Version classiqueVersion mobile

Réinformatiser une bibliothèque

 | 
Anna Svenbro

Partie 2. Questions techniques

Lier les bases locales aux catalogues fédérés

Jean Bernon

Texte intégral

1À l’origine, ce chapitre devait être consacré au projet de Système de gestion de bibliothèque mutualisé (SGBm) de l'ABES. Mais le titre finalement retenu et sa place au sein de l'ouvrage invitent à examiner plus largement l'évolution des différentes techniques pour lier les bases locales aux catalogues fédérés, l'évolution des objectifs qu'elles poursuivent et de l'organisation collective qui les accompagne. La plupart des services et des projets de l'ABES, et pas seulement le SGBm, s'inscrivent dans cette évolution qui est celle de la mutualisation du signalement et des métadonnées d'abord, mais aussi de l'accès aux ressources documentaires. Le projet de SGBm sera donc abordé en lien avec d'autres services et projets, plus sous l'angle des données que de la gestion. Pour les autres aspects du SGBm, le lecteur est invité à se reporter aux diverses publications que ce projet a déjà suscitées1. Le présent chapitre s'appuie largement sur des études réalisées par ou pour l'ABES.

2Le catalogue général Sudoc et les catalogues spécialisés < www.theses.fr > (thèses) et Calames (manuscrits et archives) sont aujourd'hui les principaux modèles de catalogues fédérés pour la communauté universitaire nationale. Le catalogue des périodiques Sudoc-PS et le catalogue général CCFr sont les principaux catalogues nationaux fédérant bibliothèques publiques et universitaires. On examinera d'abord ce modèle classique, les grandes caractéristiques de son fonctionnement, ses principales évolutions et ses limites. On verra ensuite comment émerge un nouveau modèle, caractérisé par les projets SGBm, Base de connaissance nationale (BACON), Hub de métadonnées et ISTEX, qui renouvellent les techniques de mutualisation et les diversifient au-delà des catalogues et des bibliothèques, notamment pour les ressources électroniques. On examinera enfin pourquoi le Web de données est un horizon commun de l'évolution des systèmes locaux et fédérés, au cœur de la réflexion initiée sur l'évolution du Sudoc (projet Sudoc2).

Rêve de bibliothèque universelle et format MARC

  • 2 Louise-Noëlle Malclès, Manuel de bibliographie, Paris, Presses universitaires de France, 1963, p (...)
  • 3 « Michel Boisset », Wikipedia, Wikimedia Foundation, n. d. Web. 13 janvier 2015. [En ligne] < http (...)

3La fédération des catalogues de bibliothèques est une histoire très ancienne. Dans son Manuel de bibliographie publié en 1963, Louise-Noëlle Malclès rapporte comment de 1895 à 1910 l'Institut international de bibliographique de Paul Otlet lança un projet de fichier mondial des livres et réussit à créer un fichier de 10 millions de livres. Le projet fut abandonné, mais Malclès conclut « L'idée d'un fichier mondial des livres n'est pas abandonné à notre époque et l'on propose pour y atteindre une solution rationnelle. Elle consiste à fondre en un seul les catalogues, sinon de toutes les bibliothèques du monde, du moins des grandes bibliothèques publiques »2. Pour atteindre cet objectif les grandes bibliothèques se sont logiquement intéressées aux techniques informatiques dès leur apparition. Un bureau de l'automatisation des bibliothèques est créé en France en 19713.

4Le format MARC des catalogues informatisés est inventé dès la fin des années 1960. Ce format, révolutionnaire à l'époque, a permis de coder finement et d'échanger des informations en longueur variable et il reste aujourd'hui encore le support principal du catalogage partagé* et des catalogues collectifs. Il faut distinguer ici, pour la clarté de la suite de la discussion :

  • le format MARC stricto sensu (norme ISO2709) qui définit la mise en forme des notices échangées : répertoire, séparateurs, méthode d'étiquetage des données ;
  • le modèle des données échangées (transcrit par un format MARC spécifique : UNIMARC, INTERMARC, LCMARC, etc.) qui définit le champ et les propriétés des concepts utilisés pour décrire et indexer les documents : caractéristiques des différentes publications, catégories d'auteur, de titre, de sujets, etc. ;
  • les règles d'application du modèle conceptuel aux cas particuliers (normes et règles de catalogage4) qui encadrent tant la production de notices MARC par les catalogueurs que les algorithmes de traitement de ces notices.
  • 5 « ABES : Produire dans le Sudoc – Sudoc » ABES, n. d. Web, 19 janvier 2015. [En ligne] < http://ww (...)

5Format MARC et normes de catalogage ont servi de fondement pour décrire et localiser les collections physiques des bibliothèques et les lier aux catalogues fédérés, régionaux, nationaux ou internationaux5.

Pourquoi et comment fédérer et lier des catalogues ?

