Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développer la médiation documentaire numérique

 | 
Xavier Galaup

Partie I. le périmètre de la médiation numérique documentaire

2. Définition et enjeux de la médiation numérique documentaire

Cécile Gardiès et Isabelle Fabre

Texte intégral

  • 1 Alex Mucchielli, Les mécanismes de la médiation dans les groupes et les organisations, in Denis Be (...)
  • 2 Yves Jeanneret, Usages de l’usage, figures de la médiatisation, Communication et langages, n° 151, (...)

1Le concept de médiation documentaire au sein des sciences de l’information et de la communication (SIC), renvoie à la notion d’intermédiaire, de lien entre le singulier et le collectif. La médiation documentaire concerne une médiation des savoirs mettant en place, grâce à un tiers, des interfaces qui accompagnent l’usager et facilitent les usages. Elle permet de concilier deux choses jusque-là non rassemblées pour établir une communication et un accès à l’information. C’est par sa capacité à lier information et communication qu’elle peut être qualifiée de médiation documentaire. Elle s’appuie sur des composants humains ou matériels qu’on peut distinguer en « médiateurs sociaux « naturels » (normes, valeurs…), médiateurs humains (négociateurs, chefs…), dispositifs complexes (agencements matériels et géographiques, organisationnels et techniques…) »1. La médiation est donc fortement liée à la question du dispositif étudié en SIC comme objet matériel médiateur qui désigne « l’ensemble des substrats matériels de la communication »2.

  • 3 UNESCOPRESSE, Comment préserver l’information numérique ? Feature n° 2002-10. [En ligne] < http:// (...)
  • 4 Bernard Charlot (dir.), Les jeunes et le savoir : perspectives internationales, Éditions Anthropos (...)

2Ainsi, le dispositif est le lieu où humains, objets matériels et liens s’organisent pour mettre en œuvre des interactions à la fois réelles et symboliques qui instituent des modalités et des logiques d’usage de l’information. Mais avec les évolutions liées notamment à l’information numérique, la médiation documentaire est re-questionnée dans ses relations aux nouveaux dispositifs, en effet « une part de plus en plus importante de l’information produite aujourd’hui dans presque tous les domaines de l’activité humaine est numérique et conçue pour être accessible sur ordinateur »3. Or, la notion « d’accessibilité à l’information facilitée par le numérique » véhiculée avec celle de « société de l’information » semble faire abstraction d’une nécessaire médiation documentaire. Pourtant « ce qui fait lien… et sens… c’est l’activité du sujet dans et sur le monde, un monde qu’il partage avec d’autres sujets »4. Que signifie alors aujourd’hui la médiation documentaire au regard des dispositifs numériques ? Peut-on avancer l’idée d’une nouvelle médiation documentaire que l’on pourrait considérer comme spécifique et liée aux dispositifs info-communicationnels numériques ?

3Une première partie de notre article permettra de mettre en perspective le concept de médiation documentaire. Nous le confronterons avec celui d’information dans sa forme numérique dans un deuxième temps, plus particulièrement dans son lien avec les dispositifs info-communicationnels. Nous questionnerons enfin la potentialité d’une nouvelle médiation documentaire au regard des dispositifs numériques, notamment au travers d’exemples issus de nos recherches successives.

LA MÉDIATION DOCUMENTAIRE ET L’INFORMATION NUMÉRIQUE

4Si la médiation documentaire peut être considérée comme une médiation des savoirs, elle met en jeu prioritairement de l’information dans des processus de construction de connaissances et ce, grâce à des dispositifs sociaux, techniques et humains. Autrement dit, réfléchir à la médiation documentaire c’est aussi réfléchir à la place de l’information dans son rapport à la connaissance individuelle et aux savoirs historiquement et socialement constitués.

  • 5 Gérard Losfeld, Sciences de l’information VS sciences de la communication : éléments pour un dialo (...)
  • 6 Michel Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1975, 275 p.

