Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développer la médiation documentaire numérique

 | 
Xavier Galaup

Partie IV. Interagir en ligne, produire des contenus, partager

3. Netvibes : la trousse à pharmacie du SCD de Lyon 1

Marie-Gabrielle Chautard

Texte intégral

1Au SCD Lyon 1, un projet d’univers Netvibes a été lancé fin décembre 2008, sur la proposition de la responsable communication de la bibliothèque universitaire (BU) de Lyon 1, validée en comité de direction, afin de suppléer une diffusion sélective d’informations (DSI) qui s’avérait inefficace. Fin avril 2009, la mise en ligne des univers sur notre portail documentaire a été effectuée, avec mailing collectif, publication dans la newsletter de la BU, présentation devant l’inter-association des étudiants. Le lancement définitif a eu lieu en septembre 2009, accompagné d’une nouvelle présentation devant les associations d’étudiants.

2Dans ce chapitre, nous aborderons tout d’abord les motifs du choix de cet outil de veille et de médiation, sa mise en œuvre, en prenant l’exemple du Netvibes Pharmacie < http://www.netvibes.com/​pharmacie-lyon1 > ; puis nous effectuerons un bref bilan et envisagerons des perspectives éventuelles pour celui-ci, au sein du SCD Lyon 1.

QUELS OBJECTIFS ?

3Qu’est-ce qu’un Netvibes ? Selon Wikipédia, « Netvibes ne propose aucun contenu propre mais agrège le contenu en provenance d’autres sites. Pour ceci, il s’appuie sur les standards [...], ce qui permet d’agréger le contenu de tout site publiant des informations dans ces formats. Des modules spécialisés ont été développés pour augmenter l’intégration des sites particulièrement populaires (Gmail, del.icio.us, Flickr, Myspace, Facebook, etc.). On peut aussi y ajouter des modules préprogrammés tels que la météo, un compte de messagerie ou ses favoris ».

4Il s’agit d’une page Web personnalisable, constituée par différentes pages « onglets » ; Netvibes est connu surtout pour être un agrégateur de flux RSS. Sa relative simplicité d’utilisation a contribué à son succès.

5Pourquoi Netvibes a-t-il été choisi au SCD Lyon 1 ?

6Tout d’abord, il devait permettre aux acquéreurs d’avoir à leur disposition un outil permettant :

  • de sélectionner des sites Internet dans leur discipline respective (scientifique ou médicale) ;

  • d’organiser ces sites à travers des thématiques prépondérantes par domaines (onglets) ;

  • d’effectuer de la veille dans le domaine concerné par l’abonnement à des flux RSS ;

  • de faire profiter nos usagers de la sélection et de la veille mise en place par les acquéreurs.

7Les plus de cet outil :

  • une certaine facilité de gestion des sites sélectionnés : possibilité d’ajouter, de supprimer ou d’archiver à tout moment un site, un blog ou un flux ;

  • la création d’une page publique à partager avec tous les internautes ; celle-ci a pour finalité de favoriser une veille partagée et collaborative ;

  • la possibilité de créer une page privée pour la veille personnelle en lien avec les acquisitions ou la formation des étudiants.

LA MISE EN ŒUVRE DU NETVIBES PHARMACIE

8Les principales étapes ont été de :

  • déterminer une architecture commune : créés par un conservateur stagiaire de l’enssib, en collaboration avec la responsable de la communication, les différents univers thématiques de Lyon 1 présentaient, à leur début, une architecture commune pour les adresses électroniques de connexion et les mots de passe, le nom des onglets, certains widgets (catalogue Lyon 1, SUDOC, actualités de l’UCBL…) ;

  • former les participants : une formation a été suivie en interne par les acquéreurs (niveau étudiant/niveau chercheur), pour qu’ils s’approprient l’outil et alimentent progressivement les univers (page privée et page publique) ;

  • déterminer les critères de sélection des sites retenus : au départ, un univers commun chimie/pharmacie a été créé, en lien avec le centre d’acquisition et de diffusion de l’information scientifique et technique (CADIST) de Lyon 1, qui présente la particularité de couvrir ces deux disciplines. Par la suite, une scission entre les deux univers s’est produite à l’occasion de la création des pages Web dédiées aux accès disciplinaires (celui de chimie étant indépendant de celui de pharmacie).

