Version classiqueVersion mobile

Organiser des résidences artistiques et littéraires en bibliothèque

 | 
Claire Castan
, 
Hélène Glaizes

Partie 2. Enjeux et aventures

L’artiste, la résidence et la bibliothèque : quels enjeux partagés ?

Blandine Fauré et Emmanuèle Payen

Texte intégral

1Les précédentes contributions l’ont démontré, les résidences d’artistes et d’écrivains se développent à grande vitesse sur le territoire ; cette évolution, engagée depuis une quinzaine d’années, s’est confirmée et installée dans de multiples structures, et les bibliothèques ont participé à cet essor en tant que lieu d’accueil, lieu du livre et de la culture de proximité, lieu de défense de la littérature et de la création. Avec des degrés divers d’intervention, des creux et des reliefs liés à l’histoire et à la physionomie des territoires, au dynamisme des structures et à la sensibilité des personnes à ce format d’intervention, à l’attention portée à ce type de projets culturels, les bibliothèques ont ouvert leurs portes, inscrit dans leur programmation la collaboration avec les artistes et les écrivains, tissé des liens avec d’autres institutions et participé ainsi à l’aide et l’accompagnement de la création contemporaine. Mais au-delà du symbole – la bibliothèque comme lieu de vie, place ouverte à la création artistique – quels enjeux partagés, à la fois pour les institutions qui accueillent et les artistes qui en franchissent le seuil ? Que se joue-t-il, dans cette courtoisie affichée, ce compagnonnage de long cours, voire cette complicité supposée ? Comment l’organiser au mieux, pour que la belle intention, qui résonne de part et d’autre comme une promesse, donne pleine satisfaction, et permette collaborations fertiles et productions heureuses ? Que faut-il attendre de ce cadre d’hospitalité, et quels savants mélanges permettent d’obtenir l’équilibre entre le nécessaire affairement auquel se soumet tout hôte souhaitant bien recevoir – et tout invité soucieux d’être digne de cette attention –, et l’ouverture d’esprit, la disposition, qui va permettre création et surprise.Comment faire de cette résidence le lieu d’une rencontre, d’un événement, qui surgit et se passe, ici et maintenant, dans ce lieu et dans ce temps, et avec ce public (et pas un autre…), permettant ainsi d’ajouter à cette convention le souffle de l’inoubliable et de la métamorphose ?

Les résidences d'artistes et d'écrivains : une programmation qui s’inscrit dans le cadre général de la bibliothèque

Dans les documents de cadrage...

2L’enjeu est donc de taille ; « réussir » sa résidence, comme on « réussit » sa sauce mousseline, tiendrait beaucoup de l’anticipation : de bons ingrédients, un plan de travail et des outils adaptés, une belle attention, les gestes qu’il faut ; et puis, ce je-ne-sais-quoi qui fait les combinaisons heureuses. Il y a de la gastronomie dans cette alliance, de la technicité, la maturation d’une idée, avant de se lancer. Un mélange d’anticipation, d’organisation et, ce presque rien de laisser-faire, qui permet à la création d’exister. Avec tout le paradoxe que cela comporte : organiser une résidence en bibliothèque implique autant d’interroger l’identité de l'institution qui accueille que le projet lui-même et l’invité pressenti. Elle invite à porter un regard introspectif sur la structure dans laquelle se mettra en place ce projet, et à examiner comment celui-ci viendra s’articuler à la politique d’action culturelle de la bibliothèque, et se combiner aux dispositifs de programmation existants dans ce cadre institutionnel. C’est dire la nécessité de nommer le projet à venir, de le définir et de voir comment il prend place (et quelle place il compte prendre) à l'intérieur d’une stratégie culturelle déjà constituée, à laquelle il va participer tout en développant naturellement son propre écosystème.

Formuler le projet de résidence, le construire, à la fois dans ses principes, et dans sa déclinaison singulière avec cet artiste-là ou cet écrivain-ci va permettre à tous d’en vérifier la validité, d’en imaginer l’intention, d’en préciser les contours, et de soumettre cette physionomie qui se dessine à son environnement immédiat : l’établissement dans lequel s’inscrit ce projet, le public avec qui va s’organiser cette rencontre, les équipes qui vont accompagner ou côtoyer cet invité, les instances de tutelles qui vont confirmer cet engagement.

