Version classiqueVersion mobile

Organiser des résidences artistiques et littéraires en bibliothèque

 | 
Claire Castan
, 
Hélène Glaizes

Partie 2. Enjeux et aventures

Une aventure de création partagée : les résidences Arts Vivants à la médiathèque de Vaise (Lyon)

Fanette Perret et Arnaud Travade

Texte intégral

1Créée en 2000, au sein du réseau des bibliothèques municipales de Lyon, la médiathèque de Vaise a, dès sa naissance, intégré aux côtés de ses collections généralistes une dominante thématique sur le théâtre et les arts du spectacle. Cette spécialisation lui permet d’associer à son ancrage territorial fort dans l’ouest de la ville, un rayonnement plus large sur l’agglomération. Le bâtiment intègre un auditorium de 85 places, calibré pour les formes spectaculaires, qui, avec le dénivelé accentué de ses fauteuils et son espace scénique en contrebas, tranche avec les habituelles salles de conférences présentes en bibliothèque.

2Une équipe et une collection spécialisée d’environ 10 000 documents, ainsi qu’une salle de lecture dédiée, à l’origine conçue comme un centre de documentation, donnent corps à ce service initialement pensé pour les professionnels et les passionnés, et par la suite renommé Arts Vivants1 dès lors qu’il s’est agi de sensibiliser un public plus large à l’actualité et aux enjeux du spectacle vivant.

Faire vivre les arts du spectacle en bibliothèque

La résidence : une forme de médiation qui s’impose d’elle-même

3C’est de ce contexte que sont nées, presque comme une nécessité, les résidences artistiques que la médiathèque organise depuis 2005. Moins répandu en bibliothèque que les résidences d’auteur, l’accueil de compagnies créant dans les murs des formes de spectacle vivant s’est en effet imposé à la croisée de plusieurs enjeux portés par les professionnels du service. Comment faire la médiation, auprès de larges publics, de collections spécialisées et peu médiatisées ? Quelle place donner, en bibliothèque, à un domaine par définition aussi « vivant » que les Arts du spectacle ? Comment utiliser les Arts Vivants pour faire de la médiathèque un lieu de découverte permanente ? Enfin, comment accompagner la création émergente sur le territoire en valorisant un outil rare (la salle de spectacle et un technicien à demeure), et donc largement sollicité par les compagnies locales ?

4En une douzaine d’années d’expérimentation, les résidences Arts Vivants portées par la médiathèque ont largement varié dans leur format et dans leur contenu, mais la construction de ces projets reste traversée par deux questionnements permanents.

Comment ce dispositif de création peut-il habiter la structure et la transformer de l’intérieur pour ses utilisateurs ? Comment associer au processus l’équipe de professionnels de la bibliothèque pour en faire un format de médiation largement partagé ?

Quelle place pour la création dans la temporalité de la médiathèque ?

À la recherche du format idéal

5La durée et la régularité des résidences constituent un enjeu central pour que l’équipe puisse donner toute sa place au dispositif dans la vie de la médiathèque.

6Durant leurs premières années d’existence, les résidences ont été conçues sur des formats concentrés (de quelques jours à quelques semaines), permettant de nourrir une dynamique permanente, et de représenter au mieux les différentes disciplines artistiques et la diversité créatrice en jeu sur le territoire. Un nombre important de compagnies bénéficiait du lieu et de ses avantages. La médiathèque pouvait alors accueillir jusqu’à trois résidences par an, organisées en fonction des choix de l’équipe et des opportunités se présentant (partenariats, événements, etc.).

7Pour riche qu’elle soit, cette logique cumulative s’est heurtée aux capacités de portage de l’équipe et à la difficulté de donner une place prépondérante à des temps si réguliers dans le quotidien de la médiathèque. L’activité soutenue répondait à la demande des artistes, mais rendait difficile un travail approfondi de médiation des contenus et de valorisation des événements.

Vers une concentration des efforts

8L’expérimentation s’est alors orientée vers un rythme de résidence annuel et des grands formats, pouvant atteindre 8 mois d’accueil fractionné. Le suivi des créations sur un temps long et la construction de parcours ambitieux pour les publics ont fait une place plus nette aux résidences dans la saison culturelle, au risque d’un essoufflement ressenti aussi bien par les compagnies que par les bibliothécaires en charge du projet.

