Version classiqueVersion mobile

Organiser des résidences artistiques et littéraires en bibliothèque

 | 
Claire Castan
, 
Hélène Glaizes

Partie 2. Enjeux et aventures

L’enjeu résidentiel pour les écrivains et les artistes : les atouts des bibliothèques

Carole Bisenius-Penin

Texte intégral

  • 1 Claude Poissenot, La nouvelle bibliothèque : contribution pour la bibliothèque de demain, Voiron, (...)
  • 2 Bernard Huchet, Emmanuèle Payen (dir.), L’action culturelle en bibliothèque, nouv. éd., Paris, Édi (...)
  • 3 Noël Corbin, Erik Orsenna, Rapport - Voyage au pays des bibliothèques, Lire aujourd'hui, lire dema (...)

1Malgré le constat d’essoufflement du modèle des bibliothèques publiques françaises fait depuis quelques années par des professionnels du livre et des chercheurs1, la bibliothèque demeure cependant le premier équipement culturel fréquenté par la population. La question des politiques culturelles et celle notamment de l’animation au sein de l’institution2, provoquent encore débat, mais il est certain que cet espace spécifique valorisant la promotion de la lecture constitue un lieu de rencontres, de socialisation et de reconnaissance des choix du public. Selon un dernier rapport du ministère de la Culture3, l’objectif est de repositionner les bibliothèques en tant que « maisons de service public culturel » et « espaces de démocratie culturelle ». Il s’agit ici de rappeler que l’action culturelle fait clairement partie des missions attribuées dans le cadre d’une conception renouvelée de l’offre de lecture publique qui met en exergue la rencontre dans la bibliothèque conçue comme « une fabrique de la cité ».

2De par sa plasticité formelle, le dispositif résidentiel peut être une forme possible de cette rencontre culturelle par le biais d’un processus de médiation, de mise en relation qui favorise la création et invite à réfléchir sur les pratiques des publics. Comment définir une résidence d’auteurs ou d’artistes en bibliothèque ? Quels enjeux pour les créateurs ? Comment la bibliothèque peut-elle participer à la mise en valeur de la figure de l'écrivain et à la valorisation de la littérature contemporaine ? Quelles limites peut induire aussi le dispositif résidentiel ? En tant que chercheur en sciences humaines et sociales, l’objectif est ici, à partir du prisme des créateurs (écrivains, artistes), de s’interroger sur la résidence en montrant comment elle peut constituer un moyen de soutenir la création, tout en étant un espace de sociabilité au sein de la bibliothèque.

La résidence comme dispositif de soutien à la création

  • 4 Carole Bisenius-Penin (dir.), Résidence d’auteurs, création littéraire et médiations culturelles ( (...)

3Procédant d’une demande sociale et politique qui émane très souvent des collectivités territoriales, la résidence apparaît comme une entité hybride dans la mesure où doivent en règle générale se combiner deux éléments essentiels dans une temporalité restreinte : création et activités de médiation autour de la littérature et de l’art contemporain. À partir des études que nous avons menées4, on a pu constater que la résidence d’auteur est de nature polymorphe, marquée par une grande hétérogénéité (résidence individuelle/collective, pérenne/éphémère, fixe/itinérante…) et qu’elle constitue sur le territoire un outil culturel original.

Un soutien économique

  • 5 Bernard Lahire, La condition littéraire : la double vie des écrivains, Paris, Éd. La Découverte, 2 (...)
  • 6 Frédéric Martel, « L’écrivain social, la condition de l’écrivain à l’âge numérique », Rapport au P (...)
  • 7 Enquête sur les activités et revenus des auteurs du livre affiliés à l’Agessa, mars 2016. [En lign (...)

