Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développer la médiation documentaire numérique

 | 
Xavier Galaup

Partie II. Construire son projet de médiation numérique documentaire

2. Construire la médiation documentaire par les publics : les portails thématiques de l’Infothèque

Véronique Mesguich

Texte intégral

1« Le jour viendra peut-être où les livres nomades, allant et venant là où un lecteur les appelle, n’auront plus d’adresse fixe ». En lançant cette prophétie dans les premières années du XXe siècle, le visionnaire Eugène Morel ne se doutait évidemment pas du bouleversement qui se produirait près d’un siècle plus tard, avec le développement des nouvelles technologies numériques. Ce pionnier des bibliothèques modernes prônait déjà en son temps le flux plutôt que le stock, la médiation plutôt que la conservation. Mais il serait un peu réducteur d’associer systématiquement le numérique au flux, et le « physique » au stock. En effet, un contenu numérique n’est pas nécessairement disponible en ligne et consultable à distance. De plus, le développement du Web et l’explosion des contenus en ligne ont eu pour effet de créer de véritables « stocks numériques » de textes, images, fichiers musicaux ou vidéos, dont il faudra à la fois assurer l’organisation et la diffusion.

2Les professionnels des bibliothèques mettent depuis longtemps en œuvre les nouvelles technologies au service de la conservation, de la diffusion ou de la description des contenus physiques qu’ils gèrent au quotidien. Les nouveaux enjeux et missions des professionnels, en bibliothèque publique comme universitaire, consistent de surcroît à sélectionner, enrichir, contextualiser, et disséminer tant des ouvrages physiques que des contenus numériques, et intégrer ces contenus dans des produits à valeur ajoutée. Cette nouvelle forme de médiation ne peut se réduire à une simple relation linéaire entre un ouvrage et un lecteur, ou une information et un utilisateur, mais se construit dans l’interactivité des échanges. L’équipe de l’Infothèque < http://www.devinci.fr/​infotheque/​ > du Pôle universitaire Léonard de Vinci mène ainsi depuis quelques années une expérience de création de produits documentaires spécialisés dans plusieurs disciplines d’enseignement du Pôle. Ces produits disponibles en ligne viennent constituer une nouvelle forme de médiation, complémentaire de la médiation physique, et s’appuyant sur des interactions avec différents types de public, étudiants et enseignants. L’objectif étant de créer des espaces de médiation ouverte et extensible, et permettant de répondre à des besoins d’information à la fois éphémères et durables.

3Cette contribution présentera les différentes étapes de la réalisation opérationnelle ainsi que les perspectives d’évolution.

CONNAÎTRE LES BESOINS ET LES USAGES DES UTILISATEURS

4Le projet du Pôle universitaire Léonard de Vinci, au début des années 1990, a été porté par une volonté d’innovation dans le paysage de l’enseignement supérieur français. Ce projet s’appuie sur des valeurs fortes et originales telles que l’ouverture sociale, la transversalité des connaissances, et la proximité avec le monde de l’entreprise. L’Infothèque, espace de documentation commun aux entités pédagogiques du Pôle, s’est inscrite dans ces valeurs dès son ouverture en 1995. Cette création a coïncidé, par ailleurs, avec la période où le Web commençait tout juste sa percée en France auprès du grand public, des entreprises et des institutions.

5Le bâtiment, très spacieux et innovant dans sa forme, a été conçu à l’origine pour un usage plutôt traditionnel de bibliothèque : espaces de stockage importants, lieux de consultation d’ouvrages et de travail individuel. Au fil des années, l’équipe de l’Infothèque a souhaité mettre en place de nouvelles formes de médiation documentaire auprès de ses différents publics, en suivant à la fois les évolutions conjointes des techniques et des usages dans l’accès à l’information. En effet, durant ces quinze dernières années, nous avons constaté, à l’instar de nombreux professionnels, les mutations majeures qui touchent non seulement les bibliothèques mais bien d’autres fonctions de médiation.

L’ESPACE S’ÉLARGIT, LE TEMPS SE RACCOURCIT

6Le numérique a pour effet de raccourcir les délais et d’élargir l’espace traditionnel, tout en bousculant les usages. En effet, les produits numériques permettent de toucher un public hors les murs bien plus large que le public « local » : mais inversement, les publics « physiques » pourront effectuer dans les murs de la bibliothèque des activités non documentaires. Les temporalités se superposent et parfois se brouillent : le « temps numérique » de publication et de diffusion est bien plus rapide que le temps traditionnel de l’édition classique – encore que le cycle de l’édition ait, lui aussi, tendance à s’alléger avec des produits parfois éphémères ! Le « Web temps réel »* de ce début des années 2010 rajoute encore à ce phénomène d’immédiateté.