Les bilans menés en interne et avec les artistes ont plaidé pour une refonte du modèle, avec quelques axes forts : un format de résidence resserré à environ 30 jours d’accueil répartis sur 3 ou 4 mois, un rythme biannuel, et surtout le portage par l’ensemble des équipes d’une programmation entièrement structurée autour du projet artistique accueilli, tirant les fils thématiques de la création, et déployée dans une large série de rendez-vous proposés à tous les publics.

9Initié en 2015, autour de la construction par la compagnie Germ 36 du spectacle Contre le progrès, Contre l’amour, Contre la démocratie, d’après l’auteur catalan Estève Soler, ce format de résidence enrichie a permis une concentration des efforts de l’équipe autour d’enjeux partagés sur plusieurs mois. Se met également à jour dans ce portage plus collectif une logique de transversalité, rejoignant le projet de la médiathèque : le spectacle vivant comme porte d’entrée pour aborder plus largement les champs du savoir et les débats contemporains.

Un processus de préparation collectif

Des contenus partagés en amont

10La préparation des résidences, depuis leurs prémices, est l’occasion de réfléchir collectivement au message que la bibliothèque va porter auprès de ses publics pendant plusieurs semaines. La définition du périmètre de l’appel à projet est un paramètre crucial pour garantir une adéquation entre la création accompagnée et la politique culturelle de la médiathèque. Initialement très large (autour d’une discipline : théâtre, danse, marionnettes…), celui-ci s’est vu fortement resserré au fil des années, à tel point que le dernier appel portait sur la création d’un texte sélectionné par l’équipe Arts Vivants.

11Si une telle précision risque de transformer la résidence en commande passée par la médiathèque, elle a pour intérêt de fonder les assises du projet sur les compétences propres des bibliothécaires : connaissance du domaine éditorial, mise en valeur de contenu peu médiatisé, capacité de sélection de textes intéressants et riches de potentialités de médiation. Autre vertu du procédé : une fois le texte choisi, ses enjeux formels et thématiques sont partageables avec tous, bien en amont de la résidence. Avant même la sélection d’une équipe artistique, les professionnels de tous les secteurs ont ainsi pu créer en transversalité une programmation structurant fortement le propos de la médiathèque sur plusieurs mois, sans s’appuyer uniquement sur les artistes pour porter les diverses formes de partage avec les publics.

12Pour autant, l’organisation d’une résidence en bibliothèque ne fait pas de nous des professionnels du spectacle vivant. C’est dans ce souci que la construction d’un partenariat est systématiquement engagée dès l’origine du projet avec un acteur de l’aire lyonnaise (théâtre, salle de spectacle, association) qui apportera son regard critique, un accompagnement artistique, un réseau professionnel, ou parfois un soutien financier, autant d’éléments que la médiathèque ne saurait seule offrir aux artistes accueillis.

Choisir et accueillir : un travail d’équipe

13Une fois les attentes formalisées et diffusées dans le cadre d’un appel à candidature, la sélection du projet est largement affaire de ressenti. Bien que primordial dans le choix effectué, l’intérêt artistique n’éclipse pas d’autres facteurs capitaux auxquels veillent les bibliothécaires : la qualité et la singularité des formes de médiation proposées, la compréhension du lieu bibliothèque et des enjeux de publics qui l’habitent, la capacité à nouer une relation d’échange et de confiance avec les équipes sur place. Impossible de quantifier ces éléments comme on évaluerait une réponse à un cahier des charges, mais ils joueront un rôle crucial dans la réussite d’un projet reposant avant tout sur la compréhension mutuelle par les différents acteurs de leurs enjeux et de leurs contraintes.

14La participation au jury de sélection, quoique nécessairement limitée pour des questions d’organisation, essaie de représenter au mieux la diversité des fonctions au sein de la médiathèque. Au côté des partenaires se tiennent généralement la responsable et un membre de l’équipe Arts Vivants, un représentant d’un autre secteur, la coordinatrice de l’action culturelle et le technicien audiovisuel qui épaulera les artistes durant leur présence.

15La présence d’une création en cours au sein de l’établissement doit s’incarner physiquement, pour les publics comme pour les bibliothécaires. Prise dans le flux d’une activité riche et constante, la résidence court le risque de n’être perçue que comme un « à-côté », un « surplus » dans la vie de la médiathèque. Pour qu’elle puisse jouer tout son rôle, il convient donc de lui laisser la place qui lui revient, dans nos locaux, dans notre agenda culturel, mais également dans le quotidien de l’équipe, et donc d’amener celle-ci à faire un pas de côté dans ses pratiques professionnelles.