6Classiquement, on lie les bases locales aux catalogues fédérés pour trois raisons :

  • l'économie : diminuer la charge de production des bases locales ;
  • la visibilité : rendre les bases locales visibles au niveau national et international ;
  • la qualité : avoir des données et des services de qualité.

7On peut regrouper les techniques traditionnelles de fédération des catalogues sous trois catégories : l’échange de fichiers MARC, le catalogage partagé et les moteurs de recherche Z3950.

Encadré. Les trois techniques traditionnelles de fédération des catalogues

• La première méthode est le simple échange de fichiers MARC. Il a longtemps été le principal mode d'échange : chargement local des fichiers de la BnF dans les bibliothèques publiques, Pancatalogue des universités. Il reste courant pour le catalogage rétrospectif dans les bases locales, pour la migration du catalogue d'un système à l'autre ou pour l'intégration au catalogue commun de nouvelles sources ou de fonds locaux spéciaux.
• La deuxième méthode est le réseau de catalogage partagé. C'est la façon la plus classique et la plus fiable de lier les catalogues locaux aux catalogues fédérés. Le Sudoc en est la meilleure illustration. Chaque bibliothèque, membre du réseau, catalogue ses propres collections dans une base nationale commune. Elle contribue ainsi directement à la constitution d'un catalogue national, en n'ayant qu'à se localiser la plupart du temps, dans plus ou moins 80 % des cas, selon la spécificité des fonds catalogués. Elle récupère chaque jour dans son catalogue local toutes les notices qu'elle a localisées et peut aussi récupérer, si elle le souhaite, toutes les notices mises à jour par le réseau et toutes les notices d'autorités liées aux notices bibliographiques qu'elle récupère. Les métadonnées produites par le catalogage partagé sont généralement plus fiables que celles issues des chargements de fichiers ou plus exactement la bibliothèque et le réseau peuvent plus facilement les adapter à leurs usages. En dehors de ce service de base, la bibliothèque peut bénéficier de nombreux autres services à la carte : fourniture de fichiers de notices, de listes, plans de conservation partagée, catalogues régionaux. Si le catalogage partagé permet d'obtenir des données communes de qualité, il a toutefois des limites. Sa qualité dépend du maintien de règles communes au réseau (documentation, formation), elle mobilise des ressources humaines importantes et la répartition de cette charge est souvent très inégale entre les bibliothèques du réseau.
• La troisième méthode pour fédérer des catalogues locaux est que chaque système local propose un point d'accès normalisé aux moteurs de recherche fédérés. Les serveurs Z3950 sont la plus ancienne mise en œuvre de cette solution. La norme Z3950* définit la façon dont les moteurs de recherche doivent formuler leurs requêtes et la façon dont le serveur Z3950 propre à chaque catalogue doit répondre aux requêtes et mettre en forme les résultats. Le moteur de recherche adresse des requêtes à tous les serveurs Z3950 qu'il souhaite fédérer et agrège dynamiquement les résultats pour les présenter à l'utilisateur final. Le grand avantage de cette méthode est que les résultats obtenus par l'utilisateur sont parfaitement à jour. Elle a toutefois quelques inconvénients majeurs qui font qu'aujourd'hui on utilise les serveurs Z3950 moins pour la recherche fédérée que pour la récupération de notices à l'unité sur les catalogues extérieurs. Le principal inconvénient est la lenteur de la recherche et la difficulté à fédérer concrètement plus d'une dizaine de catalogues.

* « Le Protocole Z39.50 », Bibliothèque nationale de France, n. d. Web, 19 janvier 2015. < http://www.bnf.fr/​fr/​professionnels/​protocoles_echange_donnees/​a.proto_z3950.html >

Le protocole OAI-PMH6

  • 6 « Protocole OAI-PMH », Bibliothèque nationale de France, n. d. Web, 19 janvier 2015. [En ligne] < (...)

8OAI-PMH est un protocole plus récent dont le modèle d’interrogation à distance des serveurs locaux s’apparente au modèle Z3950, mais qui en évite les inconvénients en mixant interrogation à distance et échange de fichiers. Les résultats des requêtes adressées aux serveurs OAI-PMH ne sont pas agrégés dynamiquement mais stockés périodiquement par les moteurs de recherche fédérés. Par ailleurs OAI-PMH utilise le format XML et différents modèles de données, le plus souvent Dublin Core ou MARCXML.

API ou Webservices

  • 7 « ABES : Pour les développeurs ‒ accès direct à ..... », ABES, n. d. Web, 30 avril 2015. [En ligne (...)
  • 8 “SRU: Search/Retrieval via URL -- SRU, CQL and ZeeRex (Standards, Library of Congress)”, Library o (...)
  • 9 Dans ce cas, les notices sont généralement transférées en MARCXML. Le format stricto sensu est XML, (...)

