Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développer la médiation documentaire numérique

 | 
Xavier Galaup

Partie I. le périmètre de la médiation numérique documentaire

3. La médiation numérique et les musées : entre autonomie et prescription

Geneviève Vidal

Texte intégral

1Les prescriptions relatives aux technologies numériques d’information et de communication conduisent les institutions patrimoniales à développer de nouvelles médiations, pour tisser des relations avec leurs publics. Ces technologies font du reste désormais partie des critères de performance dans un contexte politique de valorisation du patrimoine.

2La médiation muséale sur les réseaux numériques, tant internationaux que locaux, autrement dit reliant des objets multimédias dans l’enceinte de l’institution, mène à une situation ambivalente, où s’affrontent deux logiques, celle de l’autonomie des usagers-visiteurs et celle de la prescription des médiateurs.

3En effet, les scénarios, les fonctionnalités, le design et l’ergonomie des dispositifs interactifs mis en œuvre marquent une ambition d’autonomisation de l’accès au patrimoine. Aussi, les publics dotés d'une compétence technique multimédia aiguisent leur volonté d'intervenir dans le processus de médiation. De fait, la mise en relation, qui demande un investissement, de la part de l’institution, en termes d’interactivité, est synonyme de rapprochement, pris en charge par la technique, et dans le même temps, crée les conditions d’une mise à distance.

4Que font les médiateurs de cette ambivalence ? Comment peuvent-ils composer avec une mission de diffusion et des propositions de participation en direction de leurs publics ?

LE RÔLE DES MÉDIATEURS

5Remettre les clés de l’accès au patrimoine peut relever de la logique de diffusion. Les partager par le biais d’expériences de médiations, en prenant appui sur des logiciels et des applications multimédias, s’inscrit dans le paradigme de l’interactivité. Ce dernier recoupe des pratiques culturelles nourries de savoir-faire en matière de recherches documentaires, et avec les moteurs de recherche d’informations. Le cadre de référence est dès lors construit à partir de la structuration de données, contrôlée par les professionnels des médiations muséales, dans un contexte d’éducation informelle. Les données sont stabilisées pour poursuivre les missions de conservation, de recherche et de diffusion, tant sur les réseaux numériques qu’avec les dispositifs insérés dans les musées. Ces missions sont maintenues à l’heure des plates-formes participatives et contributives, qui donnent à observer des inventions d’usages.

  • 1 Jean Caune, La démocratisation culturelle. Une médiation à bout de souffle, Grenoble, Presses unive (...)

6Les relations entre contenus et publics via les dispositifs numériques ouvrent sur des significations d’usages, tant des formes que des ressources. Les subjectivités croisées, des professionnels et des publics amateurs ou profanes, donnent donc à lire les liens pour un partage sensible1 du patrimoine culturel. Il convient d’interroger la nature de ces liens ; n’établiraient-ils qu’un contact ? Les terminaux (ordinateurs, téléphones, tablettes, voire consoles de jeux), dotés d’applications diversifiées, donneraient-ils lieu à des consultations précaires provoquant la fragilisation de ce partage sensible, ou bien à de nouvelles expériences culturelles ? Le rôle des médiateurs est ici crucial pour envisager l’ambivalence de la demande de repères tout en exigeant l’autonomisation des usages, de la part des publics. En effet, les applications en ligne invitent de plus en plus à une customisation pour créer des espaces de stockage et de créativité. Or, la mise en contact des acteurs crée un territoire complexe où se tissent tous types d’interventions éclairées parfois erronées. De plus, les appropriations des contenus, des applications, des terminaux fournissent le terreau de l’économie du numérique fondée sur les suivis et les calculs de traces, dans le respect, plus ou moins strict, des données personnelles, visant l’adaptation des contenus culturels, scénarisés et augmentés.

  • 2 Fabrice Forest, Nathalie Candito et Elisabeth Shimells, « L’introduction des RFID dans les musées. (...)

