Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprendre à gérer des collections patrimoniales en bibliothèque

 | 
Dominique Coq

Partie II. De la collection à l'objet : identifier et signaler les documents

5. Décrire et signaler des documents patrimoniaux : enjeux, formats, perspectives

Florent Palluault

Texte intégral

1Les catalogues permettent au bibliothécaire chargé des collections patrimoniales de passer d'une appréciation floue à une gestion efficace des collections et à une valorisation pertinente des documents. Cependant, tout professionnel est tributaire de l'état du signalement dont il hérite à son entrée en fonction. Or les évolutions de l'informatique documentaire ont prioritairement bénéficié au catalogage des nouvelles acquisitions. Trop nombreux sont encore les fonds patrimoniaux dont le signalement est insatisfaisant, incomplet, ou même inexistant.

  • 1 Gérard Cohen, Michel Yvon, « Le plan d'action pour le patrimoine écrit », Bulletin des bibliothèque (...)

2L'enquête sur les fonds patrimoniaux des bibliothèques territoriales lancée en 2004 par la Direction du livre et de la lecture du ministère de la Culture et de la Communication dans le cadre du Plan d’action pour le patrimoine écrit*1 a montré qu'un tiers des collections, tous supports confondus, n’avait fait l’objet d’aucun traitement initial, et qu'un peu moins de la moitié n’était pas cataloguée. En 2007, 40 % seulement des collections patrimoniales étaient décrites dans des catalogues informatisés, cette proportion étant plus importante pour les livres imprimés que pour les autres types de document.

3Les utilisateurs sont habitués aujourd'hui à « tout » trouver immédiatement en ligne, et ils acceptent mal que des catalogues ne soient pas informatisés ou soient incomplets. Combler les lacunes du signalement informatisé des fonds patrimoniaux des bibliothèques demeure donc un objectif prioritaire, aussi bien pour communiquer en salle de lecture, pour offrir une visibilité internationale au patrimoine français, que pour satisfaire le besoin en métadonnées induit par les programmes de numérisation de documents anciens et spécialisés.

QUELLES SONT LES OPTIONS DE SIGNALEMENT ?

SIGNALER LES FONDS

4Pour signaler des fonds non-inventoriés, par exemple à réception d'un don ou legs, des solutions simples peuvent être mises en œuvre :

  • description courte sur le site Web de la bibliothèque ;

  • description rapide (identification, origine, volumétrie, thématique) au format EAD (Description archivistique encodée) ;

  • description dans le Répertoire national des bibliothèques et des fonds documentaires (RNBFD) du Catalogue collectif de France (CCFr)2.

CATALOGUER LES DOCUMENTS

5Pour fournir aux usagers un signalement plus précis, une approche document par document est nécessaire. Le catalogage rétrospectif – ou le recatalogage (lorsque les inventaires existants sont trop partiels ou sommaires) – fournit des notices de qualité, mais se révèle très coûteux en temps. Si les masses documentaires sont trop importantes pour les moyens du service, il est préférable de passer un marché de catalogage auprès d'un prestataire.

INFORMATISER LES ANCIENS CATALOGUES

  • 3 Cf. Fiche Récupération de données pour le catalogue : < http://www.patrimoineecrit.culture.gouv.fr/Cata/BAON_Fiche1_Recuperation_donnees.pdf >.

6La conversion rétrospective des catalogues et inventaires (ou « rétroconversion ») se base sur les données présentes dans un catalogue papier (registres, fiches) ou dans un catalogue informatique structuré dans un format autre que les formats documentaires habituels (traitement de texte, tableur, base de données générique, etc.). Les notices bibliographiques rédigées avant l'émergence de la normalisation documentaire sont souvent très lacunaires. Une numérisation suivie de reconnaissance des caractères (océrisation) ou de ressaisie des données peut donc se révéler insatisfaisante. Pour les documents en multiples exemplaires (ouvrages imprimés, estampes), on privilégie l'identification dans les réservoirs nationaux pour dériver des notices fiables et complètes3. Le recours à un prestataire extérieur permet une production rapide des notices, l'équipe de la bibliothèque se chargeant du contrôle de la qualité du travail réalisé et de l'enrichissement éventuel des notices (données d'exemplaires, indexation). Quel que soit le format cible, un cahier des charges précis permettra de se prémunir contre des résultats décevants. Il devra préciser le format souhaité et donner les règles de création des notices en entrant dans le détail des zones ou éléments voulus, le codage des caractères, etc.