4Toute création littéraire ou artistique s’inscrit dans un environnement social et économique, c’est-à-dire les conditions pratiques d’exercice agissant directement ou indirectement sur l’identité des créateurs. En effet, comme ont pu le montrer des études en sociologie5, l’écrivain tout comme l’artiste est soumis à la fois aux contraintes parfois contradictoires du marché et à la question de l’accumulation du capital symbolique, dans le cadre du champ littéraire et artistique. Cette perspective pose également la question de leur capacité d’intégration professionnelle dans le milieu. Ainsi, l’univers littéraire « faiblement rémunérateur et très peu professionnalisé » oblige l’écrivain, dans une grande majorité des cas, à mener un autre métier afin de gagner sa vie. Comme le rappelle Bernard Lahire, parmi les acteurs de la chaîne du livre, les écrivains sont les maillons les plus faibles. Seul un nombre restreint de dispositifs (bourses, prix, résidences), leur donne la possibilité de se dégager davantage de temps pour écrire mais, force est de constater que dans l’inconscient collectif, l’auteur semble « riche de quelque chose qui fait qu’il n’a pas besoin d’être payé ». Idée reçue qui légitime aussi sa précarité. Encore récemment, plusieurs rapports du CNL (« la condition de l’écrivain à l’âge numérique » en 2015, « la situation économique et sociale des auteurs du livre » en 2016) dressent un constat radical et alarmant sur la situation de l’auteur en France : « Cette paupérisation, cette lente disparition des écrivains, ne fait que commencer »6, « la situation apparaît particulièrement préoccupante pour les auteurs du livre, qui se trouvent fragilisés et dont l’activité de création est véritablement menacée »7. Contrairement aux artistes des spectacles vivants, les écrivains tout comme les plasticiens par exemple, ne bénéficient d’aucun régime d’intermittence et sont donc contraints de mener en parallèle une « double vie » qui induit souvent la mise en place de nombreuses activités périphériques (conférence, atelier…). 

  • 8 Bertrand Caron, Bibliothèques et résidence d'auteurs : quelles opportunités en 2010 ? Mémoire d'ét (...)

5Dans ce contexte, le dispositif résidentiel peut constituer un soutien financier non négligeable par le biais de la bourse de résidence* permettant ainsi à un artiste, pendant une brève durée (de 1 à 3 mois), de mener à bien un projet de création en étant rémunéré pour cela et dégagé de ses obligations économiques quotidiennes. En tant que dispositif souple et pluriforme, la résidence vise donc à soutenir la production et à diffuser la culture en fonction des divers lieux d’intervention (monde du livre, de l’éducation, du patrimoine…). En cela, la bibliothèque, à travers sa propre identité qui articule une double mission (documentation et médiation), est un lieu spécifique de diffusion et de transmission particulièrement approprié qui trouve toute sa légitimité dans l’accueil résidentiel. Ainsi, même si la résidence en bibliothèque demeure encore « un phénomène peu courant »8, on constate cependant sur le territoire depuis dix ans des initiatives originales et pérennes au sein de BM ou BD, comme la BD des Hautes-Alpes, la médiathèque départementale Drôme des Collines à Saint-Vallier ou encore la médiathèque de Cormontreuil dans le Grand Est. De la même façon, la BM d'Angers porte depuis 2011, dans le cadre d’une politique de découverte de la littérature contemporaine et de promotion de la lecture et de l'écriture, une résidence d’auteurs qui chaque année valorise une bibliothèque différente en fonction des divers quartiers grâce à 9 structures au sein de la ville.

6Ce travail en réseau favorisant des interactions entre écrivains et populations urbaines peut être un moyen de fédérer les différents acteurs culturels et éducatifs d’un quartier autour d’un projet commun. Quoi qu’il en soit, le dispositif résidentiel en bibliothèque constitue pour les artistes un soutien économique et social évident, mais pas seulement.

Un lieu de ressources et d’expérimentation

7En effet, la bibliothèque est un équipement culturel plébiscité par les artistes en tant que lieu de ressources et terrain de création. Comme ont pu le montrer les travaux de Bernard Lahire sur la condition littéraire, 61,4 % auteurs interrogés sur leur rapport aux activités paralittéraires considèrent « les interventions en bibliothèque »9 comme intéressantes et 40,8 % comme essentielles, en deuxième position juste derrière « la signature en librairie » (47,4 %). Lieu de classification et de conservation du savoir, la bibliothèque pose d’emblée la question du positionnement du créateur dans sa relation au livre, à la connaissance. Pouvant être conçue comme motif iconographique, répertoire de modèles et de formes, environnement intellectuel, matériau, source d’inspiration, la bibliothèque stimule l’imaginaire par le biais de cette exploration des étagères matérielles ou « hypothétiques » selon Italo Calvino, offertes aux écrivains et aux artistes pendant une résidence. En déployant une infinité de rencontres et de dialogues possibles entre un artiste et une multitude d’auteurs, la bibliothèque est un lieu de ressources, un point d’appui documentaire, mais aussi un objet qui questionne, un terrain nécessaire à la création. Citons par exemple François Bon, qui durant sa résidence à la médiathèque de Bagnolet (2008-2009), trouve un intérêt pour le fonds de la bibliothèque publique et cherche également à se saisir de l’imaginaire du lieu, à capter un moment en allant à la rencontre des usagers avec une caméra afin de comprendre leurs pratiques, leurs habitudes, leurs envies et de nourrir sa propre production littéraire (blog résidentiel)10, peut-être parce que cet espace permet aussi de « trouver ce qu’on ne cherchait pas ». De la même manière, l’auteur Gilbert Turp et l’artiste plasticienne Caroline Boileau en résidence à la Grande Bibliothèque de Montréal (2015-2016), ont montré comment l’immersion au sein de ce lieu a été un atout précieux qui a alimenté leur travail (« Le Journal intime de la Grande Bibliothèque »)11 grâce aux découvertes livresques, aux rencontres effectuées avec les publics, comme en atteste leur création mêlant expérimentation littéraire, portraits, dessins et écriture diariste. La résidence en bibliothèque apparaît certes comme un lieu de visibilité, un marqueur de reconnaissance pour les artistes invités, mais aussi comme un espace potentiel de ressources et de création à travers cette confrontation avec les livres des autres.

