Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développer la médiation documentaire numérique

 | 
Xavier Galaup

Partie III. Se former et accompagner les équipes

3. Comment lancer et faire fonctionner un blog de bibliothèque ? Quelques pistes concrètes à partir de l’exemple du Buboblog1

Perrine Helly

Texte intégral

  • 1 Le Buboblog est le blog des bibliothèques du service commun de documentation (SCD) de l’université (...)

1Un blog peut-être un bon outil de médiation pour une bibliothèque. Il permet en effet de :

  • publier du contenu en lien avec l’actualité (valorisation du dernier article mis en « une ») ;

  • regrouper ses publications par thème, grâce aux rubriques que l’on peut créer ou aux mots-clés que l’on peut accoler sur les articles ;

  • interagir avec les usagers qui peuvent laisser des commentaires sur chaque article.

2Dans un blog, contrairement à une publication à parution régulière, les articles ne seront pas regroupés dans un ensemble clos (numéro hebdomadaire, mensuel, trimestriel, etc.) mais auront chacun a priori leur autonomie, ce qui implique de penser différemment la logique éditoriale de ce journal numérique évolutif.

3Encore faut-il, avant de se lancer, se poser les bonnes questions : à qui s’adresse le blog ? Quels sont ses objectifs ? Veut-on mettre en œuvre un blog thématique ou institutionnel ? Quels contenus souhaite-t-on mettre en avant ? Quelle est la place du blog dans la chaîne de publication de la bibliothèque ?

4Vous trouverez les réponses à certaines de ces questions dans d’autres chapitres de cet ouvrage. Nous nous concentrerons ici sur les modalités concrètes de la mise en place de votre blog.

UN FIL ROUGE : LA LIGNE ÉDITORIALE

5Un blog de bibliothèque représentant une institution, il est très souvent alimenté collectivement. Les rédacteurs peuvent du jour au lendemain partir en mutation, d’autres arriver fraîchement dans l’établissement.

6Il s’adresse également à une diversité de lecteurs, usagers ou non de la bibliothèque. Ceux-ci doivent pouvoir identifier facilement le blog parmi l’ensemble des pages qu’ils visitent sur Internet, et comprendre que celui-ci s’adresse à eux.

  • 2 Ariane Gaudefroy, « Une ligne éditoriale, à quoi ça sert ? », Écrire pour Internet, décembre 8, 200 (...)

7Il devient donc important d’avoir défini un cadre général pour que tous, lecteurs du blog ou rédacteurs, puissent s’y retrouver. La ligne éditoriale devient le fil conducteur qui détermine l’identité, la cohésion du site. Elle permet d’inscrire le projet de création du blog sur le long terme2.

8On s’interrogera en particulier sur les trois points suivants : les objectifs, le public visé, et les thèmes abordés.

LES OBJECTIFS DE PUBLICATION

9S’agit-il simplement de communiquer sur l’établissement ? Valoriser ses services ? Ou plutôt de proposer une véritable médiation sur des contenus ?

10Dans le cadre du Buboblog, par exemple, la ligne éditoriale a évolué. L’objectif premier, en 2006, était de valoriser la documentation électronique acquise par le SCD de l’UBO, ainsi que la documentation scientifique librement accessible sur le Web. Le blog devenait ainsi un outil de veille concernant l’actualité de la publication scientifique en général.

11En 2009, il a été décidé de recentrer la ligne éditoriale sur les bibliothèques du SCD, leurs services et leurs contenus, aussi bien papier qu’électroniques.

12Ainsi, une bonne partie des billets publiés a pour but de valoriser les ressources proposées et leur intérêt pour le public universitaire. Le travail de médiation s’articule alors autour de trois types de supports :

  • les ouvrages et revues papier que le lecteur est invité à venir retrouver dans la bibliothèque physique (rubrique « En rayon ») ;

  • les livres numériques et la documentation électronique payante auxquels les membres de l’université peuvent accéder à distance (rubrique « Ressources électroniques à l’UBO ») ;

  • les ressources Web libres d’accès sélectionnées par les bibliothécaires (rubrique « Ressources Web »).

