Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprendre à gérer des collections patrimoniales en bibliothèque

 | 
Dominique Coq

Partie II. De la collection à l'objet : identifier et signaler les documents

2. Reliures françaises soignées et courantes (mi-xve siècle – xixe siècle) : éléments d’identification1

Fabienne Le Bars

Texte intégral

  • 1 Pour mieux distinguer les différents procédés, il est conseillé de se reporter à la galerie d’image (...)

1La très grande majorité des livres anciens conservés dans les bibliothèques sont des documents reliés, qu’ils soient ou non dans leur reliure d’origine, tant il est vrai que la fonction première d’une reliure est la protection du livre et sa mise à disposition pour la lecture. Ces reliures, dont la production en France du milieu du XVe à la fin du XVIIIe siècle est considérable, offrent des qualités de facture extrêmement variables, déterminées par leur usage et que Jean Toulet a proposé de classer en trois catégories, selon une hiérarchie qui se met en place au cours du XVIe siècle :

  • les reliures de luxe à (grand) décor, réalisées à l’initiative d’un collectionneur ou d’un amateur fortuné ou pour des exemplaires de prestige ;

  • les reliures soignées, faites à la demande d’amateurs moins riches mais soucieux de posséder une bibliothèque bien reliée ;

  • les reliures courantes, exécutées pour des clients aux attentes plus modestes ou encore pour des libraires.

2Les reliures de luxe, très richement ornées, sont celles qui, par leur caractère unique et leur dimension historique, ont suscité le plus d’intérêt et de publications. À côté de ces pièces exceptionnelles, les reliures courantes et soignées, qui constituaient le quotidien des ateliers, ont été peu étudiées, leur importance dans l’histoire socio-économique du livre n’ayant été que plus récemment considérée. Il s’agit donc ici, afin de faciliter l’identification et la description de ces reliures plus modestes, d’en proposer une typologie, qui repose sur un relevé systématique de leurs principales caractéristiques et évolutions au fil des siècles.

SCHÉMA LES PARTIES CONSTITUTIVES D’UNE RELIURE

SCHÉMA LES PARTIES CONSTITUTIVES D’UNE RELIURE

Extrait de : Élisabeth Baras, Jean Irigoin et Jean Vezin, La reliure médiévale : trois conférences d’initiation, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1978, (fig. 31).
Reproduit avec l’aimable autorisation de l’éditeur.

3La combinaison de l’ensemble des critères ainsi définis vise à mettre en évidence le mode de fabrication de ces pièces et, par la suite, à apprécier leur place dans l’échelle de production, à les dater et à les localiser. Ces éléments viennent compléter les informations de premier ordre que constituent toujours l’identification de l’édition et, le cas échéant, toutes mentions portées sur l’ouvrage considéré : la reliure existe d’abord pour l’ouvrage qu’elle protège.

4Les tableaux ci-après, organisés par principaux éléments constitutifs d’une reliure, mettent en parallèle reliures soignées et reliures courantes. Ils ne prétendent évidemment pas à l’exhaustivité et s’ils offrent un éventail de données suffisamment large pour raisonnablement couvrir les principaux exemples de reliures courantes et soignées réalisées en France à la période moderne, ils ne demandent qu’à être encore enrichis. L’objectif sera atteint s’ils se révèlent un outil pratique à l’usage.

LEXIQUE

  • 2 Voir supra le schéma « Les parties constitutives d’une reliure », p. 81.

5Pour la bonne compréhension du vocabulaire utilisé dans ces tableaux, il a paru utile de définir au préalable un certain nombre de termes et de techniques. Un schéma légendé a aussi été joint2.

MATÉRIAUX DE COUVRURE*

6L’identification d’un cuir repose sur la reconnaissance de ses particularités intrinsèques. Lorsque l’hésitation perdure, principalement entre la basane et le veau, le double examen du mode de dégradation du cuir et des pores de la peau permet le plus souvent d’y remédier. Les pores n’étant pas toujours aisément visibles à l’œil nu, le recours à une loupe ou à un compte-fils peut se révéler utile. Rappelons que l’endroit de la peau (du côté des poils de l’animal) est appelé fleur, l’envers (du côté intérieur de l’animal) est appelé chair.