  • 4 Voir Thierry Claerr et Isabelle Westeel, Numériser et mettre en ligne, Villeurbanne, Presses de l’e (...)
  • 5 Voir le site Patrimoine écrit : < http://www.patrimoineecrit.culture.gouv.fr/PAPE.html >.
  • 6 Voir l’article de Thierry Claerr : « Inscrire son projet dans les politiques patrimoniales national (...)

Soutien financier aux opérations d’informatisation
Les bibliothèques qui envisagent des projets d’informatisation4 de catalogues peuvent bénéficier de l’expertise scientifique et d’un éventuel soutien financier de la part des acteurs nationaux et régionaux du signalement : ministère de la Culture et de la Communication5, BnF, structures régionales du livre, Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES)6.

NORMALISATION DOCUMENTAIRE ET FORMATS INFORMATIQUES

  • 7 Voir plus haut l’article de Bernard Huchet : « Patrimoine et politique documentaire : “la bibliothè (...)

7Les collections patrimoniales des bibliothèques correspondent à l'ensemble des documents conservés dans une perspective à long terme7. Cette définition recouvre donc tous types de document, manuscrits, documents d’archives et imprimés anciens, mais également certains périodiques et livres contemporains (livres d'artistes, par exemple), cartes et plans, partitions musicales, monnaies et médailles, objets, enregistrements sonores, images fixes, images animées, ressources multimédia et même ressources électroniques. Les enjeux spécifiques au signalement des documents patrimoniaux ne concernent donc pas tant la typologie documentaire que la complexité et l'« épaisseur historique » inhérente à ces documents. Unicité, rareté, difficulté d'identification, contexte de production, particularités physiques, histoire, anciens possesseurs, reliure ou conditionnement constituent autant d'informations, parfois malaisées à découvrir, qui font la richesse d'une notice descriptive.

  • 8 Les normes donnant les règles de rédaction des descriptions bibliographiques (Z 44-074 [livre ancie (...)

8L'informatisation de ces notices pose à la fois la question de la collecte des données descriptives et celle de leur structuration : elle exige de connaître les formats recommandés pour les divers types de document. Depuis les décennies 1970-1980, l'effort de normalisation documentaire a entraîné l'utilisation des règles internationales de description bibliographique ISBD et de leurs transcriptions françaises, puis de l'ISBD intégré (2007)8. Cela s'est traduit par la généralisation de catalogues informatisés structurés au format MARC. À partir des années 2000, toutefois, de nouveaux formats basés sur le langage XML, et exprimés par des DTD ou des schémas XML, ont commencé à être utilisés à divers degrés dans les bibliothèques.

Le XML
Langage de balisage étendu, qui permet d’encoder et de structurer des informations. Indépendant des plates-formes informatiques, des systèmes d’exploitation ou de logiciels particuliers, et donc propice à l’échange de données, le XML a l’avantage d’utiliser la très large palette d’écritures, de caractères et de symboles de l’Unicode.
Une Définition de type de document (DTD) est à la fois un vocabulaire, qui définit les éléments et attributs autorisés en précisant leur caractère obligatoire ou facultatif, répétable ou unique, et une grammaire, qui indique à quels endroits et dans quel ordre utiliser ces éléments et attributs. Les schémas XML sont une forme plus aboutie de DTD et permettent un contrôle des données saisies et peuvent être associés à d’autres schémas.

LE FORMAT MARC

  • 9 Fédération internationale des associations de bibliothécaires et de bibliothèques, Universal biblio (...)

