Version classiqueVersion mobile

Organiser des résidences artistiques et littéraires en bibliothèque

 | 
Claire Castan
, 
Hélène Glaizes

Partie 1. Comment accueillir en résidence ?

Préparer une résidence : méthodologie

Aimée Ardouin

Texte intégral

1Une résidence d'artistes s'appuie sur un document source : le projet d'établissement. Il émane souvent d'une politique publique culturelle, mais peut aussi être, par exemple, un projet de mécénat. Il en traduit les objectifs.

2Le cahier des charges de la résidence fixe, quant à lui, les contours éditoriaux, mais aussi pratiques et organisationnels. Il est le document explicatif mis à la disposition des créateurs ciblés. Il est aussi le document de référence des équipes en charge du projet. Elles s'y référeront pour ajuster leur travail, l'enrichiront avec le temps et le vécu de la résidence, le feront évoluer si besoin.

3Du cahier des charges à l'accueil en résidence, nous traiterons les temps forts de la préparation – artistique, juridique, logistique – de la résidence, en abordant également les éventuelles restitutions* publiques et « l’après résidence », suites possibles de l'accompagnement de l'artiste et de son projet dans le temps.

Le cahier des charges

4Le cahier des charges est un document public informatif. Il énumère les objectifs de la résidence, les conditions d'accès, les délais de carence entre deux résidences, la nature de la résidence, la rémunération de l'auteur, les dates du séjour, la description de l'hébergement, la prise en charge des frais de séjour, de transport, les engagements du résident et de la structure qui l'accueille, les conditions de sélection des projets. Il permettra la production des documents juridiques, notamment des conventions de séjour en résidence.

Rétroplanning* et organisation interne

5Si la période d'accueil de l'auteur est le point d'orgue de la résidence d'écriture, elle se prépare bien avant. Un rétroplanning est un outil indispensable aux équipes en charge du projet. Il les aidera à organiser le temps en amont – mais aussi pendant et en aval – de la résidence, en mettant en évidence les différentes étapes du processus de réalisation de la résidence. Il prendra en compte les contraintes des services afin de dégager la période idéale d'accueil. Il anticipera au mieux les contraintes des auteurs, dont les plannings sont établis plusieurs mois à l'avance.

6Ainsi, le coordinateur veillera à réunir les équipes afin de préparer ce calendrier prévisionnel idéal… Il s'agit, en premier lieu, de fixer les dates précises de la résidence. Elles conditionneront la conduite de la préparation par une planification chronologique inversée des tâches nécessaires à accomplir, qui seront listées le plus exhaustivement possible et réparties au sein de l'équipe : les tâches liées à la partie artistique, sans oublier celles liées à la partie hébergement. Les différentes équipes travailleront de concert.

Les appels à candidature

7L'appel à candidature, ou les appels à candidature – selon que la résidence accueille un ou plusieurs auteurs, individuellement ou sur un même projet, en même temps ou répartis dans l'année, d'un domaine artistique spécifique ou pas, qu'elle propose une ou plusieurs sessions annuelles – permet de « partir à la recherche de candidats », en ouvrant le champ des possibles et en évitant l'écueil de la subjectivité. Car l'appel à candidature sous-entend la constitution d'une commission en charge de sélectionner un lauréat parmi nombre de dossiers en lice.

Le contenu de l’appel à candidature

8Il reprend les grandes lignes du cahier des charges : organisme émetteur, projet d'accueil, dates de résidences proposées, lieu d'hébergement, montant de la bourse allouée, conditions pour postuler, liste des pièces demandées (lettre de motivation, CV artistique, bibliographie, etc.), date limite de candidature.

9Une deuxième partie concerne la candidature en elle-même : l'état civil et les données administratives du candidat. On veillera à ce que cette collecte administrative soit la plus exhaustive possible, afin de servir de base à la préparation de la résidence, en cas de sélection du dossier. Ainsi, on demandera, en plus de l'état civil et des coordonnées du candidat, le numéro de sécurité sociale, le numéro d'affiliation* Agessaou Maison des artistes (MDA)1, l'attestation de dispense de précompte* éventuelle.

10Une troisième partie sera consacrée au projet artistique proposé. Le candidat donnera le titre de son projet, en mentionnera le contenu. Il étayera son propos avec une lettre de motivation à venir en résidence et fournira diverses pièces : contrats éditoriaux précédents, liste bibliographique, CV artistique, autres projets en cours, demandes d’aides à la création, de résidences, de bourses (passées, octroyées ou à venir).

