Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développer la médiation documentaire numérique

 | 
Xavier Galaup

Partie I. le périmètre de la médiation numérique documentaire

1. La médiation numérique dans le cadre d’une politique documentaire raisonnée : l’exemple de la MIOP1

Jérôme Pouchol

Texte intégral

  • 1 MIOP : médiathèque intercommunale Ouest Provence.

1Le postulat est simple : la médiation documentaire numérique, en dépit de ses spécificités, ne saurait être pensée et développée isolément, dissociée des autres formes ou situations de médiation produites par la bibliothèque. Plus encore, elle ne saurait s’affranchir de cet existant singulier, constitué d’un territoire, de publics, de collections, de compétences, d’outils, de réalités d’organisation.

2La tentation est pourtant grande de brûler les étapes pour, rapidement et à moindre coût, « exister sur le Web ». Il suffit pour cela d’ouvrir un blog, de créer une page Facebook ou encore un compte Twitter. De telles initiatives sont prises aujourd’hui et ne sont évidemment pas blâmables en soi, d’autant qu’elles viennent souvent pallier les rigidités organisationnelles et/ou les carences logicielles de l’établissement. Mais elles ne peuvent néanmoins apporter une réponse sérieuse et globale à l’enjeu que pose aujourd’hui la société de l’information à notre profession et à son activité. La médiation documentaire numérique n’est pas qu’une action de communication, elle est surtout pour la bibliothèque un moyen supplémentaire et complémentaire de produire et de diffuser du contenu, de transférer un peu plus et au plus grand nombre, de ce capital intangible qui est celui de l’information et de la connaissance. Un moyen pour elle, en somme, de déployer l’arc de sa politique documentaire.

LE NOUVEAU PÉRIMÈTRE DE LA POLITIQUE DOCUMENTAIRE

  • 2 < http://www.mediathequeouestprovence.fr/index.html >.

3Même si l’objet n’est pas ici de décrire toutes les composantes d’une politique documentaire raisonnée, posons néanmoins le cadre de principe et d’analyse, en illustrant le propos de l’exemple d’un fonctionnement en réseau, celui de la MIOP2.

4Considérons tout d’abord que le périmètre de la politique documentaire (Poldoc) ne se réduit plus aux seules questions d’acquisition, de conservation et d’élimination. Avec le développement des réseaux, l’évolution des pratiques de diffusion et d’accès au savoir et bien sûr l’introduction du numérique, son champ d’action s’élargit en même temps qu’il se complexifie : le concept de collection, sans pour autant être caduc, mérite d’être revisité, la question des outils (de veille, de sélection, de gestion et de publication de contenus) devient une question éminemment stratégique et les modèles d’organisation doivent s’adapter aux nouvelles logiques de travail, fondées notamment sur des principes de transversalité, de mutualisation et de gestion de projet.

5Autant de réalités et d’enjeux qui nécessitent de penser la politique documentaire dans sa globalité (de la sélection à la médiation des contenus), tout en définissant clairement son périmètre d’actions, ses prérogatives, sa place dans l’organisation et l’activité de l’établissement.

6Dans le réseau Ouest Provence, la politique documentaire3 est représentée par une direction à part entière, fonctionnant aux côtés de deux autres instances : la direction administrative et la direction de l’action culturelle. La direction de la Poldoc coordonne l’activité des cinq départements4 du réseau ainsi que celle du circuit technique du document. Ce cadre de fonctionnement permet de mettre en cohérence et en synergie l’ensemble des éléments qui fondent la politique documentaire de l’établissement et qui peuvent concourir à un développement à la fois raisonné et dynamique de son activité.

LA SÉLECTION SUBORDONNÉE À LA MÉDIATION

7Parmi ces éléments, retenons en particulier la nécessité de lier, sinon de subordonner, la fonction de sélection de contenus (physiques ou numériques) à l’activité de médiation. Opéré en amont de la chaîne documentaire, le travail de sélection n’a en effet de sens et d’efficacité que s’il vient non seulement compléter intelligemment les ressources existantes mais aussi s’inscrire dans un processus dynamique d’action médiatrice.

8La production de contenus numériques, dont on détaillera plus loin les caractéristiques et les prolongements, n’échappe évidemment pas, lui aussi, à ce principe de bon sens.

9Penser la politique documentaire dans sa totalité, c’est ainsi créer un rapport de corrélation et d’influence à la fois structurant et circulant entre les différents éléments qui la composent. Avec le développement des ressources numériques, le risque est pourtant grand de créer à nouveau (comme ce fut le cas notamment avec la sectorisation par supports) des réalités distinctes, de désolidariser la bibliothèque physique de la bibliothèque virtuelle. On évitera par conséquent d’assigner spécifiquement à un bibliothécaire ou à un service la « chose numérique » et on écartera évidemment tout projet de développement de collection et de médiation info-documentaire qui ne prendrait pas en compte, dans le domaine considéré, l’ensemble du savoir diffusé en ligne.

10Avec les pôles thématiques, les médiathèques ont privilégié à raison le contenu sur le contenant, le savoir sur le support, ce qui a conduit non seulement à repenser l’organisation des collections dans l’espace mais également à répartir les responsabilités documentaires par domaines de contenu. Avec la bibliothèque numérique et la dématérialisation de l’information, cette logique s’est amplifiée et c’est désormais le principe d’hybridation des contenus qui mobilise en partie l’acte de sélection et de médiation info-documentaires.

