Version classiqueVersion mobile

Réinformatiser une bibliothèque

 | 
Anna Svenbro

Partie 2. Questions techniques

Articuler le SIGB avec d’autres systèmes d’information : la décisive urbanisation des systèmes d’information documentaire

Philippe Bourdenet et Anna Svenbro

Texte intégral

  • 1 Florence Roche, Frédéric Saby (dir.), L'avenir des bibliothèques : l'exemple des bibliothèques uni (...)
  • 2 Les RCE découlent de la loi libertés et responsabilités des universités (LRU) de 2007. Du fait des (...)
  • 3 Christophe Longepé, René Colletti et Gérard Balantzian (préf.), Le projet d'urbanisation du SI : d (...)
  • 4 Robert Reix, Systèmes d’information et management des organisations, 5e éd., Paris, Vuibert, 2004 (...)

1Au cours des quinze dernières années, les services de bibliothèques ont été marqués par de profondes évolutions, notamment avec la généralisation de dispositifs informatiques qui ont modifié les habitudes et les pratiques, ce qui n’a pas été sans conséquences sur l’environnement administratif et institutionnel. Comme le montrent Florence Roche et Frédéric Saby1, depuis le tournant qu'ont vécu les universités au cours de ces dernières années avec l'application des responsabilités et compétences élargies2 (RCE) et de l'autonomie financière, le SI, de même que la position des bibliothèques au sein de l'université, a été profondément bousculé. Les BU se sont historiquement démarquées par rapport à la vie de l'établissement par le fait que leur budget était centralisé et attribué directement par l'État, que ses personnels étaient gérés, mutés, et progressaient selon un mouvement qui leur était propre et disposaient d'une complète liberté dans leurs choix technologiques, jusqu'à cette réforme qui les a placées directement sous la responsabilité des présidents d'université et de leur CA. Le SID, qui demeure l'outil favori pour organiser l'intermédiation, reflète cette réalité et exprime, frontalement ou en creux, cette profonde réorganisation. Son urbanisation avec des acteurs de proximité est nettement liée à cette nouvelle donne. Il s'agit de subdiviser le SI en « zones, quartiers, ilôts », de créer « une infrastructure comme axe fédérateur », et de formaliser « des lois de construction d'applicatifs indépendants de l'infrastructure pour gérer l'interopérabilité des systèmes »3.Les besoins croissants de modernisation et d’informatisation au sein des bibliothèques territoriales, leur intégration de plus en plus poussée au sein de l’ensemble des services numériques des collectivités font observer une urbanisation similaire, même si elle est peut-être plus discrète. La capacité du SID à dialoguer avec d'autres applications des universités et collectivités est donc d'une importance capitale. Elle peut même être la cause d'un projet de réinformatisation visant à intégrer des outils de dialogue. Le premier d'entre eux est le SI lui-même, que l'on peut définir ainsi : « un ensemble organisé de ressources : matériel, logiciel, personnel, données, procédures, etc., permettant d'acquérir, de traiter, de stocker des informations […] dans et entre des organisations »4. Cette définition, pourtant un peu ancienne, reste pertinente aujourd'hui car elle met en évidence un niveau supérieur et abstrait (systémique) qui fait du SI bien plus qu'une simple juxtaposition de dispositifs, dont le SIGB ou SID, mais conduit à une représentation globale qui interroge constamment chaque partie dans son rapport à l'ensemble.

2Le SID, envisagé comme une partie du SI, se doit aujourd'hui de prendre en considération des éléments exogènes et pourtant utiles à son propre fonctionnement, afin d'affiner les services qu'il distille : la gestion d'identités, les permissions diverses accordées à des ressources, mises en perspective avec des droits liés à une personne ou à un ensemble de personnes. C'est un premier élément qui est déterminant dans le choix des technologies dont il faut prendre conscience dès la rédaction d'un cahier des charges. En outre, le SID automatise, voire industrialise des processus jusqu'alors disjoints, les juxtapose et permet leur interaction, jusqu'à briser la représentation traditionnelle que l'on pouvait s'en faire : le SID se compare aujourd’hui davantage à un organisme qu'à un mécanisme. Son fonctionnement repose notamment sur sa capacité à traiter des informations produites par d'autres acteurs, non seulement par d'autres bibliothèques de la planète, mais aussi par des acteurs dont le cœur d'activité n'est pas la bibliothéconomie.

