Version classiqueVersion mobile

Organiser des résidences artistiques et littéraires en bibliothèque

 | 
Claire Castan
, 
Hélène Glaizes

Partie 1. Comment accueillir en résidence ?

La résidence artistique, un concept accueillant : contexte et typologie

Pascal Jourdana

Texte intégral

Généralités et définitions

  • 1 Centre national de ressources textuelles et lexicales < www.cnrtl.fr >.

1Résidence artistique (ou littéraire). L’articulation entre ces mots se comprend de manière diverse, et les conceptions de ce qu’est une résidence artistique sont par conséquent nombreuses. Mais d’abord, que veut dire « résider » ? C’est être établi d’une manière habituelle dans tel endroit, ou demeurer effectivement au lieu où l’on exerce une fonction (Trésor de la Langue française informatisé)1. Et résider « artistiquement » ? S’il n’existe pas de définition de cette formule, on peut néanmoins trouver des textes qui en délimitent les contours.

2L’encyclopédie en ligne Wikipédia propose :

Une résidence artistique désigne l’octroi temporaire, par une institution publique ou privée, d’un espace à un artiste ou un groupe d’artistes, afin de favoriser la création et l’exposition d’œuvres d’art, ou l’élaboration de spectacles vivants ou filmés. Elle peut consister aussi, outre l’accueil en un lieu, à la fourniture par une structure culturelle de moyens techniques, administratifs et/ou financiers à ces artistes. On parle d’artiste en résidence pour désigner les artistes qui y travaillent.

3Par ailleurs, les textes réglementaires émis par le ministère de la Culture précisent :

  • 2 Circulaire n° 2006/001 du 13 janvier 2006 relative au soutien à des artistes et à des équipes ar (...)

Une résidence d’artiste est un lieu qui accueille un ou plusieurs artistes pour qu’ils puissent faire des recherches et/ou mener à bien un projet de création. La personne à l’initiative d’une résidence (organisme public, entreprise ou particulier mécène…) élabore les règles (thème, type d’œuvre…) à l’origine de l’appel à projet* ou candidature. Un comité de sélection choisit les résidents sur dossier2.

4Ou encore :

Les résidences peuvent être définies comme des actions qui conduisent un ou plusieurs artistes d’une part, et une ou plusieurs structures, institutions ou établissements culturels d’autre part, à croiser, pour un temps donné, leurs projets respectifs, dans l’objectif partagé d’une rencontre avec le public.

  • 3 Circulaire n° 2016/005 du 8 juin 2016 établie par Audrey Azoulay à l’attention des directeurs et d (...)

Elles visent conjointement à répondre de manière adaptée, concertée et contractuelle au souci d’accompagner des artistes dans le développement de leur activité et à renforcer l’action des établissements ou structures d’accueil dans la réalisation de leurs missions3.

Une (très brève) histoire de la résidence

5Avant la Villa Médicis, image parfaite et noble d’un lieu idyllique où l’on vient séjourner, la pratique ancienne du mécénat privé ou d’État (les Médicis, Colbert…) avait déjà permis de donner les moyens aux artistes de pratiquer leur art : un environnement confortable (souvent un hébergement spécifique), du temps et de l’argent.

La Villa Médicis

La Villa Médicis, ou plutôt de l’Académie de France à Rome, a été créée en 1666 par Louis XIV et est installée depuis 1803 dans le désormais célèbre palais qui l’abrite. Sa mission fondatrice était d’accueillir, après un recrutement très sélectif, des artistes et des chercheurs de disciplines « traditionnelles », peinture, sculpture, architecture, gravure, composition musicale, pour leur permettre de poursuivre des travaux, études et recherches pendant un à trois ans. Ingres, Berlioz ou Debussy en étaient parmi les premiers célèbres bénéficiaires. La Villa Médicis s’est depuis ouverte à l’accueil d’artistes internationaux et à tous les champs de la création artistique. De nos jours, les artistes peuvent postuler en tant que pensionnaires, recrutés « selon un critère d’excellence » et à qui sont attribués une bourse, ou « hôtes en résidence », acceptés sur dossier, bénéficiant juste d’un appartement avec participation aux frais4.