9Fondé sur les règles ISBD, le MARC structure l’information bibliographique en la codifiant en zones et sous-zones, et éventuellement en positions au sein de ces sous-zones, pour être interprétée par une machine et faciliter les échanges. Deux formats MARC sont utilisés en France : l'Intermarc à la BnF et l'Unimarc dans les autres établissements documentaires. Même s'ils ont été conçus au départ pour les livres imprimés, les formats MARC ont l'ambition de décrire tous les types de document couverts par les ISBD. Ainsi, en Unimarc, certaines zones codées sont destinées à accueillir des informations spécifiques à certains types de ressources, par exemple les zones 115 (documents audiovisuels), 116 (documents graphiques), 117 (objets), 120-121, 123-124 et 131 (documents cartographiques), 125 à 128 (ressources musicales et sonores)9. D'autres zones MARC sont particulièrement utiles pour la description des documents patrimoniaux : zones de notes consacrées à la collation (307), l’exemplaire (316), la provenance (317), ou bien aux documents reliés avec celui qui fait l'objet de la notice (481).

Livre ancien
Les zones codées spécifiques permettent d’entrer assez finement dans la description des particularités du document. Pour la description du livre ancien, par exemple, on peut donner en 140 $ a des informations sur les illustrations dans le texte (positions 0-3) ou hors texte (pos. 4-7), la technique d’illustration (pos. 8), le support (pos. 20), le filigrane (pos. 22), la marque d’imprimeur (pos. 23) ou d’éditeur (pos. 24). On peut également donner en 141 des données sur la reliure de l’exemplaire décrit (matériau, description, état matériel).
Des précisions sur les modalités de catalogage du livre ancien seront bientôt apportées par la révision de la norme de catalogage du livre ancien (Z44-074), dont le champ d’application est le livre imprimé durant la période 1501-1830. Une enquête de 2006 a montré que cette norme était fréquemment utilisée en bibliothèque mais qu’il était nécessaire de la refondre et de fournir aux catalogueurs un manuel d’application aux formats MARC.

  • 10 Le MARC est généralisé pour les catalogues, mais pas nécessairement pour les bibliographies. The Un (...)

10Les opérations de conversion rétrospective de notices de monographies imprimées ont créé, depuis le début des années 1990, une immense masse de données bibliographiques en MARC10 :

  • les données des bibliothèques territoriales et des établissements relevant de l'Enseignement supérieur, en Unimarc, ont respectivement alimenté la Base Patrimoine du CCFr et le Système universitaire de documentation (Sudoc) ;

  • les collections de la BnF ont été converties en Intermarc.

  • D'autres types de document patrimonial ont bien évidemment été décrits en MARC :

  • les périodiques imprimés, disponibles dans le Sudoc, héritier du catalogue collectif national des publications en série ;

  • des sources musicales manuscrites et imprimées du XVIe au XXe siècle, issues de l'informatisation de Patrimoine musical en région (PMR), portion française du Répertoire international des sources musicales (RISM) ;

  • des documents de tous types, décrits selon les ISBD et dont l'informatisation en MARC était, de fait, logique (estampes, documents audiovisuels, manuscrits unitaires, etc.).

MARC-TEI : FORMAT DE DESCRIPTION DES INCUNABLES

11Le signalement des incunables est spécifique, parmi celui des livres anciens, car la description des variantes d'édition conduit parfois à des notices longues et complexes, dont le MARC a du mal à rendre compte. Le schéma XML MARC-TEI, dérivé de MarcXchange11, a été mis au point pour permettre d'informatiser les notices existantes sans perte de données, tout en répondant à l'exigence d'interopérabilité avec les catalogues internationaux12. Selon ce format, la structure principale d'une notice bibliographique est en MARC ; l'inclusion de séquences TEI permet d'incorporer les citations longues (descriptions à coupures de lignes), et d'identifier précisément incipits, colophons, rubrication, etc. Par ailleurs, le contexte XML permet une gestion adéquate des caractères typographiques rares et du formatage.

La TEI
La TEI offre un cadre pour développer des DTD ou des schémas permettant un balisage précis de textes13. Dans certains pays, elle est utilisée pour décrire les manuscrits. Elle est, par ailleurs, utilisée à la BnF pour la description des reliures remarquables de la Réserve des livres rares. Ce sont certains éléments du sous-ensemble de la TEI prévu pour la description de manuscrits qui sont utilisés pour les incunables.

  • 14 Une solution alternative serait celle d'un éditeur XML offrant l'apparence d'un formulaire de saisi (...)