3Si le SID est en pleine mutation aujourd'hui, c'est pour se mettre en phase avec les projets d'innovation qui animent la société de l’information, à l'intérieur et en dehors des bibliothèques, avec ou sans elles. C'est une force motrice qui anime naturellement les projets de réinformatisation actuels. Cet entraînement mutuel est ponctué par des points forts sur lesquels il ne faut pas manquer d'insister auprès des prestataires informatiques sollicités pour soutenir les projets innovants.

  • 5 Pour HyperText Transfer Protocol : protocole de communication client-serveur développé pour le Wor (...)

4Cette contribution ambitionne donc de mettre en évidence ces points de vigilance qui correspondent à l’articulation entre les services informatiques et les services documentaires : la gestion d'identités, à mettre en phase avec la prise en compte de l’évolution des modes de vie des usagers, et la pluralité des publics. Il semble opportun de s'appuyer sur la notion d'urbanisation qui rend le SID théoriquement capable d'exprimer son rapport au SI. Cette valeur métaphorique (organique vs mécanique) reste aussi pertinente lorsque l'on considère qu'avec le développement généralisé du protocole HTTP5 comme vecteur de services, la récupération de données par découpage et analyse de flux XML devient un axe de développement dominant dans le monde de l'information scientifique et technique (IST). Les fournisseurs de logiciels qui accompagnent les bibliothèques dans leur développement doivent veiller à doter celles-ci d'outils adaptés à cette nouvelle donne. Les modèles d'innovation exprimés au gré des cahiers des charges admettent de façon plus ou moins consciente l'avènement d'un nouvel ordre documentaire fondé sur l'économie du lien, entre une ressource et un ensemble de ressources défini, entre le local et le global, qui permet l'interaction entre des entrepôts informationnels distants les uns des autres, d'un point de vue géographique ou intellectuel.

S’intégrer ou s’articuler avec les autres applications du système informatique ?

Identités et services

5Le SID se trouve à la confluence de plusieurs bouleversements simultanés, qui ont tous comme dénominateur commun le recours systématique au numérique tant dans les méthodes d'apprentissage et de formation et, dans le cas particulier des bibliothèques d’enseignement et de recherche, les méthodes de diffusion de l'IST liées à la recherche. La matière première du SIGB était, et demeure toujours dans une certaine mesure, la notice bibliographique au sein du catalogue. Or, la notice n'est plus un ensemble fini de données, elle est le lieu d'expression d'éléments qui sortent de son périmètre, des liens actifs ou qui sont issus d'ailleurs ou qui font référence à des entrepôts informationnels de données externes au système local, ce qui la présente comme un agrégat d'informations. En outre, elle devient un point d'entrée qui ouvre la voie à la consommation de services.

