Version classiqueVersion mobile

Réinformatiser une bibliothèque

 | 
Anna Svenbro

Partie 2. Questions techniques

FRBR, RDA, BibFrame : comment prendre en compte ces nouveaux standards ?

Thierry Clavel

Texte intégral

Naviguer dans un univers bibliographique en mutation

  • 1 A. H. Chaplin, Conférence internationale sur les principes de catalogage, Bulletin des bibliothèqu (...)
  • 2 Anglo-american Cataloguing Rules, 1st and 2nd edition.

1Les normes et formats de catalogage sur lesquels se sont construits les catalogues de bibliothèques actuels ont été conçus dans les années 1960-1970, à une époque où l’informatique n’en était qu’à ses débuts, et où les notices catalographiques étaient soigneusement rangées dans des meubles à tiroirs qui peuplaient les « salles des catalogues » de nos établissements. La plupart des pays utilisent encore des normes basées sur les anciens principes1 internationaux de catalogage, publiés en 1961 par l’International Federation of Library Associations (IFLA) et sur des règles anciennes : ISBD (pour International Standard Bibliographic Description, 1971), AACR (pour Anglo-American Cataloguing Rules, 1967). Ces normes anglo-américaines de catalogage sont fondées sur une présentation de type fiche « papier » et n’ont fait que s’adapter aux catalogues informatisés. Les formats MARC, quant à eux, sont apparus dès 1968 afin de permettre de produire des notices interprétables par des machines. Ces formats très spécialisés, conçus pour les bibliothèques, contiennent uniquement de l’information bibliographique, calquée sur l’ISBD et les AACR2. Leur ancienneté, leur manque d’évolutivité et d’interopérabilité avec les formats récents, freinent les bibliothèques dans leurs évolutions techniques et leur aspiration à ouvrir leurs données sur le Web.

2Ce constat n’est pas nouveau : cela fait près de 20 ans que l’on nous prédit la mort imminente de MARC et l’avènement de règles de catalogage plus modernes. Cette fois pourtant, il semble qu’arrivent les changements annoncés, tant en France qu’à l’étranger : amorcés avec la publication par l’IFLA du modèle FRBR (pour Functional Requirements for Bibliographic Records) en 1998 puis la mise en place de nouveaux principes internationaux de catalogage en 20093, le changement s’est concrétisé avec l’apparition de nouvelles normes de description, comme RDA, en 2010, et l’utilisation des technologies du Web sémantique pour exposer et lier les données des bibliothèques sur le Web. En France, le changement s’est matérialisé par des initiatives telles que data.bnf.fr et IdRef, la mise en place d’un programme de « Transition bibliographique » en 2014 et l’arrivée des premières règles RDA-FR dès 2015.

3Par ailleurs, la fin des formats MARC pourrait devenir une réalité dans les années qui viennent avec l’annonce par la Library of Congress (LoC) de l’abandon du MARC21 avant 2020 et le choix du modèle BibFrame (pour Bibliographic Framework Initiative) pour le remplacer.

4Lorsqu’on prépare une réinformatisation, ces changements profonds génèrent des questionnements multiples : faut-il demander FRBR, RDA et BibFrame dans un cahier des charges ? Quelles normes et formats seront utilisés par les agences bibliographiques nationales (ABN) à l’avenir ? Quels SIGB seront compatibles avec ces nouveaux standards ? Cette contribution tente de faire le point sur ces questions.