9Enfin, les systèmes proposent de plus en plus des API ou Webservices qui permettent d'extraire ou d'afficher une information du catalogue à partir d'une URL contenant des critères de recherche. Le Sudoc met diverses API à la disposition des systèmes locaux pour intégrer à la volée aux fonctions locales des données du système central7. En sens inverse, le Sudoc utilise déjà des deeplink pour permettre à l'utilisateur du catalogue central de rebondir de la notice commune à la notice correspondante du catalogue local. Lorsque les catalogues locaux proposent une API d'interrogation, il pourrait aller plus loin et extraire leurs données locales à la volée pour les intégrer à l'affichage du catalogue commun ou pour consolider des statistiques. À la différence de Z3950 et d'OAI-PMH, API et Webservices ne reposent pas forcément sur des modèles ou des normes spécifiques, mais sur l'usage de requêtes Web simples dont la construction et les résultats sont en principe documentés par le site Web local. Toutefois il existe une norme SRW/SRU8, évolution de Z3950, qui permet de rechercher ou de mettre à jour une notice dans un catalogue distant en utilisant le protocole HTTP et le format XML9.

10Outre sa lenteur, la fédération par recherche Z3950 a un autre inconvénient. Elle fédère sans vraiment lier. Les moteurs de recherche Z3950 récupèrent des lots de notices de différents serveurs sans liens entre elles et les juxtaposent ou tentent péniblement de les dédoublonner à la volée en comparant ISBN, titres, auteurs, éditeurs, dates d'édition. Les méthodes qui aboutissent à une base centralisée, catalogage partagé ou chargements de fichiers, permettent d'allouer un identifiant commun aux notices décrivant le même document (publications) ou la même entité (autorités personnes, organismes, lieux, sujets). La plupart du temps ces identifiants communs sont mémorisés par les bases locales lorsque celles-ci récupèrent la notice commune. Mais ce n'est pas toujours le cas. En sens inverse les identifiants locaux sont beaucoup moins souvent mémorisés sur les bases communes. Notons enfin que les identifiants communs sont longtemps restés propres à un réseau de bibliothèques et n'avaient guère de sens en dehors de lui.

Accomplissement du rêve et réveil : l’accès aux ressources numériques

11Les techniques décrites jusqu'ici pour relier un catalogue local aux catalogues fédérés ont fini par réaliser le rêve antérieur à l'informatique du catalogue universel des bibliothèques. Le catalogue WorldCat du réseau OCLC compte plus de 300 millions de notices bibliographiques et plus de 2 milliards de documents localisés en près de 500 langues différentes10. La majorité des bibliothèques du réseau Sudoc ont souscrit au service du réseau qui leur permet d'être visibles sur WorldCat.

12Mais l'informatique a aussi en partie vidé le rêve de sens, en même temps qu'elle le réalisait. Au moment où ce rêve a été conçu, les collections physiques des bibliothèques, des archives et des musées pouvaient prétendre regrouper la totalité des savoirs et des arts accessibles au public. L'informatique a complètement changé la donne. Les savoirs et les arts accessibles au public sont désormais répartis sur des milliers d'ordinateurs et le Web permet à chacun de naviguer parmi ces connaissances depuis n'importe quel espace public ou privé. La bibliothèque est l'un de ces lieux, privilégié sans doute, mais elle n'est plus le seul. Le bibliothécaire est de plus en plus médiateur plutôt que gardien des savoirs et des arts. Il acquiert de moins en moins de documents et négocie de plus en plus des accès provisoires ou définitifs à des ressources numériques distantes.

13Face à l'essor du Web et des ressources distantes, le premier réflexe a été de les cataloguer, de créer des signets ou des portails documentaires. Les bibliothèques poursuivent ainsi le rêve de la bibliothèque universelle en essayant de l'étendre de leurs collections physiques à l'ensemble des ressources distantes. Elles y parviennent en partie, au prix de changements assez profonds.

Nouveaux outils : bases de connaissance et outils de découverte

  • 11 Marshall Breeding, “Knowledge Base and Link Resolver Study: General Findings”, May 2012. [En ligne (...)
  • 12 Soulignons que la fourniture de « mauvaises données » par les éditeurs est liée à un contexte où l (...)