Le temps de la résidence : une médiathèque habitée par la création

16Un beau jour, les artistes s’installent. Le partage d’un temps de rencontre convivial avec l’intégralité de l’équipe est le point de départ d’une cohabitation réussie. Ce début de résidence donne le ton de la suite, du rapport de confiance qui doit s’instaurer pour que la collaboration fonctionne. On s’attache à faire en sorte que les artistes prennent vite leurs repères. Attenante à l’auditorium, où auront lieu la plupart des sessions de travail, se trouve une petite loge où les artistes peuvent se préparer un café ou un thé, stocker leurs affaires personnelles ou le petit matériel scénique. Ils ont aussi accès à la cuisine du personnel. Une familiarité naît peu à peu avec les membres de l’équipe qui, sans ces temps de convivialité partagés, n’auraient que peu d’échanges avec les « résidents ».

17Ce côtoiement quotidien ne dispense pas de rendez-vous plus formels avec les artistes, pour modifier le planning des répétitions, préparer une animation, ou répondre à des besoins techniques ou logistiques… Un lien continu sera ainsi entretenu au fil des mois pour ajuster l’organisation en cours de résidence.

Les rendez-vous avec le public

18Les rendez-vous programmés dans le cadre de la résidence mobilisent l’équipe de la médiathèque selon des modalités variées. Ils empruntent les formats de l’action culturelle en bibliothèque ou ceux du spectacle vivant, et s’adressent à tous les publics : répétitions publiques, lectures, ateliers, rencontres, « bords de scène »* à l’issue de représentations, conférences et tables rondes, expositions, cafés débats, projections, parcours découverte pour les scolaires…

19Cette programmation se fond parfois dans des rendez-vous ou des cycles déjà existants. Pour les bibliothécaires, il est rassurant de partir de formats connus et éprouvés. C’est aussi un gain de temps dans la préparation.

20La conception et la mise en œuvre peuvent réunir des bibliothécaires de tous les secteurs, sur la base du volontariat : montage d’une exposition, accueil du public lors d’une répétition publique… Cette transversalité est encouragée et organisée ; la mise en place d’un planning tournant assure un certain équilibre entre les agents et les secteurs.

21Lorsque l’animation est majoritairement portée par les artistes (pour les ateliers ou répétitions publiques par exemple), les bibliothécaires sont certes en retrait mais tiennent les rênes de l’organisation et de l’accueil du public. Dans tous les cas, la participation des artistes enrichit indéniablement les propositions des bibliothécaires. Le montage des animations prend la forme de véritables collaborations, chacun prenant en charge sa part du travail, selon son savoir-faire.

Créer du lien avec les collections

22De la même manière, il revient aux bibliothécaires de faire le lien entre la résidence et les collections, ce qui cadre pleinement avec leurs missions traditionnelles.

Chaque résidence est l’occasion de recherches documentaires approfondies, qui donnent lieu à la rédaction de bibliographies et de coups de cœur, et à la mise en place de tables thématiques dans les différents espaces. Les collections peuvent être enrichies à cette occasion.

23Pour la résidence à partir de la pièce d’Estève Soler, le texte, acheté en plusieurs exemplaires à la médiathèque et sur le réseau lyonnais, a beaucoup circulé parmi les lecteurs et au sein de l’équipe. Cette découverte collective a été complétée par la venue de l’auteur, invité par deux fois en cours de résidence, pour la participation à une table ronde et pour les représentations finales.

24Pendant leur séjour, les artistes ont un accès privilégié aux collections et sont incités à partager leurs goûts, mis en avant sous forme de tables coups de cœur, de bibliographies ou d’articles en ligne. Dans le cadre d’une résidence danse, les bibliothécaires sont allés jusqu’à construire une rencontre-projection présentant en images le travail des artistes et leurs sources d’inspiration. Cette « carte blanche » faisait alterner des temps d’échange sur le parcours des jeunes danseurs invités et de courts extraits de films de danse, choisis dans le fonds arts vivants. Le montage de cette séance a nécessité une importante préparation : plusieurs séances avec les danseurs pour choisir les vidéos et définir le déroulement de l’entretien, et pour la bibliothécaire qui animait la rencontre, un gros travail de sélection des extraits, de recherche documentaire sur les œuvres et les artistes, et d’écriture d’une trame d’entretien. Les retours du public ont été très positifs, avec des appels dès le lendemain pour réserver le spectacle et l’emprunt des films que nous avions montrés.