6C’est dans les années 1980 et 1990 que les résidences se sont développées et peu à peu éloignées du modèle « Médicis »5, couvrant aujourd’hui des propositions très variées selon les disciplines artistiques et les types de structures accueillantes. Traditionnellement comprise comme une « villégiature », la résidence type était initialement installée dans un lieu isolé ou retiré (une période d’ermitage d’une tranquillité absolue…), dans un cadre naturel et dépaysant, voire pittoresque (donc supposé « inspirant »). C’est ainsi que les premières résidences contemporaines étaient souvent situées dans des régions calmes, loin de l’agitation parisienne ou de la grisaille du Nord. Elles se sont aujourd’hui nettement élargies à tout le territoire français, mais également à des espaces plus actifs et plus urbains, se sont éloignées des zones hors du « temps social » pour rejoindre des lieux de travail ou de sociabilisation (bibliothèques, librairies, théâtres, friches artistiques, usines, entreprises, etc.). Un déploiement lié à l’histoire de la décentralisation mais aussi à l’évolution des pratiques de l’art contemporain.

Un concept : offrir un espace-temps et un accueil

7Le type de résidence qui nous intéresse ici est celui qui relie une personne ou un groupe de personnes (l’auteur.e, l’artiste), une structure d’accueil, et un projet ou une mission, le tout dans une « capsule » d’espace-temps spécifique. Cette articulation offre de nombreuses différences et interprétations. Durée, accueil, contraintes et accompagnement sont des notions aux contours flous voire ambigus, induisant des formes parfois aux antipodes les unes des autres.

Des pratiques usuelles

8Si les formes de résidence en cours de nos jours sont très diverses, certaines constantes semblent se dégager. Pour le cas particulier des résidences littéraires, les conditions d’éligibilité établies par le Centre national du livre (CNL) permettent d’obtenir des bourses et représentent un cadre de réflexion concret pour le montage de ses projets. Ces conditions ont été élaborées au moment de l’expansion des résidences en France, et régulièrement revues depuis, en vue d’aider les structures et les auteur.es à circonscrire un projet, mais aussi à en réduire les abus, les fragilités ou les incohérences. Rappelons simplement que ces dernières ne sont pas une « norme », mais bien une délimitation des conditions d’attribution de bourses par le CNL. D’autres financeurs, régionaux, locaux, privés…, peuvent proposer d’autres critères. Ceux du CNL ont cependant souvent valeur d’exemples.

Encadré. Les 8 critères d’une résidence

Une résidence :

• s’établit dans la durée, tout en restant provisoire, (pour le CNL : un mois minimum à trois mois maximum) ;
• demande à l’artiste une présence continue, (le CNL précise que le fractionnement est accepté, sous réserve de segments minimums d’une durée d’un mois) ;
• se tient dans un lieu spécifique : il doit y avoir prise en charge de l’hébergement, si possible en un lieu attribué spécialement (en évitant par exemple les hôtels). Mais on nomme parfois « résidence » la simple mise à disposition d’un lieu (de travail, de recherche, …) sans hébergement ;
• inclut les notions d’accueil et d’hospitalité, portés par une structure d’accueil, plus ou moins présente, plus ou moins active ou force de proposition, mais toujours point de référence : l’auteur.e, l’artiste reçu.e n’est pas livré.e à lui-même ou à elle-même une fois les clefs remises ;
• inclut en outre souvent la notion d’accompagnement. Pour l’écrivain.e la plupart du temps « autoformé.e », tout regard « littéraire » extérieur, en amont ou à côté de celui de l’éditeur.rice, est utile pour le travail en cours. Mais l’accompagnement peut aussi être de l’ordre de la mise à disposition de matériels, de ressources, de contacts, etc. ;
• ne doit pas être une simple succession d’interventions de formes variées (ateliers, lectures, rencontres, etc.) réunies par commodités et/ou économie, et doit se construire sur un projet clairement identifié au départ ;
• propose en général un temps public ou un objet de restitution* ;
• n’implique pas nécessairement que l’artiste soit soumis.e à une commande ou à une mission.