FRBR : une famille de modèles4

5FRBR n’est ni une norme, ni un format de catalogage. C’est un modèle conceptuel : c’est-à-dire une représentation schématique et simplifiée de l’activité de catalogage. Comme tout modèle relationnel, FRBR est composé de différentes entités ; par exemple, œuvre ou personne, et de plusieurs types de relations entre ces entités ; par exemple, la relation de création entre une personne et une œuvre. Le modèle FRBR vient d’une commande de l’IFLA en 1990 qui visait à évaluer les fonctions d’une notice bibliographique afin de réduire les coûts de catalogage et de définir les éléments d’une notice de base pour une ABN. Le groupe de travail chargé de ces travaux a publié ses résultats sous le titre Rapport final sur les fonctionnalités requises des notices bibliographiques5. Le travail du groupe a consisté à analyser le contenu des notices bibliographiques, à élaborer le modèle FRBR en fonction de cette analyse, puis à définir des « tâches utilisateur » correspondant à ce qu’un usager est présumé vouloir faire quand il consulte un catalogue de bibliothèque : trouver, identifier, sélectionner, obtenir. Les éléments du modèle FRBR, attributs des entités et relations, ont ensuite été évalués selon les tâches utilisateurs afin de déterminer les éléments essentiels d’une notice de base. L’analyse des notices bibliographiques a démontré qu’une notice « classique » contient des informations se rapportant à des contenus et objets différents. Le modèle FRBR propose de passer d’une structure classique à deux entités, notice bibliographique/notice d’exemplaire, à une structure à quatre entités appelées item, manifestation, expression et œuvre dans le modèle.

Encadré. Un exemple de modélisation FRBR

Prenons l’exemple du célèbre ouvrage de Charles Darwin, L’origine des espèces : dans la terminologie FRBR, l’exemplaire qui est dans ma bibliothèque avec un code à barre et une cote est appelé item. L’édition commerciale, liée à cet item, publiée par Flammarion en 1992 et identifiée par un ISBN particulier est appelée « manifestation ». Le texte en français, traduit par Edmond Barbier, est appelé « expression », de même que le texte original en anglais. Enfin, ce qui est commun à ces deux expressions, c'est-à-dire le travail de création par Charles Darwin, est appelé « œuvre ». Le modèle distingue ce qui relève du contenu intellectuel (œuvre et expression) de la réalité matérielle (manifestation et item).

6La mise en œuvre complète du modèle FRBR implique de faire des notices pour chaque entité du modèle et donc, ce qui est nouveau, d’en faire pour les œuvres et expressions. FRBR évolue : en 2009, Il s’est vu compléter par le modèle FRAD (pour Fonctionnalités requises des données d’autorité)6, qui développe les entités FRBR exerçant une responsabilité (personne, collectivité, famille) et modélise la gestion des points d’accès, puis en 2010 par le modèle FRSAD (pour Fonctionnalités requises des données d’autorité matière)7 qui modélise la relation de sujet. Les trois modèles devraient être fusionnés en un seul FRBR « intégré », le FRBR-Library Reference Model (FRBR-LRM), qui devrait être publié par l’IFLA en 2017. Parallèlement, le modèle FRBRoo (orienté objet), développé à partir de FRBR et du CIDOC CRM (pour Conceptual Model Reference, modèle des musées) pourrait servir de base au futur modèle de données en RDF (pour Resource Description Framework)8 de l’ABES et de la BnF. Le projet DOREMUS9 pour les données de la musique est d’ailleurs basé sur FRBRoo, de même que le projet PRESSoo10 pour les périodiques que mène l’ISSN.

Le code de catalogage RDA11

7FRBR étant un travail de modélisation, indépendant des normes et formats de catalogage, c’est sa mise en œuvre qui va faire intervenir un travail de normalisation et de structuration.

8RDA est une norme de catalogage publiée en 2010 et conçue par la communauté des bibliothèques anglo-américaines pour remplacer les AACR2, qui ne sont plus maintenues. Son pilotage est assuré par le RSC (pour RDA Steering Committee). RDA est fondée sur la modélisation FRBR et respecte les nouveaux principes de catalogage de l’IFLA. Pensée pour être indépendante des formats et ouvrir la voie du Web de données aux bibliothèques, RDA est une norme de contenu qui peut être encodée en MARC, Dublin Core, ONIX ou RDF. Développée pour être utilisée au plan international, elle définit un ensemble d’éléments obligatoires et optionnels pour chaque entité du modèle FRBR. Pour utiliser RDA, il convient donc de faire un profil d’application détaillé selon les besoins de sa bibliothèque ou de son réseau. C’est ce qu’ont fait la LoC ou la Deutsche Nationalbibliothek (DNB). D’autres, comme la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BARQ), utilisent un profil d’application déjà existant.