Inscrire la présence de l’artiste et de la création en cours : signes et traces dans les espaces physiques et virtuels de la médiathèque

25Entre deux rendez-vous avec le public, parfois espacés d’une semaine ou plus, l’équipe artistique travaille à huis clos. Tel un iceberg, l’essentiel du travail de création reste caché. Comment, dès lors, rendre la présence de l’artiste et son travail visibles, malgré tout, aux yeux d’usagers qui bien souvent fréquentent la médiathèque pour de tout autres raisons ?

26L’exposition est une réponse possible, pour donner à voir l’envers du décor : l’univers d’une compagnie, un reportage photo sur les répétitions du spectacle… Le montage est assuré par une équipe représentant les différents secteurs, sur la base d’une implication volontaire des bibliothécaires. Ces expositions restent toutefois d’ambition modeste et représentent une charge de travail parfois difficile à assumer en plus de l’organisation générale des résidences, déjà très gourmande en temps et en investissement.

27Au-delà des espaces physiques de la bibliothèque, les résidences arts vivants investissent aussi l’espace virtuel.

Les bibliothécaires ont pris l’habitude de prolonger leur accompagnement de la résidence par la création de contenus sur Internet : un journal de bord est mis en ligne, nourri de reportages photos et d’interviews ; des posts sont publiés sur la page Facebook de la médiathèque…

28Des activités là aussi chronophages, parfois difficiles à inclure au sein d’un planning déjà bien rempli et rythmé par les impératifs de présence au public. Il est frustrant de devoir interrompre une interview avec un artiste inspiré pour rejoindre la banque de prêt ! A contrario, il est parfois compliqué de solliciter des artistes en pleine répétition pour un reportage ou une séance photos. Or, il est apparu important, au fil du temps, de conserver des traces de ces résidences : comment, sinon, témoigner d’une aventure de création par définition évanescente ?

La sortie de résidence, un point d’orgue ?

29Trois représentations viennent clôturer la résidence. C’est un moment attendu qui cristallise des enjeux, mais dont on peut relativiser l’importance.

30Les artistes accueillis ont à cœur de présenter un travail le plus abouti possible et d’attirer des programmateurs pour continuer à faire vivre la création. La sortie de résidence dicte le calendrier des répétitions. La pression monte dans les toutes dernières semaines ; c’est le moment où les relations avec les artistes peuvent se tendre, où l’équipe de la médiathèque a appris à arrondir les angles, à rassurer, à trouver des solutions de dernière minute pour préserver au mieux l’espace et le temps de la création.

31Les rendez-vous successifs précédant ce lever de rideau créent un effet d’attente. Pour le public, la sortie de résidence est le dévoilement d’un spectacle dont il a pu suivre les étapes de fabrication. Même si l’effet de fidélisation est difficile à mesurer, on constate que la fréquentation des spectacles de fin de résidence est très bonne.

32Pour les bibliothécaires, il importe que le public soit au rendez-vous et que les artistes soient satisfaits de leur création. C’est aussi l’occasion pour l’équipe de la médiathèque de découvrir le travail conduit dans ses murs, et si le rendu artistique compte, ce n’est finalement pas le plus important. La sortie de résidence est davantage vécue comme la note finale de tout un parcours qui, s’il a été réussi, aura marqué la vie de la bibliothèque à chacune de ses étapes.

33Les résidences Arts Vivants sont devenues un élément phare de l’action culturelle à la médiathèque de Vaise. Les bilans collectifs, systématiquement menés à l’issue de chaque résidence, ont permis à l’équipe de faire évoluer ce format, sur une douzaine d’années. Et les questionnements qui se posent aujourd’hui à nous (environnements budgétaires contraints, volonté d’accompagner plus fortement les pratiques amateurs) nourriront à n’en pas douter les transformations à venir. Car c’est bien le sens de ces résidences que de s’adapter aux contextes et aux enjeux nouveaux. À chacun, donc, de s’emparer de cette forme pour faire vivre les bibliothèques comme des lieux propices à impulser et à partager des aventures de création.

Notes

1 Voir le site très riche Arts vivants : < http://www.linflux.com/category/arts-vivants/ >.

Auteurs

Responsable du secteur Arts vivants à la Médiathèque de Vaise, Bibliothèque municipale de Lyon, de 2010 à 2016

Directeur des territoires, Bibliothèque municipale de Lyon

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search