Version classiqueVersion mobile

Organiser des résidences artistiques et littéraires en bibliothèque

 | 
Claire Castan
, 
Hélène Glaizes

Partie 1. Comment accueillir en résidence ?

Les résidences d’artistes dans l’enseignement supérieur

Réseau A+U+C

Texte intégral

« L’université est devenue un lieu de production, de création et de diffusion artistiques et culturelles reconnu. La politique culturelle universitaire présente une double spécificité : elle repose sur la participation directe de la communauté universitaire dans l’animation culturelle et la création artistique et sur une articulation étroite avec les domaines de la formation et de la recherche. »1

Un enjeu des politiques culturelles universitaires

1Les universités se sont dotées de services culturels en mesure de développer une politique ambitieuse. Art+Université+Culture (A+U+C)2 en est le réseau.

  • 3 Convention cadre Université, lieu de culture, op. cit.

2L’université est un lieu de formation et de recherche, mais également un lieu d’expérimentation. Les résidences d’artistes ont rapidement été considérées comme un outil majeur des politiques culturelles universitaires. Les présidents d’université ont compris l’importance de la culture pour le rayonnement de leur établissement tant au niveau local que national, voire international. Ainsi, la Conférence des présidents d’université (CPU) a cosigné avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et le ministère de la Culture et de la Communication la convention cadre Université, lieu de culture en juillet 2013 afin de « favoriser l'accès du plus grand nombre à la culture, aux œuvres et aux pratiques culturelles »3.

La convention cadre Université, lieu de culture

  • 4 Convention cadre Université, lieu de culture, op. cit.

3La convention cadre stipule que « la résidence d’artistes – résidence de création, de diffusion ou d’association, de médiation – constitue la modalité privilégiée de la présence artistique à l’université, de la sensibilisation à la notion de projet et de création artistique. Elle est l’occasion pour les étudiants d’être confrontés directement à l’univers d’un artiste qui lui-même prend en compte, entre autres éléments, leur capacité créatrice. »4

4La convention rappelle les principes de démocratisation de l'accès à la culture, mais aussi le principe d'ouverture à la création et de sensibilisation à l'art en général. La résidence d'artistes correspond à ces objectifs : elle fait rentrer l’artiste sur les campus, introduisant l’art dans le quotidien de l’étudiant qui se trouve confronté au processus même de création.

5La convention insiste également sur l’objectif de stimuler la créativité des étudiants, d'en favoriser l’émergence, ce que permettent les résidences d’artistes.

  • 5 Convention cadre Université, lieu de culture, op. cit.

6La convention « est l’occasion pour les universités françaises de se saisir de la culture dans toutes ses dimensions pour que les campus soient reconnus comme de hauts lieux de transmission, de diffusion, de création culturelle et artistique et d’expérimentation de formes nouvelles »5.

Le projet d’établissement

  • 6 Les universités regroupent diverses composantes qui sont d’une part, les unités de formation et de (...)

7Pour l'établissement, ouvrir ses portes à un artiste sur la base d’un projet commun a des retombées en matière de rayonnement et d'attractivité. Cela permet une rencontre des différents acteurs universitaires et favorise ainsi un rapprochement des services et composantes6, voire une cohésion interne et un sentiment d’appartenance.

Cohérence de l’établissement

8En effet, les résidences d’artistes favorisent le vivre ensemble, le vivre en commun, la culture d’établissement. Pouvant être portées par différents acteurs de l’université (service culturel, bibliothèque, formation, laboratoire), elles nécessitent, pour une plus grande efficacité, une collaboration étroite entre les différents services, chacun apportant ses compétences pour que le temps passé par l’artiste dans l’établissement soit le plus profitable à tous.

Le service culturel, opérateur de la politique culturelle de l'établissement

9Le rôle du service culturel universitaire* consiste à coordonner l’ensemble des acteurs, à favoriser les rencontres. Il peut jouer un rôle de détecteur : comment inciter les liens et trouver ce qui pourrait se jouer entre des étudiants, des chercheurs et des artistes ? Le service culturel sollicite laboratoires, bibliothèques, formations en favorisant l’humain, en suscitant l’envie de la rencontre de l’autre, de ce qui peut émerger par un travail en commun.

Inscription de l’établissement dans son territoire

10Ce travail passe également par une ouverture de l’établissement à son territoire, permettant son identification, rendant visible son positionnement en termes de recherche, de formation, mais également en tant qu’opérateur culturel. Les partenaires peuvent être multiples (établissements de l’enseignement supérieur culture, collectivités territoriales, opérateurs culturels, etc.). Cela décloisonne l’établissement, bouscule les frontières, les idées reçues.

11Cette intégration est favorisée par l’entrée de l’artiste à l’université : comment l’interaction entre la création artistique et les processus de recherche scientifique va enrichir, voire impulser, les projets culturels locaux ? Comment va-t-on associer les populations ?

Quelles spécificités ? L’artiste au cœur de l’espace-temps universitaire

12Pour pouvoir envisager cette question, il faut appréhender la spécificité des résidences d’artistes dans l’enseignement supérieur.

