Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprendre à gérer des collections patrimoniales en bibliothèque

 | 
Dominique Coq

Partie III. Gérer un projet patrimonial

2. Réveiller un fonds patrimonial

Noëlle Balley

Texte intégral

1La bibliothèque interuniversitaire Cujas1 pour les sciences juridiques, politiques et économiques, héritière de la bibliothèque de la Faculté de Droit de Paris fondée en 1803, est l’une des plus importantes bibliothèques universitaires juridiques en Europe. Sous sa forme actuelle, elle a été créée en 1979 par convention entre les universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris 2 Panthéon-Assas. Elle est Centre d’acquisition et de diffusion de l’information scientifique et technique (CADIST) et pôle associé de la BnF pour les sciences juridiques. Riche de près de 800 000 monographies, thèses et mélanges, 11 000 périodiques et des milliers de ressources électroniques, elle offre aux étudiants à partir du L2, aux chercheurs français et étrangers, le plus vaste panorama de la science juridique disponible en France, orienté prioritairement vers la recherche.

UN FONDS CONSTRUIT PAR DES BIBLIOTHÉCAIRES

2Contrairement à la plupart des fonds patrimoniaux des bibliothèques françaises, son fonds ancien n’est pas issu des confiscations révolutionnaires. Bien au contraire, la collection d’origine de la Faculté de Droit de Paris a été dispersée sous la Révolution, et le fonds actuel a été constitué par achats, dons et legs, essentiellement à partir des années 1870. Il s’agit donc d’un fonds construit rétrospectivement par des bibliothécaires, dans le but de reconstituer « le cabinet de travail d’un robin d’Ancien Régime » – telle était, du moins, la doxa transmise jusqu’à présent de bouche à oreille de bibliothécaire. Jusqu’à l’hiver 2011, le fonds était constitué de 12 000 volumes imprimés, datant de la fin du XVe siècle au début du XIXe siècle, essentiellement des livres des XVIIe et XVIIIe siècles, 7 incunables, quelques ouvrages précieux postérieurs à 1800 et quelques périodiques. Le quart de ce fonds provient de pays étrangers : Allemagne, Pays-Bas, Angleterre et Italie. Particulièrement riche, il comprend 25 % d'ouvrages non référencés à la BnF. La réserve conserve également des cours et notes de cours manuscrits, ainsi qu'une partie des archives de la Faculté de Droit. Les grands courants du droit sont représentés : droit civil, criminel et canonique, pratique du droit ancien ou nouveau (après 1789), coutumiers, œuvres des grands jurisconsultes français et étrangers.

3Il n’existe pas de service du livre ancien à Cujas : les acquisitions sont gérées par le département des monographies, le catalogage par celui du traitement documentaire, la magasinière chargée de la maintenance des collections et de l’accueil des lecteurs est rattachée au département des services aux publics, la numérisation sollicite à parts égales des collègues des monographies et du département informatique. Si cette situation présente l’avantage d’instiller un peu de patrimoine dans de nombreux services de la bibliothèque, elle ne constitue pas pour autant un modèle que l’on puisse recommander. Depuis juillet 2010, un conservateur, rattaché au département des monographies, assume la coordination scientifique du fonds et celle du programme de numérisation.

DES DÉBUTS DOULOUREUX : LES ANNÉES 1980

4Les 12 000 ouvrages antérieurs à 1810 ne furent extraits des magasins que dans les années 1980, à la suite d’un important dégât des eaux et d’un vol spectaculaire (les reliures, vidées de leur contenu, ayant été soigneusement laissées en place). Installé sommairement dans des magasins où les lecteurs devaient travailler sans lumière naturelle, au milieu des rayonnages, sur de petites tables d’écolier, le fonds, confié à une magasinière à mi-temps, était exploité par un public confidentiel, mais hautement exigeant, d’enseignants chercheurs et de doctorants en histoire du droit, sur des horaires restreints à quatre demi-journées par semaine.