6Ces services, parmi les plus évidents et les plus répandus, souvent dits « avancés », sont des outils de dialogue mis à la disposition des publics. Ils permettent d'articuler et de mettre en œuvre l'intermédiation numérique entre le SID et l’usager : le récapitulatif « mon compte » qui fait un état de ses emprunts ou de références sélectionnées, des fonctionnalités de prolongation ou de réservation d'ouvrages, de demandes de Prêt entre bibliothèques (PEB, dans l’enseignement supérieur et la recherche) ou de Prêt inter-bibliothèques (PIB, dans les bibliothèques de lecture publique), des paniers qui permettent d'exporter des métadonnées descriptives dans un outil de gestion de références (EndNote, BibTex, Zotero). Ils permettent de constituer un véritable environnement personnalisé et, cela nécessite que le SID ait un visage différent en fonction de la personne qui le consulte ou l'utilise. La première étape dans la mise en place d'un tel dispositif est de veiller à ce que le SID soit capable de gérer des identités ou déléguer la gestion d'identités à un acteur plus légitime. Or, la gestion d'identités d'une université ou d’une collectivité territoriale relève de la responsabilité du SI, et le SID peut de moins en moins se démarquer de ce SI. C’est une conséquence du rapprochement évoqué plus haut : on passe à la gestion des bibliothèques concertée, en phase avec l'activité générale de l'université ou de la collectivité. Le SID reflète cette réalité, ce glissement opéré depuis plusieurs années. La gestion d'identités par le SI pose plusieurs problèmes d'articulation. Les services des bibliothèques s'adressent légitimement à la communauté universitaire (étudiants, enseignants et chercheurs) ou aux administrés d’une collectivité territoriale et le SID les aide à produire des services adaptés aux besoins de chacun des groupes. Il doit automatiser ce filtrage selon des critères de pertinence, prenant en compte les attentes de ces publics multiples, par exemple favoriser l'accès aux périodiques électroniques aux étudiants de niveau Master et Doctorat, faciliter le repérage des besoins des diverses communautés, etc. Cette répartition, si on veut l'automatiser, repose sur la notion de groupes gérés par un annuaire ou par un référentiel. Lors de la rédaction d'un cahier des charges, il est important de demander au prestataire de documenter au mieux les méthodes employées, dans un dossier technique qui pourra servir de référence aux gestionnaires d'identités de la DSI. En effet, la gestion d'identités et les dispositifs d'authentification sont souvent gérés par des personnes différentes au sein d'une DSI et la mise en place du SID va reposer sur l'intervention de plusieurs acteurs. Dans le cas d’un établissement universitaire, l'alimentation de l'annuaire de l’établissement (LDAP pour Lightweight Directory Access Protocol) est le produit du traitement d'applications de gestion d'identités comme APOGEE ou HARPEGE (application de gestion) et entretient une forte dépendance avec le SI. La question de l'authentification vient après : elle est souvent gérée par un service central d'authentification (en anglais, CAS pour Central Authentication Service). Il peut aussi y avoir un service de « fournisseur d'identités » (IDP) qui autorise les accès distants via la fédération d'identités gérée en partie par un acteur externe à l'établissement lui-même.

  • 6 Florence Muet, « Mutations de l'enseignement supérieur et perspectives stratégiques pour les bibli (...)

7Par exemple, le mécanisme de fédération d’identités Shibboleth, pour donner un cas concret en milieu universitaire, repose sur des acteurs externes à l'université et apporte une réponse à la problématique de l'évolution du mode de vie des usagers : la mobilité, la vie parfois « décalée » des étudiants qui ont des profils sociologiques très différents, qui peuvent être en reprise d'études, leur exigence d'immédiateté et leur appétit prononcé pour les collections dématérialisées. Il offre au SID la possibilité de connexions extra-muros, des accès permanents « 24/7 », de façon transparente et sans délais, pour extrapoler ce que Florence Muet montre déjà en 20096. Il suppose donc d'être en capacité d'analyser une requête et de comprendre la légitimité d'une demande de consultation qui repose sur l'appartenance à une identité et non plus à partir d'un lieu géographique défini. Il convient donc de repérer les différents acteurs, ce qui oblige à plus de transparence entre les services, et à des actions concertées. Le SID peut aussi prendre la mesure de services assurés à un niveau beaucoup plus général, par exemple en balisant le chemin vers l'espace de stockage individualisé fourni par l'établissement à tout membre de la communauté.

Publics pluriels

  • 7 Pour ouvrir un navigateur, il est impératif de posséder des codes d'accès d'ouverture de session s (...)