7Le temps personnel et le temps professionnel peuvent également se télescoper : les ordinateurs portables, les tablettes et les smartphones permettent de consulter, de diffuser et d'enrichir des contenus en tous lieux et à tout moment, et d’interagir avec son réseau d’amis ou de connaissances professionnelles. On ne fréquente plus la bibliothèque avec son seul ordinateur, mais avec sa « tribu » potentiellement joignable hors les murs. Nous sommes désormais à l’ère de la synchronisation des contenus entre différents lecteurs nomades.

LA « GOOGLISATION DES ESPRITS »

8Le public de l’Infothèque est composé en majorité de représentants de la fameuse « génération Y » caractérisée par la règle des 4 I : individualisme, interconnexion, inventivité et impatience. Une génération peu familiarisée avec des contenus bibliographiques et demandeuse d’interface de recherche « à la Google », c'est-à-dire simple, intuitive et épurée.

LA DIVERGENCE DES CONTENUS

9L’arrivée du numérique a eu un impact considérable sur les conditions de diffusion, d’accès, de consommation des contenus informationnels, mais aussi leur mode de création et de conception. Dans cette flopée de données numériques, on va trouver des éléments très divers dans leurs formes et leurs contenus : des ouvrages classiques numérisés comme des fichiers musicaux ou vidéos, des avis de consommateurs comme des opinions d’experts, des documents officiels comme des rumeurs non vérifiées, des liens vers des articles parus dans des journaux et des magazines, des informations sur le statut des personnes. Les utilisateurs peuvent se retrouver perdus face à ce foisonnement de contenus souvent volumineux, instables, hétérogènes et peu structurés.

LE MÉTISSAGE DES PUBLICS

10Les nouveaux espaces collaboratifs du Web font tomber les barrières traditionnelles entre sphère privée et sphère publique, entre information personnelle et professionnelle, entre experts et amateurs. En bibliothèque, la distinction classique entre les différentes catégories de publics (étudiants, enseignants, chercheurs, « grand public », professionnels d’entreprise…) a tendance également à s’estomper. Le learning center vers lequel évoluent de nombreuses bibliothèques universitaires est doté tout à la fois de missions documentaires, pédagogiques, sociales ou culturelles, en favorisant l’apprentissage tout au long de la vie et l’accessibilité à des contenus informationnels pour des publics diversifiés.

11C’est ainsi que l’Infothèque se définit aujourd’hui comme une bibliothèque hybride à la fois dans la nature de ses collections, la variété de ses supports ou encore la pluralité de ses publics. Actuellement, les ressources documentaires, physiques ou numériques, sont spécialisées dans les domaines d’enseignement des différents établissements du pôle (commerce, gestion, marketing, finance, etc.) Ces ressources se composent actuellement d’une bibliothèque physique d’environ 90 000 ouvrages, ainsi que des accès à une quinzaine de bases de données en ligne d’informations économiques, financières ou de presse.

12Les publics reflètent la variété évoquée plus haut : étudiants inscrits dans les différents établissements présents au Pôle universitaire, mais aussi professionnels d’entreprises, demandeurs d’emploi, porteurs de projets, lycéens, étudiants inscrits dans d’autres établissements… ainsi que tout particulier désireux d’accéder à l’Infothèque. Comme de nombreuses bibliothèques, nous avons joué la carte de l’ouverture en mettant en place des partenariats avec, entre autres, des acteurs du monde de l’entreprise ou de l’emploi.

13Des enquêtes sont menées régulièrement afin de mieux cerner les attentes de ces différents publics, en matière de services de médiation physique ou numérique. Les résultats ont montré là encore la diversité des attentes. En effet, les étudiants – ainsi que les autres publics – sont loin de réclamer des services 100 % numérique. Les besoins manifestés par les étudiants – ce qui, somme toute, est bien compréhensif ! – portent encore sur des éléments fondamentaux : des tables, des chaises, des livres et du silence… Mais la demande concerne aussi des espaces d’autoformation (notamment en langues), des lieux sociaux (café, espace de détente…) ainsi que des accès distants aux ressources (bases de données).