Que change RDA ?

9Au premier abord, RDA semble très différent de l’ISBD ou des AACR2 car la structure des chapitres et le vocabulaire utilisé sont calqués sur FRBR. Une fois passée cette difficulté, on constate surtout l’abandon des règles liées aux notices sur fiches : ponctuation ISBD, abréviations, limitation du nombre de points d’accès, indication du type de document (mention [Texte imprimé]). Présenté différemment, le contenu des notices RDA est, au final, assez semblable au contenu des notices ISBD ou AACR. Enfin, signalons que RDA est encore en cours d’élaboration, notamment pour les accès matière. Il devrait être amélioré dans les années qui viennent.

Encadré. Implémenter RDA dans les SIGB : trois scénarios

Les trois scénarios suivants, classés du plus rudimentaire au plus abouti, ont été envisagés pour implémenter RDA dans les SIGB :

• scénario 3 : comporte des notices à plat, les relations étant exprimées par des chaînes de caractères. C’est le scénario qui a été choisi par la LoC et la plupart des bibliothèques déjà passées à RDA car il n’implique pas de changer de SIGB ;
• scénario 2 : comporte des notices avec de vrais liens par identifiants à des notices bibliographiques ou d’autorité. Comme le scénario 3, il est fondé sur les notices MARC actuelles. Seuls quelques champs (type de contenu et type de médiation, points d’accès aux œuvres et expressions) sont nouveaux. Ce scénario est compatible avec une partie des SIGB du marché ;
• scénario 1 : il est le seul vraiment novateur avec une structure FRBR comprenant des notices d’œuvres, expressions, manifestations, items et des liens entre ces différentes entités. Difficilement réalisable en MARC, ce scénario nécessite également de définir de nouvelles bases de données et donc de changer de SIGB.

On le voit, il conviendra de faire préciser aux éditeurs quel scénario de RDA est proposé dans leur offre.

10Le modèle économique, abonnement payant annuel au site RDA Toolkit12, peut s’avérer coûteux pour les bibliothèques et est souvent décrié pour cette raison (161 euros par an pour une licence, tarif dégressif en fonction du nombre de licences). Des tarifs groupés sont cependant négociables ; c’est ce qu’a obtenu la DNB au niveau d’une aire géographique (Allemagne, Autriche, Suisse alémanique).

BibFrame13 et le Web sémantique : les grands principes

11Depuis quelques années, les technologies du Web sémantique sont utilisées pour exposer et lier les données des bibliothèques que ce soit dans un cloud propriétaire ou sur le Web de données ouvert (en anglais, Linked Open Data, LOD). Des applications comme VIAF14 ou data.bnf.fr témoignent de leur potentiel. Il ne s’agit pas ici d’expliquer ces techniques dans le détail15 mais plutôt de ressortir les principes. Ceux-ci reposent sur la structuration des éléments d’information en triplets (sujet-relation-objet) exprimés dans un format RDF et par l’identification, sous forme d’URIs pérennes, de chaque élément des dits triplets. C’est ce qui va permettre l’interprétation des métadonnées par une machine.

12Jusqu’à présent, les bibliothèques qui exposent leurs données en RDF transformaient les notices MARC en triplets RDF à l’aide de mappings, le plus souvent en combinant différentes ontologies présentes sur le Web : Dublin Core, Bibo, etc.