Le cas particulier de l’écriture

9Un.e écrivain.e peut-elle.il être considéré.e comme un.e artiste, et l’écriture comme un art ? Vaste débat, qui commence par les divergences d’interprétations et de définitions de ce qu’est l’art. Quoi qu’il en soit, l’écrivain.e, ou l’écrivain.e-artiste, semble être une catégorie à part. Pas de technique particulière ou de savoir spécifique, une visibilité « au travail » (en phase de fabrication) faible, voire nulle… L’objet créé par un.e écrivain.e reste « virtuel » tant qu’il n’a pas été « activé », c’est-à-dire rendu public et, contrairement aux arts plastiques ou scéniques, ne se voit pas en tant que tel : seul son réceptacle le plus courant, le livre, « paraît ».

10D’autre part, l’écrivain.e maniant une matière abstraite, le langage, quand travaille-t-elle.il « vraiment » ? Avec quels outils ? Des mots, un stylo, un ordinateur, du papier, une table ? Rien que de très commun, que tout le monde, ou presque, possède chez soi. Dès lors, si l’on se représente facilement l’espace de travail nécessaire aux artistes en résidence (une scène, un atelier, un studio, etc.), on a du mal à voir celui des écrivain.es. Car le travail ne se fait pas forcément « en chambre » : un.e auteur.e peut très bien passer ses journées de résidence à écrire dans un café à l’autre bout de la ville ! Ou ne pas écrire une seule ligne, tout en construisant mentalement tout son projet.

  • 6 Violaine Houdart-Merot, La création littéraire à l’université, Saint-Denis, Presses universitaires (...)

11Ce statut singulier de l’écrivain, hérité d’une vision « romantique » bien française, a cependant fortement évolué depuis une quinzaine d’années. Le développement des performances d’auteur.es, des lectures à voix haute, des Master Class, et l’apparition de plusieurs cursus d’écriture de création au sein de l’université6 – réfractaire jusque très récemment à confier des modules d’enseignement aux auteur.es – bouscule le paysage. Par ailleurs, les écritures numériques, Internet et les réseaux sociaux permettent à nombre d’auteur.es d’exposer leur journal littéraire, leur travail d’atelier ou des écritures en cours.

Les principales catégories de résidences

Encadré. Une typologie des résidences : le cadre ministériel

Le ministère de la Culture et de la Communication, par la circulaire du 8 juin 2016 relative au soutien d’artistes et d’équipes artistiques, invite les directions régionales des affaires culturelles (DRAC) à privilégier quatre types de résidences, qui donnent une première classification possible :

• la résidence de création*, de recherche ou d’expérimentation : elle donne les conditions techniques et financières pour concevoir, écrire, produire une étape ou achever une œuvre nouvelle ou pour préparer et conduire un travail original et y associer le public sous une forme qui n’est pas forcément celle d’un spectacle abouti ;
• la résidence tremplin : elle est spécifiquement destinée à l’accompagnement des créateur.rices dont le travail est encore peu repéré ou diffusé, notamment les créateur.rices en début de parcours, Les résidences « de création » et « tremplin » sont en réalité de même nature, la seconde engageant davantage la structure d’accueil à un accompagnement professionnel et, le cas échéant, administratif de l’artiste.

Ces deux premiers types de résidence entrent dans la catégorie des résidences de création, qui doivent consacrer au moins 70 % du temps de l’auteur.e à la création, avec un paiement en droits d’auteur. Elles sont à distinguer très nettement des autres, dont le principe de rémunération doit être prioritairement celui du salariat, éventuellement de l’honoraire*.

• La résidence « artiste en territoire » (ou résidences de diffusion* territoriale) : elle vise à mettre en relation la population et les différents acteurs de ce territoire avec le travail et l’esthétique de l’artiste, et s’inscrit dans le cadre d’une politique de développement culturel d’un territoire ;
• la résidence d’artiste associé.e (parfois nommée résidence association) : elle permet une installation longue dans un établissement culturel qui s’engage à mettre les moyens nécessaires à la production, à la diffusion et aux actions d’éducation artistique et de démocratisation culturelle en direction des publics, y compris les plus jeunes.

* Comment rémunérer les auteurs ? Guide pratique, Aix-en-Provence, Agence régionale du livre Provence-Alpes-Côte-D’azur, 2018. [En ligne] < https://www.livre-paca.org/​public_data/​publication/​1509639416/​guide_auteurs_remuneration-2018-ok_web.pdf >.