12Seuls des prototypes de notices MARC-TEI ont été créés pour l'instant, dans le cadre de l'étude de faisabilité menée par le Centre d'études supérieures de la Renaissance pour la conversion rétrospective des Catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France, qui devrait aboutir en 2014. Des développements sont en cours pour que le catalogage des incunables puisse par la suite se faire dans une base nationale unique, via un SIGB adapté14. Il est envisagé que le futur catalogue national des incunables en ligne soit accessible dans le CCFr par une interface de consultation dédiée, susceptible d'exploiter toute la richesse du MARC-TEI.

EAD : MANUSCRITS, ARCHIVES, FONDS STRUCTURÉS

13Pour la description des manuscrits et des fonds d’archives, et plus généralement des ensembles hiérarchisés de documents, quelle que soit leur nature, le format le plus adapté est l'EAD. Ce format d'encodage est né du besoin d'informatiser les instruments de recherche archivistiques traditionnels et de les mettre en ligne. La première version de ce standard a été publiée par la Society of American Archivists en 1998. C'est la DTD EAD 2002, reposant sur le langage XML et entièrement conforme à la norme ISAD (G), qui est actuellement utilisée15.

14L'EAD comprend 146 éléments, dont la plupart peuvent être qualifiés par des attributs. Outre les éléments de métadonnées, de structuration, de liens, d'indexation et les éléments génériques, on note surtout une trentaine d'éléments d'information spécifique qui correspondent aux principales unités d'information de la norme internationale de description ISAD (G). Tirant parti de l'héritage implicite des données propre à l'arborescence XLM, l'EAD est particulièrement adapté à la description de l'architecture d'un fonds d'archives en séries, sous-séries, dossiers et pièces.

  • 16 Association française de normalisation. Commission de normalisation Modélisation, production et acc (...)

Décrire des manuscrits et archives : ISAD(G) et DeMarch
Le catalogage des manuscrits et des documents d’archives a longtemps souffert de l’absence de règles unifiées. La norme internationale de description archivistique ISAD (G), destinée aux centres d’archives, n’a guère été mise en œuvre dans les bibliothèques. Ce vide normatif a été comblé en 2010 par la publication, sous l’égide de l’AFNOR, de Description des Manuscrits et fonds d’Archives modernes et contemporains en bibliothèqueDeMArch16. Bien que les recommandations DeMArch n’aient pas le statut de norme, elles en ont toute la valeur scientifique. Il s’agit d’une déclinaison d’ISAD (G) adaptée aux bibliothèques françaises, qui rappelle les principes à respecter lors de la description de documents d’archives (description du général au particulier, indication des informations spécifiques au niveau de description, lien hiérarchique entre unités de description, non-répétition des informations) et qui détaille la manière d’exprimer les différents éléments d’information (identification, contexte, contenu et structure, communication et utilisation des documents, acquisition et évaluation, etc.).

15Contrairement au MARC, la mise en œuvre de l’EAD dans les bibliothèques s'est faite d'abord par des opérations massives de rétroconversion, plus que par du catalogage, qui se heurtait à l'absence d'outils ergonomiques. L'informatisation en EAD du Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France (CGM) et du Répertoire des manuscrits littéraires français du XXe siècle (PALME) qui concernait environ 800 établissements, comme celles des divers catalogues de manuscrits de la BnF, a créé en peu de temps (2005-2010) une grande masse de données qui sont maintenant accessibles dans trois catalogues : BnF archives et manuscrits, Catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’Enseignement supérieur (Calames) et le CCFr17.

Travailler en EAD

  • 18 Depuis 2008, la BnF offre, deux fois par an, une formation à l'EAD et à la mise à jour du CGM et PA (...)

16Chaque bibliothèque est encouragée à récupérer les données du CGM et de PALME correspondant à ses documents et à les mettre à jour. Afin de garantir l'homogénéité des données dans les catalogues collectifs, le programme de mise à jour et d'enrichissement du CGM est coordonné par la BnF et par l'ABES18. Un guide de correction en cours de rédaction apportera les indications nécessaires. Un établissement peut procéder à cette mise à jour de multiples manières :

  • correction des données rétroconverties ;

  • catalogage de nouveaux fonds en EAD ;

  • conversion de catalogues existants sous traitement de texte, tableur ou au format MARC ;

  • réutilisation de données PALME au sein des fichiers du CGM pour créer des notices conformes à la structure des fonds.