14Le coût en ressources humaines du catalogage partagé est un obstacle pratiquement insurmontable face à la très forte croissance des ressources documentaires numériques. D'autant plus que les éditeurs produisent en amont des métadonnées pour ces ressources. Mais lorsqu'ils fournissent des fichiers MARC aux bibliothèques, les notices sont souvent jugées de mauvaise qualité et peuvent difficilement être chargées dans les catalogues de bibliothèques sans traitement préalable. En fait les modèles de données des formats MARC ne sont pas adaptés aux ressources électroniques en dehors des catalogues de bibliothèques. Les éditeurs et autres acteurs de la chaîne documentaire numérique, agrégateurs notamment, utilisent des bases de connaissance (souvent désignées par l'abréviation KB de l'anglais knowledge base) pour décrire les collections numériques (appelées aussi « bouquets » ou « packages »), leur lier e-revues et ebooks et définir les méthodes d'accès à ces ressources. Les bases de connaissance s'appuient sur divers modèles de données, dont l'un des concepts centraux est le TIPP (Titre, Identifiant, Package, Plate-Forme), et les échanges entre bases de connaissance s'appuient sur la recommandation KBART11. Les fichiers MARC dérivés des bases de connaissance contiennent des identifiants, des titres et des dates produits à partir de modèles de données différents, plus riches sur le plan de la gestion des ressources électroniques, mais plus pauvres sur le plan bibliographique. Les notices d’e-documents sont donc difficiles à intégrer au catalogue et à lier le cas échéant aux documents physiques correspondants12.

  • 13 A to Z d'EBSCO est la plus utilisée.

15En conséquence les bibliothèques ont commencé à utiliser des bases de connaissance en complément des catalogues pour l'accès public aux ressources électroniques et pour leur gestion. Quelques-unes ont installé un système local, mais la plupart utilisent une base « locale » distante gérée par un agrégateur de données13. Les bases de connaissance permettent d'accéder aux e-revues et à leurs articles en recherchant par titre d’e-revue, mais elles ne permettent pas d'y accéder en recherchant par titre, auteur et contenu d'article.

16Pour y parvenir les agrégateurs de données ont conçu en complément de la base de connaissance un autre type d'outil, différent du catalogue, l'outil de découverte. Cet outil s'inspire plus des moteurs de recherche du Web que des catalogues. Il s'appuie essentiellement sur la construction d'un grand index central* qui traite la totalité des métadonnées de la base de connaissance, la totalité du contenu des articles publiés dans les e-revues et accessoirement le catalogue des collections physiques de la bibliothèque. L'index central des outils de découverte peut être installé localement et limité aux collections physiques et distantes d'une bibliothèque. Mais c'est plus souvent, comme la base de connaissance, une vue locale sur un index global agrégeant au niveau international le maximum de ressources.

17Les catalogues sont donc insuffisants pour fédérer les collections électroniques. En fait WorldCat n'est plus vraiment un catalogue. C'est un outil de découverte qui combine un catalogue et une base de connaissance. Il est aujourd'hui produit essentiellement par des traitements de données, MARC ou autres, reçues des éditeurs et de moins en moins par le catalogage partagé des bibliothèques. De même, la forte progression des notices d’ebooks et d’e-revues dans le Sudoc est due à des traitements de données des éditeurs et l'ABES a décidé de créer BACON.

Hub de métadonnées, BACON, SGBm

  • 14 « Politique de signalement des licences nationales ISTEX », Punktokomo, ABES, 25 février 2014. Web (...)

18Les nouveaux traitements de données s'apparentent aux traditionnels chargements de fichiers MARC, mais ils changent progressivement de nature. Ils fonctionnent comme un sas d'entrée et de sortie des données entre différentes sources et différentes cibles, sas indépendant du catalogue, d'où l’appellation « Hub de métadonnées ». Ils traitent différents formats et modèles de données, ils mémorisent les données d'origine et les lient dans des grappes de notices en vue de traitements ultérieurs, ils veillent à lier de façon pérenne les métadonnées communes aux différentes sources et cibles, ils associent plus étroitement l'expertise des catalogueurs ou le feed-back d'usagers finaux. Par exemple le traitement des données acquises en licences nationales ISTEX permet aux bibliothèques de récupérer très facilement les notices dans leurs catalogues locaux et leur permettra bientôt de récupérer les listes KBART dans leur base de connaissance14.

  • 15 « ABES : BACON - Base de connaissances nationale – Projets en cours » ABES, n. d. Web, 19 janvier (...)
  • 16 “KnowledgeBasePlus”, JISC Collections, n. d. Web, 19 janvier 2015. [En ligne] < https://www.jisc-c (...)
  • 17 “GOKb" Kuali Foundation”, n. d. Web, 19 janvier 2015. [En ligne] <https://gokb.kuali.org/gokb/>.

19Le projet BACON15 répond à une forte attente des bibliothèques d’enseignement supérieur et de recherche. Mais celle-ci recouvre plusieurs niveaux : alimentation des bases locales en données de qualité ? Cartographie nationale de l'ensemble des ressources numériques ? Index central national d'articles et de plein texte ? Ces différentes attentes proviennent d'acteurs divers et correspondent à des niveaux d'organisation et de moyens sensiblement différents. Dans un premier temps au moins, le projet BACON veut répondre seulement au premier des trois niveaux d'attente. Il suit en cela la même logique que le projet britannique KB+16 démarré en septembre 2012 par le JISC. Le JISC et l'université de Caroline du Nord sont aussi à l'initiative d'une fédération internationale de bases de connaissance nationales GOKb17 à laquelle BACON participera aussi.