La résidence comme un espace de sociabilité

  • 12 Évelyne Herenguel, « Les résidences d’écrivains en grande région », Bulletin des bibliothèques de (...)
  • 13 Article « Résidence François Bon, la région Île-de-France et Bagnolet », sur le site de la médiath (...)

8Le dispositif résidentiel peut constituer ensuite un moyen de s’extraire d’une posture auctoriale souvent confinée et de lutter contre le stéréotype de l’auteur solitaire. Selon Jacques Jouet en résidence à la BU de Metz (2010), cette possibilité offerte relève d’« une situation idéale de déplacement qui stimule les actes de lecture et d’écriture, riche de rencontres et de défis, propices à renouveler l’inspiration »12. La résidence rend visible ce lieu d’échange et de réflexion dans les murs de la bibliothèque comme en attestent les propos de François Bon : « Les bibliothèques sont l’antidote à cette peur [d'un monde qui change trop vite] : lieu de transparence (et surtout celle de Bagnolet, ouverte sur la ville), mais lieu de prise de distance et de réflexion. Et aussi un lieu vivant : lieu de parole, d’échange, de mise en travail, mais toujours en lien avec cette mémoire dont témoignent les livres »13.

Un dispositif communicationnel

  • 14 Marie-Christine Bordeaux, La médiation culturelle dans les arts de la scène, Thèse de doctorat, so (...)

9Sans entrer ici dans une analyse théorique et conceptuelle centrée sur « animation » et « médiation » ou dans le débat sur l’instrumentalisation de l’artiste en animateur, il s’agit de montrer comment la résidence peut être un dispositif communicationnel spécifique qui met en place une transmission d’information, fondé sur un dialogue entre une bibliothèque et un artiste, en vue de réaliser un projet culturel, en lien avec des publics visés et en fonction d’un modèle, à travers lequel la communication est définie « comme la résultante des interactions entre les sujets sociaux »14.

Médiation culturelle et participation

  • 15 Bernard Lamizet, La médiation culturelle, Paris, L’Harmattan, 1999 (coll. Communication et civilis (...)

10Par le biais de sa portée esthétique et symbolique, la médiation culturelle en tant que projet politique implique une évolution des transmissions culturelles et englobe les artistes ainsi que les lecteurs, les usagers qui deviennent des « acteurs de la sociabilité »15.

  • 16 Entretien consultable en ligne :
  • 17 Document consultable en ligne :

11Ainsi, dans le cadre de sa résidence à la bibliothèque Langelier de Montréal (2017), l’écrivain Joël Casséus perçoit le projet comme « un prolongement de la volonté des bibliothèques de créer des espaces d’activités par le biais de la médiation culturelle qui permet de transformer les usagers en producteurs de la forme artistique. On y retrouve un réel potentiel de transmission. C’est en ce sens que la résidence est une médiation culturelle, puisque l’écrivain agit comme celui qui cherche à assurer cette transformation de lecteur à créateur »16. On peut retrouver cette même posture chez Jacques Jouet qui dévoile l’immédiateté de l’écriture littéraire en projetant au sein à la BU le roman qu’il est en train d’écrire pendant plusieurs heures ou encore Sophie Loubière qui explique son intérêt pour une interaction sociale partagée : « Le choix de la médiathèque Marguerite Yourcenar à Rosny-Sous-Bois est guidé par l’implantation même de la structure au sein d’une cité. Une médiathèque comme une arche, dirigée par une équipe dynamique qui a su créer entre ces murs un lieu généreux, de mixité culturelle et sociale »17.