5Même s’il existe plusieurs manières de définir l’information au sein même des sciences de l’information et de la communication, pour notre part et nous situant dans la branche spécifique des SIC qu’est l’information documentation, nous considérons que l’information n’est pas une donnée pré-construite ni une ressource transmise par un canal, elle est une connaissance construite et circulante dans des processus de communication, elle est utile, plus ou moins spécialisée et plus ou moins durable. Elle est inscrite sur un support, le document, ce qui lui permet d’être véhiculée en s’affranchissant du temps et de l’espace, elle est activée à réception, c’est-à-dire lorsqu’un usager la reçoit et se l’approprie en vue d’agir, de prendre une décision ou de l’assimiler à ses connaissances antérieures, il augmente ainsi son propre stock de connaissances. La connaissance est propre à l’individu, elle se construit à partir de l’information et se transmet par l’information. Le savoir est la somme des connaissances socialement reconnues, il constitue un tout objectivé. Gérard Losfeld souligne l’importance de l’individualisation de la connaissance, puisque « toute connaissance ne peut que prendre appui sur ce qui a été fait ou dit auparavant, qu’on l’intègre ou qu’on le rejette […] toute connaissance, par le fait même qu’elle prend appui sur la prise en compte de « documents » antérieurs, leur lecture et leur exploitation, est individualisée »5. La connaissance revêt donc un caractère personnel et subjectif, alors que comme le définit Michel Foucault, le savoir est « cet ensemble d’éléments, formés de manière régulière par une pratique discursive et qui sont indispensables à la constitution d’une science »6.

6Si nous situons la définition de la médiation documentaire en considérant effectivement que l’information se différencie de la connaissance et du savoir, comment peut-on définir l’information numérique ? Se différencie-telle radicalement des formes plus classiques de l’information et en quoi ?

APPROCHES DE L’INFORMATION NUMÉRIQUE

  • 7 Jean Meyriat, De la science de l’information aux métiers de l’information, Schéma et schématisatio (...)
  • 8 Cécile Payeur, Manuel Zacklad, Dispositifs d’articulation entre espaces physique et virtuel pour a (...)

7L’information est indissociable de son support document. Dans sa forme numérique, il est courant de dire que son support change. Pourtant, depuis Paul Otlet et Suzanne Briet avec la notion d’extensivité du document et surtout depuis Jean Meyriat, nous admettons que tout objet peut détenir une information à partir du moment où elle est utile à quelqu’un qui va l’activer dans un processus d’usage. Dans le cas d’une information numérique, il s’agit toujours « d’une connaissance communiquée ou communicable »7, elle est simplement inscrite de manière différente sur un support, par rapport à la manière traditionnelle la plus répandue comme par exemple le livre. La forme numérique n’implique pas une dématérialité puisqu’un certain nombre de signes continue à représenter l’information. Son support n’est lui aussi pas dématérialisé puisque nous avons des artefacts techniques (l’ordinateur, les mémoires, les réseaux) qu’il est possible d’identifier. C’est cependant cette matérialité, que certains auteurs qualifient de « cachée » en parlant d’une « dissimulation de sa matérialité »8, dans sa fonction support de l’information numérique qui paraît brouiller la perception que nous avons de cette information. Ne s’agit-il pas plutôt de repenser nos manières de mettre à disposition ce type ou plutôt cette forme d’information, d’y accéder, de l’évaluer ? En effet, si l’information est une connaissance mise en forme pour être transmise ou bien en voie d’appropriation, on peut avancer l’idée que l’information numérique prend juste une forme particulière dans sa configuration ou son appropriation et c’est donc à ce niveau-là que peut se porter le regard pour analyser les particularités qu’elle peut revêtir. Autrement dit, l’information dans sa forme numérique nous invite à réinterroger les processus de médiation documentaire en voie de reconfiguration. Celle-ci en tant que médiation des savoirs se décline notamment au travers du traitement de l’information que ce soit via des dispositifs médiateurs humains ou techniques.

ACCÈS ET ORGANISATION DE L’INFORMATION NUMÉRIQUE : UN PARADOXE ?

  • 9 Isabelle Fabre, Cécile Gardiès, Les archives ouvertes : de nouvelles pratiques informationnelles p (...)
  • 10 Isabelle Fabre, Cécile Gardiès, op. cit.