Le lien étroit avec la recherche

13Les résidences permettent aux artistes d'innover dans des domaines de recherche et aux chercheurs d’envisager leur discipline autrement. Un échange qui s'instaure entre deux recherches : la recherche artistique et la recherche universitaire ; une confrontation de deux mondes qui n’est pas simple au premier abord car elle bouscule profondément les modes de fonctionnement, les méthodes de travail. Cela nécessite de la vigilance, de la médiation.

14La rencontre entre artistes et chercheurs peut être source de créations innovantes, singulières, hybrides. Toutefois, mener une recherche en commun ne peut se faire qu’en laissant de la place et du temps pour la recherche en création, sans forcément attendre une production finale. Car, in fine, l’objectif est bien un enrichissement mutuel.

Nouvelles pédagogies – approches transversales : l’étudiant au cœur du temps de recherche

15Lors des résidences, l’échange entre les étudiants et l’artiste est extrêmement riche et parfois déroutant pour l’artiste comme pour les étudiants. Les résidences ne sont pas un complément des formations, mais amènent des compétences transversales, procèdent d’une logique d’implication. La participation de l’étudiant à une résidence l’amène à avoir une autre vision de la recherche, à appréhender l’acte de création, à élargir le champ de sa discipline.

16Avec les résidences, nous sommes au coeur de la transformation pédagogique. Le positionnement des apprenants, la posture des enseignants et l’évolution des contenus en sont changés. Qu’est-ce que va bousculer l’œuvre en train de se créer dans une université ?

L’université : territoire d’expérimentation

17Enfin, l’autre particularité est que la résidence en université permet à l’artiste de sortir du cadre de l’atelier, de la scène, du plateau… pour se confronter à la multiplicité des espaces d’un campus : espaces de vie, d’apprentissage, de travail et de recherche. Chaque lieu est un défi d’adaptabilité, une source d’inspiration, un échange avec les personnels, les étudiants…

Service culturel et BU : l’exemple de l’université de Montpellier

Mise en place du partenariat

18Le service art & culture de l’université de Montpellier vise notamment à mettre les cultures contemporaines à la portée de tous les étudiants et personnels et à accueillir les artistes pour partager l’expérience de la création. Les résidences d’artistes bénéficient du soutien de la DRAC Occitanie.

19Sélectionnés à partir d’un appel à candidature sur une thématique précise, les artistes explorent l’université, confrontent leur pratique artistique aux compétences et au quotidien de la communauté universitaire. Puis vient une phase de production ponctuée par une présentation des œuvres ouverte au grand public. Tout au long de la résidence, les artistes proposent des actions de médiation et ateliers en lien avec leur démarche.

20Le partenariat entre le service art & culture et la BU des sciences s’est tissé progressivement autour d’une volonté commune de développer les actions culturelles, se traduisant par des projets ponctuels, allant d’expositions légères à des projets plus complexes.

21Ce rapprochement est fondé sur plusieurs paramètres. Lieu incontournable, la BU est un espace de travail, d’études et un lieu de vie pour les étudiants. Depuis plusieurs années, la direction de la BU ouvre ses espaces sur le campus en proposant des animations culturelles. L’accueil de résidences est une des clés pour créer du lien. De son côté, le service art & culture est force de propositions. Ainsi les objectifs, les missions et les moyens sont complémentaires. Ils partagent surtout une analyse et une compréhension des enjeux de l’importance de faire vivre l’art et la culture dans les espaces publics.

Un chorégraphe dans une bibliothèque : la BU comme source de créativité

Contexte de l’appel à candidature : le geste à l’université

22L’appel à projet pour l’année universitaire 2015-2016 était ouvert aux arts vivants, aux arts visuels et numériques et encourageait les artistes à interroger la manière dont le geste s’inscrit dans le circuit d’apprentissage.

  • 7 Nuccio Ordine, L'utilité de l'inutile : manifeste, Paris, Les Belles Lettres, 2013.

23La commission a choisi la proposition de parcours chorégraphique de Leonardo Montecchia (Compagnie de la Mentira) qui désirait d’emblée travailler la question de l’utilité du geste inutile7.

24Il souhaitait aussi placer l’œuvre hors des espaces de représentation habituels en créant une pièce déambulatoire et modulable. Chaque espace devait correspondre à un geste, à une classe d’habitants de l’université. De là est née très vite la volonté de traquer et d’étudier les gestes quotidiens des étudiants, des enseignants-chercheurs, ainsi que des personnels administratifs.

25Après une année universitaire de recherche et de production, la résidence s’est conclue par la création d’un spectacle ouvert à tous. « In utile », un parcours chorégraphique en quatre étapes où étudiants, personnels et visiteurs de l’université sont entraînés de lieu en lieu.

La présence de l’artiste au sein de la BU : rencontre et immersion

26La BU étant pour Leonardo Montecchia le lieu le plus adapté à la représentation de la vie étudiante, le chorégraphe a décidé naturellement d’exposer son projet artistique à l’équipe en charge de l’animation culturelle de la BU, qui lui a tout de suite indiqué la principale caractéristique du lieu : le respect du silence. Cette contrainte a donc été intégrée comme un outil du processus de recherche et un ingrédient du propos artistique. Pour Leonardo Montecchia, il est impératif d’être créatif avec les règles imposées, de les accepter pour mieux les détourner.