12À cela s’ajoute un dispositif de résidence-mission, qui relève davantage de l’action culturelle, et qui repose sur la disponibilité de l’artiste, durant plusieurs mois, par exemple dans un lieu culturel ou un établissement scolaire. Il n’y a pas d’enjeu de production, ni de commande d’œuvre : il s’agit pour l’institution et l’artiste de s’engager dans une action culturelle dont le but est de favoriser la création artistique et la rencontre de proximité entre l’artiste et la population. En pratique, il s’agit souvent d’expérimenter un projet co-construit par le public et l’artiste, pour mettre en œuvre le processus artistique, de la réflexion à la réalisation.

Des dispositifs très variés : un panorama d’expériences

Formes, contenus, compositions…

13Selon la typologie présentée, les résidences d’artistes se déclinent de nombreuses manières. Le dispositif permet une inventivité de formes et de propositions d’une très grande richesse. Voici quelques exemples.

Contenus

14Les thématiques : il existe des résidences pour chaque « genre » littéraire, poésie, théâtre, roman, essai, traduction (le Collège international des traducteurs littéraires [CITL] à Arles), littérature étrangère (la Maison des écrivains étrangers et traducteurs à Saint-Nazaire).

15Un critique en résidence : en 2010, la Médiathèque Louis-Aragon à Martigues a invité le critique littéraire Thierry Guichard en résidence durant un an (séjour par fractionnement*) pour développer des actions liées aux enjeux de la littérature contemporaine française en direction du personnel et du public.

16Les résidences de recherche : quelques lieux accueillent spécifiquement des chercheurs ou des penseurs pour des travaux théoriques, comme The Camargo Foundation7 à Cassis, Le Rize8 à Villeurbanne, et peuvent aller jusqu’à proposer des échanges interdisciplinaires entre l’exercice de la recherche et les pratiques artistiques, comme c’est le cas de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)9.

Durées

17Les longues et les courtes : la Villa Médicis à Rome peut accueillir un artiste jusqu’à un an, Montévidéo, lieu de créations contemporaines à Marseille pour le théâtre, la musique et l’écriture, propose deux à trois semaines maximum. À noter que le CNL n’accorde de bourse qu’à partir d’un mois en continu.

Espaces

18Les itinérantes : la résidence itinérante en Grésivaudan, Passerelle d’Europe, propose des résidences littéraires sur les rivières, fleuves et canaux de France et d’Europe.

Supports

19Les numériques : La Marelle à Marseille, en association avec Alphabetville, et le Chalet Mauriac à Saint-Symphorien, proposent des appels à projets pour des résidences de création s’appuyant spécifiquement sur les technologies numériques et transmédia.

Partenariats

20En réseau : un exemple en art, la résidence IDEAL développée par artconnexion à la Villa Arson à Nice avec des partenaires en France (Lille), en Italie et au Royaume-Uni, où les artistes sont invités à s’intégrer dans la vie locale de petites communes rurales tout en communiquant leurs pistes de recherche au plan international.

21Résidences partagées : la Maison du Banquet à Lagrasse invite dans un même lieu et une même période, trois écrivains, chercheurs ou artistes de disciplines diverses, confrontés à un même thème.

22Résidences croisées avec l’étranger : le Centre international de poésie de Marseille accueille chaque année des résident.es étranger.es, tandis que des auteur.es français.es sont invité.es dans une ville du pourtour méditerranéen, au Maroc ou au Liban. Voir aussi les programmes Aquitaine-Hesse (Allemagne), Aquitaine-Québec, Aquitaine-Singapour…

Interdisciplinarités, résidences partagées

23Résidences croisées avec d’autres champs artistiques : tout est possible, littérature et cinéma, littérature et photo, littérature et musique… La Maison Julien Gracq à Saint-Florent-le-Vieil propose des résidences croisées mono ou pluridisciplinaires, associant deux auteurs, un auteur et un traducteur ou un auteur et un artiste d’une autre discipline artistique pour un projet commun.