Reconnaissance des cuirs

  • basane : peau de mouton tannée, plus ou moins lisse et presque sans grain, à pores espacés ; dégradation par usure de la fleur du cuir, abrasée et pelucheuse ;

  • maroquin : peau de chèvre tannée, épaisse et plus ou moins lisse, à gros et larges grains réguliers bien visibles ;

  • maroquin à grain long : peau de chèvre tannée, épaisse et à grain étiré dessinant de fines lignes parallèles en léger relief ;

  • parchemin : peau de chèvre ou de mouton (plus rarement de veau) non tannée, lisse et de couleur blanchâtre, traitée par chaulage, écharnage, ponçages et encollages ;

  • peau mégissée ou mégie : peau d’animal (sauvage ?) indéterminé, à pores variés, assez épaisse, d’aspect plus ou moins lisse, et blanchâtre ;

  • peau retournée : peau d’animal indéterminé, utilisée côté chair et offrant au toucher un contact velouté ;

  • truie : peau de porc tannée, très épaisse, de couleur blanchâtre, à pores réunis en forme de triangle ;

  • veau : peau de veau tannée, très lisse et presque sans grain, à pores très serrés ; dégradation par éclats de petits morceaux à bords francs ;

  • vélin : peau de veau non tannée mais parcheminée, extrêmement fine.

Traitement des cuirs

  • 3 Voir plus loin les tableaux « Typologie des reliures soignées et courantes », pp. 88-94.

7Aux XVIIe et XVIIIe siècles, de nombreux traitements sont appliqués sur les cuirs de second choix pour dissimuler leur qualité médiocre ou des défauts de fabrication. On peut retenir le terme générique « marbré » pour les désigner, une identification plus fine pouvant être proposée en fonction de leur aspect final3.

8Techniquement, ces traitements sont obtenus par des mélanges aqueux d’acides mordants (parfois additionnés de couleurs), passés sur les cuirs après couvrure. Les modes opératoires sont les suivants :

  • marbrure à l’éponge : applications directes d’une éponge imbibée, sur un livre relié posé à plat ;

  • marbrure au pinceau : secousses imprimées à un pinceau imbibé et placé au-dessus d’un livre relié dont les plats ont été relevés sur des tringles. Ces deux procédés (à l’éponge ou au pinceau) peuvent être associés ;

  • jaspure : passage d’une brosse dure imbibée sur une grille, placée au-dessus d’un livre relié, disposé comme ci-dessus.

ÉLÉMENTS STRUCTURELS

9Ces éléments sont particulièrement observables lorsque la couvrure de la reliure est lacunaire.

Couture

10La couture désigne l’assemblage des cahiers d’un volume, réunis par passage d’une aiguillée de fil ; l’entrecroisement de ce fil en tête et queue du dos, lors du passage d’un cahier à l’autre, est appelé chaînette (car évoque un maillon de chaîne).

11On distingue trois catégories de couture :

Couture sur nerfs

12Les trois composants d’une couture sur nerfs sont :

  • la couture proprement dite ; la plus fréquente est la couture à chevrons, ainsi désignée pour la forme de V que dessine le passage du fil de couture ;

  • l’âme de la couture, autrement dit son support : il s’agit des nerfs, protubérances au dos des cahiers autour desquels s’enlace le fil de couture ; ils assurent, par leur prolongement, la cohésion du bloc de cahiers* avec les plats ;

  • la nature du matériau de l’âme : nerfs de peau, de cuir ou de ficelle (dite aussi septain car faite à l’origine de sept brins roulés).

13La couture sur nerfs détermine l’aspect final du dos de la reliure après couvrure : l’emplacement et le nombre de nerfs visibles sont l’exact reflet de la structure interne.

Couture grecquée

14Elle se caractérise par l’absence de nerfs visibles, les ficelles supportant le fil de couture étant logées dans des entailles préalablement opérées au dos des cahiers au moyen d’une scie, dite à grecquer.