13L’idée est donc venue de produire directement du RDF lors du catalogage. RDF reposant sur des liens entre données, on parle volontiers de catalinking/de cata-liage pour décrire le catalogage de demain. Cela consiste à aller chercher une URI dans un référentiel donné (par exemple VIAF) puis de l’intégrer dans le champ auteur du formulaire de saisie. Une bonne partie des informations est ainsi liée à des référentiels tandis que le restant des métadonnées, comme la description matérielle, est ajouté manuellement. Précurseur de ce mode de catalogage du futur basé sur des liens, LIBRIS-XL, nouvel outil de catalogage partagé du catalogue collectif suédois Libris, produit directement des données en RDF et en JSON (pour JavaScript Object Notation). Le principal projet de catalogage en RDF est porté par la LoC : BibFrame est un modèle conceptuel de l’information bibliographique initié dans le cadre du projet Bibliographic Framework Transition Initiative16, lancé en 2011 et confié à la société Zepheira. Son objectif est de remplacer le format MARC tant pour la création que pour l’échange de données. C’est pourquoi BibFrame désigne à la fois le projet, le modèle et le format. Le modèle est sensiblement différent de FRBR. En effet, il distingue quatre classes d’objets (entités) : œuvre, instance, autorité et annotations ; ce qui l’éloigne de FRBR et de RDA. Ainsi, l’entité « expression » n’a pas été reprise tandis que l’entité « item » se retrouve dans la classe « annotations ». Des profils d’application sont cependant envisagés pour permettre des alignements avec RDA. BibFrame devrait être implémenté en 2018 à la LoC puis dans le monde anglo-saxon. Les éditeurs de SIGB suivent cela de près et pourraient à leur tour proposer des outils compatibles avant 2020. Pour autant, l’exposition des données bibliographiques en RDF sur le Web doit encore évoluer. Dans leur étude comparative17 des vocabulaires FRBR, RDA et BibFrame, Baker, Coyle et Petiya démontrent l’incompatibilité partielle des modèles entre eux et leur manque d’interopérabilité avec le Web de données.

Contexte international

14Depuis l’arrêt des AACR2, de nombreuses bibliothèques ou ABN ont décidé d’adopter RDA pour la production de leurs métadonnées. D’autres, comme la France, ont décidé d’attendre et de « l’adapter pour l’adopter ». Si l’émergence de BibFrame se confirme, RDA pourrait évoluer et se rapprocher du modèle de la LoC. Par ailleurs, OCLC a fait le choix d’exposer les données de WorldCat en RDF avec le système de balisage Schema.org qui est utilisé conjointement par Google, Bing, Yahoo et Yandex, ce qui est un facteur de visibilité considérable. Le département Recherche d’OCLC participe activement au groupe Schema Bib Extend du W3C en vue de développer Schema.org pour la description bibliographique. Sans être très proches, BibFrame et Schema.org collaborent afin d’assurer un certain degré d’interopérabilité entre eux.

15Avec l’augmentation exponentielle des ressources numériques en ligne dans l’offre des bibliothèques, il faut évidemment parler des métadonnées fournies par les éditeurs. Celles-ci sont hétérogènes, fournies dans différents formats et bien loin de la structuration « pluri-entités » des modèles FRBR, RDA ou BibFrame.

16Des négociations avec les éditeurs existent, notamment en Allemagne pour obtenir des métadonnées plus proches des règles RDA mais elles se limitent au cadre du dépôt légal. À moins d’aller vers une simplification de leurs modèles bibliographiques, les bibliothèques n’auront certainement pas d’autre choix que d’accepter l’hétérogénéité de leurs métadonnées. Des pistes pour améliorer les choses existent cependant : les index centraux des outils de découverte fonctionnent déjà avec des tables de correspondance qui harmonisent les différents formats reçus. Certains éditeurs de SIGB souhaitent aller plus loin en enrichissant les métadonnées qu’ils reçoivent. Les projets de l’ABES, Hub de métadonnées et base de connaissance nationale BACON, sont à suivre de près, ils projettent, outre le dédoublonnage, d’enrichir les données obtenues dans le cadre des licences nationales en les liant par exemple à des fichiers d’autorité.