24Le compagnonnage, l’artiste associé, trois programmes « remarquables » :

  • les résidences d’écrivains en région Île-de-France réunissent un auteur et une structure d’accueil pour réaliser un projet d’action littéraire visant à accompagner, pour 2 à 10 mois, les projets qui associent les habitant.es à la création littéraire tout en permettant le projet d’écriture propre à l’auteur. Elles ne proposent pas d’hébergement ;
  • le dispositif « Auteurs associés », de Ciclic, l’agence régionale du Centre pour le livre, l’image et la culture numérique, apporte un soutien financier à des « résidences-associations » d’une durée de 4 à 10 mois entre un.e auteur.e et un lieu du territoire, pour permettre un projet d’écriture propre à l’auteur.e tout en favorisant une relation vivante des habitant.es à la création littéraire ;
  • enfin, le Grand R à La Roche-sur-Yon, scène nationale, développe un travail particulier autour de la littérature en accueillant des écrivains en résidence à la Maison Gueffier, pour un projet de sensibilisation à la littérature par une pratique de l’écriture et une rencontre avec les écrivains sur le territoire vendéen.

Les structures accueillantes et leurs projets

Variété des porteurs de projets : formes et modalités

25Les projets de résidences peuvent être portés par une très grande variété de structures qui forment un panorama allant de la simple association au budget modeste jusqu’à l’université en passant par les établissements culturels publics, les librairies et les fondations, etc.

26Les institutions : La Villa Yourcenar au cœur des Monts de Flandre, pilotée par le Conseil départemental du Nord ; le Chalet Mauriac à Saint-Symphorien, émanation de l’Agence du livre Écla Aquitaine.

27Les établissements culturels publics : Théâtres (Théâtre du Pélican à Clermont-Ferrand, etc.), bibliothèques (Médiathèque de Cormontreuil dans la Marne, Médiathèque de Vaise à Lyon, etc.) ou universités (les résidences d’auteurs à la Maison Robert-Schuman à Scy-Chazelles en Moselle, portées par le Centre de recherche sur les médiations).

28Les projets associatifs : les plus courants, à classer en deux groupes : la résidence est l’activité principale (La Maison des écritures Lombez Occitanie dans le Gers ; Saute-Frontière, Maison de la poésie transjurassienne à Saint-Claude dans le Jura, etc.) ; la résidence est l’extension d’un projet artistique plus général (Les Correspondances de Manosque ; Les Francophonies en Limousin à Limoges, etc.).

29Les initiatives privées : des éditeurs (les éditions Le Diable Vauvert dans le Gard ; « Les mille univers » à Bourges dans le Cher), des libraires (l’Association des librairies du Québec, Canada, pour un projet porté chaque année dans une librairie différente) ; des lieux soutenus par des fondations ou du mécénat (la Fondation Facim en Pays de Savoie, la Fondation Jan Michalski à Montricher, Suisse, etc.).

30Une même diversité se manifeste pour les choix de programmation et les modalités de contractualisation (conditions matérielles et financières).

31Sélection : pour choisir les artistes accueilli.es, certains lieux ne fonctionnent que sur appels à projets spécifiques, souvent thématiques (auteur.e-illustrateur.rice jeunesse, bande dessinée, théâtre, chercheur.ses, projets interdisciplinaires, etc.), tandis que d’autres acceptent d’étudier tous les dossiers reçus, validés ensuite par une direction artistique ou un jury, et que d’autres encore mêlent plusieurs méthodes de sélection. Les lieux les plus « solides » et fructueux mettent en place une véritable programmation au long cours (cf. ci-dessous, les intentions).

32Modalités financières : la plupart des structures propose une allocation de résidence, sous forme de bourse ou de salaire, parfois directement, parfois en n’accueillant que des écrivains ayant préalablement déposé et obtenu une aide auprès du CNL (rubrique Auteurs sur < www.centrenationaldulivre.fr >). Ces résidences conditionnées à l’obtention d’une bourse fournie par un organe extérieur peuvent toutefois contraindre la structure à annuler le projet, mettant parfois l’artiste, et tous les partenaires potentiels, en réelle difficulté. Enfin, certains ne fournissent que des indemnités compensatoires de frais, voire ne prévoient aucun accord monétaire.

33Lieu du séjour : actuellement, en plus de fournir aux résident.es une rémunération, presque toutes les structures d’accueil mettent à disposition le lieu d’hébergement de manière gratuite. Mais certaines (Monastère de Saorge dans les Alpes-Maritimes, Fées d’hiver dans les Hautes-Alpes) mettent ce lieu à disposition sans aucun autre apport financier au bénéfice des artistes, tandis que d’autres vont jusqu’à faire payer l’hébergement, sous forme de participation aux frais ou de contrepartie, semblable à des frais d’hôtellerie. On est alors dans une approche strictement commerciale, avec, comme pour l’édition à compte d’auteur, un risque de pratiques abusives et trompeuses.