3L’enjeu est bien de réussir la greffe, de cet inconnu, cet étranger, ce tiers que l’on accueille, à qui l’on fait place à l'intérieur d’une organisation existante, d’un déjà-là qui doit devenir le lieu fertile d’une création à venir et d’une rencontre à orchestrer.

4On veillera donc, dans la mesure du possible, à inscrire le principe de résidence à l'intérieur des documents programmatiques qui viennent structurer la vie culturelle de la bibliothèque (axe culturel du projet d’établissement, charte d’action culturelle, axes de programmation annuels, etc.) et à énoncer les enjeux que compte défendre l’établissement en prenant part à cette aventure : volonté d’organiser la rencontre entre un auteur, un artiste, et une population, d'offrir au regard et à la palette d’un artiste la complexité d’un territoire, d’interroger et de lier la littérature et l’art, la littérature à l’art, de participer en tant que lieu culturel au support et à l’aide de la création artistique, de construire le terreau d’un partenariat avec les autres structures culturelles et pédagogiques de la ville ou de la collectivité territoriale, de questionner le lieu « bibliothèque » et l’ampleur de sa collection : les enjeux et les objectifs ne manquent pas.

5La rédaction des dossiers de subvention (CNL, DRAC, collectivités, etc.) doit permettre également cette anticipation du projet, de même qu’il est nécessaire de définir et d’inscrire les différentes déclinaisons ou manifestations que peut avoir cette résidence à l'intérieur de la grille de programmation et d’un calendrier budgétaire : variations et formes des rencontres qui vont se dérouler dans le temps de la résidence (ateliers, rencontres, cartes blanches, médiations, échanges, productions etc.), typologie et segmentation des actions, physionomie du public, etc.

... à l'intérieur d’une programmation de long terme et de sa grille d’événements...

6Les cadres de préparation de ces événements ne diffèrent pas, en définitive, de la structure générale dans laquelle s’inscrivent les programmations de l'établissement ; mais ils doivent compter avec deux dimensions majeures qu’il convient de prendre en compte, dans toute leur richesse et leur spécificité.

Le temps dans lequel s’inscrit la résidence

7C’est la promesse d’une action qui se situe souvent dans la durée et la profondeur d’une vie d’établissement, qui doit rester un atout et non devenir une pesanteur.

Et toute la complexité du vivant

8L’artiste est une personne. Il faut donc compter avec lui, ses propres désirs, sa disponibilité, son talent à partager, sa lassitude, parfois, ses exigences, ses propres attentes, ses nécessités de création… d’où l’importance de la concertation, de l’apprivoisement réciproque, de l'ouverture d’esprit et de la formalisation du cadre de travail pour que l’invité ne se transforme pas en intrus, et que l’enthousiasme ne laisse pas place à la déception, réciproque ou univoque.

9On gagnera donc à définir avec le résident les règles et les formes de ses futures interventions, et à construire un projet concerté, qui prendra sens pour tous les acteurs concernés, à l'intérieur de la programmation culturelle de l'établissement. Tout ceci est établi dans le cadre d’une convention, qui définit les différents temps de la collaboration (y compris la répartition entre le temps de création, propre à l'artiste, et son temps d’intervention dans ses différentes médiations), et spécifie les modalités financières et pratiques de la résidence : matériel mis à disposition, lieux et durée d’intervention, rémunérations et prises en charge par l’établissement, dispositifs de protection du droit d’auteur, etc. Ces mesures de prudence, mais aussi de confiance, permettront sans nul doute de trouver et conserver la bonne distance pour ce compagnonnage de long terme, qui s’avère aussi, la plupart du temps, une rencontre heureuse, et surtout le terreau d’une belle aventure humaine.

... et nécessite une forte coordination avec les différents services de l'institution

10L’arrivée d’un artiste en résidence est un moment particulier qui doit concerner, au-delà de l’équipe pilote prenant spécifiquement en charge le projet, l’ensemble des services d’une bibliothèque, quelle que soit sa taille ou son organisation. L’enjeu et les objectifs de la présence de l’artiste, l’organisation et les modalités précises de sa résidence, son temps de présence dans l’espace de la bibliothèque, les contours de son projet de création sont autant d’informations dont on s’assurera qu’elles sont bien partagées par tous.

