Version classiqueVersion mobile

Organiser des résidences artistiques et littéraires en bibliothèque

 | 
Claire Castan
, 
Hélène Glaizes

Partie 1. Comment accueillir en résidence ?

Penser et concevoir le projet artistique et culturel d’une résidence

Yann Dissez

Texte intégral

Pourquoi concevoir et écrire le projet artistique et culturel ?

1Organiser une résidence nécessite de conjuguer de multiples paramètres et moyens.

2Ce sont des projets qui s’inscrivent dans un système d’acteurs aux temporalités et aux motivations parfois éloignées. Ils constituent un point de convergence ou de contradiction de multiples objectifs et ouvrent un champ de collaboration complexe et passionnant qui requiert une rigueur de la démarche et une bonne connaissance des différents paramètres.

3La première étape, fondamentale, qui déterminera à la fois le type de résidence et ses modalités de mise en œuvre, est la définition du projet, en fonction des objectifs que l’on se donne et en cohérence avec le projet global de la bibliothèque.

4Définir le projet artistique et culturel, formaliser par écrit les enjeux et objectifs, permet de réfléchir au sens de l’action et de produire un texte qui pourra servir de base à la rédaction de la convention, du dossier d’appel à candidature, des dossiers de demande de subvention, etc.

5Cela permet également d’orienter sur le choix du type de résidence le plus adapté, du lieu, de la durée et de la période, des partenaires pertinents au regard du projet, éventuellement des domaines artistiques, voire des « types d’artistes » pressentis.

6Nous présentons les choses de façon successive, alors que dans les faits elles sont simultanées : le choix de l’artiste, la définition des objectifs, l’élaboration projet artistique et culturel, le choix de la période, de la durée… Tout cela s’élabore dans un même mouvement de réflexion. Les éléments flous de prime abord se clarifient peu à peu, certains choix en entraînent d’autres, des hypothèses tombent. Un tel projet est un tout organique, où chaque composante interagit avec l’ensemble des autres.

La définition des objectifs

7La mise en œuvre de projets de résidence requiert, au départ, une grande rigueur dans la définition des objectifs et des orientations, ce qui autorisera ensuite plus de souplesse et d’adaptabilité. Des objectifs clairs et partagés permettront donc, avec l’artiste choisi, d’inventer et de co-construire le projet. Ils devront cependant pouvoir évoluer et être affinés en fonction du déroulement des événements.

Les objectifs artistiques

8Il s’agira en premier lieu de définir les objectifs artistiques. En effet, c’est, autour du travail de création artistique qu’une résidence s’organise et prend sens : le point de départ et l’axe du projet s’articulent autour de l’œuvre et du travail de création de l’artiste.

9Il existe de multiples enjeux et objectifs artistiques possibles. En voici quelques-uns : soutenir la création artistique, promouvoir, faire découvrir un artiste, diffuser, faire découvrir la création contemporaine par le biais de la présence des artistes, permettre à un artiste de travailler sur son œuvre ou de collecter une matière pour son travail, passer commande d’une œuvre en lien avec un territoire, etc.

Les objectifs culturels

10Dans un second temps seront envisagés les objectifs culturels, qui concernent les animations, actions culturelles ou actions de médiation mises en œuvre autour de l’artiste et de son œuvre. Ils sont également nombreux et variés : permettre la rencontre entre les habitants d’un territoire et un artiste, un travail de création, favoriser la rencontre de nouveaux publics, toucher des publics éloignés de l’art et de la culture, mais aussi : faire un travail de fond en amont ou dans le prolongement d’un événement artistique ou d’une exposition, démythifier (l’image de) l’artiste et la création, impliquer les habitants d’un territoire dans un projet artistique et culturel, etc.

Concevoir le projet

Le projet artistique

11Il constitue le cœur du dispositif résidentiel. Il se fonde sur l'œuvre et sur le travail de création et comprend l'ensemble des choix artistiques opérés par l’artiste et la structure organisatrice.