15La couture grecquée ne détermine pas l’aspect final du dos de la reliure. Une carte à dos, fixée au niveau des mors*, est intercalée entre le dos des cahiers et le matériau de couvrure, selon une technique dite à dos brisé (le cuir n’est pas collé directement au dos des cahiers et la carte à dos s’en désolidarise à l’ouverture du volume). Si la carte est laissée telle, le dos de la reliure est long, autrement dit sans relief ; si de fines bandes de cuir ou de carton (dites faux-nerfs) sont collées sur la carte, le dos de la reliure est à nerfs, à l’identique d’un dos à véritable couture sur nerfs.

Couture par surjet

16Elle a pour but de constituer en cahier des feuillets simples, par la réalisation d’un point dit de surjet, réalisé en biais et en chevauchant les bords des feuillets. Elle est principalement utilisée pour les recueils de planches. Ces cahiers sont ensuite réunis par une couture sur nerfs ou grecquée.

Renforts

17Les renforts sont des éléments de consolidation apportés au niveau du dos et des charnières des volumes, les zones les plus fragiles d’une reliure car directement sollicitées lors de la manipulation du volume. On distingue :

  • la claie, bande en parchemin collée dans les entrenerfs du dos et prolongée de manière à être contrecollée sur les contreplats ;

  • la charnière, bande en parchemin placée tout au long dans le mors intérieur, qui constitue la zone d’articulation entre le plat et le dos ; elle est généralement collée au contreplat mais laissée libre du côté du corps d’ouvrage.

18On note aussi l’usage de bandes de parchemin ou de papier (souvent des défets*) collées sur la largeur de l’entrenerf, sans prolongement. Cet élément s’apparente plus, surtout lorsqu’il est de papier, à un apprêt destiné à lisser les imperfections du dos avant la couvrure (opération d’apprêture).

TRANCHEFILES*

19La tranchefile est l’élément qui renforce ou soutient les deux extrémités du dos, au niveau des coiffes. Elle est généralement définie par trois éléments :

  • le bâti : mode de fixation au corps d’ouvrage (essentiel au Moyen Âge) ;

  • l’âme : support de cuir ou de ficelle destiné à recevoir la broderie ;

  • la broderie : fils assemblés avec des points d’une grande variété.

20Les principaux types rencontrés en France du milieu du XVe siècle à la fin du XVIIIe siècle sont les tranchefiles :

  • à passe : fil brodé sur une lanière de peau ou un septain fixé aux ais ou cartons ;

  • simples : fil brodé à point vertical sur un septain ;

  • à chapiteau : fil brodé sur un double niveau ;

  • rapportées : petite ficelle ou papier roulé enveloppé dans un tissu.

GARDES DE COULEURS

21Les gardes de papier blanc, dont il convient de toujours relever la présence éventuelle de filigranes, sont de règle jusqu’au milieu du XVIIe siècle, époque à laquelle sont aussi peu à peu introduites les contregardes puis les gardes volantes de couleurs.

22Ces papiers colorés, aux motifs d’une infinie variété, peuvent être classés en six catégories principales, selon leur technique de fabrication :

  • papier à la colle : application d’un mélange de colle et de couleurs ;

  • papier dominoté : impression à l’encre d’une planche de bois gravée ;

  • papier marbré : dépose sur un bain d’eau couvert en surface d’encres grasses de couleur ;

  • papier à vernis doré : impression au vernis d’une planche de bois gravée ;

  • papier doré gaufré (ou papier brocart) : impression d’une plaque de cuivre gravée chauffée (motifs en creux ou en relief) sur un papier apprêté ;

  • papier doré uni : impression d’une planche de cuivre unie sur un papier apprêté.

DÉCOR DES PLATS ET DOS

23On trouve sur les reliures courantes et soignées les mêmes types de fers que ceux utilisés sur les reliures de luxe. Ils peuvent être réunis en quatre catégories :

  • fer plein : dessin entièrement doré (toutes périodes confondues) ;

  • fer évidé : dessin dont le contour seul apparaît doré (mi XVIe siècle) ;

  • fer azuré : dessin de fines hachures dorées (seconde moitié du XVIe siècle) ;

  • fer filigrané : dessin de pointillé dense doré (XVIIe et tout début du XVIIIe siècle).