5Il était évident dès le départ que ce patrimoine austère, constitué de textes juridiques anciens peu accessibles au commun des mortels, quasiment dépourvu d’illustrations et en piètre condition physique, ne pouvait s’adresser qu’à un public de spécialistes. Rien ne laissait présager toutefois qu’il connaîtrait en quelques années l’amorce d’une renaissance, encore modeste, mais bien entamée.

LES DÉBUTS DE LA RENAISSANCE : LE PROGRAMME DE NUMÉRISATION

6La première étape de cette renaissance fut le début du programme de numérisation de la bibliothèque. Sur la base d’une liste de 436 titres fondamentaux pour la recherche en histoire du droit, dressée par deux professeurs, la désormais célèbre « liste Pfister Roumy », la bibliothèque a développé en quatre ans une chaîne de numérisation, conçue et, jusqu’il y a peu, alimentée entièrement en interne grâce aux compétences du département informatique. Le regard de pédagogues de ces deux enseignants a été un apport fondamental dans la constitution du corpus, destiné en priorité à des étudiants en master ou à des doctorants : si nous avions dû effectuer nous-mêmes la sélection, il est probable que nous aurions privilégié, dans une perspective d’histoire du livre, les éditions originales, ou du moins les plus rares ou les plus anciennes possibles. En choisissant de privilégier des éditions tardives du XVIIIe siècle, scientifiquement moins pures, mais bien lisibles, aisément accessibles à des débutants sans compétences paléographiques, les professeurs Pfister et Roumy nous ont évité l’écueil d’un programme construit par des bibliothécaires, à partir de leurs propres centres d’intérêt, mais qui n’aurait pas répondu aux attentes de son public cible.

7En son état actuel, la bibliothèque numérique Cujasnum2 permet de croiser des recherches sur les métadonnées, sur le plein texte (les documents postérieurs à 1830 sont océrisés), ou dans les tables des matières, et la navigation par listes. Une indexation par facettes géographiques, chronologiques et thématiques a été mise au point, en reprenant le vocabulaire de la liste d’autorités Rameau. Les tables des matières sont intégralement ressaisies à la main, de manière à permettre un accès direct au contenu des documents non océrisés. Une feuilleteuse, en cours de développement, permettra d’ici quelques mois à l’utilisateur d’afficher directement une ou plusieurs pages sans télécharger tout le document.

8Le partenariat que nous a proposé la BnF en 2008, pour assurer un pilotage commun de l’initiative concertée pour la numérisation en sciences juridiques qu’elle souhaitait mettre en place, et le moissonnage de nos données dans Gallica, effectif depuis 2010, ont donné à ce programme de numérisation la visibilité qui lui était indispensable. Grâce à ce partenariat privilégié, des documents appartenant aux collections de la bibliothèque Cujas sont également numérisés sur les chaînes de la BnF et mis en ligne sur Gallica : c’est le cas, notamment, du Bulletin des arrêts de la Cour de cassation.

LA DIVINE SURPRISE : LES TRAVAUX DE MISE EN SÉCURITÉ

Les années 2000

9La seconde étape fut plus inattendue. Grâce à deux rapports favorables rendus, l’un par la mission hygiène et sécurité de l’université Paris 1, l’autre par l’IGB, la bibliothèque a obtenu en 2009 les crédits qui lui ont permis de créer, dans le cadre des travaux de mise en sécurité incendie des magasins de la réserve, une petite salle de lecture dédiée au patrimoine, et d’installer des rayonnages mobiles dans deux niveaux de sous-sols équipés d’un contrôle climatique *. Le déblocage inattendu de ces crédits en cours d’année nous a conduits à organiser, dans des délais très restreints, une mise en conservation sommaire (dépoussiérage, cirage, petites consolidations, banderolage et mise en boîtes) des documents les plus abîmés, grâce au recrutement, à l’été 2009, de trois vacataires relieuses formées à la conservation préventive, et la réalisation, en un temps record, de constats d’état sommaires, avant un déménagement qui impliquait une année de mise au garde-meubles, avec possibilité de consultation sur rendez-vous dans les locaux du prestataire. Le déménagement fut confié à une société spécialisée dans le déplacement des œuvres d’art, le cahier des charges imposant un emballage individuel de chaque document sous le contrôle de la bibliothèque. Ainsi fut réalisé, sous la pression et en quelques semaines, un travail de conservation que l’on aurait à peine envisagé de mener sur plusieurs années…