12Les résidences, quel que soit leur type, ont pour principal objectif d’offrir à l’artiste des conditions favorables à la création, de lui donner les moyens (du temps, des conditions matérielles, etc.) pour amorcer, poursuivre ou achever un projet artistique. Selon le type de résidence, ce travail de création sera plus ou moins libre ou contraint (commande, thématique, orientations ou sujet, etc.).

13Les résidences peuvent donc créer des conditions propices (fertilisantes) à la création : le dépaysement*, la rencontre avec un territoire et ses habitants peuvent provoquer un « décalage créatif » (déplacement des cadres habituels de la pensée, mise à distance du quotidien, rencontre d’un « ailleurs », etc.) ou, plus simplement, le temps accordé à l’artiste peut lui permettre la liberté de se consacrer pleinement à son travail de création.

14Pour que cela puisse « fonctionner », plusieurs conditions doivent être réunies. Il faut, d’une part, que le projet soit adapté aux aspirations et modes de travail de l’artiste accueilli et, d’autre part, qu’une attention particulière soit portée aux conditions d’accueil*, à la cohérence des projets culturels et artistiques, à l’équilibre temporel et à la souplesse de la commande, le cas échéant.

Liberté de création ou commande artistique

15En accord avec les artistes et en cohérence avec leur travail, une commande pourra leur être passée, à condition de respecter un certain nombre de conditions : la souplesse de celle-ci et sa cohérence avec le travail de l’artiste, l’absence d’obligation de résultat ou de « retours positifs », et l’adaptation possible en cours de projet… Un artiste n’est pas un artisan à qui l’on passe commande d’un objet prédéfini. Prévoir en amont des solutions alternatives, des « plans B » peut souvent s’avérer judicieux.

16À ces conditions, la commande artistique peut ouvrir des espaces de liberté, au sein d’un cadre qui a pour finalité la création artistique elle-même et non quelque plus-value esthétique, touristique ou sociale.

17Elle doit être le fruit d’une réflexion par rapport à des problématiques sociales, artistiques, territoriales, etc. de la structure commanditaire et clairement expliquée et négociée avec l’artiste, croisée avec ses propres questionnements esthétiques et artistiques. Plus que jamais, la rencontre de deux projets est nécessaire.

18La commande correspond parfois à une attente de « retours », d’une trace visible, fut-elle fragmentaire, inachevée, de ce travail de création et/ou de la présence de l’artiste. D’autres modes de visibilité du processus artistique sont cependant possibles : présentation de travaux en cours, étapes de présentation du processus de travail (live, sur le web…), répétitions publiques, etc.

19Le cadre très précis de la commande et les pistes « de secours » devront donc être envisagés au moment des échanges préalables et lors de la rédaction de la convention, tout en conservant suffisamment de souplesse dans cette dernière.

Le projet culturel

20Il est complémentaire du projet artistique : il s'appuie sur lui, l'englobe et le prolonge. Il se compose de l'ensemble des animations et des actions de médiation qui, en lien avec l'artiste et en s'appuyant sur son travail, vont contribuer à familiariser le public à la création artistique, donner les clefs pour mieux appréhender les œuvres et le processus de création.

21Autour de la présence de l’artiste « en création » sur un territoire – en lien étroit avec son travail et son univers artistiques, et en l’associant étroitement au projet –, les résidences permettent de développer un certain nombre d’actions de médiation, de sensibilisation et d’actions culturelles autour de son œuvre en direction des populations. Ces actions devront être pensées en cohérence avec le projet culturel de la structure (ses missions, ses orientations, ses objectifs) et avec le projet de l’artiste.

22Avant de se lancer dans l’élaboration du projet, d’envisager les actions, il est donc impératif de se poser quelques questions, qui permettront de définir le projet culturel de la résidence, la nature et le nombre des actions, etc. : quels sont les objectifs ? Quels sont les publics visés, espérés, prioritaires, potentiels ? Quelle implication de l’artiste et quelles actions en fonction de ce qu’il souhaite, désire, aime, sait faire ? Avec quels publics sait-il/souhaite-t-il travailler ?

