Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développer la médiation documentaire numérique

 | 
Xavier Galaup

Partie IV. Interagir en ligne, produire des contenus, partager

4. Un exemple de médiation documentaire numérique autour du centenaire de Jean Carbonnier (1908-2003) : du colloque à l’exposition virtuelle et à la numérisation

Noëlle Balley et Sébastien Dalmon

Texte intégral

1La bibliothèque interuniversitaire Cujas, héritière de la bibliothèque de la faculté de droit de Paris, est l’une des plus importantes bibliothèques universitaires juridiques en Europe. Sous sa forme actuelle, elle a été créée en 1979 par convention entre les universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris 2 Panthéon-Assas.

2La bibliothèque n’est pas encore dotée d’un système informatique ouvert aux technologies du Web 2.0. La spécialisation du fonds, pauvre en iconographie et d’un contenu souvent aride, n’est pas propice à une valorisation orientée vers le grand public. Dans ce contexte, la médiation numérique se doit d’être d’abord adaptée aux besoins d’un lectorat universitaire de haut niveau, en offrant aux chercheurs des outils facilitant leur travail sur les textes, sans négliger toutefois l’ouverture à un public plus large.

  • 1 Professeur à l’université de Poitiers de 1937 à 1955, puis à la faculté de droit de Paris jusqu’en (...)

3Les enseignants-chercheurs et les chercheurs collaborent aux activités de la bibliothèque, notamment dans le cadre de sa politique de numérisation. Ainsi la première entreprise de numérisation effective a concerné, pour des raisons conjoncturelles, les polycopiés du doyen Jean Carbonnier1 (1908-2003). En effet, à l’occasion du centenaire de la naissance de ce grand juriste civiliste, la bibliothèque avait organisé un colloque international en collaboration avec le Sénat, les 5 et 6 novembre 2008. Ce colloque a fourni l’occasion de développer une exposition virtuelle, qui permettait notamment l’accès aux polycopiés de cours numérisés en mode texte.

AU DÉPART, UNE PARTICIPATION MODESTE À UN PROJET ÉDITORIAL

  • 2 Catherine Labrusse-Riou, professeur émérite de droit privé à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (...)

4Le projet éditorial de rassembler les écrits de Jean Carbonnier introuvables, inédits ou dispersés, a été initié par Raymond Verdier, anthropologue du droit, directeur de recherches honoraire au CNRS, fondateur et président d’honneur de l’Association française droit et cultures. Un comité éditorial avait été institué, comprenant différentes personnalités2. À l’occasion de recherches bibliographiques à Cujas, M. Verdier est entré en contact avec deux conservateurs de la bibliothèque, Franck Hurinville et Sébastien Dalmon, et les a invités à assister aux réunions du comité éditorial, auxquelles participaient également des membres de la famille Carbonnier.

5L’ouvrage – un seul volume de plus de 1 600 pages – est paru aux Presses universitaires de France en octobre 2008, sous le titre Écrits. En parallèle, l’idée a germé d’accompagner cet événement éditorial par un colloque sur la figure du Doyen.

UN COLLOQUE AU SÉNAT AVEC DES ACTES EN LIGNE

  • 3 Une journée d’étude préparée par Denis Salas sur « Jean Carbonnier et la justice » a eu lieu le 10 (...)

6Le centenaire de la naissance de Jean Carbonnier a donné lieu à plusieurs manifestations3. Le colloque de la bibliothèque Cujas et du Sénat sur « Jean Carbonnier (1908-2003) : art et science de la législation », qui s’est tenu les 5 et 6 novembre 2008 au Palais du Luxembourg, s’inscrivait donc dans une logique plus large.

7Ce colloque a bénéficié du soutien financier du groupement d’intérêt public (GIP) Mission de recherche Droit et Justice, ainsi que du label « colloque institutionnel du Sénat ». L’obtention de ce label permettait une publication à la fois en version papier et en ligne. Cette publication a pris du retard pour des raisons conjoncturelles, mais elle est en passe d’être finalisée, grâce au recrutement d’un doctorant contractuel qui a notamment retranscrit certaines des interventions à partir des enregistrements fournis par le Sénat.

8Les colloques du Sénat sont accessibles sur le site Internet de la Chambre haute4. Ils sont organisés par liste chronologique ou thématique ; les actes des colloques économiques co-organisés par le Sénat et UBIFRANCE, l’Agence française pour le développement international des entreprises, sont distingués des autres. Chaque colloque est disponible à la fois au format HTML et au format PDF, avec un sommaire dynamique dans les deux cas. Il est également possible de commander en ligne la version papier pour une somme modique (moins de 10 euros).