  • 19 Les éditeurs les plus fréquemment utilisés sont <oXygen/>, XMetal et XML Mind. Le fichier EAD. DTD et ses fi</oXygen> (...)
  • 20 La traduction en français est disponible parmi la documentation relative à l'EAD sur le site des Ar (...)
  • 21 Cf. < http://www.bonnespratiques-ead.net/ >.

17Il n'existe pas encore d'intégration adéquate entre les outils EAD et les modules de catalogage et les OPAC des SIGB. Pour rédiger des descriptions en EAD, il convient de créer un document dans un éditeur XML et de lui associer la DTD EAD19. L'éditeur peut, au premier abord, paraître déroutant. Il est nécessaire de suivre une formation à XML pour bien appréhender ce langage (imbrication des balises, héritage des informations, qualification par les attributs) et de prévoir un temps d'adaptation pour manipuler correctement l'éditeur. On peut toutefois associer au document XML une feuille de style qui donne à l'éditeur l'apparence d'un formulaire de saisie. La consultation de la documentation officielle (Description archivistique encodée, Dictionnaire des balises)20 est absolument indispensable afin de connaître le détail du format ; elle doit être complétée par celle du Guide des bonnes pratiques de l’EAD en bibliothèque, dont la publication est imminente21.

  • 22 Cf. infra p. 129.
  • 23 C’est ainsi que sont créées, par exemple, les notices descriptives des manuscrits dans la bibliothè (...)

Fonctionnalités XML
Pour établir des requêtes et manipuler les données, il faut apprendre à tirer parti des fonctionnalités du langage XML (XPath, XSL). Il est ainsi possible de créer des extractions ciblées, de procéder à des ajouts automatiques dans les données (indexation, mentions de provenance), de créer de nouveaux instruments de recherche à valeur ajoutée, de se munir d’outils d’analyse des collections, ou bien encore de créer des métadonnées pour une bibliothèque numérique. En établissant une correspondance de champ à champ, on peut créer des notices en Dublin Core*22 pour exposer les descriptions via OAI-PMH23.

18La mise en ligne de catalogues EAD peut se faire par une simple sortie HTML ou PDF créée par un programme de transformation. Pour obtenir une solution plus satisfaisante pour la navigation et la recherche, il est nécessaire d'utiliser un logiciel spécifique. L'outil libre Pleade est celui qui est le plus largement employé par les bibliothèques pour mettre en ligne leurs instruments de recherche24.

19Il est possible qu'à l'avenir l'EAD soit étroitement associé au schéma EAC-CPF (Contexte archivistique encodé : collectivités, personnes, familles), qui est une transposition en XML des prescriptions de la norme archivistique internationale relative aux autorités collectivités, personnes et familles ISAAR (CPF). Le format EAC-CPF a vu le jour en 201025, et n'est encore que très peu utilisé dans les bibliothèques. Pour l'instant, les interfaces de catalogage EAD dans lesquelles des développements ont été effectués pour gérer les autorités (Calames, PiXML) font appel aux notices d'autorités en MARC, mais EAC-CPF a été conçu pour être parfaitement compatible avec l'EAD et pourrait offrir une alternative, en ouvrant notamment vers des projets de fichiers internationaux d'autorités26.

INTEROPÉRABILITÉ

FRONTIÈRES ET UTILISATION CONJOINTE

20La coexistence de modèles de données hétérogènes peut troubler. Utiliser plusieurs formats est délicat pour une bibliothèque, car cela implique un surcoût en termes de formation et d'investissements informatiques. Le MARC jouit d'un avantage certain : il est déjà très largement présent dans les bibliothèques, convient à de nombreux types de document et permet la gestion des autorités. Mais il importe de ne pas se priver des apports des autres formats, et au contraire de tirer le meilleur parti des atouts de chacun. L'EAD est loin d'être aussi opérant que le MARC pour la description bibliographique des imprimés, mais il permet de rendre clairement l'organisation de fonds et d'ensembles structurés. Or montrer la structuration d'un ensemble de documents, quelle que soit leur typologie, apporte une information précieuse à l'usager, qu'il s'agisse d'un fonds d'écrivain contenant à la fois archives, manuscrits et imprimés, ou d'un fonds d'architecte composé de dossiers, brochures, plans et photographies. L'utilisation conjointe de MARC et d'EAD permet de décrire l'ensemble en EAD, en ajoutant, au niveau approprié un éventuel renvoi vers une notice MARC plus complète. Parallèlement, la notice MARC peut renvoyer à l'inventaire du fonds en EAD.