  • 18 Worldshare d'OCLC, ALMA d'Ex-Libris, Intota de Proquest, Sierra d'Innovative, Open Library Environ (...)

20Le projet SGBm concernait a priori la gestion locale des bibliothèques plus que la fédération des données au plan national et international. Il s'agissait au départ de réduire la prolifération des systèmes informatiques locaux : 18 SIGB différents et 153 systèmes locaux dans le réseau Sudoc, bases de connaissance, résolveurs de liens, ERMS, outils de découverte, bibliothèques numériques. Mais la réflexion a pris une autre dimension avec l’arrivée des premiers systèmes commerciaux de gestion de bibliothèque, dits de nouvelle génération18. Ces systèmes se différencient des systèmes locaux classiques par les traits suivants :

  • l'acquisition d’un système local est remplacée par un abonnement à un service dans les nuages (Software as a Service) ;
  • toutes les bibliothèques abonnées au service utilisent un seul système commun qui s’adapte de façon transparente pour les utilisateurs à l’augmentation du nombre de bibliothèques abonnées et à leur variété de taille ou de configuration (Scalability) ;
  • le service peut être adapté à chaque bibliothèque grâce aux paramètres et aux API, mais aussi par l'usage d’une plate-forme collaborative (Service Oriented Architecture) ;
  • les circuits de traitement des collections physiques et des ressources en ligne sont complètement intégrés : acquisitions/gestion de licences, catalogage/production de métadonnées, circulation/gestion des accès, catalogue public/découverte ;
  • les multiples systèmes locaux sont remplacés par un service unique ou au moins peuvent être réduits au minimum ;
  • et surtout la bibliothèque bénéficie d'un vaste éventail de données et de métadonnées internationales (catalogue, base de connaissance, index central) et pas seulement d'un service de gestion.

21Nous n'approfondirons ici que la dernière caractéristique. Ce modèle étend à l'ensemble des données de la bibliothèque ce qu'elle expérimente aujourd'hui en s'abonnant à une base de connaissance ou à un outil de découverte distants. On a trois niveaux de données sur un seul système : les données globales communes à toutes les bibliothèques abonnées, les données communes à un consortium de bibliothèques, les données propres à une bibliothèque.

22Schématiquement,si le consortium Sudoc migrait toutes ses données dans le niveau consortial d'un tel système et que les bibliothèques du consortium migraient leurs systèmes locaux dans le niveau local du même système, on obtiendrait en pure théorie un résultat bien meilleur qu'avec le réseau actuel, sur tous les plans : économie, visibilité et qualité. Le système serait globalement plus économique et surtout au niveau de la bibliothèque il simplifierait l'administration informatique, l'acquisition de ressources électroniques, la production de métadonnées et l'accès des usagers à la documentation en ligne. La visibilité de la bibliothèque au niveau du Web serait d'emblée meilleure. La qualité s'améliorerait au niveau consortial grâce à une plus grande cohérence entre données locales et données consortiales liées entre elles sur le système commun : aujourd'hui certains systèmes locaux ont jusqu'à 30 % de notices non localisées dans le Sudoc et, même pour les fonds localisés, les données locales du Sudoc sont souvent moins riches et moins à jour que celles des systèmes locaux.

  • 19 Sur l’évolution des règles de production des données bibliographiques, voir la contribution de Thi (...)

23Ce schéma a le mérite de laisser entrevoir des alternatives au modèle actuel, mais la réalité est bien sûr plus contrastée. Il faudra être vigilant pour que l'économie globale profite vraiment aux bibliothèques. Il y aura probablement une meilleure qualité des données locales, mais peut-être une moindre qualité des données bibliographiques et d'autorités. Le passage à un système international de production de métadonnées s'appuierait sans doute sur un modèle et des règles nord-américains dont les pays européens non anglophones estiment qu’ils ne sont aujourd'hui que partiellement aboutis19. La capacité effective du nouveau système à reprendre ou à alimenter tous les services du réseau Sudoc devrait faire l'objet d'un inventaire précis. Plus radicalement il n'est pas pensable de transférer tout ou partie des données des bibliothèques françaises sur un système commercial international sans garanties solides et il n'est ni possible ni souhaitable que toutes les bibliothèques choisissent le même système.

Encadré. SGBm et Sudoc2 en 2015

Le schéma finalement retenu par l'appel d'offres SGBm lancé début 2015 est le suivant :

• le projet SGBm est recentré sur la migration des systèmes locaux et leurs liens avec les bases nationales ;
• la migration du Sudoc devient un projet différent appelé Sudoc2 ;
• le projet SGBm vise toujours à diminuer le nombre de systèmes locaux, à aider les bibliothèques à mutualiser leurs systèmes locaux et à améliorer leurs liens avec le Sudoc. Mais il y aura plusieurs SGBm et non un seul ;
• les SGBm retenus par l'accord-cadre de l'ABES devront transférer régulièrement à l'ABES les données des bibliothèques abonnées via l'accord-cadre pour constituer un entrepôt de données alimentant les services nationaux et garantissant une copie externe de leurs données aux bibliothèques.