8Si les voies d’accès et de mise à disposition de l’information en se modifiant (forme numérique) bousculent les pratiques, celles des usagers mais aussi celle des énonciateurs d’information et par voie de conséquence celle des médiateurs de l’information, qu’est-ce qui change concrètement ? D’une part, on peut dire que la mise à disposition de l’information emprunte désormais des voies plus directes qui ne bénéficient pas de contrôle a priori. Mais il s’agit d’une affirmation qui n’est pas généralisable à tous types d’informations. Si nous prenons l’exemple de l’information scientifique et technique (IST) que l’on peut définir comme une information spécialisée « composante de la culture savante, [qui] se caractérise à la fois par son accessibilité, sa reproductibilité mais aussi par la nécessité d’utilisation d’un intermédiaire (sous forme de dispositif technique) qui implique que cette information, pour être durable et utilisable, requiert souvent un transfert, une action dont va dépendre l’usage »9, celle-ci bénéficie, avant sa diffusion, d’une construction par des chercheurs, d’une validation codifiée par des pairs avant d’être diffusée. Si l’information scientifique et technique est numérique, nous pensons qu’elle bénéficie des mêmes traitements intermédiaires de construction et de validation qui permettent de la qualifier ainsi. Sa version numérique ne vient donc pas ici modifier sa mise à disposition. Cet aspect ne présume pas entièrement des traitements documentaires de l’information, dans le cas de l’information numérique il peut s’agir par exemple des métadonnées, mais les techniques de traitement peuvent varier en fonction des producteurs qui se différencient des professionnels de l’information traditionnellement médiateurs de cette information, et donc de leur niveau de maîtrise et de l’utilisation plus ou moins avancée des langages. Les accès peuvent donc être modifiés avec la forme numérique, mais la mise à disposition directe implique souvent que les traitements traditionnels facilitant l’appréhension de l’information ne sont pas toujours effectués car « même si l’article scientifique a été validé, car accepté par un éditeur […], sa forme au sein d’une archive ouverte offre une validation qui reste virtuelle puisque seules les métadonnées en constituent la trace matérielle »10. En effet, une information scientifique numérique peut être accessible sans traitement spécifique ou de manière parcellaire, par exemple sur les sites des éditeurs. Quels sont donc les traitements de l’information numérique qui existent et sont-ils spécifiques ? En quoi modifient-ils ou non les usages ?

LA MÉDIATION DOCUMENTAIRE DE L’INFORMATION NUMÉRIQUE : DES TRAITEMENTS PARTICULIERS ?

  • 11 Caroline Courbières, L’analyse documentaire, in Cécile Gardiès (dir.), Approche de l’information-d (...)
  • 12 Caroline Courbières, op. cit.
  • 13 Isabelle Fabre, Cécile Gardiès, L’accès à l’information scientifique numérique : organisation des (...)
  • 14 Caroline Courbières, op. cit.
  • 15 Caroline Courbières, op. cit.

9Le traitement documentaire classique de l’information « consiste à identifier le contenu informationnel du document primaire afin de faciliter son repérage et d’optimiser son exploitation »11. Dans le cas de l’information numérique, un certain nombre de traitements, comme la création des métadonnées ou l’indexation avec ou sans langage contrôlé, incombent directement au producteur d’information alors que pour l’information non numérique ces traitements sont généralement effectués par des professionnels de l’information et s’appuient sur des langages documentaires. C’est ainsi qu’un certain nombre d’outils « profanes » sont construits en parallèle des outils traditionnels d’analyse documentaire (folksonomies vs thesaurus…). En effet, « l’utilisation croissante de l’Internet dans les pratiques documentaires a généré de nouveaux outils destinés à structurer et indexer les ressources informationnelles. Ces outils, dont certains s’inscrivent désormais dans le cadre d’une collaboration entre les différents acteurs du Web 2, ont pour objectifs multiples de structurer, classer, présenter et/ou représenter les ressources numériques et leur contenu informationnel. Ils bénéficient des progrès techniques du domaine informatique et partagent certaines caractéristiques avec les langages documentaires traditionnels »12. Si nous poursuivons sur l’exemple de l’IST, nous avons relevé dans des recherches précédentes13 que ce traitement documentaire incombe aux chercheurs eux-mêmes et que cela ne va pas sans poser problème puisque « ces nouveaux usages présentent, pour certains, l’avantage de concrétiser une idée de partage des connaissances voire d’intelligence collective ; mais ils viennent surtout révéler leur extrême limite dans leur principe même d’indexation sauvage »14. Or c’est bien le traitement de l’information qui facilite les accès en assurant une mise en mémoire codifiée. Autrement dit, le traitement de l’information constitue une forme de médiation de l’information au sens de « code commun entre le professionnel et l’usager d’un système d’information ; ce code sert, d’une part, à représenter le contenu informationnel des documents et permet, d’autre part, à y accéder »15.