11En annexe, il pourra compléter son dossier par des extraits déjà rédigés, des planches d'illustration, et tout ce qui aidera le jury à expertiser le dossier d'un point de vue global et artistique. Chaque pièce du dossier de candidature doit donner des indications pertinentes aux membres du jury.

La diffusion de l’appel à candidature

12Les appels à candidature seront diffusés par l'intermédiaire des fichiers internes à la structure et en s’appuyant sur les organismes interprofessionnels, homologues institutionnels, locaux, régionaux voire internationaux, SRL et ARL, tout professionnel en capacité de relayer et de diffuser l'information. Lancer un appel à candidatures, ciblé ou élargi, c'est s’appuyer sur des relais, un réseau professionnel.

Période de dépôt des candidatures et date butoir

13L'équipe doit être disponible pour répondre aux demandes de précisions des futurs candidats. Ces demandes ne manqueront pas – et c'est heureux – même si le cahier des charges est parfaitement clair et rédigé. Un dossier administratif ne peut remplacer une prise de contact directe, humaine, par mail ou téléphone.

On peut considérer que l’attention portée à ce stade fait partie intégrante des missions d’aide aux auteurs et à l’accompagnement des projets.

Accusé de réception des dossiers et outil de suivi

14Une fois les dossiers réceptionnés, une des tâches primordiales est l'analyse des contenus du dossier. À ce stade, l'analyse est formelle (administrative) et non artistique. Il s'agit de pointer toutes les lignes et pièces du dossier, de vérifier si les critères d'éligibilité sont respectés, ou non, éventuellement de demander l'envoi de pièces manquantes et, enfin, d'accuser de réception. Dès lors, le dossier est en lice pour la sélection.

15On tâchera de remplir un tableau synthétisant et renseignant toutes les lignes du dossier. Ce tableau sera un outil d'analyse en interne et pourra être mis à disposition du jury pour faciliter sa lecture des dossiers.

Jurys et commissions

16Tâche et étape cruelles : il s'agit de déterminer le lauréat d'une résidence parmi une multitude de dossiers. Mais les discussions sont passionnantes… au cœur de la gestation des projets artistiques et des logiques d’aide à la création.

La composition du jury

17Chaque jury sera constitué selon l'orientation éditoriale de l'appel à candidature. Il s'agit de s'entourer de personnes-ressources. La commission doit comporter suffisamment de membres pour représenter tous les partenaires financiers et artistes, ainsi que la filière professionnelle (par exemple : libraire ou organisateur de manifestation littéraire) pour éviter la subjectivité, mais doit être assez restreinte pour que chaque membre de la commission puisse prendre la parole, sur chaque dossier et sur le temps imparti de la commission. On veillera, dans une configuration idéale, à ce que le jury soit composé d'un nombre impair de membres afin de pouvoir trancher lors d'un vote final (5 personnes, renouvelées chaque année + 1 modérateur).

Envoi des dossiers aux membres du jury

18Les dossiers en lice sont envoyés à tous les membres du jury en amont de la date de la commission.

19Certains dossiers, après expertises administratives, ne sont pas éligibles à la résidence. Ils auront été écartés. Les ouvrages des candidats – ou une sélection – publiés à compte d’éditeur, portfolios, extraits sonores, captations de spectacles, etc., seront mis à disposition du jury.

Modération du jury

20La commission pourra être modérée par une personne interne à la structure, qu’on appellera modérateur ou modératrice. Cette personne ne prendra pas part au vote, mais aura une vision d'ensemble de l'historique de la résidence, maîtrisera parfaitement la ligne éditoriale portée et le contenu des dossiers en lice, lui permettant d'animer avec aisance la commission. Son introduction s'attachera à rappeler les missions de la structure porteuse, la ligne éditoriale de la résidence et de l'appel à candidature pour lequel siège la commission.

Le premier tour de sélection

21Chaque membre du jury a donc eu connaissance des dossiers avant la date de la commission, mais, lors du jury, une lecture collective de tous les dossiers est primordiale – lettres de motivation à venir en résidence et projet artistique. L'ensemble des dossiers est balayé. Un premier tour de table systématisé permet à chaque membre de la commission de s'exprimer sur chaque candidature et de se prononcer pour le maintien, ou non, du dossier au second tour. Chaque point de vue devra être argumenté. Le modérateur, ou l'assesseur, notera les raisons pour lesquelles le dossier est retenu ou pas, par chacun des membres du jury.