TYPOLOGIE DES RELIURES SOIGNÉES ET COURANTES

Mi XVe – XVIe siècle

Reliures soignées

Reliures courantes

Couvrure

Veau brun ou roux, de bonne qualité de tannage, à parure fine

Parchemin naturel ou, plus souvent, vélin

Parchemin peint (surtout Italie)

Maroquin, 2nde moitié du XVIe s.

Peau retournée ou mégie (jusqu’au début XVIe s.)

Peau de truie (surtout pays germaniques et jusqu’au XVIIIe s.)

Veau brun ou roux, de bonne qualité de tannage

Basane brune

Parchemin naturel ; parfois sommairement peint

Parchemin de réemploi laissé tel (défets manuscrits ou imprimés)

Plats

Ais (planches de bois minces), progressivement remplacés par des cartons

Cartons composés de feuilletons contrecollés (défets manuscrits ou imprimés, papiers vierges)

Parchemin ou vélin : souple (absence de cartons) ; parfois rabats en gouttière

Idem

Pour le parchemin, exemples de rabats sur trois côtés

Couture

À chevrons, sur nerfs en lanière de peau fendue (jusqu’au début du XVIe s.)

À chevrons, sur nerfs de peau doubles ou simples

Apparition progressive des nerfs de ficelle (septain) (fin XVIe s.)

Dos longs : sur nerfs écrasés (fin XVIe s.)

Parchemins ou vélins : lanières à passes, parfois seulement en tête et queue (genre d’emboîtage)

Idem

Et nerfs de cuir (fin XVIe s.)

Renforts

Claies et/ou charnières de parchemin (défets ou non)

Idem

Et claies de parchemin (défets ou non) seulement en tête et queue du dos

Tranchefiles

Lanières de peau tressées (fin XVe – début XVIe s.)

Brodées à passes, simples ou à chapiteau

Unie (écru ou de couleur), bicolore ou tricolore

Idem, mais pas de tranchefiles tricolores

Tranches

Non teintées

Teintées (jaunâtres, rougeâtres ou verdâtres) (fin du XVIe s.)

Dorées et ciselées (plutôt premier tiers du siècle)

Dorées

Non teintées

Teintées (jaunâtres ou verdâtres) (fin du XVIe s.)

Présence d’un titre à l’encre ou autre mention manuscrite

Gardes

Papier blanc, le plus souvent double garde

Vélin (pour les exemplaires sur vélin)

Parfois absentes (reliures en parchemin ou vélin)

Idem, mais pas de vélin

Décor des plats

Fin XVe s. – vers 1520 : Décor estampé à froid (fers, roulettes ou plaques) avec introduction progressive de motifs Renaissance, de roulettes plus larges

Vers 1505 – vers 1520 : Décor de fers mêlant estampage à froid et dorure (bandes verticales)

Vers 1520 – vers 1535 : Fer central et encadrement intérieur de fers

dorés et filets à froid ; encadrement extérieur de filets dorés ou à froid

Vers 1535 – vers 1560 : Décor central exécuté par combinaisons de fers ou unique fer central (plein / évidé / azuré), doré ou argenté, avec encadrement intérieur de filets à froid ou dorés et fers d’angle dorés ou argentés ; encadrement extérieur de filets dorés ou à froid

Vers 1560 – vers 1600 : Médaillon ou plaque central(e) ornés, sur fond plein or ou azuré ou à sujets religieux, complétés d’écoinçons (plaques d’angles) et parfois de fers ; couronnes de feuillage complétées d’écoinçons de feuillage ; parfois, nom ou initiales du commanditaire doré ; encadrement extérieur de filets dorés

Vers 1575 : apparition des reliures armoriées dorées (bloc au centre des plats) et encadrement de filets dorés

Types les plus modestes : Absence de décor (notamment peaux retournées et mégies) ou simple encadrement de filet(s) à froid ; marques de fouettage côté mors ; parfois étiquette manuscrite

