Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprendre à gérer des collections patrimoniales en bibliothèque

 | 
Dominique Coq

Partie II. De la collection à l'objet : identifier et signaler les documents

4. Comment identifier les principales techniques photographiques ?1

Patrick Lamotte

Texte intégral

  • 1 Pour mieux distinguer les différents procédés, il est conseillé de se reporter à la galerie d’image (...)
  • 2 Comme l’a fait justement remarquer plus haut Laure Jestaz : « À quoi sert une réserve et qu’y mettr (...)

1Quantité de photographies sont conservées dans les bibliothèques françaises depuis la première moitié du XIXe siècle. Le problème est que les bibliothécaires s’en sont rarement occupés, car ils étaient dans l’ignorance des diverses techniques photographiques et des modes de conservation que chacune nécessite2.

2On peut classer les techniques photographiques en trois grandes familles :

  • les positifs directs (image unique) ;

  • les procédés négatifs (image unique) ;

  • les procédés positifs (tirage multiple).

TIRAGES POSITIFS PAPIER

3Les tirages positifs sur papier sont les plus fréquemment rencontrés dans les collections de bibliothèque :

  • papier albuminé pour le XIXe siècle ;

  • papier à développement pour le XXe siècle.

PAPIER ALBUMINÉ

4Au XIXe siècle, les premiers tirages positifs sur papier voient le jour entre 1840 et 1860 pour les papiers salés et 1850 à 1910 pour les papiers albuminés.

5Le papier albuminé est né du fait que l’on s’est vite aperçu que dans le papier salé l’image allait se former en partie à l’intérieur des fibres du papier et donc perdait en contraste et en brillant.

6Une épreuve sur papier albuminé est un tirage positif réalisé sur une feuille de papier enduite d’une couche d’albumine salée (blanc d’œuf contenant du chlorure de sodium) puis sensibilisée par flottaison dans une solution de nitrate d’argent.

7L’image est obtenue par noircissement direct dans un châssis presse, puis virée et fixée.

8La tonalité est chaude, de brun à noir bleuté. Les papiers albuminés ont un aspect satiné, mais ils peuvent présenter une surface brillante s’ils ont été doublement albuminés ou vernis.

9L’albumine peut parfois être teintée en rose ou en bleu. Les images sont aux formats du négatif puis découpées et collées sur un support. Les épreuves se présentent généralement sur des cartons de montages car elles étaient très fines. Ces supports carton, souvent de médiocre qualité, deviennent cassants par leur acidité et mettent l’épreuve en danger.

10Il en existe de nombreux formats :

  • cabinet 10x14 cm image et 11x16,5 cm montage ;

  • album 11x15 cm image et 12,5x16,5 cm montage ;

  • vue stéréo 8,5x17,8 cm par exemple avec des variantes entre fournisseurs.

11On constate le plus souvent un jaunissement de l’albumine.

12Les tirages « carte de visite et cabinet » étaient souvent décorés d’un filet doré qui, en se dégradant, dépose de petites particules sur l’image. Il s’ensuit une oxydation locale de l’argent ; l’image est constellée de points clairs.

PAPIER À DÉVELOPPEMENT

13Au XXe siècle, les papiers sont généralement à développement, c'est-à-dire un tirage photographique qui, par opposition au procédé à noircissement direct ou par contact, est développé, après exposition à la lumière pour que l’image apparaisse.

14Ils furent fabriqués industriellement à partir de 1893. Le support est du papier baryté. Le sel sensible était du chlorure d’argent (papier gaslight), du chlorobromure ou du bromure d’argent dispersé dans la gélatine.

15Les surfaces sont mates, brillantes ou satinées, blanches ou légèrement colorées (crème chamois) d’aspect lisse, perlé ou grain de sable.

16Présence fréquente dans les collections dans les formats usuels : 9x12, 13x18, 18x24, 24x39, 30x40, 40x50 et 50x60 cm.

17La structure laminaire (papier/sulfate de baryum/couche image) rend ces procédés facilement distinguables des papiers albuminés et salés.

18Après 1970 apparaissent les papiers photographiques plastifiés (papiers RC = Resin Coated). Il s’agit de papiers enduits de part et d’autre d’une couche de polyéthylène. L’émulsion photographique est ajoutée par-dessus l’une des deux couches.

Les procédés photographiques couleur du XXe siècle

Développement chromogène (de 1942 à nos jours)

19C’est la société Agfa, en 1939, qui a introduit en premier sur le marché un film couleur négatif et le papier permettant de produire les tirages positifs. La firme KODAK suit en 1942 avec les Kodacolor mais le prix de traitement retarde le développement auprès du grand public. En France, c’est seulement dans les années 1970 que la photographie en couleur explose et remplace la photographie en noir et blanc. En 1990, elle représente 90 % du marché et en 2005 elle atteint 97,5 %.

20Le support est recouvert de trois couches d’émulsion au gélatinobromure d’argent, sensibilisées à un des domaines spectraux de la sélection trichrome : la première est sensibilisée aux rouges, la seconde aux verts, la troisième aux bleus.