8Dans ce cas simple, la légitimité de l'accès au SID et à ses services avancés n'est pas à démontrer, mais les bibliothèques ont une mission de service public et se doivent de rendre accessibles leurs fonds documentaires à toute personne y compris celles qui ne peuvent pas se réclamer d'emblée de la communauté universitaire ou de la collectivité territoriale, donc non gérées par le SI. Si les fonds deviennent majoritairement numériques, soumis parfois à une authentification à double niveau7, il convient de prévoir que :

  • -soit le SID est capable d'élargir la gestion d'identités à un autre annuaire que LDAP, ce qui ne serait pas une mesure convergente avec les objectifs du SI ;
  • -soit la gestion d'identités de l'établissement absorbe ces lecteurs extérieurs par un autre moyen. En 2007 par exemple, l'université du Maine a opté pour une solution aller-retour : créer des comptes d'usagers dans la branche people-ext (personnes extérieures) du LDAP par recueil routinier d'éléments significatifs dans la base de données d'utilisateurs du SIGB. La bibliothèque ayant inscrit les lecteurs autorisés dans son système de gestion avec des critères particuliers (catégorie de lecteur, date de validité, etc.), une requête SQL isole les éléments indispensables au LDAP pour créer des comptes. Ensuite, un dispositif permet l’ouverture de Windows, l’accès aux collections numériques authentifiées par IP, et l’accès via Shibboleth à quasiment l'ensemble des services réservés initialement à la seule communauté universitaire.

9Il convient d’assortir tout cela d'outils statistiques qui permettent d'évaluer les collections en fonction de leur taux d'utilisation par des populations bien cernées : il y a là un travail de cohérence à faire dans la gestion des lecteurs. Cela veut dire aussi que le SID dépend, pour fonctionner convenablement, de plus en plus de dispositifs qui lui sont externes, en augmentant sa performance informationnelle, mais en le fragilisant.

Créer un point d'accès à la documentation depuis l'environnement numérique de travail* (ENT)

  • 8 Édith Faure, Les bibliothèques numériques de référence, Mémoire d’étude de conservateur des biblio (...)

10Afin de favoriser la réussite des étudiants, et de faciliter l'accès à une grande profusion de sources d'information, les universités ont rapidement adopté l'ENT comme solution de point d'entrée unique à l'espace personnalisé, ce qui est une façon de toucher les publics dans leur environnement. C'est une formidable opportunité pour communiquer sur les services proposés par les différentes composantes de l'université, comme d’autres services à caractère documentaire, gérés par divers acteurs, qui proposent des ressources pédagogiques, des ressources en langues (attendu que l'usage courant d'une langue étrangère fait partie intégrante des compétences attendues chez des étudiants ayant validé un certain niveau d'études). Au sein des collectivités territoriales, on considère de plus en plus la multiplication et l’hétérogénéité des procédures d’authentification comme un frein à l’accès aux services, et parmi eux les services numériques proposés par les bibliothèques. On réfléchit donc à des passerelles entre plates-formes permettant d’accéder aux services numériques proposés par les bibliothèques en ne s’identifiant qu’une seule fois auprès de la collectivité8.

  • 9 Asynchrone au sens informatique : par exemple avec le concept de programmation AJAX qui permet de (...)

11Certaines bibliothèques se sont bien sûr également emparées de cette méthode pour communiquer des informations à leurs usagers, mais aujourd'hui encore, tous les prestataires informatiques ne fournissent pas de solution « clé en main » pour permettre une interrogation du catalogue depuis l'ENT, ou encore, remonter des informations de gestion (prêts en cours) ou la diffusion de bibliographies prescrites sous forme de flux RSS. Les ENT disposent d'un « arsenal » d'outils conformes aux technologies du Web, et sont capables de générer des remontées de services dynamiques par iframe, par Webservices ou encore par dispositifs asynchrones9. Cependant, l’émergence de ces services a encore besoin de développements informatiques mis en péril lors d'une réinformatisation, et souvent déclarés en tranche optionnelle dans les cahiers des charges, alors que, dans une optique de convergence et d'uniformisation de services aux usagers, ils devraient être inscrits en priorité dans la tranche ferme ; pour aller un peu plus loin, ce genre de service pourrait en soi suffire à déclencher une réinformatisation et leur pérennité devrait faire l'objet d'une clause particulière.