10En ce sens, la médiation documentaire est bien une médiation des savoirs puisque, par exemple, dans le cas de l’IST il s’agit de permettre l’accès à des savoirs constitués (les sciences) au travers d’informations (connaissances des chercheurs). On peut alors s’interroger sur la particularité des dispositifs qui permettent la mise en œuvre de ces médiations documentaires.

MÉDIATION DOCUMENTAIRE ET DISPOSITIFS INFO-COMMUNICATIONNELS

APPROCHES DES DISPOSITIFS INFO-COMMUNICATIONNELS

  • 16 Hugues Peeters, Philippe Charlier, Contributions à une théorie du dispositif, Hermès, n° 25, 1999, (...)
  • 17 André Berten, Dispositif, médiation, créativité : petite généalogie, Hermès, n° 25, 1999, p. 33-48
  • 18 Philippe Hert, Internet comme dispositif hétérotopique, Hermès, n° 25, 1999, pp. 93-110.

11Le « dispositif [se définit comme la] manière dont sont disposés les pièces, les organes d’un appareil ; [ou comme étant] le mécanisme lui-même » puis la technique s’estompe au profit d’une abstraction « agencement d’éléments quelconques dans un but, un effet ». Ainsi, le dispositif désigne un « entre-deux », une figure intermédiaire cherchant à trouver une position « entre un ordre homogène et une approche rhizomatique, un espace de médiation entre liberté et contrainte, une dialectique entre réalité et imaginaire »16 qui réclame une appropriation pour un projet personnel. Ainsi, le dispositif se situe entre des concepteurs qui le pensent et des usagers qui l’utilisent. Il les contraint mais participe également à la construction de leur identité grâce à l’effort d’appropriation qu’il nécessite. C’est cette articulation qui peut amener à concevoir le dispositif comme une médiation17, en incitant les différents acteurs à développer une part d’initiative partagée, créatrice de sens. Le dispositif, en permettant cette forme de médiation, ouvre un espace particulier qui offre des possibilités d’échange et favorise ainsi la construction de sens18.

DISPOSITIFS MÉDIATEURS DE L’INFORMATION

  • 19 Viviane Couzinet, Questions des dispositifs info-communicationnels, in Cécile Gardiès (dir.), Appr (...)
  • 20 André Berten, op. cit.
  • 21 Viviane Couzinet, op. cit.

12Comme nous l’avons inscrit plus haut, pour Jean Meyriat, information et connaissance sont liées, aussi « un dispositif informationnel serait, donc, un dispositif cognitif porteur d’informations dormantes, transformables en connaissances »19. Ainsi, au sein de l’activité documentaire, le dispositif est médiateur, entre le concepteur et l’usager, « une manière d’envisager l’environnement naturel ou construit de l’homme comme lieu non d’acquisition et de transmission du savoir, mais comme réseau de médiation du savoir à partir de quoi, certes, peuvent émerger des acquisitions et des transmissions »20. Au sein des SIC, les expressions « dispositif communicationnel » et « dispositif informationnel » ont été rapprochées récemment sous celle de « dispositif info-communicationnel » pour mettre en évidence l’interdépendance entre information et communication21.

  • 22 Viviane Couzinet, op. cit.