11À la MIOP, les bibliothécaires en charge d’un domaine de contenu sont ainsi désignés « responsables documentaires » et non plus seulement « acquéreurs ». Leur champ d’action et de responsabilité, qui s’opère dans un cadre à la fois vertical (celui de la direction de la politique documentaire) et transversal (sur tous types de médias et sur l’ensemble des collections du réseau) requiert donc des compétences élargies, agissant tant sur le plan intellectuel qu’instrumental. Notons que ces compétences, que nous détaillerons plus loin, font l’objet d’un suivi et d’un développement continus, assurés à la fois par le travail d’accompagnement scientifique, technique et méthodologique des cadres de la politique documentaire et par des actions plus formelles de formation en intra, centrées notamment sur les questions du numérique.

TABLEAU. L’ARBRE DES DOMAINES DE LA MIOP

Société et Civilisation

Science, Sport vie pratique

Art, Musique Cinéma

Langues et Littérature

Jeunesse

Livre &

Sciences pures

Art : des

Littérature fr.

Littérature

encyclos

Science et Vie

origines

(classique)

Contes

Droit

de la Terre

au XIXe

Littérature fr.

Images

Histoire

Sports et Jeux

Art : XX-XXIe

(nouveautés)

Poésie-

Eco-

Santé (PRIS)

Arts décoratifs

Litt. étrangère

Théâtre

Commerce

Ingénierie,

Architecture

(classiques)

BD

Société

bricolage

Arts du

Litt. étrangère

Art et

Vie politique

et transport

spectacle

(nouveautés)

Loisirs

Ressources

Informatique

Cinéma (+BOF)

Littératures de

Musique

Mémoires

Agriculture &

Musiques du

l'imaginaire

Cinéma

Géo-Voyages

jardinage

monde

Policier

Langues

Enseignement

Arts de

Musique

Poésie

Sciences

Psycho-

la maison

classique

BD

humaines

Psychiatre

Musique noire

Langues

PREF

chanson

et Langage

Philosophie

Jazz-blues

Religion

Pop-Rock

Esotérisme

Pédagogie

Fonds pro.

muscle

= 5 chefs de département, 42 responsables, 57 domaines
Source : < http://docmiop.wordpress.com/​la-poldoc-de-la-miop/​ >.

12En somme, l’introduction du numérique ne change pas en profondeur les missions et les orientations de politique documentaire de l’établissement, mais en élargissant son périmètre d’application et en s’orientant notamment de plus en plus vers la communication (sur site et à distance) de contenus à destination des publics, elle nécessite la mise en place d’un dispositif cohérent et efficient.

LE CHOIX STRATÉGIQUE DES OUTILS DE MÉDIATION NUMÉRIQUE

13Penser un projet de médiation numérique ainsi intégré, c’est penser en amont la question des outils, car leur choix influera sur l’éventail et le niveau des services à offrir aux utilisateurs ainsi que sur le type de dispositif à déployer en interne, notamment en matière de chaîne de validation et de publication de contenus. Ajoutons que ce choix pourra engager la pérennité même du projet, sa fiabilité et ses potentialités d’évolution.

14Plusieurs types d’outils logiciels (site portail, blog, SIGB, plate-forme de veille, réseau social) peuvent aujourd’hui servir, sous différentes formes, un projet de gestion et de diffusion de contenus numériques et chacun d’eux va pouvoir s’intégrer plus ou moins bien au système d’information documentaire de l’établissement. La question de la nature du produit (solution libre ou propriétaire ?) et de ses caractéristiques techniques doit, à cet égard, être posée, comme celle, bien sûr, de ses aptitudes fonctionnelles. À la MIOP, le choix s’est porté sur deux produits libres et collaboratifs : Typo35, pour la partie site Web et Koha6, pour la partie SIGB.

SCHÉMA. 2 OUTILS AU SERVICE DE LA MÉDIATION NUMÉRIQUE

SCHÉMA. 2 OUTILS AU SERVICE DE LA MÉDIATION NUMÉRIQUE

15Cette orientation vers le logiciel libre, qui s’est inscrite dans un cadre de réflexion, de décision et d’action plus large que celui de la bibliothèque (car devant être en cohérence avec les options techniques et stratégiques de la Direction des services informatiques), a permis d’accompagner, voire d’accélérer le processus d’évolution de la MIOP, tant en termes d’organisation que de pratiques professionnelles et, bien sûr, de service aux publics.

KOHA, UN SIGB À VALEUR (DE MÉDIATION NUMÉRIQUE) AJOUTÉE

16Même si l’outil SIGB, en comparaison du site Web, n’a pas pour fonction première la diffusion et la médiation de contenus numériques, le logiciel Koha offre néanmoins, dans ces domaines également, des fonctionnalités importantes.

UN CATALOGUE INTÉGRALEMENT FULL WEB*7

  • 7 < http://koha.mediathequeouestprovence.fr/cgi-bin/koha/opac-main.pl >.

17Cet attribut fonctionnel, devenu aujourd’hui élémentaire pour tout établissement documentaire disposant d’un catalogue public, conditionne non seulement l’accès en ligne aux données catalographiques mais également leur intégration dans l’environnement portail, ce point d’accès désormais privilégié et unique à l’ensemble des ressources info-documentaires de l’établissement. Le premier acte de médiation numérique doit ainsi consister à intégrer le plus harmonieusement et le plus ostensiblement possibles les données de l’OPAC dans l’interface portail et réciproquement. De ce point de vue, le logiciel Koha offre la possibilité de modifier à façon la feuille de style de l’interface de recherche (en particulier sa page d’accueil) et d’introduire, par exemple, un menu dynamique permettant l’accès direct à des contenus et à des services du portail.

Source : < http://www.mediathequeouestprovence.fr/​index.html >.