LE OU LES PUBLICS VISÉ(S)

13S’adresse-t-on à des lecteurs habitués à l’espace « physique » de la bibliothèque ? Des lecteurs potentiels ? Ou à un nouveau public d’internautes, dont on n’attend pas forcément une visite dans les locaux de l’établissement ?

14Les premiers lecteurs du Buboblog ont été des chercheurs et des documentalistes, pas forcément rattachés géographiquement au Finistère ; le virage éditorial de 2009 a permis de mieux faire connaître le blog auprès des chercheurs, des enseignants et du personnel administratif de l’université. L’objectif à terme est de faire connaître le blog plus largement auprès des étudiants eux-mêmes.

LES THÈMES ABORDÉS

15Ils découlent tout naturellement des choix effectués concernant les objectifs et les publics.

16Les rubriques du Buboblog, telles qu’elles ont été définies en 2006 puis redécoupées en 2009, témoignent de l’évolution des thèmes abordés. Certains changements sont dus à des choix éditoriaux (la veille systématique sur les archives ouvertes est, par exemple, abandonnée au profit de billets plus ponctuels mais plus orientés UBO), d’autres à des changements survenus dans le SCD. Ainsi, en 2009, la rubrique « chantier Segalen » est fermée puisque le chantier est terminé et la nouvelle BU ouverte. En revanche, une rubrique « médiathèques d’IUFM » est ajoutée car celles-ci ont été intégrées au SCD en 2008.

CHOIX TECHNIQUES

17Le blog pourra être hébergé sur un serveur local. Un outil de publication de type CMS sera installé pour faciliter la mise en ligne des billets. Au SCD de l’UBO, c’est l’outil Wordpress, très courant et apprécié de nombreux blogueurs, qui a été choisi.

18Une adresse URL a été définie : < http://buboblog.univ-brest.fr >. Pensez à réserver votre nom de domaine ! Il doit correspondre si possible au nom du blog.

LE CADRE RÉDACTIONNEL : UNE CHARTE DES RÉDACTEURS

19Pour aider les contributeurs du blog, il faudra préciser les objectifs de la ligne éditoriale à l’aide de quelques règles communes pour la rédaction des billets, dans un document qu’on peut appeler « charte des rédacteurs ». On pourra ainsi s’accorder sur la structure minimale d’un billet, sa longueur, le ton adopté…

LA STRUCTURE MINIMALE D’UN BILLET

« Un billet = une idée » ?

20La lecture sur écran en général, et la lecture sur le Web en particulier, favorisent les textes courts et simples. Pour capter l’attention d’un public a priori volatile, on peut choisir de se limiter à une idée par billet, quitte à traiter en plusieurs billets une question un peu complexe.

21Un billet comprend au moins un titre et un texte. On peut demander aux rédacteurs d’y ajouter systématiquement d’autres éléments.

Rubriques ou mots-clés ?

22Les rubriques (ou catégories) et les mots-clés sont deux façons de classer le contenu du blog. On peut faire le choix de l’un, de l’autre, ou les deux à la fois.

23Dans le Buboblog, il existe à la fois de grandes catégories pour préciser si l’on parle d’un service, d’un contenu papier ou électronique de la bibliothèque, ou d’une ressource Web. Mais il est demandé également aux rédacteurs d’ajouter des mots-clés pour préciser le domaine thématique auquel se rattache le billet : littérature, médecine, droit, etc. Les mots-clés recoupent parfois les catégories.

24Pour le blog de la bibliothèque Robert de Sorbon, Le Quotidien de Robert3, il n’existe pas de catégories : seuls les mots-clefs sont utilisés pour classer le contenu du blog.

Illustration

25On peut aussi, pour rendre le blog plus attractif, demander aux rédacteurs de joindre systématiquement une image à chacun de leurs billets. Il faudra dans ce cas veiller à respecter le droit d’auteur pour ces images.

26Ainsi un billet présentant des outils de gestion de bibliographie sera titré « Outils pour un chercheur paresseux »4 et accompagné d’une photo de pieds chaussés de pantoufles invitant clairement à la sieste… Un clic sur l’image renvoie au site de l’auteur de la photo, qui est sous licence Creative Commons.

Liens et sources

27On peut choisir de donner systématiquement les sources de l’information que l’on présente. Il faudra alors songer à les présenter de façon à ne pas trop alourdir l’ensemble du billet.