12L'ENT propose de répondre aux questions « qui » et « quoi ». Le SID doit aussi savoir gérer ces questions pour proposer des services pertinents, en adéquation avec ceux de l'ENT, et mettre en exergue des ressources pertinentes en concordance avec les parcours des usagers. Dans un contexte normalisé ou selon d'autres méthodes transparentes, les requêtes HTTP permettent cette adéquation entre l'offre et la demande. Cela passe par une construction syntaxique que les bibliothèques peuvent s'approprier, en exploitant un système de requêtes HTTP pour obtenir une réponse sous forme de flux XML qui peut être retravaillé (ce qui correspond à la description générale d'un Webservice), afin d'éviter à l'utilisateur de « sortir » de son environnement numérique. La capacité à créer des API ou des Webservices d'un SID gagnerait à être examinée conjointement par bibliothécaires et informaticiens au moment du dépouillement des offres, donc faire l'objet d'une clause décisive dans le choix final.

Vers un nouvel ordre documentaire ?

Modèles de données et structures orientées services

  • 10 Philippe Bourdenet et Jennifer Wolfarth, « Indexation: une collaboration SCD-TICE », Arabesques, v (...)

13Lorsque l'on parle d'urbanisation du SID, il faut aussi penser à sa capacité à faire siennes des données issues d'autres entrepôts informationnels qui sont, dans le meilleur des cas, gérés par d'autres institutions et vont observer des règles de description strictes et identiques, mais de plus en plus souvent issues d'autres communautés qui ne sont pas des bibliothèques. L'exemple le plus fréquent, comme il a été observé à l'université du Maine, est celui des données récupérées sous forme de flux XML issues de la pédagogie (Pôle de ressources numériques, cellule TICE)10 ou des données d'éditeurs pour signaler des périodiques en ligne, qui n'exploitent pas la richesse exubérante des formats de description traditionnels. L'un des objectifs majeurs de la réinformatisation qui a eu lieu en 2009 visait à constituer un point d'entrée unique à l'information. Cet objectif n'a pas été atteint de façon satisfaisante et se situait, à l'époque, dans les balbutiements de l'offre en termes d'outils de découverte. Afin de s'en rapprocher le plus possible, la décision a été prise de créer une recherche multisource composée de trois volets :

  • les ressources traditionnellement gérées par la bibliothèque, essentiellement des imprimés, et d'une minorité de documents électroniques (thèses et ebooks) ; les notices de ces ressources provenaient à 84 % du Sudoc, 16 % de documents signalés uniquement au niveau local ;
  • des ressources pédagogiques signalées dans la plate-forme ORI-OAI par la cellule TICE de l'université ;
  • des titres de périodiques en ligne issus des bouquets d'abonnement éditoriaux.
  • 11 Voir la contribution de Valérie Bertrand et Sonia Bouis : « Gérer les différentes applications au (...)

14Le SID dispose aujourd'hui d'une multiplicité d'outils pour industrialiser le signalement par la récupération de flux XML : SRU, OAI-PMH, API et des connecteurs externes. La récupération de notices ne pose en soi plus tellement de problèmes à condition que le SID donne la possibilité de paramétrer avec finesse les autorisations adéquates pour interroger un entrepôt et analyser la réponse (règles de filtrage, paramétrage du serveur proxy) et permette de gérer une transformation XSL avec des formulaires interprétables par des humains11. Cette récupération permet de passer outre l'organisation de l'offre documentaire en silos. Ce qu'il sait moins bien faire aujourd'hui, c'est permettre une navigation intelligente entre ces silos avec l'utilisation d'autorités communes dans des ressources qui ont un niveau d'exigence descriptif différent.