Source : < http://koha.mediathequeouestprovence.fr/​cgi-bin/​koha/​opac-main.pl >

LE PERMALIEN*

18Dans Koha, chaque notice bibliographique est pourvue d’une adresse URL unique et pérenne. Cette fonctionnalité permet d’essaimer à l’envi les ressources du catalogue dans n’importe quel environnement Web, et d’accompagner ainsi toute démarche d’éditorialisation* de contenus numériques.

LA FONCTIONNALITÉ DE VEILLE

  • 8 < http://www.mediathequeouestprovence.fr/nos-services-documentaires/internet.html >.

19Un fil Really Simple Syndication (RSS)* personnalisé, généré à la requête, permet à l’utilisateur de se tenir informé des dernières nouveautés acquises par la médiathèque et versées dans son catalogue. Ce procédé automatique, qui confère à la bibliothèque une image dynamique et actualisée, peut requérir néanmoins une médiation spécifique de la part des bibliothécaires. À la MIOP, cette médiation est à la fois assurée à distance, au moyen d’une information contextuelle (page portail dédiée aux fils de nouveautés) ou encore d’un tutoriel (guide OPAC) et sur site, dans le cadre d’ateliers Internet8 plus largement consacrés à la création d’un environnement numérique de veille. En somme, la technologie RSS est une forme (automatisée) de médiation numérique continue, permettant à la bibliothèque d’être présente en temps réel dans l’univers numérique de ses usagers.

LA BIBLIOGRAPHIE

20Traditionnellement utilisée par les bibliothécaires sous une forme imprimée, la bibliographie prend, sous Koha, le nom de « liste »9, de nature plutôt sommaire (intégrant titre, auteur, date et fonction de réservation) mais qui s’ouvre aussi bien en écriture qu’en lecture et ce, aux usagers comme aux professionnels. En disposant également d’une URL unique et pérenne, la liste peut aisément s’exporter hors de l’OPAC pour accompagner, par exemple, la production de dossiers documentaires numériques.

L’ÉTAGÈRE VIRTUELLE

  • 10 Dans le cadre néanmoins raisonné du plan de classement adopté par la MIOP.

21À l’affichage de la notice, la fonctionnalité « Parcourir l’étagère » permet de visualiser les documents possédant des cotes voisines du titre recherché. C’est là encore une forme particulièrement intéressante de médiation numérique déléguée à l’outil, qui favorise une démarche de « sérendipité catalographique »10 et met en relation l’information issue du catalogue en ligne (l’étagère virtuelle) avec l’espace physique de la médiathèque (l’étagère réelle).

LES COMMENTAIRES

22Alors que les OPAC n’ont traditionnellement pas pour fonction de s’ouvrir à leurs utilisateurs et encore moins d’interagir avec eux, Koha leur offre la possibilité de poster des commentaires sur les notices du catalogue, ainsi que de les noter, en leur attribuant des étoiles. Notons que cette médiation numérique à visée prescriptive, ouverte aux professionnels comme aux usagers de la médiathèque, peut faire l’objet d’une modération* par l’administrateur du logiciel. Pour atteindre néanmoins la masse critique nécessaire à une appropriation maximale par ses utilisateurs, Koha permet l’import de contributions externes, telles que les contenus (critiques, citations, nuages d’étiquette) produits par les membres de la communauté de e-lecteurs Babelio11. Cette démarche d’ouverture et d’enrichissement mutualisé du catalogue, gérée techniquement par l’activation de Webservices*, est particulièrement emblématique de la valeur communautaire du logiciel Koha et de ses capacités à s’interconnecter avec d’autres environnements logiciels.

LE SERVICE DE SUGGESTION D’ACHAT

23Comme d’autres SIGB, Koha propose à ses utilisateurs (identifiés) de suggérer des achats à distance, mais il se distingue par ses performances fonctionnelles, notamment en matière de workflow de gestion et de communication. Le script de réponse, géré par l’acquéreur concerné, est transmis au demandeur par messagerie SMS, celui-ci pouvant, en cas de réponse positive, suivre les étapes de traitement et d’acheminement de « son » document sur son compte personnel. Lors d’une réponse négative (cf. réponse 10 dans le tableau ci-après), le demandeur est invité, en complément de l’information type générée par Koha, à consulter la charte documentaire ad hoc, accessible sur le portail de la médiathèque. Il peut même, s’il le souhaite, poursuivre la communication avec le bibliothécaire, l’adresse électronique de ce dernier étant proposée en regard de la charte. Ce dispositif de médiation, qui peut être paramétré selon les modes d’organisation de l’établissement, revêt ainsi une triple fonction : informative, interactive et documentaire.

TABLEAU. LA MÉDIATION SUR LES SUGGESTIONS D’ACHAT : MODÈLES DE REPONSE AU DEMANDEUR

1. « Votre demande a été acceptée, le document vous sera réservé dès réception »

2. « Ce document n'a pas pu être identifié. Veuillez préciser votre demande »

3. « Nous vérifions l'exactitude des informations bibliographiques »

4. « En attente de l'obtention des droits de prêt (appliqués aux DVD) en médiathèque »

5. « Ce document est déjà présent sur nos rayons, veuillez consulter le catalogue »

6. « Nous ne pouvons enregistrer les demandes de documents non encore parus »

7. « Ce document est déjà en commande, il sera bientôt disponible sur nos rayons »

8. « Ce document est réceptionné, il sera bientôt disponible sur nos rayons »

9. « Ce document n'est plus disponible chez l'éditeur »

10. « Ce titre ne correspond pas aux orientations d'acquisition de la collection.
Pour plus de précisions, consultez la charte correspondante sur le portail de la médiathèque »

11. « Le genre relatif à ce document est déjà largement représenté sur nos rayons »

12. « Le sujet relatif à ce document est déjà largement représenté sur nos rayons »

LA FONCTION DE PUBLICATION

  • 12 WYSIWYG = What You See Is What You Get, c'est-à-dire que ce que vous voyez sur votre écran est ce q (...)
  • 13 CMS : logiciel Web de gestion de contenu qui permet de séparer l’écriture d’un article des fonction (...)