  • 5 < http://cujas-front.univ-paris1.fr/ >

9La visibilité des actes du colloque sur Jean Carbonnier est ainsi assurée. Lorsque la publication sera effective, elle sera bien évidemment annoncée sur le site Internet de Cujas5, en parallèle avec une action de communication, notamment auprès des centres de recherche des deux universités de rattachement de la bibliothèque. Un lien vers les actes en ligne sera également ajouté dans l’exposition virtuelle réalisée en parallèle au colloque. La version papier sera présente dans la bibliothèque, et sa notice dans le catalogue informatisé comportera également un lien vers la version électronique sur le site du Sénat. Nous pouvons ainsi espérer une valorisation maximale de ce travail, qui sera consultable à partir de plusieurs accès, sur les sites du Sénat et de la bibliothèque Cujas, sans parler de son moissonnage par des bases de données externes.

EN PARALLÈLE, UNE EXPOSITION VIRTUELLE

10La bibliothèque a par ailleurs décidé de mettre en ligne une exposition virtuelle consacrée à Jean Carbonnier, constatant l’absence, sur Internet, de ressources suffisamment fiables et complètes sur le Doyen6. L’exposition visait non seulement à faire connaître une grande figure du droit contemporain, méconnue du grand public, mais aussi à répondre aux attentes des spécialistes. Cujas avait déjà une certaine expérience en matière d’exposition virtuelle, ayant déjà réalisé celle sur le Bicentenaire du Code civil (1804-2004) en collaboration avec la Cour de cassation et l’Ordre des avocats7.

11L’architecture de l’exposition a été élaborée par Raymond Verdier, Franck Hurinville et Sébastien Dalmon, qui ont également rédigé les textes de présentation et choisi les extraits des œuvres citées. Le plan du site a ensuite été présenté et validé par le comité scientifique du colloque Carbonnier. Les aspects techniques ont été pris en charge par le département informatique de la bibliothèque, particulièrement par un assistant ingénieur ayant des compétences dans le domaine de la création de sites Internet.

  • 8 Ces extraits ont été sélectionnés à partir du CD Les grands juristes contemporains édité par le Lab (...)
  • 9 < http://gallica.bnf.fr/ >.

12Les intitulés des différents onglets sont disposés horizontalement sous le titre de l’exposition. Dans chacun, on trouve des citations, des textes, des images (bien qu’on ait peu de photographies), des extraits vidéo et des extraits audio donnant à lire, voir et entendre le Doyen. De plus, sur le menu vertical de chaque page, à la droite de l’écran, sont regroupés l’ensemble des vidéos et des enregistrements audio disponibles, quel qu’en soit le sujet8. Les droits ont été négociés auprès de la Réunion des musées nationaux (RMN), d’autres musées et de l’Institut national de l’audiovisuel (INA). La BnF a gracieusement permis la reproduction de certaines images issues de sa bibliothèque numérique Gallica9, et la famille Carbonnier nous a très gentiment prêté quelques photographies.

13Un premier onglet horizontal, intitulé « Accueil », rappelle les principales étapes de la carrière universitaire de Jean Carbonnier. Les autres onglets présentent certaines facettes de son travail (le pédagogue, le protestant, l’écrivain, l’art législatif, la science du droit), ainsi que quelques notions centrales dans son œuvre (le non-droit, le pluralisme des normes). Une place originale a été ménagée à un « Musée imaginaire » où le visiteur peut visualiser les reproductions d’œuvres d’art appréciées du Doyen, accompagnées des citations qui les évoquent ou les commentent (par exemple, Le Chancelier Séguier de Charles Le Brun et Le Tricheur de Georges de la Tour).

  • 10 « L’extrême justice est injustice », Cicéron, De officiis, I, 10, 33.

14L’exposition virtuelle met également à disposition du public, grâce à Guy Carcassonne, un texte inédit de Jean Carbonnier, intitulé Summum jus, summa injuria10, qui n’a jamais été publié, bien que destiné initialement à l’hebdomadaire Le Point en 1996.

15L’exposition offre aussi quelques liens vers d’autres pages ou sites Internet consacrés au Doyen et à son œuvre11.