Le second tour de sélection

22Le second tour va permettre une étude précise des dossiers restants. La modératrice ou le modérateur, en reprenant la politique éditoriale de la résidence, donnera à nouveau l'orientation, balisant ainsi la réflexion et la logique de sélection de la commission. Pour qu'un lauréat ou une lauréate puisse émerger, le recours à un vote est parfois nécessaire.

23Le dossier sélectionné est certainement celui qui, parmi une multitude de critères, a permis qu'une cohérence, une logique d'accompagnement soit trouvée… une sorte de point idéal où la résidence proposée a du sens pour le lauréat, au même titre que la structure trouve du sens à accompagner ce projet précisément.

24La commission pourra sélectionner un second dossier lauréat : en cas de désistement du lauréat, la résidence pourra être proposée à une autre personne, sans devoir réunir à nouveau la commission.

Le point de vue du jury

25Chaque point de vue est exprimé et chaque membre de la commission est parfaitement libre de son expertise et de ses propos. La structure veillera à protéger ses jurys contre toute tentative, parfois involontaire ou inconsciente, de pression.

26La discussion en groupe peut modifier certains a priori éprouvés lors de l'expertise individuelle du dossier. Confronter son idée à l'autre fait jaillir différents points de vue, les confirme ou les module parfois. Les avis du jury peuvent, à la demande, être rendus publics. Dans l’idéal, chacun des candidats, en contactant le modérateur, peut obtenir des informations sur l’évaluation de son dossier et savoir pour quelle raison son projet a été sélectionné ou non. Un candidat malheureux pourra candidater une autre fois en ajustant sa demande, la faisant évoluer, selon les remarques formulées par le jury.

Préparation administrative de la résidence : les courriers, la convention

Lettres d'invitation et lettres de refus

27Les services doivent s'assurer que le lauréat peut/veut toujours venir en résidence. On lui laissera le temps de réfléchir à la proposition et de vérifier avec son entourage familial et professionnel s'il est finalement en capacité de venir en résidence.

28La lettre d'invitation engage juridiquement la structure vis-à-vis de son futur résident, en fixant les dates de la résidence, l'hébergement, la bourse octroyée et les interlocuteurs de l’auteur pour préparer sa résidence. L'accompagnement professionnel est enclenché : la résidence commence symboliquement à ce moment-là.

29Les services sont alors en capacité de répondre aux questions et aux sollicitations du futur résident. Préparer la résidence en amont construit le lien de confiance avant l'arrivée en résidence. Le lauréat aura peut-être besoin d'être rassuré : il s'agit de quitter son milieu et ses proches pour s'immerger dans un « ailleurs », vivre dans un lieu que l'on doit partager – ou au contraire très/trop isolé – auquel l'on doit s'habituer, quel qu'il soit. Un contact en amont avec les équipes de la structure accueillante, parfois à la faveur d’une rencontre, d'une manifestation culturelle ou d'un déplacement, l'occasion de faire connaissance, est parfois le point de départ de la mise en confiance de l'auteur, et, finalement, de la réussite de la résidence.

30Tous les candidats non retenus recevront une lettre de refus avec indication des lauréats choisis. Il leur est donné la possibilité d'obtenir les avis émis par la commission. Ils sont invités à candidater à nouveau, et quoi qu’il en soit, à ne pas se décourager. Les candidats malheureux d'une session peuvent devenir les lauréats d'une session suivante. Pour une SRL proposant un accompagnement des auteurs parler des raisons d'un « échec » constitue une forme d'accompagnement à part entière.

Outre toute la préparation administrative, cette part humaine et sensible est le gage du succès de la résidence.

Aspect juridique et contractualisation : la convention de résidence

31La convention est signée entre toutes les parties impliquées. Elle contractualise juridiquement la résidence de l'auteur et pourra faire l’objet d’un travail et d’une relecture par un juriste référent.

32Dans le meilleur des cas, la convention est envoyée bien en amont de la résidence. L’auteur peut donc lire la convention puis la renvoyer signée.