24En plus de réserver un espace spécifique à l’édition d’un menu, Koha permet de publier des contenus Web en page d’accueil, soit à l’OPAC, soit sur l’interface professionnelle. À la MIOP, cette fonctionnalité de publication et de médiation est activement exploitée ; elle peut servir aussi bien un objectif d’information sur l’activité de la médiathèque et l’évolution de ses services (ex. horaires d’été, nouvelles modalités de prêt, invitation à un vernissage…) qu’une action régulière de promotion des collections du réseau (sous la forme, par exemple, d’une table numérique). Ajoutons que l’édition de ces informations peut être programmée à l’avance, avec une durée de validité et un ordre de priorité d’affichage, soit des fonctionnalités d’édition Web (éditeur WYSIWYG)12 semblables à celles d’un Content Management System (CMS)*13 ou d’un blog. Loin des interfaces OPAC traditionnelles, ouvrant par exemple sur les opérateurs booléens de la recherche avancée, Koha offre ainsi à l’administrateur (devenu dans un même temps webmestre éditorial) la possibilité de propulser de l’actualité en page d’accueil, d’exploiter cette vitrine Web comme un outil stratégique de communication et de promotion des services.

UN EXEMPLE DE NEWS A L’OPAC

UN EXEMPLE DE NEWS A L’OPAC

LA TABLE NUMÉRIQUE EN PAGE D’ACCUEIL

LA TABLE NUMÉRIQUE EN PAGE D’ACCUEIL

Source : < http://koha.mediathequeouestprovence.fr/​cgi-bin/​koha/​opac-main.pl >.

TYPO3 OU L’OPTION CMS

25Dans le cas du Syndicat d’agglomération nouvelle (SAN) Ouest Provence, le choix d’un CMS répond avant tout à une logique de cohérence, celle de construire un système d’information documentaire autour de solutions exclusivement Web et ouvertes. Mais c’est aussi, pour la médiathèque, un choix stratégique majeur pour le développement de sa politique documentaire et culturelle, notamment en matière numérique.

26Le logiciel Typo3, comme tout système de gestion de contenus (citons également les produits Drupal ou Joomla), est bâti sur le principe d’un découplage entre fond et forme, permettant au webmestre d’agir plus particulièrement sur le « contenant » (charte graphique, gabarit, feuille de styles CSS et XSLT…) et aux rédacteurs d’investir le contenu. À la différence d’une plate-forme de blog, qui reste limitée en termes de fonctionnalités d’administration ainsi que de possibilités d’intégration avec d’autres outils et technologies Web d’échanges de données, le choix d’un CMS offre toutes les garanties techniques et fonctionnelles requises pour déployer un véritable portail documentaire, à visée de publication, de gestion et de médiation de contenus numériques.

27Avant de décrire le dispositif éditorial (en particulier la chaîne de publication) mis en place sur le réseau Ouest Provence, dressons en premier lieu une typologie des formes et niveaux de médiation numériques telle que pratiquée sur le portail de la MIOP.

LA MÉDIATION NUMÉRIQUE ET SES CONTENUS

28Rappelons ce principe élémentaire de politique documentaire, qui s’applique tout autant aux ressources numériques que physiques : on ne sélectionne ni ne diffuse des contenus pour le simple plaisir de garnir des étagères ou d’exister sur le Web mais bien pour mettre ces contenus en relation avec des gens. En matière de médiation numérique documentaire, bien que celle-ci n’induise pas pour autant une interaction directe et systématique entre l’émetteur (le bibliothécaire) et le récepteur (l’internaute), cet élément de motivation, associé à celui de lier « la bibliothèque de briques » et « la bibliothèque de clics », est évidemment déterminant et il comporte une dimension très stratégique.

29Sur le site-portail de la MIOP, considéré comme le réceptacle éditorial privilégié des ressources sélectionnées et produites par les bibliothécaires du réseau, on peut distinguer trois types de contenus et, par corrélation, trois formes de présence en ligne ou pratiques de médiation numérique documentaire : info-documentaire, prescriptive (ou de recommandation), didactique. On ajoutera à cette taxinomie une action de médiation pouvant être qualifiée de méta-documentaire, visant à faciliter l’accès de l’internaute à l’ensemble du corpus informationnel diffusé sur le portail.

LA MÉDIATION INFO-DOCUMENTAIRE

  • 14 On pourra, dans ce cas, employer le terme de « médiation info-communicationnelle » qui implique une (...)

30Le portail de la MIOP constituant le point d’entrée unique à l’ensemble des services du réseau, la fonction info-documentaire de l’outil est naturellement exploitée en continu et ce, en complément d’autres plates-formes de publication (telle que l’OPAC). On exclura néanmoins de cette catégorie les informations qualifiées habituellement de « froides »* (infos pratiques, conditions d’inscription, descriptif des services…) ainsi que celles qui s’appuient sur des ressorts plus strictement communicationnels14, même si la frontière entre ces deux notions – médiation et communication – est parfois difficile à tracer.

  • 15 < http://www.mediathequeouestprovence.fr/bdd-billet/archives-des-billets.html >.

31À l’instar des informations publiées à l’OPAC, qui traitent de sujets les plus divers (présentation d’un nouveau service, annonce d’une action d’animation, promotion d’un dossier documentaire numérique…), la médiation info-documentaire opérée sur le portail vise essentiellement à promouvoir les actions et services documentaires du réseau. Ce type de médiation, qui lie information et communication dans un format rédactionnel approprié (principalement celui du « billet »15, en page d’accueil), emprunte à la fois aux techniques du journalisme (de structuration et de mise en forme de l’information) et du marketing (tendant à renforcer l’attractivité du sujet traité).