28L’hyperlien est une bonne façon d’inciter le lecteur à aller plus loin tout en inscrivant son billet dans les ramifications de la Toile du Web. Dans un billet de mars 2011 présentant le nouveau portail Isidore5, l’auteur du billet a présenté les institutions à l’origine du site en une phrase placée fin de billet : « Isidore est une réalisation du très grand équipement ADONIS6 (CNRS), mise en œuvre par le Centre pour la communication scientifique directe (CCSD/CNRS) », avec à chaque fois un hyperlien vers le site de l’organisme ainsi présenté.

BILLETS DE MÉDIATION DOCUMENTAIRE

29Un billet faisant le point sur une publication précise va tenter de mettre en évidence les points suivants : le contenu de la ressource, qu’il faut rendre attractif, mais également le public auquel elle s’adresse. Le billet « Dalloz décortique la Constitution dans un code »7 souligne l’intérêt de l’ouvrage en particulier pour les étudiants de L1 de Droit et ceux qui s’intéressent au droit constitutionnel.

30Dans l’article présentant la Faculty of 1000, une ressource acquise par le SCD, le public concerné est directement interpellé dans le titre : « Biologistes, Médecins, ce site est pour vous ! »8.

31Enfin, le billet doit préciser clairement la façon dont l’usager peut accéder au document, que ce soit dans les rayonnages ou via les pages Web de la BU.

LA LONGUEUR DES ARTICLES

32Pour s’assurer de l’attention des lecteurs et être certain qu’ils auront saisi l’important, il vaut mieux écrire des billets courts. Ce n’est pas un exercice facile ! Les rédacteurs du Buboblog ont pour consigne de tenter de ne pas dépasser les 200 mots par billet. Sinon, il leur est demandé de découper l’article en plusieurs parties.

33Faire une série de billets en déclinant un même thème a plusieurs avantages. On étale dans le temps la publication, ce qui permet de gagner des lecteurs ; on insiste d’un billet à l’autre sur une information importante en la répétant de manière ludique ; on crée un effet « feuilleton » qui peut servir à capter un lectorat (ceux qui auront lu et apprécié le premier billet seront attentifs aux suivants).

34En juin 2010, une série de billets9 est ainsi publiée sur le Buboblog, qui présente diverses revues en libre accès repérées depuis le DOAJ10, un site Web que l’on souhaite valoriser. Au lieu de présenter d’un seul coup les revues sous la forme d’une liste peu digeste, on propose chaque semaine un article présentant une revue en particulier : VertigO, COnTEXTES, PloS Biology, Oceanography et Belphégor… Tous les intitulés de billets commencent par « Ma revue en ligne », ce qui permet de faire le lien entre eux.

LE TON ADOPTÉ

35Il va falloir décider à l’avance du ton que l’on va adopter sur le blog : tous les rédacteurs n’ont pas forcément en tête la même représentation de ce que doit être un blog officiel de bibliothèque, et parmi les contributeurs, on peut trouver des façons de s’exprimer très variées ! Il vaut donc mieux s’accorder au départ à ce sujet.

36En général, le ton adopté sur un blog est plus léger et plus direct que sur une publication papier, effet « réseaux sociaux » oblige… Mais le ton doit aussi être adapté au public que l’on vise : adolescents, familles, étudiants, enseignants…

37Exemple avec ce billet destiné aux enseignants de l’Institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) et intitulé « Veille en sciences de l’éducation »11 :

À quel rythme vous informez-vous de l’actualité des sciences de l’éducation et de la pédagogie ?
– « à chaque minute, il me faut ma dose ! ». Abonnez-vous alors au fil RSS du Phare, pour suivre en temps réel les liens sélectionnés par les veilleurs spécialisés.
– « tous les jours ! » Un petit digest journalier pour commencer la journée ? La newsletter du Phare saura vous sustenter !
– « Point trop n’en faut. Un aperçu mensuel me suffit » La brève de la bibliothèque de formation des maîtres (BFM) de Brest est faite pour vous. Découvrez chaque mois, préparée par les bibliothécaires, une sélection d’articles et de ressources Web.
– « de temps en temps, je picore… » La page Netvibes de la BFM de Brest vous aidera à repérer les sites Web clefs et les nouveautés à ne pas manquer !