Tableau. Les composantes d’une convention de résidence : points à faire apparaître dans la convention

Les parties signataires la désignation juridique de la structure, les coordonnées de l'auteur, ses numéros Agessa et/ou MDA, son numéro de sécurité sociale
L'objet de la résidence, les modalités générales les dates exactes du séjour, le type de rémunération (en note de droits d'auteur, le temps consacré au projet sera de 70 % au moins avec éventuellement un temps de restitution public ou un temps de médiation de 30 % maximum)
Rémunération et cotisations sociales afférentes montant de la bourse et modalités de versement (exemple : un premier versement à l'arrivée à la résidence et un deuxième versement au milieu du séjour). Elle pourra faire l'objet d'une note de droits d'auteur et cotisations sociales acquittées par l'organisme accueillant, le précompte ainsi que la « contribution diffuseur »* Agessa ou MDA
Contacts avec la structure à destination de l'auteur personne en charge de la coordination de la résidence sur le lieu d'hébergement, les divers interlocuteurs et les personnes à contacter en leur absence ou le week-end, les procédures d’appels d’urgence, etc.
à destination de la structure personnes à contacter en cas d'urgence, mais aussi éventuellement listes des collaborateurs et des personnes impliquées dans le projet
Lieu de résidence localisation exacte et description du logement (chambre mise à disposition, salle de bains privative ou non, linge de maison et frais de fonctionnement pris en charge ou non), les pièces collectives (cuisine individuelle ou collective, diverses salles de travail, salons, bibliothèque, salle de projection, etc.), les outils de travail partagés mis à disposition (scanner, imprimante, matériel de reliure, etc.), le règlement intérieur, les consignes de sécurité, les règles du fonctionnement de l'établissement, l'accueil d'un proche, etc.
La résiliation anticipée mention des départs en cas de force majeure et des règles juridiques de « proratisation » financières, pour raisons de suspension ou d'arrêt de la résidence
Arrivées et départs seront envisagés en fonction des contraintes et des disponibilités de chacune des parties, les jours ouvrés entre 9h et 17h, par exemple, mais avec assez de souplesse pour anticiper les aléas liés au transport, au voyage... Les départs peuvent être prévus, le vendredi entre 10h et 15h avec libération de la chambre avant 10h, afin que les chambres soient préparées pour les nouveaux arrivants, si le lieu accueille des résidents en continu.
État des lieux un équilibre bienveillant à trouver entre un accueil chaleureux, la visite des lieux et des points plus formels : état des lieux, remise des clés et des consignes de sécurité
Frais de transport conditions de prise en charge des frais aller et retour depuis le domicile de l'auteur (exemple : seconde classe SNCF, défraiements kilométriques ou remboursement sur justificatifs en cas d'arrivée avec un véhicule personnel, montant forfaitaire maximum en cas de venue de l'étranger, etc.), définition de la prise en charge des réservations, des changements et modifications, des frais éventuels
Restauration et frais de bouche préciser si le résident sera autonome sur ses frais de bouche, s'il bénéficiera de défraiements alimentaires journaliers ou pas, si les repas sont préparés, ou si une cuisine collective ou privative est à disposition, etc. Lors de rencontres, les repas sont généralement pris en charge par la structure. Des temps conviviaux (dîners, apéritifs, déjeuners de travail...) pourront être organisés par la structure accueillante – ou mieux – spontanément et de manière tout à fait informelle
Engagements du résident venir en résidence aux dates proposées, la bourse étant liée à la présence en résidence, signaler les absences supérieures à 2 jours consécutifs, travailler sur le projet d'écriture personnel sur la base duquel il a postulé en résidence, ou tenir au courant des évolutions de ce projet, de l'avancement, que ce soit sur l'écriture proprement dite, les recherches documentaires ou la réflexion, ou le temps de repli
de la structure d'accueil vis-à-vis du résident accompagnement artistique et la réponse aux demandes de contact avec les créateurs, les éditeurs, les lieux, la filière, d'autres auteurs, des manifestations, des personnes ressource, etc. et la mise en valeur du travail de l'auteur auprès des différentes structures qui l'accueillent. Une page web dédiée à la résidence de l'auteur et à son travail, la commande de portraits photographiques, la réalisation d'un entretien écrit par un professionnel du livre par exemple, ou toute autre forme de valorisation discutée au préalable avec le résident. Chaque structure mène à sa façon la communication autour de la résidence et sa mémoire sensible.
Répartition budgétaire les frais à la charge de la structure et ceux à la charge du résident.
Mention de remerciement il peut être demandé à l'auteur, de veiller, dans la mesure du possible, à publier une mention de remerciement envers la structure accueillante dans l'ouvrage publié

33Une attestation d'assurance en responsabilité civile peut être demandée ainsi qu’une déclaration de renoncement à tout recours contre la structure en cas de dommages causés à ses biens.