UNE DOUBLE MÉDIATION DIDACTIQUE, ENTRE OFFRE DE FORMATION ET CONSTRUCTION D’OUTILS D’AUTOFORMATION

14La collection de produits documentaires, des guides méthodologiques et des portails spécialisés a été conçue à partir d’une prescription des enseignants. Ceux-ci constatent en effet que les étudiants ont du mal à trouver des informations pertinentes par rapport aux recherches demandées, et font souvent preuve d’un certain manque de curiosité en n’allant guère au-delà des dix premières réponses du moteur Google… Les étudiants réalisant leur mémoire de fin d’études ont également des difficultés pour sélectionner des articles académiques à intégrer dans leur bibliographie. C’est pourquoi l’équipe de l’Infothèque a élaboré d’une part, une offre de formation dans le domaine de la maîtrise des sources d’informations stratégiques, et d’autre part, une série de guides d’autoformation et de portails spécialisés, de manière à faciliter l’accès à des contenus de qualité, peu ou mal référencés par les moteurs de recherche classiques. On retrouve ainsi les notions classiques de politique documentaire dans le choix des contenus, de prescription documentaire, intégrés dans des produits qui se veulent souples, évolutifs et interactifs.

15Cette gamme de produits documentaires se trouve donc portée par un double objectif :

  • valoriser l’information en interne et disséminer hors les murs ;

  • rassembler des contenus informationnels éparpillés sur les réseaux, en les organisant en fonction des besoins des utilisateurs, étudiants, enseignants ou entreprises.

16Nous avons distingué trois thématiques liées aux besoins de nos différents publics :

17– les contenus pédagogiques en relation avec les enseignements spécialisés ou transversaux : commerce/marketing, sciences et techniques, langues, et culture générale ;

  • les contenus liés à la culture numérique : recherche d’information, moteurs de recherche, livres électroniques, Web 2.0, flux RSS, identité numérique*, lutte anti-plagiat, logiciels libres

  • les contenus liés au monde de l’enseignement supérieur et au domaine de l’emploi.

18Le processus de réalisation des portails spécialisés a pu varier selon les périodes et les caractéristiques de chaque thématique concernée, mais le schéma général est le même pour tous les produits. Il s’appuie sur les étapes suivantes :

  • une enquête préalable auprès des enseignants ou des acteurs concernés, afin de déterminer le périmètre thématique, les principales ressources documentaires et les concepts à définir ;

  • la constitution d’une maquette présentant la future structuration du portail. La maquette est ensuite validée par les enseignants ;

  • l'identification des ressources documentaires à intégrer, paramétrage de flux d’information automatisés, rédaction de documents méthodologiques, et création de tutoriels ;

  • le test du portail par des enseignants ou des étudiants ;

  • la mise en production.

19Chaque portail est organisé selon une structure thématique propre à chaque discipline, et déterminée en relation avec les enseignants. Nous trouverons ainsi à l’intérieur de chaque thématique :

  • une sélection d’ouvrages avec liens vers les notices dans le catalogue de l’Infothèque, géré par le logiciel Open Source Koha1 ;

  • une veille2 sur l’actualité du secteur concerné, réalisée soit par le bibliothécaire responsable du secteur, à partir d’une sélection « manuelle » d’articles ou de documents d’actualité, soit automatisée à partir de flux filtrés via des mots-clés. Pour certains domaines comme le marketing, les flux très nombreux ont été regroupés au sein d’un univers Netvibes3 associé au portail consacré au marketing ;

  • des liens4 vers des sites sélectionnés pour leur qualité et leur pertinence ;

    • 5 < http://www.google.com/cse?cx=000838464759980997052%3Aoguqavub53y&ie=UTF-8&q=&saGo&siteurl=www.dev (...)

    un moteur de recherche5 réalisé à partir de la technologie Google Custom Search, permettant d’effectuer des recherches par mot-clé sur les contenus des sites présélectionnés ;

  • des guides méthodologiques6 ou tutoriels, rédigés par l’équipe de l’Infothèque, destinés à faciliter la recherche d’informations spécifiques : données financières sur les sociétés cotées, normes, offres de stages…

20De plus, plusieurs de ces portails sont agrémentés d’une frise déroulante, présentant les couvertures des derniers ouvrages acquis dans le secteur concerné : chaque couverture est reliée à la notice de l’ouvrage dans le catalogue Koha.

  • 7 Création et reprise d’entreprise : < http://www.devinci.fr/infotheque/creation-reprise/php >.

