Version classiqueVersion mobile

Réinformatiser une bibliothèque

 | 
Anna Svenbro

Partie 2. Questions techniques

Le réseau suisse RERO

Thierry Clavel

Texte intégral

  • 1 Les données de cette contribution sont datées du 1er janvier 2017.

1Acronyme de REseau ROmand, RERO a été créé en 1985 et compte 2001 bibliothèques membres réparties sur six cantons de Suisse occidentale, majoritairement francophones, deux d’entre eux étant bilingues français/allemand, ainsi que quelques institutions fédérales dans le domaine du droit. Avec 285 000 lecteurs inscrits, le réseau partage un catalogue collectif riche de 6 millions de références pour 12 millions de localisations.

2RERO fédère des bibliothèques de tous types : universitaires, patrimoniales, scolaires et publiques, autour d’un SIGB centralisé et mutualisé. Il s’agit du logiciel Virtua Consortium de la société Innovative Interfaces Inc. Les différents modules ‒ catalogage, acquisitions, prêt, gestion d’archives et périodiques ‒ sont mutualisés et utilisés par environ 700 professionnels.

3La « Centrale » RERO, dont le rôle est assez comparable à celui de l’ABES en France, est composée de 20 personnes. Elle assure le support technique du SIGB, la coordination des activités bibliothéconomiques, la production et la maintenance informatique et gère un ensemble de services : OPAC et outil découverte RERO Explore (logiciel Primo d’Ex-Libris) avec interfaces personnalisées, résolveur de liens SFX, Bibliothèque numérique RERO DOC (220 000 documents), et Prêt entre bibliothèques – ILL RERO.

4Tout comme la Bibliothèque nationale suisse (BN) et les réseaux suisses alémaniques Informationsverbund Deutschschweiz (IDS), RERO a adopté les normes AACR2 dans les années 2000 et utilise le format MARC21 pour le catalogage. Depuis 2012, l’indexation matière utilise le référentiel RAMEAU d’une manière innovante, en combinant les descripteurs en mode post-coordonné. Par opposition au mode pré-coordonné où les vedettes matières Rameau sont construites par l'indexeur selon des règles syntaxiques précises, le mode post-coordonné ne prévoit pas de syntaxe entre descripteurs. Ceux-ci sont ainsi combinés librement.

5Souvent cité en exemple à l’étranger pour sa capacité à avoir su fédérer, dans un même réseau et autour d’un même SIGB mutualisé, des bibliothèques de tous types, RERO est aujourd’hui en pleine mutation : avec l’accroissement de l’offre de documentation électronique, les besoins du public et des bibliothèques changent, tandis que les outils du marché évoluent, notamment vers des solutions dans le cloud et des bases de connaissance* internationales. Ainsi, le modèle actuel RERO, basé sur un catalogue collectif centralisé, est remis en question, ce qui a notamment entraîné le retrait de l’un des partenaires, et lancé une réflexion approfondie sur l’avenir du réseau, qui inclut la possibilité, pour le réseau RERO, de collaborer à un projet de portée plus large, celui d’une plate-forme nationale suisse de services aux bibliothèques (Swiss Library Service Platform, SLSP) dont la phase de conception doit s'achever en 2017. La mise en place d'un centre de compétences et de services aux bibliothèques, sur la base de la Centrale RERO actuelle, est à l'étude. De portée nationale, orientée lecture publique et patrimoniale, cette nouvelle structure s'appuierait sur des solutions open source et un cloud local.

  • 2 Voir la contribution : « FRBR, RDA, BibFrame : comment prendre en compte ces nouveaux standards ?, (...)

6Concernant FRBR et RDA2, le contexte suisse est différent de la situation française. Au plan international, les AACR2 n’étant plus maintenues, elles sont progressivement abandonnées par leurs utilisateurs au profit de RDA. La logique voudrait donc que la Suisse passe à RDA. La BN et les réseaux IDS ont démarré le processus d’adoption de RDA en 2016, sur la base du profil d’application RDA D-A-CH pour l’espace germanophone, et du fichier d’autorités GND, en commun avec l’Allemagne et l’Autriche. Pour RERO, le passage à RDA est lié aux résultats des réflexions en cours, et pourrait se faire soit dans le cadre francophone romand, soit dans le cadre plus large de la plate-forme SLSP, ce qui demanderait alors la mise en œuvre d’une solution multilingue, y compris en ce qui concerne les autorités.

Notes

1 Les données de cette contribution sont datées du 1er janvier 2017.

2 Voir la contribution : « FRBR, RDA, BibFrame : comment prendre en compte ces nouveaux standards ?, p. XX.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search