Quelles sont les actions possibles ?

23Le dispositif de résidence est suffisamment souple pour offrir la possibilité d’inventer des formes diverses et adaptées : ateliers, stages, workshop, lectures-rencontres, conversations, répétitions publiques, conférences, débats, implication d’amateurs ou du public dans le processus de création, ateliers dans les locaux de la structure d’accueil… Le mode d’intervention, quel qu’il soit, ne peut cependant pas être standard, mais doit s’adapter à chaque artiste et être élaboré avec lui (ne serait-ce que pour le contenu).

Attention : l’artiste ne peut être le médiateur. Il lui sera difficile d’endosser les deux casquettes (et ce sera, de plus, préjudiciable au projet). Il doit pouvoir se concentrer sur ce qu’il peut transmettre de son expérience et de sa pratique artistique sans avoir à se préoccuper de questions d’organisation, de gestion de groupe, etc.

24Le médiateur de la structure est là pour prendre en charge l’organisation, mais aussi pour faciliter la relation. L’artiste quant à lui, apporte, outre son œuvre, ses compétences et connaissances spécifiques et son savoir-faire.

25L’action culturelle constitue souvent un point délicat pour les artistes. Il leur faut partager le temps de la résidence* entre création d’une part et animations, rencontres d’autre part. Trop exiger peut compromettre sérieusement le projet, d’autant qu’il ne leur est pas toujours facile de refuser… D’où la nécessaire présence d’un tiers, qui a à la fois une distance et une vision d’ensemble du planning.

Le choix de l’artiste

26Accueillir un artiste, c’est l’inviter pour ce qu’il fait (créer des œuvres, principalement, mais aussi intervenir auprès de différents publics) et ce qu’il est, et non pour ce qu’il représente aux yeux du public ou des institutions culturelles (sa notoriété médiatique, sa réputation de bon animateur social, son image d’auteur tout terrain, etc.).

27Choisir et accueillir un artiste dans le respect de son être et de son œuvre suppose donc en premier lieu de connaître a minima cette dernière. En effet, un artiste n’est artiste que parce qu’il est auteur d’une œuvre, qu’elle soit picturale, littéraire ou chorégraphique. Il faudra, en second lieu, prêter également attention aux qualités humaines et relationnelles de l’artiste pressenti, et à leurs possibles compatibilités avec les actions envisagées.

Quelles sont les différentes modalités de choix de l’artiste ?

28Vous pouvez choisir de rechercher et contacter vous-même un artiste prêt à s’engager dans votre projet. Cette démarche implique tout simplement dans un premier temps de commencer par fréquenter les œuvres, sans a priori, d’être curieux et attentif… Une fois ceci fait, vous pourrez compléter vos informations en explorant sur Internet, en lisant la presse spécialisée, etc. Puis en vous déplaçant pour rencontrer les artistes, lors d’expositions, de spectacles ou de lectures. Il est souhaitable de vous adresser à d’autres professionnels, qui pourront vous conseiller et vous faire des suggestions pertinentes. Un comité de pilotage ou un conseil artistique pourront être créés.

29Il est également possible de lancer un appel à candidature, via le site web de votre médiathèque ou de la commune, mais aussi sur les sites professionnels spécialisés. Cette procédure offre l’avantage d’ouvrir largement le projet à tous les artistes désireux de postuler et permet de découvrir des artistes et des œuvres.

30Enfin, des solutions mixtes sont envisageables, comme de faire passer un appel à candidature tout en prenant contact directement avec des auteurs pressentis…

31Accueillir des artistes pour des projets plus légers (une rencontre-débat, une présentation d’œuvres d’une artothèque, une rencontre autour d’un ouvrage paru…), avant de mettre en œuvre une première résidence, permet de se familiariser avec l’accueil d’artistes, de les voir à l’œuvre, de les rencontrer… Lorsque c’est possible, la rencontre humaine avec l’artiste avant la prise de décision ou le choix (réciproque) est importante. Il vous faudra vivre et travailler ensemble pendant deux mois ou plus, il ne suffit donc pas que cela « fonctionne » artistiquement, il faut aussi que « ça colle » humainement.