21L’objectif de ces portails est également de promouvoir des publications ou des études de cas réalisées par les enseignants. Par exemple, l’une des rubriques thématiques dans notre portail « Création et reprise d’entreprise »7 est consacrée à une étude de cas élaborée par un groupe d’enseignants. Il présente à des fins éducatives une entreprise fictive pour laquelle les étudiants doivent imaginer un scénario de reprise et simuler une stratégie.

22Le contenu de ces portails dépasse ainsi largement le cadre strictement bibliographique ou documentaire, et s’inscrit dans un processus de production et de valorisation de contenus à caractère pédagogique.

23Les ressources pédagogiques, prescrites en grande partie (mais pas uniquement) par les enseignants, sont ainsi propulsées auprès des étudiants et favorisent l’acquisition des connaissances. Les fonctions de veille, de la même façon, sont conçues pour être utiles à tous nos publics (étudiants, enseignants, professionnels d’entreprises ou demandeurs d’emploi) en leur permettant de surveiller régulièrement et systématiquement l’actualité du secteur concerné.

24Nous avons opté pour une organisation des contenus sous forme de « blocs » dissociables, afin d'en faciliter l’administration et d'en favoriser la modularité. À la manière d’un jeu de construction, ces blocs peuvent être intégrés dans plusieurs portails, en fonction bien entendu de l’adéquation de leur contenu à la thématique concernée.

25La réalisation des portails a été menée conjointement par le ou la documentaliste spécialiste de la thématique concernée, ainsi que par le webmaster de l’Infothèque. Le travail préalable d’enquête auprès des utilisateurs et des prescripteurs, de constitution de la maquette et d’identification des sources a nécessité environ 4 mois pour ces deux personnes travaillant en parallèle, parfois avec l’aide d’un stagiaire. Le pilotage et la mise à jour des portails sont assurés régulièrement par ce binôme, le documentaliste pour l’intégration de nouveaux contenus ainsi que les relations avec les utilisateurs et prescripteurs et le webmaster pour l’évolution de l’architecture technique.

26Afin d’enrichir la médiation à distance, nous allons de plus en plus développer des tutoriels, notamment concernant l’interrogation des bases de données ou les options de recherche avancée sur Internet. Ces tutoriels sont réalisés à partir du logiciel Open Source Wink et intégrés en streaming au sein des portails concernés.

27La collection d'univers spécialisés va s’enrichir prochainement d’une série de modules d’autoformation à la recherche d’information intitulée « Parcours de recherche ». Un parcours dédié à la méthodologie générale de recherche constitue la clé de voûte de l’ensemble. Des parcours spécialisés seront déclinés selon ce modèle et consacrés à diverses disciplines enseignées au Pôle universitaire, ou bien à des thématiques transversales comme l’autoformation en langues ou la recherche d’emploi.

28Par ailleurs, nous faisons développer par des élèves ingénieurs en informatique des applications mobiles* qui permettront l’accès au catalogue Koha et à notre gamme de produits documentaires à partir de smartphones et de tablettes multimédias.

LES COMPÉTENCES NÉCESSAIRES AUX PROFESSIONNELS

29L’élaboration et la gestion de ces portails mettent en œuvre des compétences classiques du métier (sélection et organisation de contenus), mais nécessitent par ailleurs des compétences de diverses natures :

  • compétences juridiques : connaissances en matière de droits d’auteurs, droit à l’image, maîtrise des licences Creative Commons…

  • compétences techniques : maîtrise des outils de publication, de diffusion et de recherche sur Internet ;

  • compétences rédactionnelles : savoir produire des contenus, écrire pour le Web, réaliser des documents synthétiques ;

  • compétences relationnelles : savoir maîtriser l’interactivité et la relation à distance ;

  • compétences didactiques : savoir transmettre des concepts sans forcément être expert du sujet – agir en complémentarité avec les enseignants.