34Parfois, on peut lire une ligne mentionnant qu'en cas de litige, les parties s'en remettront à la loi et aux tribunaux compétents, une fois les recours à l'amiable épuisés, bien sûr !

35Le résident s'engage avoir pris connaissance de tous les articles et à les respecter. Chaque page sera paraphée et le document sera signé manuscritement par toutes les parties, après la mention « lu et approuvé ».

Préparatifs à mener de front : connaître l’œuvre, communiquer, organiser l’équipe

36La lecture des œuvres antérieures de l'auteur, des articles de presse lui étant consacrés, l'immersion répétée dans son dossier de candidature, l'exploration de son site web, etc., paraissent un minimum en termes de préparation artistique de la résidence. Elle est menée de front avec la préparation administrative. On se prépare à recevoir le lauréat, on communique et on diffuse l'information de la résidence à venir, on analyse les demandes spécifiques de l'auteur, afin, éventuellement, de les répartir au sein des équipes ou de solliciter des personnes-ressources, de prévoir des rendez-vous, des temps de travail spécifiques.

L'accueil en résidence

L’hébergement : un lieu pour créer

37En cas d'hébergement, il s'agit de proposer des conditions de travail appropriées et un logement accueillant. Il faudra veiller à ce que l’hébergement soit en ordre de marche, en termes de mise à disposition de matériel, de propreté, de fonctionnalité…

38Tant de résidences et de lieux d'accueil ! Seul en appartement en ville, à plusieurs dans une maison à la campagne, en haut d'un phare, en haut d’un col transfrontalier… Un hébergement, quel qu'il soit, n'est pas déconnecté de tout. Il est situé au sein d'un village, d'une ville, d'un quartier, en lisière de forêt, au bord d'une rivière, dans un lieu chargé d'histoire ou un quartier neuf en pleine construction… On fera en sorte de donner aux résidents les moyens de découvrir les lieux, les services, les transports mais aussi de leur présenter l'identité du lieu, du territoire. On indiquera les commerces environnants, le cinéma, les lieux de convivialité. Un auteur en résidence est un auteur qui continue à vivre… même si la résidence lui permet de trouver une parenthèse centrée sur l'écriture, ou son art, qui le détache des contingences du quotidien l'éloignant habituellement de son activité artistique et de l'écriture. Accompagner une résidence implique une part sensible, au-delà de la partie strictement professionnelle et administrative. C’est tout ce qui ne se voit pas dans un bilan, qui ne s'écrit pas dans un cahier des charges, mais qui fait partie de la vie de tous les jours : la relation avec des voisins, avec les autres résidents qui va se construire en dehors de tout ce qui a été pensé de manière institutionnelle qui apporte, aussi, souvent, la qualité de la résidence.

L’accompagnement professionnel

39Accueillir un auteur en résidence c'est l'accompagner professionnellement. D'autant plus quand la résidence est proposée par une SRL, ou autre structure ayant pour mission l'aide à la création. Il s'agit de s'efforcer d'être au plus juste du projet et des demandes de l'auteur, sans être intrusif. Un équilibre à trouver. Car il n'y a pas de résidence d'écriture type… écrire en résidence n'est pas ou ne devrait pas être une condition sine qua non. Ce temps peut être une période d'étude, de recherche, de réflexion, de repli nécessaire. L’accompagnement sera donc jaugé selon les personnalités des auteurs et l'avancée de leurs projets. Parfois, il faut juste laisser filer l'écriture : ce temps de résidence est attendu depuis longtemps et il permet un jet créatif immédiat et très spontané, dès l'arrivée dans les lieux. D'autres projets vont nécessiter une approche différente : certains auteurs vont demander d'être aidés dans des recherches documentaires spécifiques, vont solliciter l'avis de personnes-ressources extérieures, parfois le projet devra être mis en résonance avec des missions d'autres collègues de la SRL (service juridique, par exemple).