27Grâce à la mise à disposition d’une salle au sein de la BU pendant une semaine, l’équipe artistique a entamé une première étape de travail en immersion. Les artistes ont déambulé dans les salles, observé et étudié les gestes, postures et attitudes des étudiants. Ils ont réalisé des mini-captations sonores et vidéo comme base de documentation. Sensible au caractère fonctionnel de cet espace public pour des affaires privées, le chorégraphe a choisi de créer quatre solos qui rendent compte de ces intimités qui interagissent dans un espace collectif.

28Les postures, les câbles d’ordinateur, les actions de rangement et d’empilement, l’objet « livre » ont été les sources d’inspiration de ces solos. Par exemple, la visite des sous-sols a inspiré la création d’une robe avec les pages des livres mis au pilon.

Photo 1. Parcours chorégraphique, BU de Montpellier, Cie de la Mentira, 2016

Photo 1. Parcours chorégraphique, BU de Montpellier, Cie de la Mentira, 2016

Crédit photographique : Maxcasa.

29L’artiste a aussi particulièrement travaillé la matière sonore autour du chuchotement et des murmures.

Les conditions de la représentation

30Le spectacle avait une jauge d’une quarantaine de spectateurs préalablement inscrits pour la totalité du parcours. La partie « geste étudiant » a duré vingt minutes et s’est déroulée dans la BU ouverte. Ce dispositif a permis de réunir deux types de public : le public sur réservation et les personnes en activité à la BU (étudiants et personnels). Les uns et les autres sont acteurs et spectateurs. Par leur surprise et leur propre regard, ils font partie intégrante de l’œuvre. Cette « incursion douce » devient une expérience esthétique qui questionne et fait bouger les lignes de la perception et des fonctions du lieu.

31Pour Leonardo Montecchia, deux conditions sont nécessaires à la bonne exécution du projet. Les personnels de la BU doivent être volontaires, sensibilisés, voire associés à un tel accueil. Et, inversement, les espaces et leurs singularités doivent être au centre de la démarche artistique. La BU est un espace de réflexion, de concentration, mais aussi de rêverie et de création. C’est un endroit de réception où se pose un enjeu de démocratisation.

32Enfin, le témoignage autour de cet événement est primordial pour renforcer sa diffusion et sa valorisation auprès des tutelles, des membres de la communauté universitaire et des publics. Par exemple, une exposition du photographe Maxcasa, en relation avec la création « In utile », a été réalisée comme un prolongement de la résidence d’artiste. Il en va de même des captations vidéo consultables en ligne8.

Photo 2. Parcours chorégraphique, BU de Montpellier, Cie de la Mentira, 2016

Photo 2. Parcours chorégraphique, BU de Montpellier, Cie de la Mentira, 2016

Crédit photographique : Maxcasa.

Les résidences d’artistes : des expériences sensibles partagées au sein de l’établissement

33Le montage d'une résidence n'est pas sans contraintes (administratives, rapports avec l’agent comptable, droits d'auteur, conventions, rémunération de l'artiste, difficultés institutionnelles et difficultés matérielles). Malgré ces difficultés, la résidence d'artiste est vécue comme une rencontre, artistique, intellectuelle, sensible voire émotionnelle, et un partage entre tous ces acteurs : étudiants, artistes, enseignants-chercheurs, personnels.

34Il importe de préserver pour tous les participants à ces aventures, humaines une part de risque et de hasard, de ne pas chercher à confiner les résidences dans des moules. Il est nécessaire de garder une souplesse permettant d’intégrer des partenaires qui souhaitent rejoindre l’expérience, de laisser du temps pour que puisse opérer la magie de la rencontre entre un lieu comme l’université et des artistes qui peuvent transformer, ponctuellement ou durablement, par leur présence et leur action créatrice, notre rapport à cet écosystème universitaire bien particulier en nous proposant de belles expériences sensibles partagées.

Notes

1 Convention cadre Université, lieu de culture. [En ligne] < http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid73014/signature-de-la-convention-cadre-universite-lieu-de-culture.html >.

2http://www.auc-asso.com/ >.

3 Convention cadre Université, lieu de culture, op. cit.

4 Convention cadre Université, lieu de culture, op. cit.

5 Convention cadre Université, lieu de culture, op. cit.

6 Les universités regroupent diverses composantes qui sont d’une part, les unités de formation et de recherche (UFR) et d’autre part, les écoles ou instituts.

7 Nuccio Ordine, L'utilité de l'inutile : manifeste, Paris, Les Belles Lettres, 2013.

8https://www.youtube.com/watch?v=U23nGhHPrpM >.

Table des illustrations

Titre Photo 1. Parcours chorégraphique, BU de Montpellier, Cie de la Mentira, 2016
Crédits Crédit photographique : Maxcasa.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7179/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Photo 2. Parcours chorégraphique, BU de Montpellier, Cie de la Mentira, 2016
Crédits Crédit photographique : Maxcasa.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7179/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 411k

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search