Variété des porteurs de projets : intentions

  • 10 Résidence à la Bibliothèque municipale de Lyon de la photographe Jacqueline Salmon. [En ligne] < h (...)

34Plusieurs raisons peuvent motiver l’envie d’accueillir des auteur.es, des artistes. Le désir de soutenir un genre littéraire spécifique, un domaine linguistique ou une discipline artistique ; le souhait de prolonger et d’amplifier le rapport aux écrivain.es en travaillant avec elles.eux sur un temps long ; l’envie de donner au public de meilleures opportunités de découvrir un art (la danse, la photographie10, etc.). Cela peut être aussi une extension d’un projet plus général pour faire vivre un lieu pluridisciplinaire (le Centquatre à Paris, le Rize à Villeurbanne, etc.).

35En tout état de cause, la structure d’accueil, avec ses statuts, ses objectifs, ses moyens humains et matériels, a un rôle essentiel dans l’élaboration d’une résidence « bien accompagnée ». Mais ce sont surtout les différentes formes de contractualisation qui vont être déterminantes. Elles ont pour conséquence de grandes disparités, qui touchent autant aux formes d’accueil qu’aux résultats même de la résidence. Ce qui importe pour qu’une résidence soit réussie, c’est en effet qu’un équilibre soit trouvé, dans l’accord structure / résident.e, entre la liberté de création et « l’obligation de résultat ». Une prise de conscience est d’ailleurs à noter dans l’évolution des formats de résidence ces dernières années, afin de mieux penser la place de l’artiste dans le projet, et que les conditions de sa rétribution soient mieux encadrées, pour que sa présence ne soit pas instrumentalisée, et qu’il.elle ne soit pas tenu.e à « produire » à tout prix. Seule la convention de résidence, signée par les deux parties, peut être garante de cet équilibre.

36La structure organisatrice doit ainsi idéalement favoriser et défendre une certaine forme de programmation, pour que chaque artiste soit certes invité.e/désiré.e en tant que tel.le, mais aussi qu’il.elle trouve sa place dans un environnement général, qui doit préexister à sa résidence particulière, pour que sa « mission » spécifique fasse sens au sein de l’ensemble du programme porté par la structure invitante.

37Accepter de travailler sur le long terme, parfois pour des résultats qui ne sont pas immédiatement perceptibles, avec un horizon d’attente clairement défini (un choix de stratégie culturelle, une mission de service public, la défense d’un courant artistique, etc.), délimitera pour la structure invitante – en plus évidemment des moyens dont elle dispose pour cela, budget, organisation des équipes, équipement… – un cadre qui favorisera les conditions de création des artistes, si souvent marqué.es par la fragilité de leurs situations, non seulement par la « mission » spécifique de sa résidence, mais aussi par l’ensemble du programme porté par la structure invitante.

Notes

1 Centre national de ressources textuelles et lexicales < www.cnrtl.fr >.

2 Circulaire n° 2006/001 du 13 janvier 2006 relative au soutien à des artistes et à des équipes artistiques, signée par Renaud Donnedieu de Vabres.

3 Circulaire n° 2016/005 du 8 juin 2016 établie par Audrey Azoulay à l’attention des directeurs et directrices régionales des affaires culturelles.

4https://www.villamedici.it/fr/ >.

5 Présentation des résidences Médicis : < https://www.villamedici.it/fr/residences-medicis/ >.

6 Violaine Houdart-Merot, La création littéraire à l’université, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2018 (coll. Libre cours).

7http://camargofoundation.org/fr/programmes/programme-principal/ >.

8http://lerize.villeurbanne.fr/le-rize/recherche-scientifique/ >.

9https://www.ehess.fr/fr >.

10 Résidence à la Bibliothèque municipale de Lyon de la photographe Jacqueline Salmon. [En ligne] < https://www.bm-lyon.fr/16-bibliotheques-et-un-bibliobus/a-propos-de-la-bibliotheque-municipale-de-lyon/actualite/article/jacqueline-salmon >.

Auteur

Directeur artistique, La Marelle (Marseille)

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search