Organiser des rencontres entre le résident et tous les personnels

11Aussi, si les documents cadres mentionnés plus haut (qu’il s’agisse de la convention ou du dossier d’appel à résidence) sont de précieux supports pour permettre à l’équipe de s’approprier le projet bien en amont, on n’hésitera pas à organiser des temps de rencontre entre l’artiste et les agents de la structure, qu’ils soient ou non concernés de près par la résidence. Ces moments de présentation sont indispensables pour que les différents acteurs en présence s'apprivoisent, en garantissant a minima la création d’un lien de reconnaissance et de courtoisie (et parfois même, de sympathie) entre l’artiste et l’ensemble de l’équipe ; rien de plus contre-productif en effet qu’un agent ne sachant pas qui est la personne présente sur les espaces publics pour y rencontrer les usagers, ni ce qu’elle fait là précisément. Si ces précautions peuvent sembler évidentes et si cet impératif de clarté et de fluidité dans la communication ne diffère en rien de ce qu’implique tout projet transversal, l’expérience montre qu’il n’est pas toujours aisé de mettre en place ces temps d’échanges avec tous, et qu’il peut être tentant, dans la frénésie d’un projet, de s’y soustraire ou de les limiter à un cercle restreint de l’équipe. Pour éviter cet écueil, il est utile de les prévoir et de les inscrire dans le cahier des charges du projet dès sa conception.

12Car la présence, sur un temps long, d’une personne tierce au sein d’une structure organisée n’est pas anodine, ni pour le public ni pour l’équipe. En éclairant certaines logiques de fonctionnement par sa posture d’observateur, l’artiste facilite parfois le travail en transversalité et peut contribuer à l’amélioration d’une cohésion d’équipe. Force est de constater qu’il possède plus que tout autre intervenant une faculté d’ouvrir de nouvelles perspectives, de libérer parfois des tensions latentes en favorisant la parole et la créativité des uns et des autres ; il est souvent un tiers qui bouscule, remet en cause, ressoude sans y paraître des liens distendus. Son activité même peut bénéficier aux agents : ateliers d’écriture, implication dans des projets participatifs, recueil de témoignages… bien souvent, les agents sont les premiers « cobayes » du travail de création que l’artiste met en route, parce qu’il les croise au quotidien, s’implique dans leur environnement de travail, interroge leurs habitudes et la réalité de leur métier. À certains moments sensibles de la vie de l’établissement (déménagement de collections ou réaménagement d’espaces, conception du projet de service ou réorganisation d’équipe), il est un témoin précieux des bouleversements engendrés, accompagnant la transformation d’un lieu, capturant par son art les frémissements et les soubresauts occasionnés par ces moments de transition.

13Enfin, la présence d’un artiste en résidence est une occasion concrète de décloisonnement des espaces et des sections car bien souvent, son action de médiation va favoriser la rencontre de différents types de publics : il n’est pas rare de voir, lors des restitutions de projets menés avec des groupes « captifs » (groupes d’alphabétisation, scolaires, publics issus de partenariats locaux), se confondre joyeusement dans la salle fidèles de la bibliothèque, familles des enfants ou des groupes ayant participé au projet, et curieux attirés par l’œuvre de l’artiste et par la possibilité d’échanger avec lui de façon privilégiée. Ce joli panachage est sans doute l’un des aspects les plus réjouissants d’une résidence, rendu possible par la présence régulière de l’artiste et la fidélisation du public ; il sera d’autant plus réussi que les différents services ou sections de la bibliothèque auront travaillé ensemble dès le départ, en coordonnant leurs actions.