  • 3 La Constitution française, projet présenté à l'Assemblée nationale par les Comités de constitution (...)

10Au retour des documents, plusieurs mois furent encore nécessaires à l’aménagement de la salle de lecture et aux réglages de l’installation climatique. Ce n’est qu’à l’automne 2011 que la salle du Patrimoine ouvrit ses portes au public, avec des horaires élargis à une matinée supplémentaire. Confortable et tranquille, cette petite salle, dotée d’un accès informatique au portail de la bibliothèque et de quelques usuels qui commencent à trouver leur public, est très appréciée de ses utilisateurs. À cette occasion ont été réalisés, pour servir d’outils de communication, deux jolis signets et un reprint très soigné d’une des raretés du fonds, l’avant-projet de la Constitution de 17913. Depuis sa réouverture, la salle du Patrimoine connaît une fréquentation en nette hausse : avec une moyenne de 10 demandes de consultation par semaine sur les trois derniers mois de l’année, elle est déjà très au-delà des 145 lecteurs accueillis en 2008, dernière année de plein fonctionnement sous l’ancien système.

REVISITER SON FONDS PATRIMONIAL

ENRICHIR LE CATALOGUE

  • 4 Le système choisi est Aleph de la société Ex Libris.
  • 5 Onglet « Annuaire des sites » sur le portail de la bibliothèque Cujas : < http://cujas-front.univ-paris1.fr/repons/portal/bookmark?Global=1&amp;Body=5&amp;Search_5=2&amp;MenuItemSelected=cujastheque&amp;MenuItemPosition=0&amp;ShowHttp= >.

11Restait à déterminer comment seraient utilisés les métrages linéaires gagnés par l’installation des rayonnages mobiles. Après une étude approfondie du catalogue de la bibliothèque – dont la conversion rétrospective venait de s’achever – il a été décidé d’étendre le fonds patrimonial aux documents des deux premiers tiers du XIXe siècle, sans s’interdire d’y introduire ponctuellement des ouvrages postérieurs. Les 15 000 volumes antérieurs à 1870 sont progressivement transférés à la réserve. Afin de faciliter l’accès à leur contenu, des liens vers la version numérique, lorsqu’elle existe sur Gallica ou sur toute autre bibliothèque numérique, sont saisis manuellement dans le catalogue local, en attendant la réinformatisation4 toute proche de la bibliothèque qui devrait permettre la recherche fédérée sur plusieurs bases. On espère pouvoir, grâce à ce nouvel outil, valoriser le fonds patrimonial en créant une « vue » spécifique sur son catalogue, et en l’enrichissant de liens vers des images numérisées. Par ailleurs, un petit groupe de travail transversal a été créé pour enrichir la base des 4 000 signets signalés sur le portail de la bibliothèque5 par la création d’un onglet spécifique, recensant des sites Web utiles à l’histoire du droit. Grâce aux recherches menées dans ce cadre, et pour améliorer l’indexation de la bibliothèque numérique, des membres de l’équipe acquièrent progressivement une expertise sur les sources de l’histoire du droit.