38Ici, c’est l’utilisation du « vous » pour appeler à témoin le lecteur du billet, le dialogue suscité avec lui, l’alternance de points d’interrogation et d’exclamation qui apportent une dynamique et facilitent la lecture du message.

39Le choix des titres (et le ton qui y transparaît) est essentiel. La lecture sur les blogs est aujourd’hui, avec le développement de Google et des fils RSS, directement liée aux titres des billets, qui donnent envie de cliquer… ou non. Sur les réseaux sociaux comme Twitter et Facebook, quand on partage un lien avec ses contacts, c’est le titre qui accroche ou non l’attention ! Il faut donc soigner ses titres de façon à les rendre attractifs.

TABLEAU. EXEMPLE DE TITRES DE BILLETS DU BUBOBLOG

Titre possible au départ

Titre choisi pour la publication

Anthropologie, mythologies et histoire de la chevelure et de la pilosité : le sens du poil

Le sens du poil

Outils de gestion de références bibliographiques

Outils pour un chercheur paresseux

Les seuils de la vie : biomédecine et droit du vivant

La vie saisie par le droit

Le réseau Ubib s’élargit

Ubib en fait toujours plus pour vous !

Le TLFi : Trésor de la Langue Française informatisé

Un trésor de dictionnaire

La cartothèque de la Documentation française

Tout savoir sur le monde contemporain grâce aux cartes !

3e journées odontologiques de Brest

À vos dents, toute !

Objets trouvés à la BU

J’ai perdu mes clefs, mes papiers, mon téléphone portable !

LE RESPECT DU DROIT D’AUTEUR

40Il est bien sûr important de respecter le droit d’auteur et de citer ses sources. Pas question de faire un simple « copier-coller » de la quatrième de couverture d’un ouvrage, ou alors au moins, on le signale dans le billet par la mention « Extrait de la quatrième de couverture ».

41Pour les images et illustrations, il faut prendre garde à avoir l’autorisation de l’auteur de l’image avant de la réutiliser ; sinon, on peut toujours piocher dans les images à réutilisation autorisée (du type Creative Commons) qu’on peut trouver facilement en utilisant les moteurs de recherche avancée de Flickr ou de Google Images. Même dans ce cas, il est obligatoire de citer l’auteur.

42Dans le Buboblog, la mention « source de l’image » était ajoutée en petits caractères en bas du billet ; aujourd’hui, on lui préfère mettre un lien à partir de l’image vers le site de l’auteur. Les images sont de préférence des images sous licence Creative Commons, sauf dans le cas des couvertures d’ouvrages où il est simplement fait un lien vers la présentation du livre sur le site de l’éditeur.

43Le Buboblog ne dispose pas en ce moment de charte des rédacteurs à jour, mais le petit document « Les 10 astuces du Buboblogueur » rend cet office (voir encadré).

AUTORITÉ ET PROCESSUS DE VALIDATION DES ARTICLES

QUI PARLE ?

44Qui parle dans un billet de blog ? Un bibliothécaire ? Un médiateur numérique ? À Reims, c’est la BU Robert de Sorbon elle-même qui s’exprime dans le Quotidien de Robert.

45On peut choisir de tous publier en utilisant le même pseudonyme, ou au contraire de différencier les rédacteurs qui vont chacun publier en tant que « voix » différente. Dans ce cas va se poser la question de leur identité : chaque rédacteur doit-il donner son vrai nom ? Utiliser un pseudonyme ?

  • 12 < http://bm.mairie-metz.fr/sitebm/commun/infos-pratiques/missmedia/missmedia.htm > (consulté le 11 août 2011).

46Chaque avatar peut être neutre ou au contraire avoir une véritable personnalité, à l’instar de la Miss Media des BM de Metz12.

LA CHAÎNE DE PUBLICATION : QUI FAIT QUOI ?

47Il faut définir le processus éditorial du blog : qui sont les rédacteurs ? Combien sont-ils ? Peuvent-ils publier directement ou doivent-ils soumettre leurs articles à validation ? Une procédure de validation peut être un frein au dynamisme du blog ; elle devra dans ce cas être compensée par une valorisation active de l’outil en interne afin d’obtenir suffisamment de contributions.