13Par ailleurs, pour ce qui concerne plus précisément la branche information-documentation des SIC sur laquelle nous travaillons ici, une typologie des dispositifs, au même titre que celle posée pour le document a été proposée par Viviane Couzinet : les dispositifs documentaires primaires rassemblent les documents dits de première main, documents primaires tels que les revues et les ouvrages. Les dispositifs documentaires secondaires concernent le traitement de l’information des dispositifs info-communicationnels primaires. Ainsi, « le dispositif d’information secondaire [qui a pour] mission [essentielle] la mise en visibilité des informations est donc également producteur de connaissances »22.

14Un dispositif info-communicationnel permet, au travers des contraintes techniques et humaines induites, de construire des connaissances. Il est porteur de missions et d’enjeux qui, par le traitement documentaire, facilitent l’accès à l’information dans un processus de communication.

DE NOUVELLES MÉDIATIONS DOCUMENTAIRES ?

  • 23 Serge Agostinelli, Comment penser la médiation inscrite dans les outils et leurs dispositifs ? Une (...)
  • 24 Xavier Sense, Études de communication, n° 30, 2007, pp. 99-114.

15Cependant, on peut dire qu’à l’image des outils, les dispositifs « sont des moyens techniques et cognitifs, mais au-delà ils sont un processus social et culturel »23. En ce sens, ils révèlent les processus d’appropriation et d’échange que nous avons soulignés précédemment et mettent au jour des constructions humaines qui interviennent à différents stades, s’opposant ainsi à une perception de stabilité des objets porteurs d’information. Or l’information numérique est, elle aussi, perçue principalement au travers du support, le document. Comment alors l’appréhender avec ou sans médiation, si, dès son inscription, elle reste incomplète puisqu’attachée au document qui est par définition toujours en mouvement, dans une incomplétude de forme, document au sein duquel « subsiste toujours déjà un horizon d’indétermination »24 ?

16C’est donc à la confluence de l’information et de la communication que les dispositifs info-communicationnels se structurent dans un objectif de médiation afin de faciliter l’appropriation de connaissances par un public spécifique. L’ambition cognitive des dispositifs est donc au cœur d’un faisceau de diffusion du savoir dans lequel la médiation documentaire prend une place déterminante.

MÉDIATION DOCUMENTAIRE ET DISPOSITIFS INFO-COMMUNICATIONNELS NUMÉRIQUES

  • 25 Cécile Gardiès, Isabelle Fabre, Michel Dumas, Place de l’information professionnelle dans la const (...)

17Approcher l’information numérique au travers des dispositifs qui la mettent en forme et en « médient » l’usage, permet d’envisager l’ensemble des interventions allant de l’information elle-même à la construction des connaissances en passant par la médiation des savoirs. Autrement dit, la médiation documentaire en tant que médiation des savoirs recouvre un processus de mise à disposition, de traitement, d’accès (et donc de recherche) et d’appropriation de l’information dans des « contextes sociaux permettant à des acteurs de s’approprier des connaissances à partir d’échanges d’informations par des procédés cognitifs et techniques trouvant[…] un lieu d’appropriation entre l’abondance informationnelle et l’ordre des connaissances »25. Ce processus est particulièrement tangible en ce qui concerne l’information numérique. Cependant, nous avons noté que la virtualité supposée des supports et des traitements ne facilitent pas la compréhension des processus médiateurs qui pourtant ne s’effacent pas. Dans nos recherches précédentes nous avons mené des investigations sur ce champ-là en prenant comme entrée l’analyse de pratiques informationnelles « médiées » et non « médiées » dans deux contextes radicalement différents, l’un concernant l’information scientifique et technique, l’autre l’information professionnelle. Dans les deux cas, il s’agissait majoritairement d’information numérique, ce qui nous a permis d’analyser à la fois les dispositifs info-communicationnels mobilisés, les pratiques des usagers et les processus de médiation documentaire. Ces recherches faisaient suite à d’autres plus centrées sur des dispositifs réels et sur de l’information non numérique traditionnellement médiée par des professionnels de l’information. L’ensemble nous autorise aujourd’hui à une analyse comparative pour mieux comprendre la médiation documentaire au sein de dispositifs info-communicationnels numériques.