CONNAÎTRE SON FONDS

12En parallèle, notre connaissance globale du fonds s’enrichit. Les heures passées à explorer systématiquement, année par année, le catalogue de la bibliothèque pour définir les limites chronologiques du fonds patrimonial, puis repérer les ouvrages antérieurs à 1870, ont révélé la richesse inattendue de ses collections dans des disciplines non juridiques, telles que l’histoire générale ou l’économie politique, pour le XVIIIe et la première moitié du XXIXe siècle. Ces fonds jusque-là inexploités, issus d’une politique d’acquisitions beaucoup plus large qu’aujourd’hui, et représentatifs de l’état de l’enseignement dans les Facultés de Droit au XIXe siècle, sont porteurs d’un potentiel de valorisation susceptible de dépasser le cercle restreint des seuls historiens du droit. D’autre part, les quelques fonds d’archives et de manuscrits que conserve la bibliothèque commencent à être inventoriés en vue de leur intégration dans Calames.

SUSCITER L’INTÉRÊT DES ENSEIGNANTS CHERCHEURS

13L’intérêt des équipes de recherche pour les collections patrimoniales de la bibliothèque se développe sensiblement depuis quelques mois. À l’occasion des visites proposées aux professeurs des deux universités de tutelle pour l’ouverture de la salle du Patrimoine, des contacts fructueux ont été noués avec quelques enseignants chercheurs. De manière très inattendue, un fonds rare de 7 000 thèses allemandes des XVIe - XVIIIe siècles, jusque-là totalement inexploré, a suscité l’intérêt d’une équipe de recherche, ce qui nous encourage à en entreprendre enfin l’inventaire et le catalogage. Le conservateur a également été sollicité pour participer à une publication consacrée à l’histoire de l’université Paris 1. À la demande de leurs professeurs, des présentations des ressources numériques utiles à l’histoire du droit sont dispensées depuis deux ans, à chaque rentrée universitaire, aux étudiants du master en histoire du droit de Paris 2, et rencontrent un grand succès.

14La participation d’un conservateur de la bibliothèque aux travaux du groupe Corpus des Enseignants en Droit, Répertoire archivistique et Enquête prosopographique (CEDRE)6, qui se consacre à la prosopographie des professeurs de droit, a aussi permis d’éveiller l’intérêt d’un maître de conférences, qui se propose d’étudier, pour un colloque qui se tiendra en mars 2013, l’évolution des manuels de droit à travers les collections de la bibliothèque. Celle-ci est aussi régulièrement sollicitée pour apporter son soutien technique à des programmes de recherche centrés sur l’exploitation de sources numérisées : le programme Droitpol7 s’inscrit dans une démarche de recherche en droit constitutionnel, associant la mise en ligne de sources et des séminaires de travail, centrés sur les grands moments de l’histoire constitutionnelle de la France. Le projet Mémoloi, porté par le Centre d’études pour la coopération juridique du CNRS (CECOJI)8, sera axé sur l’élaboration des grandes lois sur la sauvegarde du patrimoine. Dans les deux cas, la bibliothèque contribue au projet en mettant ses collections à la disposition du groupe projet, en fournissant les fichiers numériques et en assurant la relecture des OCR.

QUELQUES LEÇONS DICTÉES PAR L’EXPÉRIENCE

ASSOCIER LES CHERCHEURS EN PRIORITÉ

15Quels enseignements tirer de ces années riches en événements ? D’abord, que le patrimoine a plus que jamais besoin des chercheurs. Seul un enseignant expérimenté pouvait orienter notre programme de numérisation dans un sens qui soit vraiment utile à des étudiants novices. Si le regard du bibliothécaire est irremplaçable pour acquérir une vision synthétique des collections ou résumer un ouvrage en quelques mots clés, la connaissance détaillée des contenus appartient aux chercheurs, qui connaissent nos documents de l’intérieur, puisqu’ils prennent le temps de les dépouiller, et sont à même de poser sur eux un regard réellement critique. Et force est d’admettre que l’écart entre le socle de connaissances du grand public (et des bibliothécaires…) et ces documents écrits dans des langues anciennes dont nous commençons à perdre les codes d’accès, nécessitera de plus en plus la médiation de spécialistes : l’appropriation du patrimoine écrit par le grand public devra, demain plus que jamais, s’appuyer sur le décodage offert aux bibliothécaires par le travail de la recherche.