  • 16 < http://www.mediathequeouestprovence.fr/le-catalogue-du-reseau/les-fils-de-nouveautes.html >.

32Sous une forme plus sommaire mais néanmoins très dynamique, le carrousel de la page d’accueil participe à sa manière d’une action de médiation de type info-documentaire, consistant à informer les usagers des dernières acquisitions de la médiathèque, en sélectionnant les documents les plus médiatisés, les plus attendus du « grand public ». Il ne s’agit donc pas d’une action de veille automatisée, (telle que les fils de nouveautés thématiques)16 ni d’une forme de médiation-recommandation (documentée, critique, « orientée offre ») mais d’une pratique de mise en vitrine de l’information, offrant une visibilité immédiate à des ressources exclusivement « orientées vers la demande ».

LA MÉDIATION DE RECOMMANDATION

  • 17 Voir le tableau des 57 domaines, p. 24.

33Dans un contexte d’inflation éditoriale et de surabondance d’informations, la médiathèque doit s’investir doublement – sur site comme à distance – dans sa mission traditionnelle de conseil et de recommandation. Et ce principe, qui peut requérir différents niveaux de contribution de la part du bibliothécaire, procède avant tout d’une démarche de prescription, s’appuyant sur des critères de fiabilité des sources et de qualité des contenus. Sur le portail de la MIOP, la médiation de recommandation est principalement assurée par les responsables documentaires du réseau, qui mobilisent ainsi le niveau nécessairement spécialisé de leurs savoirs17 pour promouvoir les ressources sélectionnées et ce, sous leurs formes aussi bien physiques que numériques.

Les sélections du web18

  • 18 < http://www.mediathequeouestprovence.fr/les-ressources-en-ligne/nos-selections-du-web.html >.
  • 19 Précisons que l’ensemble des responsables documentaires disposent d’un univers de veille consacré à (...)

34Au-delà d’un travail de prescription raisonnée, permettant la diffusion d’une sitothèque structurée par thèmes et sous-thèmes et enrichie d’une présentation sommaire pour chacun des sites, la médiation consiste surtout à contextualiser et à disséminer ces différentes ressources dans et hors l’environnement portail. À la démarche de constitution d’une collection renouvelée de signets doit ainsi être impérativement associée, autour de ces contenus, une action systématique de communication et d’éditorialisation. C’est là une condition sine qua non de leur visibilité et donc de leur exploitation par le public ; il importe par conséquent que l’attention du bibliothécaire soit continûment orientée vers les ressources du Web19.

Les conseils20

  • 20 < http://www.mediathequeouestprovence.fr/conseils-palmares/nos-conseils.html >.

35Appelées également « critiques », « sélections » ou encore « coups de cœur », ces formes de production et de médiation de contenus, devenues désormais courantes sur les portails ou blogs des médiathèques, visent principalement à promouvoir, sans pour autant exclure l’esprit de jugement critique, des documents particulièrement « recommandables », acquis par la médiathèque. À la MIOP, la médiation de recommandation répond à un cadre éditorial idoine, garantissant à la fois l’homogénéité des formes d’édition et leur fréquence de publication. Le principe de « pyramide inversée », qui consiste à hiérarchiser l’information par niveaux de profondeur, y est notamment formellement appliqué. En page d’accueil du portail, une phrase d’accroche est ainsi accolée à la vignette du document, (au nombre de quatre, renouvelées chaque semaine), l’information critique complète étant proposée en page seconde. La médiation de recommandation consiste alors à enrichir et animer l’information par l’apport de différents éléments bibliographiques et procédés éditoriaux : extraits (écrits ou sonores), résumés, liens d’accès direct à la notice du document ou liens rebonds vers des sources complémentaires d’informations (« Voir la bande-annonce », « Pour aller plus loin », « Ce qu’ils en pensent aussi ») ainsi que de recommandations (« Si vous avez aimé, vous aimerez aussi »). Cette forme de médiation, opérée par un individu authentifié et spécialisé, procède bien d’une démarche intellectuelle, le bibliothécaire étant ainsi obligé, en quelque sorte, de « rentrer » dans les contenus. Et elle procède aussi d’une action que l’on pourrait qualifier d’ingénierie de la recommandation, soit une capacité à mettre en forme et en scène des contenus critiques dans un processus d’éditorialisation approprié. Ajoutons que ce dispositif de promotion vient bien évidemment compléter la médiation directe (orale) ou déléguée (tables de présentation et autres « têtes de gondole* »), réalisée dans les pôles par les bibliothécaires du réseau.

Les tops 5 annuels21

  • 21 < http://www.mediathequeouestprovence.fr/conseils-palmares/nos-tops-5.html >.

36Autre forme de recommandation (mais non documentée), les tops 5 représentent une sélection rétrospective en fonction des meilleurs emprunts de l’année, prescrite par les différents responsables documentaires du réseau. Là encore, au-delà de la simple action de publication opérée par ces « grands électeurs », la médiation consiste à propulser les informations documentaires hors de l’environnement institutionnel du portail, en faisant notamment usage des différents médias associés, sous forme d’icônes, à chacun des tops 5.

La batterie d’icônes de médias

LA MÉDIATION DIDACTIQUE

  • 22 < http://www.mediathequeouestprovence.fr/les-ressources-en-ligne/nos-dossiersdocumentaires.html >.