APPROCHES DES DISPOSITIFS INFO-COMMUNICATIONNELS NUMÉRIQUES

18Nous avons ainsi pu mettre en avant, d’une part, que l’accès de plus en plus direct à l’information numérique accentuait un usage singulier et individuel de l’information qui nécessite des médiations documentaires ciblées. Or les professionnels de l’information ont tendance à envisager un traitement et une diffusion de l’information globale vers des besoins collectifs supposés des usagers. Les dispositifs permettant d’organiser l’information numérique manquent de médiation documentaire, ce qui implique une évaluation a posteriori de l’information accrue, accentuée par l’illusion d’une mise à disposition totale.

19Sur une recherche menée auprès d’enseignants-chercheurs et des professionnels de l’information d’une communauté scientifique, nous avons noté que l’information scientifique numérique entraîne des spécificités d’usages, du côté des chercheurs et des spécificités de traitement du côté des professionnels de l’information, lesquelles s’organisent au sein de dispositifs mêlant objets techniques et interventions humaines.

20Nous avons pu identifier quatre phases dans les pratiques informationnelles des chercheurs : la veille, la recherche, le traitement et la diffusion de l’information. Ces phases répondent à des besoins précis et s’organisent de manière structurée dans le temps et dans l’espace personnel. Au contraire de ces pratiques informationnelles plutôt individuelles, les professionnels de l’information développent eux des pratiques collectives organisées en trois phases : la collecte, le traitement, la diffusion de l’information. Mais là où les chercheurs travaillent à partir de besoins très précis, les professionnels de l’information se trouvent confrontés eux à des besoins et des niveaux de spécificités très différenciés qui entraînent des pratiques globalisantes. On note ainsi un écart important entre les usages individuels qui tendent vers une appropriation maximale de l’information et les pratiques qui ne cherchent à privilégier qu’un accès généralisé. Dans cette optique, l’information numérique permet aux chercheurs de court-circuiter davantage les « passages obligés » des dispositifs construits pour eux. Les chercheurs développent leur propre système d’information mais, par manque de compétences informationnelles et de disponibilité, simplifient leurs pratiques. L’arrivée du numérique semble ici renforcer la dichotomie information générale/information spécialisée, obligeant à des spécialisations et des fractionnements qui remettent en cause la médiation documentaire globale généralement proposée.

TRAITER ET ORGANISER L’INFORMATION NUMÉRIQUE : UN PARI VIRTUEL ?

21D’autre part, nous avons aussi noté que les pratiques informationnelles non médiées restent très intuitives, de même les dispositifs info-communicationnels organisant l’information numérique ne permettent pas toujours un usage ciblé et efficace de par les médiations documentaires qui incombent à des profanes, ces deux aspects limitent ainsi l’efficacité d’un partage des savoirs pourtant nécessaire, voire essentiel à l’activité qu’elle soit professionnelle ou scientifique.

22Nous pouvons prendre comme deuxième exemple la recherche que nous avons menée visant à comprendre les pratiques informationnelles intuitives d’acteurs engagés dans des communautés professionnelles spécifiques. Il s’agissait d’interroger la place de l’information dans la circulation et le partage des savoirs, au travers du repérage des pratiques informationnelles des agriculteurs biologiques. Cette communauté professionnelle a été approchée en particulier car les savoirs y sont émergents et en forte circulation. La place de l’information professionnelle dans ce type d’activité est donc primordiale alors même qu’elle est très peu organisée dans le sens traitée et diffusée par des voies maîtrisées. Les recherches d’informations non médiées dans cette communauté professionnelle tendent à se structurer au travers de procédures (sources, repérage de la qualité, recours aux experts) même si le tâtonnement y a toute sa place et s’accompagne d’un traitement intuitif (prise de notes, classement). La diffusion, elle, semble plus organisée, que ce soit dans les canaux (oral, écrit) ou dans les liens entre cercles de partenaires. Si les pratiques informationnelles sont donc très présentes dans ces communautés d’intérêts émergents, elles sont pour une part intuitives mais des stratégies précises se développent et concourent à construire des connaissances et un savoir collectif. Les acteurs expriment des besoins et des manques notamment en ce qui concerne la mise en visibilité de l’activité professionnelle, le partage et la diffusion de l’information. Ils signalent par exemple l’absence de relais informationnels et de moyens pour récolter et transmettre l’information. Par ailleurs, lorsque l’activité professionnelle ne s’appuie pas sur des savoirs de référence établis, accessibles, cela nécessite un usage accru de l’information pour passer de pratiques basées sur des intérêts émergents à des pratiques étayées qui demandent également de pouvoir diffuser l’information inhérente à cette activité. Ainsi les pratiques informationnelles intuitives non médiées présentent des limites du point de vue des usagers eux-mêmes qui pointent la nécessité de processus de médiation documentaire au travers de dispositifs et de traitement de l’information.