21L'EAD est maintenant utilisé au-delà des manuscrits et documents d'archives. La BnF l'emploie pour le catalogage de certains documents spécialisés (collections des Arts du spectacle, ensembles de documents audiovisuels) ; la bibliothèque municipale de Dijon l'a utilisé pour sa collection de menus et l'Institut mémoires de l'édition contemporaine (IMEC) le prévoit pour ses fonds de bibliothèques d'éditeurs27. Une concertation nationale paraît particulièrement souhaitable en ce qui concerne le format de description le mieux adapté pour les fonds et collections d'images fixes. L'usage traditionnel du MARC est remis en cause par divers projets de traitement en EAD et par le choix de l'ABES de décrire de larges collections de documents photographiques dans l'outil EAD Calames.

PORTAILS MULTI-FORMATS

22Il existe un intérêt stratégique à orienter ses utilisateurs vers un unique point d'accès aux collections. Pour l'usager, peu importe le format de description, seules comptent la pertinence du résultat de recherche et la complétude de la description. La solution consiste à se doter d'un portail qui fédère les catalogues de formats différents et offre des critères de recherche basés sur des index communs alimentés par ces sources hétérogènes.

23Le CCFr, qui a vocation à localiser l'ensemble des documents patrimoniaux et spécialisés de France, présente l'exemple d'un tel portail puisqu'il offre à la fois :

  • un accès unique – mais restreint à certains éléments de description – à l'ensemble des données, qu'elles soient en MARC, en EAD, en Dublin Core ou dans un autre format ;

    • 28 Xavier Borda, Véronique Falconnet, Jérôme Sirdey, « Le catalogue collectif de France, pour quoi fai (...)

    des interfaces dédiées permettant de consulter des index particuliers ou d'exploiter toute la richesse d'un format (Base Patrimoine, documents musicaux, manuscrits)28.

PRÉSENCE SUR LE WEB ET PERSPECTIVES D'ÉVOLUTION

24Le paysage des formats documentaires et de leur transcription informatique est en pleine évolution. La nécessité des échanges de données sur le Web impose une interopérabilité technique à travers le langage XML. Les formats MARC peuvent être exprimés en XML : Unimarc l'est ainsi par l'intermédiaire du schéma MarcXchange29. Techniquement, il est désormais facile de convertir les données MARC en d'autres formats, ou d'utiliser MARC conjointement avec d'autres formats au sein de schémas XML (ainsi pour MARC et TEI dans les descriptions d'incunables).

25Le Web impose également aux bibliothèques de s'intégrer dans un écosystème où les modèles de données sont multiples, et où le MARC n'a aucune prépondérance particulière. Jusqu'à présent, les données catalographiques exposées sur le Web sont majoritairement des données légères en Dublin Core.

Dublin Core
Le Dublin Core est un ensemble de recommandations pour la description bibliographique minimale de documents ou objets présents sur le Web. Il joue un rôle fondamental dans le partage de métadonnées pour les catalogues et les bibliothèques numériques, via le protocole OAI-PMH. Ce format générique et simplifié ne gère ni la hiérarchie des informations ni les autorités. Sa concision fait sa robustesse mais l’hétérogénéité du contenu des champs peut nuire à l’interopérabilité. Il ne s’agit pas d’un format de description mais d’échange : on décrit les documents dans un format riche (MARC, EAD) à partir duquel on extrait des métadonnées légères en Dublin Core.