37Si l’on interroge un sujet sur les moteurs de recherche, on est souvent frappé par le caractère à la fois redondant et fragmentaire de l’information. Pour que cette information devienne connaissance, il faut la compléter par du contenu (primaire et secondaire), la structurer, la mettre en perspective et en relation, la travailler « en creux », la questionner et la prolonger. À la différence des services de renseignement documentaire à distance qui ne procèdent pas d’une démarche de documentation approfondie, le dossier documentaire22 numérique agrège et compose les informations essentielles autour d’un sujet ou d’un thème donnés (prescrits par son auteur) ; en même temps, il invite l’internaute à sortir de ce cadre synthétique en faisant usage des multiples liens rebonds, du « Voir aussi » ou encore du « Pour aller plus loin ». À la MIOP, cette forme très élaborée de production et de médiation de contenus (que le documentaliste qualifiera de produit tertiaire*) est une composante importante de la politique documentaire de l’établissement. Elle participe d’une évolution du métier, qui ne se limite pas à l’acte d’achat de documents, fût-il intégré à un processus raisonné de politique d’acquisition et de développement de collections, mais à un ensemble plus large et diversifié d’actions documentaires, favorisant la maîtrise, par le professionnel, des contenus et des outils de publication dont il a la charge. En proposant un produit documentaire ainsi structuré (par blocs et widgets*) et éditorialisé sous forme numérique, la médiathèque affirme un peu plus sa mission première, celle de favoriser non seulement l’accès, par tous les vecteurs, à l’information et au savoir mais également leur compréhension et leur assimilation par l’usager.

38Notons que cette vocation didactique caractérise plus encore les dossiers numériques servant de support pédagogique aux différents ateliers Web réalisés dans les médiathèques du réseau. La médiation numérique (objet) et la médiation sur le numérique (sujet) ainsi corrélées se complètent et se confondent.

LA MÉDIATION MÉTA-DOCUMENTAIRE

39De même que le bibliothécaire doit favoriser, dans l’espace physique des collections, les meilleures conditions d’accès, de lisibilité et de cheminement documentaire pour l’usager, il doit transposer ce principe dans le monde du numérique. Il travaillera donc tout à la fois la structuration, l’indexation et l’orientation des contenus, sans oublier de porter une attention vigilante et spécifique au cycle de vie des données numériques. Le portail documentaire n’ayant pas qu’une fonction de circulateur mais également de réservoir, chaque contenu produit sera accompagné d’une métadonnée (tag* et catégorie) favorisant son signalement et donc son accessibilité dans le gisement documentaire que constitue la bibliothèque numérique.

40À la MIOP, cette médiation méta-documentaire est partiellement assurée, en amont, par les prescripteurs-producteurs de contenus ; elle est contrôlée et éventuellement complétée, en aval, par les cadres de la Poldoc puis par le webmestre.

41Pour éviter le joyeux bazar numérique et la désorientation cognitive du visiteur, ces différents acteurs font ainsi appel à des techniques et à des stratégies de médiation multiples, agissant souvent en transparence pour l’utilisateur : parcours informationnels fléchés, langages intuitifs (métadonnées), raccourcis d’accès, fenêtres contextuelles, widgets, classements thématiques, liens rebonds, etc.

  • 23 < http://www.mediathequeouestprovence.fr/tag/ >.

42De plus, à défaut de disposer d’un moteur de recherche unifiée, qui soit en capacité d’interroger automatiquement et intelligemment l’intégralité des contenus hétérogènes de la bibliothèque numérique, la MIOP a fait le choix de fédérer la recherche par l’usage intuitif d’un nuage de tags23, disponible sur toutes les pages du portail.

43In fine, la médiation méta-documentaire ne doit pas être le supplément d’âme de la médiation numérique ; si l’on considère, d’une part, la propension du bibliothécaire à l’accumulation (celle-ci étant d’autant plus grande que l’espace numérique semble extensible à l’infini) et, d’autre part, les limites cognitives de l’internaute, en termes de capacités de traitement de l’information (veille, analyse, mémoire), une telle inclination pourrait s’avérer très vite contre-productive pour l’activité numérique du portail. Et dans ce cadre de l’ergonomie informationnelle, n’oublions pas également d’accorder le plus grand intérêt aux fonctionnalités graphiques de l’interface, aux techniques du design « navigationnel » à la composante visuelle, esthétique et cinétique de la médiation numérique.

LA CHAÎNE DE PUBLICATION ET DE VALIDATION DES CONTENUS

44Pour gérer efficacement ce flux régulier d’informations et de propositions diffusées sur le portail et orchestrer les médiations, il est indispensable de mettre en place une chaîne éditoriale définissant le cadre de publication et organisant les processus de travail en interne.

45Le CMS Typo3 offre ainsi la possibilité d’accorder des niveaux de permission aux utilisateurs, allant du droit de lecture/écriture sur un article ou une page à un droit de modération pouvant s’opérer sur différents « types » d’utilisateurs.

46En permettant ainsi à une équipe éditoriale de travailler simultanément sur le contenu du site et à un ou plusieurs responsables de publication de valider les différentes contributions avant leur mise en ligne, cet outil Web facilite considérablement le fonctionnement du portail en réseau.

47Loin de soumettre l’activité de publication et de médiation de contenus aux aléas de la disponibilité et du bon vouloir de ses contributeurs, celle de la MIOP repose en effet sur un modèle d’organisation qui permet aux contenus d’être identifiables (car respectant la charte graphique de l’établissement), homogènes (car respectant les différents modèles de publication), adaptés (à un contexte de travail) et interopérables (car pouvant être disséminés sur d’autres plates-formes de publication).

