Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprendre à gérer des collections patrimoniales en bibliothèque

 | 
Dominique Coq

Mémento

Dominique Coq

Texte intégral

COMPRENDRE LA COLLECTION

  • Votre collection ne s'est pas constituée au hasard : elle a son histoire, celle des fonds qui la constituent, des libéralités (dons, legs…) qui l’ont éventuellement enrichie.

  • Il faut connaître son statut, la réglementation qui la régit. Sa compréhension passe par la connaissance des choix de vos prédécesseurs, de leur « politique documentaire ».

  • Le patrimoine doit être choisi, non subi, et ce choix s’opère dans la concertation.

  • Une collection n’est pas figée (sauf celles qui n’ont pas vocation à s’accroître), elle a évolué avant vous et elle continuera après vous. Vous avez le devoir de la transmettre, éventuellement de l’enrichir selon des critères dont vous devrez rendre compte et en vous entourant de compétences extérieures à la bibliothèque. Car il vaut mieux bien conserver une collection en l'état que l’augmenter n’importe comment ou pour se faire plaisir.

PRENDRE DU TEMPS POUR CONNAÎTRE SA COLLECTION

1Lorsqu'on est confronté à une collection qu’on ne connaît pas, il faut d'abord la faire sienne (intellectuellement, s'entend !). Cela demande du temps, même pour les professionnels familiers des questions patrimoniales. Beaucoup de temps à passer dans les magasins, beaucoup de temps à discuter avec les chercheurs, avec les collègues responsables d’autres collections patrimoniales. Cette familiarité avec la collection et les éléments qui la composent s’acquiert par une sorte de lente percolation. Rien d’étonnant : les documents, de nature variée, qui constituent votre collection ne sont pas spécialement simples à « décoder » et il faut accepter de passer du temps à leur contact pour en percer les mystères (la façon dont ils sont fabriqués, les informations qu'ils contiennent, les manières de les décrire, les instruments de travail à utiliser, imprimés ou en ligne).

2Il n’y a pas que des documents précieux dans une collection patrimoniale. Ce n’est pas une raison pour négliger les pièces les plus modestes et ne décrire que les plus spectaculaires. Tous les documents doivent être décrits sans exclusive. Votre collection n’est pas seule au monde et s’inscrit dans un paysage documentaire plus général. Ainsi tel document qui peut paraître mineur, pris isolément, prend sens avec d’autres conservés ailleurs, dans une perspective sérielle qui peut s’avérer très riche pour l’historien. Et même d’un point de vue plus local, les informations particulières (provenances, mentions manuscrites) que contient éventuellement un exemplaire d’une édition quelconque peuvent se révéler parfois d’un grand intérêt.

PROTÉGER LA COLLECTION

3Bien conserver – ou plutôt préserver dans les meilleures conditions – sa collection afin de la transmettre la moins dégradée possible aux générations suivantes. Cela peut paraître simpliste ou secondaire comme mission. Ce ne l'est pas. Tout un ensemble de savoirs, de savoir-faire est à acquérir pour y parvenir et à faire comprendre à vos collègues, aux utilisateurs, aux lecteurs, à votre tutelle. Mais entre le désir de communiquer le plus possible, de multiplier les expositions et la nécessité de restreindre l'accès au document pour le préserver de la lumière ou des manipulations parfois hasardeuses des lecteurs, où placer le curseur ? Contrairement à ce que l'on croit, les livres les plus anciens ne sont pas les plus fragiles, et on a souvent la surprise de constater en les ouvrant leur état de fraîcheur alors qu'ils ont traversé les siècles dans des conditions de conservation qui étaient loin d'être les meilleures. Au reste, tout n’est pas à protéger avec la même inquiète sollicitude. Repérer les éléments les plus précieux et les plus fragiles à sauvegarder spécialement est une des premières tâches du responsable patrimonial pour établir un plan d'urgence en cas de sinistre.

FAIRE CONNAÎTRE LA COLLECTION

  • 1 Plan d'action pour le patrimoine écrit et graphique, Synthèse nationale des enquêtes régionales, 20 (...)