Un lieu de pratiques artistiques

  • 18 Document consultable en ligne :

12La résidence en tant que lieu de pratiques artistiques s’insère logiquement dans les missions des bibliothèques (Manifeste de l’Unesco, 1994)18 qui proposent, dans cette perspective, quelques orientations comme « fournir à chaque personne les moyens d’évoluer de manière créative », « stimuler l’imagination et la créativité », « développer le sens du patrimoine culturel, le goût des arts, des réalisations et des innovations scientifiques ». Ce goût de l’expérimentation qui induit une « esthétique relationnelle » a été développé de manière pertinente par exemple à la médiathèque Françoise Sagan (Paris) avec la résidence de la plasticienne Cristina Hoffmann (2017) autour d’un projet mixant écriture, images et nouvelles technologies.

  • 19 Nicolas Bourriaud, Esthétique relationnelle, Dijon, Les Presses du réel, 2001 (coll. Documents sur (...)

13Peut-être parce que la résidence apparaît bien en somme comme « un dispositif relationnel comportant un certain degré d’aléatoire, une machine à provoquer des rencontres individuelles ou collectives »19.

Encadré. Les Hype(R)Ladies, un « gang » d’un genre un peu particulier (seniors connectés)

À partir du fonds, les archives sur l’histoire du Carré Saint-Lazare (images, fragments, textes), l’artiste a proposé aux publics du quartier de saisir l’espace, de jouer avec la mémoire de cette ancienne prison grâce à la mise en place d’ateliers à la frontière des arts numériques et plastiques, comme elle l’explique ici : « Lorsque nous avons dessiné quelque chose, nous ne le regardons plus de la même manière. Souvent, les images d’archives ne sont que feuilletées avec une certaine distance. Par le biais de cette action, j’ai souhaité créer des conditions qui permettraient d’avoir un autre type de rapport à ces vestiges de Saint-Lazare. À travers l’observation, le choix, le tracé, il est devenu possible d’entrer en relation avec ces images d’une façon différente, en invoquant notre empathie, nos projections personnelles, et de la tendresse presque. C’est cela qui a été la conséquence la plus intéressante de ce moment d’expérimentation. »* Sous des formes variées (cartographies, peintures, performances…), le travail artistique mené a donné lieu à une véritable « fabrique culturelle et numérique » qui a associé, selon la médiathèque, Hype(R)Ladies, un « gang » d’un genre un peu particulier (seniors connectés) »**, artistes, associations et sociétés de production numérique. Autour de la création sonore et visuelle, des objets connectés et des médias, les seniors du quartier ont pu expérimenter, à partir du portrait ou de la poésie en mouvement, la production artistique numérique.

* Document consultable en ligne : < https://mediathequeducarresaintlazare.wordpress. com/2017/11/10/une-fabrique-a-images-pour-la-nuit-blanche/ >.

** Document consultable en ligne : < https://mediathequeducarresaintlazare.wordpress. com/2016/04/21/rencontre-avec-hyperolds-le-gang-des-seniors-connectes/ >.

Capture d’écran 1. « Le gang » des seniors connectés : site de la médiathèque Françoise Sagan (Paris)

Capture d’écran 1. « Le gang » des seniors connectés : site de la médiathèque Françoise Sagan (Paris)

Source : < https://mediathequeducarresaintlazare.wordpress.com/​2016/​04/​21/​rencontre-avec-hyperolds-le-gang-des-seniors-connectes/​ >.

Capture d’écran 2. Une fabrique à images pour la nuit blanche : site de la médiathèque Françoise Sagan (Paris)

Capture d’écran 2. Une fabrique à images pour la nuit blanche : site de la médiathèque Françoise Sagan (Paris)

Source : < https://mediathequeducarresaintlazare.wordpress.com/​2017/​11/​10/​une-fabrique-a-images-pour-la-nuit-blanche/​ >.

14Pour conclure, même s’il convient de rester prudent concernant les limites et les risques posés par tout dispositif culturel pour l’écrivain comme pour l’artiste (instrumentalisation, soumission aux exigences institutionnelles, nécessité de financement, marketing territorial), on constate que la résidence trouve toute sa place en bibliothèque. En effet, les enjeux résidentiels recoupent ceux de ce lieu en privilégiant une dimension stratégique (promouvoir les arts et la littérature), une dimension politique (faire du dispositif un outil de soutien à la création, favoriser les lectures) et une dimension culturelle (faire découvrir des auteurs contemporains, enrichir le fonds, devenir un lieu de rencontre et d’échange).

Notes

1 Claude Poissenot, La nouvelle bibliothèque : contribution pour la bibliothèque de demain, Voiron, Territorial, 2009 (coll. Dossier d’experts).

2 Bernard Huchet, Emmanuèle Payen (dir.), L’action culturelle en bibliothèque, nouv. éd., Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2008 (coll. Bibliothèques).