7Les musées sont sensibles à cette question de la traçabilité des données de leurs publics pour élaborer une offre multimédia, en particulier lorsqu'il est question d'utiliser la technologie Radio Frequency IDentification (RFID)2. Néanmoins, pris dans l’urgence d’innover, certains peuvent engager des expériences, qui ne témoignent pas toujours d’une vigilance sociopolitique, notamment sur des réseaux exogènes. Les innovations culturelles tendent toutefois à correspondre aux demandes des publics, qui recherchent une mise en débat, tout en désirant une bonne ergonomie avec le moins de contraintes possibles.

ÉTUDE D’USAGES EN MILIEU MUSÉAL : ATOUTS ET LIMITES DES MÉDIATIONS NUMÉRIQUES

  • 3 « Analyse des usages de l’iPad et de la Muséotouch », 2011, Anne Gagnebien, Cecilia Jauniau, Ilaria (...)

8La récente évaluation d’usages3 d’une tablette mobile, dotée d’un scénario de parcours d’une exposition, pour découvrir les métiers du musée, et d’une table multitouche, pour explorer la collection du musée, permet de cerner l’engouement pour ce type de médiations. Celles-ci provoquent des plaisirs relatifs aux interactions au sein des groupes constitués et aux technologies interactives et tactiles. Les utilisateurs s’écartent assez peu des prescriptions du scénario, bien qu’ils contournent les vidéos, estimées trop longues, et qu’ils ressentent un décalage entre les contenus sur les métiers et les objets exposés, à badger avec une carte RFID en se repérant avec un plan visible sur la tablette. Mais la difficulté à s'approprier ce plan entraîne de fatigants allers retours dans l’exposition. Par ailleurs, les visiteurs expriment le besoin de trouver des informations complémentaires sur les objets exposés, rejoignant le principe de la réalité augmentée, tout comme nous l’avons relevé avec les usages de la table interactive.

9Doté d’une culture numérique, le public jeune fait preuve d’une aisance pour retrouver des images des objets tagués sur l’écran tactile de la table. Comme les adolescents et les adultes, les préadolescents s’emparent d’échelles – temps et continents – proposées pour consulter le fonds numérisé. Les co-consultations (essentiellement de groupes déjà formés) de la table s’inscrivent dans le cadre d’une culture muséale et scientifique. Amateurs de sciences, adultes et enfants souhaitent apprendre, fréquemment discuter des objets découverts durant la visite, mais aussi vivre une nouvelle expérience par le truchement de la médiation tactile. Dès lors, les utilisateurs de la table tactile accèdent au patrimoine et à l’innovation, en se sentant partenaires de l’institution culturelle. Mais, ces premiers usages présentent aussi des limites. Grâce à la carte RFID, les utilisateurs pensent soit retrouver les objets tagués durant le jeu avec la tablette sur la table, soit attendent des contenus de la table vers la tablette. De plus, les allers-retours entre la table et l’exposition pour taguer des objets, suggérant un environnement interconnecté (exposition et dispositifs), ne sont pas appréciés par les utilisateurs, qui souhaitent poursuivre de façon intuitive leur exploration des collections numérisées du musée. Bien que revendiqué, l’intuitif, renforcé par l’ergonomie tactile, autrement dit sans passer par un accompagnement ou un apprentissage pour utiliser la table tactile, peut faire l’objet d’un accueil ambivalent, quand des usagers désirent des repères puisés dans leur culture informatique, Internet et documentaire, avec des modalités de recherche par rubrique, de classement et d’indexation des ressources numérisées. Les usages de la table interactive donnent par ailleurs lieu à une confusion entre collection et patrimoine, puisque plusieurs utilisateurs oublient le fonds du musée, sans doute aveuglés par une représentation du potentiel de puissance du numérique. Ces limites n’empêchent cependant pas les plaisirs multiformes avec les écrans tactiles (mobiles ou fixes). Les visiteurs se sentent investis d’un pouvoir d’action et nous faisons l’hypothèse que le tactile domine la culture de l’interactivité associée au clic de souris et à la sélection par rubrique, pouvant modifier petit à petit la posture de recherche documentaire, mais aussi impliquer des publics ne disposant pas de culture documentaire.