Transition bibliographique française

17La France s’est intéressée très tôt aux évolutions des AACR et à RDA dans le cadre de l’Afnor. Les travaux sur RDA ont d’abord porté sur une comparaison détaillée avec les normes françaises. Les différences, jugées importantes par les experts Afnor, et le caractère en construction de RDA ont conduit la France à ne pas adopter le code en l’état. De plus, seul le scénario 1 intéresse les deux agences bibliographiques, ABES et BnF, dont les données sont déjà proches du scénario 2 de RDA, ce qui n’est pas le cas de nombreux pays : en effet, les formats INTERMARC et UNIMARC, bien plus structurés que MARC21, prévoient de nombreux liens entre notices alors que les autorités Sudoc et BnF sont, depuis longtemps, très complètes et de bonne qualité. Depuis 2014, le pays est entré dans une phase officiellement nommée « Transition bibliographique » : pilotée par un Comité stratégique bibliographique (CSB) au sigle prestigieux, composé de l’ABES, de la BnF et des tutelles, la structure comporte trois groupes de travail chargés de conduire la France au scénario 1 de RDA : normalisation, formation, systèmes et données18.

18La rédaction d’une norme de transition, RDA-FR, profil d’application français de RDA, a débuté en 2012 et est toujours en cours. Ses chapitres sont publiés gratuitement au fur et à mesure de leur rédaction. En août 2016 étaient publiés : sources d’information, mention de publication, type de médiation, type de contenu, adresse bibliographique, caractéristiques matérielles, ressources électroniques. Ces premières règles sont d’ailleurs déjà suivies ou en passe de l’être pour le catalogage courant à la BnF et sont toutes entrées en application dans le réseau Sudoc depuis janvier 2016. Enfin, des formations de formateurs ont eu lieu à la BnF afin de pouvoir former un grand nombre de catalogueurs dans les mois qui viennent. Parallèlement, depuis 2 ou 3 ans, l’ABES et la BnF donnent, en interne, des consignes de catalogage afin de préparer les données et faciliter les traitements de masse à venir pour construire des catalogues FRBRisés19.

Quels seront les formats de données de demain ?

19Les outils actuels de l’ABES et de la BnF, basés sur MARC, seront probablement remplacés dans les années qui viennent. Sudoc2 fait l’objet d’un projet spécifique séparé du SGB mutualisé mais ne devrait pas entrer en production avant 4 ou 5 ans. À la BnF, le chantier pour le nouvel outil devrait être lancé en 2017-2018. Son format pivot étant déjà en XML (InterXmarc), la BnF s'oriente vers un INTERMARC nouvelle génération qui exploiterait les atouts du MARC en termes de structuration et de granularité des données, mais qui s'affranchirait de certaines contraintes du MARC et permettrait de gérer facilement les entités FRBR - LRM. La diffusion des données en RDF est une exigence des deux agences bibliographiques nationales, avec BibFrame et FRBRoo comme modèles possibles, mais aucune option n'a été prise à ce stade. Le catalogage FRBRisé ne devrait pas commencer avant les changements d’outils de production mais des travaux informatiques sur les notices d’œuvres ont déjà commencé : à la BnF, les liens vers des notices d'œuvres déjà existantes sont déjà partiellement réalisés, tandis que les instructions préparatoires pour la génération d'œuvres élémentaires sont en cours. Les deux méthodes sont des réutilisations d'algorithmes utilisés pour data.bnf.fr, appliqués au Catalogue général de la BnF. À l’ABES, des tests algorithmiques ont été effectués en 2015 sur CBS, la base du Sudoc, en collaboration avec OCLC, et ont permis de générer quelques 1,5 million de notices de regroupement, ce qui semble encourageant. Les formats UNIMARC et INTERMARC, quant à eux, seront encore utilisés pour la saisie et l’échange, au moins jusqu’en 2020.

L’offre de SIGB, état du marché

20L’offre actuelle pour FRBR, RDA (scénario 1) ou BibFrame est encore très marginale tant en France qu’à l’étranger.