Le SID et les métadonnées en dehors du monde des bibliothèques

15Le contexte dans lequel se structure aujourd'hui la diffusion de l'IST montre qu'il est au moins aussi important de récupérer des notices que :

  • d'exprimer les liens qu'il peut y avoir entre une ressource et d'autres ressources (présentes dans le système local ou absentes du système local) ;
  • de savoir extraire des éléments significatifs pour créer une sémantique commune entre des sources hétérogènes.
  • 12 Standard international, basé sur le langage XML, créé en 1999 par l'association des éditeurs améri (...)
  • 13 Schéma de description de ressources d’enseignement et d’apprentissage.

16On assiste aujourd'hui à la très nette émergence de nouvelles métadonnées inhabituellement exploitées dans la gestion traditionnelle des ressources au sein des systèmes de gestion de bibliothèque. C’est le cas notamment d’ONIX12 (pour ONline Information eXchange), format de métadonnées provenant du monde des éditeurs, et, au sein de l’univers de l’enseignement supérieur et de la recherche, de LOM13 (pour Learning Object Metadata) avec des indications sur l'objectif pédagogique de la ressource, le niveau du public-cible et l'activité induite. Le SID doit pouvoir s'adapter progressivement à ces nouvelles exigences, et se heurte à des niveaux de description disparates, si bien que ses administrateurs sont contraints de multiplier les champs de gestion qui permettront d'éventuels alignements ; cette tâche particulière devrait pouvoir être réalisée sans avoir recours systématiquement au prestataire, à condition que le dispositif permette cette autonomie, techniquement et légalement.

Interactions

17Parmi les défis que doit relever le SID aujourd'hui figure la capacité à établir des relations (intellectuelles ou éditoriales) entre l'offre papier, qui dispose d'outils de description très aboutis, et l'offre électronique dont la qualité de description est variable (parfois non normalisée). Il doit donc faire office de nœud entre les données d’un SIGB classique concernant les documents (catalogue, OPAC) et les lecteurs (base des usagers, modules de circulation), les réservoirs bibliographiques et d’autorités externes sollicités pour enrichir les notices, ainsi que des bases de données dont les métadonnées seront exportables ou non.

  • 14 Message sollicitant l'avis de l'utilisateur, conformément à une disposition programmée.
  • 15 Voir la contribution de Jean Bernon : « Lier les bases locales aux catalogues fédérés », p. XX.

18Le SID doit aussi s'adapter à la multiplication des identifiants externes dans les bases locales pour favoriser les alignements avec les grands référentiels nationaux et internationaux (IdRef [pour Identifiants et référentiels : référentiel des autorités Sudoc], VIAF [pour Virtual Authority File], ISNI [pour International Standard Name Identifier], autorités BnF) qui lui sont extérieurs. À ces alignements facilités s’ajoute aussi la nécessité d’augmenter la possibilité de rebonds et d'invites14 vers des bases de connaissance. Cette prise en compte doit souvent se faire sans répercussions sur l'architecture générale de l'application, ce qui complique la tâche de ses administrateurs. Il doit être possible en ce sens de négocier l'apport de modifications du modèle conceptuel de données de conserve avec le fournisseur/prestataire de logiciels. Force est de constater que l’outil principal de catalogage des SID dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche est, pour l’instant, WinIBW, développé par OCLC-PICA et utilisé comme outil de production dans le Sudoc, et que, du côté des bibliothèques territoriales, le recours à la dérivation de grands réservoirs bibliographiques nationaux (le catalogue général de la BnF notamment) se généralise. Les outils de récupération proposés au sein du SID doivent donc être très performants et très paramétrables, et ce d’autant plus que la logique de fédération des métadonnées est appelée à s’étendre15. Par exemple, le SID pourra interroger « à chaud » le Sudoc (pour les BU) ou un autre réservoir bibliographique via un script développé dans une couche superficielle de l'application.