10De plus, ces nouvelles postures de consultation des ressources patrimoniales peuvent révéler l'environnement de médiations numériques, qui fait le lien entre les collections, les acteurs du musée et les publics. Une exposition dotée de tels dispositifs, dépassant la diffusion du patrimoine et des connaissances, se présente comme une méta-exposition, qui parle d’elle-même en dévoilant ses réserves et collections, et qui ouvre sur des espaces exogènes.

11Les visiteurs apprécient les expérimentations des médiations numériques dans un lieu de culture scientifique, au sein duquel les paradigmes dominants relatifs aux technologies numériques peuvent être mis en débat. Dès lors, les postures de visites observées renvoient indéniablement à la fonction pédagogique et sociale de l’institution muséale.

12Les relations entre les institutions muséales et les publics se nouent aussi sur l’Internet. Mais dans le cas de la poursuite du jeu (initié sur la tablette) en ligne, nous avons constaté qu’à distance, le dialogue stimulé dans l’enceinte de l’exposition, ne perdure pas pour les visiteurs, qui devenus internautes souhaitent retrouver tous les objets de la collection sur Internet. Pour éviter la rupture du dialogue entre musée et publics, il faut tenir compte des relations chargées de sens et d’émotions au moment de la visite. De plus, depuis la sphère privée (ou depuis un poste de travail), le cadre de référence n’est plus le même qu’au musée et l’internaute cherche à protéger son espace de vie, de travail et son temps.

EXPÉRIMENTATIONS PARTICIPATIVES : ÉTABLIR À DISTANCE UNE RELATION DE PROXIMITÉ

13Sur l’Internet, les institutions cherchent, tout en maintenant une distance, à établir une proximité avec les publics de la culture attirés par la posture interactive, visant un dépassement de la communication de type émission-réception. Elles les invitent à prendre part aux médiations numériques qui les relient aux contenus et aux activités muséales. Les médiations mettent alors à l’épreuve les missions de diffusion du secteur patrimonial, et, dans une certaine mesure, les missions de conservation et de recherche, via des applications participatives.

14Les réseaux de co-conception d’expositions illustrent les actuelles expérimentations4 qui font circuler différentes représentations du musée. Pour engager et faire aboutir ces innovations, les musées s’appuient sur une expérience d’échanges, telle qu’elle se déploie depuis plusieurs années sur le dit Web 2.0. Sa maturité permet d’investir de nouvelles modalités de diffusion culturelle prenant appui sur les applications participatives et contributives.

15Or, dans une économie du numérique, le Web 2.0 relève de stratégies marketing, tout en offrant les outils d’une personnalisation de la mise en contact entre institutions et publics, qui, à cette occasion, font preuve de nouveaux usages de services en ligne pour commenter, publier, à propos du fonds et des médiations. Dans la sphère muséale, l’organisation documentaire reliée à la multimédiatisation des données suscite de nouveaux accès aux informations, aux collections et aux connaissances dans le champ des arts et des sciences. Les dispositifs de médiation numérique permettent de consolider l’ambition pédagogique du musée et le rayonnement du patrimoine culturel. L’institution muséale réactualise ainsi la prescription des usages des contenus patrimoniaux.

  • 5 Françoise Massit-Folléa, « Usages et gouvernance de l’Internet : pour une convergence sociopolitiqu (...)

16Cette appropriation ambivalente des technologies participatives et contributives est à l’image du développement hybride de l’Internet comme réseau marchand et comme bien commun public5. Où se situe l’Internet muséal ?