MULTIPLIER LES PARTENARIATS

16Ensuite, qu’il faut savoir tirer parti de toutes les occasions et multiplier les partenariats. Nul n’aurait pu prédire en 2008 que le fonds patrimonial de Cujas connaîtrait en trois ans de telles avancées. Le partenariat avec la BnF nous a permis de sortir notre bibliothèque numérique d’un manque de visibilité qui, compte tenu des programmes de numérisation de masse alors en plein développement, lui aurait sans nul doute porté un grand tort. L’obligation de mettre en sécurité nos magasins a permis la création de la salle du Patrimoine, et l’accession au statut patrimonial des monographies du XIXe siècle. On sait bien que la numérisation, en particulier, est un levier puissant, qui suscite un vif intérêt (en même temps que beaucoup de fantasmes…) de la part des décideurs, et permet bien souvent d’obtenir enfin les moyens de signaler un fonds ou de restaurer un document. C’est aussi le moyen, pour le bibliothécaire averti, d’apparaître aux yeux du chercheur comme un expert technique dont non seulement la connaissance des fonds, mais aussi les compétences en numérisation, en indexation, en gestion de bases de données, en propriété intellectuelle, seront utiles à son projet.

MAÎTRISER SON FONDS PAR GRANDES ÉTAPES

  • 9 La norme AFNOR NF Z 40-011, Méthode d’évaluation de l’état physique des fonds d’archives et de bibl (...)

17Enfin, qu’il faut absolument prendre le temps de très bien connaître son fonds patrimonial, en commençant par les grandes masses, sans se lancer d’emblée dans des chantiers infinis de catalogage fin qui, sans objectif précis, seront abandonnés au bout de quelques mois pour être remplacés par d’autres priorités. Privilégier la vision globale du fonds, acquise par sondages sur les rayonnages et dans le catalogue, avant de passer à l’analyse fine de chaque document : mieux vaut une série complète de constats d’état très simplifiés, exploitables informatiquement9, que quelques dossiers de restauration minutieusement dressés, sans vision d’ensemble des besoins ni plan pluriannuel. Recueillir soigneusement la connaissance du fonds acquise, au fil des années, par les anciens de la bibliothèque, ces « fureteurs » qui n’ont pas leur pareil pour dénicher des pépites au milieu des rayonnages. Respecter avant tout l’objet livre, comprendre comment il a été fabriqué, pourquoi il s’est dégradé, et pour cela dialoguer longuement avec les relieurs, les restaurateurs, les collègues plus expérimentés. Écouter ses lecteurs, se passionner pour leurs trouvailles, bondir sur leurs suggestions, rebondir sur leurs critiques. Et surtout, prendre le temps de se promener longuement dans ses magasins, de repérer les tuyaux et les taches sur les murs, d’ouvrir les boîtes, mais aussi – c’est complémentaire – d’explorer très minutieusement son catalogue, en multipliant les recherches croisées, par tranche chronologique, par thématique, par pays, par langue. Cet exercice nous a été, de loin, le plus utile pour acquérir en si peu de temps une meilleure maîtrise de ce fonds que, finalement, nous ne connaissions jusque-là que par ouï-dire.