3 Noël Corbin, Erik Orsenna, Rapport - Voyage au pays des bibliothèques, Lire aujourd'hui, lire demain, Paris, Ministère de la Culture, 2018. [En ligne] < http://www.culturecommunication.gouv.fr/Espace-documentation/Rapports/Rapport-Voyage-au-pays-des-bibliotheques.-Lire-aujourd-hui-lire-demain >.

4 Carole Bisenius-Penin (dir.), Résidence d’auteurs, création littéraire et médiations culturelles (2) : territoires et publics, Nancy, Presses universitaires de Nancy (Éditions universitaires de Lorraine), 2016, Questions de communication, Série Actes. Carole Bisenius-Penin (dir.), Résidence d’auteurs, création littéraire et médiations culturelles (1) : à la recherche d’une cartographie, Nancy, Presses universitaires de Nancy (Éditions universitaires de Lorraine), 2015, Questions de communication, Série Actes.

5 Bernard Lahire, La condition littéraire : la double vie des écrivains, Paris, Éd. La Découverte, 2006 (coll. Textes à l’appui). Gisèle Sapiro, « “Je n'ai jamais appris à écrire”, Les conditions de formation de la vocation d'écrivain », Actes de la recherche en sciences sociales, 2007/3 (n° 168), p. 12-33. DOI : 10.3917/arss.168.0012. [En ligne] < https://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2007-3-page-12.htm >.

6 Frédéric Martel, « L’écrivain social, la condition de l’écrivain à l’âge numérique », Rapport au Président du CNL, septembre 2015. [En ligne] < http://www.centrenationaldulivre.fr/fichier/p_ressource/7429/ressource_fichier_fr_condition.a.crivain.monde.numa.rique.rapport.2015.11.09.ok.pdf >.

7 Enquête sur les activités et revenus des auteurs du livre affiliés à l’Agessa, mars 2016. [En ligne] < http://www.centrenationaldulivre.fr/fichier/p_ressource/8260/ressource_fichier_fr_situation.a.conomique.des.auteurs.syntha.se.2016.03.15.ok.mise.en.ligne.pdf >.

8 Bertrand Caron, Bibliothèques et résidence d'auteurs : quelles opportunités en 2010 ? Mémoire d'étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Thierry Grognet : Enssib, 2011. [En ligne]http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/49517-bibliotheques-et-residence-d-auteurs-quelles-opportunites-en-2010 >.

9 Bernard Lahire, op. cit, p. 601.

10 Outil consultable en ligne : < http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?rubrique44 >.

11 Document consultable en ligne : < http://blogues.banq.qc.ca/journalintime/ >.

12 Évelyne Herenguel, « Les résidences d’écrivains en grande région », Bulletin des bibliothèques de France, 2010, n° 6, p. 67-68. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-06-0067-002 >.

13 Article « Résidence François Bon, la région Île-de-France et Bagnolet », sur le site de la médiathèque de Bagnolet. [En ligne] < http://mediatheque.ville-bagnolet.fr/Residence-Francois-Bon-La-Region.html >.

14 Marie-Christine Bordeaux, La médiation culturelle dans les arts de la scène, Thèse de doctorat, sous la direction de Jean Davallon : Université d’Avignon et pays de Vaucluse, 2003, p. 5.

15 Bernard Lamizet, La médiation culturelle, Paris, L’Harmattan, 1999 (coll. Communication et civilisation), p. 9.

16 Entretien consultable en ligne :

http://culturemhm.com/ecrire-cest-apprendre-a-reduire-letrangete-de-lautre-entrevue-a-mi-parcours-de-la-residence-de-lecrivain-joel-casseus-a-la-bibliotheque-langelier/ >.

17 Document consultable en ligne :

< http://www.rosny93.fr/La-residence-R-E-V-E-Raconter#.WrtbI63pPm0 >.

18 Document consultable en ligne :

http://www.enssib.fr/le-dictionnaire/manifeste-de-lunesco >.

19 Nicolas Bourriaud, Esthétique relationnelle, Dijon, Les Presses du réel, 2001 (coll. Documents sur l’art), p. 30.

Table des illustrations

Titre Capture d’écran 1. « Le gang » des seniors connectés : site de la médiathèque Françoise Sagan (Paris)
Crédits Source : < https://mediathequeducarresaintlazare.wordpress.com/​2016/​04/​21/​rencontre-avec-hyperolds-le-gang-des-seniors-connectes/​ >.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre Capture d’écran 2. Une fabrique à images pour la nuit blanche : site de la médiathèque Françoise Sagan (Paris)
Crédits Source : < https://mediathequeducarresaintlazare.wordpress.com/​2017/​11/​10/​une-fabrique-a-images-pour-la-nuit-blanche/​ >.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7206/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search