  • 6 Les wikis ne semblent pas faire l’objet d’une appropriation de la part des musées, bien que le modè (...)

17Le secteur muséal rend possibles la personnalisation des accès (galeries personnelles), l’indexation (étiquettes dans le cadre d’un social bookmarking ou folksonomy avec des catégorisations profanes pour guider, de façon alternative, l’interprétation des contenus), le commentaire (blog), les contributions concernant la recherche et la conservation des œuvres. Scénariser des visites virtuelles, proposer des jeux, donner à consulter des podcasts, des dossiers, des bases de données, faire circuler des informations avec des newsletters et des fils RSS, ou sur des sites 2.0 ou réseaux sociaux6, encourager la participation, telles sont les médiations sur l’Internet des musées. Ces derniers poursuivent leur politique de numérisation et de mise en ligne des contenus, tout en considérant la multiplicité des supports.

  • 7 Geneviève Vidal, « Le web 3.0, pour en finir avec le web 2.0 ? », Documentation et bibliothèques, v (...)

18Ils se prémunissent néanmoins des débordements, en distinguant les légitimités. Les sites institutionnels ou exogènes peuvent alors répondre à un désir d’expressions des amateurs plus ou moins éclairés (sans être obligatoirement des visiteurs de musées). Ce faisant, les professionnels de musées tendent à modifier leurs relations avec des publics élargis, et à poursuivre la diffusion du patrimoine, tout en ayant besoin de structurer leurs données7. Il convient dès lors de rationaliser les interventions des internautes et de créer les conditions d’une régulation de ces dernières fondée sur une sophistication technique et éditoriale des médiations numériques.

DE NOUVEAUX DÉFIS POUR LE SECTEUR PATRIMONIAL ?

  • 8 Geneviève Vidal, Gaëlle Crenn, « Les musées et le Web 2.0 : approches méthodologiques pour l’analys (...)
  • 9 Jean Caune, op. cit.

19Nous pouvons relever une logique participative au cœur des médiations numériques muséales. Cependant, il ne suffit pas de mobiliser les innovations numériques des institutions, mais de prendre en compte les significations et motivations d’usages. Celles-ci peuvent être analysées grâce à des enquêtes en ligne, des études de contenus produits par les publics et de leur circulation8. Entre séduction, talent et réticences, les musées élaborent des médiations prises entre la temporalité des expressions et actions des internautes, et la temporalité de la validation scientifique. Lorsque les contributions s’intègrent dans l’espace du musée, l’autorité du musée est quelque peu partagée et une fragmentation de la diffusion du patrimoine s’instaure. Le musée est de moins en moins seul à l’origine de la circulation des contenus muséaux, servant sa réputation sur les réseaux. L’objectif principal pour le musée reste donc la diffusion du patrimoine, auprès d’un public à élargir, dans le cadre d’une (difficile) démocratisation culturelle9. Les musées veulent garder le privilège de désigner les savoirs, par le biais de formes renouvelées des médiations.

20Il semble dès lors essentiel pour l’institution patrimoniale de concevoir des médiations entre ouverture et fermeture. Le mouvement d’ouverture offre une entrée vers les contenus, tout en gardant opaques les technologies retenues et les savoir-faire professionnels telles que l’indexation et la structuration des données. Les publics, dont les interprétations sont erronées et inventives, sont maintenus à l’écart par la double sophistication technique et scientifique. Le Web sémantique10, prôné capable de prendre en charge (par le paradigme du calcul) le sens et les interprétations humaines, permet au secteur muséal de conserver ses prérogatives. Pour autant, les professionnels des musées continuent d’être animés par le désir du partage des savoirs grâce à de nouvelles médiations pour diversifier les modalités d’étude et de délectation des ressources11.