19Quant à l’accès distant aux ressources de la bibliothèque, il est important que le système choisi fasse preuve de souplesse au niveau de la formation des adresses URL renvoyant aux ressources : l’outil pourra avoir recours par exemple à la réécriture d’URL ou l’exposition de l’URL d’accès via Shibboleth, ou bien encore l’automatisation de la présentation alternative d’URL selon que l’usager est un usager intra-muros ou qu’il se trouve à l’extérieur de l’établissement.

Une urbanisation des SID synonyme de complexification

20Architecture de l'information, urbanisation, sociabilité, interactions dans le SID, les métaphores se multiplient pour cerner la complexité inédite du SI, qui mêle intimement des enjeux techniques à des enjeux socio-économiques, à l’image de la complexité même de l'information bibliographique à l’heure actuelle, façonnée par de nouvelles exigences. Au-delà, l’articulation devenue nécessaire entre le SID et d’autres SI, s'est imposée par le placement désormais central de la notion de service personnalisé au sein des bibliothèques et centres de documentation.

Notes

1 Florence Roche, Frédéric Saby (dir.), L'avenir des bibliothèques : l'exemple des bibliothèques universitaires, Villeurbanne, Presses de l'enssib, 2013 (coll. Papiers).

2 Les RCE découlent de la loi libertés et responsabilités des universités (LRU) de 2007. Du fait des RCE, les universités disposent de nouvelles compétences en matière budgétaire et de gestion des ressources humaines.

3 Christophe Longepé, René Colletti et Gérard Balantzian (préf.), Le projet d'urbanisation du SI : démarche pratique avec cas concret, 3e éd., Paris, Dunod ; 01 Informatique, 2006 (coll. InfoPro).

4 Robert Reix, Systèmes d’information et management des organisations, 5e éd., Paris, Vuibert, 2004 (coll. Gestion).

5 Pour HyperText Transfer Protocol : protocole de communication client-serveur développé pour le World Wide Web, et très largement utilisé.

6 Florence Muet, « Mutations de l'enseignement supérieur et perspectives stratégiques pour les bibliothèques universitaires », Documentaliste-Sciences de l'Information, vol. 46, décembre 2009, pp. 4-12.

7 Pour ouvrir un navigateur, il est impératif de posséder des codes d'accès d'ouverture de session sur les postes publics (Windows ou Linux), ce qui donne accès aux bouquets électroniques authentifiés par IP, mais il faut aussi disposer de codes d'accès pour actionner l'ouverture à des services avancés et personnalisés (par exemple, le compte lecteur, les accès distants).

8 Édith Faure, Les bibliothèques numériques de référence, Mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Thierry Claerr : Villeurbanne, Enssib, 2013, pp. 40-41.

9 Asynchrone au sens informatique : par exemple avec le concept de programmation AJAX qui permet de rechercher des informations dynamiquement dans une portion de page html sans avoir besoin de recharger l'intégralité de la page cadre.

10 Philippe Bourdenet et Jennifer Wolfarth, « Indexation: une collaboration SCD-TICE », Arabesques, vol. 56, décembre 2009, pp. 15-16. [En ligne] < http://www.abes.fr/content/download/931/4668/version/1/file/Arabesques56.pdf >.

11 Voir la contribution de Valérie Bertrand et Sonia Bouis : « Gérer les différentes applications au sein du système », p. XX.

12 Standard international, basé sur le langage XML, créé en 1999 par l'association des éditeurs américains.

13 Schéma de description de ressources d’enseignement et d’apprentissage.

14 Message sollicitant l'avis de l'utilisateur, conformément à une disposition programmée.

15 Voir la contribution de Jean Bernon : « Lier les bases locales aux catalogues fédérés », p. XX.

© Presses de l’enssib, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search