Fin XVe s. – vers 1540 : Estampage à froid (fers, roulettes ou plaques) avec introduction progressive de motifs Renaissance, de roulettes plus larges ; marques de fouettage côté mors ; parfois étiquette manuscrite

Vers 1540 – vers 1565 : Fer central (plein / évidé / azuré) doré ou argenté, avec encadrement intérieur de filets à froid et fers d’angle dorés ou argentés ; encadrement extérieur de filets à froid

Vers 1565 – vers 1610 : Médaillon ou plaque central(e) orné(e) sur fond le plus souvent azuré ou à sujets religieux ; couronne de feuillage (laurier, palme) ; encadrement extérieur de filets dorés ou à froid

Décor du dos

Jusque vers 1530 : Peu endossé, sans décor. Nerfs larges, soulignés de filets à froid ; caissons nus ou encadrés de filets à froid ; bombement au niveau des chaînettes ; parfois, étiquette manuscrite ou titre à l’encre sur le cuir

À partir de 1530-1540 : Dos plus endossés, nerfs plus fins, marqués de filets à froid ou dorés, encadrés de filets à froid et avec fer doré ou argenté dans les caissons ; bombement au niveau des chaînettes ; caissons de tête et queue marqués de filets à froid (lignes obliques ou croisées) ou dorés

Apparition progressive du titre dans le 2e caisson, doré directement sur le cuir ; le cas échéant, second titre ou tomaison doré(e) dans le 3e caisson

Dos long : décor en continu ou compartimenté, titre doré

Parchemin : dos long car non collé aux cahiers ; titre manuscrit ou doré, verticalement

Jusque vers 1530 : idem

À partir de 1530-1540 : idem ; parfois étiquette manuscrite

Apparition progressive du titre dans le 2e caisson, doré directement sur le cuir ; plus rare dans le 3e

Parchemin : idem, sauf le titre doré

Autres

Jusque vers 1520 : Fermoirs métalliques, boulons, cornières, ombilics (traces, le plus souvent)

Lanières de peau, rubans de soie

Coupes et chasses nues ou marquées d'un filet à froid ou doré

Jusque vers 1530 : idem

Lanières de peau

Coupes et chasses nues ou marquées d'un filet à froid

XVIIe siècle

Reliures soignées

Reliures courantes

Couvrure

Veau brun marbré (cuir de qualité moyenne)

On peut préciser : tacheté (taches moyennes rondes régulières), jaspé (petites taches rondes), moucheté (fines petites taches régulières)

Veau fauve très lisse

Vélin naturel ou teinté en vert

Basane de bonne qualité (brun, rouge, olive)

Maroquin de toutes couleurs, rouge prédominant ; maroquin noir (reliure de deuil)

Veau brun marbré (cuir de qualité très médiocre)

On peut préciser : tacheté, jaspé, moucheté

Basane brune, traitée comme le veau

Parchemin naturel, jaspé ou moucheté

Parchemin de réemploi (défets manuscrits ou imprimés) laissé tel ou jaspé (dissimulation du réemploi)

Plats

Cartons composés de papiers contrecollés ou de pâte de papier, assez rigides

Parchemin et vélin : souple (absence de cartons) ou rigide (cartons comme pour les cuirs), parfois à rabats en gouttière

Cartons : idem

Parchemin : souple (absence de cartons), parfois à rabats en gouttière ; plus rarement rigide

Couture

À chevrons, sur doubles ou simples nerfs en lanière de peau

Simple, sur nerfs de ficelle (septain)

Idem, et nerfs de cuir

Renforts

Claies et/ou charnières de parchemin (défets ou non)

Claies de parchemin (défets ou non) exclusivement en tête et queue du dos

Idem

Bandes de parchemin ou de papier (défets)

Tranchefiles

Brodée à chapiteau

Unie (écru ou de couleur), bicolore ou tricolore

Brodée simple ou à chapiteau

Unie (écru) ou bicolore (souvent écru et rose)

Tranches

Jaspées en noir, brun, rouge ou bleu

Unies rouges ou bleues.

Marbrées (2nde moitié du XVIIe s.)