Les résidences d'artistes et d'écrivains : un espace et un temps pour habiter le lieu

Médiateur naturel des collections : valorisation de la politique documentaire

14L’accueil d’un artiste ou d’un écrivain en résidence est l’occasion de valoriser le fonds d’une bibliothèque, de mettre en avant des collections constituées. Grâce aux différents temps de médiation prévus avec le public, l’artiste résident va pouvoir non seulement présenter son œuvre au public mais aussi toutes celles qui l’éclairent, qui l’ont inspirée ou nourrie, en utilisant les ressources présentes dans les lieux : constitution de tables spécifiques, participation aux comités de lecture, soirées « carte blanche » (où le résident se fait lui-même programmateur en invitant d’autres artistes à se produire, par exemple autour d’une thématique ou à l’occasion d’un événement particulier), ateliers de création littéraire, cinématographique… les occasions sont nombreuses, pour lui, de mettre en lumière le fonds au gré de ses affinités, de son parcours intellectuel ou de sa démarche de création. Ce dialogue intertextuel ne peut être qu’enrichissant pour les usagers et pour les bibliothécaires eux-mêmes, bien souvent stimulés par la nouveauté et ravis de l’élan ainsi engendré par l’arrivée d’une personnalité extérieure pétrie de références et avide de partages. Les échanges, les découvertes littéraires et artistiques, les jeux d’échos, de conseils et de prescriptions, de quoi rendre une équipe de bibliothécaires heureuse et enthousiaste !

15En cela, la résidence est un moment particulier où l’artiste prolonge le travail quotidien de sélection et de diffusion des bibliothécaires : sans jamais se substituer à eux, il accompagne ponctuellement leur travail, pour que celui-ci trouve encore plus d’écho auprès des lecteurs. Ce dialogue entre les œuvres, ces interactions littéraires ou transdisciplinaires constituent des respirations fécondes et bénéfiques pour l’établissement, lui donnant une âme particulière, une coloration spécifique. La bibliothèque se fait alors lieu de résonance, chambre d’échos où l’usager peut cheminer au travers d’une multitude de voix mises à sa disposition et révélées à lui par le travail de médiation. La réussite de la résidence tient aussi beaucoup à cette alchimie, qui peut être à l’origine d’un véritable cercle vertueux.

16Pour toutes ces raisons, on peut considérer que le choix de l’artiste résident s’inscrit pleinement dans la politique documentaire de l’établissement et qu’il se doit d’être en cohérence avec elle. L’univers d’un écrivain, la maison d’édition dans laquelle il publie, ses affinités littéraires et artistiques, sont des critères importants qui dessinent le contour d’un projet, lui donne une identité spécifique.

Un établissement qui s'attache à faire découvrir la littérature contemporaine par le biais de petits éditeurs indépendants aura tout à gagner à inviter un auteur évoluant dans ces milieux, qui pourra à son tour mettre en lumière des textes de ce genre au public.

17Bien entendu, cette cohérence, ce rapport d’intimité entre l’artiste et les fonds de la bibliothèque, peut s’appliquer aux résidences artistiques de toute discipline : cinéma, arts visuels, art chorégraphique, musique, dans la mesure où les fonds couvrent ces différents domaines de la création.

Un travail dans et sur les espaces

18Cette valorisation des collections s’accompagne généralement d’une mise en lumière des espaces : car un artiste en résidence est d’abord et surtout une personne qui découvre et s’approprie un espace qu’il entreprend d’habiter. La curiosité, l’imaginaire et l’inspiration que peut susciter cette découverte sont des paramètres importants de sa venue et marqueront immanquablement son séjour. Ils impliquent de prêter une attention nouvelle à l’environnement dans lequel il va s’immerger (ameublement, objets, décoration, agencement, ambiance) qui sera probablement transformé du fait de sa venue et de son regard sur les lieux. Les bibliothécaires devront en effet réfléchir à la place occupée par l’artiste dans l’établissement tout au long de son séjour : quel espace dévolu à la création ? Quel(s) autre(s) espaces consacré(s) à la rencontre avec le public ?

19Bien que les bibliothèques bénéficient rarement d’espaces de logement à proprement parler, il est essentiel de réfléchir avec l’artiste à la façon dont il veut investir les lieux : certains souhaiteront bénéficier d’un espace isolé, à l’écart de la vie de l’équipe pour mieux se concentrer sur leur travail de création ; d’autres préféreront au contraire se fondre à l’équipe et se satisferont d’un bureau partagé. Quant à la présence sur les espaces publics, elle varie selon les dispositifs de médiation envisagés et la nature des projets organisés. Si la résidence a bien pour vocation d’aller à la rencontre d’une population donnée, d’entrer en relation avec les individus qui la composent, le repérage de l’artiste au sein des espaces est un élément décisif qui va permettre de nouer des contacts privilégiés, voire de faciliter le recueil de la parole à des fins de transmission ou de création. Sans oublier la valorisation de ses œuvres qui doit elle aussi s’incarner dans les lieux, en rendant visible le résultat de son travail tout au long de son séjour.