4C’est le point essentiel. S’approprier, comprendre sa collection, bien la conserver, c’est parfait, mais le plus important est de la faire connaître. On estime à plus de 40 % des collections patrimoniales qui ne sont pas signalées1. C’est-à-dire qu’elles sont là, prennent de la place mais n’existent pour personne : une sorte d’équivalent de la matière noire pour les astrophysiciens.

5Signaler, encore signaler, toujours signaler : avant de songer à faire des acquisitions ou à organiser des expositions, avant d'entreprendre des opérations de numérisation ou de valorisation, il faut d'abord faire savoir ce qui est conservé sur les rayons et le décrire afin de le verser dans les réservoirs bibliographiques les plus larges et les plus consultés. Cela passe par quelques opérations indispensables, qui peuvent d'ailleurs bénéficier d'un soutien financier et d'une expertise scientifique de la part des acteurs nationaux et régionaux de signalement :

  • signalement des différents fonds tout d'abord dans le RNBFD du CCFr ;

  • informatisation des anciens catalogues (rétroconversion) afin d'en verser les notices dans le CCFr ou le Sudoc.

6Le signalement des documents patrimoniaux qui n'ont pas encore été catalogués met en jeu des connaissances spécifiques qu'il convient d'acquérir dans des stages de formation si on ne les possède pas encore :

  • pour décrire les différents types de document (manuscrit, gravure, photo, etc.) ;

  • pour relever les particularités de l'exemplaire considéré (histoire, anciens possesseurs, reliure, rareté, etc.) ;

  • pour apprendre et utiliser le format bibliographique recommandé selon le type de document.

TROUVER DES PARTENAIRES POUR UN CADRE D'ACTION

7Votre travail ne sera utile que s'il se fait en concertation et coopération, à l'intérieur de la bibliothèque et à l'extérieur de l'établissement. Des partenariats scientifiques et techniques sont à chercher au niveau local (autres établissements de conservation, universités, sociétés savantes), au niveau régional (DRAC, structures régionales de coopération), au niveau national (BnF, SLL) :

  • pour les choix documentaires qui devront être opérés pour la constitution de votre collection patrimoniale et éventuellement pour la constitution d'une réserve en son sein ;

  • pour déterminer les projets à mettre en œuvre pour exploiter et valoriser cette collection (appels à projets, coopération avec la BnF).

À VOUS DE JOUER MAINTENANT

8Vous savez désormais comment vous situer vis-à-vis de votre fonds : il ne s'agit pas pour vous de devenir un spécialiste du livre ancien, de la gravure, ou de la reliure mais, d'une part, de vous débrouiller suffisamment avec ce type de document pour les faire connaître à ceux qui sont le plus à même de les exploiter et, d’autre part, de faire bénéficier des richesses de votre collection patrimoniale au plus grand nombre. Les pages qui précèdent ont tenté de vous expliquer quelques règles de base.

9D'ailleurs, sachez que vous n’êtes pas seul-e. Des ressources existent en ligne. D’abord la liste de discussion BiblioPat2 qui regroupe de nombreux responsables de fonds patrimoniaux auxquels vous pourrez avoir recours en cas de besoin et qui répondront à vos interrogations même si elles vous paraissent ingénues. Et n’oubliez pas de mettre dans vos favoris l’URL du site Patrimoine écrit3 du SLL et celui des fiches destinées aux professionnels sur le site de la BnF4. Vous y trouverez les réponses à beaucoup de questions que vous pourrez vous poser.

Notes

1 Plan d'action pour le patrimoine écrit et graphique, Synthèse nationale des enquêtes régionales, 2007, [en ligne] : < http://www.patrimoineecrit.culture.gouv.fr/PAPE.html >, p. 10.

2 < http://listes.enssib.fr/listes/info/bibliopat >.

3 < http://www.patrimoineecrit.culture.gouv.fr/index.html >.

4 < http://www.bnf.fr/fr/professionnels.html >.

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540