26Mais on ne peut se contenter de n'exposer sur le Web que des données « dégradées ». L'avenir des données catalographiques, dans toute leur richesse, est au contraire promis sur le Web. L'adoption du code de catalogage RDA par les bibliothèques françaises est actuellement à l'étude. Dans cette optique, le format MARC est appelé à disparaître au profit d'un nouveau format fondé sur XML et RDF, et qui mettra en œuvre les spécifications fonctionnelles des notices bibliographiques (FRBR)30. Cela induira une ouverture vers des modèles éclatés de l'information, dans lesquels ce sont les relations entre les différentes unités d'information qui importent. Dans cet environnement du « Web de données », les informations sont structurées et auto-documentées, afin d'être exploitées de multiples manières par divers acteurs.

27Pour les responsables de fonds patrimoniaux, cela exigera une nouvelle approche du signalement. Lorsque l'ensemble des collections aura été décrit, les chantiers de l'avenir verront un double mouvement de retour vers les documents (enrichissement des notices par des données d'exemplaires : reliure, provenance, notes manuscrites) et d'ouverture vers des bases externes (récupération d'indexation matière, liens vers des réservoirs d'autorités internationaux, ajouts d'identifiants internationaux des œuvres et de leurs expressions, liens vers les documents numérisés dans des bibliothèques numériques externes). Un tel enrichissement des notices, « livre et souris en main », permettra de répondre aux exigences du Web en matière de navigation fluide, d'immédiateté des rebonds, de regroupements intelligents d'information, de filtres pour éviter le bruit et de pistes offertes à l'usager pour éviter le silence. Signalement et valorisation se rapprocheront ainsi par l'éditorialisation des catalogues par laquelle les bibliothécaires inventeront de nouvelles formes de visualisation des collections31.

Notes

1 Gérard Cohen, Michel Yvon, « Le plan d'action pour le patrimoine écrit », Bulletin des bibliothèques de France, 2004, t. 49, n° 5, pp. 48-50. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2004-05-0048-008 >.

2 Catalogue collectif de France : < http://ccfr.bnf.fr >. Le RNBFD recense environ 2 000 fonds patrimoniaux, locaux et spécialisés. Ces fiches de fonds complètent utilement les 5 000 notices d'établissements du RNBFD. Des programmes systématiques d’enrichissement, via les pôles associés régionaux de la BnF, sont appelés à se développer. Ces notices de fonds sont structurées dans un format proche de l'EAD.

3 Cf. Fiche Récupération de données pour le catalogue : < http://www.patrimoineecrit.culture.gouv.fr/Cata/BAON_Fiche1_Recuperation_donnees.pdf >.

4 Voir Thierry Claerr et Isabelle Westeel, Numériser et mettre en ligne, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2010.

5 Voir le site Patrimoine écrit : < http://www.patrimoineecrit.culture.gouv.fr/PAPE.html >.

6 Voir l’article de Thierry Claerr : « Inscrire son projet dans les politiques patrimoniales nationales et régionales », p. 152.

7 Voir plus haut l’article de Bernard Huchet : « Patrimoine et politique documentaire : “la bibliothèque dans son entier” », pp. 33-34.

8 Les normes donnant les règles de rédaction des descriptions bibliographiques (Z 44-074 [livre ancien], Z 44-066 [enregistrements sonores], Z 44-065 [images animées], Z 44-077 [image fixe], Z 44-082 [ressources électroniques], Z 44-067 [ressources cartographiques], Z 44-069 [musique imprimée]) et celles donnant les règles de rédaction des accès (Z 44-059 [choix des accès], Z 44-060 [collectivités], Z 44-061 [personnes physiques, titres uniformes textuels, titres de forme], Z 44-079 [titres uniformes musicaux], Z 44-081 [vedettes cartographiques]) vont être révisées suite à l'adoption de l'ISBD intégré.

9 Fédération internationale des associations de bibliothécaires et de bibliothèques, Universal bibliographic control and international MARC programme, Manuel UNIMARC : format bibliographique ; traduit par le Comité français UNIMARC, 5e éd. Munich, K. G. Saur, 2007.