Dorées ; plus rarement, marbrées sous dorure

Non teintées

Jaspées en noir, brun, rouge ou bleu

Unies rouges ou bleues

Gardes

Jusque vers 1645 : Papier blanc uniquement, le plus souvent double garde

Vers 1645 : Apparition progressive des gardes de couleur en papier marbré (contregardes seules puis, vers 1665, gardes volantes) : motifs de peigne (droit, zigzag), puis queue de paon, ramages, caillouté, tourniquet ; papier à la colle multicolore

À la limite de la reliure à décor : doublures en maroquin, le plus souvent bordées d’une dentelle, parfois armoriées

Jusque vers 1680 : Papier blanc uniquement, le plus souvent double garde

Vers 1680 : Apparition progressive des gardes de couleur en papier marbré (contregarde et garde volante)

Décor des plats

Encadrement extérieur de 2 ou 3 filets dorés ; angles parfois marqués d’un petit fer

Décor dit à la Duseuil : encadrement intérieur de 3 filets dorés (2+1) avec fer d’angle (fer filigrané, vase, bouquet ; chiffre ou élément de blason) et encadrement extérieur de 3 filets dorés (2+1)

Reliure armoriée : bloc armorial central doré, encadrement extérieur de 2 ou 3 filets dorés

Absence de tout décor

Encadrement extérieur d’un filet à froid

Encadrement extérieur d’un ou 2 filets dorés

Jusque vers 1600-1615 : médaillon central (couronne de feuillage, sujet religieux), encadrement extérieur de filet(s) doré(s)

Reliure de prix : semé héraldique, encadrement de filet(s) doré(s) et/ou dentelle ornée

Décor du dos

Nerfs plus minces, plus pincés ; disparition du bombement au niveau des chaînettes

Encadrement simple d’un ou 2 filets dorés pour chaque caisson, sans élément décoratif

Dos très orné : nerfs dorés d’une palette ornée, chaque caisson encadré d’un ou 2 filets dorés et parfois soulignés de pointillés simples ou triplés, avec fer filigrané au centre et petites volutes filigranées dans les angles, souvent complétés d’autres fers ou points

Titre dans le 2e caisson, doré directement sur le cuir ; apparition progressive de la tomaison, dans le 3e caisson, dorée directement sur le cuir

Palette ornée en tête et queue (où elle est parfois redoublée)

Reliure armoriée : Chiffres ou emblèmes et/ou semé dans les caissons Dos à la grotesque (fin du XVIIe s. – XVIIIe s.) : décor composé par la juxtaposition très serrée de petites volutes

Parchemin : dos long sans décor (avec titre doré ou manuscrit) ou à décor compartimenté, orné à l’identique des cuirs

Plaquette : dos long, avec titre en long (fin du XVIIe s. – XVIIIe s.)

Nerfs : même aspect

Absence de tout décor

Dos orné : idem mais décor moins dense

Titrage : idem

Palette ornée en tête et queue

Reliure de prix : semé héraldique

Parchemin : dos long, sans décor

Autres

Coupes ornées (traits obliques, pointillés, « dents de rat »)

Chasses ornées (traits obliques, dentelle intérieure)

Rubans de soie (notamment vélin)

Fermoirs (livre religieux à usage privé)

Signet de soie

Coupes et chasses nues ou ornées de petits motifs dorés (traits obliques, « dents de rat »)

Lanières (parchemin)

Fermoirs (livre religieux à usage privé)

XVIIIe siècle

Reliures soignées

Reliures courantes

Couvrure

Veau fauve marbré.

On peut préciser : tacheté (taches moyennes rondes régulières), jaspé (petites taches rondes), moucheté (fines petites taches régulières) ; porphyre (petites taches rouges régulières), granité (petites taches brunes très denses) ; écaille (larges taches rouges ou bleues), veiné (coulures bleues ou vertes) ; à motifs particuliers (dessins à l'éponge) ; raciné (dessin ramifié sinueux, apparu vers 1785)

Veau fauve (blond) lisse, d’aspect vernissé

Basane de qualité (rouge, olive)

Maroquin de toutes couleurs ; maroquin noir (reliure de deuil)