21Dans les couches sont introduits des coupleurs. Ce sont des composés chimiques incolores qui réagiront pendant le développement pour générer les colorants.

22Après exposition sous un négatif couleur, l’émulsion est développée dans un révélateur chromogène. Aux endroits où l’argent métallique s’est formé, le révélateur se combine avec les coupleurs pour produire un colorant azométhinique de la couleur complémentaire au domaine de sensibilisation : la couche sensibilisée aux rouges génère un colorant cyan, celle sensibilisée aux verts un colorant magenta, et celle sensibilisée aux bleus un colorant jaune.

23On obtient alors une image positive présentant toutes les couleurs complémentaires du négatif constitué de colorants organiques dans une couche de gélatine. Un bain de blanchiment puis de fixage permet de supprimer tous les composés argentiques résiduels.

24La vitesse d’altération varie selon les marques et les générations de papiers. À partir des années 1980, ils sont beaucoup plus stables. Leur stabilité est estimée à une centaine d’années (Fuji cristal archive, Kodak Endura…).

25Cependant, les colorants organiques se dégradent à la lumière et dans l’obscurité, ce qui peut entraîner une coloration rougeâtre ou bleuâtre si l’une des trois couches s’altère.

26Le seul moyen de retarder la décoloration des tirages est de les conserver à basse température et de les exposer le moins possible à la lumière.

LES PROCÉDÉS NÉGATIFS

ENCADRÉ IDENTIFICATION ET SUPPORT DES NÉGATIFS MONOCHROMES

Support en papier

– Support mat
▪ Calotype (1841-1860)
– Support translucide
▪ Papier ciré
▪ Calotype ciré
▪ Négatif Eastman (petit format)

Support en verre

– Image tons crème
▪ Plaque à l’albumine (1848-1860)
▪ Collodion humide (1851-1885)
▪ Collodion sec (1855-1885)
– Image tons neutres
▪ Négatif au gélatino-bromure d’argent (1880-1940)

Support souple transparent (1889 à nos jours)
– Négatif au gélatino-bromure d’argent sur support en :
▪ Nitrate de cellulose
▪ Diacétate de cellulose
▪ Triacétate de cellulose
▪ Polyester

27Le négatif le plus fréquemment rencontré dans les collections est le négatif sur verre au gélatino-bromure d’argent.

NÉGATIF SUR VERRE AU GÉLATINO-BROMURE D’ARGENT (1880-1940)

28Présenté pour la première fois à l’Académie des sciences par Richard Lead Maddox, le procédé au gélatino-bromure d’argent remplacera progressivement tous les autres procédés photographiques, la gélatine devenant à la fin du XIXe siècle le médium indispensable pour la préparation des surfaces sensibles. Les plaques au gélatino-bromure d’argent alliant en effet une sensibilité accrue à une simplicité d’utilisation inégalée.

29Alors qu’une plaque de verre au collodion humide doit être exposée et traitée dans les minutes qui suivent sa préparation, la plaque de verre au gélatino-bromure d’argent peut se conserver longtemps avant d’être utilisée.

30Réalisation :

  • une plaque de verre est enduite d’une solution chaude de gélatine mélangée à du bromure de cadmium et à du nitrate d’argent ;

  • une fois séchée, la plaque photosensible est soumise à une phase de maturation qui consiste à conserver l’émulsion plusieurs jours à 32°C. On augmente ainsi substantiellement la sensibilité de cette dernière, les temps d’exposition de plusieurs secondes étant raccourcis à quelques fractions de seconde seulement ;

  • après exposition, la plaque est développée, fixée et lavée selon les méthodes classiques.

31Précaution :

  • ranger dans des pochettes ;

  • ranger verticalement sur le grand chant *, par petit nombre, dans des boîtes au format.

32Le gélatino-bromure d’argent sera véritablement le premier procédé photographique industriel. Dès le début du XXe siècle, de nombreux établissements le commercialisent ; parmi eux, on citera notamment :

  • Lumière (France) ;

  • Agfa (Allemagne) ;

  • Eastman [Kodak] (USA) ;

  • Ilford (GB).

33Les tonalités de l’image sont gris neutre, les surfaces sont mates, brillantes, ou satinées, blanches ou légèrement coloriées (crème, chamois), d’aspect lisse, perlé ou grain de sable.

34Au début du XXe siècle, la production journalière des usines Lumière est de 70 000 plaques photographiques.