24Bases de connaissance et index centralisés, hubs de métadonnées et plates-formes de recherche, partenariats avec les éditeurs et les agrégateurs, systèmes de gestion mutualisés, numérisation de masse… Les bibliothèques sont-elles en train de transposer leur rêve de bibliothèque universelle à l'ère numérique qui fait suite à une première phase de simple informatisation de leurs catalogues et de leur gestion interne ? Elles ont en tout cas entrepris de constituer, souvent avec l'aide de partenaires commerciaux, des silos de données comme elles ont créé auparavant des silos de documents. WorldCat en est le meilleur exemple et WordShare, le système de gestion qui lui est associé, propose à chaque bibliothèque de partager la gestion de toutes ses données avec le monde entier… des bibliothèques.

Web de données et nouveaux modèles pour le catalogue

  • 20 “Thinking the Unthinkable: A Library without a Catalogue - Reconsidering the Future of Discovery T (...)
  • 21 “Academia.edu”, Wikipedia, Wikimedia Foundation, n. d. Web, 17 janvier 2015. [En ligne] <http://fr. (...)

25Pourtant à l'évidence les usagers des bibliothèques et aussi les bibliothécaires utilisent les moteurs de recherche du Web prioritairement aux catalogues et même aux outils de découverte20. Et les chercheurs utilisent les réseaux de recherche prioritairement aux plates-formes21. Le Web est constitué de ressources décentralisées et liées entre elles. Sa capacité d'extension à de nouvelles ressources est bien supérieure à la capacité de concentration des silos de la bibliothèque universelle. En fait Web et silos de données sont complémentaires.

26La question a d'abord été formulée du côté des bibliothèques en termes de référencement sur le Web du catalogue ou du portail documentaire. Du côté des acteurs du Web il est apparu que les liens entre pages Web ou entre pages Web et bases de données ne permettaient pas aux moteurs de recherche et aux usagers d'en extraire tout le contenu et qu'il fallait créer des liens entre les données contenues dans les pages Web ou dans les bases de données associées22. Des bibliothécaires ont accompagné le projet de Web des données (ou Linked Open Data) et fait évoluer les modèles de données des catalogues et bases documentaires.

Encadré. Nouveaux modèles de données FRBR ou BibFrame

Entre autres caractéristiques, ces nouveaux modèles de données :

• sont plus orientés vers l'usage des catalogues par les usagers des bibliothèques et du Web, mais aussi par les machines (moteurs de recherche ou autres applications du Web) ;
• accordent plus d'importance aux contenus communs à toutes les ressources du Web : œuvres, personnes, organismes, lieux, sujets.

Ils doivent bien sûr composer avec les modèles MARC utilisés depuis bientôt 50 ans dans des centaines de millions de notices*, mais ils ont déjà induit des changements profonds :

l'importance accrue des autorités – Les autorités et les liens entre notices servaient surtout à assurer la cohérence interne du catalogage et de la consultation dans les grands catalogues. Ils étaient souvent jugés superflus pour les petits ou moyens catalogues largement dérivés des précédents. Les autorités se révèlent désormais clairement indispensables pour relier entre elles les entités communes aux différents catalogues et aux ressources du Web. D'où par exemple le développement actuel du service VIAF qui relie entre elles les autorités des grands catalogues et indirectement de très nombreux catalogues**. Ou encore les nouveaux liens externes vers les autorités des catalogues que l'on trouve désormais dans de nombreux articles de Wikipedia, source centrale du Web de données (DBpedia***).
l'importance accrue des identifiants pérennes – Elle recoupe la précédente. Un identifiant ne sert plus seulement à faire un lien interne à un catalogue ou à un réseau de catalogues. Il devient une URI publiée sur le Web pour permettre à toutes les applications externes d'utiliser une entité de la base documentaire ou de s'y lier****.
l'évolution du concept de qualité – La généralisation des liens externes conduit enfin à réviser une conception trop centralisée de la qualité des métadonnées. Il n'existe pas de source ou de modèle de données unique pour décrire les ressources documentaires. La même ressource requiert des descriptions différentes, voire des modèles de données différents, dans un grand catalogue partagé, dans le contexte de gestion d'une bibliothèque locale, dans celui d'un éditeur ou d'un autre acteur culturel. Si chaque acteur veille à la qualité des données importantes pour lui et ouvre ses données aux autres acteurs du Web, chacun peut choisir les sources qu'ils jugent les plus fiables et obtenir plus d'informations de meilleure qualité.