Les résidences d'artistes et d'écrivains : diffuser le soutien à la création, recueillir un gain de visibilité

La nécessité d’une communication appropriée

20Une communication forte et adaptée permet un rayonnement, un gain de visibilité qui ont un impact sur l’image de la bibliothèque.

21L’accueil d’un artiste en résidence tient d’un mouvement contraire et paradoxal qui est le propre de ce dispositif : si la structure avec laquelle l’artiste a contractualisé va bénéficier de sa présence et de son travail de façon privilégiée (dans un mouvement d’appropriation, d’assimilation d’une personnalité extérieure au sein de la structure accueillante), un élan d’ouverture vers l’extérieur va avoir lieu de façon concomitante, vers le public et les habitants bien sûr, mais aussi vers les autres structures culturelles et sociales du territoire. C’est ce double mouvement d’assimilation et d’expansion qui rend d’ailleurs ce dispositif si enrichissant pour la bibliothèque, qui pourra à la fois consolider son offre de programmation culturelle et renforcer les liens qu’elle tisse avec des partenaires de la vie locale (au sujet du travail partenarial lors de la résidence). Cette dynamique doit être soutenue par une communication appuyée, structurée et ambitieuse : il s’agira de présenter aux partenaires et aux tutelles les objectifs de la résidence, le projet et l’œuvre de l’artiste, de s’appuyer sur les relais de communication des institutions partenaires et des financeurs (département, région, CNL, DRAC, etc.) de façon à dédoubler son impact et d’assurer une diffusion optimale de l’information aux différents réseaux de publics potentiels.

Car ne l’oublions pas : les moyens mis en place pour parler et faire parler de la résidence sont autant de possibilités d'évoquer la bibliothèque, son action au quotidien, ses services, sa programmation culturelle. Cela peut être l'occasion pour certains habitants de découvrir son existence, de la localiser.

22Pour ceux qui la connaissent déjà sans véritablement la fréquenter, cela peut être une opportunité de découvrir ses projets, ses ambitions et les moyens qu'elle met en place pour les mener à bien. En somme, une résidence peut être l'occasion d'un élargissement du public.

23Sans oublier que l’artiste jouit souvent d’une aura dont la structure saura nécessairement tirer avantage ! Le lancement ou la clôture d’une résidence, par exemple, sont des occasions uniques de réunir les partenaires et d’inviter les élus au sein de la structure. Aussi ce dispositif permet-il un gain de visibilité et de rayonnement au bénéfice du service.

Organiser la pérennité de la résidence : captations, éditions, créations

  • 1 Voir « La résidence artistique, un concept accueillant : contexte et typologie », p. 18.

24La contribution de Pascal Jourdana1 sur les typologies des résidences nous a montré que l’acte de création était au cœur de toute résidence, qu’il était un dénominateur commun aux différents types de dispositifs existant. Cette création peut être solitaire (projet d’écriture du romancier par exemple) ou être conçue de façon collaborative, avec la participation des habitants ou des usagers du lieu (film, création visuelle élaborée à plusieurs, projet numérique, etc.). De plus, les actions de médiation proposées durant le temps de résidence donnent généralement lieu à une multiplicité de créations, plus ou moins abouties, mais souvent dignes d’être valorisées et conservées afin de garder une trace de la résidence et d’enrichir par ce biais la mémoire de la bibliothèque. Cette valorisation est essentielle pour le public qui a participé aux différents projets ou ateliers avec l’artiste : elle garantit leur plaisir et celle de l’équipe de voir le résultat d’un travail ou d’une action menée à plusieurs. Les formes de ces créations sont multiples et ne sont limitées que par l’imagination de l’artiste et des habitants : carnets, enregistrements, exposition, performance, fresques, captation sonore ou vidéo, blog, herbiers littéraires et artistiques… en la matière, tout est permis, et surtout ce qui n’est pas encore connu ! S’il est important de viser à exposer, présenter ou valoriser ces réalisations, il n’est pourtant pas toujours simple d’organiser leur concrétisation lorsqu’elles demandent des moyens spécifiques. Là encore, si l’anticipation est de mise afin d’évaluer le plus justement possible les besoins matériels lors de la phase de conception de la résidence, il est parfois difficile de tout prévoir quand, par essence, le projet s’infléchit grâce à la participation du public. Mais cette nécessaire adaptabilité, contraignant parfois à des interventions protéiformes et urgentes, est aussi le signe d’une résidence réussie. Il est essentiel de garder une trace de cette mise en mouvement.