TABLEAU IDENTIFICATION DES DIFFÉRENTS TYPES DE NÉGATIFS SUR VERRE

Négatif à l’albumine

Négatif au collodion

Négatif au gélatino-bromure d’argent

Période chronologique

1848 à 1860

1851 à 1885

1880 à 1940

Caractéristiques physiques

tonalité ocre-orangé à vert olive

tonalités chaudes : crème, beige clair à brun sombre

tonalité neutre, grise à noire

couchage irrégulier

couchage irrégulier

couchage uniforme

formats atypiques fréquents

grands formats et formats atypiques fréquents

Formats standardisés

verres épais, parfois mal coupés

verres épais, parfois mal coupés

verres fins (moins de 2 mm.

absence d’image dans les angles

sur fond noir, l’image apparaît en positif

sur fond noir, l’image apparaît en positif

Altérations spécifiques

réseau de craquelures à partir des bords

décollement de la couche de gélatine

miroir d’argent

NÉGATIF SOUPLES AU GÉLATINO-BROMURE D’ARGENT (1889 À NOS JOURS)

35À partir de 1889, des matières synthétiques comme le nitrate de cellulose sont employées par Kodak comme supports en photographie et en cinématographie jusqu’en 1951, date à laquelle ils sont interdits car jugés trop inflammables (film auto-inflammable et auto-combustible).

AUTRES SUPPORTS

36D’autres supports vont se développer grâce au développement des industries chimiques des plastiques entre les deux guerres. Les principaux matériaux utilisés sont les suivants :

  • diacétate de cellulose (1923) ;

  • acétopropionate de cellulose (1930, films cinéma) ;

  • acétoburate de cellulose (1930, plans-films et films radiographiques) ;

  • chlorure de polyvinyle (1945, films pour les arts graphiques) ;

  • triacétate de cellulose (1948) ;

  • polystyrène (1954) ;

  • polyester (1955).

37Les supports souples que l’on retrouve le plus souvent dans les bibliothèques sont le nitrate de cellulose, le diacétate de cellulose, le triacétate de cellulose et le polyester.

38Aujourd’hui, le triacétate de cellulose et le polyester sont encore employés pour la fabrication des supports souples.

39Les formats sont standardisés : 6x9, 9x12, 13x18, 18x24, etc.

ENCADRÉ 2 PRINCIPALES ALTÉRATIONS DU SUPPORT
Le nitrate de cellulose est la « bête noire » des conservateurs. Il faut les identifier car ils ont un fort risque d’altération :

stade 1 : coloration de jaune à jaune-brun, voire brun foncé. Un miroir d’argent se forme ;

stade 2 : en milieu humide, l’émulsion devient poisseuse et colle. En milieu sec, le support devient cassant ;

stade 3 : le support devient très fragile et dégage de l’acide nitrique (odeur forte) et du dioxyde d’azote. L’ensemble de la collection est menacé : attaque du support lui-même, des objets environnants et risque d’incendie ;

stade 4 : les négatifs sont collés entre eux et avec leurs enveloppes : images perdues et négatifs à détruire pour qu’ils n’altèrent plus le reste de la collection ;

stade 5 : dépôt d’une poudre brunâtre.

Considéré comme produit dangereux du fait de son inflammabilité et des risques d’explosion qu’il induit, le nitrate de cellulose est l’objet d’une législation stricte (loi n° 76-663 du 19 juillet 1976). Au-delà de 50 kg par lieu de stockage (c’est-à-dire par bâtiment ne répondant pas aux normes de stockage de produits toxiques, quelle que soit sa taille), l’institution ou la personne qui en détient est dans l’obligation d’effectuer une déclaration auprès de la Préfecture.

TABLEAU PRINCIPAUX PROCÉDÉS PHOTOGRAPHIQUES

Procédés positifs directs

Procédés positifs

Procédés négatifs

Daguerréotype

1839-1860

Dessin photogénique

1834-1840

Papier salé

1840-1860

Cyanotype

1842-1860

Calotype (négatif papier)

1841-1860

Pannotype

1853-1880

Papier albuminé

1850-1910

Procédé à l’albumine

1848-1860

Ambrotype

1854-1870

Procédé au collodion humide ou au collodion sec

1851-1885

Ferrotype

1853-1930

Platinotype

1873-1930

Procédé au gélatinobromure d’argent

1880-1940

Vues de lanterne magique et vues stéréoscopiques

1850-1950

Papier salé

1840-1860

Aristotype (papier baryté) à la gélatine ou au collodion

1860-1940

Procédé au gélatinobromure d’argent sur support souple

1889 à nos jours

Diapositives trichromes Lumière

1893-1900

Papier à développement

1893 à nos jours

Autochrome

1907-1935

Kodachrome

1935

Papiers couleurs à développement chromogène

1942

Négatifs couleurs à développement chromogène

1939

SCHÉMA REPRÉSENTATION DES ÉPREUVES PHOTOGRAPHIQUES SUR PAPIER

SCHÉMA REPRÉSENTATION DES ÉPREUVES PHOTOGRAPHIQUES SUR PAPIER

Notes

1 Pour mieux distinguer les différents procédés, il est conseillé de se reporter à la galerie d’images en ligne qui accompagne ce manuel : < http://www.enssib.fr/presses/galeriebao26 >.

2 Comme l’a fait justement remarquer plus haut Laure Jestaz : « À quoi sert une réserve et qu’y mettre ? », p. 40.

Table des illustrations

Titre SCHÉMA REPRÉSENTATION DES ÉPREUVES PHOTOGRAPHIQUES SUR PAPIER
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/664/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540