DIVERGENCE DES CONTENUS, CONVERGENCE DES MÉTIERS

30En effet, il s’agit bien de construire et de fédérer une réelle complémentarité par rapport à l’action des enseignants. De façon un peu paradoxale, le phénomène de dispersion des contenus mentionné plus haut s’accompagne d’une convergence des métiers et fonctions classiques de médiation : journalistes, enseignants, professionnels des musées… Ces différents métiers, touchés de façon identique par les mutations déjà citées, se rejoignent désormais autour d’une fonction commune de « passeur », s’appuyant sur des compétences ou des aptitudes connexes aux savoir-faire traditionnel. Dans ce contexte, la médiation numérique, loin de s’opposer à la médiation physique, vient au contraire la renforcer et permettre de valoriser davantage les ressources traditionnelles de la bibliothèque ou les fondamentaux du métier. Les nouvelles compétences évoquées ne viennent évidemment pas se substituer aux compétences classiques des bibliothécaires, mais les compléter. Il s’agit ainsi de proposer une forme d’accompagnement hybride, qui conjugue à la fois les aspects techniques et humains, en tenant compte du besoin d’accompagnement exprimé (ou non) par nos différents publics.

31Le schéma ci-après présente le positionnement des gammes de produits et de services documentaires créés par l’Infothèque, en fonction du besoin d’accompagnement et du caractère physique ou virtuel de la médiation.

SCHÉMA. POSITIONNEMENT DES PRODUITS DOCUMENTAIRES DE L’INFOTHÈQUE SELON LE TYPE DE MÉDIATION ET LE BESOIN D’ACCOMPAGNEMENT

SCHÉMA. POSITIONNEMENT DES PRODUITS DOCUMENTAIRES DE L’INFOTHÈQUE SELON LE TYPE DE MÉDIATION ET LE BESOIN D’ACCOMPAGNEMENT

32À noter que le caractère « fort » ou « faible » attribué au besoin d’accompagnement n’est pas attaché à une catégorie de public (étudiant, enseignants ou professionnels d’entreprises) et reste très subjectif. De plus, ce besoin peut évoluer dans le temps.

33Nous insisterons enfin sur la nécessité, pour tout projet de médiation, de mener en amont un travail de réflexion et de définition des besoins. Il s’agit en effet de prévoir les éléments qui feront l’objet de la médiation, les moyens et médias mis en œuvre, les publics et les temporalités. Sans jamais perdre de vue la démarche prospective et la logique d’interaction, ni la spontanéité des échanges. Car si l’un des principaux objectifs de nos produits documentaires est de rendre nos utilisateurs autonomes, il ne faut pas oublier que l’autonomie ne limite pas une action individuelle et solitaire, mais se construit en permanence dans l’interaction. Paraphrasons pour conclure Gaston Bachelard : « Dans la pensée scientifique, la médiation de l'objet par le sujet prend toujours la forme du projet ».

encadrÉ. LE PROFIL FACEBOOK DE L’INFOTHÈQUE : PARTICIPER AU WEB DES CONVERSATIONS*
L’équipe de l’Infothèque a souhaité, à travers son offre de médiation numérique, non seulement éditer et organiser des contenus mais également inscrire cette médiation dans le Web des conversations. C’est pourquoi nous avons participé courant 2011 à une expérimentation lancée par l’une des écoles du Pôle : l’utilisation du réseau social Facebook pour faciliter le choix des étudiants pour leur spécialisation de quatrième année.
L’Infothèque a ainsi créé un profil Facebook et intervient dans le fil de discussion des enseignants et des étudiants pour proposer des conseils documentaires, et notamment des choix d’ouvrages concernant les métiers liés à différentes spécialisations proposées. Cette identité numérique de l’Infothèque est alimentée à tour de rôle par plusieurs membres de l’équipe.
Cette expérience, menée sur plusieurs mois, a permis de propulser des éléments du catalogue de l’Infothèque dans Facebook, ce « catalogue des individualités humaines » selon l’expression d’Olivier Ertzscheid.

Notes

1 < http://koha.devinci.fr >

2 < http://www.devinci.fr/infotheque/marketing/actualites.php?theme=8 >.

3 < http://www.netvibes.com/info-marketing >

4 < http://www.netvibes.com/englishenglish >

5 < http://www.google.com/cse?cx=000838464759980997052%3Aoguqavub53y&ie=UTF-8&q=&saGo&siteurl=www.devinci.fr%2Finfotheque%2Fmarketing%2F >.

6 < http://www.devinci.fr/infotheque/finance/trouver-information-societes.php >.

7 Création et reprise d’entreprise : < http://www.devinci.fr/infotheque/creation-reprise/php >.

Table des illustrations

Titre SCHÉMA. POSITIONNEMENT DES PRODUITS DOCUMENTAIRES DE L’INFOTHÈQUE SELON LE TYPE DE MÉDIATION ET LE BESOIN D’ACCOMPAGNEMENT
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540