9Les deux acquéreurs du domaine pharmacie (niveaux étudiant et chercheur) ont pu faire évoluer leur univers :

  • par la recherche personnelle de sites Web, de blogs, de flux RSS appropriés en lien avec les thématiques de recherche et de formations proposées sur Lyon 1 ou à proximité : Pharmacie industrielle enseignée à Lyon 1, Homéopathie (en lien avec le fonds Gallavardin numérisé à Lyon 1), diplôme universitaire (DU) d’acupuncture, école de phytothérapie… ;

  • à l’occasion de rencontres avec des étudiants, des enseignants chercheurs, ou de personnes extérieures expertes dans leur domaine et fréquentant la BU.

10Ainsi, la venue d’une consultante dans le domaine de la pharmacie a permis la création d’un onglet « Réglementation » comprenant une sélection de sites sur les « bonnes pratiques de fabrication de médicaments et de produits de santé » aux niveaux français, européen et américain.

11La difficulté de sélectionner des sites réside dans la connaissance des besoins de nos usagers ; notre logique peut ne pas être en adéquation avec celle de nos éventuels destinataires. La finalité de cet outil est de servir à nos publics et non pas d’être uniquement une vitrine.

12La promotion et la visibilité de cet univers ont nécessité une communication par l ‘ intermédiaire de divers moyens : la page Facebook de la BU de Lyon 11, la liste de diffusion auprès des étudiants et des chercheurs de l’université Claude Bernard Lyon 1 (UCBL), des billets dans le blog de la BU2.

BILAN ET PERSPECTIVES

BILAN EN DEMI-TEINTE ET BEAUCOUP DE QUESTIONS EN SUSPENS

13Il s’avère, au bout de deux ans d’existence, que cet outil est assez peu utilisé comme le montrent les statistiques de consultations générées par Google Analytics.

14Ce résultat a découragé la majeure partie des acquéreurs qui n’ont plus souhaité maintenir l’alimentation de la page publique mais conserver toutefois l’utilisation de la page privée pour leurs veilles professionnelle et personnelle. Le doute reste entier quant à l’avenir des Netvibes à Lyon 1 : une récente réunion des acquéreurs est venue appuyer ce constat car rares ont été ceux qui se sont déclarés prêts à poursuivre l’expérience avec cet agrégateur de flux.

15L’enthousiasme, au premier abord, de la part des enseignants-chercheurs rencontrés à l’occasion de la mise en place de nouvelles formations, mais le peu d’utilisation de la part des étudiants, nous amènent à nous interroger sur le bien-fondé et l’utilité de conserver cet outil de veille collaborative et de médiation ; de nouveaux outils seraient peut-être plus adaptés aux besoins et aux usages des étudiants et des chercheurs. Cependant, de nouveaux publics, des étudiants avancés (doctorants, étudiants en DU ou DIU…) rencontrés lors de rendez-vous individuels dans le cadre du service « Bibliothécaire sur rendez-vous » et en quête d’outils de veille et d’alerte semblent particulièrement intéressés par les Netvibes. Ce public potentiel est à suivre.

16Suite à ces constatations, des questions ont émergé :

17Netvibes était-il l’outil de veille le mieux adapté au public visé ?

18Si les uns et les autres sont familiers avec des pratiques de veille, quels sont leurs habitudes et leurs usages ?