TABLEAU. LA CHAÎNE ÉDITORIALE (VALIDATION ET PUBLICATION DES CONTENUS)

Fréquence

Indexation / Archivage

Rédacteur / éditeur source

Valideur 1
éditeur source

Valideur
2 éditeur source

Publication

Conseils

critiques

15/mois (adultes)
12/mois (enfants)

Catégories + Tag
Archivé (catégorie + année)

Agent de pôle
Typo3

Chef de dep.
Typo3

Commission
Typo3

Webmestre

Nouveautés

12/hebdo (adultes)
12/mois (enfants)

Non indexé
Non archivé

Resp. doc.
Typo3

Webmestre

Tops5

1/an (48

domaines)

Catégories+ Tags
Archivé (catégorie

+ année)

Resp. doc.
Typo3

Chef de dep.

Dir. Poldoc

Webmestre

Sitothèque

2/an (adultes)
4/an (enfants)

Catégorie + Tag
Non archivé

Resp. doc.
Typo3

Chef de dep.

Webmestre

Dossiers

1/an (par resp. doc.)

Catégorie + Tag
Mise à jour sélective
Archivé (catégorie + année)

Resp. doc.
Open O. texte

Chef de dep.

Dir. Poldoc

Webmestre

Billets

Bimensuel

Tag
Archivé (ante-chronologique)

Cadres

Poldoc, Dir. réseau ou AC. Typo3

Dir. Poldoc

Webmestre

Actualité

Aléatoire

Non indexé
Non archivé

Resp. Com.
Typo3

Dir. réseau

Webmestre

Action culturelle

Mensuel

Non indexé
Non archivé

Rédacteur AC
Typo3

Dir. AC

Webmestre

Table num. / News

2/mois Aléatoire

Non indexé
Archivé

Cadres
Poldoc
Koha

Dir. Poldoc

48Ce dispositif s’inscrivant dans un cadre d’organisation plus large qui est celui de la direction de la politique documentaire de l’établissement, il épouse à ce titre des principes et modes de fonctionnement communs, notamment du côté des acteurs. Les responsables documentaires sont ainsi mis en première ligne dans la production et la médiation de contenus (même si les contributions peuvent évidemment s’étendre à d’autres agents de la médiathèque, en particulier ceux de l’action culturelle) et les cadres de la Poldoc, de leur côté, agissent principalement en tant que rédacteurs en chef. Le webmestre, quant à lui, investit non seulement le développement technique et fonctionnel du site, mais il finalise aussi les publications et supervise les différentes formes de contributions éditoriales.

49Ce dispositif permet, en somme, la mise en place d’un contrôle de qualité, tout en garantissant la fréquence et la régularité de publication, composante essentielle de l’environnement Web.

LES ACTEURS DE LA MÉDIATION NUMÉRIQUE ET LEURS COMPÉTENCES

50La mise en place d’une chaîne éditoriale efficace, encadrant les contributions individuelles, ainsi que le choix d’outils de publication à la fois souples et puissants sont évidemment une condition nécessaire mais non suffisante à l’activité de production et de médiation de contenus numériques. Les bibliothécaires étant au cœur de ce dispositif, la question des compétences doit être posée en amont du projet et conditionner en partie les orientations stratégiques de l’établissement sur le développement de ses services en ligne.

51Comme cela a été précédemment souligné, le métier de bibliothécaire est un métier intellectuel, qui requiert une bonne connaissance des contenus sélectionnés, diffusés et éventuellement produits au sein de l’institution bibliothèque. Dans l’environnement numérique, cette compétence sera d’autant plus éprouvée qu’elle sera nécessairement identifiée (l’expression du « je » pouvant s’accorder à la parole institutionnelle), exposée (au-delà d’un territoire et d’une population donnés) et mise en scène (par des jeux d’écriture et de médiation spécifiques au Web).

INTÉGRER UNE POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE

52Aux compétences sur les contenus doivent ainsi s’associer des compétences instrumentales et communicationnelles particulières, soit autant de savoir-faire que le bibliothécaire ne pourra à lui seul acquérir et faire évoluer aisément, sans le concours actif de son administration.

53À la MIOP, chaque fonction est formellement définie dans une fiche de poste qui décrit les activités principales et secondaires de l’agent ainsi que les compétences requises pour exercer les responsabilités confiées. Parmi ces fonctions, celle de responsable documentaire dispose d’un appareil formel particulièrement développé, l’outil « fiche domaine »24 (outil de gestion raisonné du domaine documentaire) venant compléter la fiche de poste25 de l’agent.

54Ces outils permettent de dresser une ébauche de cartographie des compétences documentaires, en mettant notamment en exergue celles qui s’appliquent à la culture du numérique, un domaine récent pour la profession et qu’il convient de développer collectivement. Le plan de formation de la MIOP, réalisé en intra ces six dernières années et initié en partie par la direction de la politique documentaire, relève bien de cette volonté d’accompagner l’évolution des savoirs et des pratiques professionnels en relation avec l’essor du numérique.

TABLEAU. FORMATION POLDOC INTRA (AUTOUR DU NUMÉRIQUE)

Année

Contenu de formation

Nombre d’agents

2006-2007

Recherche documentaire en ligne

80

2008

Web 2.0

45

2008

Veille informationnelle (Netvibes)

45

2008-2009

Ateliers web

25

2010

Écriture web

45

2011-2012

Cycle de conférences sur le numérique

120

Source : < http://docmiop.wordpress.com/​la-poldoc-de-la-miop/​ >.

55Dans cette itération de formation, la médiation documentaire numérique est toujours intégrée, appréhendée sous l’angle de la connaissance comme de la praxis. Ce dernier élément est particulièrement déterminant, car c’est bien en pratiquant les outils et les situations de travail que les acteurs de la médiation gagneront véritablement en maîtrise et en compréhension.

56En somme, pour aider les bibliothécaires à prendre en marche le train du numérique, il est impératif de mettre en place une véritable dynamique de la construction des compétences.