* « Un chapeau en forme de transition bibliographique », Rda@abes, ABES, 17 novembre 2014, Web, 20 janvier 2015. [En ligne] < http://rda.abes.fr/​2014/​11/​17/​un-chapeau-en-forme-de-transition-bibliographique/​ >.

**  « IdRef dans VIAF et après … #1 Passer d'un identifiant à l'autre (VIAF, IDREF, LC, BNF, WIKIPEDIA, …) », Punktokomo, ABES, n. d. Web, 19 janvier 2015. [En ligne] < http://punktokomo.abes.fr/​tag/​idref-2/​ >.

*** « DBpédia en français », Wikimedia Foundation, n. d. Web, 20 janvier 2015. [En ligne] < http://fr.dbpedia.org/​>.

**** « ISBN, ISSN, ISNI, ARK », Bibliothèque nationale de France, n. d. Web, 20 janvier 2015. [En ligne] < http://www.bnf.fr/​fr/​professionnels/​issn_isbn_autres_numeros.html > ; “Uniform Resource Identifier”, Wikipedia, Wikimedia Foundation, n. d. Web, 20 janvier 2015. [En ligne] < http://fr.wikipedia.org/​wiki/​Uniform_Resource_Identifier >.

Relier plutôt que concentrer les données : le méta-modèle RDF

27En France, quelques grandes applications documentaires comme data.bnf.fr à la BnF, IdRef à l'ABES ou Isidore au CCSD du CNRS ont pour point commun de relier plutôt que de concentrer les données de différentes sources. Elles participent au Web de données23 en exposant leurs données au format RDF (pour Resource Description Framework). RDF n'est pas un format stricto sensu mais un méta-modèle de données universel qui s'applique à tous les domaines en reliant entre elles des propositions élémentaires (triplets) de forme ressource-propriété-valeur (ou sujet-prédicat-objet). Les triplets RDF sont exprimés en différents formats, XML généralement. Le méta-modèle permet de construire des modèles de données propres à chaque domaine (schémas ou ontologies ou vocabulaires) et au besoin de les relier entre eux (alignements). Notons toutefois que RDF est utilisé pour l'exposition des données, mais très rarement pour leur production, et que la conversion des grands catalogues du format MARC au format RDF reste difficile. Une bibliothèque souhaitant s'initier aux technologies du Web de données peut commencer simplement en publiant sur son site Web des micro-données24 sur ses services (horaires, etc.) à destination des moteurs de recherche ou des applications partenaires.

  • 25 « SGB mutualisé et évolution du Sudoc 2/3 : l'étude sur l'évolution du catalogage et de la producti (...)

28Une étude, réalisée dans le cadre du projet SGBm, sur les orientations possibles du catalogage partagé et de la production de métadonnées au sein du réseau Sudoc, conclut à l'existence de deux modèles d'évolution25. Dans l'un, en partie inspiré du projet allemand CIB, les bibliothèques universitaires françaises utiliseraient le système de catalogage et de production de métadonnées d'un ou de plusieurs SGB internationaux, mais garderaient un service d'autorités (IdRef) et un entrepôt de données nationaux. Elles évolueraient progressivement vers le Web de données en même temps que ces SGB. Dans l'autre, inspiré du projet LIBRIS-XL de la Bibliothèque royale de Suède, l'ABES développerait ou adapterait un système de catalogage indépendant de tout système de gestion local, conçu pour produire des métadonnées directement en RDF et suffisamment modulaire pour être intégrable au workflow de gestion d'un système local via des API. Le défi du projet Sudoc2 est de trouver sa voie entre les deux modèles.

Schéma. Web de données

Schéma. Web de données

Source : < http://lod-cloud.net/​ >

Notes

1 « SGB mutualisé », ABES, Web, 19 janvier 2015. [En ligne] < http://sgbm.abes.fr >.

2 Louise-Noëlle Malclès, Manuel de bibliographie, Paris, Presses universitaires de France, 1963, p. 39.

3 « Michel Boisset », Wikipedia, Wikimedia Foundation, n. d. Web. 13 janvier 2015. [En ligne] < http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Boisset >.

4 « Catalogage et indexation », Bibliothèque nationale de France, n. d. Web, 14 janvier 2015. [En ligne] < http://www.bnf.fr/fr/professionnels/catalogage_indexation.html >.

5 « ABES : Produire dans le Sudoc – Sudoc » ABES, n. d. Web, 19 janvier 2015. [En ligne] < http://www.abes.fr/Sudoc/Produire-dans-le-Sudoc >.

6 « Protocole OAI-PMH », Bibliothèque nationale de France, n. d. Web, 19 janvier 2015. [En ligne] < http://www.bnf.fr/fr/professionnels/protocoles_echange_donnees/a.proto_oai.html > ; « Étude sur l'évolution du CCFr dans l'environnement numérique », < http://www.bnf.fr/documents/ccfr_etude_rapport_ourouk2013.pdf >.