19Pour résumer, si l’on essaie d’analyser les causes relatives de cet échec, plusieurs raisons peuvent être avancées :

  • le lancement de ce nouvel outil collaboratif s’est fait sans analyse préalable des pratiques informationnelles de nos publics. Les supposées attentes de ces derniers se sont plus appuyées sur nos représentations professionnelles que sur des pratiques constatées ;

  • la connaissance par les acquéreurs des possibilités de l’outil a été certainement insuffisante, à cause d’une formation en interne accélérée et probablement trop courte pour que ces derniers puissent s’approprier pleinement ce nouvel outil ;

    • les difficultés de sauvegarde des modifications effectuées lors d’ajouts ou de suppressions de widgets ont pu décourager certains acquéreurs qui avaient investi de nombreuses heures de travail dans le maintien et l’alimentation de leur univers. Des sauvegardes infructueuses du serveur ont eu pour conséquence la perte importante de données ;

    • enfin, le côté sommaire de l’outil ne permet pas d’indexer les flux, et donc de retrouver aisément des sites sélectionnés à partir d’un mot-clé ou tag.

PERSPECTIVES

20À l’occasion de la mise en œuvre de nouvelles formations pour des niveaux Master, à la rentrée 2011-2012, il a été proposé aux enseignants de mettre l’accent sur l’activité de veille informationnelle. Ainsi, une présentation des outils de veille documentaire, incluant différents agrégateurs, comme « Google Reader » et « Netvibes » est prévue.

21Une collaboration plus approfondie avec le responsable du centre de documentation de l’Institut des sciences pharmaceutiques et biologiques de Lyon 1 (ISPB) pourrait être une opportunité d’évolution du Netvibes Pharmacie. En effet, cet enseignant, en charge de la formation à la recherche documentaire des étudiants de la faculté de Pharmacie, initie ses étudiants à la veille par l’abonnement à des flux RSS dans la barre d’Internet Explorer. Il a suggéré récemment la mise en place d’ateliers de veille, incluant une présentation des univers Netvibes, si le besoin émergeait. Cette proposition d’ateliers de veille pourrait être étudiée et éventuellement concrétisée par la mise en œuvre de formations, venant compléter l’offre de formation existante à Lyon 1 sous forme d’ateliers dédiés à la prise en main de PubMed, Endnote et Zotero.

22Si, à l’avenir, la décision de maintenir les Netvibes à Lyon 1 était prise, il pourrait être intéressant de réfléchir à une communication plus ciblée et, notamment à une mise en valeur plus appropriée de l’ensemble des univers sur notre portail documentaire (meilleure mise en évidence sur les pages de nos accès par domaines).

23En conclusion, un engouement des Netvibes comme outil de médiation à destination de leur public, en présentiel et à distance, a vu le jour en 2009 auprès des professionnels des bibliothèques et centres de documentation. À Lyon 1, il est intéressant de constater que l’appropriation n’a pas été immédiate de la part des étudiants et des chercheurs. Toutefois, son abandon, alors que d’autres outils plus perfectionnés ont fait leur apparition, reste pour l’instant en suspens.

24En effet, le personnel de la BU serait-il prêt à se tourner vers un nouvel agrégateur de flux ? Ce nouvel outil devrait être plus opérationnel et surtout mieux correspondre aux usages de veille et de médiation des étudiants et enseignants-chercheurs de Lyon 1.

25De façon plus générale, ne conviendrait-il pas en tant que professionnel de l’information, de nous interroger sur notre rôle de prescripteur ?

26Nos représentations correspondent-elles réellement aux attentes et aux pratiques informationnelles de nos publics ? Sommes-nous suffisamment à l’écoute des besoins réels de nos usagers, afin de leur proposer des solutions plus adaptées, au lieu de vouloir leur proposer un outil que nous avons choisi pour eux ?

27Ne sommes-nous pas toujours trop en avance, en terme de technicité, par peur de renvoyer une image désuète et dépassée de notre profession ou de notre établissement ?

28Voici les questions qui demeurent en suspens, à ce jour…

Notes

1 Facebook de la BU de Lyon 1 : < http://www.facebook.com/bibliotheque.universitaire.lyon1 >

2 Blog de la BU : < http://bulyon1.wordpress.com >.

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540