32Notons que, dans de nombreux cas de figure, c’est le désir de l’artiste – de sa personne, de son œuvre – qui est au principe de l’action. Bien souvent, le coup de cœur pour une œuvre, pour un lieu, le hasard d’une rencontre… créent le désir de bâtir ensemble un projet.

33Cette notion de désir est absolument primordiale : elle est à la fois moteur de l’action et gage d’efficacité…

Il est important que l’artiste se sente choisi. Dans le cadre de résidences à projet artistique et culturel, il faudra en second lieu prendre en compte sa capacité à rencontrer les publics, les types de publics auxquels il s’adresse, ce qu’il peut transmettre, les sujets qu’il traite, etc.

34Une fois effectué le choix de l’artiste pressenti, il est important que celui-ci se rende sur place pour rencontrer l’équipe, visiter le lieu d’accueil, découvrir le territoire, etc., avant que ne soit définitivement arrêté un engagement réciproque.

35Cette venue sera mise à profit pour co-construire le projet, qui sera ensuite formalisé par la convention. Il s’agira d’échanger sur les attentes des uns et des autres, d’informer l’artiste de l’ensemble du projet, de ce qu’on attend de lui, de ce qu’on lui propose…

36En effet, l’artiste vient pour des raisons et avec des objectifs et des attentes précis (temps, financements, rencontres…), même s’il ne le dit pas expressément. La bibliothèque qui l’accueille a également ses propres objectifs et attentes, qui sont parfois plus ou moins différents et compatibles… C’est bien souvent de ce hiatus, lié à l’absence de discussions préalables et à des non-dits, que proviennent les difficultés lors de la mise en œuvre du projet.

37Il est donc indispensable d’adapter le projet et le cadre prédéfini aux spécificités de l’artiste accueilli et de co-élaborer son contenu précis avec lui.

Lieux et durées de la résidence

L’espace de la résidence

38Une résidence ne peut se concevoir indépendamment de l’espace, du territoire sur lequel elle se déploie. La relation à l’espace met en jeu deux dimensions : celle de l’immersion* et celle du dépaysement.

Résider consiste à habiter, occuper un lieu qui n’est pas chez soi, pour un temps donné, et à se déplacer.

Immersion

39Résider implique donc un ancrage et une inscription territoriale de l’artiste, du travail de création. Cette immersion peut être renforcée ou contrainte par une commande d’œuvre (en lien avec certaines de ses composantes : un bâtiment, des habitants) ou un projet culturel (d’animations et de rencontres avec les populations).

40Le territoire peut être un déclencheur pour la création et une source d’information et de documentation pour l’artiste : la rencontre avec un univers « étranger », un « ailleurs », peut stimuler la création artistique, fournir à l’auteur des matériaux pour son travail de création.

41Cette dimension territoriale, quand elle provoque des « frottements réciproques », peut être fertile, féconde et apporter un enrichissement mutuel.

Dépaysement

42La pratique résidentielle implique également un déplacement, une déterritorialisation de l’artiste.

43Le déplacement permet un dépaysement qui peut favoriser et stimuler la création, mais aussi s’avérer déstabilisant. L’artiste est conduit à vivre un temps dans un lieu qui n’est pas son lieu de vie habituel. La structure d’accueil doit prendre en compte ce que cela peut signifier pour lui : éloignement des siens, perte des repères… Cela nécessite donc de porter une attention particulière aux conditions d’accueil et d’accompagnement, et requiert la présence d’une personne référente.

44La question du déplacement induit également celle de la distance entre le lieu d’accueil et le domicile de l’artiste, qui est constitutive de la résidence.

