Voir : < http://www.bibliotheque.somme.fr/action-culturelle/residences/33-presentation > et l’exemple de la résidence philosophie d’Alain Guyard : < http://bibliotheque.somme.fr/action-culturelle/films-de-la-bds/121-films-de-la-bds >.

4 Voir : < http://mediatheque.seine-et-marne.fr/programmes-residences-auteurs/michel-seonnet-au-centre-penitentiaire-de-reau >.

5 Le Musée Bibracte : < http://www.bibracte.fr/ >.

6 « Ainsi, chaque temps fort de la saison est à réinventer avec de nouveaux partenaires (bibliothèque, association, équipement culturel), de nouveaux publics (grand public ou publics spécifiques comme les scolaires, les personnes éloignées de la culture, etc.) et de nouveaux défis (réalisation d'un atelier cinéma avec les services sociaux, accueil d'une résidence littéraire ou création d'un festival des Cultures numériques). » : < http://www.bibliotheques71.fr/content/saison-culturelle >.

7http://biblio.sarthe.fr/espace-pro/action-culturelle/projets/les-residences >.

8 Le projet des Hautes Alpes : < https://bibliotheques.hautes-alpes.fr/vos-bibliotheques/nos-projets/residences-de-creation/46-2011-2016-nos-residences-en-quatre-auteurs >.

9http://bibliotheque.somme.fr/action-culturelle/residences/211-mao >.

10http://biblio.sarthe.fr/espace-pro/action-culturelle/projets/les-residences/370-remi-checchetto-ecrire-l-experience-vecue > et < https://remichecchettoensarthe.wordpress.com/ >.

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search