10 Le MARC est généralisé pour les catalogues, mais pas nécessairement pour les bibliographies. The Universal Short Title Catalogue (USTC) : < http://www.ustc.ac.uk/ >, dédié aux livres des XVe-XVIe siècles, et qui recense entre autres 85 000 éditions françaises est structuré en base de données. En revanche, l'informatisation en MARC de l'Inventaire chronologique des éditions parisiennes du XVIe siècle de Renouard (Paris : Service des travaux historiques de la Ville de Paris) est en cours et les notices seront bientôt disponibles dans le catalogue général de la BnF.

11 Pour MarcXchange, cf. infra.

12 En particulier l'Incunabula Short Title Catalogue : < http://www.bl.uk/catalogues/istc/index.html >.

13 Text Encoding Initiative : < http://www.tei-c.org/ >.

14 Une solution alternative serait celle d'un éditeur XML offrant l'apparence d'un formulaire de saisie.

15 Cf. < http://www.archivists.org/saagroups/ead/ >. L'EAD est actuellement en cours de refonte et une nouvelle version, sous forme de schéma XML, doit voir le jour à l'été 2013.

16 Association française de normalisation. Commission de normalisation Modélisation, production et accès aux documents, Description des manuscrits et fonds d’archives modernes et contemporains en bibliothèque : DeMArch [en ligne], 2010, < http://www.bivi.fonctions-documentaires.afnor.org/livres-blancs/recommandation-de-description-des-manuscrits-et-fonds-d-archives >. Pour les manuscrits médiévaux, il n’existe pas de document similaire. On se référera aux pratiques de description de la BnF.

17 Cf. BnF archives et manuscrits < http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ > Calames < http://www.calames.abes.fr/pub/ > pour les données de l'Enseignement supérieur ; le CCFr < http://ccfr.bnf.fr > pour celles des bibliothèques des collectivités territoriales.

18 Depuis 2008, la BnF offre, deux fois par an, une formation à l'EAD et à la mise à jour du CGM et PALME.

19 Les éditeurs les plus fréquemment utilisés sont <oXygen/>, XMetal et XML Mind. Le fichier EAD. DTD et ses fichiers complémentaires sont téléchargeables sur le site officiel de l'EAD < http://www.loc.gov/ead/>. La BnF a développé l'outil PiXML pour le catalogage en EAD. Calames est également doté d'une interface de catalogage.

20 La traduction en français est disponible parmi la documentation relative à l'EAD sur le site des Archives de France : < http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/gerer/classement/normesoutils/ead/ >.

21 Cf. < http://www.bonnespratiques-ead.net/ >.

22 Cf. infra p. 129.

23 C’est ainsi que sont créées, par exemple, les notices descriptives des manuscrits dans la bibliothèque numérique Gallica < http://gallica.bnf.fr/ >.

24 Cf. < http://pleade.com/ >.

25 Site officiel : < http://eac.staatsbibliothek-berlin.de/ >. La traduction en français du dictionnaire des balises de l'EAC-CPF est parue en 2012 : < http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/gerer/classement/normes-outils/eac/ >.

26 Cf. le projet Social Networks and Archival Context (SNAC) : < http://socialarchive.iath.virginia.edu/index.html >.

27 IMEC : < http://www.imec-archives.com/ >.

28 Xavier Borda, Véronique Falconnet, Jérôme Sirdey, « Le catalogue collectif de France, pour quoi faire ? », Bulletin des bibliothèques de France, 2011, t. 56, n° 2, pp. 71-76. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2011-02-0071-001 >. Le portail des manuscrits du Consortium of European Research Libraries (CERL) < http://cerl.epc.ub.uu.se/sportal/?lang=fr > est un autre exemple d'accès à des données en plusieurs formats.

29 Cf. < http://www.loc.gov/standards/iso25577/ISO_DIS_25577__E_.pdf >. Parmi les nouveaux formats, on note MODS, qui correspond à une version XML simplifiée du MARC. La bibliothèque municipale de Lyon l'utilise pour sa bibliothèque numérique. Le format MADS est utilisé en complément de MODS pour les données d'autorités.

30 Cf. Groupe technique sur l'adoption de RDA en France : < http://rda-en-france.enssib.fr/ >.

31 Le projet data. bnf. fr < http://data.bnf.fr/ > donne, dès à présent, un aperçu des regroupements possibles d'information mais les possibilités de visualisation pourront être poussées beaucoup plus loin.

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540