SAVOIR RACONTER LA COLLECTION PATRIMONIALE

18Dernière leçon, le patrimoine, même le plus austère en apparence, n’est pas un milieu hostile. Il suscite l’intérêt d’un public, souvent passionnant, toujours passionné… et aussi, si l’on sait s’y prendre, celui d’interlocuteurs qui peuvent s’avérer fort utiles au bibliothécaire : une visite guidée, personnalisée, offerte au service des marchés de la collectivité, à l’agent comptable, au responsable de la sécurité, aux pompiers, à l’architecte, aux artisans qui travaillent sur notre chantier, peut faire de ces interlocuteurs incontournables des alliés de notre travail, et les rendre bien plus réceptifs à nos demandes forcément saugrenues. Plutôt que de simplement l’exposer dans des vitrines, il faut avant tout savoir raconter son patrimoine et le mettre en scène : quelle que soit la distance qui nous sépare des contenus, tout le monde peut se montrer sensible à l’émotion que suscite le contact physique d’un livre vieux de plusieurs siècles, fabriqué entièrement à la main, dont on vous laisse, avec une solennité voulue, tourner les pages comme un rare privilège.

Et maintenant ?

19Le programme de numérisation de Cujas se poursuit toujours, en partenariat étroit avec la BnF. Les constats d’état réalisés dans la précipitation avant le déménagement sont progressivement saisis sous tableur, de manière à mettre en place une politique de conservation raisonnée. Dès maintenant, les grands formats, dépoussiérés, consolidés et rangés dans des boîtes sur mesures, sont mieux protégés des dégradations. Les archives et manuscrits sont peu à peu catalogués, en attendant leur reconditionnement. Les thèses allemandes sont en train de sortir de leur long sommeil. La décision a été prise de surseoir provisoirement aux acquisitions en antiquariat, de manière à prendre le temps de vraiment connaître les points forts du fonds, ses lacunes, et de définir une vraie politique documentaire. Quelques acquisitions exceptionnelles sont effectuées ponctuellement, la priorité étant donnée, pour l’instant, au rachat de volumes disparus. La bibliothèque reçoit régulièrement des propositions de dons, qu’elle évalue au cas par cas, mais pour l’instant, la priorité est donnée au traitement des dons anciens, en souffrance depuis des années. Il reste à mener un gros travail de correction des notices issues de la conversion rétrospective, à envisager la mise en place d’un service de numérisation à la demande, et à poser enfin les premiers jalons d’un indispensable plan d’urgence.

20Chaque jour, des étudiants et des chercheurs confirmés fréquentent la salle du Patrimoine, et de nouveaux projets de coopération nous sont proposés régulièrement. Cela valait bien dix années de conversion rétrospective, un été entier de corrections d’OCR, 7 357 constats d’état réalisés en six semaines, 1 000 heures de dépoussiérage et de conditionnement, 92 jours/homme d’emballage, deux années de travaux, une réunion de chantier par semaine, une plongée en apnée dans le catalogue, et même la perspective de 7 000 thèses en allemand gothique à cataloguer…

Notes

1 . < http://biu-cujas.univ-paris1.fr >.

2 < http://cujasweb.univ-paris1.fr/search >.

3 La Constitution française, projet présenté à l'Assemblée nationale par les Comités de constitution et de révision, Paris, Imprimerie nationale, 1791.

4 Le système choisi est Aleph de la société Ex Libris.

5 Onglet « Annuaire des sites » sur le portail de la bibliothèque Cujas : < http://cujas-front.univ-paris1.fr/repons/portal/bookmark?Global=1&amp;Body=5&amp;Search_5=2&amp;MenuItemSelected=cujastheque&amp;MenuItemPosition=0&amp;ShowHttp= >.

6 CEDRE : < http://www.sciences-sociales.ens.fr/-Centre-de-Theorie-et-Analyse-du-.html >.

7 Projet soutenu par l’Agence nationale de la recherche : projet ANR-09-BLAN-0359. Voir le site Web < http://www.droitpolitique.com >.

8 CECOJI : < http://www.cecoji.cnrs.fr >.

9 La norme AFNOR NF Z 40-011, Méthode d’évaluation de l’état physique des fonds d’archives et de bibliothèques, propose une méthode très simple, utilisable aussi bien pour des sondages que pour un examen systématique des documents.

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540