45Cette distance est-elle quantifiable ? Non… on ne peut quantifier précisément la distance nécessaire au dépaysement. Indiquer un nombre de kilomètres serait absurde, tant chaque situation est singulière.

46Il nous semble que, si la distance géographique est à prendre en compte (afin d’éviter les « résidences à domicile »), ce dépaysement est plutôt d’ordre qualitatif. Il y a peut-être aussi une distance psychologique pour les artistes, en deçà de laquelle l’éloignement du domicile est difficile à vivre, car la tentation de rentrer chaque soir chez soi est trop forte.

47Peut-être que la distance minimale serait celle qui aide l’artiste à être en résidence « dans sa tête », c’est-à-dire ne pas avoir la possibilité d’être chez lui en une demi-heure… mais aussi celle (qualitative, symbolique) qui permet le dépaysement.

Le temps de la résidence

48La question temporelle est marquée par un paradoxe apparent : à première vue, la résidence est une affaire d’espace (de lieu, de territoire, de déplacement). Cependant, lorsqu’on y regarde de plus près, on s’aperçoit que le temps occupe une place centrale.

49Ce que l’artiste en résidence recherche, à travers les financements et l’hébergement que lui offre le lieu d’accueil, c’est avant tout du temps pour son travail de création, du temps libre et dégagé de la nécessité de subvenir à ses besoins, que ce soit par un travail salarié ou par des activités connexes. Du temps nécessaire pour créer, pour s’immerger sur un territoire, pour rencontrer et échanger… Du temps pour l’auteur, pour les publics, pour la structure qui accueille et porte le projet, pour les partenaires… Du temps pour la préparation et pour la mise en œuvre du projet.

50Les résidences requièrent et génèrent des temporalités singulières :

  • une temporalité commune nécessaire, pour des partenaires qui ont chacun leur propre calendrier et leur propre rythme ;
  • un « temps hors du temps », une « parenthèse », pour les artistes ;
  • un temps pour l’évaluation du projet : les effets sur les publics, sur le travail de création ne peuvent s’évaluer au lendemain du projet. Certains sont immédiatement mesurables, mais d’autres ne se feront sentir que quelques mois, voire quelques années plus tard.

La période

51Il est important de bien choisir la période de la résidence. Une étude préalable du contexte temporel permettra de le faire, en se posant un certain nombre de questions :

52Quels sont les calendriers des publics visés et des partenaires ? Quel est le calendrier culturel de la ville, du territoire ? (Évaluer la possibilité de faire le lien avec des événements existants et/ou de choisir une période plus calme ; identifier les événements importants qui pourraient « occulter » le projet.)

53Un certain nombre de paramètres sont à prendre en compte : la saison culturelle, le calendrier scolaire, le calendrier des enseignants, la saison, l’année civile (pour les demandes de subventions), etc.

54Définir la période consiste donc à agencer et à accorder différents agendas (il faudra y ajouter ceux de l’auteur, de la structure et des différents partenaires).

La durée

55La durée d’une résidence n’est pas donnée a priori. Elle doit être choisie en fonction de sa nature et des moyens financiers et humains disponibles. Elle peut conditionner l’obtention de certains financements. Elle a une importance cruciale : elle doit être suffisamment longue pour que l’artiste puisse disposer de temps pour créer, s’immerger dans un territoire et, si nécessaire, rencontrer les publics et développer un projet culturel en lien avec la structure et ses partenaires.

56La durée la plus répandue en France, pour les résidences, est de deux mois. C’est, nous semble-t-il, la durée minimale pour qu’on puisse parler de résidence. En effet, un temps de présence minimum est nécessaire, surtout dans le cas de résidences à projet artistique et culturel, pour découvrir et s’approprier un territoire, développer un travail de création, participer à des rencontres et animations littéraires… Non que des projets de durée plus courte n’aient pas de sens ou de valeur… ils sont d’une autre nature.