Apparition du maroquin à grain long (fin des années 1770)

Veau brun clair ou foncé marbré (cuir de second choix)

On peut préciser : tacheté, jaspé, moucheté

Puis même traitement que les reliures soignées (à compter des années 1750-1760 environ)

Basane brune claire ou foncée marbrée : traitée comme le veau

Parchemin naturel, moucheté ou teinté en vert ; souple ou rigide (avec cartons)

Demi-reliures, simple ou à coins, en veau, basane ou parchemin, avec plats papier à la colle (bleu, jaune, rose) ; en maroquin, plats papier à la colle ou parchemin vert

Plats

Cartons rigides assez denses, composés de pâte de papier

Idem

Couture

Sur nerfs simples de ficelle

Sur nerfs simples de ficelle, aplatis et écrasés

Surjetée pour assembler les feuillets simples (planches)

Parfois grecquée, avec carte à dos lisse ou à faux-nerfs (fin du siècle)

Sur nerfs simples de ficelle

À nerfs sautés (couture sur nerfs en tête et queue et faux-nerfs de ficelle au milieu)

Surjetée pour assembler les feuillets simples (planches)

Grecquée, surtout dans la 2nde moitié du siècle, avec carte à dos lisse

Faufilage au dos, réunissant d’une aiguillée tous les cahiers (reliures de « petits usages »)

Renforts

Claies de parchemin (défets ou non) exclusivement en tête et queue du dos

Bandes de parchemin ou de papier

Absence de tout renfort

Bandes de papier (défets), plus rarement de parchemin

Tranchefiles

Brodée à chapiteau

Unie (de couleur), bicolore ou tricolore

Brodée simple, parfois à chapiteau

Unie (écru ou de couleur) ou bicolore

Apparition des tranchefiles rapportées, en cuir ou en tissu (uni ou rayé bicolore)

Tranches

Rouges ou bleues unies, marbrées, cailloutées

Dorées ; parfois dorées sur marbrures

Non teintées

Unies rouges, plus rarement bleues

Marbrées ou jaspées (mouchetures rouge, bleu sur fond naturel ou teinté pleine couleur)

Gardes

Doubles gardes de couleur

Papier marbré (aspect mat ou vernissé) à motifs de peigne (petit ou large, dit feuille de chêne), tourniquet (ou coquille), à chevrons ; caillouté, caillouté veiné (dit caillouté Derôme si brun ou vert et rose)

Papier à vernis doré, doré gaufré (à motifs blancs ou polychromes sur fond doré ou inversement) ou plein or

Papier à la colle bleu (fin du siècle)

Papiers dominotés, plus rares

Tabis de couleurs (soie moirée)

À la limite de la reliure à décor : doublures en maroquin, le plus souvent bordées d’une dentelle et parfois armoriées

Doubles gardes blanches ou de couleurs

Papier marbré, surtout à motif de tourniquet (ou coquille) et de peigne large (dit feuille de chêne)

Papier à la colle monochrome (plus rare)

Demi-reliures : toujours blanches

Décor des plats

Encadrement extérieur de 2, plus souvent 3 filets (2+1) dorés

Encadrement extérieur de 3 filets (2+1) dorés et fleur au naturel dorée aux angles, côté intérieur du plat

Reliure armoriée : bloc armorial doré, encadrement de 3 filets dorés

Décor de plaques ornementales (almanachs, étrennes, etc.), parfois avec bloc armorial au centre

Ex-libris et/ou nom dorés sur le plat supérieur

Absence de tout décor

Encadrement extérieur d’un ou 2 filets à froid aux bords des plats, et 1 filet à froid côté mors

Décor de petites plaques ornementales, emblématiques ou figuratives

Reliure armoriée simple : bloc armorial seul

Décor du dos

Fers filigranés (tout début du siècle) puis fers pleins

Apparition du composteur dans le 1er tiers du siècle

À nerfs : décor dit de fleur au naturel : fleur au centre et coins des caissons, complété de points et étoiles ; caissons encadrés de filets dorés, nerfs marqués d’un filet doré ou ornés d’une palette. Palette ornée en tête et queue.