48Le blog de bibliothèque doit avoir un directeur de publication qui est forcément le directeur de l’établissement, sous la responsabilité duquel sont tenus les propos diffusés sur le site. On nomme aussi un responsable du blog ou coordinateur qui va se charger de la gestion des contenus. C’est souvent lui qui écrit au début la plus grande partie des billets, qui forme ses collègues à l’outil de publication, qui rédige la ligne éditoriale et la charte des rédacteurs, et veille à leur suivi. Il pourra également évaluer le succès du blog parmi les usagers et proposer des solutions pour le faire connaître davantage.

49Une autre question peut se poser sur l’investissement qui sera demandé aux rédacteurs du blog : sera-t-il obligatoire pour chaque rédacteur de fournir régulièrement un billet, ou laissera-t-on la publication se faire au rythme des inspirations de chacun ?

50La publication sur le Buboblog a toujours reposé sur le principe du volontariat et de la liberté de ne pas participer régulièrement à la rédaction de billets. Le risque, ce sont des périodes « creuses » où peu de billets sont publiés. C’est alors au coordinateur de relancer la dynamique de publication en invitant ses collègues à trouver des idées de billets.

RYTHME DE PUBLICATION

51À quel rythme va-t-on publier des billets sur le blog : tous les jours, toutes les semaines, moins souvent ?

52Il peut être utile de se mettre d’accord à l’avance sur un nombre minimal de billets publiés chaque mois ou chaque semaine. Plus on publie, meilleures seront les statistiques de fréquentation du site, mais cela ne veut pas dire que les informations que l’on diffuse seront réellement lues par les visiteurs !

53Il faut donc trouver le bon rythme pour fidéliser son lectorat sans l’envahir d’informations. Trois articles par semaine, c’est le choix qui a été fait pour le Buboblog.

54Deux outils sont utiles pour maintenir la publication de façon plus régulière :

  • l’outil de planification des billets : on peut écrire un billet à l’avance et programmer sa mise en ligne automatique à une date et une heure précise ;

  • le calendrier annuel : il permet d’anticiper les « marronniers » qui reviennent chaque année à la même saison (billets sur les horaires de fermeture de vacances, billets de rentrée, etc.).

55Un exemple de « marronnier » : le billet invitant les premières années arrivant à l’université à consulter les divers ouvrages de méthodologie mis à leur disposition (cf. « Têtes de gondole pour les L1 Droit »13).

MOBILISATION ET FORMATION DES RÉDACTEURS

  • 14 Par exemple la plate-forme Pbworks < http://pbworks.com/pbworks-basic-edition >.

56Le coordinateur du blog a à sa disposition plusieurs façons de motiver les rédacteurs. Des formations à l’outil de publication pourront être proposées à tous les nouveaux venus ; des réunions régulières permettront de faire le point sur le blog et seront l’occasion de donner une cohésion au groupe. En complément des formations, des tutoriels pour aider les nouveaux rédacteurs à maîtriser l’outil de publication seront utiles. On peut les regrouper dans un site privé du type forum ou wiki, réservé aux seuls rédacteurs. C’est un bon moyen d’échanger à propos du blog. Certains outils de publication proposent un forum intégré (comme SPIP) ; sinon, il suffit d’ouvrir un wiki sur une quelconque plateforme gratuite du Web14. Le wiki du Buboblog contient ainsi tous les tutoriels, les statistiques du blog, les comptes rendus de réunions, et d’autres documents utiles.

COMMUNIQUER SUR L’OUTIL DE COMMUNICATION

EN INTERNE

57Les autres collègues de la bibliothèque lisent-ils souvent le blog ? Cela semble évident, mais ce n’est pas toujours le cas ! Il faut donc penser à leur rappeler régulièrement son existence en donnant de temps à autre quelques liens récents sur la liste de diffusion du service, plus souvent consultée.

AUPRÈS DES USAGERS

58Le paradoxe d’un blog, c’est qu’il faut prévoir une communication pour faire connaître ce nouvel outil… de communication. Outre la campagne de lancement, on imaginera dès le départ, différents relais pour le promouvoir : campagnes de communication « papier », mise en valeur des billets les plus récents depuis la page d’accueil du site, lien systématique sur les réseaux sociaux vers chaque billet publié… Pour ces deux dernières actions, l’utilisation automatisée des flux RSS s’avère bien pratique !