VERS UNE MÉDIATION DOCUMENTAIRE APPUYÉE SUR LES DISPOSITIFS NUMÉRIQUES ?

23Au vu de ces exemples d’investigations et de l’approche théorique de la médiation documentaire que nous proposons, on peut avancer l’idée d’une spécificité de la médiation documentaire au sein de dispositifs info-communicationnels numériques qui paraît d’autant plus nécessaire à cerner que la « disponibilité » supposée de l’information numérique s’accompagne de forts besoins de médiations et de dispositifs. Autrement dit, l’accessibilité ne signifie pas le renoncement à une certaine forme de médiation documentaire.

  • 26 Cécile Gardiès, Patrick Fraysse, Caroline Courbières, Distance et immédiateté : incidences du docu (...)
  • 27 Gérard Régimbeau, Médiation, in Cécile Gardiès (dir.), Approche de l’information-documentation : c (...)

24Il s’agirait alors de repenser la médiation documentaire en lien avec les dispositifs info-communicationnels numériques. Cela passe, d’une part, par un traitement de l’information adapté aux formes numériques, or nous l’avons montré par ailleurs, les professionnels de l’information ont tendance à privilégier le traitement de l’information lorsque celle-ci est inscrite sur un support physique traditionnel26. Lorsque le traitement de l’information est réalisé par les usagers eux-mêmes, il paraît nécessaire de le compléter par des dispositifs médiateurs permettant de parachever efficacement ce premier niveau d’appréhension de l’information. D’autre part, il s’agit aussi de mieux prendre en compte les dispositifs dans leur complexité car « une médiation documentaire est aussi dépendante des contraintes du dispositif »27.

  • 28 Isabelle Fabre, Cécile Gardiès, La médiation documentaire, in Vincent Liquète (coord.), Médiations(...)
  • 29 Isabelle Fabre, Cécile Gardiès, La médiation documentaire. op. cit.

25C’est donc au dialogue entre la question de la médiation et la complexité des dispositifs que nous convient les formes numériques de l’information. En effet, un dispositif info-communicationnel nécessite la mise en place de processus de médiation documentaire qui donne à voir les savoirs, en permet le partage et favorise ainsi la construction de connaissances. Autrement dit, « un dispositif info-communicationnel propose, via une forme d’énonciation, un lieu de structuration des connaissances, de réception et d’appréhension de l’information »28. La mise en place de processus de médiation documentaire passe donc par le traitement et la mise à disposition de l’information. Mais « les nouveaux processus de médiation doivent, en s’appuyant sur la complexité croissante des dispositifs, prendre en compte l’activation du sens par le récepteur […], pour lui permettre d’appréhender et s’approprier l’information afin de construire des connaissances signifiantes pour lui »29.

Notes

1 Alex Mucchielli, Les mécanismes de la médiation dans les groupes et les organisations, in Denis Benoît (dir.), Introduction aux sciences de l’information et de la communication, Paris, Éditions d’organisation, 1995, pp. 83-93.

2 Yves Jeanneret, Usages de l’usage, figures de la médiatisation, Communication et langages, n° 151, 2007, pp. 3-19.

3 UNESCOPRESSE, Comment préserver l’information numérique ? Feature n° 2002-10. [En ligne] < http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=4805&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html >.