21Des rencontres organisées à Paris par la FULBI entre éditeurs, ABN et comités de normalisation entre 2010 et 201320, il est ressorti que le développement de nouveaux SIGB est long et coûte très cher. Il est donc bien normal que les éditeurs aient attendu des signes clairs des ABN pour se lancer. Simples à implémenter, les scénarios 2 et 3 de RDA sont proposés par les éditeurs étrangers mais ne nécessitent en réalité que de simples ajouts de zones MARC sans changement de la structure des données. BibFrame, encore en développement, est suivi mais pas encore proposé. Quant à l’offre FRBR, elle est très inégale et parfois peu en rapport avec le modèle. On a pu le constater lors des journées « systèmes et données » organisée à la BnF en novembre 2016 dans le cadre de la transition bibliographique, où plusieurs SIGB, en lien avec FRBR/RDA et le Web sémantique ont été présentés21. Lorsqu’on réalise un appel d’offres, il faut distinguer les deux types de FRBRisation proposés :

  • le catalogage FRBRisé, c'est-à-dire la production de notices selon un vrai workflow FRBR. Les outils en production ont des approches FRBR différentes22 : citons celui de la société Electre, Calypse (non commercialisé), le catalogue de la médiathèque de la Cité de la musique (Archimed), le module FRBR du SIGB Virtua (Innovative Interfaces Inc.), Decalog SIGB et le petit nouveau Syrtis (Progilone), entré en production23 en février 2016 et qui semble prometteur. En 2013, une étude d’élèves conservateurs de l’Enssib avait montré que d’autres solutions existent ou sont proposées24 ;
  • l’affichage FRBRisé à l’OPAC ou dans l’outil de découverte, c’est-à-dire le « rapprochement de données » pour obtenir une présentation hiérarchisée selon FRBR. Ces regroupements de notices sont assez éloignés du modèle FRBR mais ont le mérite d’exister : citons Primo, l’outil de découverte d’Ex-Libris et l’API d’OCLC, xISBN basée sur un regroupement assez efficace par ISBN et implémentée dans plusieurs SIGB dont Koha.
  • 25 Voir Marc Maisonneuve, « Logiciels pour bibliothèques 2014. Nouveaux acteurs, nouvelles solutions » (...)

22Dans l’enquête Tosca de 201425, basée sur les déclarations des éditeurs de logiciels, plusieurs sociétés intégreraient FRBR. Il conviendra de se renseigner au préalable. Sont cités dans l’enquête : AFI (Nanook), Existenz (BGM), Archimed (Syracuse), Bibliomondo (Portfolio), Infor (V Smart v3), Sirsidynix (Symphony cloud), Biblix, Xthèque (Assistere) et Progilone (Syrtis) [liste non-exhaustive]. Pour ce qui est des SGB de nouvelle génération, des quatre présentations auxquelles j’ai pu assister dans le cadre d’une étude pour le réseau RERO en mars 2015, il ressort que les innovations ne portent pas sur le catalogage qui reste très classique : en MARC sans FRBRisation pour Alma (Ex-Libris), Sierra (Innovative) et WMS (OCLC). Seul Intota V2 (ProQuest) et son approche FRBR/cataliage semblaient engageants. Cependant, le rachat d’Ex-Libris par ProQuest a provoqué l’abandon d’Intota V2, outil concurrent d’Alma.

23Dans le contexte actuel en mutation, les orientations sont encore incertaines : MARC devrait encore subsister quelque temps tandis que des outils de production en RDF ne devraient pas être sur le marché avant quelques années. Changer de SIGB aujourd’hui oblige donc à considérer avec prudence ce que disent les éditeurs de logiciels de leur offre pour FRBR et RDA-FR. L’écart avec ce qui est proposé dans les faits peut ménager des surprises. Souhaitons enfin, que les éditeurs s’orientent aussi vers RDF et le Web de données liées, dans l’intérêt des bibliothèques et de leurs usagers.