ENCADRÉ. LES 10 ASTUCES DU BUBOBLOGUEUR
1) je réfléchis avant de poster.
Avant de rédiger, je me pose toujours la question : cette information peut-elle intéresser le chercheur/l’enseignant/l’étudiant lambda ? Sous quel angle ?

2) je trouve un titre accrocheur.
J’essaie de trouver si possible un titre qui va éveiller l’intérêt des étudiants (exemple : « toute la presse en ligne depuis chez vous » plutôt que « base de données Factiva », par exemple).

3) je fais simple pour le contenu.
Je respecte le principe « un billet = une idée ». Sinon, je découpe mon billet en plusieurs parties.
4) j’apporte une valeur ajoutée.
Je mets en avant mon expertise de professionnel de l’information : je donne une valeur ajoutée à l’information que je transmets en donnant quelques précisions utiles pour mes usagers.

5) je fais bref.
Je vérifie que mon billet ne dépasse pas 200 mots. Sinon, je découpe mon billet en plusieurs parties et je le publie en plusieurs fois.

6) j’illustre mon propos.
Pour être attractif, je mets si possible une image en lien avec le contenu de mon billet.

7) je donne mes sources.
Je donne, quand je peux, la source de l’information et la source de l’image si besoin.

8) je laisse à chaque billet sa chance.
Excepté en cas d’urgence particulière, je ne poste pas de billet si un collègue en a déjà publié/programmé un le même jour.

9) je veille à la ligne éditoriale.
Je fais attention à ce qu’un certain équilibre entre les différentes rubriques du blog soit respecté autant que possible.

10) je prends de l’avance si je veux.
Pratique : j’utilise le programmeur de billet pour rédiger en avance des billets qui seront publiés automatiquement au jour et à l’heure que j’aurai décidés.

Notes

1 Le Buboblog est le blog des bibliothèques du service commun de documentation (SCD) de l’université de Bretagne occidentale (UBO), située à Brest et à Quimper essentiellement. Lancé en 2006, c’est un des plus anciens blogs de bibliothèque encore en activité < http://buboblog.univ-brest.fr >.

2 Ariane Gaudefroy, « Une ligne éditoriale, à quoi ça sert ? », Écrire pour Internet, décembre 8, 2008, < http://redacteurweb.wordpress.com/2008/12/08/ligne-editoriale-definition/ > (consulté le 18/07/2011).

3 < http://burobertdesorbon.univ-reims.fr/ > (consulté le 11 août 2011).

4 < http://buboblog.univ-brest.fr/2011/04/14/outils-pour-un-chercheur-paresseux/ > (consulté 14 septembre 2011).

5 < http://buboblog.univ-brest.fr/2011/03/17/isidore-et-les-shs/ > (consulté le 14 septembre 2011).

6 ADONIS : accès unifié aux données et documents numériques des sciences humaines et sociales. < http://www.tge-adonis.fr/ >.

7 < http://buboblog.univ-brest.fr/2011/11/08/dalloz-decortique-la-constitution-dans-un-code/ > (consulté le 12 novembre 2011).

8 < http://buboblog.univ-brest.fr/2011/01/19/biologistes-medecins-ce-site-est-pour-vous/ > (consulté le 12 novembre 2011).

9 < http://buboblog.univ-brest.fr/?s=%22ma+revue+en+ligne%22 > (consulté le 14 septembre 2011).

10 < http://www.doaj.org/ > (consulté le 14 septembre 2011).

11 < http://buboblog.univ-brest.fr/2010/11/23/veille-en-sciences-de-leducation/ > (consulté le 14 septembre 2011).

12 < http://bm.mairie-metz.fr/sitebm/commun/infos-pratiques/missmedia/missmedia.htm > (consulté le 11 août 2011).

13 < http://buboblog.univ-brest.fr/2011/09/09/tetes-de-gondole-pour-les-l1-droit/ > (consulté le septembre 2011).

14 Par exemple la plate-forme Pbworks < http://pbworks.com/pbworks-basic-edition >.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540