4 Bernard Charlot (dir.), Les jeunes et le savoir : perspectives internationales, Éditions Anthropos, 2001, 168 p.

5 Gérard Losfeld, Sciences de l’information VS sciences de la communication : éléments pour un dialogue épistémologique, in Actes du congrès INFORCOM 90, Société française des sciences de l’information et de la communication, 24-26 mai 1990 ; La Baume-les-Aix. La recherche en information-communication : l’avenir. Aix-en-Provence, université de Provence, 1990, pp. 161-166.

6 Michel Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1975, 275 p.

7 Jean Meyriat, De la science de l’information aux métiers de l’information, Schéma et schématisation, n° 19, 1983, p. 65-74.

8 Cécile Payeur, Manuel Zacklad, Dispositifs d’articulation entre espaces physique et virtuel pour accéder à l’offre de presse, Étude de communication, n° 30, 2007, p. 39-51.

9 Isabelle Fabre, Cécile Gardiès, Les archives ouvertes : de nouvelles pratiques informationnelles pour les enseignants-chercheurs ? In Actes du Colloque international Édition et publication scientifiques en sciences humaines et sociales : formes et enjeux (17-19 mars 2010, université d’Avignon), sous la direction de Yves Jeanneret. Avignon, université d’Avignon et des Pays du Vaucluse, 2010, pp. 81-93.

10 Isabelle Fabre, Cécile Gardiès, op. cit.

11 Caroline Courbières, L’analyse documentaire, in Cécile Gardiès (dir.), Approche de l’information-documentation : concepts fondateurs. Toulouse, Éditions Cépadues, 2011.

12 Caroline Courbières, op. cit.

13 Isabelle Fabre, Cécile Gardiès, L’accès à l’information scientifique numérique : organisation des savoirs et enjeu de pouvoir dans une communauté scientifique, Sciences de la société, octobre 2008, n° 75, p. 84-99.

14 Caroline Courbières, op. cit.

15 Caroline Courbières, op. cit.

16 Hugues Peeters, Philippe Charlier, Contributions à une théorie du dispositif, Hermès, n° 25, 1999, p. 15-23.

17 André Berten, Dispositif, médiation, créativité : petite généalogie, Hermès, n° 25, 1999, p. 33-48.

18 Philippe Hert, Internet comme dispositif hétérotopique, Hermès, n° 25, 1999, pp. 93-110.

19 Viviane Couzinet, Questions des dispositifs info-communicationnels, in Cécile Gardiès (dir.), Approche de l’information documentation : concepts fondateurs. Toulouse, Éditions Cépadues, 2011, pp. 117-130.

20 André Berten, op. cit.

21 Viviane Couzinet, op. cit.

22 Viviane Couzinet, op. cit.

23 Serge Agostinelli, Comment penser la médiation inscrite dans les outils et leurs dispositifs ? Une approche par le système artefactuel, Distances et savoirs, vol. 7, n° 3/2009, p. 355-376.

24 Xavier Sense, Études de communication, n° 30, 2007, pp. 99-114.

25 Cécile Gardiès, Isabelle Fabre, Michel Dumas, Place de l’information professionnelle dans la construction de savoirs émergents : le cas des agriculteurs biologiques. In 8e Colloque international de l’ISKO-France : Stabilité et dynamisme dans l’organisation des connaissances. Lille 27-28 juin 2011, à l’université Charles-De-Gaulle Lille 3. (À paraître dans Hermès).

26 Cécile Gardiès, Patrick Fraysse, Caroline Courbières, Distance et immédiateté : incidences du document numérique sur le traitement de l’information, Étude de communication, n° 30, 2007, pp. 71-81.

27 Gérard Régimbeau, Médiation, in Cécile Gardiès (dir.), Approche de l’information-documentation : concepts fondateurs. Toulouse, Éditions Cépadues, 2011, pp. 75-115.

28 Isabelle Fabre, Cécile Gardiès, La médiation documentaire, in Vincent Liquète (coord.), Médiations, Paris, Hermès ; CNRS Éditions, 2010, (Les Essentiels d’Hermès), p. 121-132.

29 Isabelle Fabre, Cécile Gardiès, La médiation documentaire. op. cit.

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540