7 « ABES : Pour les développeurs ‒ accès direct à ..... », ABES, n. d. Web, 30 avril 2015. [En ligne] < http://www.abes.fr/Acces-direct-a/Pour-les-developpeurs >.

8 “SRU: Search/Retrieval via URL -- SRU, CQL and ZeeRex (Standards, Library of Congress)”, Library of Congress, n. d. Web, 19 janvier 2015. [En ligne] < http://www.loc.gov/standards/sru/ >.

9 Dans ce cas, les notices sont généralement transférées en MARCXML. Le format stricto sensu est XML, mais le modèle des données transférées est celui d'un « format » MARC spécifique.

10 “A Global Library Resource”, OCLC, n. d. Web, 15 janvier 2015. [En ligne] < https://oclc.org/worldcat/catalog.en.html >. “Articles WorldCat Statistics”, OCLC, n. d. Web, 15 janvier 2015. [En ligne] < http://www.oclc.org/en-europe/publications/nextspace/articles/filter-landing-pages/articles-worldcat-statistics.html >.

11 Marshall Breeding, “Knowledge Base and Link Resolver Study: General Findings”, May 2012. [En ligne] < http://www.kb.se/dokument/Knowledgebase_linkresolver_study.pdf >; “KBART: Knowledge Bases And Related Tools Working Group", UKSG, n. d. Web, 19 janvier 2015. [En ligne] < http://www.uksg.org/KBART >.

12 Soulignons que la fourniture de « mauvaises données » par les éditeurs est liée à un contexte où les bibliothèques leur demandent de produire directement des données MARC pour les catalogues. Les éditeurs fournissent de meilleures données dans les formats qui leur sont familiers (voir plus loin : Hub de métadonnées).

13 A to Z d'EBSCO est la plus utilisée.

14 « Politique de signalement des licences nationales ISTEX », Punktokomo, ABES, 25 février 2014. Web, 16 janvier 2015. [En ligne] < http://punktokomo.abes.fr/2014/02/25/politique-de-signalement-des-licences-nationales-istex/ >.

15 « ABES : BACON - Base de connaissances nationale – Projets en cours » ABES, n. d. Web, 19 janvier 2015. [En ligne] < http://www.abes.fr/Projets-en-cours/BACON-Base-de-connaissances-nationale >.

16 “KnowledgeBasePlus”, JISC Collections, n. d. Web, 19 janvier 2015. [En ligne] < https://www.jisc-collections.ac.uk/KnowledgeBasePlus/ >.

17 “GOKb" Kuali Foundation”, n. d. Web, 19 janvier 2015. [En ligne] <https://gokb.kuali.org/gokb/>.

18 Worldshare d'OCLC, ALMA d'Ex-Libris, Intota de Proquest, Sierra d'Innovative, Open Library Environment de la Fondation Kuali sont les plus connus.

19 Sur l’évolution des règles de production des données bibliographiques, voir la contribution de Thierry Clavel : « FRBR, RDA, BibFrame : comment prendre en compte ces nouveaux standards ? », p. XX.

20 “Thinking the Unthinkable: A Library without a Catalogue - Reconsidering the Future of Discovery Tools for Utrecht University Library – LIBER”, LIBER, n. p., 4 septembre 2012. Web, 17 janvier 2015. [En ligne] < http://libereurope.eu/news/thinking-the-unthinkable-a-library-without-a-catalogue-reconsidering-the-future-of-discovery-tools-for-utrecht-university-library/ >.

21 “Academia.edu”, Wikipedia, Wikimedia Foundation, n. d. Web, 17 janvier 2015. [En ligne] <http://fr.wikipedia.org/wiki/Academia.edu>

22 “The next Web”, Tim Berners-Lee, n. p., n. d. Web, 17 janvier 2015. [En ligne] < http://www.ted.com/talks/tim_berners_lee_on_the_next_web >.

23http://lod-cloud.net/ >.

24 « Micro-donnée », Wikimedia Foundation, n. d. Web, 20 janvier 2015. [En ligne] < http://fr.wikipedia.org/wiki/Microdonn%C3%A9e >.

25 « SGB mutualisé et évolution du Sudoc 2/3 : l'étude sur l'évolution du catalogage et de la production de métadonnées », ABES, 13 mai 2014. Web. [En ligne] < http://sgbm.abes.fr/2014/05/13/sgb-mutualise-et-evolution-du-sudoc-23-letude-sur-levolution-du-catalogage-et-de-la-production-de-metadonnees/ >.

Table des illustrations

Titre Schéma. Web de données
Crédits Source : < http://lod-cloud.net/​ >
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/6711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 406k

Auteur

Ex chargé de mission « Système de gestion de bibliothèque mutualisé » à l’Agence bibliographique de l'enseignement supérieur (Montpellier)

© Presses de l’enssib, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search