57Depuis quelques années sont apparues des résidences fractionnées*, qui tiennent compte des contraintes des artistes (de leur difficulté à rester éloignés de leur famille ou à s’absenter une longue période de leur activité professionnelle), mais aussi de celles des lieux. En effet, en termes de moyens humains, une résidence fractionnée demande un travail moins conséquent en amont, car il n’est pas nécessaire que tout soit « calé » avant la venue de l’auteur : le temps entre les périodes de présence de l’artiste est mis à profit pour finaliser la préparation des actions à venir. En termes de projet, elles permettent de développer un compagnonnage sur le long terme, de travailler dans la durée avec les publics, mais aussi de s’adapter au calendrier d’un lieu ou d’un projet spécifique. Pour que ces projets aient du sens, il est nécessaire de respecter une certaine durée de présence : la notion d’immersion est liée à une temporalité qui ne saurait être trop réduite ou en pointillé.

La répartition du temps

58La question de la répartition du temps se pose peu dans le cas des résidences de création : la (quasi) totalité du temps étant réservée à l’auteur pour son travail artistique.

59En revanche, elle se pose de manière aiguë pour les résidences à projet artistique et culturel : le problème de la répartition du temps entre le travail de création et les animations est source de moult polémiques et récriminations de la part des artistes. Elle se pose d’un double point de vue : celui du temps consacré à l’un et à l’autre et celui de la répartition des animations littéraires dans la journée, la semaine ou le mois.

Bien que l’on trouve « à peu près tout », une tendance se confirme et se généralise : une nette évolution se dessine autour d’un ratio : 2/3 pour la création - 1/3 pour les animations.
  • 1 Réparties sur deux jours dans la semaine ou quatre demi-journées.

60Impossible donc de tracer une ligne valant « universellement ». Néanmoins, cette répartition a le mérite de poser un cadre qui peut protéger des dérives. Il appartient ensuite à l’artiste et à la structure d’échanger en bonne intelligence sur la nature, le nombre des interventions et leur organisation temporelle1, en fonction des contraintes du lieu et des habitudes de travail des artistes.

Les publics

61Nous utilisons fréquemment, voire systématiquement, le terme de « public » pour désigner les populations, les habitants visés ou envisagés comme publics potentiels de tel ou tel projet.

62Une précision sémantique s’impose ici : le « public » n’existe pas en soi… Il n’existe pas un « public caché », attendant que le projet commence pour se rassembler spontanément le jour J ! Le public n’existe qu’à un moment donné, dans une circonstance précise, lorsqu’il est face à une œuvre, un match de foot ou une émission télévisée. Il n’est « public » que parce qu’il est « public de » quelque chose. À l’issue de l’événement, il n’a plus d’existence jusqu’à sa prochaine confrontation avec l’objet dont il est le public. Il redevient habitants, individus, éventuellement passionnés par le domaine artistique proposé ou intéressé par les projets de la structure (public habituel ou fidèle du lieu), et donc plus aisé à convier, mais jamais définitivement acquis.

63Un « public » peut, en revanche, se créer, se fidéliser : par la qualité de la proposition artistique, de l’accueil, par l’originalité et la pertinence du projet, par des tarifs adaptés, mais jamais par la contrainte ou quelque effet de séduction, qui peuvent marcher un temps mais trompent rarement sur la durée.

64La question des publics se pose souvent, de prime abord, en termes quantitatifs, du fait du souci (légitime) de l’organisateur de savoir s’il y aura du monde pour assister ou pour participer au projet, mais aussi dans les dossiers de bilans ou dans certaines études. Or, la rencontre avec l’artiste, dans le cadre d’un dispositif de présence artistique, ne peut être menée de façon pertinente dans cet unique but. On veillera donc à privilégier la qualité de l’échange et de la rencontre.

Notes

1 Réparties sur deux jours dans la semaine ou quatre demi-journées.

Auteur

Chargé de la vie littéraire au sein de l’Agence régionale du Centre pour le livre, l’image et la culture numérique (Ciclic, Centre-Val de Loire) et formateur

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search