LA NUMÉRISATION DES POLYCOPIÉS DE JEAN CARBONNIER

16L’exposition virtuelle, mise en ligne à la veille du colloque, offre également un accès à treize polycopiés de cours du doyen Carbonnier professés entre 1958 et 1974, portant sur la sociologie juridique ou le droit civil12. Ces documents ont été numérisés par la bibliothèque, à partir de ses propres fonds, mais également de dons effectués par le professeur François Terré, président de l’Académie des Sciences morales et politiques et ancien collaborateur de Jean Carbonnier.

17La mission numérisation de la bibliothèque, en collaboration avec le département informatique et la webmestre, a effectué un important travail de numérisation en mode texte, avec une relecture intégrale. Ces documents numérisés offrent une valeur ajoutée considérable par rapport aux documents papier : une plate-forme de recherche a été élaborée par l’ingénieur informatique de la bibliothèque ; des sommaires dynamiques ont également été créés. Tout ce travail a été effectué en un temps record, afin que l’accès aux cours polycopiés numérisés soit effectif avant la mise en ligne de l’exposition virtuelle et le début du colloque.

18La correction intégrale des Optical Recognition Characters (OCR) a été guidée par le souci de permettre le meilleur accès aux informations contenues dans le texte, en quelque sorte, malgré le texte lui-même. C’est ainsi que, contrairement aux usages de l’édition savante, la graphie originale des polycopiés, édités à partir des notes prises par un étudiant pendant les cours de Jean Carbonnier, a parfois dû être rectifiée dans le corps même du texte : le nom de Claude Lévi-Strauss, écrit avec un y dans les originaux, a retrouvé son orthographe correcte, et l’écrivain latin « Olugel » est redevenu Aulu-Gelle en mode texte.

19Depuis lors, l’interface de recherche a été progressivement améliorée pour mieux répondre aux besoins des chercheurs. Dans son état actuel, elle comprend trois onglets qui permettent des accès différenciés au texte, soit en croisant les recherches sur les métadonnées, la table des matières et le plein texte13, soit en favorisant la sérendipité grâce à une navigation par listes d’auteurs ou de titres, ou encore à travers un thésaurus spécialement conçu pour la bibliothèque numérique14. Dans un souci de médiation, des exemples de recherches ont été ajoutés sur l’écran d’accueil15. La prochaine étape sera la mise en place d’une visionneuse, qui permettra d’accéder à une page précise sans télécharger tout le document.

20Cette première opération de numérisation, portant sur treize polycopiés représentant environ 3 000 pages, a permis à la bibliothèque de tester, en grandeur réelle, la chaîne de numérisation qu’elle mettait en place pour son propre programme. La correction intégrale des OCR, justifiée par les difficultés de lecture des documents originaux, a constitué un défi qu’il ne serait pas raisonnable de renouveler sur d’autres projets. En revanche, toutes les procédures mises en place pour ce programme, réalisé intégralement en interne grâce à la présence d’une équipe informatique aux compétences rares et complémentaires, ont été reprises et enrichies progressivement sur d’autres corpus.

VERS UNE POLITIQUE DOCUMENTAIRE SCIENTIFIQUE EN BU

21Ce projet ambitieux, articulant publication, colloque, exposition virtuelle et mise à disposition de documents numérisés autour de la figure de Jean Carbonnier, a constitué une belle réussite. Loin de s’opposer, l’écrit, l’oral et le numérique ont été utilisés de manière complémentaire et en interaction permanente. Cette réalisation augure de ce que pourrait être la politique scientifique d’une bibliothèque interuniversitaire, allant au-delà de la simple fourniture de documents pour intervenir, à la demande d’équipes de recherche, comme partenaire à part entière. D’autres manifestations de ce type pourraient être développées par la suite. L’organisation d’un colloque et d’une exposition virtuelle associée reste un évènement exceptionnel, mais il est tout à fait envisageable d’organiser en alternance un colloque (ou une journée d’études un peu plus modeste) et la mise en œuvre d’une exposition virtuelle.

22La mise en ligne des cours polycopiés a constitué la première véritable opération de numérisation en interne à Cujas. La politique de numérisation de la bibliothèque s’est par la suite poursuivie. Sa bibliothèque numérique16 compte actuellement 230 documents, intégrant des volumes du fonds ancien et d’autres projets collaboratifs avec des chercheurs17. La bibliothèque s’est associée à la BnF pour mener à bien un programme concerté de numérisation en sciences juridiques. Le projet s’est traduit par un appel à initiatives pour la numérisation en sciences juridiques, lancé en juin 201018, et renouvelé en décembre 2011. À terme, c’est un large réseau de bibliothèques numériques juridiques interopérables au plan national qui sera ainsi mis en place. À plus brève échéance, la réinformatisation de la bibliothèque devrait lui permettre d’offrir à ses utilisateurs un accès aux nouvelles techniques de médiation offertes par le Web 2.0, en association étroite avec les enseignants-chercheurs, au bénéfice de leurs équipes de recherche et de leurs étudiants.