Bilan et évaluation

25Comme pour tout projet d’action culturelle, vient le temps, à l’issue de la programmation, de son évaluation. Non pour juger ou arbitrer, mais bien pour mesurer le chemin parcouru ; comptabiliser, certes, le public, les actions mais également évaluer ce qui s’est transformé ; après la frénésie et l'enchaînement des événements produits, prendre de la hauteur et de la distance, pour se remémorer l’intention de départ, les objectifs que l’on s’était fixés, les espoirs que l’on avait fondés dans cette collaboration, les craintes que l’on avait formulées… Le bilan sera donc à la fois quantitatif, recueillant selon les indicateurs précédemment déterminés, un certain nombre de chiffres, sur la fréquentation des différentes manifestations, la participation des différents publics, la jauge des différents espaces, le nombre et la fréquence des rendez-vous ; mais également bilan qualitatif, recueilli par questionnaire ou entretien avec le public, et les équipes (au cours d’une réunion de clôture, par exemple) qui permettra de faire le point sur le déroulement de la résidence, les attentes plus ou moins comblées, les aspects à améliorer… L’objectif est bien, autant que d’évaluer, de permettre de se projeter dans un avenir où l'expérience acquise permettra de consolider une méthode et une organisation du travail, et de mener une réflexion collective sur la manière dont se sont articulées les responsabilités et les interventions de chacun, en termes de direction de projet, de logistique, de formalisation juridique, de gestion administrative, d’accueil, de communication, d’exploitation des ressources, de production de contenus, de développement documentaire, etc. Le résident devra naturellement être associé à ce bilan, pour qu’il puisse également exprimer son point de vue et montrer comment, lui aussi, a pu être transformé par cette rencontre programmée.

26Ainsi donc se met en place une nouvelle économie de la relation avec l’artiste ; non sur le court terme, mais bien sur la durée, qui engage également la dimension humaine et permet les véritables rencontres. Le bilan peut s'avérer positif, si chacun voit dans cette expérience une opportunité pour se renouveler, et accueillir ainsi la possibilité d’être étonné, et presque parfois bousculé. Que peuvent apporter les bibliothèques aux artistes et aux écrivains ? Un lieu qui vient enrichir leur processus créatif et les confronte à un espace et un public qu’ils n’ont parfois pas souvent l’occasion de rencontrer ; une interaction avec le monde, qui vient déranger et nourrir le travail artistique. Un lieu où la mémoire, la connaissance, la classification, la pluridisciplinarité, organisent une certaine conception du monde, avec laquelle l’artiste va jouer, va composer, voire qu’il va déconstruire. Et que peuvent l’art et la littérature pour la bibliothèque ? Nul doute qu’ils transforment également le lieu, en lui proposant d’accueillir la fabrique de la création. Il y a quelque chose de l’ordre du déplacement dans une résidence réussie, et ce sera bien là l’indicateur le plus positif : qu’il y ait, de part et d’autre, changement de regard : sur la littérature et la création contemporaines, sur les artistes, sur les lecteurs, sur les bibliothèques… que chacun se soit, en définitive, déplacé, dans ses préjugés, ses prérogatives, ses certitudes ; ce n’est pas la moindre des réussites, que ce mouvement-là !

Notes

1 Voir « La résidence artistique, un concept accueillant : contexte et typologie », p. 18.

Auteurs

Chargée de mission Enseignements artistiques à la direction de la Culture d’Est Ensemble (Romainville)

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search