57C’est dans cet esprit aussi que le biblioblog de la MIOP, Bambou26, a été conçu. Animé par le directeur de la politique documentaire et ouvert en écriture à l’ensemble des bibliothécaires du réseau, cet outil de veille et de médiation numériques vise à favoriser l’expression, la diffusion et le partage d’une culture professionnelle commune.

58Pour conclure, en intégrant la médiation numérique dans le cadre d’une politique documentaire raisonnée et dynamique, soit en l’associant, voire en la subordonnant aux actions de sélection, de production et de gestion de contenus, la bibliothèque se renouvelle et s’élargit, sans pour autant se dissoudre dans l’océan informationnel et la communication virtuelle du Web.

59Nous avons vu l’importance du choix des outils logiciels, en termes notamment de fonctionnalité, d’évolutivité et d’interopérabilité, et à quel point leur degré d’appropriation par les bibliothécaires (et non par leurs seuls administrateurs) peut conditionner la vitalité de la contribution individuelle comme l’efficacité du dispositif éditorial mis en place.

60Nous avons également rappelé que la gestion des compétences est un levier essentiel pour accompagner les transformations à l’œuvre dans la société de l’information. Afin d’aider l’ensemble des acteurs documentaires à transposer efficacement leur connaissance des contenus ainsi que leur expérience de médiation dans le monde du numérique, il n’est d’autre chemin que d’impulser une politique de formation continue et à grande échelle, sachant répondre à la hauteur et à l’urgence de l’enjeu.

61Ce sont les principales options de la MIOP, des choix technologiques et managériaux qui se veulent à la fois structurants et dynamiques, méthodiques et pragmatiques mais qui ne manqueront pas d’être interrogés pour évoluer encore et encore, dans un mouvement à la fois centripète (en lien avec son territoire) et centrifuge (vers d’autres ressources, d’autres environnements relationnels).

Notes

1 MIOP : médiathèque intercommunale Ouest Provence.

2 < http://www.mediathequeouestprovence.fr/index.html >.

3 < http://docmiop.wordpress.com/la-poldoc-de-la-miop/ >.

4 < http://www.mediathequeouestprovence.fr/nos-services-documentaires/les-poles-thematiques.html >.

5 < http://typo3-fr.org >.

6 < http://www.koha-fr.org >.

7 < http://koha.mediathequeouestprovence.fr/cgi-bin/koha/opac-main.pl >.

8 < http://www.mediathequeouestprovence.fr/nos-services-documentaires/internet.html >.

9 < http://koha.mediathequeouestprovence.fr/cgi-bin/koha/opac-shelves.pl?display=publicshelves >.

10 Dans le cadre néanmoins raisonné du plan de classement adopté par la MIOP.

11 < http://www.babelio.com >.

12 WYSIWYG = What You See Is What You Get, c'est-à-dire que ce que vous voyez sur votre écran est ce qui apparaîtra au final sur le site Web.

13 CMS : logiciel Web de gestion de contenu qui permet de séparer l’écriture d’un article des fonctionnalités de mise en page du site Web. < https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_gestion_de_contenu >.

14 On pourra, dans ce cas, employer le terme de « médiation info-communicationnelle » qui implique une intention communicationnelle de l’information.

15 < http://www.mediathequeouestprovence.fr/bdd-billet/archives-des-billets.html >.

16 < http://www.mediathequeouestprovence.fr/le-catalogue-du-reseau/les-fils-de-nouveautes.html >.

17 Voir le tableau des 57 domaines, p. 24.

18 < http://www.mediathequeouestprovence.fr/les-ressources-en-ligne/nos-selections-du-web.html >.

19 Précisons que l’ensemble des responsables documentaires disposent d’un univers de veille consacré à leurs domaines respectifs, l’adresse correspondant à ces univers étant inscrite dans la fiche domaine pour être ainsi aisément transférable à l’occasion d’un changement de domaine.

20 < http://www.mediathequeouestprovence.fr/conseils-palmares/nos-conseils.html >.

21 < http://www.mediathequeouestprovence.fr/conseils-palmares/nos-tops-5.html >.

22 < http://www.mediathequeouestprovence.fr/les-ressources-en-ligne/nos-dossiersdocumentaires.html >.

23 < http://www.mediathequeouestprovence.fr/tag/ >.

24 < http://docmiop.wordpress.com/2010/02/24/la-fiche-domaine-v3/ >.

25 < http://docmiop.wordpress.com/la-poldoc-de-la-miop/ >.

26 < http://docmiop.wordpress.com/ >.

Table des illustrations

Légende Source : < http://docmiop.wordpress.com/​la-poldoc-de-la-miop/​ >.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/689/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Source : < http://docmiop.wordpress.com/​la-poldoc-de-la-miop/​ >.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/689/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre SCHÉMA. 2 OUTILS AU SERVICE DE LA MÉDIATION NUMÉRIQUE
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/689/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Source : < http://www.mediathequeouestprovence.fr/​index.html >.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/689/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Source : < http://koha.mediathequeouestprovence.fr/​cgi-bin/​koha/​opac-main.pl >
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/689/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Source : < http://koha.mediathequeouestprovence.fr/​cgi-bin/​koha/​opac-detail.pl?biblionumber=210642&shelfbrowseitemnumber=381164#shelfbrowser >.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/689/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre UN EXEMPLE DE NEWS A L’OPAC
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/689/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre LA TABLE NUMÉRIQUE EN PAGE D’ACCUEIL
Légende Source : < http://koha.mediathequeouestprovence.fr/​cgi-bin/​koha/​opac-main.pl >.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/689/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende La batterie d’icônes de médias
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/689/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540