Notes

1 Professeur à l’université de Poitiers de 1937 à 1955, puis à la faculté de droit de Paris jusqu’en 1976, le doyen Carbonnier est l’auteur d’un considérable traité de Droit civil (PUF, rééd. 2004) qui fait toujours référence en la matière. Il a été l’inspirateur, dans les décennies 1960 et 1970, de nombreuses réformes du droit de la famille, notamment celles du divorce et de l’autorité parentale, dont il a rédigé les avant-projets. De culture et de religion protestantes, il a promu la sociologie juridique comme approche complémentaire et utile à la compréhension du droit.

2 Catherine Labrusse-Riou, professeur émérite de droit privé à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Olivier Abel, professeur de philosophie éthique à la faculté libre de théologie protestante de Paris ; Pierre Catala, professeur émérite à l’université Paris 2 Panthéon-Assas ; Jacques Commaille, professeur de sociologie politique à l’École normale supérieure de Cachan ; Antoine Garapon, magistrat, secrétaire général de l’Institut des hautes études sur la justice ; Georges Garioud, directeur de recherche au CNRS, directeur adjoint de la Mission de recherche droit et justice ; Jacques Massip, conseiller doyen honoraire à la Cour de cassation ;. Jacques Poumarède, professeur d’histoire du droit à l’université Toulouse 1 Capitole ; Denis Salas, magistrat, secrétaire général de l’Association française pour l’histoire de la justice.

3 Une journée d’étude préparée par Denis Salas sur « Jean Carbonnier et la justice » a eu lieu le 10 octobre à l’École Nationale de la Magistrature, en collaboration avec l’Association Française d’Histoire de la Justice. Le Centre d’Histoire et d’Anthropologie du Droit (CHAD) de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense a organisé pour sa part un colloque sur « Jean Carbonnier (1908-2003) : le droit, les sciences humaines, sociales et religieuses » les 7 et 8 novembre.

4 < http://www.senat.fr/colloques/ >.

5 < http://cujas-front.univ-paris1.fr/ >

6 < http://expocujas.univ-paris1.fr/Carbonnier/ >

7 < http://expocujas.univ-paris1.fr/Bicentenaire/default.htm >

8 Ces extraits ont été sélectionnés à partir du CD Les grands juristes contemporains édité par le Laboratoire de droit économique francophone (LADEF) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, de l’émission radiophonique Le bien commun sur France Culture (entretien de Jean Carbonnier avec Olivier Abel et Antoine Garapon), et de l’émission télévisée Présence protestante (France 2) consacrée à « Jean Carbonnier, portrait-entretien : le droit au non droit » (entretien avec Olivier Abel, film réalisé par Claude Vajda).

9 < http://gallica.bnf.fr/ >.

10 « L’extrême justice est injustice », Cicéron, De officiis, I, 10, 33.

11 < http://www.puf.com/wiki/Auteur:Jean_Carbonnier.>. < http://w3.aislf.univ-tlse2.fr/cr3/cr3JC.htm >. < http://www.courdecassation.fr/formation_br_4/2005_2033/doyen_jean_carbonnierjurisprudence_8138.html >. < http://www.gip-recherche-justice.fr/spip.php?article311 >.

12 < http://cujasweb.univ-paris1.fr/search >.

13 < http://cujasweb.univ-paris1.fr/search?smode=advanced >.

14 < http://cujasweb.univ-paris1.fr/search?sort=title&smode=browse&browse-all=yes >.

15 < http://cujasweb.univ-paris1.fr/search >.

16 Bibliothèque numérique de la BIU Cujas : < http://cujasweb.univ-paris1.fr/search >.

17 Projet « Droit politique » porté par l’Institut Michel Villey (Paris 2) et l’université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, et subventionné par l’Agence nationale de la recherche.

18 Présentation des projets retenus sur les sites de la BnF et de Cujas : < http://www.bnf.fr/fr/professionnels/anx_poles_autres/a.num_sci_juridiques_appel.html > et < http://webcujas.univparis1.fr/principal/infos/Resultats_appel_initatives-2.pdf >.

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540