Notes

1 A. H. Chaplin, Conférence internationale sur les principes de catalogage, Bulletin des bibliothèques de France, 1961, n° 12, pp. 559-574. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1961-12-0559-001 >.

2 Anglo-american Cataloguing Rules, 1st and 2nd edition.

3 [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/61335-principes-internationaux-de-catalogage-icp >.

4 Barbara Tillett, FRBR, qu’est-ce que c’est ? Un modèle conceptuel pour l’univers bibliographique, 1998. [En ligne] < http://www.loc.gov/catdir/cpso/FRBRFrench.pdf >.

5 Traduction française révisée publiée en 2012 : < http://www.bnf.fr/documents/frbr_rapport_final.pdf >.

6 [En ligne] < http://www.bnf.fr/documents/frad_rapport_final.pdf >.

7 [En ligne] < http://www.bnf.fr/documents/frsad_rapport_final.pdf >.

8 C’est le modèle de structuration des données utilisé par les technologies du Web sémantique.

9 Pour Données en réutilisation pour la musique en fonction des usages : projet de l’Agence nationale de la recherche (ANR).

10 Pour PRESS orienté objet, il s’agit d’une extension du modèle FRBRoo pour les périodiques. [En ligne] < http://www.issn.org/fr/comprendre-lissn/regles-d-attribution/pressoo/ >.

11 Ressources : description et accès, < http://www.rdatoolkit.org/ >. Pages BnF sur RDA : < http://www.bnf.fr/fr/professionnels/rda/s.rda_objectifs.html >.

12http://www.rdatoolkit.org/ >.

13http://www.loc.gov/bibframe/faqs/ >.

14http://viaf.org >.

15 Emmanuelle Bermès, Le web sémantique en bibliothèque, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2013 (coll. Bibliothèques).

16https://www.loc.gov/bibframe/ > ; < http://www.loc.gov/bibframe/pdf/marcld-report-11-21-2012.pdf >.

17 Thomas Baker, Karen Coyle, Sean Petiya, Multi-Entity Models of Resource Description in the Semantic Web: A Comparison of FRBR, RDA, and BibFrame. [En ligne] < http://kcoyle.net/LHTv32n4preprint.pdf >.

18http://www.transition-bibliographique.fr >.

19 À l’ABES, des consignes sont données aux catalogueurs dans ce sens : < http://documentation.abes.fr/sudoc/regles/Catalogage/Regles_FRBR_Sudoc.htm >.

20 Dernière rencontre FULBI en octobre 2013 : < http://www.fulbi.fr/rda-frbr-etat-des-lieux/ >.

21 Voir les présentations des 9 et 10 novembre 2016 « Les métadonnées en bibliothèque : offres, usages, innovations » : < http://www.bnf.fr/fr/professionnels/anx_journees_pro_2016/a.jp_161109_inovations_metadonnees.html > et le compte rendu des journées. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/tour-d-horizon/les-metadonnees-en-bibliotheque-offres-usages-innovations_67286 >.

22 Présentation de Calypse d’Electre : < http://www.fulbi.fr/rda-frbr-etat-des-lieux/ > ; médiathèque de la Cité de la musique < http://mediatheque.cite-musique.fr/ > ; Fiction finder d’OCLC < http://www.oclc.org/research/themes/data-science/fictionfinder.html?urlm=168974 >.

23 Réseau des médiathèques de Vaulx-en-Velin : < http://bm.mairie-vaulxenvelin.fr/ >.

24 FRBR, RDA, SIGB : rêve ou réalité ? < http://frbr.jimdo.com/comment-faire/etat-de-l-offre-des-sigb/ >.

25 Voir Marc Maisonneuve, « Logiciels pour bibliothèques 2014. Nouveaux acteurs, nouvelles solutions », Livres Hebdo, 7 mars 2014, n° 988, pp. 20-26. [En ligne] < http://toscaconsultants.fr/wp-content/uploads/2016/04/logiciels_pour_bibliotheques_2014.pdf >.

© Presses de l’enssib, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search