21Les usages ambivalents des médiations numériques conduisent les institutions à mettre en place des actions qui associent structuration de leurs données sur l’Internet et médiations innovantes pour accueillir les internautes sur le mode du participatif-contributif. Deux projets émergent, l’un visant à verrouiller pour protéger et l’autre à ouvrir pour répondre à des attentes (encore mal cernées) d’interventions sur les contenus de la part des publics. Ces deux projets rejoignent le processus d’une rationalisation des usages de l’Internet, selon une démarche diffusionniste. Les institutions patrimoniales semblent néanmoins prêtes à les mettre en débat pour composer avec l’ambivalence des usages des technologies numériques tant des médiateurs que des publics.

Notes

1 Jean Caune, La démocratisation culturelle. Une médiation à bout de souffle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2006, collection Art culture publics, p. 17, p. 134.

2 Fabrice Forest, Nathalie Candito et Elisabeth Shimells, « L’introduction des RFID dans les musées. Expérimentation de l’intelligence ambiante dans les dispositifs de médiation », in Les Cahiers du musée des Confluences, volume 2 L’Expérimentation, Revue thématique Sciences et Sociétés du musée des Confluences, Rhône Le Département, décembre 2008, pp. 85-100.

3 « Analyse des usages de l’iPad et de la Muséotouch », 2011, Anne Gagnebien, Cecilia Jauniau, Ilaria Valoti, Geneviève Vidal, LabSic, Rapport d’étude pour le musée des Confluences, service développement et stratégie, Nathalie Candito, [en ligne] : < http://reseau.erasme.org/Evaluation-Ipad-au-musee-et >. Étude qualitative réalisée du 4 mars au 15 avril 2011, des usages d’une table interactive « Muséotouch » et d’une tablette iPad. Une carte RFID a pu être utilisée soit comme dispositif dans l’environnement du jeu des métiers via l’iPad, soit en complément de la table Muséotouch. Le parcours-jeu avec l’iPad prévoit des usages à deux niveaux : la recherche d’objets exposés à badger avec la carte RFID et le déroulement du jeu avec les métiers du musée. Si la table Muséotouch est proposée en libre accès aux visiteurs, l’iPad et la carte RFID sont distribués à l’accueil de l’exposition. Les deux dispositifs étaient insérés dans l’exposition Le musée des Confluences dévoile ses réserves du musée des Confluences, présentée au musée gallo-romain de Fourvière du 16 décembre 2010 au 8 mai 2011.

4 Par exemple Museomix < http://www.museomix.com/ >. Le Brooklyn Museum expérimente la co-conception d’expositions avec ses publics depuis plusieurs années : < http://www.brooklynmuseum.org/community/ >.

5 Françoise Massit-Folléa, « Usages et gouvernance de l’Internet : pour une convergence sociopolitique », in Geneviève Vidal (dir.), La sociologie des usages : continuités et transformations. London, Hermes Science Publishing, 2012.

6 Les wikis ne semblent pas faire l’objet d’une appropriation de la part des musées, bien que le modèle wikipedia ne soit pas exclu des projets des musées, tel que < http://fr.vikidia.org/wiki/Mus%C3%A9e_du_Louvre >.

7 Geneviève Vidal, « Le web 3.0, pour en finir avec le web 2.0 ? », Documentation et bibliothèques, vol. 55, n° 4, octobre-décembre 2009, pp. 201-207.

8 Geneviève Vidal, Gaëlle Crenn, « Les musées et le Web 2.0 : approches méthodologiques pour l’analyse des usages », in Florence Millerand, Serge Proulx et Julien Rueff (dir.), Web social : mutation de la communication, Québec, Presses de l'université du Québec, 2010, pp. 145-158.

9 Jean Caune, op. cit.

10 < http://www.w3.org/2001/sw/ >.

11 Geneviève Vidal, « Des sites ressources à la tentation contributive », in Fabrice Papy (coord.), Évolutions sociotechniques des bibliothèques numériques, Traité des sciences et techniques de l'information, Paris, Hermès Science Publication, 2010, pp. 61-83.

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540