Titre sur une pièce de titre, dans le 2e caisson, puis, le cas échéant, pièce de titre pour la tomaison, dans le 3e caisson (deux pièces distinctes, souvent de couleur différente) ou le 4e caisson (fin du siècle)

Dos long : compartimenté par des filets dorés, avec décor de fleur au naturel puis décor de fers d'inspiration néo-classique (fin du siècle) ; ou décor tout au long (étoiles, volutes, motifs divers, souvent géométriques)

Fines plaquettes : titre en long avec palette ornée de part et d’autre

Reliures armoriées : chiffres ou emblèmes dans les caissons

Fers filigranés (tout début du siècle) puis fers pleins

À nerfs : idem, mais décor des caissons moins dense.

Titrage idem, sauf pour le 4e caisson, jamais titré

Dos long : compartimenté, avec décor de fleurs au naturel puis simples filets voire absence de décor ou décor de fers d'inspiration néo-classique (fin du siècle)

Long (demi-reliures) : compartimenté, sans décor

Autres

Coupes marquées de filets ou ornées (divers petits motifs dorés)

Chasses ornées (dentelle intérieure)

Signet de soie

Idem

XIXe siècle

Reliures soignées

Reliures courantes

Couvrure

Veau fauve (blond) lisse, d’aspect glacé

Veau fauve marbré

On peut préciser : granité, raciné

Maroquin à grain long (début du siècle), maroquin à gros grains

Demi-reliures en veau ou maroquin, à grain normal ou long

Raréfaction du plein cuir

Demi-reliures en cuir : veau, basane ; chagrin, parchemin (2nde moitié du siècle)

Demi-reliures en papier maroquiné ; en toile

Apparition de la reliure industrielle

Plats

Cartons rigides laminés

Idem

Couture

Sur nerfs simples de ficelle

Grecquée, avec carte à dos lisse ou à faux-nerfs

Grecquée, avec carte à dos

Généralisation des rubans

Renforts

Bandes de papier contrecollées puis poncées

Idem

Tranchefiles

Brodée simple ou à chapiteau ; aspect plat

Unie, bicolore ou tricolore

Brodée simple unie ; aspect plat

Rapportée (cuir, tissu)

Tranchefiles mécaniques (comètes)

Tranches

En harmonie avec les gardes

Dorées : toutes tranches ou tête seule

Non teintées ou unies

Gardes

Doubles gardes de couleur

Papier marbré (aspect mat ou vernissé) : caillouté ; puis veiné, coulé, persillé (grande diversité)

Tabis de couleurs (soie moirée)

Doubles gardes blanches

Papier marbré : idem, mais moins varié

Papier uni

Décor des plats

Encadrement de 3 filets au bord des plats

Armoiries

Absence de tout décor.

Demi-reliures : papier marbré (caillouté, veiné, coulé, persillé) ; papier à la colle (Annonay) ; papier uni

Décor du dos

Décor assez riche

À nerfs : placement aléatoire des nerfs (carte à dos à faux-nerfs) ; titre sur une pièce de titre, dans le 2e caisson et, le cas échéant, dans le 4e caisson

Long = compartimenté ou non

Reliures armoriées: chiffres, emblèmes

Sans décor ou très modeste

À nerfs : idem

Long : non compartimenté

Autres

Coupes et chasses ornées

Signet de soie

Coupes et chasses nues ou ornées

Notes

1 Pour mieux distinguer les différents procédés, il est conseillé de se reporter à la galerie d’images en ligne qui accompagne ce manuel : < http://www.enssib.fr/presses/galeriebao26 >.

2 Voir supra le schéma « Les parties constitutives d’une reliure », p. 81.

3 Voir plus loin les tableaux « Typologie des reliures soignées et courantes », pp. 88-94.

Table des illustrations

Titre SCHÉMA LES PARTIES CONSTITUTIVES D’UNE RELIURE
Légende Extrait de : Élisabeth Baras, Jean Irigoin et Jean Vezin, La reliure médiévale : trois conférences d’initiation, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1978, (fig. 31).Reproduit avec l’aimable autorisation de l’éditeur.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/660/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540