40Au fil de la résidence, les demandes ne seront pas les mêmes, le projet va évoluer, se modifier parfois, s'enrichir, se heurter à des moments de blocage, ou bénéficier d'accélérations incroyables, des périodes de « décantage » seront peut-être nécessaires, le besoin d'échanger ou, au contraire, de se replier sur le projet, se fera sentir.

Chaque résidence est construite « sur mesure ».

Coordonner une résidence et accompagner des projets artistiques, en plus d'un réseau professionnel et culturel solide, nécessitent également une approche intuitive, sensitive et sensible du projet et des demandes – formulées ou sous-entendues – de l'auteur. Le travail en équipe est une configuration idéale : il permet de réunir des personnalités et des points de vue différents, pour déployer un accompagnement artistique et professionnel au plus juste et partagé.

Restitution de la résidence et bilans

41Selon le type de la résidence, des restitutions auprès du public sont prévues ou pas : des temps de médiation scolaires ou publics. L'auteur peut être lui-même en demande, s'il a une actualité spécifique et souhaite rencontrer son public. Il faut donc être en capacité de s'ajuster et de ne pas imposer. Ces temps de restitution de la résidence seront planifiés en concertation et seront envisagés avec des médiathèques, des librairies, des établissements scolaires ou universitaires, des acteurs culturels.

42La restitution peut avoir lieu bien après la résidence elle-même, une fois que l'ouvrage écrit, entamé ou terminé en résidence est publié – un an ou deux ans après, selon les temps éditoriaux. Elle prend le profil d'une résidence de diffusion, un temps d’accompagnement spécifique du livre publié ou du film sorti en salle.

43Le type de restitution est lié à la typologie de la résidence et elle est construite en fonction du projet, de son support : vernissage, lecture d'extrait, rencontre modérée, projection, lecture musicale, performance, etc., il s'agit, là encore, d'inventer !

Garder trace, communiquer

44Doit-on garder trace de cette résidence ? De quelle manière ? Doit-on communiquer sur elle ? Et comment ?

45Il s’agit d’envisager des prolongements de ce temps spécifique dans le parcours d'un auteur. Ils marqueront et enrichiront le lieu dans lequel il a séjourné, mais aussi les acteurs par qui il a été accompagné : des tutelles aux publics en passant par les équipes professionnelles.

46Un entretien écrit mené avec un professionnel auprès du résident – fixant un point d'étape du projet, de ce qui s'est passé lors de la résidence d'un point de vue artistique, mais aussi humain et professionnel – permettra de communiquer sur la résidence, de garder trace de ce temps de travail, même s’il n'est pas abouti, l'écriture pouvant être encore en cours. Une trace photographique – portraits de l'artiste en résidence – peut aider à conserver une mémoire de la résidence et à valoriser l'auteur et son travail.

Bilans et suivi

47L’après résidence marque le début du temps des bilans pour les équipes, bilan moral et financier à destination des partenaires, mais également des différents services de la structure.

48La soirée d’adieu ne marque pourtant pas la fin de l’accompagnement. Ce processus d’accompagnement, tout comme il avait débuté bien avant l’arrivée en résidence, peut se poursuivre bien après. Il s’inscrit dans le temps, implique de suivre le travail de l’auteur, l’évolution de son œuvre, de son parcours pour, en poursuivant la relation, en entretenant le lien, peut-être lui proposer une nouvelle résidence à parution de l’ouvrage travaillé en résidence. Ce suivi au long cours, en affinant et en développant le lien avec l’artiste ou l’auteur, bien au-delà de la résidence, témoigne de la volonté d’aide à la création et de diffusion des œuvres.

49Garder le lien, être en veille, c’est aussi, peut-être, être en capacité de tisser un maillage professionnel solide, de savoir faire écho à certains autres projets, de mettre en réseau, de partager des expériences et de devenir une sorte de caisse de résonance, au service des auteurs et des artistes.

Notes

1 Agessa et MDA, la Sécurité sociale des artistes-auteurs : < http://www.secu-artistes-auteurs.fr/ >.

Auteur

Chargée de mission, coordinatrice Résidences Chalet Mauriac (Saint-Symphorien), pour ALCA – Agence livre, cinéma et audiovisuel en Nouvelle-Aquitaine

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search